M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le premier ministre homosexuel irlandais Leo Varadkar annonce sa démission


Leo Varadkar.

Par Michael Haynes — Traduit par Campagne Québec-Vie

20 mars 2024, Dublin (LifeSiteNews) — Le premier ministre irlandais ouvertement homosexuel, Leo Varadkar, a annoncé aujourd’hui sa démission de son poste de chef du Fine Gael.

Les médias irlandais en prédisaient l’annonce tôt mercredi matin. Lors d’une conférence de presse non planifiée, à midi, Varadkar a fait connaître qu’il démissionnait immédiatement de son poste de chef du parti Fine Gael. Sa démission de Taoiseach (premier ministre) prendra effet en avril, après Pâques, lorsque les membres du parti éliront un nouveau chef.

Varadkar, ouvertement homosexuel, a déclaré que ses raisons « sont personnelles et politiques, mais principalement politiques ». Il a minimisé les « spéculations » sur les autres causes de l’annonce, ajoutant que « les politiciens sont des êtres humains. Nous avons nos limites. Nous donnons tout jusqu’à ce que nous ne puissions plus le faire, puis nous devons passer à autre chose. »

L’annonce intervient moins de deux semaines après que les électeurs irlandais aient rejeté massivement l’amendement à la constitution de la nation, proposé par le gouvernement, qui aurait ôté le mariage et la maternité de la définition de la famille.

Le 8 mars, les électeurs ont rejeté par 67,7 % le référendum sur la famille qui proposait d’élargir la définition d’une famille pour y inclure les relations extraconjugales « durables » et par 73,9 % le référendum sur les soins, qui proposait de réécrire une partie de la Constitution de la nation en langage neutre en matière de genre.

Cela a été perçu comme un coup dur et inattendu pour le gouvernement, et on a ensuite demandé au gouvernement de « cesser de jouer à des jeux idéologiques ». Le sénateur indépendant Rónán Mullen a reproché au gouvernement d’avoir « détourné l’appareil et les ressources de l’État pour faire avancer son propre programme idéologique ».

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Varadkar n’a fait aucune mention du référendum dans sa déclaration d’aujourd’hui. Il a plutôt loué son travail de promotion de l’idéologie LGBT et de l’avortement :

Je suis fier que nous ayons fait du pays un endroit plus égalitaire et plus moderne en ce qui concerne les droits des enfants, la communauté LGBT, l’égalité des femmes et leur autonomie corporelle. Plus récemment, nous avons mené le pays à travers une crise de l’inflation et du coût de la vie, dont le pire est maintenant heureusement derrière nous.

Varadkar a été Taoiseach entre juin 2017 et 2020, puis à nouveau à partir de décembre 2022. Aux côtés du parti Fianna Fáil, le Fine Gael forme l’actuel gouvernement de coalition dans le pays. Le leader du Fianna Fáil, Taianiste Micheál Martin, partage le rôle de Taoiseach avec Varadkar depuis la formation du gouvernement de coalition en juin 2020.

Plus jeune Taoiseach lors de son élection en 2017, Varadkar a fait des vagues avec sa rhétorique anti-catholique, sa promotion de l’idéologie LGBT et de l’avortement, et sa loi draconienne sur les discours de haine du pays.

Sous le mandat de Varadkar et à la suite de sa campagne active, l’Irlande autrefois majoritairement catholique est entrée dans l’histoire lorsque les électeurs ont abrogé le 8e amendement, qui prévoyait un droit constitutionnel à la vie pour les enfants à naître. L’Irlande a maintenant l’une des lois sur l’avortement les plus permissives au monde, l’avortement étant légal pour n’importe quelle raison jusqu’à 12 semaines. Après cela, il est légal jusqu’à la « viabilité » s’il existe un risque de préjudice grave pour la mère, une disposition qui représente la majorité des avortements en Angleterre voisine. L’avortement jusqu’à la naissance est également autorisé en cas d’« urgence » ou si l’on pense que le bébé risque de mourir dans les 28 jours après sa naissance.

Déjà en mai 2015, un référendum avait inauguré la légalisation du « mariage » homosexuel dans le pays, par un vote écrasant de 62 à 38 pour cent. Les partisans de la mesure ont été soutenus par des militants américains LGBT, mais Varadkar a joué un rôle clé dans le mouvement, annonçant sa vie d’homosexualité en janvier de la même année afin de faire campagne plus efficacement.

La démission de Varadkar n’entraînera pas d’élections nationales, bien qu’une élection soit prévue l’année prochaine.

Peadar Tóibín, chef du parti pro-vie Aontú, récemment formé en Irlande, a appelé à une élection à la lumière de la démission de Varadkar, en disant : « Le poste de Taoiseach ne peut pas être passé à la ronde comme du tabac à priser lors d’une veillée ».

La poste de Taoiseach ne peut pas être passé à la ronde comme du tabac à priser lors d’une veillée.
Ce sera la 2e fois que le poste de Taoiseach sera transmis sans mandat.
Le référendum montre qu’on ne fait pas confiance au gouvernement.
Il doit y avoir une élection générale maintenant.
— Peadar Tóibín TD (@Toibin1) 20 mars 2024

Analysant l’annonce de Varadkar, Ben Scallan — correspondant politique principal de Gript Media — a déclaré à LifeSiteNews que « Je pense que l’erreur la plus critique du parti Fine Gael à l’époque de Leo Varadkar a été sa tentative de surpasser les plus radicaux partis progressistes que l’on puisse imaginer. »

Scallan ajoute que Fine Gael « a abandonné sa base autrefois relativement conservatrice pour tenter de satisfaire les étudiants woke aux cheveux violets ». Une telle décision, a-t-il dit, n’a servi qu’à « aliéner leurs électeurs principaux car, en même temps, ils étaient insuffisamment radicaux pour les libéraux radicaux qu’ils courtisaient. Ils sont devenus un parti sans identité claire, et cela les a menés au bord du désastre, comme nous pouvons le voir dans l’annonce d’aujourd’hui. »

La démission de Varadkar a été bien accueillie par les catholiques et les militants pro-vie irlandais, et le média Catholic Arena a souligné son bilan frappant sur les questions sociales.

« Leo Varadkar a été élu en tant que candidat pro-vie ; or, il a non seulement supervisé la légalisation de l’avortement, mais aussi la destruction complète de notre tissu social, au point de voir Dublin sombrer dans les émeutes et l’anarchie en novembre dernier », a déclaré Catholic Arena à LifeSiteNews. Catholic Arena a poursuivi :

Varadkar a laissé sa carrière politique entraîner une baisse du taux de natalité, une baisse du mariage et une montée du sentiment anti-chrétien. Son mandat a été jugé plus récemment avec le rejet des amendements anti femme et anti famille qui étaient proposés dans les récents référendums. J’espère que l’Irlande pourra maintenant commencer un processus de guérison après avoir été menée pendant des années dans la mauvaise direction, bien que beaucoup pensent que les dommages causés pourraient ne jamais être réparés.

Le journaliste, le Dr Eoin Lenihan, a déclaré que Varadkar « quitte son poste dans l’infamie, son agenda mondialiste totalement rejeté par le peuple irlandais ».



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.