M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Toutes les conférences de notre colloque du 30e anniversaire (26 octobre 2019)


L’allergie aux accusateurs du pape François est-elle révélatrice des turpitudes de certains milieux catholiques ?


Le pape François -- photo : Wikipedia Commons

Par Georges Buscemi, président de Campagne Québec-Vie

Dernièrement, un article publié sur le site catholique Aleteia semble faire le tour, par les réseaux sociaux, de la petite famille des catholiques pratiquants du Québec. Datant de 2016 et rédigé en réaction au tollé soulevé par François lorsque celui-ci aurait déclaré que la plupart des mariages sont invalides, cet article, consistant surtout en un ramassis de sophismes, semble étonnamment trouver l’approbation d’un certain nombre de catholiques sincères inquiets par les nouvelles qu’ils entendent concernant les gestes et paroles déroutants de François. En cet article certains d’entre eux semblent avoir trouvé les raisons d’ignorer les voix qui s’élèvent contre François, étant rassurés que celles-ci ne sont que les manifestations de rigidité et de manque d’ouverture aux vérités difficiles de l’Évangile. Et bien que l’auteur ait rédigé cet article en 2016 et donc n’aurait pas lu la lettre ouverte, publiée en 2019, concernant ce qui semble être des hérésies du pape, il me semble que tout catholique sincère et informé aurait pu tirer les mêmes conclusions, même en 2016. Car si nous avions à énumérer les aberrations du pontificat de François, il nous faudrait plusieurs livres pour les décrire. Et donc, puisque cet article semble trahir soit une certaine mauvaise foi ou un manque d’information, et puisqu’il fait le tour de l’Église catholique au Québec dont j’ai la joie et l’honneur d’être membre, j’estime qu’il serait utile de reprendre l’essentiel des affirmations de cet article, pour les réfuter ou les justifier, selon le cas :

Affirmation 1 : Ceux qui critiquent le pape seraient allergiques à son honnêteté. 

Faux, nous n’aimons pas ce qu’il dit, car ce qu’il dit est souvent contre l’Église et son enseignement antérieur.

Affirmation 2 : Ce que dit le pape François correspond à l’esprit et la lettre même de l’Évangile. 

Faux, comme nous l’avons démontré dans la lettre ouverte, plusieurs paroles et gestes de François ne correspondent ni à l’esprit ni à la lettre de l’Évangile. Prenons ne serait-ce que l’affirmation de François selon laquelle « Le pluralisme et les diversités de religion, de couleur, de sexe, de race et de langue sont une sage volonté divine, par laquelle Dieu a créé les êtres humains. » Si toutes les religions sont voulues par Dieu, au même titre que la dualité homme-femme, nous sommes confrontés soit au rejet de la raison (puisque les religions affirment des propositions contradictoires), soit au rejet de Jésus Christ comme unique Sauveur du monde.

Affirmation 3 : Ceux qui critiquent le pape confondent le christianisme avec la somme des mauvaises habitudes, des partis pris et des préjugés qu’ils ont hérités de leur famille et de leur milieu. 

Faux : Nos différends d’avec François sont principalement de nature doctrinale. 

Laissez un commentaire Lire la suite

Commentaire de Georges Buscemi concernant sa signature de la lettre ouverte aux évêques de l’Église catholique

J’ai signé la lettre ouverte adressée aux évêques du monde parce que je suis catholique et confiant que les portes de l’enfer ne prévaudront jamais contre l’Église. Aussi, j’ai signé car je suis convaincu que la moralité publique et privée (et tout spécialement la conscience du caractère sacré de la vie, de la conception à la mort naturelle) continuera à chuter dans le monde tant que l’Église catholique sera dans un état de chaos au sommet et de paralysie parmi ses rangs inférieurs. John Smeaton, président de la Society for the Protection of Unborn Children de la Grande-Bretagne, l’a exprimé de façon éloquente lorsqu’il a déclaré : « Le mouvement pro-vie ne peut tout simplement pas gagner la bataille seul. Nous avons besoin du soutien total des responsables de l’Église catholique à travers le monde. » Il a ajouté : « Amoris Laetitia [l’exhortation du pape François sur la famille, d’où viennent la plupart des textes problématiques cités dans la lettre ouverte] ne concerne pas uniquement le problème de la sainte communion pour les “divorcés et remariés”… mais bien l’annulation de l’intégralité de la loi morale. »

Le professeur Joseph Seifert (fondateur de l’Académie JPII de la vie humaine et de la famille et ami de Jean-Paul II) a écrit quelque chose de semblable sur Amoris Laetitia (AL) : « [Le pape François] semble affirmer clairement que […] des actes intrinsèquement désordonnés et objectivement gravement peccamineux peuvent être autorisés, voire même objectivement, par Dieu. Si c’est vraiment ce que AL affirme… [nous sommes face à] une bombe atomique théologique qui menace de démolir tout l’édifice moral des 10 commandements et de l’enseignement moral catholique. »

Finalement, je partage l’avis du Cardinal Eijk des Pays-Bas qui, en mai 2018, déclara ce qui suit sur le site du National Catholic Register : « Constatant que les évêques et, surtout, le successeur de Pierre ne parviennent pas à maintenir et à transmettre fidèlement et intégralement le dépôt de la foi contenu dans la Tradition sacrée et la Sainte Écriture, je ne peux m’empêcher de penser à l’article 675 du Catéchisme de l’Église catholique. »

Or, ce paragraphe du catéchisme fait référence à une « épreuve finale » où sera dévoilé « le “mystère d’iniquité” sous la forme d’une imposture religieuse apportant aux hommes une solution apparente à leurs problèmes au prix de l’apostasie de la vérité. »

Nul ne peut savoir si aujourd’hui nous témoignons vraiment l’arrivée de cette « imposture religieuse » prédite par les Évangiles ou bien seulement un avant-goût ou un aperçu de celle-ci. Cependant, dans l’un ou l’autre cas, il ne sert à personne de s’enfouir la tête dans le sable. Les enfants de la lumière se tiennent toujours la tête bien haute, les yeux pleins de confiance. Lorsque cela s’avère nécessaire, ils n’ont pas peur de clamer haut et fort « AU LOUP. »

1 réaction

Livre choc : l'Église infiltrée par le lobby homosexuel

Par Georges Buscemi — Photo : Max Pixel

Mise-à-jour le 15 février, 16h57.

Sodoma, un livre sur l'infiltration gaie de l'Église catholique, vient de paraître.

Selon l'auteur, « "l'homosexualité s'étend à mesure que l'on s'approche du saint des saints ; il y a de plus en plus d'homosexuels lorsqu'on monte dans la hiérarchie catholique. Dans le Collège cardinalice et au Vatican, le processus préférentiel a abouti : l'homosexualité devient la règle, l'hétérosexualité l'exception." »

Je ne peux confirmer, comme semble le faire le livre Sodoma, que le Collège cardinalice ou le Vatican sont principalement composés d'homosexuels. Cependant, suivant le Père Paul Sullins, je peux dire avec une plus grande certitude qu'il y a un taux de 16% d'homosexuels au sein du clergé, ce qui équivaudrait à au moins 8 fois la moyenne de la population en général.

D'ailleurs, nous avons produit dernièrement une vidéo qui démontrait exactement cela, ainsi que les conséquences désastreuses d'une telle réalité:

Ce que je veux surtout faire aujourd'hui est de mettre en garde contre les possibles intentions de cet auteur et de tous les médias de masse qui font tout à coup, à travers ce livre, la promotion d’une thèse jusqu’à maintenant complètement tue, celle de l’infiltration homosexuelle de l’Église.

Jusqu’à maintenant, on a pu prétendre que le problème des abus sexuels au sein de l’Église en était un de « pédophilie », et cela plaisait beaucoup aux médias de masse, qui pouvait allègrement poursuivre leur œuvre de destruction de l’Église en rapportant ces sordides nouvelles. Lorsqu’il fut établi que les victimes étaient à 80 % masculines et pour la plupart post-pubères, et donc que les coupables étaient probablement tous homosexuels, on attaqua, aussi longtemps que l’on pût, les porteurs de cette vérité, les traitant d’homophobes et décriant l’amalgame entre pédophilie et homosexualité...

Laissez un commentaire Lire la suite

Attaque médiatique contre les centres pro-vie du Québec


Photo : 17913 Images - Pixabay

«On ne s’explique pas pourquoi il y en a de plus en plus [de centres d’aide pro-vie pour femmes enceintes]. La seule chose qu’on peut voir, c’est qu’il y a une voix antiavortement de plus en plus décomplexée.» 

-- Cindy Pétrieux, Co-coordonnatrice à la Fédération du Québec pour le planning des naissances

«Campagne Québec-Vie, un groupe pro-vie influent»

-- Marissa Groguhé, journaliste, La Presse

Ces citations sont puisées dans une série d’articles publiés le 3 janvier dans La Presse +. Manifestement, leur objectif est de dénoncer la montée rapide — et pour eux, inquiétante — du nombre des centres pro-vie pour femmes enceintes en difficulté au Québec. Voyez-vous, à la grande consternation des organismes pro-avortement, telle la Fédération du Québec pour le Planning Familial, ces trois dernières années ont vu une augmentation de près de 100 % du nombre de centres pro-vie au Québec, qui sont passés de 15 en 2015 à 27 en 2018.

Des chercheuses de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) auraient entrepris une grande étude sur l’étendue du phénomène ainsi que sur les méthodes utilisées par les groupes pro-vie, y compris par notre service Enceinte et inquiète. Conclusion : nous serions coupables de mentir et de manipuler des femmes vulnérables. Nous serions coupables « d’humaniser » l’enfant à naître et de dire que l’avortement entraîne des séquelles sérieuses pour l’enfant (la mort) et pour la mère. Ces organismes en faveur de l’avortement cherchent donc à nous faire taire coûte que coûte. La FQPN pense même intenter une action collective contre les centres pro-vie du Québec, et cherche des femmes prêtes à témoigner contre nous.

Il y a plusieurs leçons à tirer de cette série d’articles. Premier constat : on cherche à nous retirer notre liberté d’action et d’association en tant que chrétiens. On veut bien tolérer notre droit de parole, tant et aussi longtemps qu’il ne se traduit pas en actions concrètes, par exemple par la fondation d’un centre pour femmes enceintes en difficulté. On nous permet de penser à contre-courant, et même de parler un peu, mais jamais d’agir en accord avec nos convictions affichées ! Selon ces organisations pro-avortement et leurs complices, nos croyances religieuses et morales – fondées en raison – deviennent « trompeuses » et « mensongères » lorsqu’elles sont vécues et incarnées dans une œuvre tel notre service Enceinte et inquiète.

En deuxième lieu, on peut constater un début de panique chez nos adversaires. C’est un bon signe. Le vent tourne, partout sur la planète, et même dans notre petit coin de pays. De plus en plus de nations, de plus en plus de sociétés, contestent le libéralisme mur à mur mis en place après la Deuxième Guerre mondiale. Ce libéralisme, qui affirme l’autonomie absolue de l’individu (« l’idéologie du choix ») aux dépens d’une morale cohérente chrétienne, a agi, par l’avortement, la contraception, le mariage « gai », l’euthanasie, etc., comme un solvant sur les familles et les communautés partout sur la planète. Plusieurs nations, par réflexe de survie, contestent aujourd’hui ce libéralisme qui ignore des vérités aussi fondamentales que  les 10 commandements de Dieu. En Pologne, en Hongrie, en Autriche, en Italie, au Brésil, les peuples se réveillent et conviennent qu’il y a des vérités qui limitent la volonté de l’individu, que « Tu ne tueras point » n’est pas une loi parmi d’autres, mais une condition essentielle pour la survie des familles, des nations, des États et des civilisations. Campagne Québec-Vie se veut, ici au Québec, à l’avant-garde de cette renaissance des nations, par le retour des peuples à la reconnaissance de Dieu et de ses lois. Nous constatons que notre « voix décomplexée », entre autres sur les réseaux sociaux, porte fruit.

Une constatation encourageante peut être tirée de cette série d’articles : nous voyons à quel point le militantisme pro-avortement est marginal en comparaison de notre mouvement pro-vie. Aussi surprenant que cela puisse paraître, ce ne sont pas les gens ordinaires qui militent en faveur de l’avortement. Mises à part les fondations bien nanties, c’est le gouvernement qui finance ces mouvements qui nous sont hostiles. Par exemple, la FQPN, en l’année fiscale 2017-2018, a été financée à 96 % par le gouvernement du Québec. En comparaison, CQV, muni d’un budget de loin supérieur à celui de la FQPN, est financé à 0 % par le gouvernement et à 100 % par vous qui lisez ces lignes. Et nous en sommes extrêmement fiers ! Nous en rendons grâce à Dieu. Pour sa part, le journal La Presse, qui sert de porte-voix à ces groupes pro-avortement, a dû se restructurer faute de revenus, se transformant en OSBL (et bientôt, en organisme de bienfaisance), le rendant, en toute probabilité, récipiendaire imminent de la largesse de Justin Trudeau et de son fonds de 595 millions $, créé à un an de l’élection fédérale 2019 pour financer les médias canadiens « dignes de confiance. » En somme, un média tributaire de l’État se fait le porte-voix d’un organisme pro-avortement entièrement subventionné par le gouvernement, pour discréditer des centres d’aide et des organismes financés à 100 % par le peuple – et on se plaint ensuite du populisme anti-élite et anti-gouvernement qui prend forme partout sur la planète !

À Campagne Québec-Vie, nous ne sommes certainement pas contre l’idée même d’un gouvernement. Nous voulons seulement qu’il respecte la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Au lieu de financer l’avortement, pourquoi ne pas poser un geste bénéfique pour la nation en encourageant la famille ?

***

Le mois prochain je vous ferai part de plusieurs de nos projets pour l’année qui vient, qui s’annonce fort mouvementée et passionnante. En attendant, je vous souhaite un 2019 rempli de bonheur, de santé et de paix. Pour la Vie !

Georges_Signature.jpg
Georges Buscemi, Président

Laissez un commentaire

Il faut dissiper la confusion darwinienne qui promeut la Culture de mort


Charles Robert Darwin par John Collier, Wikipedia

La Culture de mort proavortement, pro-euthanasie et anti-Christ avance sous couvert de confusion et de mensonges. Or, un des plus gros mensonges est celui de la prétendue opposition entre foi et science. 

Or, rien n’a plus renforcé cette fausse impression d’opposition que la tristement célèbre théorie de l’évolution de Darwin. Louée faussement par certains athées comme étant la découverte révolutionnaire qu’il leur fallait pour finalement enfoncer le dernier clou dans le cercueil du christianisme et de sa morale, elle a plongée maints chrétiens dans la confusion et a largement contribué à une apostasie de la foi et de la morale, apostasie qui dure toujours aujourd’hui.

Il ne reste que 7 jours avant la fin de notre campagne de financement en ligne pour l’automne 2018 -- merci de donner ce que vous pouvez pour défendre la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle !>>

Souhaitant dissiper autant que possible la confusion produite par cette théorie, Campagne Québec-Vie vous invite à participer à un groupe d’étude sur la théorie de l’évolution et la question de sa compatibilité avec la foi et la morale chrétiennes. Ce groupe d’étude sera animé par moi-même ainsi que M. Jan Stohl. 

Nos rencontres, qui auront lieu de 19 h à 21 h 45 au 3330 rue Rivier à Montréal (bureaux de Campagne Québec-Vie) débuteront le mardi 2 octobre, et se tiendront aux 2 semaines (nous prévoyons environ 6 rencontres, donc jusqu’au 11 décembre). Nous avons planifié les trois premières rencontres, mais les 3 autres dépendront en une certaine mesure de la rétroaction des participants, qui pourront aussi proposer des auteurs ou œuvres à étudier.

Ce groupe d’étude se veut un forum de débat, mais à l’intérieur d’un cadre clair : celui du magistère clairement défini de l’Église catholique sur la question des origines et de la nature de l’être humain.

Voici un aperçu des 3 premières sessions :

1) Première session — 2 octobre 2018 à 19 h — Georges Buscemi : Notions fondamentales. Distinction entre les sciences : théologiques, philosophiques et expérimentales. Refus du scientisme. Ce que l’Église nous enseigne sur les origines. Lecture recommandée : Section 5.15 - 5,16 du cours d’apologétique de l’abbé Gouy, Cours "La dernière superstition », pp. 17-134. L’encyclique Humani Generis de Pie XII et Le Darwinisme (Thonnard).

2) Deuxième session — 16 octobre à 19 h — Georges Buscemi : L’évolutionnisme thomiste est-il possible ? (Liste de lecture à suivre)

3) Troisème session — 30 octobre à 19 h — Jan Stohl : Contre l’évolutionnisme : l’œuvre de Wolfgang Smith. (Liste de lecture à suivre)

Les sessions 4, 5 et 6 se tiendront, respectivement, le 13 novembre, le 27 novembre et le 11 décembre.

Si vous voulez participer, vous n’avez qu’à nous écrire (info - arobase - cqv.qc.ca). N’hésitez pas à inviter vos ami(e)s. Il n’y aura pas de coût pour la participation; un petit don sera néanmoins le bienvenu pour payer le coût des collations. Aussi, faites vite pour vous inscrire, nous n’avons que 20 places, maximum. Au plaisir de vous (re) voir !

Merci de continuer à soutenir Campagne Québec-Vie par la prière et par vos dons. Nous avons grandement besoin de vous !>>

Vôtre pour la Vie,

Georges_Signature.jpg
Georges Buscemi, Président

P.S. La vigile des 40 jours pour la vie débute demain à Montréal et dans des centaines de villes à travers le monde. Merci d’y participer !

Laissez un commentaire

Élections provinciales : Pour quel parti voter ?


Photo: I'm Friday, ShutterStock

Nous sommes à la veille de l’élection provinciale au Québec, le jour du scrutin étant le 1er octobre 2018, avec possibilité de vote par anticipation du 21 au 27 septembre.

Plusieurs nous l’ont demandé : pour qui voter ? Avant de répondre, j’aimerais premièrement vous rappeler les principaux objets de notre association, Campagne Québec-Vie, car ce sont ces objets qui serviront de guide pour notre évaluation :

  1. Promouvoir la reconnaissance, par les représentants de tous les corps sociaux, y compris ceux de l’État, de la nécessité du christianisme, en tant que seule religion intégralement vraie, pour une réalisation pleine et entière du bien commun;
  2. Promouvoir la reconnaissance du fait que la foi chrétienne est raisonnable, et que la raison soutient la foi et la morale chrétiennes.
  3. Promouvoir le respect de la vie humaine depuis la conception jusqu’à la mort naturelle ainsi que les droits de la personne et de la famille;

En un mot, nous affirmons que chaque être humain n’a pas seulement des droits. Il a également -- nous dirions même surtout -- des devoirs, envers son prochain et... envers Dieu.

Les droits et devoirs sont liés, car tous découlent du même Créateur. Si, par exemple, un humain a le droit de vivre et d’être heureux, c’est qu’il n’est ni la propriété d’une autre personne humaine, ni de lui-même, mais qu’il appartient à un Dieu qu’il est appelé à connaître, aimer et servir. 

C’est la quatrième journée de notre campagne de financement en ligne pour l’automne 2018 -- merci de donner ce que vous pouvez pour défendre la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle ! >>

De plus, les droits et devoirs de la personne sont fondés en raison : avec la grâce de Dieu, toute personne de bonne volonté peut user de son intelligence pour découvrir le plan de Dieu sur sa vie et l’embrasser.

Voilà pourquoi il est insensé de séparer la vraie religion de la politique, car Dieu, en tant que Créateur, est à l’origine de tout : il ne saurait y avoir des aspects de la vie d’une personne qui puissent être « séparés » de Dieu ou « libres» de Dieu. Le « libéralisme », compris comme étant une doctrine selon laquelle certains aspects de notre vie (économique, politique, sexuelle, etc.) échappent à Dieu, n’a pas de sens.

Encore moins sensée est la doctrine selon laquelle Dieu n’existerait pas. Appliquée au domaine politique, cette croyance nous donne le Communisme, véritable machine à broyer les corps et les âmes.

Comme je vous l’ai dit dans un précédent courriel, le Québec a rejeté le christianisme il y a une cinquantaine d’années, et il n’est pas surprenant que le Québec soit devenu aujourd’hui une véritable machine à broyer les corps (des enfants à naître, par milliers) et les âmes (pensons au système scolaire contemporain, au cours éthique et culture religieuse et au cours d’éducation sexuelle...) Mais alors, que faire en attendant que les Québécois embrassent de nouveau le christianisme ? Pour qui voter le 1er octobre ?

Laissez un commentaire Lire la suite

Le Québec et le Canada ont besoin de Dieu


Source: Shutterstock

Il y a 60 ans, le Québec par ses élites a rejeté le christianisme. S’est ensuivi un tsunami d’avortements (moins de 1000 par an en 1971, aujourd’hui, 30 000 par an), de divorces (pour chaque 100 mariages dans une année, 50 divorces) et de lois douteuses (p. ex. mariage « gai » en 2005, euthanasie en 2016). Finalement, une forte immigration, rendue nécessaire par le faible taux de reproduction (avortement, stérilisation, contraception), risque aujourd’hui de rayer de la carte les peuples fondateurs du Canada ainsi que d’introduire dans notre société des pratiques et croyances des plus nocives (p. ex. l’Islam).

Drogués par leurs écrans lumineux ainsi que par l’amour du confort et du sexe, les Québécois et Canadiens semblent pour la plupart incapables de se secouer de leur torpeur. Et les médias subventionnés et oligarchiques pèsent sur les consciences comme une chape de plomb, rendant quasiment impossible une pensée saine et originale. Devons-nous nous résigner à une disparition tranquille ?

Jamais. Un changement est possible. Mais il faut vouloir un vrai changement. Vouloir quoi ? Nous devons vouloir Dieu dans notre vie, y compris dans la politique.

Viktor Orban et la « démocratie chrétienne »

Tournons-nous vers un autre peuple jadis opprimé, le peuple hongrois, qui a su, avec la grâce de Dieu, se libérer de son état d’esclavage mental et spirituel pour devenir un modèle pour l’Europe et pour le monde.

Les Hongrois, aujourd’hui un peuple fier de 10 millions d’âmes, gémissaient sous la botte du communisme dès la fin de la 2e guerre mondiale. Ils avaient plus que les médias de masse tordus qui pesaient sur eux : ils souffraient du joug du tyran Stalin et de ses successeurs. En bref, la Hongrie était victime de l’athéisme total, imposé à tous les niveaux, spécialement en politique.

En 1989, l’URSS s’effondra et la Hongrie se trouva libre. Par contre, ce pays risquait de tomber dans un mal plus grand, celui de se vouer à l’argent et au confort, comme le font tant de pays occidentaux.

C’est pourquoi en 2010 le peuple hongrois s’est doté d’un chef, Viktor Orban, et d’une Loi fondamentale (une constitution), pour le protéger des dérives. Les Hongrois ne voulaient être ni communistes, ni libéraux (c’est à dire indifférents au bien et à Dieu), mais chrétiens !

Lisons une petite partie de cette « Loi fondamentale », et voyons si nous, Québécois et Canadiens, pouvons en tirer quelque chose.

Loi fondamentale de la Hongrie le 25 avril 2011 :
Bénis les Hongrois, ô Seigneur!
PROFESSION DE FOI NATIONALE
NOUS, MEMBRES DE LA NATION HONGROISE, à l’aube de ce nouveau millénaire, déclarons avec responsabilité pour tous les Hongrois ce qui suit : nous sommes fiers que notre roi Saint Étienne ait placé l’État hongrois sur des fondations solides en faisant entrer notre patrie dans l’Europe chrétienne. Nous sommes fiers de nos ancêtres qui se sont battus pour la survie, la liberté et la souveraineté de notre nation. Nous sommes fiers des remarquables créations intellectuelles des Hongrois. Nous sommes fiers que notre peuple se soit battu pendant des siècles pour défendre l’Europe, contribuant aux valeurs communes de celle-ci par son talent et son assiduité. Nous reconnaissons la vertu unificatrice de la chrétienté pour notre nation. (…)
La dignité humaine est inviolable. Toute personne a droit à la vie et à la dignité humaine ; la vie du foetus doit être protégée dès sa conception.

Voilà une Constitution digne de ce nom; voilà un peuple engagé sur la bonne voie !

Depuis 2010, fidèle à sa Loi fondamentale, la Hongrie a valorisé son patrimoine chrétien, implanté des politiques familiales et a fermé ses frontières à des migrations abusives, et voilà le résultat : 

  • La quantité d’avortements a diminué de plus d’un tiers de ce qu’ils étaient en 2010 (40 449 à 28 500).
  • Le nombre de divorces est nettement réduit (23 873 en 2010 à 18 600 en 2017) et…
  • Le nombre de mariages a augmenté (35 520 en 2010 et 50 600 en 2017).

Encore une fois, nous voyons là un pays engagé sur la bonne voie !

La clé : une société ni libérale, ni athée, mais chrétienne

Quelle est la leçon à retenir ? Viktor Orban, premier ministre de la Hongrie, résume mieux que quiconque cette leçon, par les paroles suivantes qu’il a prononcées le 28 juillet 2018 : 

« Proclamons avec confiance que la démocratie chrétienne n’est pas libérale. [...] La démocratie libérale est favorable au multiculturalisme, tandis que la démocratie chrétienne donne la priorité à la culture chrétienne... »

Et il continua :

« Bien que nous puissions sembler être une minorité, nous sommes nombreux, en Europe, à avoir comme but commun de construire l’Europe une fois de plus sur les fondations solides du christianisme... La Hongrie suit cette voie depuis 2010. »

Au Québec et au Canada, nous pouvons sembler être une minorité de croyants, mais cette minorité agissante peut devenir un mouvement pour la reconstruction d’un Québec et d’un Canada sur les fondations solides du christianisme... 

... Et Campagne Québec-Vie se veut la bougie d’allumage pour lancer un tel mouvement. Mais nous avons besoin de votre appui.

Dans les semaines, les mois et les années à venir, ce sera notre message : Dieu doit régner à tous les niveaux, y compris la politique.

Vôtre pour la Vie,

Georges_Signature.jpg
Georges Buscemi, Président

Laissez un commentaire

Activités à venir de Campagne Québec-Vie

calendar_date_time_month_week_planning_paper_planner-748014.jpg

Même durant l’été, Campagne Québec-Vie continue à œuvrer pour un Québec qui respecte la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle.

Le dimanche 19 août à partir de midi, nous tiendrons notre annuelle épluchette de blé d’Inde. Cette année notre conférencier invité sera M. Jean-Léon Laffitte, président de l’Association des parents catholiques du Québec. Il nous entretiendra sur le mouvement de déconfessionnalisation des écoles du Québec. Voir la petite affiche ci-incluse pour les autres détails concernant l’épluchette ; j’espère vous y voir ! (Merci de nous appeler (514) 344-2686 si vous pensez venir).

Du 23 au 25 août, Campagne Québec-Vie sera au congrès du parti conservateur à Halifax dans l’espoir de communiquer notre message en faveur de la foi, la famille et la vie, aux participants qui voteront sur les diverses politiques de ce parti. Les futures orientations du Parti conservateur — parti qui pourrait bien emporter la victoire lors des élections fédérales de 2019 — seront tracées lors de ces trois jours. Prières s.v.p.

Le samedi 8 septembre se tiendra une journée spéciale dévouée à la protection de la vie et de la famille (voir affiche ci-incluse). Ce sera une belle journée en compagnie de Mgr. Lépine, archevêque de Montréal et de plusieurs autres intervenants pro-vie et profamille. J’y ferai une présentation sur la promotion d’une culture de vie au sein de la famille. Joignez-vous à nous, et amenez vos proches.

Le jour suivant, le 9 septembre, je donnerai une présentation à Sainte-Foy dans le cadre des « Journées québécoises du Christ-Roi » 2018. Je ferai une présentation sur les attaques contre la foi, la famille et la vie au Canada et ailleurs, et ainsi que les belles initiatives pour les contrer, ici et dans le monde entier. Vérifiez le site : https://lelysetlacroix.ca/ pour de plus amples renseignements sur cet événement.

• Nous organisons pour le samedi 15 septembre 2018 un pèlerinage d’une journée à Montréal, où nous nous rendrons, en autobus nolisé, près de trois centres d’avortement et trois lieux saints pour demander à Notre-Seigneur d’intercéder en faveur de la Vie. Joignez-vous à nous. Appelez Brian Jenkins au (514) 344-2686 pour tous les détails.

• Nous organisons la 20e édition des « 40 jours pour la vie » à Montréal. Cette campagne de 40 jours de prière à l’extérieur d’un avortoir de Montréal, qui se fait en simultané avec des équipes de chrétiens dans plus de 300 autres villes, débutera le 26 septembre. Pour plus de renseignements, visitez le http://www.40joursmontreal.org.

Cours d’apologétique pro-vie et chrétienne

Dans le cadre de notre cours d’apologétique pro-vie et chrétienne, Campagne Québec-Vie offre, tout au long de l’année, des cours pour former des personnes aptes à défendre la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Ces cours se tiennent normalement le mardi soir à 19 h, tout au long de l’année, dans les locaux de Campagne Québec-Vie (3330 rue Rivier, Montréal, QC) Un don volontaire est bienvenu (10 $ est le montant recommandé). Voici les trois prochains cours :

14 août : Action concrète II : ce que nous pouvons faire en famille, en communauté, en paroisse, en association (écoles, groupements, etc.) pour promouvoir la foi, la famille et la vie.
21 août : Action concrète III : ce qui est fait, pour défendre la foi, la famille et la vie, par certains partis politiques, chefs politiques, corporations, etc. ici (Québec et Canada, les partis politiques, les mouvements, etc.) et ailleurs (Viktor Orbanet la Hongrie, la Pologne, la Russie.) La vague populiste, traditionaliste, et nationaliste : espoirs et dangers.

Site de nouvelles

Notre site de nouvelles (https://www.cqv.qc.ca/blog) continue à propager la vérité sur les enjeux qui nous tiennent à cœur. Un journal parle d’une prolifération au Québec de médias alternatifs « ultraconservateurs » qui « inquiètent ». CQV est fier de faire partie de ce phénomène qui ne peut qu’être de bon augure pour notre société, en grand manque de valeurs « ultraconservatrices », c’est-à-dire, valeurs en faveur de la foi, de la famille et de la vie, de la conception à la mort naturelle. Et pour nous, la croissance de notre site Web ne fait que commencer. Attachez votre tuque, les choses risquent de brasser cet automne !

Surtout, merci de nous aider, par vos généreux dons et vos ferventes prières, à continuer à défendre les valeurs qui font vivre notre société.

Laissez un commentaire

Voici ce qui se fait pour contrer le mal dans notre pays


À gauche, ce que nous voulons défendre, à droite, l'un des malheur de notre pays.

En lisant les nouvelles des attaques contre la foi, la famille et la vie au Québec et au Canada, y compris celles de notre premier ministre Justin Trudeau, nous pourrions nous décourager. Par contre, il ne faut pas oublier tout ce qui se fait de bien pour résister et même renverser ces tendances mauvaises. Campagne Québec-Vie, au cours de la dernière année, et avec votre appui, s’est aussi engagé dans la lutte sur plusieurs fronts :

Site Web : Nous ne pouvons ignorer le pouvoir des médias. Malheureusement, ce pouvoir dans les dernières décennies a été au service du mal. Mais avec des nouvelles objectives et utiles, les personnes de bonne foi ainsi informées peuvent poser les gestes qui s’imposent dans leur milieu, pour le bien de tous. Voilà pourquoi Campagne Québec-Vie publie régulièrement des nouvelles traduites de sources sures, qui autrement ne seraient pas disponibles au Canada français. Notre site Web reçoit en moyenne de 20 000 à 25 000 visiteurs par mois.

Colloque annuel : Annuellement nous présentons un colloque qui rassemble nos militants pour les informer sur les enjeux de la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. C’est un temps fort de l’année pour faire la rencontre des conservateurs sociaux et des chrétiens engagés d’ici.

40 jours pour la vie : Deux fois par année, nous invitons les chrétiens de Montréal à prier et jeûner pour la fin de l’avortement. En compagnie de plus de 300 autres villes participantes du monde entier, nos vigiles de 40 jours devant des cliniques d’avortement sont un excellent moyen de combattre la culture de mort là où nous vivons.

Marche pour la Vie : Cette marche annuelle qui rassemble devant le parlement près de 20 000 personnes à Ottawa est une belle occasion pour afficher nos convictions pro-vie et demander au gouvernement de protéger l’enfant à naître, dès la conception. Campagne Québec-Vie en fait la promotion au Québec et fait noliser des autobus de divers endroits dans la province.

Nous sommes à deux jours de la fin de notre campagne de financement de l’été. Merci à ceux et celles qui ont donné ! Pour les autres, c’est maintenant qu’il faut donner pour défendre la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle.>>

Élections 2018 - 2019 — Congrès conservateur Halifax : Campagne Québec-Vie cherche à faire modifier nos lois fédérales et provinciales pour qu’elles soient plus justes. Il faut donc interpeller nos politiciens par tous les moyens, avant, durant et après les élections. Aussi, nous nous joindrons à plusieurs autres pro-vie de tout le pays pour promouvoir la foi, la famille et la vie au congrès du parti conservateur à Halifax cet été.

Vidéos : Bien qu’il nous a fallu faire une pause dans la production de vidéos, nous espérons repartir de plus belle cet automne. Les vidéos (de nos cours d’apologétique, de nos arguments pour la vie et la famille) sont un excellent moyen de répandre nos valeurs.

Procès : Notre avocat, qui travaillera pour nous gratuitement, nous aidera bientôt à entamer une poursuite contre le gouvernement du Québec et sa loi contre la liberté d’expression à l’extérieur des avortoirs du Québec. Car il faut faire valoir notre droit à l’expression publique de notre désaccord avec l’avortement, et résister à toute tentative de censure injuste. À suivre !

Voix de la Famille : Ce groupe international d’organismes pro-vie, dont fait partie Campagne Québec-Vie, se rencontre annuellement à Rome pour étudier plus profondément les problèmes que nous avons à résoudre et pour ensuite proposer des pistes de solution. Un moyen inégalé de réseautage parmi la crème du mouvement pro-vie et d’acquérir des ressources pour continuer le bon combat.

Cours d’apologétique : Ces cours ont le but de donner une formation solide pour défendre ses convictions pro-Dieu, profamille et pro-vie. Allant de la philosophie au militantisme associatif, en passant par l’apologétique chrétienne, ces cours sont offerts en français et en anglais et son donnés dans nos locaux à des classes de 15-20 personnes. Nous comptons un jour les rendre disponibles en ligne.

Centre Saint-Enfant-Jésus : Ce Centre d’aide aux femmes enceintes en difficulté que nous appuyons a été fondé sur de solides bases chrétiennes. Il a pour but d’aider les femmes enceintes en détresse à faire le bon choix pour elles et pour leur enfant. Ce centre, desservi par un médecin pro-vie de Montréal, offrira également du logement pour ces femmes dans le besoin. (Ce Centre est à la recherche présentement de nouveaux locaux; un presbytère a été trouvé — espérons que le tout se concrétisera sous peu.)

La ligne téléphonique et le site Web Enceinte et inquiète : Service complémentaire au Centre, cette ligne sans frais (1-855-871-4442), géré par Campagne Québec-Vie, et le site Web qui l’accompagne donne aux femmes qui se questionnent sur l’avortement un autre son de cloche que celui que l’on entend dans les institutions gouvernementales proavortement. Les femmes qui désirent poursuivent leur grossesse sont dirigées vers des ressources de leur milieu.

Vous voyez maintenant qu’il se fait beaucoup de choses pour réparer le mal dans notre pays -- merci de nous aider à continuer à défendre la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle >>

Pour la Vie,

Georges_Signature.jpg
Georges Buscemi

cqv-ete-2018-v4.JPG

Laissez un commentaire