M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un démocrate parraine un projet de loi obligeant les garçons à subir une vasectomie à la puberté


Mickey Dollens.

Par Micaiah Bilger (LifeNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie

Pour protester contre la législation qui protège les bébés à naître contre l’avortement, un chef démocrate de l’Oklahoma a proposé la semaine dernière un projet de loi visant à forcer les garçons à subir une vasectomie.

Townhall rapporte que le chef de la minorité de la Chambre des représentants de l’Oklahoma, Mickey Dollens, représentant démocrate d’Oklahoma City, a déclaré qu’il avait suggéré ce projet de loi « fou » sur la vasectomie pour montrer à quel point il est « ridicule » d’interdire les avortements.

« Je vous invite à corédiger un projet de loi que j’envisage pour l’année prochaine et qui obligerait chaque homme, dès la puberté, à subir une vasectomie obligatoire qui ne serait réversible que lorsqu’il aurait atteint une certaine stabilité financière et émotionnelle », a déclaré M. Dollens la semaine dernière après l’adoption par l’Assemblée législative de l’Oklahoma d’un projet de loi interdisant les avortements dans l’État.

Le gouverneur Kevin Stitt, un républicain pro-vie, devrait signer le projet de loi. Si les tribunaux ne la bloquent pas, la législation sauverait chaque année près de 4 000 bébés à naître de l’avortement.

Toutefois, M. Dollens a ignoré le véritable objectif du projet de loi, affirmant au contraire qu’il s’agit de « s’immiscer » dans le corps des femmes dans une interview accordée à MSNBC. Il a déclaré qu’il n’était pas sérieux dans sa proposition de vasectomie forcée, mais qu’il voulait faire un point sur l’autonomie corporelle.

« Pour combattre le feu par le feu, j’ai fait une proposition ironique de vasectomie obligatoire pour montrer à quel point il est absurde et ridicule de réglementer l’autonomie corporelle d’une personne », a-t-il déclaré à Katie Phang, animatrice de MSNBC. « Je tiens à dire publiquement que je ne crois pas que le gouvernement doive réglementer le système reproductif de quiconque, mais dans ce cas, il semble que cela ait vraiment trouvé un écho... ».

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Dollens a également critiqué « tous les mâles en colère » qui ont exprimé leur indignation face à sa proposition, écrivant sur Twitter : « ... si les vasectomies obligatoires semblent absurdes, l’idée que le gouvernement réglemente la reproduction des femmes devrait également l’être ».

Mais Dollens est passé à côté de l’essentiel. L’objectif de la législation pro-vie est de protéger les bébés à naître, des êtres humains uniques et vivants dès le moment de la conception qui méritent un droit à la vie. Les avortements détruisent violemment leur vie et les privent de la possibilité de jouir de tout droit humain fondamental, et ils ne guérissent ni n’aident les mères des bébés.

La mesure pro-vie est une loi de type texan qui prévoit un droit d’action privé pour son application, mais au lieu de protéger les bébés à naître à six semaines, lorsque les battements de leur cœur peuvent être détectés, le projet de loi de l’Oklahoma protège les bébés à naître dès le moment de la conception, lorsque leur vie commence. Il prévoit des exceptions pour le viol, l’inceste et les risques pour la vie de la mère.

Ce projet de loi est la deuxième loi de type texan qu’a approuvée l’Assemblée législative de l’Oklahoma au cours de cette session. Les législateurs ont également adopté une autre loi qui interdit l’avortement dès que le cœur du bébé à naître peut être détecté, soit à environ six semaines de grossesse. Dans tout le pays, les législateurs ont présenté cette année des centaines de projets de loi en faveur de la vie, dans l’attente d’une éventuelle annulation de l’arrêt Roe v. Wade par la Cour suprême cet été. Depuis 1973, les États ont été contraints de légaliser les avortements sans limites jusqu’à la viabilité, et plus de 63,5 millions de bébés à naître ont été tués.

L’institut Guttmacher estime que 26 États « sont certains ou susceptibles d’interdire l’avortement » si la Cour suprême se débarrasse de Roe. Et les chercheurs ont estimé que le nombre d’avortements diminuerait d’environ 120 000 la première année et potentiellement encore plus les années suivantes si la haute Cour autorise les États à interdire à nouveau les avortements.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire