M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement Carême 2020

Jésus Christ

3750 $ recueillis -- Objectif : $5000 -- Il reste 5 jours -- Merci de votre générosité.

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de votre précieuse collaboration en ces temps difficiles ! Avec votre aide, nous continuerons de faire la promotion de la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Le projet de loi pour légaliser l'euthanasie au Québec serait prêt à déposer, selon le Soleil

Le Soleil nous confirme ce que nous craignions déjà: La ministre Hivon aurait appliqué les touches finales sur son projet de loi qu'elle s'apprêterait à déposer avant la fin de la session parlementaire en cours, qui se termine le 14 juin.

 

(Québec) La ministre déléguée aux Services sociaux et à la Protection de la jeunesse, Véronique Hivon, s'apprête à déposer son projet de loi sur l'aide médicale à mourir au Québec. Ce sera la dernière pièce législative d'importance que présentera le gouvernement Marois d'ici la relâche parlementaire estivale, prévue le 14 juin.

Véronique Hivon donnera suite aux recommandations de la Commission spéciale sur la question de mourir dans la dignité dans les prochains jours, a-t-on confirmé au Soleil, lundi.

L'automne prochain, une commission parlementaire entendra une dernière fois, à l'Assemblée nationale, les groupes et les individus intéressés (avant que le projet de loi ne soit adopté). Cette consultation n'aura évidemment pas l'ampleur de celle de la commission spéciale ayant parcouru le Québec pendant de nombreux mois. Le projet de loi devrait être adopté sans trop de difficultés. Les partis politiques représentés à l'Assemblée nationale sont tous pour l'instauration d'une aide médicale à mourir.

Il en encore temps de communiquer votre désaccord avec votre député: c'est votre droit et votre devoir de le faire!

Laissez un commentaire

Le Dr Serge Daneault -- Euthanasie : les invasions barbares

Une conférence à ne pas manquer par le Dr Serge Daneault: Euthanasie: les invasions barbares.

http://www.youtube.com/embed/uvqZ2O_N-G0?rel=0

Laissez un commentaire

« Je ne pensais pas qu’en 2013 des gens puissent avoir des idées aussi conservatrices »

Une correspondance entre une Québécoise surprise et une collaboratrice de Campagne Québec-Vie

Québécoise surprise : Suite à la mort de M. Morgentaler, j’ai pu entendre le président de votre organisation dans les médias. Eh bien, je crois que pour le bien de votre organisation, il devrait démissionner. Étant un homme, il n’a vraiment aucune crédibilité. (Pour la réfutation de ce sophisme pro-choix parmi tant d'autres, voir ici--rédaction) Que sait-il de ce que c’est que de tomber enceinte et de porter un enfant avec tout ce que cela implique?

Puis, j’ai eu l’idée de visiter votre site Internet. Quelle surprise ! Je ne pensais pas qu’en 2013 des gens puissent avoir des idées aussi conservatrices. Surtout après avoir lu ces quelques lignes concernant les objectifs de votre organisation:

« L’éducation du gouvernement et des citoyens sur l’avortement, la recherche entreprise sur les cellules souches embryonnaires, le suicide assisté, l’euthanasie, et d’autres menaces aux droits de l’Homme et à la dignité humaine » . Des menaces aux droits de l’homme et à la dignité humaine !!! Quoi de plus digne pour un humain que de pouvoir disposer de son corps comme il l’entend ! La liberté de choix ! Il est certain que des actions comme l’avortement et le suicide assisté doivent être bien encadrées pour éviter des abus, mais à mon avis, ceci demeure un droit fondamental pour un être humain. Quant aux articles à saveur homophobes (sic)… Vous qui êtes pour la vie, je vous dit simplement : Vivre et laisser vivre !!!

Quoi qu’il en soit, je crois que la promotion de la vie familiale et des valeurs traditionnelles est une très bonne chose car elles ont fait leurs preuves en ce qui concerne la probabilité pour un individu de mener une vie heureuse. Cependant, je crois qu’il faut respecter le choix de ceux qui préfèrent s’en éloigner. Au moins, ils auront vécu leur vie comme ils le voulaient.

Bonne journée,

--Une Québécoise surprise

 

Chère Madame,

Le président de Campagne Québec Vie m’a demandé si je pouvais répondre un peu à votre courriel, car vous semblez d’avance refuser ce qu’un homme pourrait dire à propos des grossesses et des enfants à naître.

Je vais donc essayer de mon mieux comme femme et mère de 4 enfants. Je dois vous dire tout de suite que je ne suis pas trop surprise que vous ayez ressenti un choc en découvrant le site de CQV. Beaucoup de Québécois, hommes et femmes, surtout de la plus jeune génération ne reçoivent l’information que par les média et le gouvernement qui sont unanimes à promouvoir l’avortement comme droit fondamental des femmes.

Au sujet de ce droit, je voudrais vous inviter à réfléchir. Est-t-il vraiment possible que les membres d’un groupe de l’humanité réclament le droit de disposer de la vie d’un autre groupe. Non, ce n’est pas possible. Pour que cela puisse se faire, il fallait d’abord s’appliquer à dépouiller les enfants à naître de leur dignité humaine. Il est pourtant évident à toute personne qui y réfléchit que cette dignité leur revient par nature. Toute mère et père qui attendent un enfant, oui ils l’attendent tous les deux, le savent très bien.

C’est en ce point que se situe le conflit entre les pro-choix et les pro-vie. S’il s’agissait d’un simple choix d’avoir ou de ne pas avoir un enfant, ou de disposer de son propre corps, la controverse serait finie depuis très longtemps. Le problème réside dans le fait que l’enfant est déjà là, que c’est un autre corps et la question devient : Tuer ou ne pas tuer un autre ?

Vous étiez très surprise par les idées que vous estimez très conservatrices. Dans notre société, on a été conditionné depuis maintenant beaucoup d’années à classer plusieurs questions très importantes selon la solution proposée soit comme progressistes ou conservatrices. En réalité, on devrait chercher ensemble à trouver les solutions correspondant à la justice et à la vérité plutôt que les classer de la sorte.

Dans le cas de l’avortement, on applique au Québec depuis plus de trente ans l’approche progressiste : l’avortement sur demande payé indifféremment par les pro choix comme par les pro-vie. On a enlevé le droit à la vie aux enfants à naître pour pouvoir accorder le droit à l’avortement aux femmes. Le concept de la vérité et de la justice interdit à l’esprit humain de faire un transfert de droit semblable. C’est pourquoi le mouvement pour la défense des enfants à naître ne faiblit pas, mais au contraire prend de l’ampleur. Si vous comprenez l’anglais, je vous recommande de visiter le site de CCBR. Cet organisme a été fondé par une jeune femme. Vous allez voir qu’il se lève au Canada une nouvelle génération consciente de la terrible injustice commise envers nos enfants à naître. Ces jeunes gens se considèrent de chanceux survivants étant tous nés après 1988, date où le Canada a été dépourvu de toute loi encadrant l’avortement et ils veulent consacrer leur vie au rétablissement de la justice.

Vous croyez que «la promotion de la vie familiale et des valeurs traditionnelles est une très bonne chose car elles ont fait leurs preuves en ce qui concerne la probabilité pour un individu de mener une vie heureuse». Je suis d’accord avec vous et pour ma part, je ne crois pas que les femmes s’en porteront moins bien quand notre société investira dans leur heureuse maternité plutôt que dans les avortements.

Un mot au sujet de la mission de CQV : Au Québec, et à vrai dire pas juste ici, on utilise le mot phobie pour intimider toute personne qui voudrait librement réfléchir à propos d’une question à laquelle on veut imposer une réponse unique. Voici un exemple : imaginons deux situations de notre société. Dans la première il n’y aurait au Québec aucune relation homosexuelle, seulement des relations hétérosexuelles maritales. Et imaginons le contraire que dans notre société il n’y aurait que des homosexuels. Je ne pense pas qu’il faille un cours collégial pour reconnaître dans quelle situation le Québec se développerait le mieux. Il en découle qu’il y a une différence dans la nature de ces deux sortes de relations.

Et pourtant, le Gouvernement et le Parlement du Québec affichent une unanimité extrêmement troublante dans sa volonté de faire la propagation de la valeur égale de l’homosexualité et de l’hétérosexualité. La plupart des parents ne souhaitent pas que leurs enfants s’engagent dans les relations homo, mais le Gouvernement se sent la mission d’enseigner à nos enfants qu’ils ont un choix égal. Pas un seul député de tous les partis politiques du Québec n’ose défendre l’évidence qu’une grande partie de la population reconnaît clairement. Pourquoi ? Ils ont peur d’être taxés d’homophobie.

C’est ici qu’apparaît l’importance de la mission de CQV. Au sujet de l’avortement, de l’homosexualité ou encore de l’euthanasie, le Gouvernement et les partis politiques représentés au Parlement sont, contrairement à la population du Québec, unanimes à faire la promotion de valeurs partisanes de lobbys féministes, homosexuels ou autres aux dépens de celles des familles.

CQV refuse de céder à l’ambiance de peur qui impose l’unanimité à nos députés et à la quasi-totalité de nos média. Ce n’est pas facile. On est humain et on peut faire des erreurs, mais je crois que CQV s’acquitte avec honneur des tâches que lui confère sa mission. Dans le contexte de la pensée unique qui recouvre le Québec, les idées qu’elle défend apparaissent parfois, comme vous dites, très conservatrices, mais si vous sortez du Québec à l’Ouest ou au Sud, vous allez voir que le débat est autrement vigoureux.

Je pense que rien ne manque au Québec autant que cette diversité de pensée à propos des sujets dont nous parlons. Puissiez-vous continuer vos réflexions librement pour le bien du Québec, c’est ce que je vous souhaite.

Au plaisir de vous relire éventuellement.

--Colette, épouse, mère de 4 enfants et collaboratrice de Campagne Québec-Vie

Laissez un commentaire

Féministe et pro-vie

 
(féminisme pro-choix, un féminisme stérile qui s'autodétruit)

Lu récemment dans la Presse : une étudiante affirme que le féminisme doit passer par le respect de l'enfant à naître.

Pour certains, cela peut sembler un paradoxe d'être pro-vie et féministe à la fois. Cependant, j'ai été atterrée par le reportage de La Presse sur le gynécide et la sexosélection dans certains pays du monde. Il semblait y avoir un consensus selon lequel on devrait interdire l'avortement sur la base du sexe de l'enfant. Je suis tout à fait d'accord. Je me demande s'il y a une réelle différence entre deux femmes qui se font avorter d'un foetus féminin, l'une parce qu'elle connait le sexe de l'enfant et qu'elle tient absolument à avoir un garçon, et l'autre, parce qu'elle préfère se concentrer sur sa carrière et ne pas avoir d'enfant pour le moment.

Que l'on mette à mort l'enfant pour des raisons archaïques ou bien pour des raisons modernes, chaque avortement consiste à tuer un être humain innocent. Si le féminisme prétend défendre la femme, il doit aussi défendre l'enfant.

Laissez un commentaire

Dépôt du projet de loi sur l'euthanasie le 14 juin ?

Un courriel reçu en fin de semaine du groupe Vivere. Une mise-en-garde, par contre: cette information n'a pas encore été confirmée par Campagne Québec-Vie. Je vous la retransmets à titre informatif :

Groupe Vivere venons d’avoir une réunion téléphonique avec quelques députés libéraux de l’Assemblée nationale du Québec et ils nous ont annoncé que le projet de loi sur l’aide médicale à mourir (euthanasie et suicide assisté) sera déposé le 14 juin. ... Il est urgent et capital que tous et chacun joigne au moins leur propre député de l’Assemblée nationale du Québec, par courriel et par téléphone, pour leur signaler leur refus catégorique de l’aide médicale à mourir :

  • aucunement nécessaire parce que le refus de traitement existe ;
  • danger à la sécurité publique en raison du consentement substitué dès l’inconscience – Rapport Ménard - et trop de risque de consentement « manipulé ».
  • mort atroce qu’on n’imposerait même pas à un animal (paralysie des poumons – asphyxie – ou mourir de faim ou de soif)

Même les courriels ne suffisent pas. Il faut absolument appeler ! Veuillez demander à toutes vos connaissances d’en faire autant auprès de leur député de l’assemblée nationale, c’est absolument urgent ! On ne peut pas prendre cela à la légère. Le sort du Québec et du Canada est entre nos mains. il n’y absolument rien d’autre que vos manifestations par téléphone et par courriel qui va empêcher le tsunami de l’aide médicale à mourir ! L’État du Maine vient de rejeter en masse, vendredi, un projet de loi sur le suicide assisté… en plus du New Hampshire la semaine d’avant.

Députés de l’Assemblée nationale du Québec (indiquez votre code postal)

Laissez un commentaire

CQV dans les médias à la suite de la mort de Henry Morgentaler

Voici une revue de presse (partielle) pour une semaine bien remplie où nous avons tenté tant bien que mal d'endiguer la vague de propagande en faveur de l'avorteur Henry Morgentaler, qui est mort le 29 mai.

Georges Buscemi, président de Campagne Québec-Vie, sur l'émission 24/60 d'Anne-Marie Dussault, sur RDI (autour de la 48e minute)

Le Devoir: "Un féministe s'éteint"

Le Journal de Montréal: "Décès du docteur Morgentaler"

Radio Canada: Henry Morgentaler laisse un héritage encore contesté (paru aussi dans La Presse)

CTV News: Morgentaler's death quietly revives abortion debate

Nous avons aussi été interviewés à la radio (CBC anglais et un poste à Gatineau) et sur caméra pour TVA et La Presse. 

Laissez un commentaire

Un député conservateur veut condamner l'avortement

blabllab lab lab lab et je mets le lien.

ààà

asdf

 

 

et je cite: 

M. Warawa a présenté sa motion à la Chambre des communes le 27 septembre, le jour même où les parlementaires ont battu la motion M-312, parrainée par son collègue Stephen Woodworth, qui demandait au Parlement de former un comité pour déterminer si le foetus doit être considéré comme un être humain.

La motion de M. Woodworth a été battue par 209 députés contre 91. La majorité des députés conservateurs l'ont appuyée, dont la ministre de la Condition féminine, Rona Ambrose.

Le premier ministre, Stephen Harper, s'est toujours opposé à la réouverture du débat sur l'avortement, même si plusieurs de ses députés s'opposent à cette pratique. Il avait voté contre la motion de M. Woodworth, et il compte s'opposer à celle de M. Warawa.

«Le gouvernement s'oppose à ce qu'on rouvre ce débat, a affirmé le porte-parole de M. Harper, Carl Vallée. Le Parlement a déjà voté sur cette question.»

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, entend lui aussi voter contre la motion. ****** «Chaque fois que les conservateurs se font battre sur une tentative de rouvrir le débat sur l'avortement, ils sont très créatifs et ils en inventent une autre», a dénoncé M. Muclair. ****** Le chef libéral, Bob Rae, a abondé dans le même sens. Selon lui, l'avortement est une décision privée qu'une femme prend en compagnie de son médecin, la Chambre des communes n'a pas à s'ingérer dans cette discussion.

Laissez un commentaire

La mission de Campagne Québec-Vie

« Soyez les pierres vivantes qui servent à construire le Temple spirituel … » (1 Pierre 2 : 5) Ces mots de l’apôtre Pierre résument la mission de Campagne Québec-Vie.

Nous voyons que le Québec (avec tout l’Occident) est spirituellement malade, confus, sans repère, en perte de volonté de se préserver, en proie au désespoir et à la dissolution. Face à cet effondrement du corps social, face aux multiplications des barbaries (avortement, euthanasie, fécondation in vitro, pseudo-mariage, familles dévastées, sexualité débridée, etc.) Campagne Québec-Vie débroussaille le terrain et œuvre à refonder la société sur les seules bases solides, sur l’Unique pierre angulaire : Jésus.

(La cathédrale Notre-Dame à Ottawa le matin de la Marche pour la vie était comme une boîte à bijoux contenant des pierres précieuses vivantes. C’est avec elles que la civilisation à venir sera construite.)

Le combat est premièrement spirituel et l’édifice que nous construisons l’est aussi. Par débroussaillage, nous voulons dire que nous combattons les erreurs : celles des fausses autorités, celles des loups déguisés en agneaux. Il y a ceux – même parmi les prêtres – qui disent que l’avortement ne devrait pas être « criminalisé. » Mais nous affirmons, avec le pape François parmi tant d'autres, que l’embryon devrait jouir d’une protection juridique, comme tout être humain faible et sans défense. Il y a aussi ceux qui nous disent que la mise à mort par injection léthale devrait être permise au Québec dans nos hôpitaux, pour certains cas « extrêmes ». Nous disons, avec le Collectif des médecins du refus médical de l’euthanasie, que « Tuer n’est pas un soin. »

Quand ces erreurs seront dissipées chez un nombre suffisant de personnes, nous aurons déjà commencé à bâtir une nouvelle civilisation. Chaque personne, chaque famille seront une pierre dans ce Temple, unies par ce mortier indestructible qu’est l’amour. En voilà une « œuvre de charité ! »

C’est notre mission : Débroussailler et bâtir – contrer les erreurs et rassembler les personnes de bonne volonté, pour édifier une civilisation d’amour, un Temple fait de chair et consolidé par l’amour, pour adorer Dieu en esprit et en vérité.

(Le sénateur Tobias Enverga accompagné de sa fille trisomique Roselle à la Marche pour la vie. Elle est de ces pierres rejetées par les faux bâtisseurs. Elle et ses semblables sont toujours des pierres d’achoppement pour les idéologues.)

Quels outils avons-nous pour construire ? Par quels moyens construisons-nous ? Le premier outil est la prière, qui nous permet d’entendre et d’écouter Dieu, l’architecte et l’entrepreneur principal de cette œuvre de restauration. Aussi, il y a la patience, car nous entreprenons un projet de longue haleine, un peu comme ces cathédrales d’antan dont les artisans ne pouvaient guère espérer voir leur œuvre complétée de leur vivant.

Ensuite, fortifiés par la prière et dotés d’une sagesse surnaturelle, nous nous rassemblons pour nous fortifier mutuellement et nous proclamons les vérités que nous avons reçues. Voilà pourquoi nous organisons les Marches pour la vie, 40 jours pour la vie, messes, colloques et congrès qui jalonnent l’année.

Et croyez-moi, ce Temple vivant que nous construisons s’élève petit à petit. Cette année, trois autobus nolisés sont partis du Québec (contre un seul l’année dernière) pour se rendre à la Marche pour la vie à Ottawa. À la Marche elle-même, nous étions plus de 20 000, dont plusieurs milliers d’étudiants.

Tranquillement, patiemment, humblement, mais avec force, constance et assurance, nous faisons notre devoir et nous contribuons à bâtir une société meilleure, en reconnaissance de Celui qui nous a tout donné et vers qui nous retournerons à la fin de notre séjour sur cette Terre en chantier.

Pour la vie !

Georges Buscemi , président

P. S. Pour encourager les gens à prendre les autobus que nous avons organisés (ceux pour la Marche pour la vie et celui pour la Marche contre l’euthanasie) nous n’avons pas demandé le plein prix. Merci de donner pour nous aider à davantage promouvoir toutes les initiatives pro-vie au Québec et ailleurs au Canada !

Bulletin de mai 2013 >>

Cher Georges, ce mois-ci je donne à Campagne Québec-Vie pour que continue le travail de débroussaillage et de réseautage pour qu'advienne la civilisation de l'amour que nous voulons tant !

DONNER >>

Laissez un commentaire

Dernières nouvelles de l'affaire Gravel -- des raisons d'espérer

C’était le mercredi 28 mars en après-midi. J’étais fatigué et un peu découragé : je revenais d’une rencontre en vue d’un règlement à l’amiable tenue au palais de justice de Montréal. Nous étions réunis, Campagne Québec-Vie, LifeSiteNews et l’abbé Raymond Gravel, pour trouver un moyen de régler une fois pour toutes la poursuite pour « diffamation » intentée contre nous, il y a plus de deux ans, par le curé « pro-choix » Raymond Gravel. Mais la tentative a échoué et nous nous sommes retrouvés, à la fin de la conférence, à la case départ.

Un peu las, je suis rentré chez moi. Mes pensées étaient confuses, comme si je ne pouvais plus saisir pourquoi je me battais dans une province ou même plusieurs prêtres semblaient refuser l’Évangile de la vie. Et voilà qu’en pénétrant à l’intérieur de mon 6 ½ au 3e étage que vinrent deux enfants (voir photo ci-contre) me donner, sans parole, ma réponse.

La culture de vie, et l’Évangile de la vie, ce ne sont pas que de simples idées : ce sont des choses sensibles qui se tiennent dans les bras. Je ne suis pas ici pour défendre des idées mais bien des enfants comme eux. Une culture de vie est une culture de baisers, de rires, de pleurs, de joues dodues, de dents qui percent et de couches qui se remplissent. C’est une culture où chaque parent déclare par ses gestes, par ses soupirs, à son enfant : « Vous êtes ma joie, et j’en suis comblé. Vous, il faut que vous grandissiez ; et moi, que je diminue. »

En tenant dans mes bras mes deux garçons et en retrouvant l’étreinte et les yeux de mon épouse (c’est elle qui a pris la photo) j’ai vite compris à quel point l’homme est un être d’une beauté et d’une puissance quasi divines, car on y trouve le reflet et la ressemblance à Dieu. Voilà notre dignité : Toute la création n’est que poussière en comparaison avec l’être humain.

Mais c’est pour le meilleur et pour le pire, car si l’homme dévie de la voie que Dieu lui a tracée et tue un être humain innocent, c’est l’univers même qui est mis en péril. La défense de la culture de la vie est donc plus qu’une défense d’une forme de société ou d’une structure familiale parmi tant d’autres, mais la défense de l’être. Tuer des enfants, c’est comme tuer Dieu et, avec Lui, sa création.

Mais même réconforté par ces pensées et sutout par la présence de mon épouse et de mes enfants, il restait que Campagne Québec-Vie allait devoir comme organisme comparaître en cour et nous n’étions nullement en mesure d’en assumer les frais. Mais il est écrit : « Cherchez d’abord [le Royaume de Dieu] et sa justice, et [le nécéssaire pour subsister] vous sera donné par surcroît. » Et voici ce qui s’est passé :

Le lendemain de cette rencontre sans effet, j’ai envoyé un appel à l’aide par courriel à plusieurs membres de Québec-Vie et à des connaissances pro-vie. La réponse fut immédiate et généreuse : trois avocats ont offert de nous défendre gratuitement ! Nous sommes présentement en discussion avec eux et je vous donnerai des nouvelles de la suite des choses dès que j’en aurai.

Pour finir cette lettre, je n’ai pas pu trouver mieux que de vous citer un passage d’une allocution faite par le nouveau pape François, lorsqu’il était encore archevêque de Buenos Aires. Selon moi, ces mots n’ont rien perdu de leur valeur prophétique :

Tous nous devons prendre soin de la vie, choyer la vie... . Voilà à quoi nous sommes appelés, et comme c'est beau.

Mais c'est un chemin qui est plein de loups, et peut-être nous emmènera-t-on devant les tribunaux pour cela ; peut-être pour ceci : pour avoir pris soin de la vie, peut-être nous tueront-ils. Pensons aux martyrs chrétiens. Ils les tuaient pour avoir prêché cet Evangile de la vie, cet Evangile que Jésus nous a apporté. Mais Jésus nous donne la force. En avant ! Ne soyez pas idiots, rappelez-vous, un chrétien ne peut s'offrir le luxe d'être idiot … il faut être vif et il faut être astucieux, et aller de l'avant.

Et c’est ce que nous ferons, avec votre aide et celle de Dieu !

Pour la Vie !

Georges Buscemi , président

Oui! Je veux défendre les enfants, la famille, l’Amour !

Cher Georges, Je te fais un don pour Campagne Québec-Vie pour défendre l’être humain, image de Dieu >>

P.S. N’oubliez pas les dates importantes suivantes : le 9 mai, Marche pour la vie à Ottawa ; le 18 mai, c’est la Marche printanière contre l’euthanasie à Québec (voir l’affiche) et le 7 mai, il y aura une messe pro-vie à la paroisse Saint-Enfant Jésus (l’église adjacente au Parc Lahaie où nous tenons nos « 40 jours pour la vie ») à Montréal présidée par l’évêque auxiliaire Mgr Thomas Dowd (Nous appeler au 514-344-2686 pour de plus amples renseignements).

Pour le bulletin avril 2013 (PDF)

Laissez un commentaire

Visionnement du film : It's a girl

Il y aura un visionnement du film "It's a girl" sur le phénomène mondial de l'avortement sélectif selon le sexe le lundi, 25 mars à 20h40 dans l'édifice SSMU de l'université McGill (dans la salle de bal "Ballroom"). Tous sont invités.

Voici le message que j'ai reçu de la présidente du groupe pro-vie à McGill, Choose Life:

*******
Hey Everyone!

It's finally here!

Choose Life is hosting a massive screening of the movie It's A Girl: The Three Deadliest Words in the World, in just 10 DAYS!

It's A Girl is a documentary about sex-selective abortion in India, China, and other parts of the world. It tells about the 200 million girls missing from the world today, because they were aborted, for being girls. It also follows the hardships of girls living in these countries as they grow, live, and marry, and are at risk of continued violence, trafficking, and abandonment by the cultures and government policies that would have aborted them.

It's A Girl also looks at the paths towards change, what's being done now, and what can be done, to save women from the injustice of abortion and abortion-minded cultures.

Watch the trailer here: http://www.itsagirlmovie.com/

This is Choose Life's biggest event of the year and is part of our Life Week this semester, of which the theme is sex-selective abortion.

It will be held on Monday, March 25, at 8:40 pm in the McGill University SSMU building Ballroom at 3600 McTavish Street. Everyone is welcome! Please invite your friends too! Snacks and beverages will be served.

There is a Facebook page for this event: http://www.facebook.com/events/321374744651542/

For more information, contact Lizzy Carnogursky at 514-258-4100 or at elizabeth.carnogursky@mail.mcgill.ca

See you there!

For LIFE!

Lizzy Carnogursky
President, Choose Life

Choose Life sincerely thanks Shadowline Films for giving us the permission to screen It's A Girl, and the National Campus Life Network for their help in obtaining this film.

Laissez un commentaire