M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement Noël 2019

bébé Jésus

345 $ recueillis -- Objectif : $7500 -- Il reste trois semaines -- Merci de votre générosité.

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de nous aider, en ce temps des fêtes, à promouvoir la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

La décision du juge sur la « transition » d’un enfant de 7 ans remise au 24 octobre


Jeffrey Younger et ses jumeaux James et Jude.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Le jugement du juge du Texas, Kim Cooks, sur l’affaire opposant le père et la « mère » de James, enfant de sept ans que sa « mère » voudrait appeler « Luna » et « transitionner » en fille, sera rendu au 24 octobre et non pas le 23 comme cela avait été annoncé précédemment. Le jury s’est déjà prononcé contre Jeffrey Younger, le père de l’enfant, qui s’oppose à cette maltraitance qu’est la castration chimique que représente la « transition » LifeSiteNews :

La décision du juge dans l’affaire Jeffrey Younger, le père qui tente de sauver son fils de sept ans, James, d’être « transitionner » en fille, a été reportée au 24 octobre.

Lundi, le juge Kim Cooks a dit dans la salle d’audience qu’elle lirait sa décision mercredi à 13 h 30 [CST]. L’affaire était inscrite au calendrier de la cour pour le 23 octobre.

Selon le greffier, la décision sera annoncée le 24. Elle a refusé de préciser l’heure.

Laissez un commentaire

Un homme prétendant être femme remporte la course mondiale de cyclisme féminin

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Jean Beaufort/PublicDomainPictures

Les « femmes transgenres », ou hommes qui se disent femmes, sont en train de détrôner les vraies femmes de leurs compétitions physiques. Et non content de remporter la palme, l’un de ces transgenres accuse de « manque d’esprit sportif » les compétitrices semblant manifester un certain déplaisir. Et en plus, le transgenre McKinnon voit des transphobes « partout ». Extrait de LifeSiteNews :

McKinnon, né au Canada, professeur de philosophie à la faculté du South Carolina’s College of Charleston, avait d’abord remporté la catégorie des 35-39 ans au sprint féminin l’an dernier et a remporté une médaille d’or cette fin de semaine tout en établissant un nouveau temps record, selon Cycling Weekly. Il a également remporté une médaille d’argent au 500 mètres contre la montre plus tôt dans la semaine.

Et dans une paire de posts sur Instagram, McKinnon regarde de haut la désapprobation à son égard :

Dans une autre paire de posts, McKinnon a mis en évidence des photos des trois vainqueurs médaillés posant pour se faire photographier, dans lesquels Sovang passe son bras derrière lui, mais non la gagnante de la médaille d’argent Dawn Orwick qui a tenu son bras gauche derrière son dos en souriant et en agitant poliment la main [droite]. Dans ses posts McKinnon accusait Orwick de « manque d’esprit sportif », et affirmait qu’il « avait espéré mieux d’elle » et s’est gaussé, disant qu’il avait « beaucoup plus à dire sur ce long gâchis d’une semaine et combien la transphobie était tout simplement PARTOUT ».

Laissez un commentaire

En Grande-Bretagne, les bébés nés à 22 semaines désormais réanimés et l’avortement à 28 semaines imposé à l’Irlande du Nord

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Chris Sternal Johnson/Flickr

C’est jusqu’à 28 semaines que l’avortement sera bientôt permis, et ce, pour n’importe quelle raison, aussi bien dire aucune. Extrait de SPUC :

Les directives sur la viabilité, demandant aux médecins de réanimer les bébés prématurés nés à 22 semaines, ont ravivé la querelle au sujet de la loi sur l’avortement.

Une étude de l’Association britannique de médecine périnatale a révélé que les progrès de la médecine ont augmenté le taux de survie des prématurés, et, dans les nouvelles lignes directrices publiées aujourd’hui, les médecins sont informés qu’ils devraient changer leur pratique et réanimer les bébés nés dès la 22e semaine.

La Society for the Protection of Unborn Children (SPUC) a souligné la contradiction flagrante entre cette décision et celle des politiciens de Westminster qui imposent l’avortement en Irlande du Nord.

Laissez un commentaire

La ville de San Francisco interdit à ses fonctionnaires de faire affaire avec 22 États pro-vie

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Le conseil de municipal de San Francisco a tant à cœur la défense de l’avortement, qu’il pousse son soutien à cette répugnante pratique jusqu’à mettre en place une « liste noire » de 22 États américains ayant passé des lois pro-vie, et qu’il interdit à ses fonctionnaires d’avoir des relations d’affaires avec les États en question. On fait difficilement plus ridicule que ça… extrait de LifeSiteNew :

Dans sa dernière déclaration de soutien à l’avortement -sur-demande, et de mépris pour ses opposants, la ville de San Francisco, solidement gauchiste, a annoncé une liste noire pour les fonctionnaires qui font affaire avec un des États ayant des lois « restrictives » pro-vie, ou qui s’y rendent pour des raisons professionnelles ; ce geste, qui s’élève contre près de la moitié du pays, proteste contre lesdites lois.

« Tout comme nous avons limité nos dépenses dans les États qui ont des lois discriminatoires à l’égard des personnes LGBTQ, nous nous dressons contre les États qui mettent la santé des femmes en danger et qui s’efforcent activement de limiter les libertés en matière de reproduction », a déclaré le maire de San Francisco, London Breed, selon Fox News. « En limitant les voyages et les contrats avec certains États, nous envoyons un message clair aux États qui ne respectent pas le droit à l’avortement. »

À compter du 1er janvier 2020, la liste noire s’appliquera à l’Alabama, à l’Arkansas, à la Floride, à la Géorgie, à l’Indiana, à l’Iowa, au Kansas, au Kentucky, à la Louisiane, au Massachusetts, au Mississippi, au Nebraska, au Nevada, au Dakota du Nord, à l’Ohio, à l’Oklahoma, à la Pennsylvanie, à la Caroline du Sud, au Dakota du Nord, au Texas, à la Virginie-Occidentale et au Wisconsin, qui, selon les dirigeants de la ville, ont tous « des politiques anti-choix sévères » dans les registres.

Laissez un commentaire

Justice : des esthéticiennes ne sont pas obligées d’épiler les parties intimes d’un transgenre

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : freepik

Un transgenre, un homme qui se prétend femme, à ne pas confondre avec l’autre sorte, la femme qui se croit homme, avait porté plainte devant les tribunaux de ce que des esthéticiennes eussent refusé d’épiler ses parties intimes, arguant qu’« elle » (puisque qu’il se dit femme) en avait le droit. La Cour qui s’est charger de cette affaire a heureusement statué que ces femmes étaient dans leur droit en refusant. (Mais pourquoi donc ce tribunal a-t-il seulement accepté d’entendre une plainte pareille ?)

Le sieur Jonathan « Jessica » Yaniv s’est donc vu non seulement débouté, mais condamné à verser 2000 $ à deux de ses victimes. Extrait de LifeSiteNews :

Le Tribunal des droits de la personne de la Colombie-Britannique a statué aujourd’hui contre le militant transgenre Jonathan « Jessica » Yaniv qui avait déposé des plaintes officielles de « discrimination » contre un certain nombre d’esthéticiennes, celles-ci ayant refusé d’épiler ses parties intimes, plaintes qu’il base sur un prétendu droit en tant que « femme » de bénéficier de ces soins. Le tribunal a statué que ces esthéticiennes qui travaillent à domicile ont le droit de refuser de manipuler des parties intimes masculines.

« La législation sur les droits de la personne n’exige pas qu’un fournisseur de services épile un type de parties intimes pour lequel il n’a pas été formé et pour lequel il n’a pas consenti à épiler », déclare la décision.

La décision a également statué que M. Yaniv s’était « conduit de façon inconvenante », qu’il avait « déposé des plaintes à des fins inappropriées » et que son témoignage était « malhonnête et intéressé ».

Le Tribunal a finalement noté que Yaniv s’est montré « évasive, querelleuse et s’est contredite [sic] » dans son témoignage.

Laissez un commentaire

L’Irlande du Nord sombre dans la culture de mort

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : WKIDESIGN/Pixabay

L’avortement en Irlande du Nord était, jusqu’à maintenant, interdit, sauf quand la vie de la mère était en danger. Le 31 mars, l’avortement jusqu’à 28 semaines de grossesse sera permis, par les soins du parlement britannique et l’incurie (peut-être expresse) des partis de la nation constitutive d’Irlande du Nord. Le « mariage gay » sera dépénalisé dès janvier. Extrait du Salon Beige :

L’Irlande du Nord fait face depuis janvier 2017 à une véritable crise politique, puisque le Sinn Féin refuse de former un gouvernement avec le DUP. Or, le Premier ministre et le vice-premier ministre doivent chacun représenter le Sinn Féin ou le DUP, c’est prévu par l’accord du Vendredi saint. L’Irlande du Nord est sans gouvernement suite à la défection du leader du Sinn Féin (parti républicain) et alors vice-premier ministre Martin McGuinness en janvier 2017 qui a poussé le Premier ministre Arlene Foster, du DUP (Parti unioniste démocrate), à la démission. Le blocage nord-irlandais est aussi otage des négociations du Brexit qui occupent la scène politique britannique.

Par un vote des députés britanniques, le 9 juillet dernier, un amendement légalise d’autorité l’avortement et le mariage contre nature en Irlande du Nord le 21 octobre s’il n’y a toujours pas de gouvernement local. Amendement voté par aucun député d’Irlande du Nord.

Le 21 octobre, c’était hier.

Le meurtre des enfants à naître sera donc dépénalisé le 31 mars prochain, et le mariage contre nature légalisé dès janvier.

Laissez un commentaire

Le règne de Justin Trudeau continue

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Après une campagne électorale, en partie passée à discréditer des pro-vie, ceux qui se disent « personnellement pro-vie », ceux qui avaient un passé lointain vaguement « pro-vie », les libéraux sont à nouveau au pouvoir, avec à leur tête, Justin Trudeau, « digne » fils de son père. Extrait de LifeSitenews :

Justin Trudeau, qui a légalisé l’euthanasie et étendu l’accès à l’avortement au Canada et dans le monde, a été réélu Premier ministre lundi avec un gouvernement libéral minoritaire.

Les libéraux ont remporté 157 des 338 sièges, soit 27 de moins qu’en 2015, et leur plus proche rival, le Parti conservateur du Canada d’Andrew Scheer, 121, un gain de 26.

Le Bloc québécois d’Yves-François Blanchet s’est classé troisième avec 32 sièges, un gain de 22, tandis que le Nouveau parti démocratique de Jagmeet Singh en a remporté 24, une perte de 20. Les Verts d’Elizabeth May ont remporté trois sièges, et l’ancienne procureure générale libérale Jody Wilson-Raybould, qui a quitté les libéraux à la suite du scandale SNC-Lavalin, a remporté la circonscription de Vancouver Granville et siégera comme seule députée indépendante à la Chambre des communes.

Le Parti populaire du Canada de Maxime Bernier n’a remporté aucun siège [...]

Les conservateurs ont remporté 34,4 % des suffrages populaires et les libéraux, 33,3 %.

L’ancien député pro-vie conservateur Pierre Lemieux n’a pu, pour la seconde fois, remporter son comté. Il avait concouru lors de la course à la chefferie du Parti conservateur.

Il est vrai que les libéraux n’ont qu’un gouvernement minoritaire, ce qui pourrait être une légère consolation si ce n’était que Justin trouvera facilement assez de « progressistes » dans les rangs des autres partis, y compris chez les conservateurs, pour faire avancer ses projets malfaisamment absurdes, comme l’euthanasie. Et avec les antécédents de notre Premier ministre réélu, on ne peut s’attendre à rien de bon. Extrait de LifeSiteNews :

Au cours de ses quatre années au poste de Premier ministre, le plus favorable à l’avortement au Canada, Trudeau a légalisé l’euthanasie et le suicide assisté, a exercé une discrimination contre les Canadiens qui n’adhéraient pas à son point de vue favorable à l’avortement, a interdit aux groupes qui n’avaient pas signé son attestation d’avortement de recevoir des subventions d’Emplois d’été Canada et a accru l’accès à l’avortement au Canada, a affecté des milliards de dollars au financement à l’avortement outremer.

Si Andrew Scheer avait été plus franc sur sa position « personnellement pro-vie » (indépendamment de ce que ça puisse signifier), s’il s’était défendu fermement, il aurait moins déplu aux électeurs tant pro-vie que ceux plus ou moins proavortement, ou indifférents à cet égard. Trop de faux-fuyants nuisent, et sa position littéralement conservatrice de l’héritage Trudeau en matière d’avortement (si ce n'était que ça...) ne pouvait que fortement déplaire aux pro-vie.

Quelques chiffres sur les candidats pro-vie ayant participé aux élections et les députés qui ont été élus, selon LifeSiteNews :

Campaign Life a félicité les 44 candidats socialement conservateurs élus que le mouvement a appuyés [...]

« En mobilisant notre base de données de 200 000 partisans pour faire du bénévolat et voter, nous avons aidé de nombreux candidats pro-vie à gagner, y compris dans des courses serrées où nos partisans engagés et dévoués ont fait la différence, » ajouta-t-il [Jeff Gunnarson].

De plus, Campaign Life Coalition avait identifié 147 candidats pro-vie à l’élection, le nombre le plus élevé en plus de vingt ans.

Laissez un commentaire

Le jury se prononce contre un père qui essaie de sauver son enfant de 7 ans de la «transition»


Jeffrey Younger et son fils James.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : SaveJames.com

Encore un jugement en faveur de la « transition » d’un enfant, cette castration chimique (pouvant être suivie de mutilations) destinée à faire paraître comme étant de l’autre sexe. Extrait de LifeSiteNews :

À Dallas au Texas, un jury s'est prononcé contre Jeffrey Younger, un père qui essaie de protéger son fils de sept ans, James, de la castration chimique dans le cadre d’une « transition » de genre. Cela signifie que la mère de James, le Dr Anne Georgulas, sera en mesure de continuer à le « transitionner » en « Luna », et qu’elle a maintenant toute l’autorité nécessaire pour lui faire administrer des bloqueurs de puberté, et éventuellement des hormones du sexe opposé.

La décision du jury signifie probablement que M. Younger devra prétendre que James est une fille, malgré ses objections religieuses et morales, et qu’il sera également obligé de suivre un cours sur le transgenrisme.

Avec le consensus de 11 des 12 jurés, le jury a décidé de ne pas accorder à M. Younger le statut de tuteur unique pour ses deux fils jumeaux. Ils ont voté en faveur du remplacement de la tutelle partagée, mais ont déclaré que M. Younger ne devrait pas être cette personne. La juge Kim Cooks lira sa décision sur la garde, la pension alimentaire pour les enfants et les autres demandes du Dr Georgulas à 13 h 30 CST mercredi.

M. Younger et le Dr Georgulas étaient en cour la semaine dernière, se disputant la garde de James et de son jumeau, Jude, ainsi que le droit de prendre des décisions à leur sujet. M. Younger soutient que son ex-femme fait « transitionner » James contre la volonté du garçon.

[...]

Le Dr Georgulas, qui a intenté l’action en justice, demandait que l’horaire de garde de M. Younger soit réduit et que soit imposée une surveillance de ses visites aux garçons. Mme Georgulas avait porté la demande de modification initiale devant le tribunal et n’avait pas demandé un procès devant jury. M. Younger, dans sa contre-requête, a demandé un procès devant jury. Et le jury s’est prononcé sur sa demande spécifique de tuteur unique et le juge s’est prononcé sur tous les autres aspects de la requête présentée par le Dr Georgulas.

Elle demandait aussi qu’on interdise à Jeff d’appeler son fils James — son prénom et son nom légal — et qu’on lui interdise d’amener James auprès de gens qui ne prétendent pas que James est une « fille ».

M. Younger demandait qu’on lui accorde le statut de tuteur unique des garçons, ce qui signifie qu’il aurait eu toute autorité sur les décisions médicales, psychologiques et autres au sujet de ses garçons.

Le jury a décidé que le tuteur unique devait être l’un des parents, mais que ce ne devait pas être M. Younger.

[…]

Le Dr Georgulas a témoigné aujourd’hui que James et Jude n’ont pas vraiment de lien biologique avec elle. Ils ont été créés par fécondation in vitro et le couple a utilisé une donneuse d’ovules.

Laissez un commentaire

Jour critique pour la protection de l'enfant à naître en Irlande du Nord

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

La limite imposée par le gouvernement britannique à l’Irlande du Nord, sous tutelle, tombe aujourd’hui. Si d’ici minuit le gouvernement d’Irlande du Nord ne s’est pas reformé, chose qui n’a pas été faite depuis 2017, il se verra contraint de légaliser l’avortement jusqu’à 28 semaines de grossesse. Les députés pro-vie tentent d’inciter leurs collègues à constituer aujourd’hui même le gouvernement. Extrait de LifeNews :

Aujourd’hui, l’Irlande du Nord risque de se faire imposer la légalisation de l’avortement sur demande si ses dirigeants politiques n’agissent pas.

L’Irlande du Nord est l’un des derniers bastions de sécurité pour les enfants à naître en Europe après que les activistes de l’avortement aient poussé l’Irlande à abroger son amendement constitutionnel pro-vie en 2018. En juillet, cependant, les politiciens britanniques menés par la députée travailliste Stella Creasy ont voté afin de forcer l’Irlande du Nord à légaliser l’avortement pour quelque raison que ce soit jusqu’à 28 semaines de grossesse.

Les militants pro-vie ont exprimé leur indignation après ce vote sans précédent contre les droits des enfants à naître, et ceux du peuple d’Irlande du Nord de former leurs propres lois. Le gouvernement du pays, l’Assemblée de Stormont, n’a pas pris place depuis trois ans, permettant ainsi aux législateurs britanniques d’imposer leur programme proavortement à la nation sœur.

[...]

Un parti, le SDLP, a quitté le Parlement, l’empêchant ainsi d’élire un président. Selon l’article, les dirigeants politiques affirment qu’il faut choisir le président (de la Chambre) avant que les députés puissent « faire quoi que ce soit ».

S’ils ne règlent pas leurs différends et que le gouvernement ne se constitue pas avant minuit, la loi proavortement entrera en vigueur, selon l’article.

Selon Grazia, certains politiciens proavortement ont qualifié ces efforts de reformation de « tour de force politique ». Jusqu’à maintenant, 30 députés ont signé une pétition exhortant à agir, mais ce nombre n’est pas suffisant pour que se forme le gouvernement et empêcher la loi.

Laissez un commentaire

Une mère « en état de mort cérébrale » pendant 117 jours a donné naissance à un bébé

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : Charlie Davidson/Flickr

Il est admis par une certaine médecine décadente qu’une personne peut être morte bien qu’on puisse « maintenir en état de marche » ses organes vitaux, c’est ce qu’on appelle la « mort cérébrale ». Ce concept est tout à fait absurde, surtout si l’on considère qu’une femme enceinte, « en état de mort cérébrale » qu’on garde en vie (d’autres diraient qu’on maintient ses organes en fonction) peut poursuivre sa grossesse et donner le jour à un enfant bien vivant.

Dans le concret, il est assez hallucinant de constater que des gens considèrent cela comme normal, comme dans le suivant en Tchéquie. Extrait de Sud Ouest :

La maman d’Eliska, Eva Votavova, âgée de 27 ans, avait été diagnostiquée en 2016 comme souffrant d’une malformation artério-veineuse dans le cerveau. Le 21 avril, elle avait été retrouvée inconsciente chez elle, alors enceinte de 16 semaines. Après une importante hémorragie dans le cerveau, "elle a cessé de respirer dans la soirée puis (…) a été déclarée en état de mort cérébrale", selon M. Gal.

Les médecins ont maintenu ses organes en fonction, en particulier son cœur, ses poumons et ses reins, tout en surveillant la croissance du fœtus. Durant toute la grossesse, les infirmières ont parlé au fœtus, sa grand-mère lui a lu des histoires et un thérapeute bougeait les jambes de la maman pour simuler la marche, a expliqué Roman Gal.

Le système de maintien artificiel des fonctions vitales a été débranché après la naissance. Eliska…

La petite Eliska a été mise au monde par césarienne.

Laissez un commentaire