M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une journaliste pro-vie, qui dénonce les ravages du mouvement LGBT, se fait refuser l’entrée des États-Unis !


Caroline Farrow.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo :

Caroline Farrow, journaliste catholique britannique, a été la cible d’une persécution acharnée de la part d’activistes LGBT qui n’ont pas aimé sa critique des « transitions » que l’on fait subir à des enfants afin qu’ils paraissent comme étant de l’autre sexe. Le dernier exemplaire de ce harcèlement semble être une dénonciation calomniatrice auprès de l’ambassade des États-Unis à Londres pour l’empêcher de voyager dans ce pays ; encore une tracasserie. Extrait de LifeSiteNews :

La directrice britannique d’une organisation internationale pro-vie s’est vue refuser l’entrée aux États-Unis le 19 novembre.

Caroline Farrow, apologiste catholique britannique et mère de cinq enfants, n’a pas été autorisée à monter à bord de son vol pour Orlando cet après-midi [19 novembre], alors que son voyage aux États-Unis avait été initialement approuvé par l’Electronic System for Travel Authorisation (ESTA). Mme Farrow est fréquemment invitée par les médias britanniques, et est la directrice de CitizenGO au Royaume-Uni.

« Votre ESTA a été refusée », s’est fait-elle dire par un représentant de la compagnie aérienne, mais il n’a pu lui dire pourquoi, raconte à LifeSiteNews Mme Farrow.

« Je n’ai jamais été arrêté », avait répliqué Mme Farrow. « Je n’ai même jamais été interrogé [par la police]. Je n’ai pas de casier judiciaire. »

« Quelqu’un est manifestement allé à l’ambassade des États-Unis. Que cela est donc vindicatif ! »

Farrow se rendait à Orlando pour remettre en main propre à Disney World une pétition de CitizenGO de près d’un demi-million de signatures. Par la suite, elle devait assister à la conférence de la Foundation for Applied Conservative Leadership à Kissimmee. Elle avait un billet de retour pour le 24 novembre.

Farrow a été victime de harcèlement en ligne de la part d’activistes transgenres pendant des mois parce qu’elle a publiquement exprimé ses préoccupations au sujet des enfants recevant des hormones et passant par des interventions chirurgicales destinées à les faire passer comme personnes du sexe opposé. Des activistes de la cause transgenre ont illégalement envoyé des ordres de livraison de nourriture à son domicile [et à son nom], ils ont également publié sur les réseaux sociaux les adresses et des photos d’elle et de sa famille, allant jusqu’à publier des photos de l’école de ses enfants [le tout dans une intention hostile]. Il semble maintenant qu’ils aient porté de fausses accusations à l’ambassade des États-Unis à Londres.

L’un des détracteurs de Farrow, le Dr Adrian Harrop, laisse actuellement sous-entendre sur Twitter qu’il est responsable du refus d’entrée de la directrice de CitizenGO aux États-Unis.

« Un édifice absolument spectaculaire... et l’une des grandes ambassades modernes de Londres... mais honnêtement, j’ai toujours préféré le style démodé et cocasse de Grosvenor Square... comme toujours, le personnel consulaire est très efficace pour traiter mes... affaires diplomatiques importantes, » écrivait-il cet après-midi [19 novembre].

Laissez un commentaire

L’Office québécois de la langue française dérange… euh… dégénère... ah oui ! «dégenre» le français

Billet de blogue d’augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : jcomp/freepik

L’Office québécois de la langue française (OQLF), créé en 1961 par le gouvernement du Québec, est un organisme chargé de veiller à la pureté de la langue française, spécialement devant l’insidieuse langue anglaise qui a par trop la tendance à s’infiltrer dans le langage courant. L’on doit quelques heureuses inventions à cet organisme, comme « courriel » pour le néologisme anglait « email ».

Mais, comme l’explique Denise Bombardier dans Le Journal de Montréal :

Or sous la pression du lobby LGBTQ+, l’OQLF s’est fait piéger […] mine de rien, l’OQLF a décidé de se plier aux exigences du lobby LGBTQ+ en dégenrant le français. C’est ainsi qu’il cautionne toutes les théories non scientifiques opposant sexe et genre, comme on le fait dans les pays anglo-saxons.

Il faut dire que la Chambre de commerce LGBT du Québec (qu’est-ce que c’est que ça !), soutenue financièrement par l’OQLF, s’est incrustée dans l’Office et est parvenue à amener celui-ci à introduire des mots neutres qui ne sont en fait que des combinaisons androgynes… monstrueuses, au détriment du masculin et du féminin, seuls genres du français.

Mme Bombardier note donc :

Ainsi l’OQLF approuve-t-il en quelque sorte la rédaction bigenrée en proposant l’usage de termes qui combinent le masculin et le féminin. Par exemple, pour remplacer les mots frère et sœur, il propose frœur ou freureen et tancle pour désigner tante ou oncle. Ne reculant devant aucun obstacle ou aucune absurdité, l’OQLF suggère aussi qu’on remplace les pronoms ceux et celles par ceuzes et celleux et ils et elles par yels ou illes.

« frœur » et « freureen », je ne sais à quel sabir ces « mots » sont supposés ressembler, mais certainement pas à la langue française. Ne fût-ce que pour la violence qui est faite au français par cette mutation artificielle, français qui cessera bientôt de l’être, ces ajouts sont inacceptables, sans compter le côté idéologique qui se cache derrière…

Mme Bombardier souligne la participation active de l’UQUAM dans cette neutralisation du français (j’y mets ici les deux significations du mot) depuis des années. Et c’est sous l’œil bienveillant du gouvernement (tant) fédéral (que provincial) que la dénaturation s’accomplit :

Le gouvernement Trudeau est exemplaire en faisant preuve d’une tolérance sans réserve quant aux exigences transgenres. Le passeport canadien offre désormais trois options : homme, femme ou autre.

Quoi qu'il en soit, ressortez vos vieilles grammaires, car maintenant les organismes supposés préserver le français le détruise.

Laissez un commentaire

Chick-fil-A capitule devant l’attaque LGBT

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo :

Chick-fil-A, chaîne américaine de restauration rapide au poulet, avait jusqu’à maintenant résisté aux assauts répétés de la clique LGBT qui lui reproche d’être anti-gay, notamment pour ses donations à des organismes caritatifs eux-mêmes étiquetés d’anti-gay, mais aussi pour l’opposition déclarée de la présidente-directrice générale Dan Cathy au « mariage gay ». Maintenant, la compagnie cessera de donner à trois de ces organismes. Extrait de LifeSiteNews :

Mais en un revirement stupéfiant, le restaurant de restauration au poulet a annoncé lundi qu’il mettrait fin aux dons de charité habituellement envoyés à plusieurs groupes chrétiens qualifiés par les militants pro-LGBT d’« anti-gay ».

Pendant des années, les militants LGBT ont tenté de qualifier Chick-fil-A de « haineux » en raison de l’opposition déclarée du PDG Dan Cathy au « mariage » homosexuel et des dons de l’entreprise à des groupes sociaux conservateurs tels que Family Research Council et Focus on the Family. Mais si l’entreprise ne manque pas de détracteurs politiques et médiatiques, les plaintes avaient été accueillies d’une oreille sourde par les clients actuels.

Chick-fil-A jouit d’un immense succès et d’une réputation extrêmement positive en raison de ses services, de son sens de la bienfaisance et de son bénévolat lors de tragédies et de catastrophes. De plus, contre toutes ces étiquettes « anti-LGBT », de nombreux employés et clients homosexuels ont témoigné de l’expérience positive et accueillante de Chick-fil-A.

Le succès constant de la chaîne face aux campagnes de pression de gauche — ses ventes ont en fait doublé depuis le début des boycotts — semble avoir mis fin à l’affaire, mais Bisnow rapporte qu’à partir de l’année prochaine, Chick-fil-A cessera de donner à l’Armée du Salut, la Fellowship of Christian Athletes (FCA) et la Paul Anderson Youth Home...

Laissez un commentaire

Le jury déclare coupables Daleiden et les autres pro-vie qui dénoncèrent le trafic d’organes de bébés avortés de Planned Parenthood

David Daleiden à l’extérieur de la Cour supérieure de San Francisco, le 11 février 2019.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Pete Baklinski/LifeSiteNews.com

Planned Parenthood doit avoir plein de juges dans sa poche… Extrait de LifeSiteNews :

David Daleiden et les enquêteurs sous couvert du Center for Medical Progress ont été reconnus coupables de multiples crimes et doivent verser des millions de dollars en dommages-intérêts à Planned Parenthood pour le travail qu’ils ont accompli en dénonçant le prélèvement d’organes sur des bébés avortés.

Le jury composé de neuf hommes et d’une femme a rendu son verdict vendredi après-midi après avoir délibéré moins de deux jours, même si ce procès civil historique a duré six semaines.

Le montant total accordé à Planned Parenthood s’élève à plus de 2 millions de dollars, selon la Thomas More Society, ce qui comprend les dommages-intérêts punitifs et compensatoires ainsi que les honoraires des avocats. Une journaliste locale de San Francisco, Helen Chistophi, a twitté depuis le palais de justice que les dommages-intérêts punitifs s’élevaient à 870 000 $.

Les avocats de la défense pro-vie ont déjà déclaré qu’ils interjetteraient appel, affirmant aux journalistes à l’extérieur de la salle d’audience que le « processus était injuste ».

« Ce procès est une vengeance contre David Daleiden qui dénonce le sale commerce de Planned Parenthood d’achats et de ventes de pièces et d’organes fœtaux », a déclaré Peter Breen, avocat principal de la défense et membre de la Thomas More Society. « Nous avons l’intention de défendre David en appel. Son enquête sur les activités criminelles du plus grand fournisseur d’avortements des États-Unis a employé des techniques journalistiques d’investigation courantes, régulièrement utilisées par les médias à travers le pays. »

« Les découvertes de David avaient révélé des pratiques si odieuses que le Congrès des États-Unis avait ordonné des enquêtes criminelles contre Planned parenthood, et que de nombreux États et élus ont décidé de lui retirer tout financement », a poursuivi Breen. « Plutôt que de faire face à ses actes odieux, Planned Parenthood a choisi de persécuter la personne qui l’a dénoncé. Je suis persuadé que lorsque cette affaire sera terminée, la justice l’emportera, et David sera justifié. »

[...]

« Alors que les meilleurs témoins Planned Parenthood ont passé six semaines à témoigner sous serment que les vidéos filmées sous couvert étaient véridiques et que Planned Parenthood vendait des organes fœtaux, sur la base d’un quid pro quo, un juge partial ayant des liens étroits avec Planned Parenthood a passé six semaines à influencer le jury avec des décisions prédéterminées et en rejetant la preuve vidéo,... » a ajouté le groupe.

Laissez un commentaire

Résister à l’eutha-nazie

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : jcomp/freepik

« Que des malades réclament d’arrêter de souffrir est naturel. On ne peut que compatir avec ceux qui se battent courageusement contre des douleurs insupportables », écrit Nathalie Elgrably-Lévy dans Le Journal de Montréal. Certes, mais, au cas où il y aurait un doute, sans pour autant mettre fin à leurs jours.

Mme Elgrably-Lévy parle d’or, elle dépeint la situation de l’euthanasie au Québec avec des couleurs franches, et non dans le style impressionniste, rappelant que les personnes faisant la demande de l’euthanasie (fallacieusement appelée « aide médicale à mourir » et que je nommerais plutôt « coup de pouce [sur le piston de la seringue] du médicastre pour mourir ») font souvent l’objet d’une couverture médiatique prodigue, présentant au public une image lyrique de leur choix, ce qui ne manque pas de « devenir franchement nauséeux ».

Mme Elgrably-Lévy écrit donc, que visiblement on veut nous convaincre que le choix de la mort est héroïque noble et généreux, dernier cadeau (posthume ?) du malade à ses proches et à la société, choix éminemment glorifié que celui du suicide par procuration. Ce qui me surprend un peu, c’est de voir dans le Journal de Montréal les mots suivants : « cette nouvelle culture mortifère devrait inspirer l’indignation. » « Culture mortifère » est une autre façon de dire « Culture de mort »…

Soulignant que « l’homicide administratif » est devenu scandaleusement diligent, Mme Elgrably-Lévy relève la légèreté avec laquelle on accorde la mort, sous quelques critères s’assouplissant à l’exercice de la pratique, avec une moyenne d’exécution du patient en 15 jours, rapidité avantageuse et digne de louange pour une bureaucratie si l’objet de ce zèle avait été différent. D’ailleurs, il est regrettable qu’une telle promptitude ne soit pas appliquée à « l’aide médicale à vivre », ne faut-il pas attendre environ 7 semaines pour consulter un spécialiste et neuf autres Hebdomades pour obtenir un traitement ? Je fais ici remarquer (ironiquement parlant) qu’achever une personne est bien moins urgent que de soigner une autre, la première aura toujours l’occasion de mourir, tandis que la seconde n’aura pas forcément le temps de vivre…

Laissez un commentaire Lire la suite

Evo Morales et Pachamama expulsés du gouvernement bolivien

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Luis Fernando Camacho Vaca/Facebook

Evo Morales, maintenant ex-président de la Bolivie, a dû démissionner devant les pressions de l’opposition, après 14 ans de règne marxiste et de propagation de l’animisme, d’après Le Salon Beige :

Evo Morales, président marxiste de Bolivie, a été contraint de démissionner après presque 14 années à la tête de l’Etat. Les dirigeants de l’opposition bolivienne, qui ont obtenu la démission et le départ d’Evo Morales, ont eu pour premier acte « officiel », de se rendre au Palais du Gouvernement pour prier à genou Bible ouverte sur un drapeau bolivien.

Selon une information d'Aci Prensa, dimanche 10, avant de quitter le Palais du Gouvernement, un pasteur […] partisan de Camacho a dit :

« la Bible est de retour au Palais du Gouvernement. La Pachamama n’y reviendra plus jamais. Aujourd’hui, le Christ est de retour au Palais du Gouvernement. La Bolivie est pour le Christ. »

Le nom de Pachamama vous fait-il sursauter ? C’est pourtant l’un des aspects du paganisme dont Evo Morales faisait la promotion, la Terre-Mère, ou Pachamama ou encore Gaïa pour d’autres.

En 2013, on apprenait qu’une loi en Bolivie encadrait strictement les associations cultuelles, dans laquelle Morales faisait la promotion de l’animisme précolombien. L’article 15 de la loi impose à tous les organismes religieux et même à tous les organismes à but non lucratif de régler leurs activités dans le cadre de l’« l’horizon de la bonne vie », concept issu des croyances aymaras, le fond culturel et cultuel d’Evo Morales. À ceux qui considéraient que cette loi était contraire à la Convention des droits de l’homme, signée par la Bolivie, M. Morales répondit, selon Le Salon Beige, que :

« Le respect des droits de la Terre-Mère [la “Pachamama”] est plus important que le respect des droits de l’homme. » De culture aymara, le Président Morales s’était exprimé sur ses croyances :

« Certains disent que je suis athée, mais c’est la première fois que je l’affirme publiquement : à minuit comme à l’aube, je prie pour mon père et ma mère qui m’a donné le jour. Je pense à mes pères, je crois en notre mère [la Terre] et je crois également en nos dieux. »

Laissez un commentaire Lire la suite

11 000 scientifiques, dont Mickey Mouse et Dumbledore, demandent un contrôle de la population

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Image : (montage) la première : Celebrity Production/Wikimedia Commons

La pétition signée par quelques 11 000 « scientifiques » réclamant un contrôle de la population pour contrer le « changement climatique » s’est révélée étonnante, d’illustres personnages n’avaient-ils pas apposé leur signature à cette impérieuse missive ? Comme Mickey Mouse ou Albus Dumbledore ! Et il y en a des douzaines comme ça, des douzaines à avoir signé sous un nom d’emprunt, pour la plus grande crédibilité de cette pétition d’ailleurs délirante… Extrait de LiveActionNews :

Il a été révélé que la lettre prétendument signée par 11 000 scientifiques au sujet d’une urgence climatique et de la nécessité de contrôler la population comprenait des signatures de certains faux scientifiques, dont un certain Mickey Mouse de la Mickey Mouse School of the Blind (aveugle), et Araminta Aardvark, professeur de zoologie de l’Université de Neasden. Neasden, selon thegwpf.com est une université fictive promue par un magazine satirique du Royaume-Uni. Parmi les douzaines de fausses signatures figuraient également le directeur de Poudlard, Albus Dumbledore (série Harry Potter). Après cette découverte, la pétition a été bloquée, la page de celle-ci portant des messages comme « accès refusé » ou « vous n’êtes pas autorisé à accéder à cette page » depuis jeudi, ce qui a finalement été changé pour « Voir les signatures est actuellement impossible. Nous travaillons sur cette question. »

Laissez un commentaire

Belgique : l’avortement bientôt totalement dépénalisé ?

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Huit partis belges ont déposé hier en commission de Justice cinq amendements à la loi dépénalisant l’avortement, le PS, le sp.a, l’Ecolo, le Groen, le MR, l’Open le Vld, le DéFI et le PTB. Le débat et le vote sur ce dossier devraient avoir lieu mercredi prochain, selon L'Echo.

Le premier amendement demande que la limite légale à l’avortement passe de douze semaines à dix-huit semaines de grossesse. Cet amendement exige aussi que le délai de réflexion soit réduit de six jours à quarante-huit heures au moins, perdant d’ailleurs le nom « de réflexion », entre la consultation chez le médecin et l’exécution de l’avortement. Il est aussi question de fournir de l’information sur les méthodes de contraception.

Autre changement voulu, si le médecin refuse de pratiquer l’avortement sur une cliente, il devra lui fournir les informations nécessaires pour se le procurer, faisant ainsi du praticien le complice de ce crime abominable.

Pour finir, deux autres amendements proposent tout simplement la dépénalisation totale de l’avortement, d’après L’Echo :

Un deuxième amendement porte sur la dépénalisation totale de l’avortement pour la femme, qui ne risquera plus de sanctions suite à une IVG. « Il est inacceptable de prévoir des peines de prison à l’encontre de femmes qui avortent », appuient les auteures du texte. Selon un troisième amendement, la dépénalisation serait aussi totale pour le médecin. Aussi, la sanction du délit d’entrave est étendue, notamment à la dissimulation d’informations. Enfin, un cinquième amendement prévoit une référence à l’IVG [avortement] serait inscrite dans la loi sur le droit des patients.

Laissez un commentaire

Vote par 143 contre 69 parmi les évêques américains sur la question de l’avortement comme prééminente

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : USCCB/YouTube

Le cas de l’avortement a fait l’objet d’un vote lors de l'Assemblée générale d'automne de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis, sur la question de savoir si ce problème était une préoccupation prééminente pour la Conférence.

L’un des points saillants dans les discussions qui ont animé ce débat fut : est-ce contredire le pape François que de dire que l’avortement est la question sociale prééminente ? Certains évêques soutenaient cette idée, d’autres s’y opposaient et sans doute que la majorité a pensé abonder dans le sens du pape en votant en faveur de la reconnaissance de la prééminence sociale du problème de l’avortement.

En tout cas, c’est donc plus des deux tiers des évêques américains qui ont voté « par 143 contre 69 pour maintenir la question "prééminente" », d’après LifeSiteNews, qui rapporte les faits :

… lors de l'Assemblée générale d'automne de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis (USCCB), les évêques ont débattu et voté sur une lettre basée sur le document de l'USCCB sur la vie politique, intitulée « Forming Consciences for Faithful Citizens » (Former les consciences pour des citoyens fidèles).

La lettre en cause insistait sur le fait que le massacre des enfants à naître demeure la priorité prééminente en matière de justice sociale pour l'USCCB.

Au passage, j’imagine que s’il est question de problèmes sociaux, c’est que d’autres ne sont pas considérés comme en étant. Ainsi l’avortement peut être la question sociale prééminente, tandis que la foi est la question non sociale prééminente. Et si les évêques américains place la foi au-dessus des questions « sociales » les choses restent en place, car la foi est et doit être la question prééminente de l’Église catholique. Si tel est le cas, je ne comprends pas pourquoi la foi ne serait pas aussi une question sociale, car elle concerne et les individus et la société.

Laissez un commentaire

Alberta : une nouvelle loi protégeant les médecins refusant de pratiquer l’avortement

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Les médecins (infirmières et autres) pro-vie seront désormais tranquilles en Alberta, à moins évidemment qu’un tribunal ou un autre trouve à redire à cette loi. Extrait de LifeSiteNews :

Le Parti conservateur unis d’Alberta a adopté un projet de loi d’initiative parlementaire en première lecture jeudi, qui protège les droits de conscience des travailleurs de la santé et des organisations religieuses qui refusent de participer à des pratiques comme l’avortement ou l’euthanasie.

[...]

Présentée par Dan Williams (Peace River), député d’arrière-ban du Parti conservateur uni, le Conscience Rights (Health Care Providers) Protection Act réaffirme le droit des professionnels de la santé de refuser de conseiller, d’exécuter toute « procédure médicale » ou d’y référer — comme l’avortement, la contraception ou l’euthanasie — à laquelle ils s’opposent en raison de leurs convictions personnelles ou religieuses, selon la CBC.

Le projet de loi vise à « protéger les fournisseurs de soins de santé et les organismes religieux de soins de santé contre toute réclamation en dommages-intérêts fondée sur l’exercice des droits prévus à l’alinéa 2a) de la Charte », peut-on y lire.

Cela évitera aux médecins « d’avoir à accomplir un acte ou de référer pour un acte qu’ils considèrent comme moralement répréhensible », affirmait M. Schadenberg à LifeSiteNews.

Il eût cependant été préférable que cette loi classât l’euthanasie, l’avortement, les « transitions » transgenres et autres aberrations comme ne faisant pas partie des soins médicaux, car ce ne sont pas des soins, puis, d’exempter les praticiens de la pratique d’actes non médicaux. Mais un tel projet de loi eût-il été voté ?

Laissez un commentaire