M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

L'avortement et l'amour ...


Une femme inquiète est allée chez son gynécologue ...

Une femme inquiète est allée chez son gynécologue et lui dit: «Docteur, j'ai un sérieux problème et j’ai désespérément besoin de votre aide! Mon bébé n’a pas encore 1 an et je suis de nouveau enceinte. Je ne veux pas d'enfants si rapprochés. Donc le docteur lui a dit: «Ok, et qu'est-ce que tu veux que je fasse? Elle dit: «Je veux que vous mettiez fin à ma grossesse, et je compte sur votre aide pour cela. »

Le médecin réfléchit un peu, et après un moment de silence, il dit à la dame: «Je pense que j'ai une meilleure solution pour votre problème. C'est moins dangereux pour vous aussi. « Elle sourit en pensant que le médecin allait accepter sa demande. Puis il continua: «Vous voyez, pour que vous puissiez ne pas avoir à prendre en charge 2 bébés en même temps, nous allons tuer celui qui est dans vos bras. De cette façon, vous pouvez vous reposer avant que l'autre ne soit né. Si nous allons tuer l'un d'eux, ce n'est pas grave lequel il s'agit. Il y aurait moins de risque pour votre corps si vous choisissiez celui qui est dans vos bras. »*

La dame était horrifiée et dit: «Monsieur! Quelle horreur! C'est un crime de tuer un enfant! » «Je suis d'accord», répondit le médecin. «Mais vous sembliez être d’accord avec cela, alors j'ai pensé que c'était peut-être la meilleure solution. » Le docteur sourit, sachant qu'il avait fait valoir son point de vue. Il a convaincu la maman qu'il n'y a pas de différence entre le meurtre d'un enfant qui est déjà né et celui d’un enfant qui est encore dans l'utérus. Le crime est le même!

Si vous êtes d'accord, s'il vous plaît PARTAGER. Ensemble, nous pouvons aider à sauver des vies précieuses! « L’amour c’est me sacrifier moi-même pour le bien de l'autre. L’avortement c’est sacrifier l'autre pour mon propre bien. »

*L’avortement comporte plus de risques à long terme que l’accouchement, voir : Abortion Four Times Deadlier Than Childbirth (L’avortement est 4 fois plus mortel que l’accouchement): New Studies Unmask High Maternal Death Rates From Abortion. (2000). The Post-Abortion Review, 8 (2) Répertorié le 5 avril 2012 à : http://afterabortion.org/2000/abortion-four-times-deadlier-than-childbirth/

Pour plus d’arguments contre l’avortement : http://www.cqv.qc.ca/fr/lavortement-pourquoi-pas

Laissez un commentaire

Benoît XVI : Le carême, c'est aussi dire non à l'avortement, l'euthanasie

Via le blogue de Jeanne Smits:

Une allocution de Benoît XVI sur le carême et la nécessité de résister aux tentations du monde : 

(Jésus dans le désert, résistant aux tentations)

Aujourd’hui, on ne peut plus être chrétien simplement du fait de vivre dans une société qui a des racines chrétiennes : même celui qui naît dans une famille chrétienne et qui reçoit une éducation religieuse doit, chaque jour, renouveler le choix d’être chrétien, c’est-à-dire donner à Dieu la première place, face aux tentations qu’une culture sécularisée lui propose continuellement, face au jugement critique de nombreux contemporains.

Les épreuves auxquelles la société actuelle soumet le chrétien, sont en effet très nombreuses, et elles touchent la vie personnelle et la vie sociale. Il n’est pas facile d’être fidèle au mariage chrétien, de pratiquer la miséricorde dans la vie quotidienne, de laisser de la place à la prière et au silence intérieur ; il n’est pas facile de s’opposer publiquement à des choix qui pour beaucoup vont de soi, comme l’avortement en cas de grossesse non désirée, l’euthanasie en cas de maladie grave, ou la sélection des embryons pour empêcher des maladies héréditaires. La tentation de mettre de côté la foi elle-même est toujours présente et la conversion devient une réponse à Dieu qui doit être confirmée plus d’une fois au cours de la vie.

 

Laissez un commentaire

Conférence de presse de médecins contre l'euthanasie et le suicide assisté

Reçu par courriel :

Le gouvernement encourage dorénavant les gens qui le désirent à choisir le suicide « aidé par l’État ». Parce que la recherche, soit ce qui pourrait aider les « indignes » qui préféreraient avoir de l’aide à vivre et à guérir que de l’aide à débarrasser le chemin, coûte trop cher. Les médecins eux-mêmes sont en grand nombre contre le fait de devenir des bourreaux de l’État, dénonçant l’arrogance de quelques têtes fortes au Collège des médecins qui prétendent parler au nom de l’ensemble de ses membres, ce qui est très très loin de la vérité. Le processus de lobbying au sein même de la gente médicale est non démocratique. Comment s’attendre à ce que la dignité de ceux qui ne veulent pas mourir sera respectée ? Quand les gens nous tourneront autour question d’héritage, d’assurance-vie ou d’organes ? Aurons-nous même une seule chance, quand nous serons dans un coma passager, de ne pas être achevés ? Comment les personnes âgées, malades ou handicapées se sentiront-elles quand elles refuseront l’option de se faire exterminer ? Ouvrez la porte au meurtre sanctionné par l’État et dites au revoir à la justice. L’histoire l’a déjà montré.

cid:image023.jpg@01CE0AB7.E4B149C0

Tel qu’annoncé, le Collectif des médecins du Refus médical de l'euthanasie rendra public le Manifeste, mardi prochain le 19 février à 11H00, par une conférence de presse à Montréal et des annonces dans les journaux. La conférence de presse aura lieu au Musée des Hospitalières de l’Hôtel-Dieu de Montréal, 201, ave des Pins Ouest, à côté de l’Hôtel-Dieu.

Comme notre collectif n’a pas de statut légal nous avons demandé à Vivre dans la dignité, organisme très impliqué dans ce débat, d’accepter les dons en notre nom. Vous pouvez faire votre don par chèque ou en ligne : http://www.vivredignite.com. Indiquez que c’est pour le Collectif des médecins. En attendant, veuillez encourager vos collègues à signer le manifeste : www.soignertoujours.com, si possible avant le 19 février, mais aussi après cette date. Nous avons remarqué que les contacts par courriel ne sont pas les plus efficaces, à cause du grand nombre de courriels que chacun reçoit chaque jour. Mieux vaut une conversation personnelle ou une lettre. On peut imprimer le Manifeste, le signer et l’envoyer par la poste. Vous pouvez aussi apposer l’affiche ci-jointe dans votre lieu de travail. Si la loi passe, l'euthanasie deviendra le droit de chaque patient, c'est-à-dire l'obligation du médecin.

Laissez un commentaire

Une manifestation contre l'euthanasie et le suicide assisté organisée à Québec

(Manif contre l'euthanasie à Strasbourg)

J'ai reçu ce qui suit par courriel hier soir:

Québec, le 14 février 2013,

Chères Québécoises et Québécois,

Le gouvernement du Québec s’apprête à légiférer d’ici la fin de juin 2013 pour permettre l’euthanasie ( déguisée en aide médicale à mourir ) pour les citoyens du Québec âgés de plus de 18 ans, qui ont une maladie grave et irréversible, qui souffrent de douleur physique ou psychologique et qui ne peuvent pas être soulagés par la médecine moderne et qui en font la demande. Cette démarche légaliste est en contravention du code criminel canadien qui bannit toute forme d’homicide, d’euthanasie ou de suicide assisté. C’est inacceptable de considérer cet expédient plutôt que de développer des soins palliatifs universels tel que recommandé par la commission parlementaire « Mourir dans la dignité ».

Je vous invite donc à une manifestation publique qui aura lieu samedi le 9 mars prochain , devant le parlement de Québec, en face de la fontaine de Tourny, de 13 h à 16 h. Il est essentiel que nous fassions connaître notre opposition à ce projet de loi qui va sérieusement menacer à long terme l’intégrité physique des personnes les plus vulnérables de notre société. Parlez-en à votre entourage et invitez-les, écrivez à votre député pour lui faire part de votre opinion.

Vous pouvez apporter vos propres pancartes sur place; il y en aura un certain nombre sur le site pour ceux qui le désirent. Vous pouvez stationner votre voiture au stationnement du palais des congrès ou à celui du Carré D’Youville. Cette manifestation se fera dans le calme et la sérénité. Il nous faut proclamer la vérité dans l’amour : Éphésiens 4,15.

Pour ceux qui voudraient nous donner un coup de main lors de cette manifestation, votre aide sera la bienvenue. J’aimerais aussi connaître le nombre de personnes qui vont participer à la manifestation. Je joins mon courriel. Si vous avec des questions, n’hésitez pas à m’en faire part.

Au plaisir de se retrouver en grand nombre devant le parlement de Québec.

Marc Bergeron, organisateur principal, Québec
Courriel : marberge@sympatico.ca

Laissez un commentaire

L'euthanasie est à nos portes -- il faut agir !

Il est temps de sonner l’alarme !

L’euthanasie est à nos portes. Nous n’avons que quelques semaines (trois ou quatres mois tout au plus) pour faire reculer nos députés élus à l’Assemblée nationale pour qu’ils disent « non » à un projet de loi, bientôt déposé par le Parti Québécois, qui visera la dépénalisation de l’euthansie au Québec.

En légalisant l’euthanasie, on crée en quelque sorte un « droit » au suicide. Et lorsque le suicide devient un droit assuré et encadré par l’État, cela donne la permission à certains individus d’en tuer d’autres, selon certains critères (cela vous rappelle quelquechose ?) et l’obligation pour les contribuables de payer le tout ! Pour certaines personnes, cela fera apparemment leur affaire, car ils auront leur mort « propre » et « sans douleur ». Par contre, d’autres personnes (vieillards, personnes handicapées, personnes seules et démunies, personnes dépressives) se sentiront contraintes à demander la mort, à la suite de pressions morales (que ce soit à cause d’une famille impatiente, d’un manque de lits dans les hôpitaux, de chicanes de succession, d’un soutien déficient, etc.).

Il y a aussi le changement sociétal global et majeur qu’une telle politique apportera : dorénavant, le suicide devient une solution aux multiples problèmes de la vie. Comme ces jumeaux belges de 45 ans qui ont reçu la piqûre fatale sous le prétexte qu’ils étaient sourds et craignaient une prochaine cécité, d’autres faisant face à des défis physiques et psychologiques feront à leur tour la queue à la clinique d’euthanasie (voir, p. ex. : « Ma mère a été euthanasiée sans que le médecin ne me prévienne... » )

On tente de nous rassurer en disant que la nouvelle loi sera bien « balisée ». Pour qui nous prennent-ils ?! N’apprendrons-nous jamais de l’histoire ? Prenez parmi plusieurs cas possibles celui de la légalisation de l’avortement. Lorsque cet acte a été légalisé en 1969, il y avait des balises, des critères. Il fallait pour avorter l’aval d’un comité de trois médecins. Il fallait de « bonnes raisons médicales ». Certains, sans doute, prédisait qu’il y aurait tout au plus au Québec quelques centaines d’avortements par année. Dans les premières années, ce fut le cas. En 1971, il y avait autour de 1000 avortements au Québec. Mais le chiffre alla grandissant jusqu’en 1988, où, avec l’arrêt Morgentaler, toutes les belles balises se sont effondrées, pour ne laisser qu’un vide juridique. Nous sommes aujourd’hui rendus à 30 000 avortements par année au Québec, 100 000 au Canada. C’est l’avortement sur demande, pour n’importe quelle raison, jusqu’à la naissance. Voilà la progression en 40 ans. Je ne vois pas en quoi l’euthanasie sera différente : d’ici quelques années, ce qui s’est produit avec l’avortement se reproduira pour l’euthanasie.

Que faire ?

Selon moi, il y a cinq choses qui doivent être faites immédiatement pour arrêter ce projet de loi imminent.

1. Premièrement, l’essentiel : il faut se baisser la tête et prier ! Où que vous soyez, priez un moment pour que Dieu guérisse l’aveuglement spirituel de trop de nos concitoyens qui les mène à croire que le meurtre est un geste de compassion et le suicide un geste digne et salutaire. Demandons aussi pardon d’avoir pu contribuer de quelque façon à ce délabrement général du respect de la vie.

2. Deuxièment, signez le « Manifeste » du Collectif des médecins pour le refus médical de l’euthanasie.

3. Troisièment, et c’est très imporant : Contactez dès que possible votre député provincial. Votre élu doit connaître ce que vous pensez de ce mauvais projet de loi qui sera déposé sous peu : dites-lui « NON à l’euthanasie et au suicide assisté, OUI à une mort digne, sans acharnement thérapeutique, avec soins palliatifs s’il le faut. » Encore mieux : visitez-le ou la en personne ! Si vous ne connaissez pas votre député, appelez l’Assemblée nationale :

Région de Québec : 418 643-7239 Numéro sans frais : 1 866 DÉPUTÉS (1 866 337-8837) ou suivez ce lien.

4. Parlez-en avec votre famille, vos amis et vos connaissances. Grands-parents, parlez-en avec vos enfants et petits-enfants, curé et pasteurs, parlez en à vos ouailles, évêques, mobilisez vos diocèses et chacun de vous : préparez-vous à une mobilisation générale qui est sur le point de voir le jour. (J’espère vous donner d’autres détails dans un prochain message.)

5. Donnez nous les moyens de diffuser nos annonces contre l'euthanasie à la télévision, à la radio et dans les autres médias. Nous sommes présentement en train de traduire et d'adapter pour le Québec une annonce contre l'euthansie qui a été diffusée à la télévision en Ontario.

Avec votre appui, nous serons en mesure de faire la vérité sur les dangers de l'euthanasie pour le Québec. Merci de votre appui !

Et n'oubliez surtout pas de faire suivre ce message à toutes vos connaissances. Il est vraiment minuit moins 5 pour l'euthanasie au Québec. Il est temps de s'activer pour contrer cette menace.

Pour la vie !

Georges Buscemi , président

Pour en savoir plus sur l'euthanasie et le suicide assisté,
les risques et les dérives possibles >>

Laissez un commentaire

Bertrand Vergely (philosophe) : "mariage" gai: il y a là un rapt fait aux enfants de leur propre structuration

Une réflexion fondamentale pour comprendre les véritables enjeux contemporains dont le "mariage" gai est un des signes les plus évidents. Un incontournable pour ceux qui veulent comprendre !

Ci-bas une allocution faite à la suite de la publication d'un article sur ce même sujet.

http://www.gloria.tv/media/393786/embed/true/controls/false

Laissez un commentaire

Bulletin Janvier 2013 -- L'année à venir

De la part de toute l’équipe de Campagne Québec-Vie, je vous souhaite une bonne et heureuse année 2013 !

Il me semble qu’avec chaque année qui passe, les inévitables revers et les humiliations aidant, nous nous imprégnons de plus en plus de cette vérité que nous n’avons pas à gagner le combat pour le respect de la vie, mais qu’il a en fait déjà été gagné sur la croix il y a 2000 ans ! Tout ce qu’il nous reste à faire est d’attester par notre vie que nous croyons que cette victoire a bel et bien eu lieu.

Aussi, d’une certaine manière, la victoire, même si elle s’est déroulée sur le Golgotha, reste inachevée et il faut la compléter, comme le dit saint Paul dans sa première épitre aux Colossiens : « … je complète en ma chair ce qui manque aux épreuves du Christ pour son Corps, qui est l’Église. » (Col 1 :24)

Nous défendons donc la vie des plus faibles car nous avons la conviction que la Vie l’a emporté sur la Mort, que le « chacun pour soi » qui régit les comportements des gens du monde n’est plus la voie à prendre. La nouvelle loi n’est pas celle du plus fort mais de l’Amour; la nouvelle espérance n’est pas celle du plaisir mondain mais de la vie éternelle. C’est cela que nous annonçons en tant que personnes pro-vie.

Quand l’on défend la vie des plus faibles, nous « complétons en notre chair ce qui manque aux épreuves du Christ pour son Corps, qui est l’Église. » C’est-à-dire que nous suivons le chemin que Dieu a pris – celui de la Croix – pour notre plus grand bien, car lorsque l’on partage les souffrances du Christ, l’on partage aussi ses récompenses.

Et voilà un conseil pratique : si nous vivons simplement de façon cohérente avec notre foi en un Dieu qui a conquis la mort, nous subirons les persécutions en ce monde et nous recevrons le gage de cette persécution. Bref, en défendant la Vie et la famille, nous annonçons la Victoire de Jésus sur la croix, nous subissons des persécutions et nous méritons la Vie éternelle. (par la grâce de Dieu, bien sûr !)

Mais encore faut-il que cette annonce de la victoire sur la Mort se fasse par des gestes concrets et des paroles claires. Que ferons-nous cette année pour manifester notre confiance en Celui qui nous a promis que la mort n’aurait pas le dernier mot ? Voici un bref aperçu des activités que nous voulons mettre en marche en 2013:

1. 40 jours pour la vie : cette vigile de prière devant un avortoir de Montréal pour 40 jours, 12 heures par jour, se fera deux fois, du 13 février au 24 mars et en automne de la mi-septembre au début novembre.

2. Triduum 2013 : une série de conférences, de vigiles de prières et de messes à Montréal qui se tiendront du 4 au 8 mai et qui précéderont la Marche pour la vie à Ottawa.

3. Marche pour la vie 2013 : cette marche annuelle attirant plus de 15 000 personnes se tiendra sur la colline parlementaire à Ottawa le jeudi 9 mai.

4. Manifestation avec pancartes : durant l’été 2013 nous comptons faire une tournée de quelques villes du Québec avec pancartes illustrées pour manifester notre désaccord avec l’avortement.

5. Crossroads Walk (« Pèlerins de la croisée des chemins ») : Nous accueillerons de nouveau cette année, au début du mois d’août, ces jeunes qui traversent à pied le Canada pour le respect de la vie.

6. Initiative d’arrêt de financement des avortements : Nous voulons lancer une campagne d’arrêt de financement public de l’avortement en automne 2013. Nous vous offrirons également la feuille à remplir pour le temps des impôts comme nous l’avons fait l’année dernière.

7. Congrès 2013 : Comme à chaque année, nous vous convions à notre congrès qui se tiendra en automne. Le lieu reste à fixer. (Voir notre congrès 2012.) 

8. Veillée pour la Vie : Une veillée de prière pour la vie se tiendra le dimanche soir qui précédera l’Avent (autour du 1er décembre 2013)

9. Ministère des « bergers sur trottoir » (« Sidewalk counselling ») : tous les matins de semaine pour une heure, sauf lors des 40 jours pour la vie, nous sommes présents à l’extérieur d’un avortoir montréalais pour offrir aux femmes qui pensent se faire avorter des alternatives à l’avortement et une aide concrète.

10. Site Web / Facebook / Twitter : Nous continuerons à faire croître notre auditoire sur notre site Internet (www.cqv.qc.ca), qui de septembre 2009 à aujourd’hui, est passé de 1000 visiteurs différents par mois à près de 7500 visiteurs différents mensuels.

11. Ministère de guérison post-avortement : En collaboration avec d’autres groupes pro-vie de Montréal, nous tenterons cette année d’établir un groupe d’appui pour les femmes et les hommes qui vivent un deuil post-abortif.

12. Enceinte / Inquiète : Nous continuerons en 2013 à répondre aux appels reçus sur notre service téléphonique sans frais pour femmes enceintes en difficulté (1-855-871-4442)

Merci de porter dans vos prières tous ces projets ; et d’y participer selon vos capacités !

Pour la vie,

Georges Buscemi , président

Laissez un commentaire

Joyeux Noël de la part de toute l'équipe de Campagne Québec-Vie !


Guy Turcotte et nos enfants

Une bonne réflection de M. Renald Veilleux, de Gatineau:

Oui, il est triste et troublant de penser que le Dr Guy Turcotte ait pu poser un tel geste envers ses enfants. Une telle insensibilité, une telle violence envers ses propres enfants. Il a fallu qu’il soit aveuglé gravement soit par la folie ou la rage ou les deux ? Et une réflexion similaire s’applique malheureusement à combien d’autres personnes ou parents qui portent atteinte à la vie d’innocentes victimes, à leurs propres enfants.

Où en sommes-nous comme société ? Avons-nous perdu nos repaires, nos valeurs morales et essentielles du respect de toute vie humaine ?

Je ne peux m’empêcher de faire un parallèle avec la vie de l’enfant à naître et le sort que nous lui réservons trop souvent. Ici, peu de monde s’indigne, peu de monde se scandalise.

Certains d’entre nous qui se scandalisent du comportement du Dr Guy Turcotte n’hésiteront pas à sacrifier la vie de l’enfant à naître pour différents prétextes. Il n’avait pas été planifié, ça va nous déranger, nous amener à un certain dépassement etc.....et les prétextes pour l’éliminer sont nombreux et faciles d’autant plus que le tout est cautionné par la majorité et financé à même nos taxes.

Nos gouvernements manquent d’argent pour venir en aide aux plus démunis de notre société mais ils ont de l’argent pour financer les avortements.

Faut-il s’étonner que notre société périclite ?

Laissez un commentaire