M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

La Mission Divine de la Famille

Par l’Abbé J.-Réal Bleau (pour le dimanche de la Sainte Famille) ― Photo (côtés flous rajoutés) : Répertoire culturel du patrimoine du Québec

Le bon Dieu n’a rien fait de plus beau, dans l’ordre naturel, que la famille. Il a voulu, comme l’atteste la première page de la Genèse, que tous les hommes naissent au sein d’une famille, qu’ils y grandissent, s’y développent au point de vue physique, intellectuel, moral et religieux. Dans le plan de Dieu, c’est d’abord à la famille qu’est ordonnée l’union conjugale de l’homme et de la femme ; c’est avant tout à la grande mission de transmettre une vie nouvelle que sont appelés tous ceux qui s’engagent dans les liens du mariage. Transmettre la vie ne veut pas seulement dire être des collaborateurs de Dieu dans la formation du corps des enfants, cela veut dire, au-delà de la procréation : conduire les enfants vers la plénitude de la vie par l’éducation. Les parents sont les premiers éducateurs de leurs enfants. Leur mission d’éducation est absolument irremplaçable. C’est en tant qu’éducateurs que les parents exercent de la façon la plus excellente leur paternité et maternité. Sans la famille, aucune éducation humaine ne saurait être pleinement réussie. C’est au sanctuaire de la famille que se forment les convictions profondes, que se forgent les âmes bien trempées, droites, nobles, généreuses, conscientes d’abord de leurs devoirs envers Dieu et de leurs obligations envers leur prochain, avant de l’être de leurs propres droits. La famille est le milieu naturel le plus favorable à la santé physique et mentale des enfants. Elle est surtout leur première école de sainteté. La famille conçue selon Dieu, dont le suprême modèle est la sainte Famille de Nazareth, a un caractère essentiellement religieux, puisque Dieu seul est son auteur et la fin vers laquelle elle doit tendre et qui lui donne tout son sens. C’est pourquoi les Pères de l’Église définissaient la famille comme une petite « église domestique ».

L’institution familiale, dans le plan de Dieu, jouit de telles prérogatives, elle est si importante par rapport au progrès de la véritable civilisation et aux destinées surnaturelles de l’humanité qu’il ne faut pas s’étonner que l’antique ennemi de la nature humaine, Satan, ait toujours cherché à la détruire. En s’attaquant à la famille, comme au fondement sacré de toute société, les instruments dont Satan se sert à cette fin portent radicalement atteinte à tout l’ordre naturel, dans lequel s’enracinent les droits humains fondamentaux, dont le droit primordial est celui de rendre à Dieu le culte qui lui est dû.

Une très grave injustice actuelle est la négation par l’État du droit premier des parents dans l’éducation de leurs enfants. L’imposition par l’État d’une éducation laïque, c’est-à-dire sans aucune référence à la Révélation divine, qui culmine dans l’Évangile de Jésus-Christ, doit être dénoncée comme une violation du droit naturel et premier des parents chrétiens, comme une violente attaque à leur liberté religieuse et à celle de leurs enfants, ainsi qu’à la liberté de conscience tout court.

Présentement, tous les parents ont un devoir primordial de résister fermement aux lois injustes de l’État en éducation, parce que ces lois s’opposent directement au bien de la famille qui, quoiqu’on en dise, demeure le principe le plus important du bien commun temporel. D’une manière spéciale, pour les parents chrétiens, le temps est venu de dire un non net et clair aux prétentions totalitaires de l’État quant à l’éducation de leurs enfants. S’il est une cause qui justifie pleinement l’objection de conscience à des lois injustes imposées par l’autorité politique, à quelque niveau que ce soit, c’est la cause de l’éducation chrétienne.

Aujourd’hui, à l’occasion de la « pandémie », que plusieurs autorités scientifiques et médicales dénoncent comme étant pour le moins très exagérée, le pouvoir des États, obéissant aux ordres de l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) s’élargit au point de n’avoir plus rien de différent de celui des régimes communistes, qui ont fait couler tant de sang innocent. Nous entrons dans un communisme planétaire, dont on ne peut prévoir dans quel chaos il entraînera l’humanité. On doit y voir un châtiment pour les crimes les plus abominables qui se commettent partout dans le monde d’une façon politiquement correcte. Que faut-il faire ? D’abord ce que la sainte Vierge, Notre-Dame du Rosaire, a demandé au monde entier en 1917 à Fatima : prier et faire pénitence, c’est-à-dire cesser d’offenser Dieu et implorer sa miséricorde. Sans cette conversion spirituelle des individus et des nations, requérant la consécration de la Russie et de tous les pays à son Cœur immaculé, avertissait la très sainte Vierge, le communisme va répandre ses erreurs dans le monde ; ce qui causera partout d’immenses souffrances. Dans ce mouvement nécessaire de prière et de pénitence pour la paix universelle, les familles chrétiennes doivent voir à sauvegarder avant tout leur liberté religieuse en ne cédant ni à tout ce qui est abus de pouvoir de la part de l’État et de quelque autorité que ce soit, ni à la peur et à l’anxiété, mais en ayant plutôt une confiance sans bornes dans la protection assurée du tout-puissant Jésus notre divin Roi, et de Marie immaculée, Reine du ciel et de la terre, plus forte qu’une armée rangée en bataille.

J.-R.B.

1 réaction

Au Nom de Jésus

Par l’Abbé J.-Réal Bleau ― Photo (modifiée) : Wikimedia Commons

Nous commençons une nouvelle année au nom de Jésus, car c’est en ce nom très saint, principe de toutes les grâces, que les chrétiens doivent commencer, accomplir et achever toutes choses. C’était au nom de leurs divinités que les païens commençaient l’an nouveau, avec des festivités pleines d’impiétés et de débauches. Le jour de l’an païen se passait en effet dans l’ivresse et les danses lascives, dans un bruit continuel et les plus grands désordres. Les apôtres et leurs successeurs, réagissant contre les coutumes païennes, formèrent les premiers chrétiens à faire du jour de l’an un jour saint, un jour de prière, de recueillement, de silence, d’adoration et de réparation. Très tôt, au jour octave de la fête de Noël, on célébra la circoncision du Sauveur et le Nom de Jésus que Marie et Joseph, exécutant un ordre divin, lui donnèrent alors. On ne pouvait mieux débuter la nouvelle année par cette fête, où le divin Enfant de la crèche, prêchant le renoncement aux réjouissances et satisfactions mondaines commence déjà à souffrir et à répandre son sang pour notre salut.

« La grâce de Dieu est apparue, salutaire à tous les hommes, dira saint Paul, nous enseignant à renoncer à l’impiété et aux convoitises terrestres pour vivre avec sobriété, justice et piété dans le monde présent... » Ces paroles du grand apôtre résument le programme de la vie chrétienne qui conduit infailliblement à la sainteté. À leur sujet, saint Jean Chrysostome remarque que saint Paul ne dit pas : « nous enseignant à fuir l’impiété » mais « nous enseignant à renoncer à l’impiété ». Le renoncement, en effet, montre un grand éloignement, une grande haine, une grande aversion. Détournons-nous donc de l’impiété et des passions du siècle avec toute l’ardeur que nous mettons à nous éloigner des idoles. L’ardeur que nous mettrons, durant l’année nouvelle, à nous détourner de ce qui porte atteinte à l’honneur de Dieu, et par suite à nous détourner de tous les vices, est la condition pour que nous progressions dans son amour et recevions de Lui d’abondantes bénédictions sur nos personnes, nos familles, nos paroisses et notre patrie.

Puissions-nous donc, chaque jour de cette nouvelle année que Dieu nous donne, vivre dans la sobriété, dans la justice et la piété, c’est-à-dire dans la maîtrise de nos passions, dans le respect de la dignité de notre prochain, et en accomplissant tous nos devoirs envers Dieu, dont le premier est de l’aimer par-dessus toutes choses. Ce que nous ferons si nous prenons comme règle fondamentale de notre vie une obéissance aimante et absolue aux commandements qui nous viennent de Dieu pour être pour le monde entier le code universel le plus parfait du véritable bonheur.

J.-R.B.

1 réaction

L’Humilité incarnée en Jésus

Par l’Abbé J.-Réal Bleau (pour le dimanche dans l’Octave de Noël)

Je reconnais en vous, petit Jésus de la crèche, le Dieu tout-puissant du ciel, le Verbe éternel par lequel tout a été créé, et je suis couvert de confusion devant votre si prodigieux abaissement, devant votre humilité sans bornes qui vous fait venir à nous dans un tel état d’anéantissement. O divin Jésus, je vous adore de toute mon âme, c’est de tout mon être que je me soumets entièrement à votre très doux empire. En prenant notre nature humaine, vous vous anéantissez, vous rapetissez votre immensité divine, vous voilez votre suprême majesté à nos yeux, afin de nous prouver votre excessif amour de la façon la plus évidente qui soit. Comment se fait-il que toute la terre ne s’émeuve pas de votre humilité, ne s’agenouille pas devant vous et ne vous adore pas ? Je voudrais parcourir le monde et convier tous les hommes à venir se prosterner à vos pieds, divin Jésus de la crèche, et en vous contemplant si petit, vous, le Seigneur, le Dieu du ciel, le Roi des rois, à fouler aux pieds tout orgueil et à abandonner toutes vaines prétentions.

Je reconnais en vous, infiniment humble Jésus, le Souverain Seigneur et le Maître absolu de toutes choses. Quelle merveille votre bonté infinie ne vous pousse-t-elle pas à accomplir pour nous ! « Un enfant nous est né, et un fils nous a été donné ; il portera sur son épaule la marque de sa principauté et il sera appelé Ange du grand conseil », chante le prophète Isaïe (9, 6). Vous, la lumière éternelle, Vous descendez de votre trône de gloire pour illuminer nos ténèbres. Qu’elles sont belles et profondes ces paroles sacrées par lesquelles la sainte liturgie salue votre venue en ce monde : « Tandis que le monde entier était enseveli dans le silence et que la nuit était au milieu de sa course, votre Verbe tout-puissant, Seigneur, est descendu de son trône royal du ciel » (Sa. 18, 14-15). Votre naissance, petit Jésus, annonce la joie au monde entier. Car vous êtes venu sur la terre pour sauver toute la race humaine. Heureux l’homme qui ressent vivement en lui le besoin du salut que vous lui apportez ! En cette fête de votre nativité, comme je voudrais dire à tous les pécheurs de la terre, surtout à ceux qui s’estiment perdus à tout jamais, de sortir de leur abattement et de leur tristesse, de relever la tête, d’espérer leur pardon de Jésus et d’autant plus qu’ils sont davantage pécheurs, puisqu’il a déclaré lui-même : « Le Fils de l’homme est venu sauver ce qui était perdu » (Mt. 18, 11) et encore : « Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin mais les malades » (Mt.9, 12).

Considérant que vous êtes non seulement bon et miséricordieux mais que vous êtes la bonté et la miséricorde même, je ne dirai plus jamais : je viens à vous, Seigneur Jésus, malgré mes misères, mais plutôt : je viens à vous avec la plus totale confiance et une joie profonde, parce que je ne suis que misère et que vous n’êtes qu’amour et miséricorde. Personne ne sera jamais digne d’aller à vous ; cependant le pécheur, fût-il le plus grand criminel que la terre ait porté, qui vient à vous avec une bonne volonté est déjà inondé, dès son premier pas, par la joyeuse et ferme espérance du pardon. Le jour de votre naissance est donc un jour de grande joie pour tous les pécheurs que nous sommes. Pécheurs, ne craignez point, nous dit aujourd’hui un ange du ciel : « Ne craignez point ; car voici que je vous annonce une grande joie qui sera pour tout le peuple : c’est qu’il vous est né aujourd’hui, dans la ville de David, un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur » (Luc 2,10-11).

J.-R.B.

1 réaction

Le Chemin secret du Roi de gloire

Par l’Abbé J.-Réal Bleau (pour le 4e dimanche de l’Avent) ― Photo (rognée et modifiée) : Wikimedia Commons

Jésus, le Roi de gloire, est descendu du ciel pour sauver l’humanité entière. Il s’est anéanti, il s’est fait homme pour venir au-devant des hommes, qui prennent, hélas, pour se sauver eux-mêmes de leur mal de vivre, toutes sortes de voies sans issue.

Ces voies sans issue sont celles qui replient l’âme sur elle-même, sur son vide intérieur. Sans la foi en l’amour du vrai Dieu, se creuse un fossé entre les âmes et leur unique Sauveur Jésus-Christ. Il vient pourtant pour illuminer toutes les âmes et les libérer de leurs illusions. Mais le refus obstiné de croire en son plan de salut rend le fossé infranchissable entre Jésus et les cœurs qui ne veulent pas s’ouvrir à sa grâce. C’est ce qui se passe présentement pour beaucoup d’âmes, plongées dans les ténèbres des bas-fonds de la nature humaine blessée par le péché, dont seule la foi en la divine Lumière de Jésus-Christ peut les retirer.

L’absence de foi en Dieu, qui produit inévitablement dans les âmes un grand vide, trouve sa compensation dans l’orgueil et l’agitation. C’est le propre de l’orgueil de s’élever au-dessus de tout et de prétendre se passer de Dieu. Plus le vide intérieur est profond, plus il cherche à se voiler derrière les multiples entreprises illusoires de l’orgueil. C’est la triste histoire autant des nations que des personnes, que leur orgueil aveugle, accroissant leur vide intérieur.

1 réaction Lire la suite

Attendre la venue du Sauveur dans la joie

Par l’Abbé J.-Réal Bleau (pour le 3e dimanche de l’Avent — dimanche Gaudete) — Photo (points blancs en partie effacés) : Louxette/Wikimedia Commons

En ce troisième dimanche de l’Avent, l’Église déclare imminente l’arrivée du Seigneur. Elle avait dit durant les deux premières semaines de ce saint temps : « Adorons le Roi qui va venir ». Mais aujourd’hui elle l’aperçoit qui vient, elle affirme qu’Il est proche et nous invite à saluer sa venue : « Le Seigneur est proche, venez, adorons-Le ».

Dès le premier dimanche de l’Avent, sans toutefois le mentionner explicitement, l’Église promettait la joie à tous ceux qui attendent le Seigneur : « Tous ceux qui vous attendent ne seront pas confondus, Seigneur », chantait-elle avec insistance au chant d’entrée, au Graduel et à l’Offertoire de la messe. Au second dimanche, toutes les nations étaient appelées à participer à la joie du peuple de Sion dans une commune attente du divin Sauveur. Et ce thème de joyeuse et universelle espérance était développé dans l’Épître et tous les chants de la messe. Aujourd’hui la joie de l’attente du Seigneur se fait envahissante, car « le Seigneur est proche ». Aussi, les textes de la liturgie parlent-ils surtout des dispositions pour accueillir Jésus, d’abord à Noël, et aussi tous les jours de notre vie, qui nous sont donnés pour nous préparer à le contempler dans la joie la plus parfaite lors de son retour glorieux qui se fait toujours plus proche.

Ces saintes dispositions, rendant de plus en plus profonde la joie de nos cœurs, saint Paul les développe dans sa magnifique lettre aux Philippiens : « Que votre modestie soit connue de tous les hommes : le Seigneur est proche. Ne soyez inquiets de rien, mais qu’en toutes choses, faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, accompagnées d’action de grâces. Et que la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, garde vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus notre Seigneur ». (Phil. 4, 4-7).

1 réaction Lire la suite

La Joie de Marie Immaculée

Par l’Abbé J.-Réal Bleau (pour la fête de l’Immaculée Conception) — Photo (modifiée, côtés flous rajoutés) : Jean-Pol Grandmont/Wikimedia Commons

La plus belle fête, durant l’Avent, où l’on attend chaque année, avec la Vierge Marie, la naissance de notre Sauveur, son divin Fils, est celle de son Immaculée Conception. C’est parce que Dieu l’a choisie, de toute éternité, pour être sa Mère qu’Il l’a préservée, dès sa conception, de la tache du péché originel et de la moindre souillure pouvant ternir son âme. Car il ne pouvait convenir à l’infinie sainteté de Dieu que sa Mère fût soumise un seul instant au pouvoir du démon. Pour qu’elle puisse être, dans son corps et dans son âme, la digne demeure où le Roi immortel des siècles avait décidé de venir habiter, en y voilant toute sa gloire, il fallait qu’elle fût d’une absolue pureté dépassant celle des anges les plus resplendissants de la lumière divine : les chérubins et les séraphins. Aussi, l’Église chante-t-elle, en la fête de l’Immaculée Conception : « Tota pulchra es, o Maria, et macula originalis non est in te ». « Tu es toute belle, ô Marie, et la tache originelle n’est pas en Toi ».

La foi de l’Église en l’Immaculée Conception de Marie s’appuie avant tout sur l’annonce angélique du mystère insondable de l’incarnation devant s’accomplir en elle, c’est-à-dire sur les paroles avec lesquelles l’ange Gabriel, de la part de Dieu, salua Marie : « Je vous salue, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous ». Salutation divine qui n’avait jamais été faite à aucune autre créature, et qu’Élisabeth, inspirée par l’Esprit-Saint, complète en proclamant sa grandeur unique de Mère de Dieu : « Vous êtes bénie entre toutes les femmes et le fruit de vos entrailles est béni ». Dès les premiers siècles, en commençant par l’Orient, s’est partout répandue la croyance chrétienne en l’Immaculée Conception. Au Moyen-âge, la fête de la Conception de Marie était célébrée avec solennité, même si le dogme de ce mystère n’était pas encore défini. Il ne le fut qu’en 1854 par le saint pape Pie IX. En 1858, la Vierge Marie confirma cette définition dogmatique en se nommant elle-même à sainte Bernadette Soubirous : « Je suis l’Immaculée Conception ». D’être, au-dessus de toutes les femmes, la Femme essentiellement pure, miroir de la beauté divine, le Chef d’œuvre inégalé et le sommet de toute la création, telle est l’identité de Marie.

1 réaction Lire la suite

Être prêts à accueillir notre divin Sauveur

Par l’Abbé J.-Réal Bleau (pour le 1er dimanche de l’Avent) — Photo : Städel Museum/Wikimedia Commons

L’Avent nous prépare à célébrer avec foi, piété et amour l’anniversaire du premier avènement de notre divin Sauveur dans le monde. Toutefois, en orientant notre esprit vers la contemplation du mystère de la venue de miséricorde du Fils de Dieu parmi nous, l’Église veut que nous songions à son second avènement, alors qu’il reviendra, à la fin du monde, en Roi glorieux, avec une grande majesté, pour juger les vivants et les morts. La seconde venue de Notre Seigneur, où il viendra chercher ses serviteurs fidèles pour les faire entrer dans sa joie, avec quelle espérance ne devons-nous pas l’attendre, veillant sans cesse sur notre cœur afin que, rejetant les ténèbres du péché, ne brille en lui que la lumière du Christ. C’est à cette vigilance que nous exhorte aujourd’hui l’apôtre saint Paul.

Le retour de Jésus sera subit comme l’éclair, de sorte que beaucoup, surpris dans leurs péchés, n’auront pas le temps de faire pénitence. Nous sommes avertis : il nous faut donc être prêts. À cet égard, la parole de l’Apôtre résonne aujourd’hui comme un coup de clairon. « Frères, clame-t-il, sachez-le, voici l’heure de nous réveiller de notre sommeil. Car le salut est maintenant plus proche de nous qu’au temps où nous avons embrassé la foi » (Rom. 13 11-12). En d’autres termes, la foi que nous avons reçue au baptême nous a fait entrevoir le terme vers lequel nous cheminons sur la terre : la rencontre définitive avec le Christ Jésus, venant nous introduire dans sa gloire, nous faire participer à son bonheur éternel. La réalisation du salut que Dieu offre au monde entier est toute proche. Mais les païens qui ne veulent pas se convertir à Jésus-Christ, le seul Sauveur de l’humanité pécheresse, demeurent plongés dans le sommeil de leurs péchés. Ils sont inconscients du plan d’amour de Dieu sur eux. Hélas, nombre de chrétiens, qui se sont réjouis de la divine promesse du véritable bonheur attachée à leur foi, l’ont complètement oubliée, et vivent comme des païens. Alors que le jour de la résurrection et du jugement approche, ils n’en font pas de cas. Ils sont endormis spirituellement. Ils sont environnés de ces épaisses ténèbres du mensonge, de l’aveuglement intérieur, qui leur font rechercher un faux bonheur dans les biens de ce monde, et souvent dans les vices les plus dégradants. Saint Paul veut réveiller aujourd’hui et ces païens et ces chrétiens paganisés, qui risquent de ne jamais voir lever le jour, heureux entre tous, de leur délivrance. Souvenez-vous que le temps est bref, leur dit-il, et que le jugement de Dieu est à nos portes. C’est le temps de nous lever, de nous réveiller, de sortir résolument de notre torpeur spirituelle.

1 réaction Lire la suite

Nous préparer au jugement de Dieu

Par l’Abbé J.-Réal Bleau (pour le dernier dimanche après la Pentecôte)

La fin de l’année liturgique représente la consommation des siècles. Voilà pourquoi l’Église, si désireuse de notre salut, veut que, durant cette dernière semaine de l’année, nous n’ayons rien d’autre dans l’esprit que la pensée du jugement de Dieu. Plus que tous les autres, les chrétiens doivent vivre dans l’attente de leur grand Dieu et Sauveur Jésus-Christ qui viendra, à la fin du monde, dans tout l’éclat de sa gloire divine, pour juger les vivants et les morts. Notre passage sur la terre, plus ou moins long selon les décrets infaillibles du Dieu trois fois saint, n’a de sens que celui d’une préparation au jugement de Notre Seigneur Jésus-Christ, qui fixera notre sort éternel. En vue de ce jour solennel entre tous, où la justice de Dieu pénétrée de miséricorde sera faite pour tous les hommes, du plus faible au plus puissant, le même Jésus, qui nous jugera, ne cesse de nous exhorter, dans l’évangile, à la prière et à la vigilance, comme aussi à la pénitence et au renoncement. Combien de fois ne retentissent pas ces paroles : « Veillez et priez », et « Faites pénitence » ? Et combien d’appels le divin Maître ne fait-il pas au renoncement ? Le renoncement à toute cupidité, aux convoitises de la chair et à l’esprit du monde, qui est un esprit d’orgueil et d’égoïsme — renoncement nécessaire pour être comptés, au dernier jour, parmi ses disciples — Jésus l’a constamment enseigné par la parole et surtout par l’exemple de sa vie.

La pensée de la proximité du jugement de Dieu a toujours stimulé, depuis le début de l’Église, les chrétiens à se repentir de leurs fautes, à en faire une sincère pénitence et à mener une vie fervente. En prêchant l’imminence du jugement de Dieu, plusieurs saints, en particulier saint Vincent Ferrier, ont opéré de nombreuses conversions. Si les saints des siècles passés discernaient, déjà de leur temps, certains signes avant-coureurs de la fin du monde, il semble bien que nous soyons actuellement non plus seulement devant l’un ou l’autre de ces signes, comme les inondations dévastatrices, les famines et les guerres qui ont décimé des nations entières, mais devant les principaux qui nous sont annoncés par l’Évangile d’aujourd’hui : la multiplication des faux Christs et des faux prophètes, l’abomination de la désolation dans le lieu saint, entraînant la crise religieuse la plus universelle de l’histoire, crise si profonde que Notre Seigneur l’appelle « la grande tribulation ». « Il y aura alors une grande tribulation telle qu’il n’y en a jamais eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura plus. Et si ces jours n’étaient abrégés, nulle chair ne serait sauvée ; mais à cause des élus, ces jours seront abrégés » (Mat. 24 21-22)

1 réaction Lire la suite

La Joie de l’écoute de l’Esprit-Saint

Par l’Abbé J.-Réal Bleau (pour le 6e dimanche après l’Épiphanie — la liturgie tridentine est comprise en une seule année, et certains dimanches étant mobiles à cause de la date variable de Pâques, qui cette année tombait relativement tôt, c’est pourquoi le 6e dimanche après l’Épiphanie se retrouve avant l’avent, puisque le temps après la Pentecôte aura été par conséquent relativement long) — Photo (modifiés) : Laurom/Wikimedia Commons

L’Esprit-Saint, Esprit du Père et du Fils, est la source de tous les biens. C’est l’Esprit Créateur, l’Esprit de vie, par lequel tout existe et vit. C’est l’Esprit Sanctificateur, par lequel le divin Rédempteur poursuit son œuvre de salut universel. L’Esprit-Saint travaille, en effet, au salut de tous les hommes. C’est Lui qui met dans la bouche de l’apôtre la Parole de vérité qui illumine les cœurs. C’est encore Lui qui dispose les âmes à accueillir dans la joie cette Parole toute-puissante de Dieu, capable de renouveler en Jésus-Christ le monde entier. C’est Lui qui couvre de sa lumière et de sa force des personnes très humbles et leur donne de discerner clairement et de résister jusqu’au martyre aux lois injustes des tyrans de la terre.

L’Esprit-Saint est l’unique source de la joie la plus pure. De la joie de ceux qui témoignent de la vérité de l’Évangile dans les circonstances les plus difficiles. De la joie aussi des âmes converties à Jésus-Christ, et ainsi passées de la noirceur spirituelle où elles étaient plongées à la plus douce et irradiante de toutes les lumières.

Dans sa reconnaissance au Seigneur pour les fruits de sa prédication faite « avec l’Esprit-Saint et une grande plénitude de ses dons », saint Paul ne peut taire sa très vive admiration pour la joie manifestée par les Thessaloniciens en recevant son Évangile au sein de nombreuses et graves tribulations. Car leur venue à la foi leur a occasionné de bien pénibles souffrances de la part des juifs et des païens. Or, ils ont compté pour rien ces souffrances en échange du bonheur immense de leur conversion au vrai Dieu et de la ferme espérance qu’ils ont acquise d’entrer, au jour du jugement, dans la joie infinie de la victoire totale et éclatante de Jésus-Christ le divin Roi, dont le Règne n’aura pas de fin.

1 réaction Lire la suite

La Croix de Jésus, source de notre gloire


Jésus portant sa croix selon El Greco

Par l’Abbé J.-Réal Bleau (pour la fête de la Toussaint) — Photo (côtés flous rajoutés) : National Museum of Decorative Arts/Wikimedia Commons

Aujourd’hui, saint Paul pleure devant les chrétiens qui sont devenus les ennemis de la croix du Christ, et mettent leur fierté dans les plaisirs de la chair : ce qui devrait plutôt les couvrir de honte et de confusion. C’est comme si l’Apôtre voyait d’avance la triste décadence actuelle de l’Église, souillée par la très grave immoralité d’un important nombre de baptisés qui vont jusqu’à se glorifier de leur comportement dégradant d’homosexuels. « Il en est plusieurs, dit-il, dont je vous ai souvent parlé, et j’en parle encore avec larmes, qui se conduisent en ennemis de la croix du Christ. Leur fin, c’est la perdition… » (Phil. 3 18-20). Ces malheureux, en insensés, courent à leur perte éternelle : c’est ce qui afflige tant l’Apôtre qui n’a pas épargné ses peines pour les conduire au Christ.

Un disciple de Jésus-Christ n’a rien dont il peut être glorifié si ce n’est de sa participation à la croix du Christ. Car l’honneur d’un chrétien est essentiellement lié à la croix de Jésus, concrètement aux souffrances que la grâce de Dieu le rend capable d’endurer pour témoigner de sa foi et de son amour à l’égard de son seul Seigneur et Sauveur. Le chrétien qui vit dans la constante recherche des plaisirs des sens, sans souci d’observer les commandements, et sans aucun esprit de mortification, n’est pas un véritable disciple de Jésus.

Le détachement, les mépris, les humiliations de toutes sortes, une patience invincible au sein des haines allumées contre lui et des violences qui lui sont faites, un amour de Jésus et des âmes qui ne s’arrête devant aucun obstacle, voilà la source de l’immense honneur dont Dieu comble les vrais amis de son Fils unique. C’est lorsqu’il apparaît faible aux yeux du monde, dépourvu de toutes les ressources humaines dans lesquelles les puissants mettent leur gloire que le fidèle disciple de Jésus Christ est grand et glorieux. « Pour moi, puissé-je ne pas me glorifier d’autre chose que de la croix de notre Seigneur Jésus Christ ! », pouvait dire saint Paul (Gal. 6 14).

1 réaction Lire la suite