M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Mgr Gomez, président de l’USCCB critique Biden au sujet de l’avortement, Mgr Cupich le blâme en retour


Mgr José Horacio Gómez Velasquez, archevêque de Los Angeles et président de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Mgr José H. Gómez, archevêque de Los Angeles et président de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis (dont l’acronyme en anglais est USCCB) a publié le 20 janvier, jour de l’investiture présidentielle du fraudeur électoral Joe Biden, une déclaration au nom de l’USCCB critiquant légèrement le nouveau président des États-Unis sur la question de l’avortement, notamment ― rien à voir avec un anathème en tout cas.

Cependant, c’était assez, d’égratigner ― que dis-je ! ― d’effleurer les positions pro-avortement du président Bidon (pardon, Biden) pour que le cardinal Blase Cupich, archevêque de Chicago étiquetât la déclaration d’« inconsidérée » sur Twitter. Catholic News Agency (CNA) rapporte :

Mercredi, le cardinal Cupich déclarait : « la Conférence des évêques catholiques des États-Unis a publié une déclaration inconsidérée le jour de l’investiture du président Biden. Outre le fait qu’il n’y a visiblement aucun précédent en la matière, cette déclaration, critique à l’égard du président Biden, a surpris de nombreux évêques, qui l’ont reçue quelques heures à peine avant sa publication ».

« La déclaration a été élaborée sans l’implication du Comité administratif, une consultation collégiale qui est une procédure normale pour les déclarations qui bénéficient de l’approbation réfléchie des évêques américains », continuait-il.

« Les défaillances institutionnelles internes que cela implique doivent être traitées, et je suis impatient de contribuer à tous les efforts allant en ce sens, afin que, inspirés par l’Évangile, nous puissions construire l’unité de l’Église et, ensemble, entreprendre le travail de guérison de notre nation en ce moment de crise », affirmait le cardinal.

C’est surtout avec une critique de forme que Mgr Cupich attaque la déclaration du président de l’USCCB, et non de fond. Qu’importe qu’il y ait un précédent ou non à ce genre de déclaration ? Si « de nombreux évêques » ont été « surpris » par ladite déclaration, cela n’empêche pas que beaucoup d’évêques américains ont soutenu la déclaration de l’USCCB, rapporte CNA. Par ailleurs, trois évêques ont affirmé à CNA que Mgr Cupich avait passé une grande partie de la journée de mercredi à rallier les évêques américains pour produire une déclaration différente, soutien qu’il n’a visiblement pas obtenu. Il a donc publié de son côté une déclaration ne critiquant pas Biden, sur son propre site, selon CNA.

1 réaction Lire la suite

Discours du président de la Fondation Lejeune lors de la Marche pour la Vie à Paris


Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Lejeune.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Le problème de la procréation médicalement assistée (PMA) ne réside pas essentiellement dans la PMA sans père, elle réside en elle-même. L’horreur de l’avortement ne repose pas uniquement sur l’avortement tardif, elle tient à tout avortement. Ce qu’il faut, ce n’est pas tant empêcher l’élargissement de la PMA et l’avortement que de les interdire. C’est ainsi que se résume le discours de Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Lejeune, lors de la Marche pour la Vie à Paris de dimanche, selon Le Salon Beige :

« S’agissant de l’allongement des délais de l’avortement, on entend de plus en plus, de la part de ceux qui s’en indignent, qu’il faudrait revenir à l’esprit de la loi Veil, comme s’il y avait eu un âge d’or de l’avortement. Pour un peu, Mme Veil aurait été opposée à l’avortement ! Non, la loi Veil n’est pas la solution, elle est le problème. Et valoriser la loi Veil, c’est rendre inéluctables les évolutions qu’elle engendre. »

Lire la suite ici.

1 réaction

L’un des meneurs de l’« assaut » du Capitole est un activiste de Black Lives Matter


John Sullivan, à droite.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Trump est innocent, s’il était besoin de le prouver, de toutes les calomnies que les médias libéraux, les démocrates et leurs alliés ont déversées sur lui au sujet de l’« émeute » du Capitole, survenue le 6 janvier ; un des émeutiers et incitateurs de l’assaut a été arrêté et s’avère être un activiste de Black Lives Matter. Selon LifeNews :

Le récit des médias libéraux sur l’émeute du Capitole du 6 janvier était que les partisans conservateurs pro-vie de Trump étaient derrière la prise d’assaut du Capitole. Mais un militant BLM a été arrêté pour son rôle d’infiltration des électeurs de Trump, devant le Capitole, et pour les avoir incités à la révolte et à la destruction.

Le militant radical BLM John Sullivan a été accusé d’avoir participé à l’émeute du Capitole et de l’avoir encouragée. C’est un gauchiste qui a fondé un groupe appelé Insurgence USA et qui a passé une entrevue sur CNN par Anderson Cooper afin d’exposer son plaidoyer libéral.

Epoch Times explique comment Sullivan a non seulement participé aux émeutes, mais les a dirigées en incitant les partisans de Trump à l’émeute et en les incitant à la violence :

« Selon un dossier judiciaire récemment publié, John Earle Sullivan, 26 ans, a déclaré la semaine dernière à des agents du FBI qu’il était au Capitole lorsque la brèche s’est produite. Il a dit qu’il était entré par une fenêtre qui avait été brisée. Il a également déclaré qu’il était présent lorsque Ashli Babbitt, vétéran de l’armée de l’air, a été abattue par un agent de la police du Capitole alors qu’elle tentait d’entrer dans le hall du président de la Chambre par une fenêtre.

Sullivan a montré aux agents une partie des vidéos qu’il a prises à l’intérieur du bâtiment, dans lequel lui et d’autres personnes sont entrés illégalement. »

1 réaction

Habits dégenrés de haute couture dégénérée


Vous trouvez franchement qu'il a l'air intelligent là-dedans, ce gars ? Pas moi...

Par Francesca de Villasmundo (Médias Presse Info)

Récemment c’est la maison italienne Gucci qui fait dans la genderofolie à outrance. Désormais au centre de la scène des défilés de mode depuis quelques années, les choix stylistiques d’Alessandro Michele, le directeur artistique (sic) de Gucci, s’inscrivent résolument dans une propagande lgbtqi++++.

Dernièrement il a lancé une robe, rappelant les vêtements de poupées, pour homme : jupe, nœud en satin à la taille, boutons en nacre, en tartan orange, avec un col rond. Sur le site, la robe est décrite comme « reflétant l’idée d’une fluidité de genre sans les stéréotypes toxiques qui façonnent l’identité du genre masculin ».

Quant à l’identité de genre de la haute couture, sans ambiguïté c’est d’être… dégénérée !

1 réaction

Je refuse le déni

Par Paul-André Deschesnes — Photo : Pixabay

Je refuse le déni. Même à 80 ans, je suis encore capable de faire la différence entre la réalité et la fiction (ce que je souhaiterais).

Je refuse de renouveler ma carte du PCC (Parti conservateur du Canada).

Aux prochaines élections, je vais annuler mon vote pour la première fois de ma vie ! La gauche a pris le contrôle du PCC pour avoir des chances de battre Trudeau, surtout au Québec — c’est la réalité.

Pour l’avortement, pour l’euthanasie, pour les LGBTQ, etc., le chef O’Toole vient d’expulser le « méchant » Sloan (un complotiste pro-Trump et trop ami de la droite et surtout de la méchante droite religieuse).

C’est incroyable ! Assez, c’est assez avec le PCC ! Voilà la triste réalité. Pourriture !

J’ai appris ce matin par des amis français que le musée Grévin vient de jeter aux vidanges la statue de cire de Trump ! C’est la réalité, Trump a perdu. C’est le méchant démon, détesté du monde entier ! C’est le criminel n° 1 car il est contre l’avortement, l’euthanasie, les LGBTQ, le gouvernement mondial, les francs-maçons, l’immoralité, le socialisme, etc. Il est imbu de « très mauvaises valeurs » ; il n’est pas à la mode ! Dehors !

À 12 h, ce midi, le Messie Biden sera officiellement le nouveau président des États-Unis ! C’est la réalité. Lady Gaga et Madona vont danser et chanter à côté de lui ! Tout Hollywood va fêter ! Tous les pervers vont festoyer !

1 réaction Lire la suite

Derek Sloan, député pro-vie, éjecté du Parti conservateur -- que faire ?

Vous avez peut-être entendu la nouvelle selon laquelle le dynamique et courageux député conservateur pro-vie, Derek Sloan, risque de se faire éjecter du parti conservateur du Canada, sous prétexte qu'il ait accepté un modeste don d'un personnage douteux lors de la course à la chefferie en 2020.

Ce triste spectacle démontre à quel point la haute direction du Parti conservateur du Canada (PCC), y compris son chef, Erin O'Toole, n'ont pas beaucoup de sympathie pour les pro-Vie, c'est à dire, les combattants pour la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. 

Si vous êtes membres du parti conservateur du Canada, ou si de toute façon la question de la participation pro-Vie au sein du parti conservateur vous interpelle, vous êtes invité à une visioconférence à ce sujet. J'y serai en compagnie d'autres intervenants, pour faire la lumière sur cette situation et discuter de possibles scénarios pour l'avenir. Il faut se souvenir qu'en mars le PCC tiendra son congrès, lors duquel seront votées les orientations principales et les politiques du parti. Cette manœuvre contre Sloan s'agit-elle d'un moyen de décourager les délégués pro-Vie de se présenter à ce congrès, laissant toute la place aux agents «progressistes» au sein du PCC?

La visioconférence se tiendra le jeudi le 21 janvier à 19h00 (heure de l'est) et se fera par «Teams», voici les détails :

________________________________________________________________________________
Rencontre, jeudi le 21 janvier à 19h00 (heure de l'est)
Se joindre avec son ordi ou son portable
Ou par téléphone (audio seulement)
+1 647-749-0223,,861366237#   Canada, Toronto
Phone Conference ID: 861 366 237#

Pour la foi, la famille et la Vie,


Georges Buscemi, président

p.s. visitez notre site Culture de Vie pour toutes les nouvelles récentes.

1 réaction Lire la suite

Proclamation de la Journée nationale du caractère sacré de la vie humaine par Donald Trump

Traduction du texte de Donald J. Trump, président des États-Unis, par Yves Daoudal (Le blog d’Yves Daoudal) ― Photo : Gage Skidmore/Flickr

Voici la proclamation de Donald Trump faisant du 22 janvier, anniversaire de la néfaste décision de la Cour suprême des États-Unis Roe v. Wade, la Journée nationale du caractère sacré de la vie humaine. Vous risquez de ne pas en voir souvent comme celle-là dans les prochaines années à venir. ― A. H.

***

Proclamation de la Journée nationale du caractère sacré de la vie humaine, 2021

Chaque vie humaine est un don au monde. Qu’elle soit née ou à naître, jeune ou vieille, en bonne santé ou malade, chaque personne est faite à l’image sainte de Dieu. Le Créateur tout-puissant donne à chaque personne des talents uniques, de beaux rêves et un grand dessein. En cette journée nationale du caractère sacré de la vie humaine, nous célébrons le miracle de l’existence humaine et renouvelons notre détermination à construire une culture de la vie où toute personne de tout âge est protégée, valorisée et chérie.

Ce mois-ci, nous commémorons presque le cinquantième anniversaire de l’arrêt Roe contre Wade de la Cour suprême des États-Unis. Cet arrêt, entaché d’irrégularités constitutionnelles, a annulé les lois des États qui interdisaient l’avortement, et a entraîné la perte de plus de 50 millions de vies innocentes. Mais des mères fortes, des étudiants courageux, de magnifiques membres de communautés et des personnes de foi mènent un puissant mouvement pour réveiller la conscience de l’Amérique et restaurer la croyance que chaque vie est digne de respect, de protection et de soins. Grâce au dévouement d’innombrables pionniers pro-vie, l’appel à la reconnaissance du caractère sacré de la vie par chacun est plus fort que jamais en Amérique. Au cours de la dernière décennie, le taux d’avortement a régulièrement diminué et aujourd’hui, plus de trois Américains sur quatre soutiennent des restrictions à l’avortement.

1 réaction Lire la suite

Le Prince Harry insinue que la « pandémie » de coronavirus serait une punition de « Mère Nature »

Par Emily Mangiaracina ― Traduit par Campagne Québec-Vie ― Photo : Pxfuel

Évidemment, de tels propos n’ont rien de rationnel, du vrai panthéisme, ce qui les rend encore plus inquiétants dans la bouche d’une personne d’une certaine notoriété comme le prince Harry… ― A. H.

7 décembre 2020 (LifeSiteNews) — Dans une entrevue visant à promouvoir le WaterBear Network, un nouveau service de diffusion vidéo dédié au soutien des objectifs de développement durable des Nations Unies, le prince Harry a parlé du covid-19 comme d’une punition de « Mère Nature ».

« Quelqu’un m’a dit au début de la pandémie, c’est presque comme si Mère Nature nous avait envoyés dans nos chambres à cause de notre mauvais comportement, afin que nous prenions vraiment un moment pour réfléchir à ce que nous avons fait », déclarait-il à Ellen Windemuth, PDG de WaterBear, et à Sam Sataria, responsable de la stratégie.

Le 24 mars, la duchesse Sarah Ferguson, ex-femme du prince Andrew, écrivait dans un tweet : « Mère Nature nous a envoyés dans nos chambres, comme les enfants gâtés que nous sommes. Elle nous a donné du temps et elle nous a donné des avertissements. Elle a été si patiente avec nous. Elle nous a donné du feu et des inondations, elle a essayé de nous avertir mais à la fin elle a repris le contrôle ».

10 jours seulement avant le tweet de la duchesse Ferguson, un prêtre défroqué, largement crédité comme « théologien de référence » pour le synode de l’Amazonie de 2019, a soutenu que le coronavirus était le résultat des mauvais traitements que la terre a subis de la part de l’humanité, dans son article « The Origins of the Coronavirus ».

1 réaction Lire la suite

Le député pro-vie Derek Sloan en voie d’expulsion du Parti conservateur sous un prétexte futile


Le député pro-vie Derek Sloan.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : @DerekSloanCPC/Twitter

Le député ontarien du Parti conservateur du Canada (PCC), le pro-vie Derek Sloan, a été mis sur la voie de sortie par le nouveau chef, le pro-avortement Erin O’Toole, sous le prétexte futile que le député avait reçu lors de sa campagne pour la course à la chefferie de l’année dernière un don de 131 $ de la part d’un certain Paul Fromm, qui serait un néonazi notoire. Erin O’Toole prête certains gestes et sentiments à Derek Sloan, selon ce qu’on lit sur TVA Nouvelles :

« L’acceptation par Derek Sloan du don d’un suprémaciste blanc bien connu est bien pire qu’une grossière erreur de jugement ou qu’un manque de diligence raisonnable », a-t-il expliqué par communiqué en fin d’après-midi lundi.

Derek Sloan, et c’est compréhensible, n’avait pas eu vent de ce donateur. Il affirmait sur Twitter, selon TVA Nouvelles :

« Ma campagne a levé bien plus de 1,3 M$ et a reçu plus de 13 000 dons séparés. Chaque jour, nous avons reçu plus de centaines de dons différents, et mon équipe, qui était dirigée dans de nombreux cas par des bénévoles, traitait des chèques, entre autres choses. À aucun moment je n’ai eu connaissance de ce don » [...]

C’est un journal américain de gauche, le Press Progress, qui a déniché le fait que le certain Paul Fromm, néonazi « notoire » selon plusieurs organisations (gauchistes ?), avait donné 131 $ au Parti conservateur l’été dernier. Après enquête, le parti a déterminé que le don provenait de la campagne de financement de M. Sloan.

Cependant, comment voulez-vous que ce dernier ait forcément eu connaissance d’un don parmi 13 000 autres qu’il ne traitait pas lui-même, et des idées politiques du donateur ? Et combien même ce serait…

1 réaction Lire la suite

Plaidoyer du Pr Douglas Farrow : « Mettez fin dès maintenant au confinement inefficace du Québec »

Par Douglas Farrow, professeur de théologie et d’éthique à l’Université McGill de Montréal (The Post Millennial) ― Traduit de l'anglais ― Photo : Freepik

Si les grandes entreprises de technologie (Big Tech, ndlt) continuent à censurer les conservateurs, cela signifie que nos jours sur ces plateformes pourraient être comptés. (..., ndlt.)

Au Québec, notre gouvernement a émis des décrets de fermeture de la province pour un mois, avec un couvre-feu à 20 h et une interdiction des services religieux, en réponse à une poussée saisonnière tout à fait prévisible du coronavirus, qui est apparu à Wuhan, en Chine, il y a environ un an. Le premier ministre Legault n’a proposé aucune analyse coûts/bénéfices et aucune justification morale qui puisse résister à la moindre critique. Il se contente de répéter le refrain d’experts médicaux tout aussi irresponsables, qui prétendent que cela nous sauvera d’une catastrophe imminente en endiguant la vague hivernale de transmissions du COVID. Cela ne fera rien de tel. Ce que ça fera, c’est causer un préjudice encore plus grave aux personnes privées de leurs revenus et de leurs communautés de soutien, sans parler de leurs droits et libertés constitutionnels. À la veille de l’annonce des nouveaux décrets, de nombreux experts médicaux ont été présentés dans les médias pour renforcer le soutien au gouvernement. Le Dr Donald Vinh, par exemple, est cité dans The Montreal Gazette comme ayant déclaré que des mesures de confinement strictes se sont avérées très efficaces au niveau international. Il observe également que 58 % des cas confirmés de COVID-19 au Québec sont parmi les personnes âgées de 20 à 59 ans, ce qui, selon lui, « signifie que les activités sociales de ces groupes d’âge représentent la majorité des transmissions communautaires en cours ». Ces deux affirmations sont très trompeuses. Son domaine d’expertise spécifique (en tant que microbiologiste qui étudie les facteurs génétiques dans la transmission des maladies infectieuses) ne lui permet pas de rendre des avis faisant autorité sur ces questions. Prenons ses affirmations dans l’ordre inverse : environ 65 % des Québécois ont entre 15 et 65 ans. Pourquoi devrions-nous alors nous inquiéter du fait que 58 % des cas confirmés se situent dans la tranche d’âge 20-59 ans ? Et pourquoi, dans cette logique, ne pas enfermer uniquement les personnes de cette tranche ? Ce sont eux les coupables après tout qui transmettent le COVID sans en souffrir. Ou bien, puisque très peu de « cas » qui ne sont pas d’un âge avancé ou qui sont sujets à une condition compromettante nécessitent une hospitalisation, pourquoi devrions-nous enfermer qui que ce soit ? Pourquoi ne pas plutôt cibler nos ressources — dont nous disposons de moins en moins à chaque confinement — sur la protection et l’assistance des personnes réellement vulnérables au virus ?

1 réaction Lire la suite