M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Hommage à Trump pour ses accomplissements


Donald Trump, lors de la Marche pour la Vie à Washington en 2020, premier président américain à participer en personne à la marche.

Par Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : Jim Hale/LifeSiteNews

« Un bon arbre ne peut produire de mauvais fruits, ni un mauvais arbre produire de bons fruits. Tout arbre qui ne produit pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu. Vous les reconnaîtrez donc à leurs fruits. » (Mt 7 : 18-20)

Oui, je rends hommage à ce personnage honni par les médias (qui nous honnissent aussi…) pour ses accomplissements dans le domaine de la protection de la vie à naître, de la famille, de la nation et du christianisme.

Sans doute que beaucoup trouvent à redire sur lui, à cause entre autres des bobards qu’ont répandus les gros médias et de leurs omissions, sur sa vie personnelle et ses opinions passées (il était pro-avortement autrefois), sur son parler et sa manière, et enfin, sur certaines de ses politiques.

Mais un nombre appréciable de personnes ont vu en lui, certes non un idéal, mais un refuge face à Hilary Clinton en 2016 et à Joe Biden en 2020. Si vous voulez critiquer Trump, il faut le comparer, dans la mesure du possible, à ses deux opposants des deux dernières élections américaines.

En outre, plus de 74 millions d’Américains ont voté pour cet homme : Donald J. Trump. C’est un record pour un deuxième mandat dans l’histoire des États-Unis.

Certes, on peut par exemple lui reprocher de s’être plié à l’exercice de mascarade du covid-19, comme la plupart des dirigeants dans le monde. Mais aurait-il pu affronter l’hystérie générée et propagée par les médias libéraux, lui qui était toujours à deux doigts de se faire destituer, sort près duquel il est passé pour deux motifs grotesques : le premier, qui rentre tout à fait dans la catégorie décrite par le néologisme si médiatique « théorie du complot », d’interférences russes dans les élections de 2016 en faveur de Donald Trump (comme quoi il n’y a que Trump pour tricher, selon les démocrates…) ; le second, avoir incité l’« attaque » du Capitole le 6 janvier 2021, alors qu’il y a des doutes très raisonnables quant à la cause de cet incident ― du reste, c’est aux détracteurs de fournir des preuves sérieuses et non des suppositions nébuleuses. Mais certains, souscrivant au mythe de la « pandémie » qui paralyse le monde, blâment précisément Trump pour n’avoir pas assez confiné…

Cependant, il a produit de bons fruits, et même d’excellents fruits, durant les quatre années de son mandat de président des États-Unis, et il serait injuste de les ignorer : Trump a été l’un des présidents américains les plus pro-vie de l’histoire, et ce, malgré la féroce opposition qu’il a rencontrée chez les démocrates et les médias libéraux, notamment, et la corruption de l’État américain ; s’il a produit des fruits pourris, on peut espérer qu’ils n’auront pas gâté ceux qui étaient sains. Une chose est certaine, il demeurera dans l’Histoire.

L'article continue ci-dessous...
Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

En un seul mandat :

― Il a négocié quatre accords de paix au Moyen-Orient, devenant ainsi le premier président depuis Eisenhower à ne pas impliquer les États-Unis dans une guerre à l’étranger. Tendant la perche aux pays de bonne foi, il a néanmoins mis de fortes pressions sur les belligérants, telle la Corée du Nord, pour l’empêcher de développer des armes nucléaires, d’envoyer des missiles au Japon et de menacer la côte ouest des États-Unis.

― Il a énormément stimulé l’activité économique, apportant emplois et a baissant le chômage des Afro-Américains et des latinos.

― Il a exposé la corruption généralisée dans le FBI, la CIA, la NSA, dans le parti républicain autant qu’au parti démocrate.

― Il a combattu l’immigration illégale au profit de l’immigration légale.

― Il a exigé que les membres de l’OTAN payent leurs frais.

― Il a pris ses distances par rapport au régime communiste chinois, ramenant des centaines d’entreprises aux États-Unis.

― Il a réduit les impôts, ainsi que le prix des médicaments. Autre mesure en matière de santé, il a instauré le « Right to Try » qui permet aux gens sans plus aucun recours médical la permission d’essayer des traitements alternatifs.

― Il a retiré des É.-U. des pro-avortement et réchauffistes « accords de Paris ».

― Il a fait sortir les É.-U. du pro-avortement et pro-LGBT UNESCO.

― Il a coupé le financement de la pro-avortement OMS.

― Il a coupé le financement du pro-avortement FNUAP.

― Il a rétabli et renforcé la « Politique de Mexico » qui interdit l’attribution de subventions fédérales aux organismes pratiquant des avortements.

― Du coup, comme ces organismes distribuent également des contraceptifs, cela fait moins d’argent pour leur distribution :

― Il a réduit le financement de l’avortement aux É.-U. par le retrait des subventions du Title X aux organismes pratiquant l’avortement (dont Planned Parenthood).

― Il a réduit le financement de la recherche sur les embryons.

― Il a tenté de couper le financement de l’avortement aux É.-U.

― Il a apporté un soutien financier aux centres de grossesse durant le confinement, tout en empêchant Planned Parenthood d’en bénéficier.

― Le Département de la Justice de l’administration Trump a lancé une enquête officielle sur le trafic d’embryons par Planned Parenthood.

― Il a tenté de faire interdire l’infanticide post-abortif et l’avortement tardif (excusez pour la redondance...).

― Il a signé un décret visant à protéger les bébés nés handicapés ou suite à un avortement.

― Il a défendu l’objection de conscience des professionnels de la santé face à la pratique imposée de l’avortement, de l’euthanasie et de la stérilisation.

― Il a défendu les entreprises et les assurances privées contre l’imposition d’assurer les coûts de l’avortement et de la contraception.

― Il a retenu 200 millions de dollars en subventions à la Californie qui impose le financement de l’avortement via les assurances privées.

― La FDA, sous son administration, a interdit l’envoi de pilules abortives sur la base de la télémédecine ; la Cour suprême lui a donné raison.

Il a défendu le droit de l’enfant à naître à l’ONU et au niveau international.

Il a nommé plusieurs juges pro-vie dans les tribunaux, dont la Cour suprême (il reste encore à voir comment se comporteront ces juges quand viendra le temps de réexaminer Roe vs Wade).

― Il a défendu le droit des agences d’adoption de ne placer les enfants que dans des familles normales, et le droit des entreprises de ne pas participer à des « mariages gays » ou des choses semblables.

― Il a été le premier président américain à participer en personne à la Marche pour la Vie de Washington.

― Il a défendu les compétitions uniquement féminines (sans « transgenre », quoi !).

― Il a défendu le droit à la messe dans l’armée durant le confinement.

― Il a tenté de combattre la censure des médias antisociaux.

― Il a publié plusieurs déclarations pro-vie et assez chrétienne, défendant la famille. En voici quelques exemples : 

Lors de la proclamation du 21 janvier 2021, anniversaire de la décision Roe contre Wade, Journée nationale du caractère sacré de la vie humaine :

« Chaque vie humaine est un don au monde. Qu’elle soit née ou à naître, jeune ou vieille, en bonne santé ou malade, chaque personne est faite à l’image sainte de Dieu. »

« Ce mois-ci, nous commémorons presque le cinquantième anniversaire de l’arrêt Roe contre Wade de la Cour suprême des États-Unis. Cet arrêt, entaché d’irrégularités constitutionnelles, a annulé les lois des États qui interdisaient l’avortement, et a entraîné la perte de plus de 50 millions de vies innocentes. Mais des mères fortes, des étudiants courageux, de magnifiques membres de communautés et des personnes de foi mènent un puissant mouvement pour réveiller la conscience de l’Amérique et restaurer la croyance que chaque vie est digne de respect, de protection et de soins. Grâce au dévouement d’innombrables pionniers pro-vie, l’appel à la reconnaissance du caractère sacré de la vie par chacun est plus fort que jamais en Amérique. »

Lors de la proclamation du 21 janvier 2020, Journée nationale du caractère sacré de la vie humaine :

« En tant que nation, nous devons rester fermement attachés à la vérité profonde selon laquelle toute vie est un don de Dieu, qui confère à chaque personne une valeur et un potentiel incommensurables. D’innombrables Américains sont des défenseurs infatigables de la vie et des champions des personnes vulnérables. »

Son discours en personne lors de la Marche pour la Vie à Washington en 2020 :

Lorsque nous voyons l’image d’un bébé dans le ventre de sa mère, nous apercevons la majesté de la création de Dieu. Lorsque nous tenons un nouveau-né dans nos bras, nous connaissons l’amour infini que chaque enfant apporte à une famille. Lorsque nous regardons un enfant grandir, nous voyons la splendeur qui rayonne de chaque âme humaine. Une seule vie change le monde — de la part de ma famille, je peux vous dire que je vous envoie de l’amour, et que j’envoie beaucoup, beaucoup d’amour.

Lors de son discours sur l’état de l’Union au début de l’année 2019 :

« Il n’y a de plus grand contraste que celui entre la belle image d’une mère tenant son nourrisson et les démonstrations effrayantes que notre nation a vu ces jours-ci. Les législateurs de New York se sont réjouis de l’adoption d’une loi qui permettrait qu’un bébé fût arraché du ventre de sa mère quelques instants avant sa naissance ».

Son discours en direct lors de la Marche pour la Vie à Washington en 2019 :

« Je suis très fier d’accueillir des dizaines de milliers de familles, d’étudiants et de personnes de toutes confessions et de tous horizons dans notre capitale nationale à l’occasion de la 46e Marche pour la vie. C’est un mouvement fondé sur l’amour et fondé sur la noblesse et la dignité de toute vie humaine. Quand nous regardons dans les yeux d’un nouveau-né, nous y voyons la beauté, l’âme humaine et la majesté de la création de Dieu.

Nous savons que chaque vie a un sens et que chaque vie vaut la peine d’être protégée. »

« Nous appuyons le choix affectueux de l’adoption et du placement en famille d’accueil, y compris par le soutien de services d’adoption confessionnels. »

Son discours en direct lors de la Marche pour la Vie à Washington en 2018 :

« La Marche pour la vie est un mouvement né de l’amour : vous aimez vos familles ; vous aimez votre prochain ; vous aimez notre nation ; et vous aimez chaque enfant, né ou à naître, parce que vous croyez que chaque vie est sacrée, et que chaque enfant est un don précieux de Dieu. Nous savons que la vie est le plus grand des miracles. Nous le voyons dans les yeux de chaque nouvelle mère qui tient son nouveau-né merveilleux, innocent et splendide dans ses bras aimants. Je veux remercier chaque personne présente ici aujourd’hui, et tous ceux qui à travers notre pays travaillent de si grand cœur et avec un dévouement inlassable afin d’assurer que les parents reçoivent le soutien bienveillant dont ils ont besoin pour choisir la vie. »

En 2017, le ministère de la Santé des États-Unis a rajouté cinq mots (soulignement rajouté) à l’ébauche de son programme 2018-2022 (on comprend que de telles déclarations dans l’administration américaine ne sont possibles que grâce à Trump) :

« Le HHS accomplit sa mission à travers des programmes et des initiatives qui couvrent un large éventail d’activités, servant et protégeant les Américains à chaque étape de la vie, à partir de la conception ».

Le président Trump a proclamé le 29 décembre 2020 jour du 850e anniversaire du martyre de saint Thomas Becket :

« Nous célébrons aujourd’hui le 850e anniversaire du martyre de Saint Thomas Becket, le 29 décembre 1170. Thomas Becket fut homme d’État, érudit, chancelier, prêtre, archevêque ; et tel un lion, il défendit la liberté religieuse. »

« Thomas donna sa vie pour que, comme il l’a lui-même dit, “l’Église parvienne à la liberté et à la paix”.

Fils d’un shérif londonien, qualifié un jour de “clerc de bas étage” par le roi qui le fit tuer, Thomas Becket allait devenir la plus haute autorité de l’Église en Angleterre. Lorsque la couronne a tenté d’empiéter sur les affaires de la maison de Dieu par le biais des Constitutions de Clarendon, Thomas refusa de signer le document offensant. Lorsque le roi Henri II, furieux, menaça de le faire condamner pour outrage à l’autorité royale, en lui demandant comment un prêtre aussi “pauvre et humble” osait le défier, Mgr Becket, alors archevêque, répondit : “Dieu est le souverain suprême, au-dessus des rois” et “nous devons obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes”. »

« Le peuple américain et les peuples du monde continuent de crier : “Nous voulons Dieu”. »

« Une société sans religion ne peut pas prospérer. Une nation sans foi ne peut pas durer — parce que la justice, la bonté et la paix ne peuvent pas prévaloir sans la grâce de Dieu. »

En 2020, quand un des meneurs de Black Lives Matter appela à la destruction des statues représentant le Christ sous les traits d’un Européen, Donald Trump déclara en plusieurs occasions :

« Ils s’en prennent également à Jésus-Christ, mais tant que je serai là, cela n’arrivera pas ».

« Je pense que la plupart de ceux qui détruisent les statues ne savent même pas ce qu’elles représentent, ce qu’elles veulent dire, qui elles personnifient. »

Le mercredi 22 mai 2019, en plein délire confinatoire, il publia une proclamation selon laquelle les lieux de cultes étaient des services essentiels :

« Aujourd’hui, j’identifie les lieux de culte — les églises... — comme des lieux essentiels qui fournissent des services essentiels. Certains gouverneurs ont considéré les magasins de spiritueux et les cliniques d’avortement comme essentiels, tout en écartant les églises... »

« En Amérique, nous avons besoin de davantage de prières, et non de moins. »

Lors de son discours à l’ONU en 2018 :

« En Amérique, nous croyons en la majesté de la liberté et en la dignité de l’individu. Nous croyons à l’autonomie gouvernementale et à la primauté du droit. Et nous apprécions la culture qui soutient notre liberté — une culture fondée sur des familles fortes, une foi profonde et une indépendance ardente. Nous célébrons nos héros, nous chérissons nos traditions et, surtout, nous aimons notre pays. »

« Que Dieu vous bénisse. Et que Dieu bénisse les nations du monde. »

Lors de son discours d’instauration du nouveau personnel de la Maison-Blanche en 2017 — ce qui est frappant, c’est la présence que Dieu occupe dans les déclarations de ses quatre ans de mandat, par rapport à l’absence de référence à Dieu sous les mandats d’Obama  :

« La Bible nous dit combien il est bon et plaisant quand le peuple de Dieu vit ensemble dans l’unité… On ne devrait pas avoir peur. Nous sommes protégés et le serons toujours. Nous serons protégés par les excellents hommes et femmes de nos forces armées et de nos services de police, et, surtout, nous serons protégés par Dieu.

Merci. Que le Seigneur vous bénisse et que Dieu bénisse les États-Unis. Merci. Que Dieu bénisse les États-Unis. »

Ceci n’est évidemment pas une liste exhaustive. 

Il faut enfin que vous considériez que Trump, par ses seuls décrets présidentiels, notamment la coupe de centaines de millions de dollars en subventions à des organismes internationaux promouvant et pratiquant l’avortement, a sans doute sauvé des dizaines de milliers de vies innocentes à naître dans les pays dits en développement (bien que plusieurs fanatiques de l’avortement se soient jetés dans la brèche monétaire pour la combler, comme Justin Trudeau), ou du moins, il aura ôté des épaules de son pays la responsabilité de la mort de ces petits-là. Il reste aussi à voir si les juges qu’il a nommés à la Cour suprême, Brett Kavanaugh, Neil Gorsuch et Amy Coney Barrett, agiront de façon intègre, ce qui, aux dires des pro-vie américains, et s’il s’en présentait l’occasion, devrait amener la révision de la funeste décision Roe v Wade qui serait un beau morceau d’activisme judiciaire.

Hommage à Trump, à ce président fougueux;

Hommage à cet homme soucieux du bien de son pays;

Hommage à cette figure aux nombreux actes pro-vie;

Et que Dieu le bénisse.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire