M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Trump blâme les démocrates pour leur extrémisme en matière d’avortement : Les enfants à naître sont «faits à la sainte image de Dieu»

Par Calvin Freiburger — traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Gage Skidmore/Flickr

Washington DC., 5 février 2019 (LifeSiteNews) — Le président Donald Trump a employé son discours sur l’état de l’Union mardi soir pour affirmer le droit à la vie et dénoncer avec force les récentes actions et déclarations extrêmes des démocrates pro-avortement à New York et en Virginie.

« Il n’y a pas de plus grand contraste qu’entre la belle image d’une mère tenant son nourrisson que les démonstrations effrayantes que notre nation a vues ces jours-ci. Les législateurs de New York se sont réjouis de l’adoption d’une loi qui permettrait qu’un bébé fût arraché du ventre de sa mère quelques instants avant sa naissance », a déclaré Trump (déclarations complètes plus bas).

« Ce sont des bébés vivants, affectueux et beaux qui n’auront jamais la chance de partager leur amour et leurs rêves avec le monde. Et puis, il y a eu le cas du gouverneur de la Virginie qui a déclaré qu’il exécuterait un bébé après sa naissance », ajouta-t-il.

L'article continue après cette publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Trump faisait référence à la vidéo qui est devenue virale la semaine dernière du délégué démocrate Kathy Tran admettant que son projet de loi visant à libéraliser les lois de Virginie sur l’avortement tardif autoriserait les avortements jusqu’au moment où une femme est sur le point d’accoucher. Peu après le gouverneur démocrate Ralph Northam suggéra qu’un enfant né vivant [après un avortement] « serait ressuscité si c’était ce que la mère et la famille souhaitaient ». Il a affirmé plus tard qu’il ne faisait référence qu’à des cas tels qu’une « grossesse non viable » ou des « anomalies fœtales graves ».

Le projet de loi de Tran a déjà été déposé, mais la controverse a intensifié la discussion sur les extrêmes auxquels les démocrates et leurs alliés en sont arrivés au sujet de l’avortement, discussion qui était déjà en cours en réaction à la récente loi de New York, qui a déclaré un « droit fondamental » à l’avortement et supprimé la reconnaissance par l’État des enfants à naître comme victimes potentielles de meurtres.

Trump a demandé au Congrès d’adopter une loi pour protéger les enfants à naître.

« Pour défendre la dignité de chaque personne, je demande au Congrès d’adopter une loi interdisant l’avortement tardif d’enfants qui peuvent ressentir de la douleur dans le ventre de leur mère », a dit le président. « Travaillons ensemble pour construire une culture qui chérit la vie innocente. Et réaffirmons une vérité fondamentale : tous les enfants, nés et à naître, sont faits à la sainte image de Dieu. »

La présidente de Susan B. Anthony List, Marjorie Dannenfelser, a déclaré que les déclarations de Trump sur l’avortement prouvaient une fois de plus qu’il est le président le plus pro-vie des États-Unis et qu’il tient promesse aux électeurs qui ont contribué à sa victoire.

« Le contraste entre la vision du président Trump pour l’avenir et celle du Parti démocrate, aujourd’hui dominé par les extrémistes de l’avortement, est frappant », souligna-t-elle. « Les sénateurs démocrates ont eu l’occasion hier de prouver qu’ils n’étaient pas le parti de l’infanticide, et ils se sont plutôt accrochés à leur programme radical d’avortement sur demande jusqu’à la naissance et même au-delà. Cette position est tout simplement inconciliable avec les valeurs du peuple américain. »

“Nous demandons au Congrès de tenir compte de la demande du président Trump et d’amener la Pain-Capable Unborn Child Protection Act (Loi sur la protection de l’enfant à naître capable de ressentir la douleur) à son bureau sans délai”, poursuivit-elle. “Cette loi populaire et compatissante protégerait les bébés à naître après cinq mois...”

On a rapporté avant le discours que le président en profiterait pour discuter de l’avortement, un sujet que NARAL a condamné de manière préventive comme une « course au fond des idéologies les plus dépravées et les plus dévastatrices”. Trump aurait exprimé un dégoût particulier pour les commentaires sur l’infanticide de Northam lundi soir lors d’une séance d’information de la Maison-Blanche avec des dirigeants pro-vie et pro-famille.

Alors que M. Trump prononçait son allocution, la présidente de Planned Parenthood, Leana Wen, a assisté dans l’auditoire, à titre d’invitée de la présidente démocrate de la Chambre, Nancy Pelosi. Choisie pour succéder à Cécile Richards, en partie parce qu’il a été supposé que ses antécédents médicaux pourraient aider à renforcer la position de Planned Parenthood selon lequel il serait un fournisseur de soins de santé, Wen a plutôt sapé cette image le mois dernier en admettant que la mission principale du groupe est de fournir, protéger et élargir l’accès à l’avortement et aux soins de santé reproductive.

***

Déclarations de Trump

Il n’y a pas de plus grand contraste avec la belle image d’une mère tenant son nourrisson que les démonstrations effrayantes que notre nation a vues ces jours-ci.

Les législateurs de New York se sont réjouis de l’adoption d’une loi qui permettrait qu’un bébé fût arraché du ventre de sa mère quelques instants avant sa naissance. Ce sont des bébés vivants, affectueux et beaux qui n’auront jamais la chance de partager leur amour et leurs rêves avec le monde.

Et puis, il y a eu le cas du gouverneur de la Virginie qui a déclaré qu’il exécuterait un bébé après sa naissance. Pour défendre la dignité de chaque personne, je demande au Congrès d’adopter une loi interdisant l’avortement tardif d’enfants qui peuvent ressentir de la douleur dans le ventre de leur mère.

Travaillons ensemble pour construire une culture qui chérit la vie innocente.

Et réaffirmons une vérité fondamentale : tous les enfants, nés et à naître, sont faits à la sainte image de Dieu.

Publicité



Laissez un commentaire