M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une action à Ottawa pour contrer l'euthanasie

Notre souper du 35e anniversaire à Montréal (voir ci-dessous) arrive à grands pas. Venez souligner avec nous 35 ans de combat pour la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle !

Mardi prochain, le 27 février, mon collègue Arpad Nagy, directeur des opérations politiques de CQV, sera sur la Colline parlementaire à Ottawa à 11 h pour un rassemblement contre l’euthanasie. En particulier, il sera question de contrer l’euthanasie pour les personnes atteintes de maladies mentales. Joignez-vous à lui pour cette manifestation ! (Un projet de loi, C-62, sera bientôt voté au sénat pour suspendre l’élargissement de l’accès à l’euthanasie pour ces personnes atteintes de maladies mentales. Faisons en sorte que cet élargissement soit non seulement suspendu, mais définitivement annulé.)

Également à noter : les 40 jours pour la vie à Montréal sont en cours, et ce, jusqu’au 24 mars. Mon collègue Brian Jenkins assure, avec l’aide de fidèles bénévoles, une présence de 12 heures par jour (de 7 h à 19 h), pour 40 jours de file devant un centre de « santé » où sont tués des enfants non nés. Venez prier à l’extérieur d’un centre d’avortement pour les enfants à naître et leur mère. ==> https://www.40joursmontreal.org/participer

Finalement, si vous êtes dans la grande région de Québec le 2 mars, il y aura le samedi 2 mars un colloque organisé par Campagne Québec-Vie ayant pour thème « Préparer la société chrétienne de demain ». Voir ci-dessous pour tous les détails !

Pour la Vie,


Georges Buscemi
Président de Campagne Québec-Vie

Souper du 35e anniversaire de Campagne Québec-Vie

35 ans d’existence ça se fête ! Cela fait depuis 1989 que Campagne Québec-Vie se bat pour la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Venez fêter en famille avec nous, en toute simplicité : nous tiendrons un souper pour notre 35e anniversaire le samedi 24 février 2024 à la salle de l’église Saint-Ambroise à Montréal (porte latérale située sur la rue de Normandville, église située au 1215 rue Beaubien E, Montréal, QC H2S 1T8) avec nul autre que le président de la Coalition nationale pour la vie, Jeff Gunnarson, et moi-même, Georges Buscemi, président du CQV ainsi que le Dr Paul Saba, récipiendaire cette année du prix Gilles Grondin, pour activiste québécois pro-vie exceptionnel. Soyez des nôtres ! Les portes ouvrent à partir de 16 h 30, le souper commence vers 17 h 30.

Les billets sont de 30 $ chacun (15 $ pour enfants 6-12 et 0 $ pour 5 et moins) et peuvent être achetés en ligne ou par téléphone : 1-855-996-2686 ou (514) 344-2686.

Colloque le samedi, 2 mars à Lévis — Préparer la société chrétienne de demain


Un colloque est organisé pour le samedi, 2 mars à Lévis, de 9 h 30 à 12 h 30. Trois intervenants montreront trois facettes d’une future société chrétienne qui protège la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle : Le Dr Jean-Claude Dupuis, historien, présentera l’économiste catholique François-Albert Angers (1909-2003), Arpad Nagy, directeur des opérations politiques de CQV parlera de son voyage en Hongrie, ce pays de l’Europe centrale qui défend la culture chrétienne et la vie, de la conception à la mort naturelle. Finalement, Georges Buscemi, président de CQV parlera de la façon dont la première Marche pour la vie à Québec pourrait servir de bougie d’allumage pour une culture de vie ici au Québec et au Canada.

Où : Auditorium de l’école Sainte-Famille, 10425 bd Guillaume-Couture, Lévis, QC G6V 9R6.

Heure : 9 h 30, après la messe du 1er samedi du mois (qui débute à 8 h 15, avec chapelet à 7 h 20)

Café et collation seront servis. Vous êtes invité à donner ce que vous pouvez à l’entrée.

 

1 réaction Lire la suite

Une femme apprend qu’elle a été conçue par un donneur : « Je n’étais plus la personne que j’étais »

Par Bridget Sielicki (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Syda Productions/Adobe Stock

Une Britannique s’exprime sur le traumatisme qu’elle a subi après avoir appris qu’elle avait été conçue par un donneur.

Amanda Burgess, 34 ans, a raconté son histoire dans un documentaire de la chaîne ITV intitulé « Born from the Same Stranger ». Elle a déclaré avoir appris par accident que son père biologique était un donneur de sperme à l’âge de 21 ans.

« J’avais 21 ans. Cette soirée s’est déroulée comme n’importe quelle autre soirée normale, et c’est alors que ma mère est entrée », a déclaré Mme Burgess dans l’émission. Mon amie l’a regardée et lui a dit : « Il faut que vous lui disiez ». Ma mère avait révélé le grand secret à la mère de mon amie, et le lendemain matin, ma mère l’a tout simplement dit : « Ton père n’est pas ton père, nous avons dû faire appel à un donneur de sperme ».

1 réaction Lire la suite

L’Indiana lance un site permettant aux parents de dénoncer l’endoctrinement sur le genre et les races dans les écoles


Todd Rokita, procureur général de l'Indiana.

Par Calvin Freiburger — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Office of the Indiana Attorney General/YouTube

9 février 2024, Indianapolis (LifeSiteNews) — Le bureau du procureur général républicain de l’Indiana, Todd Rokita, a lancé un site internet pour permettre aux parents de l’État de signaler plus facilement les cas d’endoctrinement idéologique dans les salles de classe de leurs enfants.

La page officielle « Eyes on Education » de l’État contient un formulaire que les résidents peuvent remplir pour soumettre leurs plaintes, accompagnées de photos ou de documents le cas échéant, un lien vers la Charte des droits des parents de l’Indiana qui précise les garanties d’implication des parents et les options de recours, ainsi que des liens vers la documentation sur les politiques pertinentes et le matériel répréhensible provenant de nombreux districts scolaires de l’État.

« Nos enfants doivent se concentrer sur les éléments fondamentaux de l’éducation, et non sur l’idéologie politique, qu’elle soit de gauche ou de droite », peut-on lire sur la page. « Eyes on Education est une plateforme permettant aux étudiants, aux parents et aux éducateurs de soumettre et de visionner des exemples réels provenant de salles de classe de tout l’État. Le bureau du procureur général assurera le suivi des documents soumis au portail qui pourraient enfreindre la loi de l’Indiana en utilisant nos outils d’investigation, y compris les demandes d’archives publiques, et publiera également ses conclusions sur le portail ».

1 réaction Lire la suite

Le suicide assisté n’est jamais vraiment une question de « choix » : voici pourquoi

Par Jonathon Van Maren — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : NVB Stocker/Adobe Stock

15 février 2024 (LifeSiteNews) — La semaine dernière, j’ai écrit une colonne dans cet espace sur la normalisation de l’euthanasie et l’insistance sinistre de ceux qui la défendent à affirmer que la mise à mort par injection létale est, en fait, à la fois une bonne chose et une chose qui sauve la vie. Nous assistons à une perversion complète du langage afin de justifier le meurtre médicalisé, ce qui explique pourquoi on ne trouve pas dans la presse des termes tels que « meurtre » ou « suicide » dans le contexte du débat sur l’euthanasie. Les militants ont très vite compris que ces termes n’étaient d’aucune utilité pour la normalisation.

Au début du mois, le député canadien Kevin Lamoureux, un libéral, est allé encore plus loin en déclarant : « La législation sur l’AMM [suicide assisté], même à l’occasion, je dirais en fin de compte qu’elle sauve des vies ».

C’est vraiment une chose insensée à dire — et le plus triste, c’est qu’il y croit probablement. Il est également probable qu’il ne se rende pas compte du danger que représente sa déclaration. Quel message envoie-t-il à ceux que le gouvernement a jugés admissibles au suicide facilité par l’État ? L’euthanasie est, d’un point de vue juridique, un choix. Mais comme pour l’avortement, ce « choix » est souvent un simulacre.

1 réaction Lire la suite

Des députés libéraux et néo-démocrates bloquent la motion visant à condamner l'incendie criminel de l'église catholique de Regina


Le député conservateur Corey Tochor.

Par Clare Marie Merkowsky — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Chambre des communes

14 février 2024, Ottawa, Ontario (LifeSiteNews) — Une motion conservatrice visant à condamner une récente attaque contre une église catholique de Regina a été rejetée par les libéraux et les membres du Nouveau Parti démocratique (NPD).

Lors d’un débat à la Chambre des communes le 12 février, les députés libéraux et néo-démocrates ont rapidement rejeté la motion du député conservateur Corey Tochor visant à condamner la tentative d’incendie criminel d’une église de Regina la semaine dernière.

« Monsieur le Président, il y a eu une autre tentative d’incendie criminel dans une église la fin de semaine dernière, et si vous demandez le consentement unanime, vous l’obtiendrez », a commencé M. Tochor, avant d’être rabroué par les députés libéraux et néo-démocrates.

La motion de M. Tochor fait suite à la publication d’une vidéo de surveillance du 9 février montrant un homme en train d’allumer un incendie dans une église catholique historique de Regina, en Saskatchewan, dans ce qui constitue la dernière attaque en date contre des églises au Canada.

La Paroisse Saint-Sacrement a publié les images de l’attaque sur les médias sociaux et a demandé à ceux qui savent quelque chose de contacter le service de police de Regina.

1 réaction Lire la suite

Participez aux 40 Jours pour la Vie, du 14 février au 24 mars 2024 !

Par la Coalition nationale pour la Vie — Traduit par Campagne Québec-Vie

Cet hiver, des centaines de communautés en Amérique du Nord, y compris plusieurs villes canadiennes, organisent simultanément une campagne de 40 jours pour la Vie du mercredi 14 février au dimanche 24 mars 2024.

Si vous souhaitez participer à la campagne des 40 jours pour la vie dans votre communauté, veuillez contacter le coordinateur local de la campagne (ci-dessous) pour savoir comment vous pouvez participer à une veillée de prière. Si vous souhaitez organiser 40 jours pour la vie dans votre communauté, rendez-vous sur le site www.40daysforlife.com pour plus d’informations.

Envisagez de devenir un bénévole de la prière en consacrant au moins une heure de prière et de jeûne devant l’établissement local pratiquant l’avortement. Si vous faites partie d’une paroisse ou église, peut-être votre pasteur aimerait-il « adopter une journée » ? Vous appartenez à un mouvement ou à un ministère de laïcs ? Pourquoi ne pas réserver une journée entière de prière pour votre groupe ?

1 réaction Lire la suite

Jordan Peterson reproche à Doug Ford de s’être rangé du côté des « mutilateurs d’enfants »


Doug Ford.

Par Anthony Murdoch — Traduit par Campagne Québec-Vie

14 février 2024 (LifeSiteNews) — Le Dr Jordan Peterson, psychologue canadien bien connu, a accusé le premier ministre de l’Ontario Doug Ford de se ranger du côté des « mutilateurs d’enfants » pour avoir refusé de présenter une loi semblable à celle que la première ministre de l’Alberta Danielle Smith s’apprête à adopter et qui interdira aux médecins de procéder à la « transition » chirurgicale ou chimique d’enfants.

« Vous devriez avoir honte de vous @fordnation », a écrit M. Peterson sur X (Twitter) dimanche, dans un message qui comprenait un lien vers un rapport du Toronto Star expliquant pourquoi M. Ford a choisi de ne pas suivre l’exemple de Mme Smith.

« Je dis cela en sachant très bien que vous êtes préférable à vos alternatives politiques, mais c’est un acte de lâcheté inexcusable ».

Peterson a ensuite poursuivi en disant à Ford : « Vous avez littéralement pris le parti des mutilateurs d’enfants au nom d’une fausse compassion qui déteste tout ce que vous et les conservateurs représentez hypothétiquement ».

1 réaction Lire la suite

Au-delà de la modernité stérile et du tribalisme désespéré : la royauté sociale du Christ

Par Georges Buscemi, président de Campagne Québec-Vie

Au printemps 2019, je me trouvais à New York pour assister à la 63e réunion de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies. Faisant partie d’un contingent pro-vie et pro-famille, j’étais là pour documenter les travaux et neutraliser, dans la mesure de mes moyens, les effets d’une conférence qui, au fil des ans, est devenue de plus en plus un moyen de promouvoir l’avortement, l’« éducation sexuelle » perverse et les idéologies féministes derrière un écran de mots technocratiques à la mode, comme « santé sexuelle et reproductive », « éducation complète », « égalité des sexes » et « développement durable ». Lors de cette conférence, qui s’est déroulée pendant deux semaines et à laquelle ont participé des centaines de délégués du monde entier et des milliers d’activistes, des dizaines de conférences ont été organisées tout au long de ces quelques jours dans des lieux situés à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments de l’ONU. Les discussions auxquelles j’ai assisté étaient généralement organisées de la manière suivante : un pays occidental riche et technologiquement développé (Suède, Finlande, Royaume-Uni, etc.) était associé à un pays pauvre et sous-développé (Somalie, Tanzanie, etc.) et accompagné d’un département des Nations unies (ONU Femmes, Fonds des Nations unies pour la population, etc.). Quel que soit l’objectif prétendu de ces discussions, il me semble que leur but réel était d’intimider et de faire honte aux pays pauvres pour qu’ils adoptent des attitudes libérales « éclairées » à l’égard de la vie, du sexe, de la religion et des relations entre les genres, en échange d’argent. Lors de l’une de ces conférences, j’ai vu un représentant de la Suède affirmer devant son homologue éthiopien (dont les lois sur l’avortement sont encore relativement restrictives) sa fierté de « représenter un gouvernement féministe », sa conviction que la « santé sexuelle et reproductive » (lire : l’avortement et la contraception) devrait être garantie, et son inquiétude quant aux « normes masculines destructrices ». Ce qui a vraiment retenu mon attention, cependant, c’est lorsque le représentant suédois a momentanément exprimé des doutes quant au succès futur de la diffusion de son modèle d’illumination libérale. « Car », a-t-il dit, tandis que son visage s’assombrissait momentanément, « un vent froid souffle désormais sur le monde », un vent qui menace de renverser toutes les avancées libérales en matière de « changement climatique », de droits des femmes et de démocratie. Mais quel est ce « vent froid » qui souffle sur la surface de la planète et qui inquiète tant le diplomate suédois ?

Une autre conférence tenue quelques semaines plus tard à Vérone, en Italie, pourrait en donner la clé. Lors de cette conférence organisée en partie par les autorités locales et nationales, un universitaire américain sympathique et personnalité montante de YouTube, Steve Turley, a lui aussi parlé d’un « vent de changement » balayant le monde. Mais pour lui, ce vent est aussi vivifiant et stimulant qu’il est glaçant et mortifiant pour le diplomate suédois et l’ordre mondial libéral qu’il représente. Turley, qui s’est donné pour mission, par le biais d’émissions sur sa chaîne YouTube, de décrire et d’intensifier ce qu’il perçoit comme un phénomène positif, le résume ainsi : le monde se révolte contre la méthode « taille unique » de gouvernance mondiale de la modernité par le biais d’une réaction à trois facettes : le populisme, le nationalisme et le traditionalisme. Cette réaction tripartite est déclenchée par trois inquiétudes interconnectées engendrées par l’ordre mondial globaliste : l’insécurité financière (les emplois partent vers le tiers-monde), l’insécurité frontalière (les migrants inondent et modifient rapidement les nations d’accueil) et l’insécurité culturelle (provoquée par les divertissements et les marques du plus petit dénominateur commun mondialisé, le libéralisme, l’indifférentisme religieux, la perte des coutumes et des formes de vie locales, etc.) Le populisme exprime la colère de la population contre une élite dirigeante qui l’a trahie non seulement en refusant de répondre de manière adéquate à ces trois préoccupations, mais en les exacerbant année après année (cf. la décision de la chancelière Angela Merkel d’ouvrir les vannes à des centaines de milliers de migrants en 2015). Le populisme cherche donc à court-circuiter la bureaucratie ou les représentants dûment désignés pour obtenir des résultats. Le vote américain pour Donald Trump est emblématique de cette tendance, de même que le vote du Brexit en 2016. Le nationalisme peut être compris comme un désir d’affirmer la souveraineté nationale face à une tendance croissante à l’immigration, qui inonde les marchés locaux d’une main-d’œuvre bon marché, entraînant une baisse des salaires et, en fin de compte, de la qualité de vie. Enfin, 3) le traditionalisme, ou la « retraditionalisation » comme l’appelle Turley, est un processus par lequel les nations refusent de s’assimiler à l’uniformité criarde d’un monde Coca-Cola/Walmart/McDonald’s en renouant avec leurs anciennes traditions culturelles et religieuses.

1 réaction Lire la suite

La crise de la foi et de la vie exige des bergers francs et non des « chiens muets », déclare Mgr Aillet


Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne.

Par Louis Knuffke — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : KTOTV/YouTube

9 février 2024, Bayonne, France (LifeSiteNews) — Un évêque français connu pour son orthodoxie a fait l’éloge des évêques américains en tant qu’exemples de franc-parler face à une profonde crise de foi au sein de l’Église, une crise qui, selon lui, rappelle la grande apostasie qui sera observée à l’âge de l’Antéchrist.

Dans une récente entrevue accordée au National Catholic Register, Mgr Marc Aillet, évêque du diocèse de Bayonne, Oloron et Lescar, dans le sud-ouest de la France, a déclaré qu’aujourd’hui « la vérité elle-même est menacée, et avec elle l’humanité tout entière ».

Insistant sur la nécessité pour les évêques de s’exprimer en tant que véritables bergers des âmes et déplorant le silence de tant d’évêques français sur les questions de foi, Mgr Aillet a fait l’éloge des évêques américains qui élèvent leur voix pour défendre des questions telles que le caractère sacré de la vie et qui sont présents à la Marche pour la vie qui a lieu chaque année à Washington, D.C.

« Lorsque je me suis rendu aux États-Unis, j’ai constaté que les paroisses avaient des services spécifiquement consacrés à la dignité de la vie et qu’un nombre important d’évêques participaient à chaque Marche pour la vie, ce qui n’est pas le cas en France ou ailleurs ».

« On peut dire que beaucoup de leurs évêques ne sont pas des “chiens muets” », a ajouté Mgr Aillet. Exprimant son espoir de voir les évêques français suivre leur exemple, il a poursuivi : « peut-être peuvent-ils nous encourager, nous les évêques français, à aboyer un peu plus fort ».

1 réaction Lire la suite

Le Canada de Trudeau se classe troisième sur la liste des pays occidentaux persécutant les chrétiens


Justin Trudeau.

Par Clare Marie Merkowsky — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Pete Baklinski/LifeSiteNews

(LifeSiteNews) — Le Canada est troisième sur la liste des nations occidentales persécutant les chrétiens, sous la direction du premier ministre Justin Trudeau.

Selon un rapport publié le 31 janvier par le Center for Religious Liberty du Family Research Council (FRC), le Canada se classe au troisième rang des pays occidentaux qui persécutent les chrétiens pour leur foi.

« Ces histoires sont alarmantes et montrent les diverses façons dont les gouvernements occidentaux — qui devraient être les porte-drapeaux de la défense de la liberté de religion et d’expression — sapent le droit humain fondamental à la liberté religieuse », a déclaré Arielle Del Turco, auteur du rapport et directrice du Center for Religious Liberty du FRC, dans un communiqué de presse.

« Ce rapport sert d’avertissement sur la façon dont les libertés fondamentales peuvent s’éroder même dans les démocraties occidentales », a-t-elle poursuivi. « La liberté de religion doit être protégée dans notre pays afin que nous puissions également défendre la liberté de religion dans le monde entier et défendre les personnes persécutées ».

Le rapport, intitulé « Free to Believe ? The Intensifying Intolerance Toward Christians in the West » [Libres de croire ? L’intolérance croissante à l’égard des chrétiens en Occident], documente 168 incidents de persécution ou de discrimination injuste à l’encontre de chrétiens dans 16 pays entre 2019 et 2023.

1 réaction Lire la suite