M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Québec : les lieux de cultes dans les dernières phases de déconfinement

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : Circe Denyer/PublicDomainPictures

Le gouvernement du Québec a publié le 25 mai son plan de déconfinement (temporaire), dans lequel il place l’ouverture des lieux de culte dans les dernières phases de déconfinement, dans la liste Phases ultérieures, après la sixième phase, sans préciser aucune date. Si ce n’est manifester avec superbe son mépris de Dieu, je me demande ce que c’est.

D’après le document du gouvernement du Québec, appelé Planification du déconfinement et conditionnel à l’évolution de la pandémie, nous serions rendus à la quatrième étape qui comprend la réouverture des commerces de détail dans la CMM (Communauté métropolitaine de Montréal) ayant un accès direct sur l’extérieur, les fabriques manufacturières, et, pour le 29 mai, les musées et les bibliothèques (pour les bibliothèques, seulement le comptoir de prêts).

Plus tard les centres commerciaux pourront rouvrir hors CMM dans la Phase 5 le 1er juin et dans la CMM lors de la Phase 6.

Tandis que pour les lieux de cultes… ils sont mis dans les Phases ultérieures, sans précision de dates, pêle-mêle avec les bars, les gymnases, les grands rassemblements (comme si la messe constituait forcément un grand rassemblement), et cætera, avec le reste, avec les divertissements, les loisirs, ce qui est éminemment secondaire, comme si l’assistance au culte dû à Dieu n’était pas plus importante que tout cela.

Par contre, se faire avorter (ce meurtre) a toujours été possible, également acheter de l’alcool ou… du cannabis (si ce n’est un signe de décadence).

Laissez un commentaire

Le prélèvement d’organes se fera en Angleterre sur consentement présumé

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : peoplecreations/Freepik

L’Angleterre a décidé que le prélèvement d’organes pourra s’effectuer sur la base du consentement présumé des personnes déclarées « mortes », c’est-à-dire les gens qui n’auront pas demandé au gouvernement de ne pas les considérer comme consentants. Précisons que le prélèvement d’organe s’opère sur des personnes dites en état de « mort cérébrale », concept fumeux expressément inventé pour prélever des organes sur des personnes mourantes, ou dans un coma irréversible (encore que les médecins puissent se tromper dans ce cas) ; on ne récolte pas d’organes vivants sur un cadavre. Mais le critère de « mort cérébrale » est plus moins libéral selon les pays, et l’est de plus en plus, comme en Australie où l’arrêt « permanent » de la fonction cardiaque (qui peut être restaurée) en est un. Selon LifeSiteNews :

La loi anglaise permettra désormais à l’État de présumer le consentement à fin de prélèvement d’organes des personnes déclarées « mortes ».

La nouvelle loi qui est entrée en vigueur la semaine dernière accorde au gouvernement l’autorité de prélever les organes des personnes déclarées mortes, à moins que la personne n’ait spécifiquement déclaré qu’elle ne voulait pas que ses organes fussent utilisés. Le gouvernement affirme que la loi a été modifiée « pour aider à sauver et améliorer plus de vies ».

Une loi similaire existe au Pays de Galles depuis 2015. En Écosse, une loi supposant le consentement au don d’organes entrera en vigueur en mars 2021.

« Des cadavres au cœur battant » :

« La prétendue “mort cérébrale” permet aux médecins de prélever des organes vitaux de patients qui sont très probablement encore en vie, bien qu’ils soient peut-être inconscients et proches de la mort », a expliqué le Dr McCarthy [de SPUC].

Les cœurs des donneurs, par exemple, sont en pratique prélevés sur des « cadavres au cœur battant ». La publicité incitant les gens à faire don de leurs organes ne révèle pas que les donneurs dont le cœur bat encore peuvent bouger lors du prélèvement, à moins qu’ils ne soient paralysés par des produits », a-t-il poursuivi.

« Les chirurgiens en transplantation le savent et ils savent aussi que la pression sanguine de la personne augmente lorsqu’une incision est faite. Certains anesthésistes recommandent que ledit “cadavre” soit anesthésié lors du prélèvement de ses organes ».

Le critère australien de perte « permanente » (c.-à.-d., qui demeure pendant une période de temps longue et indéterminée) :

« Un exemple d’évolution inquiétante est le passage en Australie du prélèvement d’organes ne devant être tenté qu’après une perte “irréversible” de la fonction cardiaque, au prélèvement d’organes pouvant être tenté dès la perte “permanente” de la fonction cardiaque, ce dernier cas peut inclure des situations où il a déjà été décidé que la réanimation ne serait pas tentée. Comme l’indique un rapport, “on ne peut prétendre à juste titre que la mort est survenue si la fonction cardiaque peut être rétablie, même si une décision a été prise de ne pas le faire”.

Laissez un commentaire

Nombreux décès attribués au coronavirus dans les maisons de soins de New York et peu dans celles de Floride: deux méthodes différentes

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : Shutterstock

Le gouverneur démocrate de l’État de New York, Andrew Cuomo, diffère grandement du gouverneur républicain de la Floride, Ron DeSanctis, dans son approche du coronavirus, virus sur lequel les médias, organismes internationaux et gouvernements ont braqué les projecteurs de la scène depuis quelques mois.

Andrew Cuomo, qui a légalisé l’avortement tardif pour à peu près n’importe quelle raison en 2019 dans son État, avait ordonné au mois de mars dernier que les patients atteints de coronavirus, étant dans un état stable, devaient être renvoyés des hôpitaux aux maisons de soins, sans avoir été auparavant testés, ce qui eut, selon Fox News, des résultats désastreux :

« En conséquence, beaucoup de ces personnes sont retournées dans les maisons de soins ; les gens sont tombés malades — les maisons de soins qui n’avaient pas été touchées par le COVID-19 sont soudainement devenues des foyers de COVID-19 — et malheureusement beaucoup de personnes âgées ont commencé à mourir en grand nombre dans les maisons de soins », fit remarquer Murdock. « Le nombre de décès s’élève actuellement à environ 5 300 [ou] quelque chose comme ça [autour du 14 mai] ».

Cuomo a modifié son décret depuis.

Aux États-Unis, vers le 14 mai, on comptait 25 000 décès attribués au coronavirus dans les maisons de soins, ce qui représente environ le tiers des 86 000 décès comptabilisés (on ne va pas aborder ici la question de savoir si tous les gens dits décédés du coronavirus le sont vraiment). Ce qui montre en tout cas que ce sont plutôt des personnes âgées et malades qui en meurent (d’où la stupidité d’un confinement englobant toute la population).

Et ce n’était pas la place qui manquait dans les hôpitaux apparemment :

« Et, ç’aurait été une chose si tous les autres hôpitaux avaient été pleins. Mais, nous avons le Javits Center qu’à un tiers de sa capacité. Nous avions le USNS Comfort — le navire-hôpital que le président Trump a mis en place ici — qui avait 182 lits remplis sur un millier », poursuivit-il. « Ce n’est donc pas comme s’il n’y avait pas eu d’autres solutions pour envoyer les gens là où ils pouvaient aller et être isolés, évitant par-là de contaminer des personnes âgées qui en sont ultimement mortes. »

Tandis qu’en Floride, le gouverneur DeSanctis a plutôt veillé à ce que les maisons de soins eussent le nécessaire pour s’occuper de leurs patients :

« Ils ont envoyé du monde pour s’assurer que les maisons de soins disposaient de tout l’équipement nécessaire. Ils y ont donné une formation supplémentaire sur la manière d’éviter la contamination. Et, le résultat jusqu’à présent est qu’environ 665 personnes âgées sont mortes dans les maisons de retraite en Floride », souligna-t-il.

« Le taux de mortalité en Floride est d’environ 3 pour 100 000. Dans l’État de New York, il est de 27,5 pour 100 000. C’est donc neuf fois pire », ajouta-t-il. « Absolument tragique, totalement, totalement inutile ! »

Prenons quand même soin de souligner que ces nombres ne sont pas des plus fiables, vus qu’ils reposent et sur le nombre de décès que l’on attribue au coronavirus, et sur le nombre de tests réalisé, or il est évident que plus vous testerez, plus vous trouverez de cas asymptomatiques, dans le cas contraire, vous avez le champ large pour vous imaginer que le coronavirus tue une large proportion de ceux qu’il atteint.

Remarquez que l’État de New York n’est pas le seul à avoir une façon désastreuse de s’occuper des personnes âgées confinées dans leur maison de retraite, au Québec par exemple. L’on avait interdit aux familles de visiter leurs parents ou les membres âgés des leurs, sous prétexte de ne pas les contaminer, résultat, plusieurs se sont laissés mourir de faim, car ces visites étaient ce qui leur donnait encore le goût de vivre. Ajoutez à cela que l’on a tellement effrayé la population avec Le virus qu’une partie du personnel de ces établissements quitta son travail, de crainte de contracter l’épouvantable maladie…

Laissez un commentaire

L’ONU propose un vocabulaire plus neutre !

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : yanalya/Freepik

L’ONU a récemment pondu un curieux tweet dans lequel elle invite tout un chacun à employer un langage neutre à l’égard du « genre » des personnes en général, pour éviter de froisser accidentellement quelqu’un en lui attribuant un genre grammatical qui ne lui conviendrait pas, même si cette personne est comprise dans un groupe qui ne la représente pas forcément. Je ne vois franchement pas l’intérêt d’une telle démarche (à coup sûr idéologique) :

Aidez à créer un monde plus égalitaire en utilisant un langage neutre sur le genre si vous n’êtes pas sûr du genre d’une personne ou si vous faites référence à un groupe.

Je ne traduirais pas la liste d’exemples que nous fournit l’ONU, il n’y a pas forcément de différence dans l’équivalent français des choix proposés (« mankind » ― « humankind » : humanité), mais je relèverai que les propositions escamotent les mots « man » (homme), « girl » (fille), « boy » (garçon), « lord » (seigneur), « husband » (mari) ou « wife » (femme), exercice auquel je ne me plierai sûrement pas, ni en français ni en anglais.

En outre, les choix de remplacement ne sont pas forcément pertinents ou pratiques, quand je dis « chairman » (président) au moins on comprend bien de quoi il s’agit, tandis que si j’emploie « chair » (président, mais aussi fauteuil) on risque le quiproquo cocasse. De même mettre « family name » (nom de famille) au lieu de « maiden name » (nom de jeune fille) c’est faire injure à la signification des expressions !

Par contre, je n’utiliserai pas plus le terme « boyfriend » (petit ami) ou son équivalent féminin que le neutre « partenaire » pour désigner des personnes entretenant des relations extra-conjugales, préférant à ces euphémismes les termes concrets « adultères », « concubins » ou « fornicateurs », ou pour parler d’un homme et d’une femme qui se fréquentent chastement.

Laissez un commentaire

Les évêques catholiques du Minnesota déclarent qu’ils ouvriront leurs églises


Mgr Bernard A. Hebda, archevêque de Saint Paul et Minneapolis.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo :

Les évêques catholiques du Minnesota aux États-Unis ont publié un communiqué dans lequel ils annoncent donner la permission aux paroisses de rouvrir leurs portes le 26 mai, en suivant les directives sanitaires émises par les évêques, et tout cela sans l’accord du gouvernement de l’État qui a permis aux commerces d’accueillir jusqu’à 50 % de leur capacité en clientèle, mais aux lieux de culte uniquement jusqu’à 11 personnes. Précisons que les évêques ont tenté à plusieurs reprises de parlementer avec l’État, sans succès, selon le site Archidiocese of Saint Paul and Minneapolis.

Jusqu’à 33 % de capacité :

Les évêques du Minnesota sont unis dans la conviction que nous pouvons reprendre les messes publiques en toute sécurité, conformément à nos devoirs religieux et aux normes de santé et de sécurité publiques reconnues. Nous pouvons pratiquer notre culte d’une manière qui reflète à la fois l’amour de Dieu et l’amour de nos prochains (cf. Marc 12 : 30-31). Par conséquent, nous donnons à nos paroisses la permission de reprendre la célébration publique de la messe le mardi 26 mai, ce qui nous donnera le temps d’être prêts pour la célébration de la Pentecôte le 31 mai. Les paroisses devront suivre les protocoles stricts que nous avons publiés sur les mesures sanitaires et l’éloignement social, et devront limiter l’assistance à un tiers de la capacité d’accueil de l’église.

11 personnes pour des milliers de places ? Pas raisonnable :

Un décret qui balaie si largement qu’il interdit, par exemple, un rassemblement de 11 personnes dans une cathédrale de plusieurs milliers de places assises défie la raison. C’est pourquoi nous avons choisi d’aller de l’avant en l’absence de tout échéancier précis du gouverneur Walz et son administration.

Voici de courageux évêques, pour eux « la vie de la foi est essentielle » !

Ce sont en l'occurrence :

Mgr Bernard A. Hebda, archevêque de l'archidiocèse de Saint-Paul et Minneapolis

Mgr Michael J. Hoeppner, évêque du diocèse de Crookston

Mgr Donald J. Kettler, évêque du diocèse de St. Cloud

Mgr John M. LeVoir, évêque du diocèse de New Ulm

Mgr John M. Quinn, évêque du diocèse de Winona-Rochester

Mgr Andrew H. Cozzens, évêque auxiliaire de l'archidiocèse de Saint-Paul et Minneapolis

Très Révérend Père James Bissonette, administrateur diocésain du diocèse de Duluth

Laissez un commentaire

Alice von Hildebrand : la femme, la féminité et le féminisme

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : Piqsels

Alice von Hildebrand, qui obtint un doctorat en philosophie à l’Université de Fordham et est professeur émérite du Hunter College de la City University of New York, est l’épouse du célèbre philosophe feu Dietrich von Hildebrand, et est elle-même philosophe et auteur du livre The Privilege of Being a Women (Le privilège d’être une femme), avait accordé un entretien à Zenit en 2003, que le site a rapporté sous forme d’extraits.

Dans cette entrevue, elle explique que le rôle de mère a une valeur infinie aux yeux de Dieu, et que la femme peut trouver une force surnaturelle dans ce que le féminisme considère comme une faiblesse : la féminité que caractérise la douceur, la patiente, le désintéressement, le don de soi, la tendresse, féminité qui en Marie atteint sa perfection.

Mme von Hildebrand dénonce la sécularisation qui a empoisonné en profondeur la société, progressant par étapes, dont l’homme a été la première, selon Zenit :

« Le poison de la sécularisation a pénétré en profondeur dans notre société, explique Alice von Hildebrand. La pénétration a eu lieu par étapes. L’homme a été sa première victime : il s’est laissé convaincre de plus en plus que pour être “quelqu’un” il devait réussir dans la vie. Le succès signifie l’argent, le pouvoir, la célébrité, la reconnaissance, la créativité, l’esprit inventif, etc. »

Pour devenir ce « quelqu’un », beaucoup d’hommes ont sacrifié leur vie de famille, le travail représentant pour eux la partie sérieuse de leur existence, ne rentrant à la maison que pour se détendre ou s’amuser, attitude qui a détruit de nombreux mariages. Il ne leur restait que peu de temps et d’attention à porter à leur femme ou a leurs enfants. Les femmes, à juste titre, se sont senties considérées comme secondaires, sortes d’appendices ou de délassements ; de là une souffrance compréhensible et légitime.

Mais la réaction du féminisme a conduit les femmes à adopter une mentalité sécularisée, qui leur a enseigné qu’elles devaient aussi se jeter dans le monde du travail pour entrer en compétition avec les hommes, afin de se prouver qu’elles étaient « quelqu’un » qu’elles étaient leurs égaux, souligne-t-elle. En suivant ce chemin, elles ont oublié la beauté et la dignité du rôle de femme et de mère, méprisant la féminité comme faiblesse, méconnaissant le pouvoir spirituel qu’elles peuvent exercer auprès de leur mari, et perdant de vue qu’étant égaux en dignité ontologique, l’homme et la femme sont différents et complémentaires, explique-t-elle :

« Elles se sont laissées convaincre que féminité signifiait faiblesse, poursuit Alice von Hildebrand. Elles ont commencé à mépriser les vertus comme la patience, le désintéressement, le don de soi, la tendresse, et ont cherché à devenir comme les hommes en tout […] Elles sont devenues aveugles au fait que les hommes et les femmes, bien qu’égaux en dignité ontologique, ont été créés différents par choix de Dieu : homme et femme il les créa. Différents et complémentaires.

Chaque sexe a ses propres forces et ses propres faiblesses. Selon le plan admirable de Dieu, le mari doit aider sa femme à surmonter ces faiblesses afin que tous les trésors de sa féminité puissent s’épanouir pleinement, et vice versa ».

Laissez un commentaire Lire la suite

Justin Trudeau promeut l’avortement de concert avec 38 autres premiers ministres

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Justin Trudeau, notre pitoyable premier ministre, a participé à une déclaration endossée par 38 autres premiers ministres, dont ceux d’Allemagne, Angela Merkel, du Royaume-Uni, Boris Johnson, de France, Édouard Philippe, et d’Italie, Giuseppe Conte, trente-neuf en tout, pour soutenir ce qu’ils appellent les « services de santé sexuelle et reproductive pour toutes les femmes et les filles » (avortement, contraception) durant ce qu’ils considèrent comme étant une « pandémie » de coronavirus, et ce, au nom de 59 nations. Ils craignent que des restrictions n’empêchent cette abominable pratique de se poursuivre comme d’habitude. Selon LifeSiteNews :

Le gouvernement libéral du premier ministre canadien Justin Trudeau a publié mercredi une déclaration commune au nom de 59 nations, préconisant l’accès mondial aux « besoins en matière de santé sexuelle et reproductive » en réaction à la pandémie de coronavirus.

« Nous en appelons aux gouvernements du monde entier à garantir un accès complet et sans entrave à tous les services de santé sexuelle et reproductive pour toutes les femmes et les filles », indique la déclaration publiée le 6 mai par Affaires mondiales Canada.

Le gouvernement Trudeau est bien connu pour sa promotion agressive de l’avortement sur la scène internationale. Il s’est engagé à verser 7,1 milliards de dollars d’ici 2030 pour financer et promouvoir l’avortement dans le cadre de son aide internationale, et a décrit l’accès mondial à l’avortement et les « droits sexuels et reproductifs » comme étant « au cœur » de sa politique étrangère.

La « Déclaration sur la protection de la santé et des droits sexuels et reproductifs et la promotion de l’égalité des genres pendant la crise de la COVID-19 » publiée sur Affaires mondiales Canada l’a été également sur l’ordre des ministres de 38 nations différentes « au nom des peuples et des gouvernements de 59 pays ».

Pour éviter la mortalité infantile ! :

« Le financement de la santé et des droits sexuels et reproductifs doit rester une priorité pour éviter une augmentation de la mortalité maternelle et infantile, répondre au besoin accru de méthodes contraceptives et éviter la hausse d’avortements à risque et d’infections sexuellement transmissibles », y déclare-t-on.

Alors c’est en tuant un enfant à naître qu’on le sauver d’une possible mort plus tard ? Quel est donc ce raisonnement débilement tordu ? Si vous tuez un enfant dans le sein de sa mère, vous ne réduirez pas la mortalité infantile !

Laissez un commentaire

Le Canada va faire l’essai d’un vaccin chinois cultivé sur une lignée cellulaire de fœtus avorté

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : jcomp/Freepik

SIGNEZ LA PÉTITION : Non à un vaccin contre le Covid 19 cultivé sur une lignée cellulaire de fœtus avorté >>

Beaucoup de choses viennent de la Chine communiste (que les Trudeau admirent de père en fils), notamment un coronavirus et un vaccin contre ce virus, vaccin qui a été cultivé sur une lignée de cellules provenant d'un bébé avorté. Le Conseil national de recherches Canada a annoncé qu’il s’associerait avec la société chinoise CanSinoBIO en vue de tester ce vaccin sur des Canadiens. Outre le fait que ce vaccin ne sera probablement pas efficace à cause de ses composantes particulières, on n’est pas trop certain si Justin Trudeau ne voudra pas rendre un vaccin ou un autre obligatoire… Selon LifeSiteNews :

Le plus grand organisme fédéral de recherche et de développement du Canada a annoncé qu’il ferait équipe avec une société chinoise de vaccins dans le but de tester au Canada un nouveau vaccin expérimental contre le coronavirus, qui, prévient un observateur, est cultivé sur une lignée de cellules de fœtus avorté.

Dans un communiqué de presse diffusé le 12 mai, le Conseil national de recherches Canada (CNRC) a annoncé sa collaboration avec la société chinoise CanSino Biologics Inc. (CanSinoBIO), pour tester au Canada son vaccin expérimental anticoronavirus, connu sous le nom de Ad5-nCoV.

Le docteur Alan Moy, fondateur et directeur scientifique de l’Institut de recherche médicale Jean-Paul II et Président du Cellular Engineering Technologies, confirme à LifeSiteNews que l’Ad5-nCoV a effectivement été produit d’une façon non éthique. Dans sa fabrication on a employé la lignée cellulaire HEK293 du CNRC, qui a été développée par le CNRC et a été fabriquée à partir de lignées cellulaires de fœtus avorté.

« Puisqu’il utilise un vecteur adénoviral non réplicatif, il emploie donc le HEK293. HEK293 est une lignée cellulaire de fœtus avorté », affirme Moy à LifeSiteNews.

Moy affirme que le vaccin Ad5-nCoV promu par le gouvernement canadien en collaboration avec la Chine pourrait se révéler peu efficace.

« Je n’envie pas les Canadiens. Votre gouvernement et le Premier ministre vous ont imposé des politiques draconiennes qui anti-vie », dit Moy.

« Un autre problème provient de ce qu’il y a une forte incidence d’immunité contre l’Ad5, donc les chances sont grandes que [le système immunitaire] des patients rejette le vaccin. Ce n’est pas une bonne solution en termes de vaccin, qu’il soit pro-vie ou pro-choix », ajoute M. Moy, en se référant à un résumé pour appuyer son affirmation.

Le vaccin expérimental Ad5-nCoV a été produit conjointement par l’Institut de biotechnologie de Pékin et le CanSinoBIO. Ad5-nCoV a déjà été utilisé dans des premiers essais sur l’homme depuis la mi-mars en Chine. Selon le communiqué de presse du CNRC, il s’agit du premier vaccin contre les coronavirus au monde à entamer la phase 2, et serait approuvé pour être utilisé avec « innocuité » dans des essais sur l’homme.

CanSinoBIO remplit actuellement les paperasses nécessaires afin de faire approuver le vaccin Ad5-nCoV pour être testé au Canada. Avant que cela ne se fasse, Santé Canada devra encore autoriser l’essai.

SIGNEZ LA PÉTITION : Non à un vaccin contre le Covid 19 cultivé sur une lignée cellulaire de fœtus avorté >>

Laissez un commentaire

L’Alberta interdit-elle la communion dans les églises pouvant maintenant ouvrir ?

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Le gouvernement albertain a émis des directives destinées aux lieux de culte, leur permettant de rouvrir leurs portes à l’instar des commerces et en suivant les mêmes précautions. Un couac cependant, la communion est interdite par ce Guide des lieux de culte. Mais, d’après Tom McMillan, directeur adjoint des communications du ministère de la Santé, ces directives ne seraient pas contraignantes (du moins pour l’instant), bien qu’elles utilisassent un ton impératif, à l’inverse des mesures de santé publique (mais ne sont-ce pas justement des mesures visant ce domaine ?). Allez donc savoir. Selon LifeSiteNews :

Le gouvernement d’Alberta interdit aux églises catholiques de distribuer la communion, celles-ci pouvant rouvrir dès le 14 mai à suivant la levée partielle des restrictions mise en place par le premier ministre Jason Kenney pour la pandémie de coronavirus.

Selon le Guide des lieux de culte de la province, les services religieux « ne doivent pas inclure de partage de nourriture ou de boisson » et « ne doivent pas inclure de contact entre les fidèles comme la poignée de main ou le partage d’objets communs (par exemple, le calice de communion) ».

Franchement, le partage du calice n’est pas une bonne pratique liturgique, aussi il n’y aurait pas à pleurer si on la cessait, bien que ce ne soit pas au gouvernement d’en décider.

Pas chanter (est-ce parce qu’on ouvre trop grand la bouche ?) ! :

Les orientations précisent également que « le chant de congrégation est une activité à haut risque et n’est pas autorisé ».

Comme les boutiques :

Le plan du gouvernement maintient le confinement actuel à Calgary et à Brooks, les villes les plus touchées par le virus de Wuhan, mais permet ailleurs dans la province à un certain nombre d’entreprises — boutique, salons de coiffure, musées, garderies, camps de jour, restaurants et cafés — de rouvrir avec des restrictions le 14 mai, rapportait la CBC.

Les églises, les mosquées et les synagogues et « tout autre lieu de culte » sont également autorisés à rouvrir jeudi avec des restrictions, déclarait Tom McMillan, directeur adjoint des communications du ministère de la Santé.

« Lorsque la première étape commencera, les lieux de culte pourront organiser des services, à condition de suivre les directives fournies par le gouvernement albertain », déclara-t-il à LifeSiteNews dans un courriel.

50 ou 1/3 :

« Ils devront maintenir le rassemblement à moins de 50 personnes ou à 1/3 de leur capacité (le plus petit nombre), ainsi que prendre des mesures pour atténuer les risques en suivant les directives et s’assurer que l’activité se déroule en toute sécurité ».

Pas de communion… mais :

Interrogé sur la distribution de la communion, M. McMillan a déclaré que les églises « ne devraient pas le faire, comme indiqué dans le guide. Dans la mesure du possible, elles devraient trouver d’autres options pour limiter le toucher et le partage des objets ».

Toutefois, McMillan a également fait une distinction entre le guide, qui est « non contraignant et impératif », et les ordres de santé publique, qui le sont.

« En ce qui concerne les restrictions, il y a des mesures de santé publique spécifiques qui resteront en place, comme l’éloignement physique, des choses comme ça, donc elles continueront à être appliquées. Mais les directives générales ne sont pas obligatoires pour le moment », a-t-il déclaré à LifeSiteNews lors d’un entretien téléphonique.

Laissez un commentaire

CNN invite Greta Thunberg à son groupe d’« experts » sur le coronavirus !


Greta Thunberg.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : Anders Hellberg/Wikimedia Commons

Il était déjà plutôt surprenant qu’on attirât l’attention de la planète entière sur une adolescente en ce qui concerne le « changement climatique », maintenant CNN continue cette sombre farce en invitant Greta Thunberg à son groupe d’« experts » sur le coronavirus ; au nom de sa « renommée » j’imagine. Selon The Millennial Post :

CNN a officiellement mis Greta Thunberg sur son prochain groupe de discussion ouverte intitulé Coronavirus : Facts and Fears. Bien qu’elle ne fût ni épidémiologiste, ni scientifique, ni chercheuse, ni virologue, ni fonctionnaire investie de quelque pouvoir, Greta Thunberg est une lycéenne suédoise, célèbre pour sa non-fréquentation du lycée et d'en être courroucée.

Dans un discours prononcé devant les dirigeants mondiaux à Davos, en Suisse, l’année dernière, Thunberg déclara : « Je veux que vous paniquiez ». Au sujet du changement climatique, elle a déclaré : « Notre maison est en feu. Je suis ici pour vous dire que notre maison est en feu ».

Mlle Greta avait déclaré il y a quelques semaines que si le coronavirus était un phénomène redoutable, « il montre aussi une chose : qu’une fois que nous sommes dans une crise, nous pouvons agir pour faire quelque chose rapidement, agir vite », mentionnant sans doute par là toutes les mesures drastiques et débiles qui ont été mises en œuvre pour contrer le coronavirus.

Mais au fait, puisque son sujet préféré semble plutôt être le « réchauffement climatique », pourquoi l’invite-t-on à une discussion télévisée à propos du coronavirus ?

Laissez un commentaire