M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Témoignage : J’ai perdu mon père le jour où il m’a dit qu’il voulait devenir une femme

Par Denise Shick — traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : PxHere

15 juillet 2019 (LifeSiteNews) — De nombreux médias normalisent le transgenrisme, mais qu’advient-il des enfants élevés dans une famille où un parent est en train « de transitionner » ? À quel point leur vie est-elle normale ?

Malheureusement, il arrive que ces enfants se fassent conseiller d’accepter la nouvelle identité de leur parent, ou de supporter stoïquement les circonstances inconfortables ravageant la vie de famille. Ils peuvent également devenir victimes d’intimidation, de la part de leurs pairs, d’autres membres de la famille ou d’adultes. Un garçon de 10 ans a été persécuté par ses camarades qui lui disait, « retourne chez toi, et porte une robe, comme le fait ton père. » Pendant qu’ils faisaient les courses, deux enfants de moins de sept ans furent grondés par leur père en transition : « Ne m’appelez pas papa. »

Des membres préoccupés de certaines familles m’ont également confié que ces enfants ressentaient honte et gêne à propos de leurs situations familiales. La pression exercée sur eux afin qu’ils acceptent et protègent le parent en transition peut générer la colère, la peur et l’anxiété, de même que la solitude et le sentiment d’abandon. Parfois, le chagrin prolongé et non résolu de ces enfants peut mener à la dépression, des troubles alimentaires ou à l’abus de substances. Le sentiment d’être différent ou de non-appartenance peut nuire à l’intimité ou la confiance dans des relations. Ils expriment souvent une confusion face à Dieu, la religion, l’amour et la sexualité.

En raison de la glorification culturelle du mouvement transgenre, plusieurs enfants sont aux prises avec une dysphorie du genre. La gauche voudrait nous faire croire que les enfants ayant une identité sexuelle croisée devraient se sentir habiletés dans leur confusion, bien que la science démontre que « pour un garçon de croire qu’il est une fille n’est pas signe de connaissance, mais de fantasme. Et d’après des recherches, entre 80 et 95 pour cent des cas de confusion quant à l’identité de genre chez des enfants prépubères seront résolus par eux-mêmes. » (1)

Si j’étais un enfant confus aujourd’hui et avais du mal à me sentir bien comme une fille, mon conseiller à l’école suggérerait que je suis transgenre et que je devrais embrasser ma masculinité. (2)

Laissez un commentaire Lire la suite

La Cour suprême des Philippines maintient le statut normal du mariage

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Max Pixel

La Cour suprême des Philippines a rejeté ce mois-ci un recours déposé en 2015 qui remettait en question la constitutionnalité de la définition du mariage comme l’union d’un homme et d’une femme. La FSSPX, News rapporte :

Jesus Falcis [il porte vraiment mal son prénom], un jeune avocat de 33 ans, avait déposé en mai 2015 un recours portant sur la présumée inconstitutionnalité des articles 1 et 2 du code de la famille, définissant le mariage comme l’union d’un homme et d’une femme.

La plus haute juridiction du pays a pris son temps. Elle a examiné le recours en juin 2018, soit trois ans après son dépôt, puis l’a rejeté le 3 septembre 2019, à l’unanimité des quinze juges.

Mais l’affaire ne s’arrêtera sans doute pas là, la Cour suprême ayant en même temps proposé que l’affaire soit examinée par le Congrès :

La Cour suprême a éludé la question de fond, puisqu’elle a rejeté le recours au nom du « manque d’argument », proposant même que la question soulevée par Jesus Falcis soit examinée par le Congrès.

Laissez un commentaire

Un candidat mis en examen pour position «pro-vie» par le Parti vert


Mark Vercouteren, candidat du Parti vert dans la circonscription Chatham-Kent-Leamington.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo (datant de 2011 et rognée) : Wikimedia Commons

Le Parti vert est tellement proavortement qu’il passe au crible les candidats dont on révélerait les horribles antécédents pro-vie… ou à teinte pro-vie. C’est le cas de Mark Vercouteren, candidat du parti dans la circonscription de Chatham-Kent-Leamington, qui avait fait quelques faibles déclarations « pro-vie » par le passé, d’après la CBC. Maintenant, selon The London Free Press, M. Vercouteren s’excuse d’avoir causé de « la confusion ». La CBC rapporte :

Le chef du Parti vert, Elizabeth May, affirme que son parti est en train de « revérifier » au moins un candidat, préalablement autorisé à se présenter pour le parti, à la suite de questions sur les déclarations passées de certains candidats sur l’avortement et le nationalisme québécois.

Dans une entrevue de l’émission Power & Politics Friday de la CBC, Mme May a déclaré qu’elle réexaminait la candidature de Mark Vercouteren de la circonscription ontarienne de Chatham-Kent-Leamington, après que CBC News eût rapporté qu’il avait émis des déclarations antiavortement dans deux questionnaires de Campaign Life Coalition — dans un cas aussi récent que la campagne électorale provinciale d’Ontario en 2018.

Remarquez au passage le beau biais proavortement de la CBC qui appelle les personnes se dressant pour la protection des enfants à naître « antiavortement », au lieu de leur donner le nom qu’ils se sont donné : « pro-vie ». On notera également que le même procédé n’est pas appliqué aux partisans de l’avortement, vu qu’ils sont nommés « pro-choix » plus loin. La CBC continue, imperturbable :

Un porte-parole du parti a d’abord déclaré que M. Vercouteren ne se souvenait pas avoir rempli les questionnaires ou avoir écrit un message sur Facebook en 2015 dans lequel il demandait aux éventuels électeurs conservateurs antiavortement de considérer sa candidature.

« Personnellement, je suis pro-vie parce que je ne pourrais pas donner plus de droits aux animaux et enlever des droits aux humains potentiels », a déclaré M. Vercouteren dans son article.

Laissez un commentaire Lire la suite

L’Institut Jean-Paul II «purgé» proposera des cours favorables à la contraception et aux relations homosexuelles


Photo ci-dessus : Maurizio Chiodi, © Diane Montagna.

Par Jeanne Smits (Le blog de Jeanne Smits)

L’Institut Jean-Paul II (devenu Institut théologique des sciences du mariage et de la famille) proposera cette année des cours dispensés par des professeurs ouvertement favorables à la contraception dans certaines circonstances, ainsi qu’à la valorisation des actes homosexuels. Le P. Maurizio Chiodi et le P. Pier Davide Guenzi se sont tous deux exprimés en ce sens. Le dévoiement de l’institution voulue par Jean-Paul II se poursuit de manière spectaculaire, confirmant à sa manière ce dont sœur Lucie de Fatima avait averti feu Mgr Carlo Caffarra : la dernière bataille de Satan contre l’Eglise porterait sur le mariage et la famille. Elle écrivait cela au futur cardinal en réponse à la demande de prières que ce dernier lui avait adressée au moment de la création de l’Institut.

Je vous propose ici ma traduction intégrale de l’article publié hier [12 septembre] sur LifeSiteNews à ce propos par Diane Montagna. — J.S.

C’est une nouvelle incursion de la culture de mort ecclésiastique dans les institutions fondées par saint Jean-Paul II : un prêtre connu pour avoir approuvé la contraception artificielle et les unions homosexuelles vient d’être officiellement engagé comme professeur à l’Institut pontifical Jean-Paul II à Rome.

Le nouveau programme de cours pour l’année académique 2019-2020, publié le 11 septembre, indique que le Père Maurizio Chiodi, spécialiste italien de théologie morale, donnera un cours de licence intitulé « L’éthique théologique de la vie » et animera également un séminaire de doctorat intitulé « Conscience et discernement : texte et contexte du chapitre 8 d’Amoris Laetitia. »

Le P. Chiodi a déjà par le passé invoqué le controversé chapitre 8 du document de synthèse du Pape François sur la famille pour justifier le recours à la contraception artificielle et pour faire valoir la bonté morale des relations homosexuelles.

En 2016, le P. Chiodi a donné une conférence dans une université pontificale de Rome au cours de laquelle il affirmait qu’il y existe « des circonstances — je me réfère à Amoris Laetitia, chapitre 8 — qui, précisément pour des raisons de responsabilité, exigent la contraception. »

Lorsque « les méthodes naturelles sont impossibles ou difficiles à mettre en œuvre, d’autres formes de responsabilité doivent être trouvées », avait-il affirmé. Dans de telles circonstances, disait Chiodi, « le recours à une méthode artificielle de régulation des naissances pourrait être reconnu comme l’accomplissement d’un acte de responsabilité, non pas pour rejeter radicalement le don d’un enfant, mais parce que dans ces situations la responsabilité appelle le couple et la famille à d’autres formes d’accueil et d’hospitalité ».

Laissez un commentaire Lire la suite

Le président du Brésil, Jair Bolsonaro, combat l’idéologie du genre dans les écoles

Jair_Bolsonaro.jpg
Jair Bolosonaro, président du Brésil.

Billet de blogue d'Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Au Brésil on va donc dans la direction inverse de celle que l’on prend au Québec. Medias-Presse.info rapporte :

Le président du Brésil, Jair Bolsonaro, dans un tweet a annoncé :

« J’ai ordonné au Ministère de l’Instruction publique, en tenant compte du principe de protection globale des mineurs prévu par la Constitution, de préparer un projet de loi qui interdise l’idéologie du genre dans les écoles primaires ».

Les Brésiliens sont par ailleurs fortement opposés à cette idéologie perverse.

En 2017, un sondage avait révélé que 9 Brésiliens sur 10 étaient contraires à l’endoctrinement du « genre » dans les écoles.

Laissez un commentaire

Justin Trudeau «personnellement très opposé à l’avortement»?

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : Shutterstock

C’est du moins ce que disait l’actuel premier ministre du Canada en 2011 en réponse au député conservateur Dean Del Mastro qui le questionnait sur son adhérence à la foi catholique, d’après The Post Millenial :

Trudeau s'était exclamé qu'il était « étonnamment affecté» de voir sa foi supposément remise en question, et puis l'article [de la CBC] poursuit : 

« Il note qu'il est personnellement très opposé à l'avortement, mais croit toujours que personne ne peut dire à une femme ce qu'elle doit faire de son corps. »

« Mon propre credo est tout à fait conforme à cela, et je défendrai ma propre foi et mes propres valeurs jusqu'à bout», a dit M. Trudeau.

Déjà Justin se détourne de la foi catholique en affirmant qu’on puisse dire que l’avortement est mauvais et en même que l’on ne puisse dire à une femme qu’elle n’a pas le droit de se faire avorter. The Post Millenial continue :

Trudeau est « personnellement très opposé à l'avortement », mais n'a pas l'intention d'utiliser le gouvernement pour faire respecter ses convictions personnelles.

En termes pratiques — comme dans le cas de l'impact réel sur les lois et sur la vie des gens — c'est à peu près la même chose que la position d'Andrew Scheer.

Scheer, pour des raisons religieuses, s'oppose à l'avortement. Pourtant, comme il l'a dit à maintes reprises, il n'adoptera pas de loi restreignant l'avortement.

Par conséquent, on peut dire que ce n’est pas Andrew Scheer qui changera quoi que ce soit à la question de l’avortement, tout comme 10 ans de règne conservateur ne l’ont fait.

Mais combien ironique cela sonne-t-il, Justin Trudeau « personnellement très opposé à l'avortement » !

Laissez un commentaire

La championne canadienne de la Vie Mary Wagner encore condamnée pour avoir défendu les enfants à naître

Par Martin M. Barillas — traduit par Campagne Québec-Vie

Vancouver, Colombie-Britannique, 11 septembre 2019 (LifeSiteNews) — La célèbre sentinelle canadienne des droits de la personne Mary Wagner a été reconnue coupable d'intrusion et de perturbation dans le fonctionnement d'une entreprise, après avoir passé plusieurs mois en prison après être entrée dans un centre d'avortement de Vancouver, afin d'informer les femmes enceintes des alternatives à l'avortement.

Dans une déclaration sur Facebook, Wagner a affirmé : « Cette condamnation n'est pas une honte pour moi. Au contraire, je suis heureuse que le tribunal ait trouvé qu'il y avait suffisamment de preuves pour conclure que j'ai entravé l'entreprise de destruction d'enfants à naître sans défense, qui demeurent non protégés et abandonnés par les tribunaux ».

Selon le compte Facebook, Wagner devait être libérer le onze septembre, mais reste sous la garde de la cour.


Mary Wagner (troisième à partir de la droite) avec ses partisans après sa libération,
11 septembre 2019, à Vancouver dans la province de Colombie-Britannique, au Canada.

Lors d'une conversation téléphonique avec LifeSiteNews, l'avocat de la défense Peter Boushy a informé le journal que le tribunal de Vancouver avait déclaré Mme Wagner coupable de méfait en vertu de l'article 430 du Code criminel, mais l'avait condamnée à une peine de prison. Elle était en prison depuis son arrestation du 17 avril. Selon Me Boushy, elle a fait 148 jours de prison. Le droit canadien compte chaque jour passé en prison avant le procès à un taux de 1,5 contre un, ce qui signifie que Wagner a déjà purgé plus que la peine maximale permise pour l'infraction qui lui a été imputée. Bien que la Couronne ait demandé trois ans de probation, le tribunal n'a accordé que deux ans de probation.

Lors de la prononciation de la sentence, le juge Mark Jette a dit directement à Wagner : « J'apprécie que vous veniez d'une famille forte et bonne et que vous soyez une bonne personne », a rapporte Me Boushy. Alors que la Couronne eût demandé 30 jours de service communautaire dans le cadre de la peine, le juge a déclaré : « Je suis convaincu que vous redonnez à la collectivité sur une base quotidienne. C'est dans votre ADN. » Me Boushy a dit qu'il n'avait jamais entendu un tel compliment de la part des juges. Il a noté que le juge avait qualifié Wagner de « guerrier » dans ses propos. Wagner n'aura pas à faire de service communautaire dans le cadre de sa peine.

Laissez un commentaire Lire la suite

Yves Gilbert, candidat québécois du Parti héritage chrétien


Yves Gilbert, candidat du Parti héritage chrétien de la circonscription de Bellechasse — Les Etchemins — Lévis. — Photo : Parti héritage chrétien

Monsieur Yves Gilbert est candidat du Parti héritage chrétien dans la circonscription de Bellechasse — Les Etchemins  — Lévis. Voici ci-dessous ses réponses à quelques questions que nous lui avions adressées. — Mise à jour : 13 septembre 2019.

Réponses à Monsieur Buscemi de Québec-Vie.

Bonjour, Georges voici mes réponses :

1) Décrivez pour nous les objectifs principaux du Parti de l'héritage chrétien.*

Le Parti de l'héritage du Canada existe pour promouvoir les valeurs chrétiennes au pays, ce sont ces valeurs qui ont permis de fonder notre beau et grand pays. Le partage, la justice, la famille, le droit a la vie et un système d'immigration juste et honnête.

2) Pourquoi êtes-vous candidat de ce parti ?

Je suis en politique car il y a environ 3 ans j'ai reçu une prophétie que j'aurais une voix forte pour notre Seigneur, mon épouse prie pour moi depuis longtemps afin que je parle de Dieu comme j'aime parler des navires, sa prière est accompli.
Aussi comme je suis chrétien alors je veux faire le bon combat et comme peu de gens ont le courage de faire un combat public quand j'ai reçu l'appel j'ai dit oui moi, moi Seigneur, moi Seigneur comme un enfant qui veut participer à un jeu avec les amis.

3) N'est-il pas dangereux de "diviser le vote", compte rendu du fait que, selon les sondages, seul le parti conservateur est en moyen de déloger Justin Trudeau et son parti Libéral ?

Oui je désire diviser le vote car Jésus a dit je ne suis pas venu ici pour unir mais pour diviser, alors je fais comme il nous a enseigné, je divise... car plus le vote seras divisé plus nous avons de chances de gagner un comté. Alors oui je désire diviser le vote. Ceux qui parlent de diviser le vote parle avec la chair moi je fais de la politique avec l'Esprit, alors Dieu accomplira sa volonté et non la mienne. Notre Dieu est le Dieu de l'impossible, mais il faut croire aux choses impossible car rien n'est impossible a Dieu, il accomplira les miracles qui sont dans ses plans. Amen

4) Quels résultats comptez vous obtenir lors de la prochaine élection, au Canada et au Québec ? Quels sont vos objectifs ?

Le résultat [recherché] : avoir le premier candidat du parti de l'héritage chrétien élu à Ottawa donc un député chrétien pour le droit de parole au parlement. Dieu ne fait pas d'erreur il ne m'a pas choisi par erreur ou accident il ne se trompe jamais. Alors je fais le travail pour lequel j'ai été choisi et je lui fait confiance. Il faut absolument marcher par la foi et l'Esprit et oublier la chair. 

5) Comment peut-on vous aider dans votre démarche ?

Votre organisation est bien connu et a un très beau site internet, donc nous vous demandons de promouvoir notre parti car nos valeurs sont les mêmes [pour les sujets de], justice, pro-vie , immigration, mort assistée, la famille, éducation sexuel, transgenre, etc. Nous savons tous que Jésus reviens bientôt mais nous devons faire le combat juste jusqu'a la fin et être uni ensemble, tout les chrétiens du pays, quand cela arrivera Jésus reviendra sur la terre. Avec votre aide il est possible de faire un grand pas en avant. J'ai promis a mon parti d'avoir 1000 membres actif au Québec pour octobre 2019 à présent nous sommes seulement 100 membres actif.

Merci et que Dieu vous bénisse,

Yves Gilbert


*Les passages mis en gras sont rajoutés par moi, ce sont les questions qui ont été posées à M. Yves Gilbert, et auxquelles il répond dans un courriel que je publie ci-haut. — A. H.

Laissez un commentaire

Le suicide assisté élargi aux personnes n’étant pas en fin de vie

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Shutterstock

Pétition : Non à l'élargissement du suicide assisté

La récente décision de la Cour supérieure du Québec d’enlever le critère (illogique) de fin de vie limitant l’accès au « suicide assisté » sera lourde de conséquences. Le jugement fut rendu à la demande de deux plaignants handicapés qui peuvent désormais mourir à volonté (une seule fois…) dans six mois. Les gouvernements d’Ottawa et de Québec ont ces six mois pour régler leurs législations aux modalités du jugement.

Incidemment, je fais seulement remarquer que le critère de fin de vie, appliqué à la limitation ou à la promotion du « suicide assisté », est illogique, car il ne s’appuie sur rien de solide pour autoriser le « suicide assisté » qui est un homicide, et si l’on considérait malgré tout l’homicide comme bon en soi, ce critère est tout aussi fragile pour le limiter. Mais poursuivons.

Cette décision donc transforme le « suicide assisté », qui jusqu’à maintenant était présenté comme « soin » pour personnes en fin de vie (ce qu’il n’est pas, puisque tuer n’est pas soigner), en « soin » pour qui l’État aura décidé qu’il peut mourir (bis repetitas) : les gens atteints d’Alzheimer, de Parkinson, de Creutzfeldt-Jacob, les déments, les handicapés mentaux ou physiques, les déprimés, les pro-vie (peut-être que ces gouvernements pro-avortement considèrent cette position comme une maladie…), des enfants à naître jusqu’aux vieillards ? Qui tirera le billet sans retour de la Grande loterie du suicide assisté ?

Mais une question se pose, qui a déjà été posé quand il s’agissait de la légalisation du « suicide assisté », ce suicide… « assisté » (et c’est véritablement du suicide) va forcément envoyer le message dans la population que se suicider est acceptable, de plus en plus raisonnable. Comme l’explique Me Michel Racicot dans TVA Nouvelle :

« On va avoir deux sortes de suicides : le bon suicide, qui va être l’aide médicale à mourir pour les personnes qui ne sont pas en fin de vie — parce que c’est une forme de suicide, il ne faut pas se le cacher — et le mauvais suicide, qu’on essaie de prévenir. »

Laissez un commentaire Lire la suite

Témoignages d’anciens travailleurs en avortement : les instruments n’étaient pas stérilisés entre les opérations

Par Sarah Terzo (LiveActionNews) — traduit par Campagne Québec-Vie

Une avorteuse raconte dans le pro-avortement Ms. Magazine que l’établissement où elle travaillait exigeait d’elle de pratiquer des avortements rapidement, les uns après les autres. Dans cet établissement, les femmes étaient expédiées dans les salles d’opération et on leur accordait un temps limité dans la salle de récupération. Elle écrit :

J’ai compris pourquoi les activistes antichoix [pro-vie] qualifiaient cet établissement « d’usine ». Je me souviens que je conduisais des heures pour me rendre à la clinique, pratiquais 26 avortements, revenais à la maison et m’endormais sur le plancher de la salle de bain. Avec un personnel composé de prestataires itinérants comme moi, cette clinique était tout simplement trop occupée pour accommoder toutes les patientes. Les femmes avaient peu de temps pour récupérer après les procédures, car elles devaient être déplacées pour qu’une autre patiente prenne place dans la salle d’opération.

D’autres avorteurs ont rapporté des histoires sur des pratiques similaires dans leur propre établissement. Une ancienne travailleuse en avortement, Shelley Guillory, ayant travaillé dans un centre d’avortement en Louisiane, a mentionné que les femmes étaient rapidement menées à travers le centre d’avortements, car plus ils pratiquaient d’avortements, plus ils gagnaient d’argent.

C’était des entrées et sorties continues. Nous faisions près de 50 à 75 avortements par jour. Bien entendu, il y a qu’un nombre limité d’heures par jour. Notre journée était de 8 heures. Imaginez pratiquer 75 avortements en 8 heures. De plus, il faut penser qu’aucun nettoyage n’est effectué entre les opérations. En résumé, le papier était changé, on faisait entrer la prochaine patiente, on mettait de l’absorbant. On se sentait comme dans une usine ; l’avortement était effectué, puis, environ 10 minutes plus tard, on pratiquait un autre avortement.

Elle mentionne qu’il y avait peu de temps pour le nettoyage :

C’était horrible, dégoûtant. Il y avait du sang sur les murs datant d’opérations ayant eu lieu des semaines auparavant. Le centre n’était pas nettoyé quotidiennement. Il n’était même pas nettoyé chaque mois. L’établissement avait été nettoyé lorsque nous avons su que l’État allait venir.

Laissez un commentaire Lire la suite