M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

De l’euthanasie « passive » à l’euthanasie « active » ?

Par Adèle Cottereau (Droit de Naître) — Photo : Gorodenkoff/Adobe Stock

Dans les colonnes de La Croix, Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme-Lejeune, met en garde : les lois Leonetti et Claeys-Leonetti mènent inexorablement vers la légalisation du suicide assisté.

Il explique qu’« En France, les lois Leonetti et Claeys-Leonetti de 2005 et 2016 (…) ont créé un contexte juridique nouveau. Présentée comme “un progrès” pour les malades et les professions de santé, la loi Leonetti […] a permis au Conseil d’État de juger légale la décision médicale de provoquer la mort par arrêt de l’hydratation et de l’alimentation artificielles d’un homme placé dans l’impossibilité d’exprimer ses volontés, et qui n’était pas en fin de vie. »

« Au regard des souffrances provoquées par l’arrêt de la nutrition et l’hydratation, la loi Claeys-Leonetti a associé systématiquement le protocole à une sédation profonde et continue jusqu’au décès. Une pratique qui vise à accélérer, voire à provoquer la survenance de la mort du patient », précise-t-il.

Mais, « Devant cette situation, les partisans de l’euthanasie ont beau jeu de dénoncer l’hypocrisie d’un système qui conduit à faire mourir une personne consentante dans un délai qui peut aller jusqu’à trois semaines, alors que quelques heures suffisent. […]

Pourquoi le suicide assisté continuerait-il à être pénalisé alors que l’arrêt des traitements […] suivi d’une sédation profonde et continue jusqu’à la mort ne l’est pas ? »

Jean-Marie Le Méné reprend l’exemple italien : face à la même problématique, « le Parlement italien a été conduit à envisager une proposition de loi relative au suicide assisté qui reprend les conditions permettant l’arrêt des soins aux patients présentant une pathologie irréversible, une souffrance intolérable, bénéficiant d’un traitement de maintien en vie et capables de prendre une décision libre. »

« On le voit, le glissement d’un arrêt des soins avec sédation — type loi Claeys-Leonetti — vers l’euthanasie dite “active” est en marche parce que le continuum est inéluctable », déplore-t-il.

« La seule manière efficace de combattre la légalisation de l’euthanasie est le développement des soins palliatifs, mais en excluant clairement de son contenu tout arrêt des soins, et ceci afin de rompre un continuum inexorable, comme le montre l’exemple italien. » « Anticiper la fin de vie par l’arrêt des soins ou précipiter la mort par l’euthanasie ne sont pas des actes médicaux. Les disciples d’Hippocrate le savent.

Les politiques n’ont pas à leur imposer la mise en œuvre de lois sociétales qui n’ont rien à voir avec l’exercice de leur art », conclut-il.

1 réaction

Changer le vocabulaire pour cacher la réalité inhumaine de l’avortement

Par Geneviève De Vriendt (Campagne Québec-Vie) — Photo : standret/Adobe Stock

Lorsqu’on veut changer des idées de façon subversive, on commence par changer les mots, et la lutte pro-mort n’y fait pas exception.

Ta raison c’est la bonne, une campagne pro-avortement a récemment publié une liste de 7 mots à utiliser ou à éviter « lorsqu’il est question d’interruption de grossesse ». La campagne préfère utiliser entre autres :

  • « Interruption de grossesse au lieu d’avortement ou d’interruption volontaire de grossesse »
  • « Partenaire au lieu de chum ou blonde »
  • « Et surtout éviter de féliciter automatiquement une personne lorsqu’elle mentionne être enceinte, même si la grossesse est planifiée, car on ne sait pas si elle décide de poursuivre. »

Pour tenter de supprimer la réalité inhumaine qu’est la mort d’un être humain vivant, les militants pro-mort évitent le mot « avortement », un mot qui dérive étymologiquement du verbe latin « mourir avant de venir au monde ».

Pour tenter de contrer les lois naturelles qui indiquent tout simplement qu’un homme est un homme, qu’une femme est une femme, et que les parents d’un enfant sont un homme et une femme, les promoteurs de l’idéologie LGBT+ adoptent des mots neutres tels que « partenaire ».

Et enfin, l’annonce d’une nouvelle vie sur terre, d’un nouvel enfant qui verra bientôt le jour n’est plus considéré digne de félicitations puisqu’il y a un risque que cet humain se fasse tuer avant sa naissance. Selon le régime pro-mort, la grossesse peut être poursuivie ou interrompue selon le choix de la mère, alors que la vie d’un nouvel être humain a déjà débuté et qu’arrêter volontairement une grossesse équivaut à arrêter volontairement cette vie.

Les femmes ont un droit légitime à la vérité sur l’avortement, mais des campagnes de sensibilisation telles que Ta raison c’est la bonne ensevelissent la réalité injuste de l’avortement et changent les mots indiquant cette réalité.

À quand une campagne de sensibilisation pro-vie ?

1 réaction

Le député Leslyn Lewis réaffirme ses positions en faveur de la vie et contre la vaccination covid obligatoire


Le député conservateur Leslyn Lewis.

Par Anthony Murdoch — Traduit par Campagne Québec-Vie

30 avril 2022 (LifeSiteNews) — Une candidate à la direction du Parti conservateur du Canada a confirmé à la fois ses politiques pro-vie et son opposition au mandat de vaccination COVID.

Le député Leslyn Lewis a publié les deux principales mises à jour de sa plateforme cette semaine.

« Je suis pro-vie. Je n’ai pas honte de le dire », a écrit Mme Lewis dans son exposé de position « No Hidden Agenda » (Sans intention cachée) publié sur le site internet de sa campagne.

« La plupart de mes amis sont pro-choix. Nous n’avons pas peur d’aborder ces sujets et nous sommes tout de même d’accord sur de nombreux points. Ces questions nous touchent tous. », poursuit-elle.

« Lorsque nous craignons d’aborder des sujets importants, nous ne faisons rien pour améliorer la vie des Canadiennes. C’est pourquoi j’ai présenté une plateforme relative à l’avortement “sans intention cachée” lors de la course de 2020. Je maintiens ces politiques et je les proposerais si j’étais élue chef maintenant. »

La plateforme « Sans intention cachée » de Lewis se lit comme suit :

  • Je défendrai la valeur de chaque fille en proscrivant la pratique misogyne de l’avortement en fonction du sexe.
  • Je protégerai les femmes vulnérables en criminalisant les avortements forcés.
  • Je financerai davantage les centres d’aide et de soins pour les femmes enceintes.
  • Je mettrai un terme au financement des avortements à l’étranger et utiliserai plutôt le financement canadien pour aider les femmes et les filles outre-mer à s’épanouir.

Mme Lewis a raconté que lorsqu’elle est devenue enceinte alors qu’elle venait de commencer sa carrière d’avocate, d’innombrables personnes lui ont dit qu’elle devait choisir entre son « bébé ou sa carrière ».

« Les gens me disaient que j’étais enchaînée aux blocs de départ pour ne jamais courir », a écrit Lewis.

1 réaction Lire la suite

Message de Mgr Lépine pour la Marche pour la Vie à Ottawa


Mgr Christian Lépine, archevêque de Montréal.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : DunnMedia/Vimeo

Mgr Christian Lépine, archevêque de Montréal, a annoncé sa participation à la Marche pour la Vie d’Ottawa — comme les années précédentes — dans une récente vidéo : « nous sommes heureux de marcher ensemble pour cette cause de la beauté de l’existence que le Dieu Lui-même nous révèle ».

Il rappelle dans la vidéo que « C’est devant Dieu qu’on redécouvre la beauté de tout être humain… dès le moment de la conception, dès le sein de la mère, de chaque mère ; l’enfant conçu est créé à l’image de Dieu ».

Pour une cause si juste, Mgr Lépine donne sa bénédiction au participant de la marche : « Que le Seigneur vous bénisse en cette Marche pour la Vie, et tous ensemble soyons unis dans un esprit de miséricorde, de conviction, de patience, et de foi et de prière. »

Mgr_Christian_Lepine-DunnMedia-vimeo.jpg

Transcription de la vidéo :

« Je reconnais devant Toi le prodige, l’être étonnant que je suis », dit le Psaume. C’est devant Dieu qu’on redécouvre la beauté de tout être humain. Ma propre beauté, ma propre dignité devant Dieu, mais aussi la beauté et la dignité de l’autre, quelle que soit sa fragilité, quelle que soit sa vie dès le moment de la conception, dès le sein de la mère, de chaque mère ; l’enfant conçu est créé à l’image de Dieu. Et cette beauté, cette grandeur, ce grand mystère de vie nous renvoie à la dignité de tout être humain, nous renvoie à la cause où ça vaut la peine de marcher ensemble pour la vie. Christian Lépine, archevêque de Montréal, au nom de tout le diocèse et avec vous — vous qui marchez pour la vie — nous sommes heureux de marcher ensemble pour cette cause de la beauté de l’existence que le Dieu Lui-même nous révèle. Si nous avons des doutes devant la souffrance, ouvrons la Bible qui nous rappelle la présence de Dieu et l’Amour de Jésus-Christ. Que le Seigneur vous bénisse en cette Marche pour la Vie, et tous ensemble soyons unis dans un esprit de miséricorde, de conviction, de patience, et de foi et de prière.

1 réaction

Ces résidents de maisons de retraite ayant des « symptômes » de covid qui ont reçu des cocktails mortels

Par Celeste McGovern — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Rawpixel.com/Adobe Stock

ANALYSE

29 avril 2022 (LifeSiteNews) — Un nombre choquant de citoyens âgés sont morts lors de la première vague du COVID, et pas toujours à cause du virus mais de malnutrition et de déshydratation sévères, et par le biais de protocoles qui utilisaient des médicaments euthanasiques et des « parcours de fin de vie » comme traitement de première ligne pour tout symptôme, selon une analyse récente publiée dans le C2C Journal. De tous les pays occidentaux, le Canada était l’endroit le plus meurtrier pour un résident de maison de soins de longue durée à risque.

« À la fin du mois de mai 2020, le Canada rapportait que 81 % des décès de Covid-19 du pays avaient eu lieu dans des établissements de soins de longue durée », écrit Anna Farrow, directrice générale du Conseil catholique anglophone de la province de Québec. « Cela se compare à une moyenne de 38 pour cent dans les 37 autres pays de l’OCDE. Cette proportion a diminué, mais un rapport de décembre 2021 de l’Institut canadien d’information sur la santé a noté que les établissements de soins de longue durée représentaient encore 43 pour cent des décès liés au Covid-19 ».

Ce chiffre est remarquablement élevé si l’on considère que les gouvernements ont appliqué des stratégies strictes de verrouillage en cas de pandémie et d’autres mesures COVID pour protéger les personnes âgées et vulnérables. Pourquoi ont-ils échoué ?

Qu’est-ce qui a tué Mamie ?

La campagne Don't Kill Granny est apparue pour la première fois en Angleterre, en août 2020, lorsque la ville de Preston l’a utilisée pour augmenter sa politique empêchant le mélange des ménages, écrit Farrow. « Le slogan Ne tuez pas votre Mamie a rapidement été adopté par le ministre britannique de la Santé de l’époque, Matt Hancock, et utilisé pour encourager les jeunes à limiter leurs interactions sociales. »

Alors, pourquoi les personnes âgées sont-elles mortes en si grand nombre, surtout au Canada, demande-t-elle. « Qu’est-ce qui a tué Grand’mère ? »

Nous savons qu’au printemps 2020, au Canada, dans les maisons de soins infirmiers, où le personnel était déjà en pénurie et surchargé de travail, le personnel soignant a quitté le navire en nombre sans précédent. Pourquoi rester et être surmené et sous-payé dans des conditions misérables alors qu’il y avait un risque supposé d’attraper une infection mortelle ?

1 réaction Lire la suite

L’avortement d’un enfant atteint d’anomalies fœtales a laissé à une femme du chagrin et des regrets

Par Lisa Bast (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : lightfield studios/Adobe Stock

L’auteur Jenny Foster et son (ex-)mari avaient une fille de deux ans et étaient aux anges lorsqu’ils ont appris qu’ils attendaient un fils. Mais leur bonheur a été de courte durée lorsqu’une échographie réalisée à 16 semaines a révélé plusieurs problèmes médicaux préoccupants : un gros kyste sur le rein du bébé, un trou dans son système ventriculaire, l’absence de septum auriculaire et une malformation cérébrale. Le radiologue néonatal a conseillé au couple d’avorter.

« La décision de prendre la vie du fils que je voulais tant m’a brisé l’âme », a déclaré Mme Foster à Live Action News lors d’une récente entrevue. « À l’époque, je ne marchais pas avec le Seigneur et mon mari était athée. Je ne savais pas quoi faire. »

Pressions pour avorter

La jeune maman a subi une amniocentèse pour déterminer si les malformations médicales avaient une composante génétique. Elle a appris par la suite que son fils n’avait pas de malformation cérébrale, mais les autres diagnostics médicaux ont été confirmés. « Il n’y avait aucune composante génétique dans les malformations de mon fils », a-t-elle déclaré. « Le conseiller génétique nous a dit que les malformations congénitales dont mon fils était atteint se produisent dans environ 25 % des cas. J’ai appris plus tard qu’environ 120 000 familles par an recevaient un mauvais diagnostic prénatal. »

Les médecins ont fait pression sur elle pour qu’elle mette fin à sa grossesse. Foster a raconté à Live Action News que son obstétricien l’a informée qu’il ne se sentirait pas à l’aise pour commettre l’avortement si elle attendait plus longtemps. « Apparemment, il pensait qu’il n’était pas assez compétent pour avorter un bébé à un stade avancé de la grossesse, alors il m’a demandé de faire l’opération immédiatement », a déclaré Foster.

Après avoir longuement réfléchi à sa décision et n’ayant pas d’autre choix, elle a décidé d’avorter.

« Lorsque j’ai senti mon fils bouger pour la première fois à 14 semaines, c’était un sentiment de joie », a-t-elle expliqué. « Jusqu’au moment où on m’a administré l’anesthésie, alors que j’étais allongée sur la table d’examen, je pouvais sentir le mouvement. C’était déchirant. »

1 réaction Lire la suite

Les Nations Unies demandent que l’enseignement à domicile soit davantage réglementé

Par Jack Bingham — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Africa Studio/Adobe Stock

19 avril 2022 (LifeSiteNews) — Alors que le débat sur l’implication des parents dans l’éducation se poursuit, un nouveau rapport de l’ONU suggère de réglementer davantage ceux qui choisissent de scolariser leurs enfants à domicile.

Dans le dernier « Rapport mondial de suivi sur l’éducation » des Nations Unies pour « 2021/2 » intitulé « Les acteurs non étatiques dans l’éducation : qui choisit ? qui perd ? », l’organisation mondiale suggère qu’un système de réglementation plus strict doit être mis en œuvre pour assurer l’uniformité de ce qui est enseigné aux enfants, indépendamment de l’endroit ou de la personne qui les éduque.

Selon le rapport de l’ONU, la présence d’« acteurs non étatiques » dans l’éducation, qui fait principalement référence aux éducateurs du secteur de l’enseignement privé mais mentionne également les parents impliqués dans l’enseignement à domicile, favorise l’« inégalité » et les « privilèges », et la solution consiste donc pour les gouvernements à consolider « toute » l’éducation dans un « système unique ».

L’ONU affirme que l’augmentation du taux d’enseignement à domicile est le résultat de la « mobilisation d’un mouvement conservateur mondial ». Le rapport poursuit en critiquant l’éducation à domicile pour son rôle supposé dans « l’exacerbation des déséquilibres entre les sexes » et l’impact négatif sur les taux d’emploi des « mères mais pas des pères », une tendance observée lorsque les taux de « homeschooling » ont grimpé en flèche pendant l’ère COVID.

En réponse à ces arguments, Michael Donnelly, avocat principal de la Home School Legal Defense Association, a écrit dans une analyse approfondie du rapport qu’« il y a quelque chose de profondément défectueux dans le fait qu’un organisme international considère la “participation au marché du travail” comme la condition sine qua non de l’épanouissement humain, en particulier lorsque le sujet est en fait l’éducation des enfants ».

1 réaction Lire la suite

Encore une histoire sordide d’euthanasie

Par Geneviève De Vriendt (Campagne Québec-Vie) — Photo : Gajus/Adobe Stock

Maintenant que la société est conditionnée à offrir l’aide médicale à mourir comme passeport « salvateur » à de nombreuses personnes désirant fuir la souffrance, la porte à l’euthanasie est grande ouverte.

Selon un article détaillé de CTV, « La police à Abbotsford, C.-B. confirment qu’ils enquêtent sur la mort médicalement assistée d’une femme de 61 ans dont les filles disent qu’elle n’aurait pas dû être approuvée pour la procédure en raison de son état de santé mentale à l’époque. »

Le 25 mai 2020, Duncan, la femme concernée, subit un accident de voiture grave. « Des documents montrent que son médecin de famille, le Dr Parin Patel, notait qu’elle souffrait de mauvaise humeur, d’anxiété et de dépression, probablement liées à l’accident de voiture. »

Finalement en octobre 2021, « la situation s’est transformée en crise ». Son état de santé s’aggravant, « Duncan a demandé à Patel de l’approuver pour une mort médicalement assistée, lui disant qu’elle avait une mauvaise qualité de vie, selon les dossiers médicaux. Il a refusé. »

Le 22 octobre, Duncan texta à ses deux filles Alicia et Christie pour leur annoncer qu’elle avait été évaluée et approuvée par deux praticiens de Fraser Health. Sa mort était planifiée pour le 26 octobre.

Mais : « Les filles ont obtenu une injonction du tribunal mettant fin à la procédure et ont obtenu un mandat de santé mentale permettant à la police d’emmener leur mère à l’unité d’urgence de l’hôpital régional d’Abbotsford. »

Suite à la consultation psychiatrique du premier hôpital le 26 octobre, le médecin déclara n’avoir « vu aucune preuve convaincante de dépression (ou) d’anxiété » alors que le lendemain une évaluation psychiatrique trouva Duncan « en détresse », ayant une humeur « dépressive » et un « aperçu limité de son problème ».

« Au deuxième hôpital, les médecins ont de nouveau évalué Duncan, ont déterminé qu’elle n’était pas déprimée et l’ont déclarée compétente. Elle est sortie de l’hôpital le 29 octobre à 16 h 30. »

« Alicia et Christie racontent que vers 21 h 30 le même soir, elles ont reçu un texto de Hansum avec le message que leur mère avait eu une mort médicalement assistée à domicile, selon ses souhaits. »

L’accès à la mort volontaire devient trop facile d’accès, même pour ceux qui n’ont pas la capacité de prendre une telle décision — décision que même les gens lucides ne devraient pas prendre. Et cet accès si « accueillant » et si facile est accordé par ceux qui par définition devraient traiter et non tuer, soigner et non abandonner les vies irremplaçables qu’ils tiennent entre leurs mains.

1 réaction

Dans l’esprit inquiétant d’un célèbre homosexuel athée du Forum économique mondial

Par John-Henry Westen — Traduit par Campagne Québec-Vie

12 avril 2022 (LifeSiteNews) — Dans cet épisode du John-Henry Westen Show, je vais plonger dans l’esprit du professeur Yuval Noah Harari.

Yuval Noah Harari est une figure très influente de la politique moderne, mais pourquoi est-il si impliqué ? En examinant ses principales idées et croyances, nous pouvons commencer à comprendre sa motivation.

Maître de conférences au département d’histoire de l’Université hébraïque de Jérusalem, Yuval Noah Harari utilise l’histoire, la philosophie et la biologie dans ses réflexions sur ce qu’il estime être les défis mondiaux les plus importants auxquels le monde est confronté aujourd’hui, et s’efforce d’orienter le débat public sur ces questions.

Dans ce but, il a écrit cinq livres qui décrivent sa vision du monde et les choses auxquelles, selon lui, les autres devraient donner la priorité. Il a également cofondé Sapienship, une entreprise à impact social qui mène des projets dans les domaines du divertissement et de l’éducation, avec celui qu’il appelle son « mari » et qui fut son agent initial, Itzik Yahav. C’est bien ça, mari. Nous y reviendrons dans un instant. Cette société « milite pour la responsabilité mondiale à travers sa mission : clarifier la conversation mondiale, concentrer l’attention sur les défis les plus importants et soutenir la quête de solutions … et Sapienship met en lumière trois [problèmes] : la rupture technologique, l’effondrement écologique et la menace nucléaire. »

Harari mentionne son « mari » dans de multiples entrevues, et il admet avec fierté que le fait d’être homosexuel affecte ses recherches, ce qui sert d’indicateur majeur de sa vision du monde. Dans cette même entrevue, il rationalise l’homosexualité sous prétexte que « tout ce qui existe est, par définition, naturel ».

Harari soutient que le sexe n’a pas de but, comparant la sexualité humaine à celle du chimpanzé. Il poursuit en affirmant que « l’idée que le sexe n’existe que dans le but de procréer est une absurdité totale inventée par les prêtres et les rabbins ».

« En vérité, nos concepts de “nature” et de “contre nature” ne sont pas tirés de la biologie ; ils sont tirés de la théologie chrétienne », ajoute-t-il.

1 réaction Lire la suite

Une femme perd son bébé à 26 semaines de grossesse après s’être fait administrer une pilule abortive à son insu

Par Bettina di Fiore (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Lightfield studios/Adobe Stock

Lorsque les exigences de santé et de sécurité REMS de la Food and Drug Administration américaine ont été récemment modifiées pour permettre la distribution permanente de la pilule abortive par courrier, Live Action News a prévenu que ce changement faciliterait l’obtention de ces médicaments mortels par des prédateurs qui les administreraient secrètement à des victimes involontaires. Cette crainte n’est pas infondée.

En 2007, Manishkumar Patel a été accusé de tentative d’homicide volontaire au premier degré pour avoir tenté de glisser la pilule abortive dans le verre de sa petite amie. Il a ensuite été condamné à 22 ans de prison. En 2013, John Welden a incité sa petite amie à prendre du Cytotec (misoprostol) en lui disant que c’était un antibiotique. Il a été condamné à près de 14 ans de prison. En 2021, Jin Mimae a été arrêté pour avoir glissé du mifepristone à sa petite amie sans méfiance. Et Jeffrey Smith a été accusé de tentative d’homicide au premier degré d’un bébé à naître en 2019 après avoir glissé des pilules abortives obtenues par courrier dans la bouteille d’eau de sa petite amie.

Maintenant, une autre femme s’est manifestée pour partager une histoire similaire.

« Je veux dire à qui veut l’entendre ce que mon ex nous a fait, à moi et à notre enfant, tout au long de ma grossesse », a écrit une femme connue sous le nom d’Aba sur Twitter. « Le père de mon enfant nous a empoisonnés, moi et mon bébé à naître, pendant des mois dans l’espoir qu’il meure, tout en se comportant comme le petit ami idéal. Il a échangé mes [vitamines] prénatales, a physiquement inséré des pilules d’avortement dans mon corps et, d’après ce que je crois, a également drogué ma nourriture. »

Mme Aba a expliqué que son petit ami lui avait secrètement glissé ou tenté de lui glisser des médicaments provoquant un avortement à plusieurs reprises au cours de sa grossesse, qui s’est finalement terminée lorsqu’elle a accouché le 21 avril à environ 26 semaines de gestation. L’enfant est mort le jour même. Quelques jours auparavant, Aba avait découvert que deux pilules, identifiées plus tard comme étant du misoprostol, lui avaient été administrées […] par son petit ami, à son insu.

1 réaction Lire la suite