M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Les évêques du Québec ont obtenu d’avoir 250 personnes dans les églises, autant que les cinémas, en « zone orange »

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : magdiel macoqui/Pixabay

À vrai dire, ce sont les « leaders religieux » membres de la Table interreligieuse de concertation, dont les évêques catholiques du Québec font (malheureusement) partie, qui ont obtenu ce matin une audience auprès du directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, et, au débouché de celle-ci, de pouvoir recevoir jusqu’à 250 personnes dans les lieux de cultes en zone déclarée orange par le gouvernement provincial, au lieu du ridicule nombre de 25 personnes quand les cinémas pouvaient en accueillir jusqu’à 250. Il sera également encore possible de recevoir 25 personnes dans les lieux de cultes, en « zone rouge », tandis que les cinémas seront fermés. Selon le site de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec (AÉCQ) :

Les leaders religieux prennent acte de l’annonce faite hier par le Premier ministre qui rétablit la limite de 250 personnes admises dans les lieux de culte pour les régions qui ne sont pas en zone rouge.

Ils saluent également le fait que dans les zones rouges, il sera possible de continuer d’accueillir 25 personnes à la fois pour leur offrir ainsi le soutien spirituel dont elles ont besoin.

Par contre, c’est un peu une victoire à la Phyrrus, étant donné qu’une bonne partie de la population québécoise se trouve placée par l’État en « zone rouge ». Du moins, les personnes qui sont en « zone orange », et autres, pourront aller sans trop d'obstacles à l'église, tandis que les habitants des zones vues rouges par le gouvernement ne seront pas privés de messe.

1 réaction

Zones tampons de 150 mètres contre les pro-vie autour des écoles à Calgary

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Le conseil municipal de la ville de Calgary en Alberta a récemment annoncé son intention d’implanter des zones-bulles de 150 mètres de rayon autour de toutes les écoles de la ville, pour y interdire le message pro-vie sous peine de 1000 $ d’amende, selon Campaign Life Coalition (CLC) :

Le conseil municipal de Calgary a récemment annoncé son intention d’imposer de nouvelles zones-bulles contre la liberté d’expression dans de nombreux sites de la ville, limitant ainsi les droits et libertés de ses 1,3 million citoyens. De vastes « zones tampons » de la taille d’un pâté de maisons seront établies autour de chaque école de Calgary. Cette mesure fait suite à la manifestation d’un groupe d’activistes pacifiques pro-vie devant une école du secondaire de Calgary l’année dernière afin de faire prendre conscience de l’atrocité de l’avortement. Il semble que des politiciens locaux « éveillés »* ne toléreront rien de tout cela et ont décidé d’importer la « culture de la suppression » dans leur ville.

Le règlement de censure proposé va englober tous les trottoirs, rues et parcs publics dans un rayon de 150 mètres autour du terrain de chaque école. À l’intérieur de ces énormes zones où la liberté d’expression est limitée, les pancartes « pro-vie » seront interdites si elles mesurent plus de 3,5 pouces par 5 (soit la taille d’une carte postale). Si vous osez afficher quelque chose de plus grand, vous encourez une amende de 1 000 dollars.

Il convient de noter qu’en vertu de l’Alberta Education Act, à laquelle ce règlement fait référence, le terme « école » comprend les écoles publiques, les écoles privées, les écoles religieuses et les écoles à domicile (Education Act, section 1[1] [x]). Cela placerait une partie importante de la ville dans une zone-bulle !

Ce projet draconien de la part des conseillers municipaux autoritaires de Calgary interdit non seulement les messages pro-vie, mais aussi tout « message de plaidoyer » de quelque type que ce soit — toute communication écrite ou graphique qui « exprime publiquement une opinion sur une question ou une cause ». C’est un diktat totalitaire d’une portée incroyable ! Cela aura un impact sur la capacité de chaque citoyen à communiquer son opinion sur n’importe quelle question en utilisant n’importe quel type de littérature de taille moyenne.

Les zones-bulles anti-pro-vie existaient déjà pour les avortoirs à l’échelle de l’Alberta — comme au Québec — introduites par les soins du Parti néo-démocrate de la province :

Il y a tout juste deux ans, l’ancien gouvernement provincial néo-démocrate de Rachel Notley imposa une loi sur les zones-bulle à l’échelle de l’Alberta (Bill 9) visant également les pro-vie. En vertu de cette interdiction (que le Premier ministre de l’UCP, Jason Kenney, n’a pas toujours pas abrogée), tout message pro-vie, tout plaidoyer et même tout conseil est strictement verboten dans l’espace public alentour des différents meurtriers centres d’avortement d’Alberta.

1 réaction Lire la suite

L’hécatombe dans les CHSLD est due à une grande négligence

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo :

Pétition COVID19 : Justice pour nos aînés

Et c’est Le Journal de Montréal qui le rapporte : « CHSLD : les problèmes de personnel ont engendré l’hécatombe, révèle un rapport ». Ou encore : « Les causes derrière le fiasco des CHSLD Herron et Sainte-Dorothée sont dévoilées ».

Au CHSLD Herron, situé à Dorval sur l’île de Montréal, la situation était déjà anormale, manquant de la moitié de son personnel, chose qui n’a fait qu’empirer quand la panique du coronavirus souffla sur le Québec ― panique attribuable à la propagande médiatique et aux mesures gouvernementales. Selon le Journal de Montréal :

Un roulement de 601 employés différents, mais aucun patron sur place ; déjà la moitié du personnel manquant avant la pandémie et de la négligence ont mené aux ratés vécus par deux CHSLD durement éprouvés par la COVID-19, révèlent deux enquêtes commandées par Québec.

[…]

L’établissement de Dorval, où 38 résidents sont morts du coronavirus, a fait les manchettes en avril dernier, quand les employés du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal y ont trouvé des résidents souillés dans leurs excréments et déshydratés.

(Le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal a pour président le Dr Rosenberg, le même qui avait dit à propos du covid-19 : « C’est un virus respiratoire plutôt comme la grippe saisonnière... probablement pas plus dangereux que la grippe saisonnière »…)

Le rapport souligne que le soir du 29 mars, il n’y avait que trois employés en poste pour 133 résidents.

Après un premier cas de COVID-19, les employés avaient déserté les lieux, plusieurs s’étant fait recommander l’isolement par le 8-1-1.

1 réaction Lire la suite

Restrictions imposées aux églises à San Francisco — Mgr Cordileone : les autorités « se moquent de Dieu »


Messe tenue devant la cathédrale de San Francisco par Mgr Salvatore Joseph Cordileone, le 20 septembre 2020.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Archidiocèse de San Francisco

L’archevêque Salvatore Joseph Cordileone de San Francisco protestait véhémentement le 20 septembre contre les mesures sanitaires partiales que l’hôtel de ville impose aux églises. Lors de l’homélie qu’il donna pendant une messe tenue devant la cathédrale, clôturant les processions eucharistiques qui étaient parties de trois paroisses différentes, Mgr Cordileone dénonçait le régime spécial auquel les lieux de cultes sont soumis — depuis le 14 septembre, 50 personnes pour les messes extérieures et une seule à l’intérieure des églises, tandis qu’à partir du 1er octobre seules 25 personnes pourront assister à la messe intérieure, tout cela après longtemps avec la seule permission de 12 personnes à l’extérieur — pendant que les centres d’entraînement bénéficient de 10 % de capacité, les centres d’achat 25 % et la plupart des commerces au détail 50 %.

Environ 1500 catholiques étaient présents lors des messes suivant les processions de ce dimanche matin, protestant contre les restrictions dont ils font l’objet.

Mgr Cordileone clame : « pendant des mois, j’ai plaidé auprès de la ville en votre faveur », selon Catholic News Agency :

« Pendant des mois, j’ai plaidé auprès de la ville en votre faveur, pour votre besoin des consolations de la messe, et des consolations que vous tirez de la pratique de la foi et du lien avec votre communauté de foi. L’hôtel de ville nous a ignorés », déclarait l’archevêque Salvatore Cordileone dans son homélie lors de la messe en plein air tenue après les processions du 20 septembre.

« Il m’est apparu clairement qu’ils ne se soucient tout simplement pas de vous... Nous avons supporté patiemment un traitement injuste pendant assez longtemps, et il est maintenant temps de nous réunir pour témoigner de notre foi et de la primauté de Dieu, et le dire à l’hôtel de ville : c’est assez ! »

Mgr Cordileone souligne le côté grotesque, voire le blasphème, que représente la limite actuelle d’une seule personne dans un vaste bâtiment :

« Une personne à la fois dans cette grande cathédrale pour prier ? Quelle insulte ! C’est une dérision. Ils se moquent de vous, et pire encore, ils se moquent de Dieu », déclara Mgr Cordileone.

Il encourage les catholiques à garder tant bien que mal une vie spirituelle :

Mgr Cordileone encouragea les catholiques à continuer de prier, en leur suggérant le chapelet, l’adoration eucharistique, le jeûne le vendredi et le sacrement de la confession.

1 réaction Lire la suite

Face à Québec les évêques veulent accueillir 250 personnes dans les églises — Bock-Côté: «Les évêques ont raison!»

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Pikist

Face à l’immixtion du gouvernement dans la sphère religieuse, l’Assemblée des évêques catholiques du Québec (AÉCQ), par le (malheureux) biais de la Table interreligieuse de concertation, rend publics les protocoles pour les lieux de culte appliqués depuis le 4 août — les protocoles avaient été réexaminés le 31 juillet par des fonctionnaires — en signe de protestation contre la flagrante injustice dont ils font l’objet dans la nouvelle application des mesures sanitaires dictatoriales de François Legault, demandant l’augmentation du nombre de personnes admises dans les églises à 250 — comme les cinémas — au lieu du ridicule 50 ou même 25 que Québec leur accorde dans un esprit parcimonieux, pour ne pas dire mesquin. Selon le communiqué publié sur le site de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec :

Les leaders religieux rendent aujourd’hui publique la dernière version des protocoles, datée du 4 août 2020.

[…]

Depuis quelques semaines, le gouvernement annonce que les mesures de reconfinement seront ciblées et adaptées spécifiquement aux différents secteurs d’activités. Suite à la décision de restreindre sévèrement les activités dans les lieux de culte, annoncée le 20 septembre par le ministre de la Santé, de nombreuses personnes expriment leur incompréhension alors qu’aucune éclosion n’y a été répertoriée et que rien ne justifie de telles mesures.

Dans ce contexte, les leaders religieux du Québec demandent au gouvernement d’expliquer pourquoi il impose des mesures aussi strictes aux activités dans les lieux de culte alors que rien ne le justifie. Ils réitèrent leurs demandes exprimées hier : « que les autorités gouvernementales reclassifient dès aujourd’hui les lieux de culte dans la catégorie des salles de spectacles, des cinémas et des théâtres, ce qui permettrait de continuer à accueillir jusqu’à 250 personnes dans nos lieux de culte au lieu d’être limité à 25 ou à 50 », en appliquant le protocole négocié le 4 août dernier. Ils demandent également qu’un « canal de communication franc et ouvert soit rapidement mis en place entre eux et les autorités gouvernementales ».

Cela fait mal de les voir parler en tant que « leaders religieux » quelconques, comme s’ils n’agissaient pas comme ministres du Christ de qui ils ont reçus pleine autorité. Et puis, classer les églises à côté des cinémas n’est pas assez, car assister au saint sacrifice de la messe est essentiel et bien plus que tous les bons films de la terre. Évidemment, cette demande ne veut aborder que le côté pratique, cet à dire permettre un nombre suffisant de fidèles afin qu’ils puissent tous assister à la messe. Et il faut néanmoins reconnaître la valeur du geste des évêques, à savoir qu’ils protestent publiquement face au dénigrement du gouvernement — lequel a très peu répondu aux nombreux appels des évêques. Cependant, il est dur à dire si les évêques autorisent leurs curés à accueillir jusqu’à 250 personnes ou s’ils ne font que protester en publiant leur protocole.

1 réaction Lire la suite

Erin O’Toole dénonce le film « Cuties » pour sexualisation d’enfants


Erin O'Toole, nouveau chef du Parti conservateur du Canada.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Arlington National Cemetiery/Flickr

Vous avez sans doute entendu parler d’un récent film « Cuties » publié par Netflix, montrant des jeunes filles exécutant des danses sexuellement suggestives, entre autres. Face à ce modèle d’obscénité, qui devient de plus en plus courant sur Netflix, de nombreuses personnes ont véhémentement protesté, dénonçant l’hypersexualisation de préadolescentes et l’encouragement à la pédophilie que représente ce film.

Ce film mettant en scène une jeune fille issue d’une famille musulmane et luttant avec la mentalité de son milieu serait une histoire sur le passage à l’âge adulte (un peu jeune non ?) et sur les choix qu’impose la société aux jeunes filles (il est vrai qu’on peut critiquer ce qu’impose l’islam, mais non en allant à l’extrême opposé). REAL Women of Canada rapporte dans un courriel :

Netflix défend ce film, affirmant qu’il s’agit simplement d’une histoire sur la question sensible du passage à l’âge adulte, censée critiquer les choix que la société contemporaine impose aux jeunes filles. C’est une explication absurde. Il existe de nombreuses façons de raconter des histoires de passage à l’âge adulte sans exploiter sexuellement les enfants. Cuties est un film pornographique qui se fait passer pour un commentaire social et s’inscrit dans une tendance plus large de la sexualisation croissante des enfants.

L’auteur du film se défend en affirmant avoir voulu dénoncer l’hypersexualisation des enfants par le biais de l’écran. Que cela fût son intention ou non, ce n’est pas en produisant un film obscène et pornographique qu’on arrangerait ce problème, bien au contraire.

Surprise ! Erin O’Toole, nouveau chef du Parti conservateur du Canada, est descendu dans l’arène pour blâmer à son tour le torchon cinématographique, s’attirant par là la critique des gros médias. Selon REAL Women of Canada :

Le chef conservateur Erin O’Toole a été critiqué pour avoir exprimé sa préoccupation à propos du film, déclarant : « Je suis un père qui est profondément perturbé par cette émission de Netflix. L’enfance est une période d’innocence. Nous devons faire plus pour protéger les enfants. Cette mauvaise émission est de l’exploitation ». M. O’Toole a raison.

Cela mérite qu’on lui tire notre chapeau, du moins sur ce chapitre, car autrement il se dit « pro-choix ».

1 réaction

Montréal : l’assistance des églises réduite à 25 personnes, les cinémas restent à 250

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Piqsels — Mise à jour (21/09/2020)

Devant l’augmentation dans l’enregistrement de personnes ayant ou ayant eu le covid-19, car les tests ne servent pas à savoir qui en est malade, le gouvernement du Québec a déclaré zone orange les régions de Montréal, de Chaudière-Appalaches et une partie de la Capitale nationale. Le niveau de confinement y va donc monter d’un cran, selon Le Devoir, « devant la progression des cas de COVID-19, le gouvernement Legault serre la vis aux résidents des régions de Montréal, de Chaudière-Appalaches et d’une partie de la Capitale-Nationale, désormais en “alerte modérée” (zone orange) ». Dès aujourd’hui les mesures seront plus dictatoriales dans les zones orangisées.

Outre la stupidité de garder des mesures de confinement alors qu’il ne meurt pas grand monde du virus en ce moment, et de l’absurdité de renforcer les mesures devant la connaissance d’un plus grand nombre de « cas » qui n’est due qu’au testage intensif que mène le gouvernement, il faut souligner que les lieux de culte font l’objet de discrimination par rapport aux salles de cinéma. Les premiers ne peuvent plus accueillir que 25 personnes maximum, tandis que les secondes peuvent en contenir jusqu’à 250 maximum, d'après les directives du gouvernement du Québec. Il y a de quoi rester baba ! Les lieux de culte (catholiques du moins) sont grandement similaires — uniquement sous le rapport de l’espace, de la position de l’assistance et du nombre de mouvements — aux cinémas, pourquoi donc limiter à ce point la liberté des catholiques d’aller à la messe, pour ceux qui y vont encore, d’autres ayant cessé d’y aller avec la fermeture des églises en mars ?

La messe est évidemment plus importante que le cinéma, ou que toute autre activité, mais ce n’est évidement pas notre gouvernement borné et athée qui voudra bien le reconnaître… non plus que la Royauté sociale du Christ.

Mgr Lacroix, archevêque de Québec, a tenu un point de presse au cours duquel il a exprimé sa déception face actions du gouvernement, rapporte Le Soleil, « les églises et autres lieux de culte ne sont pas des bars. En ces temps de pandémie, ils doivent plutôt être classés dans la même catégorie que les théâtres, les cinémas et les salles de spectacles ». Certes les églises ne sont pas des bars, et il faut reconnaître la valeur de la prise de position de Mgr Lacroix, mais les églises ne sont pas des salles de spectacles, des cinémas ou des théâtres, bien que je ne pense pas que Mgr Lacroix eût voulu dire cela, elles sont bien plus.

En passant, l’Assemblée des évêques catholiques du Québec (AÉCQ) a participé à la rédaction d'un document signé par les membres de la Table interreligieuse de concertation, dont les évêques catholiques du Québec, où l’on se plaint du silence du gouvernement devant les innombrables tentatives de contact avec le gouvernement demeurées sans réponse ; c’est dire à quel point le Québec les méprise ! Je ne commenterai pas longuement ce document, car le seul fait que les évêques se dissimulent au milieu d’un groupe de religions pour appuyer leur demande en tant que gens de foi ou quelque chose comme ça, c’est abaisser l’Église à un groupe religieux sans plus de valeur qu’un autre, évangélique, anglican, musulman, judaïque… Ils ne réclament pas les droits de l’Église en tant que droits auxquels l’État ne doit pas toucher, mais comme droits d’exercer un culte comme un autre.

Dans le document en question, la demande est faite de pouvoir recevoir au moins autant de monde que dans les salles de cinéma. Je ne pense pas que le gouvernement les écoutera davantage qu’auparavant, aussi, tant qu’à ne rien obtenir autant conserver l’honneur, vaudrait-il mieux que les évêques catholiques du Québec exigent la reconnaissance par l’État des droits de l’Église en tant que seule représentante de Dieu.

1 réaction

La pro-avortement Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour suprême des É.-U., est décédée — Trump nommera-t-il son remplaçant avant les élections ?

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Simmie Knox, under commission of the United States Supreme Court/Wikimedia Commons

Le 18 septembre dernier, le juge de la Cour suprême, Ruth Bader Ginsburg, décéda, laissant ainsi vide un siège pour un remplaçant. Le juge Ginsburg était pour l’avortement et le « mariage gay », elle compte à son actif un vote contre une loi visant à limiter les avortements par naissance partielle (infanticide) au Nebraska, selon LifeSiteNews :

Entre autres actes, Ginsburg vota l’annulation d’une loi du Nebraska interdisant les avortements par la naissance partielle. « Un règlement de l’État qui “a pour but ou pour effet de placer un obstacle substantiel sur le chemin d’une femme recherchant l’avortement d’un fœtus non viable” viole la Constitution », soutenait-elle.

Vous me pardonnerez si je ne comprends pas grand-chose à cette déclaration, parce que l’avortement par naissance partielle, voyez-vous, est employé tardivement dans la grossesse, quand l’enfant à naître est précisément viable et difficile à… « interrompre », ou à tuer pour parler normalement.

Ruth Bader Ginsburg, non seulement vota en faveur du « mariage gay », dans le cadre du jugement Obergefell v. Hodges, mais célébra des « mariages gay » en tant que magistrate :

Ginsburg était également en faveur du « mariage » homosexuel. Quelques mois seulement après que la Cour suprême eût infirmé la Defense of Marriage Act en 2013, Ginsburg est devenue le premier juge de la Cour suprême à célébrer une cérémonie de « mariage » homosexuel.

« Je pense que ce sera une déclaration de plus que les personnes s’aimant et voulant vivre ensemble devraient pouvoir bénéficier des bénédictions et des difficultés de la relation maritale », affirmait Ginsburg après la cérémonie. Elle a ensuite officié lors de plusieurs autres « mariages » homosexuels, avant d’imposer le « mariage » homosexuel à la nation dans l’affaire Obergefell contre Hodges en 2015.

Le défunt juge aurait exprimé le souhait qu’on ne nommât pas son remplaçant avant les élections à venir, rapporte LifeSiteNews dans un second article :

Selon un rapport du NPR, Ginsburg aurait déclaré à sa petite-fille Clara Spera : « Mon souhait le plus ardent est que je ne sois pas remplacée avant la nomination d’un nouveau président ».

1 réaction Lire la suite

L’actrice Gina Carano du film Le Mandalorien face à la meute LGBT


Le Mandalorien dans la série Le Mandalorien de Disney Plus.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo (rognée) : Pxfuel

L’actrice Gina Carano, entre autres célèbre pour le rôle qu’elle tient dans la série Le Mandalorien de La Guerre des étoiles, s’est vue enjoindre par une meute LGBT de rajouter dans sa présentation Twitter ses pronoms préférés, bien qu’elle ne dise pas transgenre. Selon LifeSiteNews :

Depuis des semaines, l’actrice et professionnelle d’arts martiaux mixtes Gina Carano (qui incarne la mercenaire Cara Dune dans la série Disney Plus) se voit enjointe d’ajouter ses « pronoms préférés » à sa présentation Twitter, un geste dit de solidarité avec les personnes « transgenres ». Les trolls pro-transgenre ont répondu à son refus par un torrent d’insultes, d’obscénités et d’appels auprès de Disney afin qu’il la renvoie […]

Je précise tout de suite que je ne suis pas des admirateurs de Gina Carano, ni de La Guerre des étoiles, cet univers où de petits monstres verts hideux aux oreilles pointues sont parmi principaux « bons », et, plus grave, qui fonctionne sur la philosophie du yin et du yang, c’est-à-dire l’équilibre entre une force « bonne » et une force « mauvaise ». Mais que l’actrice soit célèbre à tort ou à raison, elle est précisément la cible d’une campagne de propagande LGBT à cause de sa renommée. Ajoutons à cela que le dernier épisode de la série Le Mandalorien mettait en scène un baiser homosexuel.

C’est donc face à un groupe de pression, qui a déjà voulu lui faire endosser le message de Black Lives Matter (ce à quoi elle a également résisté), que Gina Carano se trouve. Un usager de Twitter souligne que « la campagne d’intimidation sur les pronoms a été lancée par le même groupe qui avait harcelé Gina dans le cadre de leur campagne “Dites BLM/ACAB” ». Et, continue-t-il, « des activistes radicaux exigent que les célébrités mettent des pronoms dans leur biographie, sous peine de harcèlement ».

1 réaction Lire la suite

85 % des Kenyans sont contre l’avortement face aux organismes internationaux pro-avortement

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Pikist

J’imagine que les organismes qui militent pour la propagation de l’avortement s’affichent en général comme démocratistes (c’est-à-dire croient que le système démocratique est le seul légitime), pourtant, ils respectent très peu la volonté des peuples africains avec leurs manœuvres et les pressions qu’ils exercent sur les gouvernements africains, afin que ces derniers légalisassent l’avortement. Selon la Society for the Protection of Unborn Children :

85 % des Kenyans affirment que « l’avortement ne devrait jamais être autorisé », alors que le géant international de l’avortement IPAS révise actuellement une campagne visant à dépénaliser l’avortement en Afrique. IPAS se consacre à l’expansion mondiale de l’avortement et au contrôle de la population.

Laissez un commentaire