M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

La trahison des nationalistes

Deux_Quebecoiseux-Denis_Moniere_et_Robert_Laplante.jpg
Denis Monière, président sortant de la Ligue d'Action nationale, et Robert Laplante, directeur de la revue l'Action nationale.

Par l’historien Jean-Claude Dupuis, Ph. D.

Le mémoire présenté par la Ligue d’Action nationale à la commission parlementaire qui étudie le projet de loi 21 illustre parfaitement ce que j’expliquais dans ma dernière chronique : le laïcisme est une religion, et une religion à tendance totalitaire . Quand on pense que la Ligue d’Action nationale s’inscrivait autrefois dans l’esprit du nationalisme groulxien, on mesure toute l’ampleur de la trahison de ses dirigeants actuels.

La Ligue d’Action nationale défend une « conception républicaine de la laïcité », qu’elle oppose au principe de non-confessionnalité (undenominational) de l’État, issu, dit-elle, du « monarchisme anglo-saxon ». C’est clair. Elle préfère la laïcité fermée et persécutrice de la Troisième République française à la laïcité ouverte et protectrice de l’Angleterre ou des États-Unis.

Quel est le fondement de cette laïcité républicaine ? La Souveraineté du Peuple. Afficher sa croyance religieuse par le port d’une croix au cou ou d’un hidjab sur la tête, c’est « refuser de reconnaître que la Res Publica est plus importante que les religions ». Voilà une affirmation tout à fait dogmatique. L’État est élevé au rang d’Autorité et de Valeur suprêmes. L’Homme se fait Dieu, mais en s’incarnant dans l’État. L’idée n’est pas nouvelle. C’est le Léviathan de Hobbes. Hitler, Staline et Mao auraient été d’accord avec la Ligue d’Action nationale. Le pape Pie XI, quant à lui, a condamné la « statolâtrie » dans son encyclique sur le fascisme italien, Non abbiamo bisogno (1931).

Et quelle est, dans cette Res Publica, la place des citoyens qui ont des convictions religieuses et qui veulent les afficher sur eux-mêmes, dans leur milieu de travail, mais sans faire de prosélytisme ? Celle de citoyens de seconde zone. « L’affichage ostentatoire de sa religion […] est un geste d’auto-exclusion de la communauté politique […] La religion ne doit pas interférer dans les choses de la Cité. » Les dissidents de la société laïque devraient-ils être envoyés en prison psychiatrique, comme au temps de l’URSS, pour suivre un « traitement de réinsertion communautaire » ?

Laissez un commentaire Lire la suite

Le Cardinal Burke à la tête de milliers de personnes lors de la 9e Marche pour la Vie de Rome


9e Marche pour la Vie de Rome.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Stephen Kokx/LifeSiteNews

Il y a quelques jours à peine, des milliers de pro-vie ont marché dans les rues de la ville des Papes, participant à la neuvième Marche pour la Vie de Rome, qui réunit depuis neuf années consécutives des personnalités pro-vie du monde entier. Cet événement fait suite au Rome Life Forum, autre rencontre d’ampleur pour les défenseurs de la vie, depuis la conception jusqu’à la mort naturelle. Le Président de Campagne Québec-Vie y était présent.

Cardinal Raymond Burke et Roberto de Mattei.

Extrait de LifeSiteNews :

Des milliers d’allègres pro-vie, jeunes et moins jeunes du monde entier, ont pris part le 18 mai à la Marche pour la Vie de Rome sous un ciel ensoleillé et à la suite du cardinal catholique Raymond Burke, qui a mené cette manifestation animée par la prière et les chants dans les rues bourdonnantes de l’une des plus belles villes du monde. Le cardinal néerlandais Willem Eijk était également présent au début de l’événement.

Laissez un commentaire Lire la suite

Exécution et sursis pour Vincent Lambert


Vincent Lambert lors de la visite de ses parents, le 19 mai 2019.

Signez la pétition : Monsieur le Président, protégez Vincent Lambert

Par Jeanne Smits (Le blog de Jeanne Smits) ― Image : capture d'écran

Le Français Vincent Lambert, tétraplégique depuis 2008, avait été condamné à la mort par la faim et la déshydratation par Vincent Sanchez, personnage qui porte mal son titre de médecin, avec la ratification de la République. Le retrait de l’alimentation et de l’hydratation de M. Lambert avait donc commencé aujourd’hui, ce 20 mai 2019 (jour de la fête de Dollard des Ormeaux pour les Canadiens-Français). Ses parents qui avaient pu le voir, en larmes, la veille n’avaient plus le droit de le voir ce matin.

Mais coup de théâtre ! La Cour d’appel de Paris a ordonné ce soir la remise en place de l’alimentation et de l’hydratation de Vincent Lambert, afin de respecter les mesures provisoires lancées par le Comité international des droits des personnes handicapés (CIDPH), qui enjoignait à la France de maintenir les deux éléments de base à la vie, d’après Le Monde

Ceci, si l’État ne se lance pas dans une autre tentative téméraire d’euthanasie, devrait constituer un répit de plusieurs mois pour M. Vincent, en attendant que la CIDPH remette son jugement. ― A. H. 

Exclusif : un entretien avec le cardinal Raymond Burke sur Vincent Lambert et l’« état végétatif » 


Cardinal Raymond Burke.

Le lundi 20 mai au matin, le cardinal Raymond Burke m’a accordé un entretien à propos la situation 

de Vincent Lambert, dont il avait été annoncé par le Dr Vincent Sanchez du CHU de Reims que sa sonde d'alimentation devait être retirée ce jour-là. Entre-temps, nous avons appris que Vincent a reçu une sédation profonde et que sa sonde d'alimentation a été retirée sans que sa famille n’en soit informée et sans que celle-ci ait seulement pu faire ses adieux. Une vidéo publiée sur internet par Valeurs actuelles montre Vincent, dimanche soir, pleurant tandis que sa mère le console. 

Il a beaucoup été question de l’état prétendument « végétatif » de Vincent et de sa supposée volonté de mourir. Au-delà de cette polémique, son « affaire » concerne des questions bien plus profondes encore sur la fin de la vie, questions évacuées, niées par la loi positive française puisque la loi Leonetti, dès 2005 et plus encore en 2016 dans sa version remaniée, contredit l’interdiction fondamentale de tuer l’innocent, qui vaut pour tout homme, de tout temps, de toute culture, parce que c’est la loi naturelle conforme à son bien.

Laissez un commentaire Lire la suite

Le démocrate Brian Sims intimide des pro-vie, résultat : 100 000 $ en dons pour des organismes pro-vie

Par Nancy Flanders (LiveActionNews) ― traduit par Campagne Québec-Vie

Les parents des adolescentes intimidées par le représentant [homosexuel] de l'État de Pennsylvanie, Brian Sims, le 18 avril dernier, ont recueilli plus de 100 000 $ pour un organisme pro-vie à but non lucratif de Philadelphie, la ville où Sims a attaqué verbalement les filles et a tenté d’obtenir leur adresse au moyen de l’internet pour les intimider (dox) [en annonçant dans une vidéo une récompense de 100 $ à qui les dénoncerait].

Joe et Ashley Garecht ont ouvert une page GoFundMe après que Sims ait demandé à ses partisans de lui trouver les noms et adresses des adolescentes en échange de 100 $. Ils voulaient transformer cette horrible situation en une situation positive pour les filles. Le compte GoFundMe ― « Show Brian Sims the Power of the Pro-Life Movement » (Montrons à Brian Sims le pouvoir du mouvement pro-vie) ― a permis de récolter 120 999 $ en trois jours seulement.

« Dans sa vidéo, diffusée plus tard sur Twitter, le représentant Sims tente non seulement de leur faire honte de prier pour les bébés à naître qui risquent d'être avortés, mais il offre aussi aux téléspectateurs 100 $ s'ils veulent bien identifier les adolescentes de la vidéo », a écrit Garecht sur GoFundMe. « C'est déjà assez grave qu'un adulte essaie d’identifier ainsi trois adolescentes. C'est encore pire que (cela vienne d’un) représentant élu. »

La totalité des fonds amassés iront à la Pro-Life Union of Greater Philadelphia, qui gère une maison pour les femmes enceintes et fournit des cours sur le rôle parental, des couches, des lingettes, des vêtements pour bébé et des ressources aux mères.

Laissez un commentaire Lire la suite

Conseils des services de santé irlandais : les femmes peuvent jeter à la toilette leur bébé avorté

Par Martin M. Barillas ― traduit par Campagne Québec-Vie  ― Photo : PxHere

Dublin, 15 mai 2019 (LifeSiteNews) ― Le Health Service Executive irlandais (HSE) indique sur son site internet cinq points que les mères doivent garder à l'esprit après un avortement, y compris le fait qu'elles sont bienvenues à « jeter dans les toilettes » les restes de leur bébé avorté.

Le cinquième des points décrits sur le site internet, intitulé « Les restes de la grossesse », indique que les avorteurs devraient expliquer les options disponibles pour se débarrasser des « restes de grossesse » des bébés avortés entre 9 et 12 semaines de grossesse. « Cela se fera de manière sensible. Ils vous aideront à prendre une décision qui vous conviendra. »

Dans les cas où les mères ne se décident pas sur la destination de la dépouille de leur bébé, l'hôpital « disposera des restes », selon le site internet. « Si vous avortez avant 9 semaines de grossesse, vous pouvez décider comment vous débarrasser des restes. On peut les jeter dans les toilettes ou les enveloppés dans un tissu et en disposer comme bon vous semble. »

Laissez un commentaire Lire la suite

Élargissement des conditions d’accès à l’avortement au Mexique

Billet de blogue D’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

La Cour suprême du Mexique a rajouté aux possibles conditions d’accès à l’avortement le danger que représenterait la grossesse pour la santé de la mère, ouvrant beaucoup plus largement les portes à l’avortement dans ce pays. Extrait de Gènéthique :

Le Mexique vient de rendre légal l’avortement en cas de risque pour la santé de la mère. C’est la Cour suprême de justice du Mexique (SCJN) qui a statué mercredi : les femmes pourront désormais avorter en toute légalité à condition que la grossesse fasse courir un risque pour la santé de la mère. Jusqu’ici, les deux exceptions dépénalisant l’IVG, clairement définies dans les articles 333 et 334 du code pénal fédéral, étaient les cas de viol ou de risque de décès maternel.

Laissez un commentaire

Un universitaire défend la lettre accusant le Pape d’hérésie : L’Église fait face à sa « crise la plus grave » de l’histoire


Le professeur Claudio Pierantoni.

Par Diane Montagna — traduit par Campagne Québec-Vie

Rome, le 7 mai 2019 (LifeSiteNews) — La récente lettre ouverte à tous les évêques catholiques, accusant le Pape François d’hérésie et exhortant l’épiscopat du monde à enquêter sur les chefs d’accusation, a suscité l’admiration et l’opposition parmi les catholiques les plus éminents, éveillé une grande attention dans la presse laïque.

De notables réponses à la lettre sont venues de la part des Pères Joseph Fessio, S.J., Brian Harrison, O.S., et Thomas Weinandy, O.F.M. capucin.

La lettre a également laissé de nombreux catholiques avec des questions : les signataires accusent-ils le Pape François d’être un hérétique formel ? Contreviennent-ils au Droit Canon ? Quel en sera l’effet maintenant que le mot « hérésie » a été ouvertement utilisé à l’égard du Pape François ? Et pourquoi n’ont-ils pas d’abord cherché à lui faire part de leurs préoccupations en privé, avant de prendre cette mesure historique ?

LifeSite s’est entretenu avec le professeur Claudio Pierantoni, l’un des universitaires laïcs qui ont aidé à rédiger la lettre ouverte. Le professeur Pierantoni, né à Rome, est professeur de philosophie médiévale à la Faculté de philosophie de l’Université du Chili (Santiago). Il possède deux doctorats : l’un en histoire du christianisme et l’autre en philosophie.

Dans cette vaste entrevue, le Pr Pierantoni aborde ces questions, répondant aux critiques de la lettre ouverte et expliquant pourquoi il croit que l’Église traverse actuellement « la crise la plus grave, non seulement depuis la Réforme protestante, mais de toute son histoire ».

Laissez un commentaire Lire la suite

Justin Trudeau est déçu par la progression des lois pro-vie aux États-Unis


Justin Trudeau, Premier ministre du Canada.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

L’inimitable Justin Trudeau, Premier ministre du Canada, a récemment déclaré lors d’une conférence de presse à Paris que lui et son gouvernement étaient « profondément déçus par le recul des droits des femmes », parlant de toute évidence des récentes lois pro-vie de certains États américains, comme celle de l’Alabama. Extrait de CBC News :

Le Premier ministre accuse les politiciens « conservateurs » d'imposer de nouvelles restrictions à l'accès à l'avortement

[...]

« De toute évidence, nous sommes profondément déçus par le recul des droits des femmes que nous constatons dans certains endroits du monde, y compris dans certains États américains, » a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Paris.

« En tant que gouvernement, en tant que Canadiens, nous défendrons toujours sans équivoque le droit des femmes de choisir et les droits des femmes en général. »

[…]

« C'est une honte que nous voyions de plus en plus de gouvernements conservateurs et de politiciens conservateurs enlever des droits qui ont été durement acquis pendant de très nombreuses années par des générations de femmes et d'hommes alliés, » a-t-il dit.

Laissez un commentaire

Au cœur du sport : les faux champions transgenres

Par Jean-Pierre Dickès (Medias-Presse.Info) ― Photo :

Il y a deux ans, la National Collegiate Athletic Association en Amérique avait pris une décision pour le moins contestée mais conforme au politiquement correct. Elle avait décidé que les transgenres pourraient concourir avec les sportifs du sexe auquel ils s’identifiaient. Evidemment des petits malins se sont engouffrés dans la brèche. Un garçon déclare affirmer qu’il est une fille ; quelques injections d’œstrogènes, de progestatifs et d’aldactone pour ne pas prendre trop de cellulite… Le voilà qui arrive à la compétition. Pas même une demande de carte d’identité, d’examen médical ; et pas non plus de caryotype (étude des chromosomes) pour savoir s’il s’agit bien d’une fille. Et c’est parti pour la victoire ! Pourquoi ? Parce que la constitution physique des hommes, n’en déplaise aux féministes, est plus puissante notamment par les muscles et les os. Les transgenres hommes sont le plus souvent gagnants sur les femmes. Un âne comprendrait cela. Pourtant il est question lors des prochains jeux olympiques de laisser les transgenres participer aux compétitions du sexe opposé au leur. Source de conflits à n’en plus finir. Il y en a eus dans différents sports : arts martiaux, rugby, boxe, cyclisme etc.

Bien sûr immédiatement un certain nombre de scandales émergèrent dès 2017. Certains athlètes, hommes de bonne foi, gagnèrent des prix car ils étaient les plus forts. Mais bien sûr des filous profitèrent de la situation. C’est le cas de « Marie » Grégory qui s’était lancé dans la compétition des poids et haltères. La Fédération l’avait considéré comme une femme sur sa simple affirmation. En un an il avait gagné toutes les compétitions et avait battu quatre records mondiaux. Comble du cynisme, l’intéressé a remercié la Fédération de lui avoir permis de concourir.

Cette situation curieuse a fini par inquiéter une série de champions dans la discipline concernée. Plusieurs d’entre eux estimèrent qu’il fallait prendre en considération le sexe biologique et pas le genre. Ils déclarèrent qu’il y avait là une plaisanterie de bien mauvais goût. D’autant que plusieurs cas de cette nature avaient déjà été enregistrés et relevaient d’un manque de fairplay.

Le président de la Fédération des poids et haltères fit faire une prise de sang à Grégory et la supercherie fut dévoilée. Le 1er mars, il rayait tous les titres et prix obtenus par l’intéressé. Et ensuite ?

Ensuite il exprima le souhait de voir se développer des épreuves pour les transgenres. Une autre bouteille à l’encre insoluble en raison des variétés de ce « genre ».

Décidément seule la bêtise humaine nous donne une notion de l’infini.

Laissez un commentaire

Un Psychologue affirme que l’Église catholique a raison d’exclure les homosexuels de la prêtrise

Par Gerard van den Aardweg, Ph.D ― traduit par Campagne Québec-Vie ― Photo : Academia Christiana/Wikimedia Commons

12 mars 2019 (LifeSiteNews) ― Mon opinion en tant que psychologue et expert en homosexualité (et en pédophilie homosexuelle) est qu’aucun homme ayant une inclinaison à l’homosexualité ou à la pédophilie ne devrait être ordonné à la prêtre ni même être admis au séminaire.

Un penchant homosexuel tend à être obsessif. C’est tout aussi vrai pour les cas où ces inclinaisons n’étaient pas obsessives à première vue. On ne peut l’évaluer de manière certaine si un homme (ou un jeune homme) avec de telles inclinaisons — qu’elles soient fortes ou non — continuera d’être « célibataire »* [le mot chaste serait plus juste] dans l’avenir. Des changements de situations, des problèmes émotionnels, une certaine pression externe ou diverses circonstances peuvent souvent amener l’homosexuel, qui était « célibataire »* au départ, à rechercher un contact sexuel ou des relations.

En comparaison avec les hommes qui ont des attirances normales, ceux qui ont des inclinaisons homosexuelles tendent davantage vers de l’obsession, des fantasmes (homo)sexuels, à entretenir ou à développer une habitude à la masturbation. (Ce qui abaisse le seuil de retenu par rapport à la recherche de contacts réels, aux crises émotionnelles qui peuvent nuire à leur résolution et à les faire chercher du réconfort dans leurs fantasmes. Cela peut les amener à croire que leurs sentiments romantiques envers leurs amis intimes ardemment désirés ou admirés ne sont pas mauvais du tout, mais, qu’au contraire, sont l’expression d’un amour noble, vrai et profond. En se basant sur de naïves illusions, leurs désirs leur inspirent différentes rationalisations : si ce n’est pas pour un contact physique, alors c’est pour une amitié « chaste » et « fidèle » (bien qu’elles ne restent jamais chastes et ne sont pas, par principe, fidèles).

Cette rationalisation et ces tentatives de « normaliser » leurs sentiments les rend, entre autres choses, inaptes à comprendre la morale sexuelle de l’Église et vulnérables vis-à-vis les raisonnements et théories qui servent de justification morale ou religieuse pour les liaisons ou les contacts homosexuels. De cette manière, ils sont, ou deviendront au fil des ans, susceptibles de négliger les normes morales absolues de l’Église en matière de sexualité.

Laissez un commentaire Lire la suite