M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement Noël 2018

Sainte Famille

2812 $ recueillis (OBJECTIF: 7 500$) -- il reste 7 jours avant la fin de notre campagne -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de nous aider, en ce temps des Fêtes. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

La langue gardienne de la Foi

Par l'historien Jean-Claude Dupuis, Ph. D. — Photo : Wikimedia Commons

L’attitude de Doug Ford envers la minorité francophone nous rappelle la crise du Règlement 17 (1912-1927). Le Ministère de l’Éducation de l’Ontario avait alors interdit l’usage du français dans les écoles catholiques. Il ne s’attaquait pas au caractère confessionnel, mais au caractère linguistique des écoles bilingues de la province. L’évêque catholique de London, Mgr Michael Fallon (1867-1931), d’origine irlandaise, soutenait vigoureusement le Règlement 17. C’était un admirateur de l’Empire britannique. Il croyait à la « supériorité » de la civilisation anglo-saxonne. Les Irlandais avaient pourtant souffert de la conquête britannique, encore plus que les Canadiens français. Mais Mgr Fallon était tellement colonisé qu’il avait fini par assimiler la vision du monde de son colonisateur. Il était alors considéré comme le pire ennemi des Canadiens français. L’affaire du Règlement 17 était, en grande partie, une querelle entre catholiques.

La maxime du nationalisme canadien-français traditionnel était : « La langue, gardienne de la foi. » Nous devions défendre notre culture franco-catholique, non seulement pour préserver notre foi, mais aussi pour représenter en Amérique du Nord un modèle de société chrétienne. La « France d’Amérique » s’attribuait la « mission providentielle » d’évangéliser et de civiliser les Anglo-Protestants. Mais les Irlandais pensaient, au contraire, que l’Église catholique nord-américaine devait s’exprimer en anglais. D’après eux, la Divine Providence avait permis la conquête et l’assimilation de l’Irlande par l’Angleterre pour confier aux Irlandais la « mission providentielle » de ramener les Anglo-Protestants dans le giron de la Sainte Église romaine.

Laissez un commentaire Lire la suite

L’illogisme des réductionnistes de populations

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : Wallhere

En effet, Radio-Canada prône une baisse de natalité (ça revient à ça de dire aux gens d’avoir moins d’enfants) pour réduire l’« empreinte carbone », mais par ailleurs R.-C. se prononce pour l’immigration massive. Les deux ne vont pas ensemble pour la bonne raison qu’au Canada l’on doit (entres autre) se chauffer en hiver et que veut, veut pas on produit forcément plus de carbone per capita au Canada que dans les pays d’où proviennent ces multitudes. Candice Malcoml, journaliste et auteur, écrit sur son compte Twitter :

Pourquoi Radio-Canada recommande-il aux Canadiens d'avoir moins d'enfants pour réduire notre empreinte carbone, tout en préconisant une immigration accrue pour compenser la baisse du taux de natalité ?

Si le fait d'avoir moins de gens au Canada est bon pour l'environnement, pourquoi apporter un million de personnes de plus par année ?

Toujours est-il qu'il est bien répugnant de prôner la dénatalité sur la base d'une théorie... fumeuse.

Laissez un commentaire

Brésil : une politique étrangère sans l'idéologie marxiste

Billet de blogue d'Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Flickr/CC BY 2.0

Le nouveau ministre de l'Itamaraty (Ministère des Affaires étrangères du Brésil), Ernesto Araújo, qui prendra fonction le 1er janvier 2019 (espérons qu'il ne lui arrivera rien d'ici-là) s'exprime sur la Gazetta do povo s'adressant à ses critiques qui aimeraient voir le Ministre de l'Itamaraty contrecarrer le président dans son désir de nettoyer ce ministère de l'idéologie marxiste. Le nouveau ministre est pro-vie, pour la famille normale et contre l'idéologie LGBT qui découle du marxisme. Extrait de la Gazetta do povo :

Lecteur, vous dites que vous voulez mettre fin à l'idéologie du ministère de la politique étrangère? Je le veux aussi. C’est la mission principale que le président Bolsonaro m’a confiée: « libérer l’Itamaraty », comme il l’a dit dans son discours la nuit de la victoire. Mais savez-vous quelle est l'idéologie qu'il faut éliminer? Vous dites que c'est l'idéologie, mais quand je dis que je suis contre le marxisme sous toutes ses formes, vous vous plaignez. Lorsque je me positionne, par exemple, contre l'idéologie du genre, contre le matérialisme, contre la restriction de la liberté de pensée et d'expression, vous m'appelez fou. Mais si ce n'est pas le marxisme, ni ceux-ci ni les autres parmi ses nombreux développements, alors quelle idéologie voulez-vous extirper de la politique étrangère? « L'idéologie du PT » [Parti travailliste], me direz-vous. Et l'idéologie du PT ne serait pas le marxisme?

Vous avez appris à l'école que le marxisme prêche la propriété collective des moyens de production et vous en déduisez que si le PT ne prêche pas la fin de la propriété privée, c'est qu'il ne peut donc pas être marxiste. C'était peut-être la position du marxisme en 1917 — vous avez 100 ans de retard dans votre conception du marxisme. Vous êtes satisfait de ce que vous a dit votre professeur d'histoire dans une classe de lycée, vous n'avez plus jamais étudié le marxisme ni aucun autre courant idéologique, et venez maintenant pontifier et essayer de me dire quelle est ou quelle n'est pas cette idéologie? Les marxistes culturels d'aujourd'hui disent que le « marxisme culturel » n'existe pas et vous les croyez, tout simplement parce que vous n'avez pas les éléments de jugement et les connaissances nécessaires. Le fait est que le marxisme a depuis longtemps cessé de rechercher le contrôle des moyens de production matérielle et a commencé à rechercher le contrôle des moyens de production intellectuelle — fondamentalement les moyens de production du discours public : les médias et le monde universitaire. Qui contrôle le discours public dans les journaux et les universités contrôle la vie sociale beaucoup plus efficacement que par le contrôle des usines ou des fermes. Débordant de l'économie, l'idéologie marxiste a pénétré insidieusement au cours des dernières décennies dans la culture et le comportement, dans les relations internationales, dans la famille et ailleurs.

Les choses que je critique, je les critique parce que je sais qu'elles font partie intégrante de l'idéologie que vous dites vouloir voir répudiée. Alarmisme climatique [...] tiers-mondisme automatique et autres arrangements faussement anti-hégémoniques, adhésion à des régimes d'avortement et antichrétiens dans des forums multilatéraux, destruction de l'identité des peuples par une immigration illimitée, le transfert brutal du pouvoir économique en faveur des pays non démocratiques et marxistes, le ramollissement du traitement réservé à la dictature vénézuélienne sont tous des éléments de « l'idéologie du PT, » c'est-à-dire du marxisme...

Laissez un commentaire

Appel aux députés canadiens sur les activités illégales d'un fournisseur international d'avortement... financé par nos impôts

Lettre de Matthew Wojciechowski, vice-president de Campaign Life Coalition (CLC) — traduite par Campagne Québec-Vie — Photo : PxHere

Le texte suivant est un courriel que Matthew Wojciechowski, vice-president de Campaign Life Coalition a envoyé à un député canadien fédéral pour l'informer des scandales de Marie Stopes International, organisme fournissant des avortement dans 37 pays dont plusieurs l'interdisent, et pour lui demander d'agir auprès de son parti pour que cet organisme cesse de recevoir les millions provenant de nos poches. — CQV

Il y a des développements très intéressants en Afrique et il serait bon que vous en connaissiez les détails, compte tenu du travail que vous avez accompli pour accueillir Obianuju Ekeocha au printemps dernier pour la projection de son film Strings Attached.

Il y a deux semaines, le Kenya a condamné Marie Stopes International [MSI], et cette semaine encore, le Niger a fait de même. Les autorités médicales des deux pays ont découvert que les cliniques Marie Stopes promeuvent et pratiquent des avortements illégaux.

Bien sûr, cela ne devrait pas être une surprise pour ceux qui ont vu Strings Attached.

Ceci dit, j'ai préparé un bref mémoire sur MSI qui met en évidence ses mauvaises pratiques et ses activités illégales au Royaume-Uni et dans toute l'Afrique. Tout cela survient dans un contexte où le gouvernement canadien a récemment annoncé, il y a à peine deux semaines, l'octroi de fonds supplémentaires à MSI au Rwanda. J'ai également fourni cette information.

C'est l'occasion idéale pour les députés de soulever cette question au sein du caucus et, espérons-le, d'obtenir des mesures concrètes de la part des conservateurs. Les libéraux de Trudeau ont besoins d'être remis à leur place à ce sujet. Les Canadiens doivent savoir que l'argent de leurs impôts est envoyé à des organisations qui enfreignent les lois d'autres pays.

Je suis disposé à en discuter davantage.

J'attends votre réponse avec impatience,

Matt

Laissez un commentaire Lire la suite

Une mère a choisi la vie pour sa fille qui n'avait qu'un demi-cœur

Billet de blogue d'Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Heureusement, que nombreuses encore sont mères qui choisissent la vie pour leurs enfants, même handicapé. Extrait de LiveActioNews :

Si Demi Goodman avait écouté ses médecins, sa fille ne serait pas ici en ce moment. En 2016, Goodman, qui vit au Royaume-Uni, a appris qu'elle était enceinte. Elle était excitée à l'idée d'accueillir un nouvel enfant. Mais lorsqu'une échographie de routine leur révéla un problème, les médecins lui ont dit d'avorter — et au lieu de cela, elle a choisi la vie.

Lors du scan anatomique des 20 semaines, Goodman a découvert que sa fille souffrait d'une pathologie qui avait fait en sorte que seule la moitié de son cœur s'était développée. Par-dessus cette nouvelle dévastatrice, on lui a affirmé que le cerveau de sa fille pourrait être endommagé, qu'elle ne marcherait peut-être jamais et qu'elle aurait besoin de plusieurs chirurgies pour survivre.

« Je n'arrivais pas à croire ce qu'on me disait », dit-elle. « J'avais le cœur brisé. Le médecin a dit qu'il valait probablement mieux d'interrompre la grossesse. » Au lieu de cela, elle a choisi la vie pour sa fille, et en août 2017, elle accoucha du petit bébé Beau. « Quand j'ai regardé son petit visage, je l'ai tout de suite aimé », a dit Goodman.

Beau subit une opération à cœur ouvert après sa naissance, ainsi qu'une autre chirurgie à l'âge de quatre mois, deux interventions auxquelles elle a survécu. Elle a ensuite subi une troisième intervention chirurgicale au début de 2018, et maintenant, à l'âge de 14 mois, Beau est en bonne santé, heureuse et épanouie. Loin du scénario terrible que les médecins ont peint pour Goodman, Beau est capable de jouer et de marcher comme les autres enfants de son âge.

« C'est un bébé très heureux et elle rit tout le temps », dit-elle. « Je suis content d'avoir écouté mon instinct et de l'avoir gardée en sécurité. Je suis si fière d'elle parce qu'elle fait tout ce que les docteurs ont dit qu'elle ne ferait pas. »

Bébé Beau est loin d'être le seul enfant à survivre - et à s'épanouir - avec son handicap.

Laissez un commentaire

La théorie du genre : la dernière « dictature »

Par Armel Joubert des Ouches avec Jeanne Smits et Clémentine Jallais (Réinformation.TV)

Dans leurs nombreux articles, Jeanne Smits et Clémentine Jallais, toutes deux journalistes à RITV, reviennent régulièrement sur la nouvelle idéologie mise en place dans la plupart des pays industrialisés : la théorie du genre. Ce concept inique prétend que c’est la société et l’environnement qui conditionnent le sexe chez une fille ou un garçon et non la nature. En fait, les protagonistes de cette nouvelle « dictature » idéologique rendent volontairement les choses confuses afin de semer le trouble chez nos concitoyens. Ils affirment que le « type sexuel » fait référence aux différences biologiques entre hommes et femmes, alors que le « genre » réfère aux différences sociales. Pour être tout à fait précis, ce concept est apparu dès les années 1950 mais s’est à ce point répandu ces dernières années… qu’on l’enseigne à l’école.

La théorie du genre ? Bien sûr qu’elle est enseignée à l’école !

Il y a peu, la directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, a publié, par le biais de l’agence culturelle de l’ONU, les nouvelles normes en termes d’éducation auprès des plus jeunes. Dans un document de près de 140 pages, l’organisation internationale qui demande que l’éducation sexuelle complète soit enseignée dès l’âge de 5 ans, insiste lourdement sur le respect de l’orientation sexuelle, rejetant les stéréotypes.

Laissez un commentaire Lire la suite

Des publicitaires licenciés se plaignent de racisme pro-LGBT

Par Réinformation.TV

Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse. Depuis que la révolution arc-en-ciel en marche dénonce la domination du mâle blanc hétérosexuel sur le monde et dénonce le « racisme » dont seraient censément victimes les gens de couleur, les femmes, les LGBT et les transgenres, et depuis que la discrimination positive est devenue, légalement ou de fait, la règle, il était fatal que la promotion des mâles blancs dans l’entreprise soit freinée, voire empêchée. C’est ce qui vient d’avoir lieu dans l’agence de publicité anglaise J Walter Thomson, qui a notamment pour clients Aston Martin, Shell et Nestlé. Estimant que l’entreprise est marquée par une « réputation Mad Men », la directrice de la création, Jo Wallace, militante lesbienne revendiquée, multiplie les licenciements de mâles blancs hétérosexuels britanniques. Mad Men est une série TV américaine qui met en scène la domination des mâles blancs hétérosexuels sur le monde de la publicité. Jo Wallace dénonce le « manque de diversité » parmi les cadres de JWT, la trop petite proportion de femmes lesbiennes et de noirs transgenres, et entend traiter les choses « à coups de pied dans le derrière ». Un collectif de mâles blancs hétérosexuels britanniques a porté plainte pour discrimination en raison du sexe, de la race, de la nationalité et de la sexualité. Naturellement, le porte-parole de JWT a démenti toute faute : « Tous les licenciements à JWT Londres sont accomplis correctement, selon la loi et sans aucune forme de discrimination ».

Laissez un commentaire

Un fonctionnaire de l’ONU lève le voile sur l’impasse actuelle

Par Patrice-Hans Perrier (Le Peuple) — Voici la ou les sources de cet article : Le Bonnet des Patriotes (0 h à 17 h 55), Croix-Rouge, Scribd, RFI et YouTube/Voici la source de la photo : United States Mission Geneva, Flickr, CC BY-ND 2.0

Ces révélations ne devraient pas tellement surprendre ceux qui savent déjà que l’ONU prône l’avortement, finance l’avortement (même les avortements et les stérilisations forcés), fait avancer l’agenda LGBT+++, etc. — CQV

Le Québécois André Sirois, juriste et fonctionnaire à l’ONU, aurait bien des choses à dire sur la corruption qui y règne.

Rien ne va plus à l’ONU, une organisation mondialiste qui n’arrive pas à faire consensus à l’intérieur de ses murs et à l’extérieur. Le Québécois André Sirois s’est qualifié devant 4 000 candidats pour aboutir au département des conférences de l’ONU. Son nouveau poste de traducteur juridique lui aura permis de prendre le pouls de l’intérieur d’une institution qui est le lieu de multiples affrontements.

L’ONU arbitre des conflits à l’international

André Sirois a eu la chance de mettre sur pied le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), une instance qui a démarré en novembre 1994. Ce tribunal était placé sous l’égide du Conseil de sécurité des Nations unies afin de juger les individus responsables d’actes de génocide, ainsi que d’autres violations graves du droit international humanitaire, tout cela dans le contexte des extraordinaires violences qui se sont déroulées à cette époque au Rwanda.

Laissez un commentaire Lire la suite

Père et mère sont en danger au Québec

Par Paul-André Deschesnes — Photo : Pixnio

Au début d’octobre 2018, le Québec a élu un nouveau gouvernement, dit de droite, la CAQ (Coalition Avenir Québec). Deux mois plus tard, on peut se demander si ce gouvernement n’est pas lui aussi contaminé par les nocives idéologies de gauche qui pullulent dans notre « belle » province.

La nouvelle ministre de la Justice du Québec, appuyée par tous les partis d’opposition et tous les mouvements dits très progressistes, nous a annoncé que le Québec est devenu très postmoderne, très ouvert très d’avant-garde, etc. Elle aurait pu ajouter très décadent. Alors, il faut s’ajuster aux nouvelles idéologies de ce monde hyper moderne.

La ministre, Mme Sonia Lebel, entend corriger, réécrire et réformer le droit familial du Québec. Dans notre belle province, il y a maintenant des dizaines de nouvelles sortes de familles. La famille traditionnelle n’existe plus. Divorces, concubinage, couples gais et lesbiennes, cohabitation de trois ou quatre personnes de même sexe ou de sexe différent, LGBTQ+, transgenres, transsexuels, etc. Aujourd’hui au Québec, seulement 30 % des gens sont mariés, car nos idéologies à la mode se moquent du mariage qui est massacré sur la place publique.

Laissez un commentaire Lire la suite

Pourquoi la contraception et l’avortement sont-ils la haine du corps ?

Par Peter Kwasniewski — traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Vera Arsic/Pexel

22 octobre 2018 (LifeSiteNews) — Je lisais un livre très intéressant d’Antoine Arjakovsky sur l’histoire du développement de la notion d’orthodoxie chrétienne et je suis tombé sur une citation de Jérôme Alexandre, un patrologue français, qui m’a fait réfléchir.

La chair, comme le langage, agit comme un signe. Elle est signe d’une réalité que seule la foi peut atteindre. C’est pourquoi la différence substantielle entre l’âme et la chair est tellement importante : l’âme sait que la chair qui y est attachée est autre qu’elle-même, qu’elle ne peut ni en prendre totale possession ni s’en séparer. Elle doit donc se résoudre à lui faire confiance, à la respecter et à l’aimer.

Ma chair fait partie de qui je suis : ce n’est ni un appendice, ni une machine, ni une propriété, mais moi-même. Ma conscience de moi-même n’est pas non plus la même chose que la chair, nous savons qu’il existe une distinction entre la pensée et le corps. Donc, la chair, comme les mots qui sortent de ma bouche, est un signe de moi, de mes intentions et de mes priorités. Les actions que j’entreprends avec, pour et contre elle révèlent ce que je pense et désire. Ce n’est pas seulement en rapport avec ma personne, c’est le premier langage à travers lequel ma personne s’exprime, avant même qu’aucun mot ne soit prononcé.

Laissez un commentaire Lire la suite