M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Quoi faire aujourd'hui et pendant l'été pour stopper le projet de loi qui permet l'euthanasie

Comme vous l'avez sûrement entendu, le projet de loi 52, qui vise à dépénaliser l'euthanasie, a été déposé à l'Assemblée nationale. Demain les députés s'en vont en vacances (vendredi le 14 juin) et à l'automne se pencheront sur ce projet de loi pour l'étudier. Le vote pour avaiiser le projet de loi se tiendra en automne ou tôt en 2014.

Maintenant, on peut faire 2 choses:

1) Contactez dès aujourd'hui votre député provincial. de préférence par téléphone.  Votre élu doit connaître ce que vous pensez de ce mauvais projet de loi : dites-lui « NON à l’euthanasie et au suicide assisté, OUI à une mort digne, sans acharnement thérapeutique, avec soins palliatifs de qualité au besoin. » Encore mieux : visitez-le ou la en personne ! Si vous ne connaissez pas votre député, appelez l’Assemblée nationale :

 

Région de Québec : 418 643-7239

Numéro sans frais : 1 866 DÉPUTÉS (1 866 337-8837)
ou suivez ce lien.

2) L'été venu, les députés rentreront chez eux, dans leurs circonscriptions. Profitez-en pour les visiter lors des multiples épluchettes de blé d'Inde et autres événements auxquels ils assisteront. Allez les voir dans leur bureau de circonscription. Encore une fois, pour trouver leur adresse, il suffit d'aller sur le site de l'Assemblée nationale.

 

Quoi d'autre ?

Il y a d'autres choses que vous pouvez faire pour le plus grand bien de notre collectivité

1. Premièrement, l’essentiel : il faut se baisser la tête et prier ! Où que vous soyez, priez un moment pour que Dieu guérisse l’aveuglement spirituel de trop de nos concitoyens qui les mène à croire que le meurtre est un geste de compassion et le suicide un geste digne et salutaire. Demandons aussi pardon d’avoir pu contribuer de quelque façon à ce délabrement général du respect de la vie.

2. Parlez-en avec votre famille, vos amis et vos connaissances. Grands-parents, parlez-en avec vos enfants et petits-enfants, curé et pasteurs, parlez- en à vos ouailles.

Et n'oubliez surtout pas de faire suivre ce message à toutes vos connaissances. Il faut continuer à se battre pour contrer cette menace.

Pour la vie!


Georges Buscemi, président de Campagne Québec-Vie

Avec votre appui, on peut contrer la menace de l'euthanasie et du suicide assisté au Québec. Merci de votre appui !

 

Laissez un commentaire

La contraception orale -- un cocktail chimique néfaste

Radio-Canada annonce que les pilules anti-conceptionnelles Yaz et Yasmin sont possiblement responsables de la mort de 23 femmes canadiennes:

Les pilules contraceptives de marques Yaz et Yasmin, qui figurent parmi les plus vendues dans le monde, sont soupçonnées d'avoir joué un rôle dans la mort d'au moins 23 Canadiennes, montrent des documents de Santé Canada obtenus par le réseau anglais de Radio-Canada. Selon les documents, des médecins et des pharmaciens qui doivent rapporter les effets secondaires des médicaments suspectent que les pilules aient pu jouer un rôle dans le décès de ces femmes. La plupart des femmes sont mortes subitement d'embolies causées par des caillots sanguins et avaient moins de 39 ans, la plus jeune étant âgée de 14 ans.

Ce n'est que la dernière instance d'une série de problèmes liés à l'utilisation de la contraception orale survenus partout dans le monde. 

Ce n'est vraiment pas surprenant : la contraception orale est un véritable cocktail chimique que l'on ingère quotidiennement. C'est paradoxal, surtout à ce moment de l'histoire où les gens semblent être plus conscients de l'importance de vivre en harmonie avec la nature, d'acheter bio ou organique, d'avoir de saines habitudes de vie. Il est grand temps que le mouvement écologique qui a bien des mérites soit accompagné d'un mouvement pour une saine écologie humaine.

Laissez un commentaire

Faites la connaissance de Céleste : née à 22 semaines, elle a survécu seulement 3 heures, mais sa vie a changé le monde

PAR MELANIE PRITCHARD

Note de l’éditeur : Melanie Pritchard est une conférencière pro-vie et pro-chasteté reconnue à l’échelle nationale. Pour en savoir plus sur son histoire, cliquez ici : The day I died’: the dramatic ‘death’ and recovery of pro-life activist Melanie Pritchard.

Rencontrez Céleste. Son nom signifie «du Ciel». C’était un nom qui convenait parfaitement pour une enfant née à 22 semaines et pesant une livre et une once.

Il y a environ un mois, mon amie Corinna a commencé à avoir des contractions à 22 semaines de sa grossesse. Son mari l’emmena à toute vitesse à l’hôpital où les médecins les informèrent que le bébé arrivait. Les docteurs tentèrent de retarder le travail espérant repousser la naissance à 24 semaines lorsque les bébés sont plus aptes à survivre en dehors de l’utérus. Céleste était pressée et rien ne put la retenir.

Mon mari Doug arriva à l’hôpital quelques heures avant la naissance pour réconforter et supporter son meilleur ami (et parrain de notre fille) Kemi et sa femme Corinna. Je suis arrivée environ une heure après et suis entrée à l’hôpital le cellulaire à la main recevant une confirmation au texto que j’avais envoyé à deux amis prêtres les priant de venir tout de suite à l’hôpital et d’être prêts à baptiser. J’entrai dans la salle de travail et embrassai fortement Kemi, puis me dirigeai vers le lit de Corinna et lui fit un signe de croix sur le front en leur disant que je serais dans le hall assaillant le ciel avec des prières et qu’un prêtre était en route.

Nous nous sommes assis, Doug et moi, avec la famille de Corinna et le frère de Kemi, Ike, attendant anxieusement des nouvelles. Nous priions fiévreusement que soit Céleste arrête sa sortie précoce ou que Dieu fasse que ses poumons soient suffisamment développés pour vivre une longue vie. Il y avait un sentiment de sombre impuissance et en même temps, la confiance et l’espoir.

La mère de Corinna reçut un texto disant que les choses étaient en mouvement, ce qui signifiait que Céleste était en route. La famille quitta pour attendre à l’extérieur de la chambre de Corinna tandis que mon mari et moi sommes demeurés dans le hall pour prier. Quelques minutes plus tard, le Père Muir, mon cher ami prêtre et ami de la famille, entra à l’hôpital aux côtés du médecin personnel de Corinna (qui ne disposait pas de privilèges à cet hôpital mais vint pour offrir du support). Ils ne pouvaient mieux tomber puisque Céleste est née peu de temps après et fut baptisée catholique par le Père dans les minutes suivant sa naissance.

Pendant que Corinna accouchait, sa famille, Ike et Doug étaient dans le couloir pleurant, priant et se serrant mutuellement; il semblait que chacun retenait son souffle pour entendre la suite des choses. J’étais à l’arrière et tombai à genoux suppliant le Seigneur pour un miracle. Le docteur sortit avec un air de tristesse sachant par expérience ce qui allait arriver. Il nous annonça que Céleste était née et pesait une livre et une once, qu’elle respirait, avait même un peu de vigueur et qu’elle reposait maintenant collée sur la poitrine de Corinna. Je demandai au médecin s’il y avait une chance pour le bébé de survivre et il répondit que le bébé vivrait probablement une autre heure. Mon cœur se serra, mais je m’accrochai à l’espoir !

Ils nous invitèrent dans la chambre pour rencontrer Céleste. J’aperçus une magnifique petite fille et je fus émerveillée par l’amour que Corinna et Kemi lui donnaient. Ils lui chuchotaient des mots doux à l’oreille et se regardaient amoureusement l’un l’autre. Leur affection était palpable ! Ils aimaient Céleste, caressaient son petit corps tout en se réconfortant l’un l’autre sachant ce qui allait arriver. Ils invitèrent un photographe à venir faire des photos de famille pour conserver leurs moments ensemble. Leur autre fille, Evie, qui a presque un an, s’est jointe à eux pour les photos. Nous avons tous quitté pour leur laisser du temps ensemble et les infirmières ont été assez gentilles de nous ouvrir la chambre d’à côté pour que nous puissions nous réunir. C’était difficile. D’un côté leur bébé était née vivante et nous voulions être heureux, mais il y avait la sombre réalité qu’elle pourrait ne pas être avec nous pour longtemps. Après quelques heures, je quittai l’hôpital pour soulager ma mère qui gardait mes enfants, car il était tard.

Mon mari est resté là pour accompagner la famille. Doug me raconta que les médecins ont emmené Corinna pour une intervention chirurgicale afin d’enlever le placenta et que Kemi, Ike et Doug sont demeurés dans la chambre inondant Céleste d’amour et d’affection. Kemi sortit pour vérifier l’état de Corinna et oncle Ike caressait affectueusement le dos de Céleste. Doug se rapprocha de Céleste et lui dit la phrase que nous disons à nos enfants. : «Tu es «irrépétable», irremplaçable et unique, et le jour où tu es née le monde a changé pour le mieux parce que tu y es. Il n’y a jamais eu et il n’y aura jamais quelqu’un comme toi parce que tu es spéciale». Les deux hommes sanglotaient sachant que ce magnifique être humain pesant une livre et une once serait bientôt au ciel mais jamais oublié sur terre.

Céleste a survécu trois belles heures en dehors du ventre de Corinna.

Elle a été aimée complètement, totalement et entièrement pendant les 22 semaines et 3 heures de sa vie. Et elle continuera d’être aimée puisqu’elle passera l’éternité au ciel. Mon mari avait raison lorsqu’il murmurait à son oreille : «Le monde a changé pour le mieux parce qu’elle y était». Même si sa vie fut courte, Céleste a été un instrument de changement dans ce monde. Sa courte survie montra son humanité à un stade où plusieurs veulent ignorer qu’elle existe. Elle nous a montré que peu importe que vous viviez trois minutes, trois heures, trois ans ou 103 ans, chaque personne mérite d’être aimée et respectée à chaque étape de son existence, qu’elle soit née ou à naître.

Quelques jours après la naissance de Céleste, son père Kemi partagea ces belles paroles sur Facebook :

Céleste Chineye Ndolo est née le 12 février 2013 à 19 h 47 et est décédée à 22 h 45. Nous avons pu la tenir dans nos bras durant trois heures avant de chanter pour l’endormir pour la première et la dernière fois. Corinna et moi voulons remercier tout le monde pour avoir prié et pensé à nous hier durant notre petite aventure. Corinna et moi aimons envisager la vie comme une série de petites aventures qui nous conduisent au dernier moment où nous devrons rentrer à la maison. Notre petite fille est à la maison. Aujourd’hui, c’est notre 3e anniversaire de mariage et quel meilleur moyen de célébrer l’amour qu’avec la vie. Céleste ne fut pas ici longtemps, mais elle le fut assez longtemps pour être parfaitement aimée par nous et vous tous à travers vos prières. Et maintenant elle va prier pour nous tous jusqu’à ce que nous la revoyions. Si elle ressemble à sa grande sœur, Evie, elle sera debout quand Dieu lui dira de s’asseoir, chantera quand Dieu voudra faire la sieste et rira dans les bras de Dieu. Encore une fois, nous ne pouvons vous remercier tous pour vos prières et votre considération. Nous vous aimons tous et vous considérons comme notre famille.

Kemi et Corinna ont démontré un amour héroïque car ils ont pris soin de leur petite fille, de sa conception jusqu’à sa mort naturelle. Leur amour était pur et prêt à donner même quand ils étaient dans la douleur et le chagrin imaginant ce qui allait arriver.

Céleste était pleinement humaine et pleinement vivante dans le confort du ventre de sa mère et elle continua à être pleinement humaine et pleinement vivante à sa naissance à seulement 22 semaines. L’avortement prend la vie d’un enfant pleinement humain et pleinement vivant et, en Amérique, on peut le faire pendant les neuf mois ou les 40 semaines de grossesse pour n’importe quelle raison. Céleste est la preuve évidente que la vie est précieuse et que chaque être humain mérite d’être traité avec respect de la conception jusqu’à la mort naturelle.

Prions pour que la courte vie de Céleste et ces photos de pur amour héroïque aient un impact sur la culture de la mort. Prions pour que les mères qui choisissent l’avortement voient le visage de Céleste et sortent des bras trompeurs de Planned Parenthood pour aller vers les bras affectueux des centres de grossesse qui vont les traiter avec respect en toute vérité et les aider dans leur situation. Prions pour celles qui sont en situation de crise pour qu’elles voient la main minuscule de Céleste serrée autour du doigt de son père et qu’elles optent pour l’amour héroïque de choisir la vie pour leur enfant à naître. Prions pour que le visage de Céleste soit l’instrument qui invite les législateurs, spécialement notre président, à arrêter l’atrocité de l’avortement qui tue un être humain innocent au nom du confort. Prions pour que le visage de Céleste soit le rappel du ciel aux femmes qui ont avorté leur bébé que Dieu les aime et désire leur pardonner. Prions pour que ces mères voient la face de Céleste et aient le courage de contacter Rachel’s Vineyard ou Silent No More pour rencontrer d’autres femmes qui ont connu la douleur et le chagrin que l’avortement cause aux femmes.

Et enfin, prions pour que Céleste soit un rappel pour nous tous que la vie est précieuse à chaque étape et que nous ne prenions aucun moment pour acquis avec ceux que nous aimons. Et même si nous vivons des circonstances douloureuses ou avons du chagrin, que nous puissions choisir d’aimer d’une manière encore plus héroïque et désintéressée.

Vous pouvez visiter le blogue de Corinna où elle a écrit l’histoire de la naissance de Céleste ici.

Laissez un commentaire

Les choses ne ralentissent pas pour les défenseurs de la vie et de la famille

J’avais cru qu’à la conclusion de la Marche printanière contre l’euthanasie le 18 mai (cette Marche fut un franc succès : 1700 personnes ont manifesté contre l’euthanasie, y compris plusieurs évêques), il s’établirait un temps de calme ici à Campagne Québec-vie… C’est tout le contraire qui s’est produit.

Il y eut premièrement l’annonce de la victoire du maire Jean Tremblay contre les laïcistes du Mouvement laïque québécois. (Ces derniers ont porté plainte auprès des tribunaux des droits de la personne contre le maire parce que celui-ci priait 20 secondes avant les scéances municipales. La cour supérieure du Québec a donné raison au maire, contre ceux qui tentent d’évacuer toute référence à Dieu de la vie publique.) Nous avons fait de grands efforts pour répandre la bonne nouvelle de cette victoire.

Par contre, très peu de temps après l’annonce de cette victoire du maire Jean Tremblay, je reçus un appel d’un journaliste de la presse canadienne : j’appris que Henry Morgentaler venait de mourir. Ce fut le premier d’une bonne quinzaine d’appels de plusieurs médias friands de témoignages sur cet homme qui de sa main a tué 100 000 enfants-à-naître et profondément blessé la société. Nous à CQV avons tenté tant bien que mal d’endiguer la vague de propagande pro-Mortgentaler qui a déferlé sur le Québec et le Canada au cours des jours suivant le décès de l’avorteur récipiendaire de la médaille du Gouverneur général. J’ai été interviewé sur les ondes de Radio Canada, par La Presse (pour leur journal et leur site Web), par TVA, Le Devoir, le Journal de Montréal, la CBC (télévision et radio), CTV (chaîne anglophone canadienne), et par des postes de radio de Montréal et de Gatineau. Dans le bulletin ci-dessous, vous trouverez quelques articles sur la demi-douzaine que nous avons publiés sur notre site ainsi que sur Facebook et Twitter pendant cette semaine très chargée.

Entre-temps, il y a la ministre Véronique Hivon qui est à veille de présenter son projet de loi pour légaliser l’euthanasie. Selon le journal La Presse, il sera déposé le 7 juin, soit une semaine avant la toute dernière journée des travaux parlementaires.

Pour contrer Mme Hivon et les autres promoteurs de l’euthanasie au Québec, le Rassemblement québécois contre l’euthanasie (organisateur de la Marche printanière contre l’euthanasie) a annoncé qu’à la suite de la Marche printanière se met en place une « Mobilisation printanière » contre l’euthanasie.

Les organisateurs et porte-parole du RQCE, les médecins Claude Morin et Marc Bergeron, n’ont pas encore dévoilé la nature des initiatives citoyennes à venir, mais promettent une présence active sur la place publique d'ici la fin de la session parlementaire du printemps 2013 (c’est-à-dire le 14 juin). Vous pouvez être certains que dans les jours et les semaines à venir, Campagne Québec-Vie fera son possible pour aider le RQCE à faire rayonner son message : oui aux soins de fin de vie de qualité, non à l’euthanasie et au suicide assisté !

Même si l’été se pointe, il me semble que les choses ne ralentiront pas pour les défenseurs de la vie et de la famille !

Pour la vie !

Georges Buscemi

p.s. Merci de donner ce que vous pouvez pour nous aider à continuer à combattre contre toutes les atteintes à la vie et à la famille au Québec.

Bulletin juin 2013 >>


OUI ! Par mon don je combats pour la Vie et contre l'avortement et l'euthanasie!

Cher Georges,

Voici mon don pour que Campagne Québec-Vie puisse continuer à annoncer l'importancede défendre la vie humaine de la conception à la mort naturelle. C'est une question de solidarité avec les plus fragiles.

Laissez un commentaire

Dépôt aujourd'hui du projet de loi pour légaliser l'euthanasie

Le journal La Presse annonce en exclusif que le dépôt du projet de loi pour dépénaliser l'euthanasie au Québec se fera aujourd'hui:

D'ici quelques mois, les patients québécois en fin de vie pourraient bénéficier de deux nouveaux droits: celui de réclamer une aide médicale pour mettre fin à leurs jours, mais aussi celui de bénéficier des traitements de soins palliatifs dans toutes les régions de la province.

C'est du moins ce que prévoit le projet de loi que la ministre déléguée à la Santé, Véronique Hivon, espère déposer à l'Assemblée nationale dès demain, a appris La Presse.

Pivot du projet de loi, l'aide médicale à mourir a dû être définie. On s'est bien davantage orienté vers le «modèle européen», nous indiquent diverses sources bien au fait du dossier, où le médecin administre lui-même les médicaments qui mettront fin à la vie du patient. On a ainsi rejeté le modèle du suicide assisté, en vigueur dans trois États américains, ainsi qu'en Suisse.

Comme je l'ai dit hier, il en encore temps de communiquer votre désaccord avec votre député: c'est votre droit et votre devoir de le faire!

Laissez un commentaire

Le faiseur d'anges: Un puissant témoignage sur les effets de l'avortement sur les hommes

Qu'on appelle cela "syndrome post-abortif" ou par quelque autre terme moins médical, l'avortement ça fait du mal aux femmes, mais aussi aux hommes qui ont vécu cette expérience, et cela pour bien longtemps. Un témoignage choc qui prend aux tripes.

(Les hommes vivent trop souvent l'angoisse et la tristesse de l'avortement dans la solitude)

 

 

Personne n'est pour l'avortement, ça n'est qu'un torrent de tristesse et de solitude. Quand le premier rayon du soleil réveille l'humanité, la terre entière n'a qu'une envie: se pencher sur un berceau plein de vie, pas regarder le fond rouge d'une cuvette souillée.

Laissez un commentaire

Journal de Montréal : Lettre à une maman enceinte de son quatrième

Une lettre d'une lectrice du journal de Montréal qui a déjà passé par le drame de l'avortement et qui conseille une femme aux prises avec une quatrième grossesse de garder son enfant:
 

Je m’adresse à toi « la maman » qui demandait à Louise si tu devais mettre au monde ou avorter de ton troisième enfant. J’ai choisi l’avortement quand je suis tombée enceinte à 22 ans, seule et sans le sou. Un sentiment profond de perte m’a envahie par la suite, sans que le temps finisse par m’apporter l’oubli. Toi qui a la chance d’être épaulée par un homme aimant, père de tes trois premiers enfants, alors que vous semblez avoir en plus une bonne stabilité financière, n’hésites plus à mener à terme ce petit dernier!

Laissez un commentaire

Le projet de loi pour légaliser l'euthanasie au Québec serait prêt à déposer, selon le Soleil

Le Soleil nous confirme ce que nous craignions déjà: La ministre Hivon aurait appliqué les touches finales sur son projet de loi qu'elle s'apprêterait à déposer avant la fin de la session parlementaire en cours, qui se termine le 14 juin.

 

(Québec) La ministre déléguée aux Services sociaux et à la Protection de la jeunesse, Véronique Hivon, s'apprête à déposer son projet de loi sur l'aide médicale à mourir au Québec. Ce sera la dernière pièce législative d'importance que présentera le gouvernement Marois d'ici la relâche parlementaire estivale, prévue le 14 juin.

Véronique Hivon donnera suite aux recommandations de la Commission spéciale sur la question de mourir dans la dignité dans les prochains jours, a-t-on confirmé au Soleil, lundi.

L'automne prochain, une commission parlementaire entendra une dernière fois, à l'Assemblée nationale, les groupes et les individus intéressés (avant que le projet de loi ne soit adopté). Cette consultation n'aura évidemment pas l'ampleur de celle de la commission spéciale ayant parcouru le Québec pendant de nombreux mois. Le projet de loi devrait être adopté sans trop de difficultés. Les partis politiques représentés à l'Assemblée nationale sont tous pour l'instauration d'une aide médicale à mourir.

Il en encore temps de communiquer votre désaccord avec votre député: c'est votre droit et votre devoir de le faire!

Laissez un commentaire

Le Dr Serge Daneault -- Euthanasie : les invasions barbares

Une conférence à ne pas manquer par le Dr Serge Daneault: Euthanasie: les invasions barbares.

http://www.youtube.com/embed/uvqZ2O_N-G0?rel=0

Laissez un commentaire

« Je ne pensais pas qu’en 2013 des gens puissent avoir des idées aussi conservatrices »

Une correspondance entre une Québécoise surprise et une collaboratrice de Campagne Québec-Vie

Québécoise surprise : Suite à la mort de M. Morgentaler, j’ai pu entendre le président de votre organisation dans les médias. Eh bien, je crois que pour le bien de votre organisation, il devrait démissionner. Étant un homme, il n’a vraiment aucune crédibilité. (Pour la réfutation de ce sophisme pro-choix parmi tant d'autres, voir ici--rédaction) Que sait-il de ce que c’est que de tomber enceinte et de porter un enfant avec tout ce que cela implique?

Puis, j’ai eu l’idée de visiter votre site Internet. Quelle surprise ! Je ne pensais pas qu’en 2013 des gens puissent avoir des idées aussi conservatrices. Surtout après avoir lu ces quelques lignes concernant les objectifs de votre organisation:

« L’éducation du gouvernement et des citoyens sur l’avortement, la recherche entreprise sur les cellules souches embryonnaires, le suicide assisté, l’euthanasie, et d’autres menaces aux droits de l’Homme et à la dignité humaine » . Des menaces aux droits de l’homme et à la dignité humaine !!! Quoi de plus digne pour un humain que de pouvoir disposer de son corps comme il l’entend ! La liberté de choix ! Il est certain que des actions comme l’avortement et le suicide assisté doivent être bien encadrées pour éviter des abus, mais à mon avis, ceci demeure un droit fondamental pour un être humain. Quant aux articles à saveur homophobes (sic)… Vous qui êtes pour la vie, je vous dit simplement : Vivre et laisser vivre !!!

Quoi qu’il en soit, je crois que la promotion de la vie familiale et des valeurs traditionnelles est une très bonne chose car elles ont fait leurs preuves en ce qui concerne la probabilité pour un individu de mener une vie heureuse. Cependant, je crois qu’il faut respecter le choix de ceux qui préfèrent s’en éloigner. Au moins, ils auront vécu leur vie comme ils le voulaient.

Bonne journée,

--Une Québécoise surprise

 

Chère Madame,

Le président de Campagne Québec Vie m’a demandé si je pouvais répondre un peu à votre courriel, car vous semblez d’avance refuser ce qu’un homme pourrait dire à propos des grossesses et des enfants à naître.

Je vais donc essayer de mon mieux comme femme et mère de 4 enfants. Je dois vous dire tout de suite que je ne suis pas trop surprise que vous ayez ressenti un choc en découvrant le site de CQV. Beaucoup de Québécois, hommes et femmes, surtout de la plus jeune génération ne reçoivent l’information que par les média et le gouvernement qui sont unanimes à promouvoir l’avortement comme droit fondamental des femmes.

Au sujet de ce droit, je voudrais vous inviter à réfléchir. Est-t-il vraiment possible que les membres d’un groupe de l’humanité réclament le droit de disposer de la vie d’un autre groupe. Non, ce n’est pas possible. Pour que cela puisse se faire, il fallait d’abord s’appliquer à dépouiller les enfants à naître de leur dignité humaine. Il est pourtant évident à toute personne qui y réfléchit que cette dignité leur revient par nature. Toute mère et père qui attendent un enfant, oui ils l’attendent tous les deux, le savent très bien.

C’est en ce point que se situe le conflit entre les pro-choix et les pro-vie. S’il s’agissait d’un simple choix d’avoir ou de ne pas avoir un enfant, ou de disposer de son propre corps, la controverse serait finie depuis très longtemps. Le problème réside dans le fait que l’enfant est déjà là, que c’est un autre corps et la question devient : Tuer ou ne pas tuer un autre ?

Vous étiez très surprise par les idées que vous estimez très conservatrices. Dans notre société, on a été conditionné depuis maintenant beaucoup d’années à classer plusieurs questions très importantes selon la solution proposée soit comme progressistes ou conservatrices. En réalité, on devrait chercher ensemble à trouver les solutions correspondant à la justice et à la vérité plutôt que les classer de la sorte.

Dans le cas de l’avortement, on applique au Québec depuis plus de trente ans l’approche progressiste : l’avortement sur demande payé indifféremment par les pro choix comme par les pro-vie. On a enlevé le droit à la vie aux enfants à naître pour pouvoir accorder le droit à l’avortement aux femmes. Le concept de la vérité et de la justice interdit à l’esprit humain de faire un transfert de droit semblable. C’est pourquoi le mouvement pour la défense des enfants à naître ne faiblit pas, mais au contraire prend de l’ampleur. Si vous comprenez l’anglais, je vous recommande de visiter le site de CCBR. Cet organisme a été fondé par une jeune femme. Vous allez voir qu’il se lève au Canada une nouvelle génération consciente de la terrible injustice commise envers nos enfants à naître. Ces jeunes gens se considèrent de chanceux survivants étant tous nés après 1988, date où le Canada a été dépourvu de toute loi encadrant l’avortement et ils veulent consacrer leur vie au rétablissement de la justice.

Vous croyez que «la promotion de la vie familiale et des valeurs traditionnelles est une très bonne chose car elles ont fait leurs preuves en ce qui concerne la probabilité pour un individu de mener une vie heureuse». Je suis d’accord avec vous et pour ma part, je ne crois pas que les femmes s’en porteront moins bien quand notre société investira dans leur heureuse maternité plutôt que dans les avortements.

Un mot au sujet de la mission de CQV : Au Québec, et à vrai dire pas juste ici, on utilise le mot phobie pour intimider toute personne qui voudrait librement réfléchir à propos d’une question à laquelle on veut imposer une réponse unique. Voici un exemple : imaginons deux situations de notre société. Dans la première il n’y aurait au Québec aucune relation homosexuelle, seulement des relations hétérosexuelles maritales. Et imaginons le contraire que dans notre société il n’y aurait que des homosexuels. Je ne pense pas qu’il faille un cours collégial pour reconnaître dans quelle situation le Québec se développerait le mieux. Il en découle qu’il y a une différence dans la nature de ces deux sortes de relations.

Et pourtant, le Gouvernement et le Parlement du Québec affichent une unanimité extrêmement troublante dans sa volonté de faire la propagation de la valeur égale de l’homosexualité et de l’hétérosexualité. La plupart des parents ne souhaitent pas que leurs enfants s’engagent dans les relations homo, mais le Gouvernement se sent la mission d’enseigner à nos enfants qu’ils ont un choix égal. Pas un seul député de tous les partis politiques du Québec n’ose défendre l’évidence qu’une grande partie de la population reconnaît clairement. Pourquoi ? Ils ont peur d’être taxés d’homophobie.

C’est ici qu’apparaît l’importance de la mission de CQV. Au sujet de l’avortement, de l’homosexualité ou encore de l’euthanasie, le Gouvernement et les partis politiques représentés au Parlement sont, contrairement à la population du Québec, unanimes à faire la promotion de valeurs partisanes de lobbys féministes, homosexuels ou autres aux dépens de celles des familles.

CQV refuse de céder à l’ambiance de peur qui impose l’unanimité à nos députés et à la quasi-totalité de nos média. Ce n’est pas facile. On est humain et on peut faire des erreurs, mais je crois que CQV s’acquitte avec honneur des tâches que lui confère sa mission. Dans le contexte de la pensée unique qui recouvre le Québec, les idées qu’elle défend apparaissent parfois, comme vous dites, très conservatrices, mais si vous sortez du Québec à l’Ouest ou au Sud, vous allez voir que le débat est autrement vigoureux.

Je pense que rien ne manque au Québec autant que cette diversité de pensée à propos des sujets dont nous parlons. Puissiez-vous continuer vos réflexions librement pour le bien du Québec, c’est ce que je vous souhaite.

Au plaisir de vous relire éventuellement.

--Colette, épouse, mère de 4 enfants et collaboratrice de Campagne Québec-Vie

Laissez un commentaire