M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Campagne Québec-Vie salut le renversement de Roe v. Wade et Casey v. Planned Parenthood

C’est avec une joie profonde que Campagne Québec-Vie salue la décision Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization de la Cour suprême des États-Unis, annulant Roe v. Wade et Casey v. Planned Parenthood. Cinq juges ont voté pour le renversement de Roe : Clarence Thomas, Neil Gorsuch, Brett Kavanaugh et Amy Coney Barrett — dont trois, il faut le souligner, ont été nommé par Donald Trump. Le juge en chef John G. Roberts a écrit une opinion dissidente dans laquelle il déclare qu’il n’aurait pas renversé Roe, mais plutôt laissé en place la loi du Mississippi à l’origine du procès. Les trois autres juges ont voté contre.

Par ce jugement, l’avortement n’est désormais plus défini comme un « droit » au niveau fédéral américain et il revient aux États de légiférer sur cette pratique. Par cette décision, l’avortement est actuellement interdit à divers degrés dans une vingtaine d’États, dont les lois pré-Roe ou « à déclenchement » (trigger laws) ont interdit cette pratique dès la publication du jugement.

Cela représente des milliers d’enfants à naître qui ne mourront pas entre les forceps de l’avorteur !

Ainsi, malgré la fuite (sans doute malveillante) de l’opinion du juge Samuel Alito, et les pressions des pro-avortement qui s’en sont suivi, les juges auront eu le courage de rendre cette importante décision — une victoire pour le mouvement pro-vie qui a longtemps travaillé pour un tel résultat. Le combat n’est cependant pas fini et il faut s’attendre à une recrudescence des violences pro-avortement. Plusieurs États démocrates notamment ont approuvé des lois faisant de l’avortement un « droit » prévision du présent jugement.

Espérons qu’un tel exemple aura une influence sur la situation pro-vie au Canada — l’équivalent canadien de Roe v. Wade, R. c. Morgentaler, ne cite-t-il pas le premier ?

Voyez ci-dessous l’analyse de Georges Buscemi du renversement de Roe v. Wade et de ses implications pour le monde :

Roe-v-Wade.jpg
Roe c. Wade — Conséquences pour le monde


Dossier Roe. c. Wade

Campagne Québec-Vie est une association québécoise qui travaille de concert avec tout individu ou association de bonne volonté, à l’établissement d’une société chrétienne qui protège la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle.

1 réaction

Bonne Saint-Jean-Baptiste !


Saint Jean le Baptiste prêchant, par Mattia Preti.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : The AMICA Library/Wikimedia Commons

Campagne Québec-Vie vous souhaite une bonne Saint-Jean-Baptiste, tout spécialement aux Canadiens français dont c’est le saint patron attitré.

Qu’il nous garde dans la foi et ramène ceux qui s’en sont éloignés.

Qu’il nous inspire également le courage de témoigner jusqu’au bout, même si cela doit nous coûter la tête.

1 réaction

L’histoire d’une mort vraiment digne en Suisse

Par la Coalition pour la Prévention de l’euthanasie — Traduit par Campagne Québec-Vie

Lettre d’une amie et sympathisante en Suisse. Reproduite avec la permission de l’auteur.

Dans notre famille, notre maman, Rita, est décédée en février 2022. Elle avait 94 ans.

En septembre 2021, elle est allée pendant trois semaines dans une maison pour personnes âgées. Elle n’y était pas heureuse, alors nous avons trouvé une dame qui venait chez elle, pour rester avec elle, pour déjeuner avec elle, pour jouer aux cartes.

En janvier 2022, elle a eu une hémorragie cérébrale et je lui ai demandé si elle voulait aller à l’hôpital, elle m’a répondu : Non, je préfère mourir à la maison et peu après, elle est allée au paradis.

Vous savez, c’était incroyable. Après l’attaque au cerveau, elle a récupéré un peu et a voulu faire un repas de fête avec nous. On a pris du vin rouge et des frites.

Et la dernière semaine avant sa mort, je suis allée chez les voisins pour leur demander s’ils voulaient venir lui dire au revoir.

Un jeune couple est venu avec ses deux enfants. Je leur ai dit que ma mère aimait chanter et que nous pourrions chanter maintenant près de son lit pour lui dire au revoir. Et nous avons chanté une chanson d’enfant. C’était si beau de voir comment Dieu a tout arrangé. C’était une expérience enrichissante. Je suis tellement reconnaissante !

Maintenant, je vous souhaite un bon été.

Liebe Grüsse für Alex und alle deine Lieben. Un gros câlin de Zurich

Margrit

1 réaction

Un politicien britannique cherche à introduire les avortements à domicile en Irlande du Nord

Par Right to Life UK (LifeSiteNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : fizkes/Adobe Stock

22 juin 2022 — Le secrétaire d’État pour l’Irlande du Nord, Brandon Lewis, a indiqué qu’il souhaitait désormais imposer des services d’avortement « à domicile » en Irlande du Nord, alors qu’il s’apprête à prendre en charge l’avortement dans la région.

Le cadre initial de l’avortement qui a été imposé à l’Irlande du Nord allait bien au-delà de la législation actuelle sur l’avortement en Grande-Bretagne, mais n’imposait pas de services d’auto-avortement à domicile à la région.

Cependant, le secrétaire d’État pour l’Irlande du Nord, le député Brandon Lewis, s’apprête à commander les avortements dans toute la région et vient d’annoncer qu’il souhaite introduire les auto-avortements à domicile en Irlande du Nord.

Comparaissant devant une commission de Westminster, la semaine dernière, pour débattre d’un récent changement de loi qui lui permet de commander directement les avortements en Irlande du Nord, M. Lewis a déclaré :

Je suis conscient que la réglementation actuelle n’autorise pas directement la télémédecine, mais je vais évaluer cette question et je suis prêt à agir pour que les femmes d’Irlande du Nord y aient le même accès que les femmes du Royaume-Uni.

« Je ne m’attends pas à ce que le ministre et le ministère de la Santé fassent avancer ce dossier », a-t-il déclaré à la commission.

Un certain nombre de députés se sont prononcés contre la décision de donner ce nouveau pouvoir au secrétaire d’Irlande du Nord lors du débat en commission la semaine dernière.

La députée DUP Carla Lockhart a déclaré : « Il est clair que ces règlements vont à l’encontre de la responsabilité démocratique ».

Sur le plan constitutionnel, ils créent un dangereux précédent, sur le plan financier, ils n’ont pas à rendre de comptes et sur le plan politique, ils enlèvent toute responsabilité démocratique à la personne qui prend la décision et ignorent l’opinion de la population d’Irlande du Nord.

1 réaction Lire la suite

Les manifestants pro-avortement font preuve d’une sorte de satanisme : Père Frank Pavone


Le Père Frank Pavone.

Par Nick Marmalejo — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : LifeSiteNews/Rumble

22 juin 2022, Titusville, Floride (LifeSiteNews) — L’un des prêtres les plus francs et les plus héroïques du mouvement pro-vie affirme qu’il y a de bonnes raisons de croire qu’une décision majoritaire pro-vie a été prise dans l’affaire de la Cour suprême des États-Unis Dobbs contre Jackson Women’s Health Organization.

« La fuite n’aurait pas eu lieu [si nos adversaires] avaient été en mesure de changer le résultat », a déclaré le Père Frank Pavone, fondateur et directeur de Priests for Life, à propos de la fuite, le 2 mai, du projet d’opinion majoritaire du juge Samuel Alito dans l’affaire Dobbs. « De toute évidence, cela n’a pas fonctionné ; sinon, il n’y aurait pas eu besoin de divulguer cela ».

En raison de la pression politique et publique accrue sur la Cour suprême causée par la fuite, le Père Pavone déclare qu’à l’avenir, la Cour doit plus sérieusement prendre en compte les questions relatives à son intégrité.

« Si quelqu’un change d’avis, eh bien maintenant, qu’est-ce que cela va signifier ? » demande le Père Pavone. « Maintenant, ce sera chasse ouverte sur la Cour suprême. Toute décision que quelqu’un n’aime pas, il suffit d’exercer une pression publique et de dire “Oh, nous pouvons faire en sorte que quelqu’un change d’avis” ».

Il a ajouté : « Ce n’est pas simplement une pression politique ─ c’est une pression de la foule ─ et cela ne fera que nuire encore plus à la Cour suprême et à sa capacité d’aller de l’avant sur une base constitutionnelle ».

1 réaction Lire la suite

Le projet de loi des libéraux sur la censure internet va au Sénat après avoir été adopté par la Chambre des communes

Par Anthony Murdoch — Traduit par Campagne Québec-Vie

22 juin 2022, Ottawa (LifeSiteNews) — Un projet de loi sur la censure d’internet, critiqué par beaucoup comme permettant au gouvernement de mieux contrôler la liberté d’expression par le biais de nouvelles réglementations potentielles draconiennes, a été adopté hier par la Chambre des communes du Canada.

Le projet de loi C-11, qui a été élaboré par le gouvernement libéral du premier ministre Justin Trudeau, a été adopté par 208 voix pour et 117 contre, avec le soutien du parti socialiste NPD et du parti séparatiste Bloc Québécois.

Le seul parti à avoir voté contre le projet de loi est le Parti conservateur du Canada, qui a critiqué le projet de loi depuis sa présentation. Les députés conservateurs ont été rejoints par un député du Parti vert et un député indépendant.

Le ministre libéral du Patrimoine canadien, Pablo Rodriguez, a présenté le projet de loi C-11, Loi modifiant la Loi sur la radiodiffusion et apportant des modifications connexes et corrélatives à d’autres lois, en février.

Le projet de loi est maintenant devant le Sénat du Canada, qui procédera à une deuxième lecture de la législation jeudi. On s’attend à ce que le Sénat prenne son temps pour étudier le projet de loi C-11 ─ ce qui pourrait se prolonger jusqu’à l’automne ─ avant de se prononcer. Certains sénateurs ont déclaré qu’ils voteraient contre le projet de loi C-11.

Il est à craindre que le projet de loi C-11 n’oblige les sites internet relevant du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) ─ notamment YouTube, Twitter et Facebook ─ à retirer les contenus jugés « préjudiciables » dans les 24 heures, et ne contraigne des services comme Netflix à proposer davantage de contenu canadien.

La semaine dernière, le gouvernement libéral de Trudeau a voté pour mettre fin au débat sur le projet de loi C-11. Le projet de loi a été adopté à la hâte par la Chambre des communes avec plus de 150 amendements de dernière minute que les députés n’ont pas pu remettre en question.

Le projet de loi C-11 est très similaire au projet de loi C-10, un projet de loi qui, l’année dernière, n’a pas réussi à passer au Sénat canadien avant que Trudeau ne déclenche les élections à l’automne 2021.

Le très populaire commentateur canadien et ancien professeur de l’Université de Toronto, Jordan Peterson, a dénoncé le projet de loi C-11 comme faisant du Canada « le pays le plus censuré du monde développé ».

Canadiens : vous feriez mieux d’apprendre très vite à utiliser un VPN. Vérifiez. Le projet de loi C-11 a fait de nous le pays le plus censuré du monde développé. Félicitations, Justin Trudeau, vous avez finalement placé le pays auquel vous ne croyez même pas en première position.
– Dr Jordan B Peterson (@jordanbpeterson) 22 juin 2022

1 réaction Lire la suite

Témoignage d’une femme qui décida de garder son bébé dans une situation difficile

Témoignage d’une lectrice de Campagne Québec-Vie

Voilà je suis issue d’une famille un peu dysfonctionnelle de 5 enfants. Mon père a laissé ma mère seule avec 5 enfants…

À 22 ans je suis tombée enceinte et mon copain m’a quittée… J’avoue que j’étais déboussolée car j’étais en pleine jeunesse, je vivais seule avec ma mère dans la pauvreté et je me disais, je vais faire comment sans père pour mon enfant ? Ma mère m’a mis la main sur l’épaule et m’a dit : Dieu va t’aider…

Beaucoup même dans ma famille sont venus me voir pour insister que je me fasse avorter en me disant plein de choses comme : j’allais rendre cet enfant malheureux et moi aussi ! Malgré tout dans le fond de mon cœur je savais que je voulais le garder… Et j’ai décidé de l’offrir à Dieu !

Voilà aujourd’hui j’ai un beau fils de 34 ans qui est éducateur spécialisé et policier et surtout un enfant de Dieu… Je prie beaucoup depuis longtemps contre l’avortement… Si jamais mon témoignage peut servir, j’en rends grâce…

1 réaction

Un centre de grossesse du Minnesota vandalisé par le groupe « Jane’s Revenge », dernier acte de violence pro-avortement

Centre_de_grossesse_du_Minnesota_Citizens_Concerned_for_Life_vendalise_par_le_groupe_Jane_s_Revenge_pro-avortement.jpg

Par Clare Marie Merkowsky — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : MCCF/Twitter

20 juin 2022, Minneapolis, Minnesota (LifeSiteNews) — Le groupe militant pro-avortement Jane’s Revenge a attaqué un centre de grossesse du Minnesota, alors que les attaques pro-avortement continuent de se multiplier à travers le pays.

Dans la nuit du 15 juin, des activistes radicaux de Jane’s Revenge ont attaqué le bureau de Minnesota Citizens Concerned for Life, basé à Minneapolis, brisant les fenêtres et laissant le message « l’avortement est une libération » à la peinture rouge.

« La nuit dernière, le bureau du MCCL a été vandalisé pour la deuxième fois au cours des dernières semaines. Mais nous sommes reconnaissants d’être tous sains et saufs », écrit l’organisation sur Twitter.

« Alors que la SCOTUS se prépare à statuer dans l’affaire Dobbs vs Jackson, veuillez prier pour la sécurité des juges et pour le MCCL et d’autres groupes pro-vie », a-t-elle poursuivi.

Bien que le bureau ait été vandalisé le 9 mai également, un porte-parole de Minnesota Citizens Concerned for Life a déclaré à Fox News Digital que l’organisation reste « imperturbable dans son travail pro-vie ».

« Malgré ce ciblage, nous sommes reconnaissants d’être tous sains et saufs », a déclaré le porte-parole. « Nous prenons des précautions à l’avenir et nous ne sommes pas découragés dans notre travail pro-vie. Nous sommes reconnaissants pour les prières et le soutien que MCCL et les autres groupes pro-vie reçoivent pendant cette période ».

La semaine dernière, le groupe radical a déclaré la « saison ouverte » sur les pro-vie, promettant d’intensifier leurs attaques violentes.

Alors que la Cour suprême se rapproche de la publication de son avis et de l’annulation de l’arrêt Roe vs Wade, les radicaux pro-avortement sont devenus plus violents, le groupe Jane’s Revenge étant responsable de bon nombre de ces attaques.

Le ministère américain de la Sécurité intérieure a mis en garde contre une éventuelle violence terroriste liée à la décision en suspens quant à Roe vs Wade, affirmant que les pro-vie ainsi que les activistes pro-avortement ont encouragé la violence, malgré l’absence de preuve de violence ou de menace de violence de la part des pro-vie.   

En outre, l’attachée de presse de la Maison-Blanche, Karine Jean-Pierre, a refusé de dénoncer publiquement les manifestations illégales au domicile des juges pro-vie de la Cour suprême. Son prédécesseur, Jen Psaki, a affirmé que la Maison-Blanche encourageait les protestations « pacifiques » « devant le domicile des juges, et c’est la position du président ». 

Une manifestation a eu lieu quelques heures seulement après qu’un homme armé ayant l’intention de tuer le juge pro-vie Brett Kavanaugh ait été arrêté devant le domicile du juge.  

Il y a eu plus de 20 attaques contre des centres de grossesse à travers les États-Unis depuis que le projet d’une décision de la Cour suprême qui annulerait Roe v. Wade a été divulgué en mai.

1 réaction

Une nouvelle étude conclut que la fertilité masculine est réduite pendant plusieurs mois après le vaccin covid de Pfizer

Par Michael Haynes (LifeSiteNews) — Traduit par Pierre-Alain Depauw (Médias-Presse Info) — Photo : Studio Romantic/Adobe Stock

Une étude israélienne coécrite par sept médecins et qui a fait l’objet d’un examen complet par des pairs a prélevé des échantillons de donneurs de sperme pour constater que 75 à 120 jours après l’injection, la concentration de sperme masculin a diminué de 15,4 %, tandis que la motilité des spermatozoïdes a diminué de 22,1 %.

L’étude a écrit que si « aucun changement significatif » dans la concentration ou la motilité des spermatozoïdes n’a été trouvé à T1 (15 à 45 jours après l’injection), la concentration de spermatozoïdes était « significativement inférieure » dans les échantillons prélevés à la période de test T2.

Les échantillons T2 de concentration de spermatozoïdes se sont révélés « significativement plus faibles en raison d’une diminution de -15,4 % » que ceux avant la vaccination, ont écrit les auteurs.

Cela s’est traduit par une réduction moyenne de 12 millions/ml de concentration de spermatozoïdes pendant les échantillons T2, par rapport aux échantillons de pré-vaccination. Une réduction moyenne de 31,2 millions de spermatozoïdes mobiles a également été notée au cours de la même période.

Les auteurs n’ont pas précisé quelle était la concentration de spermatozoïdes avant la vaccination, mais ont cherché à apaiser les craintes en ajoutant qu’une « récupération » avait été constatée dans des échantillons prélevés plus tard au stade du test T3, bien qu’aucun détail n’ait été donné à ce stade de l’étude sur ce en quoi consistait la « récupération ».

Une réduction moyenne de 12 millions/ml de la concentration de spermatozoïdes chez les 37 hommes observés est significative, étant donné que l’Organisation mondiale de la santé suggère actuellement que la fertilité masculine est considérée comme normale s’il y a plus de 15 millions de spermatozoïdes par millilitre. Tout ce qui est inférieur est considéré comme malsain.

Plus bas dans l’étude, plus de détails ont été donnés sur la « récupération » rapportée trouvée dans les échantillons prélevés au cours de l’étape T3, qui ont été effectués à « 174,8 ± 26,8 jours » ou entre près de cinq à sept mois après la vaccination.

Contrairement à la suggestion selon laquelle la réduction de la concentration de spermatozoïdes a été inversée, la concentration de spermatozoïdes s’est en fait aggravée avec le temps, les échantillons de test T3 étant en moyenne de 15,9 % pires que les tests pré-vaccinaux. Le nombre total de motiles dans ces tests était encore inférieur de 19,4 % aux tests pré-vaccinaux, une très légère amélioration par rapport aux tests T2.

1 réaction Lire la suite

Une enseignante poursuit le conseil scolaire qui l’a expulsée d’une réunion parce qu’elle s’opposait à des livres pour enfants promouvant la «transition»


Mme Burjoski.

Par le Justice Centre for Constitutional Freedoms (LifeSiteNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : JCCF

21 juin 2022, Hamilton, Ontario (JCCF) — Le Centre de justice a annoncé mardi qu’une action en justice a été intentée contre le Waterloo Region District School Board au nom de Carolyn Burjoski.

Mme Burjoski, une ancienne enseignante de classe élémentaire, a été expulsée d’une réunion du conseil scolaire après s’être opposée aux décisions du conseil d’interdire les livres de bibliothèque jugés « nocifs » et d’inclure des livres sur la sexualité dans le programme de tous les élèves de l’élémentaire.

Mme Burjoski a assisté à la réunion, ouverte au public, le 17 janvier 2022, et a tenté de faire une présentation de 10 minutes pour exprimer son point de vue, en soulignant que le matériel d’éducation sexuelle proposé sexualiserait les enfants et minimiserait les risques d’une transition sexuelle médicale.

La présentation de Mme Burjoski comprenait un passage d’un livre d’Alex Gino intitulé Rick qui raconte l’histoire d’un jeune garçon dont l’ami parle tout le temps de filles nues. Le garçon décide qu’il doit y avoir quelque chose qui ne va pas chez lui parce que cela n’éveille rien en lui, il déclare donc son « identité asexuelle ».

La présentation a également montré un passage d’un livre de M.G. Hennessy intitulé The Other Boy, qui traite d’une fille qui s’identifie comme garçon et prend des bloqueurs de puberté et de la testostérone dans le cadre d’une transition sexuelle médicale. Mme Burjoski a fait remarquer que certains livres « donnent l’impression qu’il est simple ou même cool de prendre des bloqueurs de puberté et des hormones du sexe opposé ».

La présentation de Mme Burjoski a été interrompue après quatre minutes par le président Scott Piatkowski, qui a allégué qu’elle violait le Code des droits de la personne de l’Ontario. Le conseil a voté pour confirmer la décision de M. Piatkowski et Mme Burjoski a été expulsée de la réunion.

Selon Jorge Pineda, avocat du Centre de justice, « Mme Burjoski est une ancienne enseignante qui s’inquiète sincèrement de la convenance du contenu sexuel partagé avec des enfants d’âge élémentaire dans les écoles de la région de Waterloo ».

1 réaction Lire la suite