M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - avent 2022

prière

85.00 $ recueillis -- Objectif : $ 15 000 -- Il nous reste 3 semaines -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Gardons courage, il a vaincu le monde. (Jn 16:33) Même si la culture contemporaine semble s'engouffrer davantage dans le mensonge, nous sommes encore là, à dire les vérités essentielles sur la foi, la famille et la vie. Merci nous aider à continuer. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Naomi Wolf affirme que les injections covid provoquent une surmortalité chez les nouveau-nés et les enfants à naître


Naomi Wolf.

Par Ashley Sadler — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Sunset Parkerpix/Wikimedia Commons

2 juin 2022 (LifeSiteNews) — L’écrivain féministe Naomi Wolf a lancé un avertissement sévère sur les effets voulus ou non des injections expérimentales d’ARNm COVID-19 : selon Wolf, elles provoquent une « mort des bébés » à grande échelle qui équivaut à un « génocide ».

Personnalité éminente qui ne se range ni dans le camp des pro-vie ni dans celui des pro-avortement, Mme Wolf a suscité la controverse lorsqu’elle a admis que l’avortement était un « mal », mais un « mal nécessaire » [elle est donc pro-avortement puisqu'elle considère l'avortement comme une nécessité].*

Sur la question du verrouillage des COVID-19 et des mandats de vaccination, cependant, Wolf a fermement pris le parti de l’opposition.

Dans un billet publié le 29 mai sur Substack, l’auteure et journaliste féministe de troisième vague ─ qui a été suspendue de Twitter l’année dernière après avoir tiré la sonnette d’alarme sur les perturbations du cycle menstruel associées aux injections contre le coronavirus ─ a mis en lumière une analyse en cours effectuée par une équipe de chercheurs qui passe au peigne fin les 55 000 documents de Pfizer divulgués par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis à la suite d’une décision de justice. Auparavant, la FDA avait demandé un délai de 75 ans avant de divulguer intégralement ces documents cruciaux.

Selon Naomi Wolf, les 3 000 « médecins, infirmières, biostatisticiens et enquêteurs hautement qualifiés sur la fraude médicale » affiliés à War Room de Steven Bannon et à Daily Clout, une société de médias cofondée par Naomi Wolf, « servent l’humanité en lisant ces documents et en les expliquant en termes simples ».

Après avoir souligné que, d’après les documents, Pfizer et la FDA savaient que les vaccins COVID-19 n’avaient pas réussi à prévenir les infections et avaient contribué à un grand nombre de réactions indésirables (dont 1 223 décès), Wolf s’est concentrée sur l’impact que les injections semblent avoir eu sur les femmes enceintes et allaitantes et leurs bébés.

La reproduction elle-même est ciblée, intentionnellement ou non, par les vaccins à ARNm

Selon la lecture que fait Wolf de l’analyse, la FDA et Pfizer savaient que l’ARNm, la protéine de pointe et les nanoparticules lipidiques contenues dans les injections expérimentales COVID « ne restaient pas au site d’injection dans le muscle deltoïde », circulent plutôt dans la circulation sanguine ─ et, pour les femmes, jusque dans les ovaires.

« Il peut en effet y avoir un génocide fortuit », a déclaré Wolf. « La reproduction elle-même est ciblée, intentionnellement ou non, par les vaccins ARNm. »

L'article continue ci-dessous...

×

Campagne de financement -- Avent 2022

85.00 $ recueillis -- Objectif : $ 15 000 -- Il nous reste 3 semaines -- Merci de votre générosité !

Donner à Campagne Québec-Vie

« Et si vous savez que la reproduction est compromise, et que les bébés et les fœtus sont lésés, et que vous savez que cela se produit à une grande échelle, ce que tous ceux qui ont lu ces documents chez Pfizer et à la FDA savaient ─ et si vous ne vous arrêtez pas ─ alors cela ne devient-il pas en fin de compte un génocide ? » a-t-elle dit.

Avortement spontané, mort néonatale, mort intra-utérine à la suite des piqûres

Bien que les femmes enceintes aient été spécifiquement exclues des études cliniques de Pfizer sur le vaccin COVID (ce qui a suscité un certain scepticisme quant à la validité des affirmations selon lesquelles le produit pouvait être sûr et efficace pour les femmes enceintes), Mme Wolf a souligné que 270 femmes sont devenues enceintes au cours de l’étude, comme l’indiquent les documents eux-mêmes.

LifeSiteNews a rendu compte des données sur le vaccin COVID liées à la grossesse publiées par la FDA, en notant qu’un nombre stupéfiant de 238 des 270 femmes enceintes n’ont pas signalé l’issue de leur grossesse après avoir reçu le vaccin.

Parmi les femmes qui ont fait état de l’issue de leur grossesse, 27 auraient perdu leur bébé par avortement spontané (23), naissance prématurée avec décès néonatal (2) ou avortement spontané avec décès intra-utérin (2).

On ne sait pas si les vaccins ont contribué directement ou indirectement à ces pertes, qui auraient pu avoir d’autres causes naturelles.

Suppression de la lactation, incapacité à produire du lait

Dans son article sur Substack, Mme Wolf a également mis en évidence des indications dans les documents selon lesquelles « certaines mères vaccinées ont vu leur lait se tarir, ou ne pouvaient pas produire de lait du tout » lorsqu’elles essayaient d’allaiter leurs nouveau-nés. D’autres ont vu leur lait se décolorer, et une mère vaccinée a déclaré que son lait maternel était bleu-vert.

Une étude préimprimée citée par Wolf a trouvé des « quantités négligeables » de produits pétroliers (Polyéthylène glycol ou PEG) provenant des vaccins dans le lait maternel des femmes vaccinées, mais a reconnu que des études plus importantes seraient nécessaires pour comprendre pleinement le risque posé aux nourrissons allaités.

« Puisqu’aucun bébé n’est mort pendant la brève période de temps de la minuscule étude, l’étude a conclu que les bébés allaités ne souffraient pas de réels effets néfastes de la vaccination de leurs mères », a déclaré Wolf. « Mais l’étude n’a pas suivi ces pauvres bébés, avec leur insomnie reconnue et leur détresse gastro-intestinale confirmée, pour voir s’ils ont réellement “prospéré” - pris du poids et se sont développés normalement. »

« Les femmes ont été assurées que les vaccins étaient “sûrs et efficaces” pour elles et les bébés qu’elles allaitaient, sur la base de données scientifiques totalement erronées », a-t-elle ajouté.

La pénurie de lait maternisé et la pression en faveur du « BioMilq » génétiquement modifié

Selon Mme Wolf, c’est la même FDA qui n’a pas signalé les dangers potentiels des injections d’ARNm pour les bébés qui est à l’origine de la fermeture catastrophique de l’usine de lait maternisé Abbott dans le Michigan au printemps dernier.

Pour Mme Wolf, la pénurie de lait maternisé coïncidant avec des problèmes apparents de lactation chez les mères vaccinées l’a amenée à s’intéresser à ceux qui profitent de la crise.

Des élites de premier plan, dont Bill Gates, Jeff Bezos et Mark Zuckerberg, ont récemment « investi dans une jeune entreprise appelée “BioMilq”, qui produit du lait maternel cultivé en laboratoire à partir de cellules mammaires », a-t-elle souligné.

« Les rapports sur cette jeune entreprise incluent ce langage digne de Frankenstein, comme si c’était normal », a-t-elle déclaré, citant un article de CNN qui explique que « l’équipe de BIOMILQ crée son produit à partir de cellules prélevées sur du tissu mammaire et du lait humains, donnés par des femmes de la communauté locale, qui reçoivent en retour une carte cadeau Target ».

Et maintenant, les bébés meurent

Dans son article du 29 mai, Wolf poursuit en affirmant que des études menées au Canada, en Écosse et en Israël indiquent « que les bébés meurent de manière disproportionnée, pendant et après 2021, dans les pays fortement vaccinés, et que les nouveau-nés dont la mère est vaccinée meurent de manière disproportionnée par rapport à ceux dont la mère n’est pas vaccinée ».

Les autorités écossaises ont lancé une enquête après avoir constaté un « pic anormal » de décès chez les nouveau-nés après le déploiement des vaccins, à un taux près de deux fois supérieur à celui de référence. On ignore combien de mères de ces bébés avaient été entièrement vaccinées.

Josh Guetzkow, maître de conférences à l’Université hébraïque de Jérusalem, a rapporté que les données de l’hôpital RamBam de Haïfa, en

Israël, ont montré que les « chances d’avoir une mortinaissance, un avortement ou une fausse couche sont 1,36 » plus élevées pour les femmes vaccinées. Selon Mme Guetzkow, le nombre d’avortements spontanés et de mortinaissances a augmenté de 34 % chez les femmes vaccinées par rapport à leurs homologues non vaccinées.

Pendant ce temps, au Canada, le Dr Daniel Nagase, un médecin de l’Alberta qui a reçu l’ordre de quitter son hôpital pour avoir traité à l’ivermectine trois patients du COVID (qui sont tous rentrés vivants de l’hôpital), a expliqué à un journaliste qu’il avait été informé de 86 mortinaissances à Waterloo, en Ontario, entre janvier et juillet 2021.

« Normalement, il n’y a que cinq ou six mort-nés par an. Le taux habituel est donc d’environ une mortinatalité tous les deux mois », a-t-il affirmé. « Il est donc tout à fait inhabituel de passer soudainement à 86 mort-nés en six mois. Mais la confirmation la plus importante que nous avons obtenue du rapport de Waterloo, en Ontario, est que toutes les mères de ces 86 bébés mort-nés étaient entièrement vaccinées ».

L’allégation de M. Nagase a été contestée par des vérificateurs de faits et par les autorités hospitalières, qui affirment que seulement 12 mortinaissances ont eu lieu au cours de la dernière année fiscale. Il est toutefois significatif que l’année fiscale précédente s’étendait d’avril à août, une période différente de celle mentionnée par Nagase.

Que faisons-nous de tout cela ?

Wolf n’est pas le seul à avertir que les vaccins COVID pourraient avoir de graves conséquences pour les femmes enceintes et leurs bébés.

Au cours d’une conférence « Stop the Shot » diffusée l’année dernière par LifeSiteNews, le Dr Richard Blumrick, spécialiste de la médecine materno-fœtale, a expliqué que les vaccins développés à partir d’ARNm pourraient être capables de traverser la barrière placentaire, exposant ainsi les personnes vaccinées à des complications en matière de fertilité.

De même, commentant les effets des vaccins expérimentaux, le Dr Roger Hodkinson, PDG de Western Medical Assessments, a exprimé que cela est « complètement fou » de continuer à administrer les vaccins aux femmes enceintes.

« Les risques que nous faisons courir aux femmes enceintes, aux jeunes femmes qui pourraient souhaiter être enceintes à l’avenir et à leurs maris m’irritent au plus haut point », a-t-il indiqué.

Pour Wolf, les preuves découvertes dans les documents de Pfizer par l’équipe de War Room et du Daily Clout l’ont amenée à penser que Pfizer, la FDA et les membres du Forum économique mondial (WEF) « s’en prennent au corps féminin miraculeux, avec sa capacité à concevoir, à engendrer, à mettre au monde et à nourrir la vie ».

« Ils prennent pour cible l’environnement même du fœtus humain, l’un des espaces les plus sacrés sur cette terre, si ce n’est le plus sacré », a-t-elle affirmé. « Et ils le savent. »

Jusqu’au 20 mai 2022, 4 668 fausses couches et 133 mortinaissances ont été signalées au système américain de notification des effets indésirables des vaccins (VAERS). Les rapports comprennent des milliers de fausses couches et de pertes de grossesse précoces peu après la réception des vaccins COVID à ARNm ; des bébés qui cessent brusquement de grandir ou qui subissent un accident vasculaire cérébral in utero ; des bébés malformés ; un bébé mourant d’une inflammation du placenta ; et un bébé né avec une hémorragie mortelle de la bouche, du nez et des poumons.


*Commentaire d'A.H.

Campagne de financement - Avent 2022

Merci de votre générosité. L'objectif est de 15 000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire