M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Mgr Jędraszewski au sujet du Great Reset : « Où est la place de Dieu là-dedans ? »


Mgr Marek Jędraszewski, archevêque de Cracovie en Pologne.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo :

Mgr Marek Jędraszewski, archevêque de Cracovie en Pologne, dénonce le Great Reset (Grande réinitialisation) projeté par Klaus Schwab, fondateur du Forum de Davos qui réunit plusieurs grands pontes des finances et de la politique, car aucune place n’y a été prévue pour Dieu.

Dans une homélie donnée dans l’église de Notre-Dame du perpétuel secours de Cracovie le 3 mars, Mgr Jędraszewski souligne l’athéisme du livre de Klaus Schwab, Covid-19 : La Grande Réinitialisation, dans lequel ce dernier expose le Great Reset que doit subir le monde, ses modalités, ses aspects, enfin, son plan. Selon LifeSiteNews :

« Où est la place de Dieu là dedans ? » demandait Mgr Jędraszewski à l’assemblée.

« Comment peut-on parler d’un homme nouveau et d’un monde nouveau sans référence à Dieu ? » poursuivit-il.

« L’énorme ouvrage de plusieurs centaines de pages ne fait référence à la religion qu’une seule fois. Il ne fait aucune mention de la transcendance, de Dieu. Il est même question d’une indéfinie “Mère Nature”, écrite avec des majuscules ».

L’archevêque cita l’historien Grzegorz Kucharczyk, qui pense que les idées des mondialistes sont opposées au christianisme.

« Les mondialistes essaient de profiter de la pandémie de coronavirus pour déprécier complètement tout ce que le christianisme a apporté depuis près de 2 000 ans, et apporte encore, pour le bien de l’humanité », déclara-t-il.

On peut noter que des hommes politiques comme Justin Trudeau sont partisans d’une grande réinitialisation et voit une belle opportunité dans le confinement pour ce faire (non, ce n’est pas grâce à une « pandémie » qu’ils font tout ça).

1 réaction

« Je n’ai rencontré aucune empathie et l’indifférence était totale », raconte une femme sur son expérience à l’avortoir

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Carola Profeta, actuellement âgée de 45 ans et pro-vie, avait avorté quand elle avait 23 ans. Cette femme, qui a maintenant trois enfants, raconte son histoire à Luca Marcolivio d’International Family News :

À 23 ans, elle a avorté. Comment était votre vie à l’époque et quelles difficultés avez-vous traversées ?

À cette époque, je vivais à Pescara, où je partageais une chambre avec une autre fille. J’étais un travailleur précaire ; je n’avais pas vraiment de travail. Mon petit ami avait lui aussi été licencié récemment et traversait une crise profonde. Dans un moment de fragilité, j’ai fait un mauvais choix. Quand je suis tombée enceinte, il l’a très mal pris. Il a eu peur et a dit : « Je n’en veux pas, je n’en veux pas… ». Et comme je dépendais tellement de lui, je me suis laissé convaincre.

Que reste-t-il de cet avortement ?

Il fallait que je me dépêche car j’étais déjà presque à la fin du troisième mois. Ayant commencé la procédure, je suis entré à l’hôpital au bout de quelques jours. Je ne veux pas me décharger de mes responsabilités : mon choix était libre. Mais je dois dire une chose : pendant ces quelques jours, je n’ai rencontré personne, ni un médecin, ni une infirmière, ni un psychologue, ni un bénévole du centre de conseil, pour m’instiller ne serait-ce que le début d’un doute en moi. Comme « Pourquoi faites-vous cela ? », « Êtes-vous sûr ? », « Pourquoi n’essayons-nous pas autre chose ? ». Mes parents vivaient, et vivent encore, en Sicile. Ils étaient déjà divorcés, chacun avec sa propre vie. Je ne leur ai rien dit pendant plusieurs années, mais je continue à penser qu’ils n’auraient pas pu m’aider non plus.

Tant d’indifférence et si peu d’empathie…

Je n’ai rencontré aucune empathie et l’indifférence était totale. Le médecin était bien connu à Pescara parce qu’il était le seul à pratiquer des avortements : il n’a même pas daigné me dire quelque chose de différent. Je me souviens encore de ce long et froid couloir d’hôpital, du lit sur lequel je me suis allongée… Dans cet état de transe, c’est comme si je m’étais convaincue que l’avortement était la bonne chose à faire.

Plus tard, après son avortement, elle s’est convertie au catholicisme, reconnaissant la gravité de l’acte qui avait enlevé la vie à son enfant à naître. Elle occupe maintenant un poste dans une commission provinciale du parti Fratelli d’Italia, à travers laquelle elle a fait adopter dans la Province de Pescara une motion par plusieurs municipalités (sans doute liées au parti), recommandant aux autorités sanitaires locales de limiter l’usage de la pilule RU-486 et de ne pas la distribuer dans les centres de consultations sanitaires.

1 réaction

Voulez-vous travailler à nos côtés ?

Débordés ! En ce temps de Carême, nous sommes simplement débordés dans nos efforts pour répondre, dans le cadre de notre vocation, aux besoins les plus criants, selon nous, de la société québécoise, besoins que nous souhaiterions, dans la mesure de nos forces, combler.

 

1. Le Québec a besoin d’une chaîne d’information pro-vie de langue française qui cherche à nous élever vers le haut, et non vers la « gauche », la « droite », ou, plus souvent, vers le bas ;

➡️ Campagne Québec-Vie (CQV) répond avec notre site de nouvelles https://www.cqv.qc.ca/blog, notre site agrégateur de nouvelles « Culture de vie » (https://www.culturedevie.ca) et notre collaboration avec les chaînes Théovox et le Stu-Dio pour produire du contenu télévisuel pro-vie rejoignant des milliers d’internautes.

 

2. Le Québec a besoin de développer une organisation politique capable d’une action politique cohérente aux niveaux local, provincial et fédéral, et qui comporte également une composante juridique ;

➡️ CQV répond en travaillant d’arrache-pied ces temps-ci à faire élire à des postes-clés d’un parti fédéral majeur des pro-vie appartenant à ses rangs; CQV se prépare aussi à intervenir avec force en faveur de la vie lors du prochain congrès du parti Conservateur du Canada au mois de mars;

➡️ CQV répond sur le front juridique, en intentant une action en justice, maintenant devant les tribunaux, contre le gouvernement du Québec pour éliminer les zones d’interdiction de 50 mètres autour des centres d’avortement, une interdiction qui nous empêche d’offrir des alternatives aux femmes qui s’apprêtent à avorter leur enfant.

 

3. Le Québec a besoin d’une ligne d’écoute pro-vie de langue française pour femmes enceintes en difficulté, avec son propre personnel et son propre financement;

➡️ CQV répond avec son service Enceinte et inquiète (1-855-871-4442), présent sur Internet (https://www.enceinteinquiete.org/) comme sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram).

 

4. Le Québec a besoin de ressources pédagogiques pour mieux faire comprendre, non seulement l’argumentaire pro-vie, mais la philosophie et la théologie qui sous-tendent la vision du monde pro-vie, pro-famille et pro-Dieu;

➡️ CQV répond en organisant des cours d’apologétique chrétienne et pro-vie, et en faisant traduire le livre « La dernière superstition », outil puissant dans les mains de ceux et celles qui veulent donner des raisons solides à leurs convictions pro-vie.

 

5. Le Québec a besoin d’appuis internationaux, en développant des relations avec des acteurs partageant les mêmes idées pro-vie;

➡️ CQV répond en s’alliant à des groupes tels que Voice of the Family (Voix de la famille) et l’académie Jean-Paul II pour la vie humaine et la famille; à l’ONU, cette année même, nous avons recruté 4 délégués qui participeront à la 65e conférence de la Commission de la condition de la femme, pour influencer positivement ses délibérations.

 

6. Le Québec a besoin d’une puissante réponse spirituelle à la culture de la mort, car sans Dieu, rien n’est possible, mais avec Dieu, tout est possible;

➡️ CQV répond en fondant et en animant, année après année, les 40 jours pour la vie à Montréal (https://www.40joursmontreal.org/), ainsi qu’en lançant une campagne de consécrations des foyers aux cœurs de Jésus et de Marie (https://www.cqv.qc.ca/consecration).

 

Dans un monde idéal, chacune de ces tâches assumées par CQV pourrait être prise en charge par sa propre organisation, comme c’est le cas au Canada anglais et surtout aux États-Unis. Mais au Québec, ces œuvres essentielles, animées d’un esprit chrétien et pro-vie, manquent cruellement, ou bien sont réalisées de façon trop isolée et locale. C’est pourquoi, pour le moment, nous sommes débordés, car ces tâches essentielles nous reviennent et doivent continuer à se développer au sein de Campagne Québec-Vie.

Heureusement, nous ne sommes pas seuls ! Nous sommes quelques milliers à lire ces lignes sur l'écran. Notre espoir est que, compte tenu de la nécessité de ce travail, ces lecteurs, plusieurs déjà donateurs, tout en continuant à donner généreusement, deviendront également travailleurs bénévoles ou rémunérés.

Êtes-vous une personne qui, tout en continuant à généreusement donner de vos prières et de vos dons, pourrait nous aider, en devenant un travailleur dans ce vaste chantier, à développer un des 6 volets de notre œuvre de quelque manière?

Si oui, merci de visiter cette page pour nous dire votre « Oui ».

 

 

Pour la foi, la famille et la Vie,


Georges Buscemi, président

1 réaction Lire la suite

Les gouverneurs pro-vie du Texas et du Mississippi lèvent le port obligatoire du masque !

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : Freepik

Le gouverneur Greg Abbott du Texas et le gouverneur Tate Reeves du Mississippi ont signé un décret levant le port obligatoire du masque.

Au Texas, selon le site de Guy Boulianne :

Le gouverneur Greg Abbott a publié aujourd’hui un décret (GA-34) levant le mandat du masque au Texas et augmentant la capacité de toutes les entreprises et installations de l’État à 100 %. Le gouverneur a fait cette annonce au restaurant mexicain de Montelongo à Lubbock dans une allocution à la chambre de commerce de Lubbock.

Au Mississippi, selon un autre article du site de Guy Boulianne :

Le gouverneur républicain du Mississippi, Tate Reeves, a annoncé mardi qu’il levait les mandats de masque pour tous les comtés (décret 1549). Reeves a déclaré que son bureau cessait de dire aux gens ce qu’ils pouvaient et ne pouvaient pas faire. « La raison pour laquelle le gouvernement ne vous dit plus cela, c’est à cause des mesures que nous avons prises au cours des 12 derniers mois, nous a amenés à un point où le total de nos hospitalisations aujourd’hui, le deuxième jour de mars 2021, est à peu près là où nous étions à la fin du mois de mai. », a déclaré le gouverneur.

Dans ce dernier cas, le masque restera malheureusement obligatoire dans certains établissements et dans certaines conditions (comme l’impossibilité d’observer la distanciation antisociale).

1 réaction Lire la suite

Joe Scheidler, grande figure du mouvement pro-vie


Joe Scheidler, pro-vie américain influant.

Par Doug Mainwaring ― Traduit par Campagne Québec-Vie ― Photo : Shrine of Our Lady of Guadalupe/YouTube

Chicago, Illinois, 19 janvier 2021 (LifeSiteNews) — Joe Scheidler, une figure prédominante du mouvement pro-vie aux États-Unis, s’est éteint le 18 janvier à l’âge de 93 ans.

Vrai parrain du mouvement pro-vie, Monsieur Scheidler était réputé pour son activisme de rue. « Il apprit ses techniques d’action directe lors des mouvements pour la défense des droits civils des années 1960, lorsqu’il marcha avec le Dr Martin Luther King, Jr. », selon Celebrate Lifes, une publication de l’American Life League, l’organisation fondée par Monsieur Scheidler en 1980.

Joe Scheidler apprit ses techniques d’action directe lors des mouvements pour la défense des droits civils des années 1960, lorsqu’il marcha avec le Dr Martin Luther King, Jr.

— American Life League (@AmerLifeLeague) January 18, 2021

Joe Scheidler s’est fait connaître à l’échelle nationale à titre de défendeur principal lors de la poursuite historique NOW v. Scheidler, déposée par la National Organization for Women (NOW ― Organisation nationale pour les femmes), qui l’accusait de faire partie « d’une conspiration nationale visant à bloquer l’accès des femmes aux cliniques d’avortement au moyen d’un plan d’activité de tromperie, impliquant des menaces de violence, réelles ou implicites. » L’affaire s’est rendue jusqu’à la Cour suprême des États-Unis à trois reprises.

En 2003 et en 2006, c’est par 8 voix contre 0 que les juges lui ont donné raison, marquant une victoire majeure pour le droit de manifester des Américains.

« La réalisation dont mon père est le plus fier est le travail de défense du “droit à la vie” de ceux et celles qu’il a encouragés à assumer un rôle actif dans la bataille contre l’avortement », mentionne Eric Scheidler, le fils aîné de Joe, qui agit à titre de directeur général de l’American Life League.

1 réaction Lire la suite

Planned Parenthood tue plus d’enfants à naître que jamais, et est le second plus grand fournisseur de «transitions» aux É.-U.

Par Jonathon Van Maren ― Traduit par Campagne Québec-Vie ― Photo : AdobeStock

1er mars 2021 (LifeSiteNews) ― La semaine dernière, le Family Research Council (FRC) a publié son rapport annuel The Real Planned Parenthood : Leading the Culture of Death. Il s’agit d’un regard qui donne à réfléchir sur la plus grande entreprise d’avortement d’Amérique, qui a non seulement perpétré plus de la moitié de tous les avortements signalés aux États-Unis de 2018 à 2019, mais qui s’est également développée sur le marché en pleine expansion de l’hormonothérapie transgenre. Au cours de l’année fiscale 2019-2020, Planned Parenthood a tué 354 871 bébés.

Selon le FRC, Planned Parenthood a reçu 38 % de son financement — 618,1 millions de dollars — du gouvernement américain, la majeure partie par le biais du Medicaid. « Le revenu total de Planned Parenthood pour 2019-2020 était de 1,6 milliard de dollars, le plus élevé de son histoire », rapporte le FRC. « Planned Parenthood a fait état de 888,3 millions de dollars d’actifs nets non affectés, dans lesquels il peut puiser s’il venait à perdre le financement gouvernemental. »

Selon l’auteur du rapport, directrice du Center for Human Dignity du FRC, Mary Szoch : « Sur la base de l’augmentation annuelle du nombre d’avortements pratiqués par Planned Parenthood et de la diminution du nombre d’avortements pratiqués au niveau national, il appert que Planned Parenthood devient de plus en plus un monopole de l’avortement ». Dans des séquences filmées sous couverture par David Daleiden et ses collègues du Center for Medical Progress, des propriétaires de cliniques d’avortement indépendantes ont été filmés en train de se plaindre du fait que Planned Parenthood les poussait de plus en plus à la faillite.

Le rapport du FRC souligne également que la thérapie hormonale transgenre est maintenant disponible dans 200 centres de Planned Parenthood dans 31 États, faisant du géant de l’avortement le deuxième plus grand fournisseur de « traitements » transgenres (si on peut appeler ça ainsi) dans le pays.

1 réaction Lire la suite

Trump est de retour


Le président Donald Trump.

Par Francesca de Villasmundo (Médias Presse Info) ― Photo : Trump White House Archived/Flickr

Le président pro-vie Trump (président, car ses adversaires ont triché aux élections) est de retour ! « “Nous nous engageons à défendre la vie des innocents et à faire respecter les valeurs judéo-chrétiennes¹ de nos fondateurs et de notre fondement”, déclarait le président Trump, incriminant les républicains d’extrême gauche et l'“anti-famille” Maison-Blanche, sous le règne de Biden », rapporte LifeSiteNews. ― A. H.

The Donald n’aura pas laissé beaucoup de répit aux démocrates, ni aux quelques républicains qui avaient cru en avoir fini avec lui.

Le voilà de retour dans un show qui sonne son retour dans l’arène politique. Devant le rassemblement annuel des conservateurs, l’ex-président des Etats-Unis est sorti de sa retraite pour promettre un avenir radieux au « trumpisme ».

« La Maison-Blanche ? Qui sait, je pourrais décider de gagner pour la troisième fois » [car il a en réalité gagné les dernières élections²] lance-t-il devant les membres du Grand Old Party réunis le 28 février à Orlando, en Floride pour la Conservative Political Action Conference.

Et puis :

« Je ne suis pas en train de créer un nouveau parti : c’était une fake news. »

Le retour sur la scène politique de l’ancien président au Hyatt Regency d’Orlando où il monte sur scène pour clôturer les travaux de la Conférence des conservateurs américains (CPAC), est un véritable spectacle dans le parfait style Trump. Et son message est sans équivoque : je suis toujours le leader.

Il est prêt à reprendre le Grand Old Party et à lancer le New America First Agenda, en dictant les thèmes sur lesquels construire la plateforme qui permettra aux républicains de regagner du terrain au Congrès en prévision des élections de mi-mandat de 2022, puis de viser la reconquête de la Maison-Blanche en 2024. « Plus le défi est grand, plus la tâche est difficile, plus nous devons être déterminés à réussir et à gagner », a déclaré Trump. Les priorités indiquées dans son discours sont celles qui ont toujours été au cœur de sa ligne politique : l’immigration, la sécurité publique et le commerce.

1 réaction Lire la suite

Le Chemin de la Sainteté


Saint François d'Assise ?

Par l’Abbé J.-Réal Bleau (pour le 2e dimanche du Carême) ― Photo : Wikimedia Commons

La principale et même la seule raison d’être de notre vie sur la terre doit être de procurer la gloire de Dieu en travaillant avec ardeur à nous sanctifier, car telle est la volonté de Dieu sur tous et chacun de nous. Dieu veut que nous soyons saints : « Soyez parfaits, comme votre Père céleste est parfait », nous ordonne Notre Seigneur, qui nous a montré en Lui-même le chemin de la perfection. Pour devenir des saints, il faut marcher avec et en Jésus, car en dehors de Lui aucun chemin ne conduit à la parfaite adoration, en esprit et en vérité, de l’infinie sainteté du Père.

La route de la sainteté est une route montante, rude, pénible à notre nature avide de jouissances. Au sommet de cette route s’élève le Calvaire, où nous devons consentir à l’immolation complète de nous-mêmes avec le nouvel Isaac Jésus-Christ. Pour progresser dans cette voie d’amour sans réserve, qui aboutit au dépouillement absolu et à la mort glorieuse de la croix, il faut nous affermir afin de pouvoir surmonter tous les obstacles dressés sous nos pas. Les plus immédiats, les plus sensibles, et la plupart du temps les plus dangereux, sont constitués par les tentations innombrables qui éprouvent la pureté de nos corps et de nos cœurs.

La pureté est le reflet de la sainteté de Dieu dans l’homme, qu’Il a créé à son image et à sa ressemblance. L’impureté avilit l’homme, le fait déchoir de sa dignité d’image de Dieu, le rend semblable aux plus vulgaires des animaux. Dans l’enseignement qu’il nous donne aujourd’hui pour nous stimuler au progrès spirituel, saint Paul accuse tellement le lien entre la pureté et la sainteté qu’il en arrive à les identifier. Plus le cœur est impur, plus il est loin de la sainteté ; par contre, plus le cœur se purifie, plus il s’approche de Dieu. Ce n’est pas sans raison que dans toutes ses épîtres, saint Paul insiste sur la relation nécessaire entre la pureté et la sainteté, comme le remarque saint Jean Chrysostome : « Partout on trouvera cette pensée, autant dans sa grande épître aux Romains que dans toutes les autres. C’est qu’en effet l’impureté est pour tous, un mal pernicieux. Le porc, couvert de fange, répand sa saleté partout : sur son chemin, on ne voit plus, on ne sent plus que le fumier. C’est l’image de la fornication ; il est difficile de se laver de cette souillure. Quand il arrive que des hommes, des hommes mariés se livrent à cette honte, quel excès dans le mal ! Car la volonté de Dieu, dit à tous l’Apôtre, c’est votre sanctification ; c’est que vous vous absteniez de toute fornication. Il y a bien des espèces de dérèglements, bien des formes, des variétés de plaisirs que le discours se refuse à exprimer. En disant “de toute fornication”, l’Apôtre laisse le soin de comprendre, à ceux qui connaissent ces désordres. »

1 réaction Lire la suite

L’«Equality Act», un projet de loi pour faire de l’avortement un «droit» et imposer l’idéologie LGBT aux États-Unis

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : SSG Christofer Klutts/Public domain photograph from defenseimagery.mil/Wikimedia Commons

La Chambre des représentants des États-Unis a adopté récemment, le 25 février 2021, l’Equality Act, ou loi sur l’égalité, par 224 voix contre 206. Le projet de loi en question ferait de l’avortement un « soin de santé » et donc un « droit », ferait du refus d’embaucher un homosexuel impénitent comme professeur ou même de l’ordonner prêtre un crime de « discrimination », érigerait en « droit » ― autrement plus durable que ceux garantis par les décrets de Joe Biden ― la participation d’hommes se prétendant femmes (« transgenre ») aux compétitions féminines, et interdirait les thérapies réparatives. L’Equality Act doit être approuvé ou rejeté par le Sénat des États-Unis, les républicains, susceptibles de s’y opposer, ayant assez de sénateurs pour empêcher son approbation par les deux tiers de l’assemblée, mais les démocrates, majoritaires aussi bien qu’à la Chambre des représentants, ayant apparemment la possibilité de faire adopter le projet de loi à la simple majorité (les démocrates n’hésitent aucunement à employer des moyens inusités quand il s’agit de leurs intérêts, mais ne se gênent absolument pas d’accuser de danger pour la démocratie quiconque aurait voulu se servir des prérogatives de sa charge pour mener à bien ses projets ― comme lorsque Donald Trump a nommé Amy Coney Barrett à la Cour suprême des États-Unis juste avant les élections présidentielles). Le président Bidon apposera volontiers sa signature à l’Equality Act, celui-ci devait-il se rendre que jusqu’à son bureau.

Il s’agirait rien moins que l’inscription dans le marbre de la loi du funeste jugement Roe c. Wade selon nombre d’organismes pro-vie aux États-Unis, rapporte LifeSiteNews :

Selon de nombreux groupes pro-vie, l’Equality Act, en codifiant effectivement l’arrêt Roe c. Wade, constituerait également une victoire majeure pour les fournisseurs d’avortements.

1 réaction Lire la suite

Le confinement a fait baisser la natalité en France : -13 % en janvier 2021 par rapport à 2020

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo (côtés flous rajoutés) : Pikist

La crise de panique provoquée en mars 2020 par les gros médias, qui ont continué depuis à marteler dans les crânes que nous sommes dans une « crise » mortelle, et savamment entretenue par le gouvernement avec ses mesures « sanitaires » aussi absurdes que délétères, a donné un de ses fruits empoisonnés un peu plus de neuf mois plus tard : une baisse dans la natalité jamais vue depuis la fin du « baby-boom » en 1975, -13 % en janvier 2021 par rapport au même mois de l’année dernière. Selon Les Echos :

Les naissances du mois dernier, neuf mois après le début du premier confinement, ont baissé de 13 % par rapport à celles de janvier 2020, la [baisse la] plus importante depuis la fin du baby-boom en 1975. Seules 53 900 naissances ont eu lieu en France en janvier 2021, soit 8 000 bébés en moins.

Déjà, en 2020, la France avait atteint le nombre le plus bas de nouveau-nés depuis la Seconde Guerre, d’après les chiffres de l’Insee, rapporte Les Echos :

Déjà, en 2020, les naissances avaient reculé à seulement 735 000 bébés, soit 18 000 de moins qu’en 2019. C’est le plus faible nombre annuel de naissances depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Mais la crise du Covid a rajouté des obstacles. Le virus a créé une incertitude économique et sanitaire qui a pu décourager les couples de procréer.

Non, ce n’est pas le virus qui a créé une incertitude économique ou sanitaire, ce sont les médias et le gouvernement.

La question maintenant, que pose l’Insee, est de savoir si ceci ne représente qu’un fait passager ou si cela va prendre l’ampleur d’une tendance ― ce qui à mon avis se vérifiera jusque dans les neufs mois suivant le jour où l’on aura cessé de prétendre qu’il y avait une crise et qu’on aura lever tous ces décrets démentiels. Et si cela devait prendre le chemin d’une telle tendance, on risquerait de voir une baisse de 10 % de la natalité en 2021. « Si cette prévision se vérifiait, alors l’impact du Covid sur les naissances serait 10 fois plus important sur la population mondiale que le nombre de décès », rapporte Les Echos.

Incroyable, non ? Une fois de plus, ce n’est pas le covid-19 qui a provoqué la baisse des naissances ― puisque ceux que l’on dit être morts du covid sont principalement des personnes âgées ― mais le gouvernement avec son confinement et les médias avec leur propagande de peur. À cause d’eux, plus de naissances auront été empêchées (ou avortées) qu’il n’y aura eu de « décès covid ».

Ceci va droit à l’encontre du bien commun. Sinon, excellent moyen pour diminuer la population…

1 réaction