M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement Noël 2019

bébé Jésus

2631 $ recueillis -- Objectif : $7500 -- il reste 11 jours -- Merci de votre générosité.

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de nous aider, en ce temps des fêtes, à promouvoir la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Bulletin Janvier 2013 -- L'année à venir

De la part de toute l’équipe de Campagne Québec-Vie, je vous souhaite une bonne et heureuse année 2013 !

Il me semble qu’avec chaque année qui passe, les inévitables revers et les humiliations aidant, nous nous imprégnons de plus en plus de cette vérité que nous n’avons pas à gagner le combat pour le respect de la vie, mais qu’il a en fait déjà été gagné sur la croix il y a 2000 ans ! Tout ce qu’il nous reste à faire est d’attester par notre vie que nous croyons que cette victoire a bel et bien eu lieu.

Aussi, d’une certaine manière, la victoire, même si elle s’est déroulée sur le Golgotha, reste inachevée et il faut la compléter, comme le dit saint Paul dans sa première épitre aux Colossiens : « … je complète en ma chair ce qui manque aux épreuves du Christ pour son Corps, qui est l’Église. » (Col 1 :24)

Nous défendons donc la vie des plus faibles car nous avons la conviction que la Vie l’a emporté sur la Mort, que le « chacun pour soi » qui régit les comportements des gens du monde n’est plus la voie à prendre. La nouvelle loi n’est pas celle du plus fort mais de l’Amour; la nouvelle espérance n’est pas celle du plaisir mondain mais de la vie éternelle. C’est cela que nous annonçons en tant que personnes pro-vie.

Quand l’on défend la vie des plus faibles, nous « complétons en notre chair ce qui manque aux épreuves du Christ pour son Corps, qui est l’Église. » C’est-à-dire que nous suivons le chemin que Dieu a pris – celui de la Croix – pour notre plus grand bien, car lorsque l’on partage les souffrances du Christ, l’on partage aussi ses récompenses.

Et voilà un conseil pratique : si nous vivons simplement de façon cohérente avec notre foi en un Dieu qui a conquis la mort, nous subirons les persécutions en ce monde et nous recevrons le gage de cette persécution. Bref, en défendant la Vie et la famille, nous annonçons la Victoire de Jésus sur la croix, nous subissons des persécutions et nous méritons la Vie éternelle. (par la grâce de Dieu, bien sûr !)

Mais encore faut-il que cette annonce de la victoire sur la Mort se fasse par des gestes concrets et des paroles claires. Que ferons-nous cette année pour manifester notre confiance en Celui qui nous a promis que la mort n’aurait pas le dernier mot ? Voici un bref aperçu des activités que nous voulons mettre en marche en 2013:

1. 40 jours pour la vie : cette vigile de prière devant un avortoir de Montréal pour 40 jours, 12 heures par jour, se fera deux fois, du 13 février au 24 mars et en automne de la mi-septembre au début novembre.

2. Triduum 2013 : une série de conférences, de vigiles de prières et de messes à Montréal qui se tiendront du 4 au 8 mai et qui précéderont la Marche pour la vie à Ottawa.

3. Marche pour la vie 2013 : cette marche annuelle attirant plus de 15 000 personnes se tiendra sur la colline parlementaire à Ottawa le jeudi 9 mai.

4. Manifestation avec pancartes : durant l’été 2013 nous comptons faire une tournée de quelques villes du Québec avec pancartes illustrées pour manifester notre désaccord avec l’avortement.

5. Crossroads Walk (« Pèlerins de la croisée des chemins ») : Nous accueillerons de nouveau cette année, au début du mois d’août, ces jeunes qui traversent à pied le Canada pour le respect de la vie.

6. Initiative d’arrêt de financement des avortements : Nous voulons lancer une campagne d’arrêt de financement public de l’avortement en automne 2013. Nous vous offrirons également la feuille à remplir pour le temps des impôts comme nous l’avons fait l’année dernière.

7. Congrès 2013 : Comme à chaque année, nous vous convions à notre congrès qui se tiendra en automne. Le lieu reste à fixer. (Voir notre congrès 2012.) 

8. Veillée pour la Vie : Une veillée de prière pour la vie se tiendra le dimanche soir qui précédera l’Avent (autour du 1er décembre 2013)

9. Ministère des « bergers sur trottoir » (« Sidewalk counselling ») : tous les matins de semaine pour une heure, sauf lors des 40 jours pour la vie, nous sommes présents à l’extérieur d’un avortoir montréalais pour offrir aux femmes qui pensent se faire avorter des alternatives à l’avortement et une aide concrète.

10. Site Web / Facebook / Twitter : Nous continuerons à faire croître notre auditoire sur notre site Internet (www.cqv.qc.ca), qui de septembre 2009 à aujourd’hui, est passé de 1000 visiteurs différents par mois à près de 7500 visiteurs différents mensuels.

11. Ministère de guérison post-avortement : En collaboration avec d’autres groupes pro-vie de Montréal, nous tenterons cette année d’établir un groupe d’appui pour les femmes et les hommes qui vivent un deuil post-abortif.

12. Enceinte / Inquiète : Nous continuerons en 2013 à répondre aux appels reçus sur notre service téléphonique sans frais pour femmes enceintes en difficulté (1-855-871-4442)

Merci de porter dans vos prières tous ces projets ; et d’y participer selon vos capacités !

Pour la vie,

Georges Buscemi , président

Laissez un commentaire

Joyeux Noël de la part de toute l'équipe de Campagne Québec-Vie !


Guy Turcotte et nos enfants

Une bonne réflection de M. Renald Veilleux, de Gatineau:

Oui, il est triste et troublant de penser que le Dr Guy Turcotte ait pu poser un tel geste envers ses enfants. Une telle insensibilité, une telle violence envers ses propres enfants. Il a fallu qu’il soit aveuglé gravement soit par la folie ou la rage ou les deux ? Et une réflexion similaire s’applique malheureusement à combien d’autres personnes ou parents qui portent atteinte à la vie d’innocentes victimes, à leurs propres enfants.

Où en sommes-nous comme société ? Avons-nous perdu nos repaires, nos valeurs morales et essentielles du respect de toute vie humaine ?

Je ne peux m’empêcher de faire un parallèle avec la vie de l’enfant à naître et le sort que nous lui réservons trop souvent. Ici, peu de monde s’indigne, peu de monde se scandalise.

Certains d’entre nous qui se scandalisent du comportement du Dr Guy Turcotte n’hésiteront pas à sacrifier la vie de l’enfant à naître pour différents prétextes. Il n’avait pas été planifié, ça va nous déranger, nous amener à un certain dépassement etc.....et les prétextes pour l’éliminer sont nombreux et faciles d’autant plus que le tout est cautionné par la majorité et financé à même nos taxes.

Nos gouvernements manquent d’argent pour venir en aide aux plus démunis de notre société mais ils ont de l’argent pour financer les avortements.

Faut-il s’étonner que notre société périclite ?

Laissez un commentaire

En dépit de la noirceur qui nous enveloppe, nous gardons espoir !

C’est le temps de l’avent, de l’attente du premier des enfants à naître, du créateur de tous ses frères et sœurs, de sa famille. Nous en faisons partie et c’est pourquoi nous nous réjouissons chaque année de ce moment unique dans l’histoire de l’humanité, la descente de Dieu parmi nous, le Dieu devenant ce que nous sommes…

Nous pourrions nous éparpiller devant les malheurs et les soucis de la vie et fermer notre porte à l’appel des anges et de l’étoile, mais nous sommes invités à nous agenouiller, déjà, près du cœur de Marie où bat celui de l’enfant Dieu.

Devant les malheurs et les tragédies, prenons un instant de recueillement. Parce que cet enfant va naître, les Hérodes modernes veulent éliminer ceux conçus à son image et à sa ressemblance et certains parlent déjà de tuer les enfants jusqu’à l’âge de deux ans…

Prions cet enfant venu pour sauver ses frères, pour nous, pour ces enfants, pour la conversion des Hérodes de ce monde, ceux travaillant dans des cliniques d’avortements, pour qu’ils prennent conscience de l’humanité de l’enfant à naître et deviennent ses plus grands défenseurs.

Toutes les Rachel du monde pleurent leurs enfants, en les regrettant amèrement, ou, parce que le regret fait trop mal, est impossible à vivre sans un soutien aimant, en combattant farouchement pour le « droit » à l’avortement, la cause qui leur permet d’oublier cet enfant, de se durcir le cœur pour ne pas qu’il meure de tristesse…

« Qui est l’homme? Il est précisément celui qui est le plus faible et sans défense, celui qui n’a ni le pouvoir ni la voix pour se défendre, celui qui dans le cours de notre vie nous pouvons aisément passer outre, faisant semblant de ne pas le voir. Celui contre lequel nous pouvons durcir notre cœur, en se disant qu’il n’a jamais existé. » (Benoît XVI)

Pour tous ceux qui ont mal devant cet enfant à naître, le plus petit, le plus faible, « Celui qui, par pudeur et par respect, s’est dépouillé de sa puissance, le Dieu enfant et le Dieu crucifié qui, étant tout amour, s’est fait toute faiblesse, le Dieu qui nous attend en silence et dont nous sommes responsables sur la terre » (Gustave Thibon), vous pouvez encore donner, vous pouvez encore aimer, Il est toujours là pour accueillir tout ce que vous êtes, votre don de vous-même, avec votre souffrance et votre dégoût.

À tous, nous souhaitons un Très Joyeux Noël et vous offrons comme cadeau, une petite prière à Jésus Enfant-à-naître. Que cette prière touche votre cœur et vous accompagne toute votre vie, de votre conception jusqu’à la vie éternelle !

Pour la vie,

Georges Buscemi , président

P. S. J’espère que vous aimez la prière Jésus Enfant-à-naître. N’hésitez pas à communiquer avec nous pour en commander des cartes de prières pour répandre cette dévotion dont le Québec a tant besoin.

Laissez un commentaire

Prière à Jésus Enfant-à-naître

 Jesus Enfant a naitre

Jésus Enfant-à-naître, je vous aime de tout mon coeur, de toute ma force et de toute mon âme, car, dès votre conception, vous étiez dans le monde, vrai Homme et vrai Dieu. Pardonnez-moi, un pauvre pécheur, de ne pas reconnaître combien vous vous êtes humilié pour moi. Aidez-moi à comprendre que vous, qui êtes Dieu, avez vécu comme un tout petit enfant à naître sans défense pour me montrer la route royale de l’humilité et de la patience qui mène au Ciel.

O mon Jésus, aidez-moi à ne jamais abandonner la Mère que vous m'avez donnée; que je jouisse de la paix dont vous jouissiez dans son ventre et qu'au terme de cette vie de ténèbres épaisses, je naisse comme vous dans la Gloire de Dieu le Père. Amen.

Laissez un commentaire

L'odyssée de la vie -- à couper le souffle

Avez-vous vu l'Odyssée de la vie ? Il y a de quoi être fiers d'être défenseurs de la vie. Absolument à voir et à revoir ! 'Partagez' pour faire connaître.

http://www.youtube.com/embed/qm8vrt2ebnk

Laissez un commentaire

Par quelle autorité le Père Thomas Rosica louange-t-il un promoteur du "mariage gai" sur les ondes de Sel + Lumière ?

J'ai été très déçu d'une récente interview du père Thomas Rosica, présentée sur le poste Sel et Lumière au début du mois d'octobre, qui a soulevé une polémique - et pour cause.

Lors de l'entretien, Thomas Rosica, prêtre Basilien fondateur de la chaîne catholique Sel+Lumière, a louangé sans réserves Gregory Baum, un théologien qui, selon le canoniste torontois Mgr. Vincent Foy, a fait plus que quiconque pour nuire à l'Église catholique au Canada et à sa mission de promouvoir une culture de Vie. 

Gregory Baum fait partie de cette catégorie de théologiens qui considèrent leur propre contenu crânien comme infaillible. Réputé l’un des principaux instigateurs au Canada de l’opposition à l’encyclique Humanae Vitae (sur l'interdiction de la contraception artificielle), Baum ne semble jamais avoir perçu le prophétisme de ce texte.
Parmi les autres chevaux de bataille de Baum, il faut mentionner le mariage des prêtres, l’ordination des femmes et la tentative risible d’expliquer les textes condamnant l’homosexualité dans la Bible par des raisons farfelues que seuls les idéologues gagnés d'avance à la cause du "mariage gai" sont capables d’écouter sans sourciller… 
C’est sur ce Père Baum (prêtre ayant quitté l’exercice sacerdotal sans avoir été laïcisé) que le Père Thomas Rosica, lors de son entrevue, pose un regard d’admiration et de respect. Avouant que les deux hommes se connaissent «depuis longtemps », néanmoins Rosica affirme :« J'ai certainement beaucoup admiré votre théologie, vos écrits mais aussi votre amour de l'Église, votre amour du Christ, et vous avez oeuvré non seulement à conserver l'esprit du Concile Vatican II mais aussi son enseignement authentique ... vous demeurez un catholique fidèle et profondément dévoué, vous aimez Jésus, l'Église et l'eucharistie. » 
Et c’est ici que nous sommes devant un grand point d’interrogation. Comment le Père Rosica peut-il présenter comme un modèle, à ce qui est considéré comme la chaîne de télévision catholique canadienne, un homme reconnu pour son refus de la loi naturelle et pour ses amusantes facéties interprétatives de l’institution catholique, à l’école de Hans Kung?
Plusieurs téléspectateurs, n’ayant jamais lu ou entendu Baum, vont penser, à l’écoute de cette interview, que Baum a déjà apporté quelques éléments crédibles à la pensée catholique canadienne. Comme tant d’autres, la théologie de Baum ne semble être qu’une théologie de réaction et d’opposition quasi-systématique au magistère de l’Église. Comment peut-on tromper de cette façon les catholiques canadiens qui mettent leur confiance dans la chaîne de télévision Sel et Lumière ?
Et, surtout, par quelle autorité le Père Rosica tient-il le mandat de partager un ministère parallèle à l’enseignement de l’Église, tout en le présentant comme un élément valable de l’identité catholique?
Par quelle autorité ? Voilà la question. Comment le Père Rosica peut-il avoir trompé les téléspectateurs de Sel et Lumière sans qu’une autorité compétente ne vienne le rappeler à l’ordre ? Nous nous interrogeons sur cette forme d’enseignement parallèle qui vient semer la confusion parmi les catholiques et les personnes de bonne volonté. À moins que l’enseignement ne soit changé et que le « mariage » gai soit maintenant acceptable dans l’Église catholique basé sur une nouvelle compréhension des textes bibliques, s’appuyant sur une nouvelle imagination créatrice et autoproclamée inspirée ?
Nous en appelons aux autorités légitimes de l’Église pour qu’elles se penchent sur le problème d’une télévision qui se dit catholique, afin de savoir jusqu’à quel point elle peut continuer de proposer comme modèle n’importe qui et son contraire, ce qui a pour effet de jeter les fidèles dans une confusion déjà trop répandue.
Laissez un commentaire

Ton corps ...


Guerre des religions ? Bulletin du mois de novembre 2012

Stephen Woodworth et le pasteur Stéphane Gagné, co-organisateur du congrès

Le 6 octobre dernier, à Granby, nous avons tenu notre 3e congrès annuel. L’événément s’est en général très bien déroulé : nos conférenciers, y compris notre invité d’honneur le très honorable Stephen Woodworth, ont tous été appréciés.

La participation fut bonne : nous étions environ 80. Les kiosques de pluiseurs organismes, tels la Coalition pour la liberté en éducation, l’Association des parents catholiques, la librairie chrétienne 11ième heure, le Centre d’aide à la grossesse de Châteauguay, etc. en ont interpellé beaucoup. Et les médias de masse (Radio-Canada, TVA, les journaux locaux) étaient au rendez-vous, attirés par la présence de M. Woodworth dont la Motion 312 venait d’être défaite au parlement la semaine d’avant.

Georges Buscemi en entrevue avec une journaliste de la télévision de Radio-Canada

La présence du conférencier Michel Lizotte, qui a présenté un témoignage sur un homme s’étant libéré de ses attraits envers les personnes du même sexe, a aussi retenu l’attention (mais non la sympathie…) des médias.

Manifestation 

À la suite d’un appel de groupes féministes, un autobus est arrivé de Sherbrooke vers 8h00 et a déposé environ une vingtaine d’étudiants de l’université et du cégep de Sherbooke. Ils étaient là pour manifester à l’extérieur de l’édifice où se tenait notre congrès. Vers 10h00, une quinzaine d’entre eux ont pénétré à l’intérieur de l’édifice pour perturber notre rassemblement.

Ils se sont rendus jusqu’aux portes de notre salle. Heureusement notre fidèle bénévole Marc Vincent a pu, à la dernière minute, tenir de force les portes fermées jusqu’à l’arrivée des policiers. Ceux-ci étaient déjà sur place mais, n’ayant pas réussi à barrer la route aux manifestants, ils ont dû appeler des renforts pour finalement parvenir à escorter les jeunes à l’extérieur de l’édifice, non sans que ces derniers eurent scandés, à répétition, un slogan des plus blasphématoires. Je me permets de le répéter car, selon moi, il révèle la largeur et la profondeur de l’abîme qui sépare la culture de la mort de celle de la vie. Le voici : « Ah si Marie avait connu l’avortement, on n’aurait pas tous ces emmerdements ! »

Ce slogan, si lourd de sens, rabâché avec une parfaite inconscience par des jeunes « qui ne savent ce qu’ils font », me mène à réfléchir davantage à notre travail de sensibilisation.

Après avoir entendu cela, je peux affirmer sans détour que la société actuelle est très malade. Et que l’avortement est à la fois signe et cause de cette maladie. Signe d’une maladie, car quelle société en santé tuerait ses propres enfants, ou en ressentirait le besoin ? Cause de la maladie car, comme nous le laisse entendre ce slogan tiré d’une liturgie démoniaque, l’avortement, meurtre d’un être innocent, est un puissant accélérateur du mal. Il est important de se rappeler cette dure vérité, précisément parce que « le monde » ne veut surtout pas que nous nous réveillions à la noirceur oppressante et suffocante qui nous entoure.

Cependant, il ne faut jamais se décourager, car la victoire est assurée. Il suffit seulement de se battre du bon côté !

Pour la vie,

Georges Buscemi , président

P.S. Si vous voulez une copie du DVD du congrès, c'est 20$ poste incluse (chèque ou carte de crédi). Vous n'avez qu'à nous le faire savoir (courriel ou tél. (514) 344-2686).

Laissez un commentaire

Pas de souveraineté nationale sans souveraineté individuelle

Les nationalistes de gauche (p.ex. les péquistes, option nationale, etc.) et de droite (p.ex. les Mathieu Bock-Côté, Richard Martineau, etc.) clament haut et fort pour la souveraineté, c'est-à-dire l'émancipation du Québec qui doit, pour s'épanouir, être libéré de l'influence (néfaste, dit-on) du Canada anglais.

Ce qu'ils semblent oublier, c'est que la vraie souveraineté nationale passe nécessairement par la souveraineté individuelle de chaque citoyen. C'est-à-dire: si un peuple est composé de gens qui n'ont pas de maîtrise de soi, comment espère-t-il être souverain par rapport aux autres peuples?

Je m'explique : Disons que par un coup génial de marketing le gouvernement péquiste réussirait, dans l'année qui vient, à proposer et à remporter un référendum. Il y aurait peut-être un genre de « souveraineté » factice, mais en réalité, le Québec, en dette comme il est, sa situation démographique comme elle l'est, serait obligé de courber l'échine non à un gouvernement canadien redevable devant l'électorat et quand même assez transparent, mais, ce qui est encore pire, à une nébuleuse oligarchie internationale composée de banques faisant des prêts aux pays quitte à ce que ces derniers obéissent à leurs diktats.

Quelques exemples de diktats: 1) Vous allez apprendre à vos enfants l'anglais dès la maternelle, car cette langue est plus rentable, et donc plus financièrement intéressante pour nous. 2) Vous allez suspendre la loi 101, car vous faites peur aux investisseurs, etc., etc.

Et le bon peuple, qui n'a pas la vraie souveraineté sur lui-même, ne pourra pas refuser ces "ordres" de la part des banques et des multinationales, car lui ne peut se passer de son pain et de ses jeux. Seuls des gens véritablement souverains, véritablement « maîtres d'eux-mêmes, » peuvent sacrifier le court terme (une jouissance immédiate) pour le long terme (l'émancipation et l'épanouissement d'un peuple, d'une culture.)

On voit ici que le Québec « indépendant », sans un redressement moral de sa population, sans une démarche de souveraineté individuelle se retrouverait, au lendemain d'un référendum gagné, non pas « libéré de ses chaînes », mais davantage soumis aux lois d'institutions et de personnes qui lui sont étrangères.

Bref, avant d'être « maître chez soi » il faut être maître de soi-même.

Laissez un commentaire