M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

35e anniversaire du jugement Morgentaler

J'ai le plaisir de vous annoncer que nous participons à un événement organisé par Campaign Life Coalition (CLC), pour le 35e anniversaire du sinistre jugement R. c. Morgentaler qui a créé un vide juridique au Canada autour de l'avortement. Depuis ce jour infortuné, des dizaines de milliers d'enfant à naître sont tués chaque année.

L'événement aura lieu demain le jeudi 26 janvier, à 10h, devant le bâtiment de la Cour suprême du Canada, au 301 Wellington St, Ottawa, ON K1A 0J1, puis se terminera devant le parlement (Wellington St également). Venez nombreux ! Une partie de notre équipe est actuellement à Ottawa pour participer à l'événement.

Je vous annonce aussi ici les programmes de stages d'été 2023 pour étudiants de CLC et du journal The Interim. Il s'agit de stages rémunérés lors desquels les étudiants apprendrons à connaître en profondeur la philosophie du mouvement pro-vie, l'apologétique pratique, les divers modes d'actions, allant de tâches administratives, en passant par, la rédaction d'articles, le design ou la gestion de réseaux sociaux, à la participation d'événements concrets.

Pour plus de détails, cliquez ici (notez que les stages seront uniquement en anglais).

Pour la Vie,
Augustin Hamilton

Nos articles de la semaine :


Le tube respiratoire d’un enfant de cinq ans lui sera retiré même si cela le tue
La Cour d’appel du Québec a statué que le tube respiratoire d’un enfant pourra être retiré de façon permanente, même si ses parents s’opposent à cette décision.


Une étoile de la NHL refuse de porter un maillot LGBT et reçoit un soutien massif de son entraîneur et de ses admirateurs
Les amateurs de sport sont venus en aide au joueur de hockey russe orthodoxe Ivan Provorov, qui a subi les foudres des commentateurs libéraux pour avoir refusé de porter des vêtements d’échauffement aux couleurs de l’arc-en-ciel avant un match de la « Nuit de la fierté » cette semaine.


Voici pourquoi la photographie des victimes d'avortement est-elle importante ? Entrevue avec Merichel Diaz
Montréal Contre l'Avortement (MCA) est un groupe pro-vie à Montréal qui concentre son action sur les images des victimes d'avortement.


Marche pour la Vie post-Roe aux États-Unis
Des dizaines de milliers de pro-vie ont bravé le froid pour marcher vers le Capitole des États-Unis pour la 50e marche annuelle pour la vie.


Le Canada est en tête du classement mondial d’euthanasie avec don d’organes
« Les patients canadiens qui optent pour l’euthanasie fournissent plus d’organes de transplantation que tout autre pays au monde autorisant le suicide assisté par un médecin ».


Leslyn Lewis révèle que Trudeau a signé la charte du Forum économique mondial en 2020 y faisant adhérer le Canada
Mme Leslyn Lewis, députée du Parti conservateur du Canada, a révélé les modalités selon lesquelles le gouvernement libéral du premier ministre Justin Trudeau a signé en 2020 une charte du Forum économique mondial (FEM) qui pourrait priver le pays de son autonomie en matière de soins de santé et d’environnement.


Les écoles publiques canadiennes endoctrinent les enfants dans le transgenrisme sans le consentement des parents
Un enseignant de Calgary a dit à une classe de 6e année que leur camarade avait dévoilé son identité transgenre, mais qu’ils « ne devaient pas révéler la nouvelle identité de genre de leur camarade à ses parents », qui ne savaient pas que l’élève avait commencé à s’identifier de cette manière.


L’incohérence morale de Trump sur l’avortement pourrait causer sa perte
« Après avoir mis tout mon cœur et toute mon âme, pendant près de 40 ans, à œuvrer pour mettre fin au massacre massif et mondial d’innocents par l’avortement, j’ai été vraiment bouleversé par la déclaration de l’ancien président Donald Trump, dimanche, sur cette question. »

1 réaction

Programme de stages d’été 2023 de Campaign Life Coalition et du journal The Interim 

Campaign Life Coalition Youth

Vous voulez savoir ce qui se passe dans les coulisses de la plus grande et plus ancienne organisation pro-vie du Canada ? Le programme de stages d’été de Campaign Life Coalition et du journal The Interim est conçu pour stimuler et récompenser un certain nombre de jeunes gens en leur donnant l’occasion unique de travailler à temps plein dans le mouvement pro-vie et pro-famille pendant les mois d’été. Ce stage rémunéré vise à former de futurs responsables en dotant les stagiaires des connaissances, des compétences et de la motivation nécessaires pour défendre la vie, de la conception à la mort naturelle. Nos stagiaires ont poursuivi de nombreuses carrières passionnantes et épanouissantes, notamment dans le ministère religieux, l’éducation, la politique, les médias, les affaires, les soins de santé, etc. Beaucoup ont continué à travailler pour le mouvement pro-vie, soit en tant qu’employé de Campaign Life Coalition, soit dans une autre organisation.

Description du stage :  

Tous les stagiaires devront travailler à temps plein, sauf indication contraire. Les stagiaires seront affectés à différentes tâches et à différents superviseurs toutes les 1 à 3 semaines, afin qu’ils puissent apprécier l’ampleur du travail que nous faisons — depuis les tâches administratives jusqu’aux projets de recherche, en passant par la rédaction de textes pour The Interim, l’assistance à notre équipe politique, l’aide à l’organisation de la Chaîne pour la Vie, la création de contenu pour les médias sociaux et la sensibilisation des pairs par le biais de CLC Youth, etc.

En outre, chaque stagiaire devra participer à des sessions de formation hebdomadaires pour en apprendre davantage sur l’apologétique pro-vie et les nombreuses facettes du mouvement pro-vie. Pour mettre ces connaissances en pratique, les stagiaires seront également encouragés à s’engager dans l’activisme hebdomadaire, sous la direction de militants expérimentés. Les stagiaires auront le privilège de participer à divers événements, conférences et webinaires au nom de Campaign Life Coalition et de rencontrer divers dirigeants pro-vie, tant au sein de CLC qu’à l’extérieur, comme les Sisters fo Life, Angelina Steenstra de la campagne de sensibilisation Silent No More, Alex Schadenberg de la Coalition pour la prévention de l’euthanasie, etc. 

Si vous n’êtes pas sûr de la branche du mouvement pro-vie qui vous attire le plus (éducative, politique, pastorale, spirituelle), ou si vous voulez avoir un aperçu de tout cela, ce stage est pour vous. 

Notez bien : Pour l’année 2023, le stage d'été organisé par Campaign Life Coalition et le journal The Interim se déroulera exclusivement en anglais. Le participant devra donc être en mesure de communiquer en anglais.

Postulez à notre stage d’été :  

Les candidatures pour le stage d’été 2023 sont maintenant OUVERTES. Pour postuler, envoyez les documents suivants par courriel à [email protected] et [email protected] avant le vendredi 17 mars 2023 : 

POSTULEZ DÈS MAINTENANT 

Témoignages d’anciens stagiaires : 

« On a le sentiment de faire partie d’un mouvement plus grand que soi, de faire quelque chose de hautement héroïque même, c’est-à-dire de sauver des vies. » — Angelica, été 2022 

« Mon expérience de cet été a été extrêmement formatrice, elle m’a donné un aperçu beaucoup plus profond de l’importance des organisations pro-vie comme CLC, et m’a fait réaliser à quel point le monde serait pire sans elles. Dans l’ensemble, j’ai aimé à quel point le stage était complet, de l’apprentissage de l’apologétique au [développement] de la capacité d’utiliser cette apologétique dans nos conversations dans la rue, et même dans nos articles et blogs. » — Mary, été 2022 

« Mon expérience de cet été a absolument changé ma vie. » — Catherine, été 2022 

« Mon été a été incroyable, le stage est incroyablement formateur et vraiment axé sur l’aide au développement de mes compétences interpersonnelles. J’aime la façon dont le bureau et les personnes qui ont travaillé avec nous, nous ont traités comme des adultes qui apprennent, j’ai ressenti un sentiment de communauté et honnêtement comme faisant partie d’une famille. Je sais que j’ai grandi en tant que personne, et c’est grâce aux modèles incroyables qui travaillent à CLC » — Sarah, été 2022 

« Pendant le stage, j’ai pu à la fois apprendre comment fonctionne le mouvement pro-vie et renforcer mes propres convictions pro-vie grâce aux personnes merveilleuses que j’ai rencontrées. Parmi les stagiaires, j’ai trouvé des personnes fortes et dévouées qui seront à la fois des camarades et des exemples dans la lutte pour la vie ; et parmi ceux qui travaillent à plein temps à CLC, j’ai trouvé des personnes merveilleuses et incroyablement dévouées qui se consacrent à la vie et à la vérité. Mes interactions avec toutes ces personnes ont servi à renforcer mon engagement envers la cause pro-vie et m’ont donné une idée de ce que devraient être mes efforts. » — Johnny, été 2021  

« Bien que je me sois toujours considérée comme pro-vie avant cet été, je peux dire que je n’ai jamais été intensément convaincue. Des conversations pouvaient avoir lieu à l’école ou à la maison, et je n’avais pas le courage ou l’intégrité de dire les vérités de mes croyances pro-vie à ceux qui m’entouraient, de peur d’être ostracisée. En participant au stage d’été 2021 de CLC, je suis devenue plus informée, plus audacieuse et plus courageuse pour exprimer publiquement ce que je sais être des vérités objectives sur les horreurs de l’avortement. Le programme m’a permis de devenir une avocate de la cause des enfants à naître. Je n’ai plus d’hésitation à exprimer mes pensées sur les questions pro-vie, car je peux maintenant voir et apprécier pleinement l’ampleur de la sombre réalité de la situation : une question de vie ou de mort. » — Angelica, été 2021 

« J’ai appris que la cause pro-vie est une question d’amour et de respect pour ceux qui n’ont pas de voix, les plus vulnérables de notre société, les enfants à naître. Le stage m’a fait prendre conscience du fait que je ne suis pas seule dans la lutte pour le droit à la vie de tous les êtres humains, aussi petits ou moins développés soient-ils. Le message le plus significatif que j’ai appris sur la cause pro-vie est qu’elle est centrée sur Dieu et que nous sommes ses instruments pour diffuser le message pro-vie. » — Zephania, étés 2019 et 2020 

« Je recommanderais ce travail parce que je pense qu’il m’a aidé à grandir, non seulement dans ma connaissance des questions pro-vie, mais aussi dans ma foi et en tant que personne en général. » — Nikola, été 2019 

« J’ai appris qu’il y a tellement plus de personnes qui se battent pour la vie que je n’aurais jamais pu l’imaginer. Je n’avais aucune idée de l’ampleur réelle de ce mouvement. J’ai également appris que nous ne pourrons jamais changer instantanément toute la société, mais que nous devons toujours nous efforcer de changer la perspective d’une personne à la fois, car cela peut changer leur monde. » — Anna, été 2019 

« Je recommande cette expérience professionnelle à d’autres personnes car elle a apporté beaucoup de satisfaction et de joie dans ma vie. Je recommande ce stage à toute personne qui cherche à faire une réelle différence dans le monde. » — Greg, étés 2018 et 2019 

« Avant le début du stage d’été, je ne savais pas trop à quoi m’attendre en travaillant pour Campaign Life Coalition. J’étais enthousiaste à l’idée d’élargir mon expérience et mon implication dans le mouvement pro-vie, et jusqu’à présent, je peux dire que ce stage est allé au-delà de ce qui était prévu pour nous aider à comprendre pourquoi la lutte pour la vie est une cause si urgente. Comme je suis une personne qui apprend par la pratique, j’ai beaucoup apprécié l’expérience de l’activisme de rue hebdomadaire que nous faisons, ainsi que de toutes les tâches qui me sont assignées chaque semaine, en sachant qu’elles servent un objectif plus grand. Le fait d’être impliquée dans ce mouvement et de travailler pour CLC m’a guidée vers la réalisation de ma passion — partager le message pro-vie. Même si j’essaie de faire une différence dans la vie de ceux qui m’entourent en transmettant ce message, je peux honnêtement dire que ce sont les personnes les plus vulnérables et sans défense de notre société — les enfants à naître — qui ont fait la plus grande différence dans ma vie, en me faisant réaliser qu’elles ont aussi besoin d’une voix. » — Arianne, étés 2017 et 2018 

« ... jusqu’à présent, l’expérience n’aurait pas pu être meilleure. Les orateurs que j’ai écoutés et les ateliers auxquels j’ai participé m’ont donné un nouvel aperçu et une connaissance approfondie du mouvement pro-vie. L’activisme de rue auquel j’ai participé avec des organisations telles que Show the Truth et Aid to Women a également été une expérience formidable. J’espère maintenant utiliser les connaissances et l’expérience que j’ai acquises pour résoudre les problèmes au Canada, comme l’avortement et l’euthanasie, entre autres, en travaillant dur, en militant et en priant. » — Christopher, été 2017 

« Je recommanderais tout particulièrement le stage de Campaign Life à toute personne qui est nouvelle dans la communauté pro-vie. Vous vous ferez de grands amis, vous apprendrez beaucoup sur l’histoire du mouvement et vous acquerrez de l’expérience dans ses branches éducative et politique. » Taylor, étés 2013, 2014, 2015 

« Mon expérience en tant que stagiaire d’été à Campaign Life Coalition a été très fructueuse. J’ai eu la chance de rencontrer des pro-vie compétents et dévoués, et d’apprendre de leurs expériences riches et variées dans différents aspects du mouvement pro-vie : éducation, politique, journalisme, engagement des jeunes, et plus encore. Je recommande vivement l’expérience du stage de CLC à toute personne qui cherche à faire progresser le mouvement pro-vie au Canada. » — Natasha, été 2013 

1 réaction

Leslyn Lewis révèle que Trudeau a signé la charte du Forum économique mondial en 2020 y faisant adhérer le Canada

Par Anthony Murdoch — Traduit par Campagne Québec-Vie

20 janvier 2023, Ottawa (LifeSiteNews) — Mme Leslyn Lewis, députée du Parti conservateur du Canada, a révélé les modalités selon lesquelles le gouvernement libéral du premier ministre Justin Trudeau a signé en 2020 une charte du Forum économique mondial (FEM) qui pourrait priver le pays de son autonomie en matière de soins de santé et d’environnement.

« En novembre 2020, alors que les Canadiens étaient distraits par le COVID, le gouvernement libéral a signé une charte initiée par le Forum économique mondial. Cette “Charte des nations agiles” facilitera l’élaboration de règles agiles en dehors du Parlement », a tweeté Lewis mercredi.

« Pourquoi ce secret ? »

Mme Lewis, députée pro-vie, a inclus un lien vers un document qu’elle a reçu en réponse à une demande de renseignement d’un membre du parlement qu’elle a déposée en octobre 2022 et qui demandait quel était l’engagement du gouvernement canadien envers le réseau « Nations agiles » dirigé par le FEM.

Les réponses contenues dans le document, qui ont été remises à Mme Lewis par le député libéral Greg Fergus, montrent que le Canada était l’un des sept pays qui ont participé aux réunions organisées en 2020 par le FEM, ainsi que par l’Organisation de coopération et de développement économiques.

Les réunions ont porté sur la « réglementation agile sur les technologies émergentes », Fergus notant que le Canada « a exprimé son soutien à la proposition et a fourni des commentaires sur les premières ébauches de la Charte pour étoffer la version finale qui a été signée en novembre 2020 ».

« Le Canada a soutenu le Royaume-Uni dans son mandat de premier président des “Nations agiles” pour établir des mécanismes de coordination et de gouvernance », peut-on lire dans la réponse.

Selon les réponses de Fergus, la « “Charte des nations agiles” est une reconnaissance par les pays membres de la nécessité d’une collaboration internationale pour créer un environnement réglementaire dans lequel l’innovation peut prospérer. »

1 réaction Lire la suite

Le Canada est en tête du classement mondial d’euthanasie avec don d’organes

Par Alex Schadenberg (Coalition pour la prévention de l’euthanasie) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Freepik

La journaliste Marnie Cathcart a écrit un commentaire sur une étude récente publiée dans l'American Journal of Transplantation sur la tendance croissante des dons d’organes après euthanasie. Cathcart a été publiée par Epoch Times le 17 janvier 2023. Voici ce qu’elle a écrit :

Les patients canadiens qui optent pour l’euthanasie fournissent plus d’organes de transplantation que tout autre pays au monde autorisant le suicide assisté par un médecin, selon la première étude internationale sur l’aide médicale à mourir (AMM).

Les patients canadiens qui décident de mettre fin à leur vie avec l’aide d’un médecin ont également contribué à près de la moitié des transplantations d’organes documentées dans le monde ayant eu lieu après une euthanasie.

Le Canada a légalisé l’euthanasie en 2016, et est devenu un leader mondial de cette pratique en 2022, avec un nombre record de personnes qui se suicident avec des médicaments létaux administrés par un médecin. En mai 2022, huit pays dans le monde autorisaient la mort par « administration intraveineuse de substances létales par un praticien », le type d’AMM compatible avec un don d’organes ultérieur.

Il y a cinq ans, les patients devaient faire face à une mort imminente pour accéder à cette procédure. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Depuis l’année dernière, les Canadiens qui souhaitent obtenir de l’aide pour mettre fin à leur vie n’ont pas à souffrir d’une maladie en phase terminale. Ils peuvent en effet bénéficier de l’AMM en cas de « maladie, d’affection ou d’incapacité grave et incurable ». La disponibilité de l’AMM a été élargie en 2022, avec des plans pour inclure la maladie mentale comme condition d’admissibilité d’ici le 17 mars 2023.

1 réaction Lire la suite

Marche pour la Vie post-Roe aux États-Unis

Par Léo Kersauzie (Médias-Presse-Info)

Des dizaines de milliers de pro-vie ont bravé le froid pour marcher vers le Capitole des États-Unis pour la 50e marche annuelle pour la vie.

C’était la première marche nationale depuis que la Cour suprême des États-Unis a annulé l’arrêt Roe. Le thème de cette année était « Prochaines étapes : Marcher vers une Amérique post-Roe “. C’est pourquoi la Marche s’est terminée au Capitole, où les batailles législatives se poursuivront sur le financement par les contribuables de Planned Parenthood, les tentatives des démocrates de codifier un ‘droit’ à l’avortement, les protections fédérales pour les enfants à naître, etc.

La forte participation reflète à la fois l’énergie des militants pro-vie encouragés par le jugement de la Cour suprême et le fait que les restrictions COVID-19 sur les rassemblements publics de masse ont été largement abandonnées. La Marche pour la vie avait été annulée en 2021, sous prétexte de pandémie.

Il est frappant de constater que les jeunes femmes sont très nombreuses parmi les participants à la Marche pour la Vie. C’est très encourageant.

1 réaction

Une étoile de la NHL refuse de porter un maillot LGBT et reçoit un soutien massif de son entraîneur et de ses admirateurs


Ivan Provorov.

Par Stephen Kokx — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Philadelphia Flyers/YouTube

20 janvier 2023 (LifeSiteNews) — Les amateurs de sport sont venus en aide au joueur de hockey russe orthodoxe Ivan Provorov, qui a subi les foudres des commentateurs libéraux pour avoir refusé de porter des vêtements d’échauffement aux couleurs de l’arc-en-ciel avant un match de la « Nuit de la fierté » cette semaine.

Selon le Daily Wire, le maillot n°9 de Provorov, qui joue pour les Flyers de Philadelphie, est presque épuisé dans plusieurs boutiques en ligne.

Le maillot d’Ivan Provorov est maintenant complètement épuisé sur NHL Shop et Fanatics à l’exception des très petites tailles.
— Greg Price (@greg_price11) 19 janvier 2023

« En date de jeudi après-midi, sur les sites Fanatics et NHL Shop, le maillot ne semblait pas être disponible en coupe homme et ne pouvait être acheté qu’en coupe femme », rapporte le média. Fanatics et NHL Shop disaient tous deux que les maillots étaient « presque épuisés ».

Mardi, Provorov a déclaré aux journalistes qu’il voulait simplement « rester fidèle à moi-même et à ma religion » lorsqu’on lui a demandé pourquoi il n’avait pas participé aux exercices pro-LGBT d’avant-match.

La décision de Provorov de vivre sa foi a déclenché une tempête de commentaires dans le monde du sport. Des journalistes d’ESPN, de Sports Illustrated et d’ailleurs l’ont immédiatement condamné pour ne pas s’être plié à l’ordre du jour woke. E.J. Hradek, de NHL Network, l’a dégoûté en l’exhortant à « retourner en Russie » où il pourrait « peut-être » se battre dans la guerre avec l’Ukraine.

1 réaction Lire la suite

L’incohérence morale de Trump sur l’avortement pourrait causer sa perte


Donald Trump.

Par Steve Jalsevac — traduit par Campagne Québec-Vie

5 janvier 2023 (LifeSiteNews) — Après avoir mis tout mon cœur et toute mon âme, pendant près de 40 ans, à œuvrer pour mettre fin au massacre massif et mondial d’innocents par l’avortement, j’ai été vraiment bouleversé par la déclaration de l’ancien président Donald Trump, dimanche, sur cette question.

Celui qui était auparavant « le plus pro-vie de tous les présidents récents » a affirmé à tort que « la question de l’avortement a été mal gérée par de nombreux républicains, en particulier ceux qui ont fermement insisté sur le principe “Pas d’exception, même en cas de viol, d’inceste ou de [danger pour la] vie de la mère”, qui ont perdu un grand nombre d’électeurs. »

Il aurait été préférable qu’il ne dise rien sur cette question. En ce qui me concerne, il a tout à fait tort dans son affirmation, et j’utilise le mot « tout à fait » intentionnellement. En réalité, le contraire de ce qu’il a affirmé dans cette déclaration a souvent été la vérité. Comment peut-il se tromper autant après tout ce qu’il a appris au cours des dernières années ?

Ceux qui font ou acceptent constamment et délibérément ces exceptions sapent leur crédibilité et les prétentions de l’ensemble du mouvement pro-vie à être pro-vie. Ils affirment que toute vie humaine est sacrée et digne d’être protégée, puis, à des fins de pragmatisme politique, disent que certaines catégories d’humains peuvent être assassinées en raison des circonstances dans lesquelles elles ont été conçues.

Cela ne tient pas debout. L’incohérence est évidente et beaucoup la voient.

C’est une chose d’avoir des candidats qui, à titre personnel, comme Trump, insistent sur ces exceptions, généralement à cause des mauvais conseils de conseillers politiques de leur camp qui ne sont pas pro-vie. C’est bien pire pour Trump d’insister pour que tous les candidats « pro-vie » qu’il soutiendra aient ces exceptions dans leur position sur l’avortement.

1 réaction Lire la suite

Les écoles publiques canadiennes endoctrinent les enfants dans le transgenrisme sans le consentement des parents

Par Jonathon Van Maren — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Freepik

11 janvier 2023 (LifeSiteNews) — Le 5 janvier, le National Post a publié un reportage extraordinaire qui a suscité très peu d’attention — une réaction révélatrice. Écrit par Tom Blackwell, il est intitulé « Voici comment les écoles canadiennes aident à la transition de genre des étudiants sans le consentement des familles », et il expose les détails de ce qui devient une pratique courante dans les écoles publiques canadiennes à travers le pays. Nous publions ici des articles sur cette tendance depuis plusieurs années, mais le reportage de Blackwell comprend des histoires vraiment étonnantes.

L’article commence par décrire comment un enseignant de Calgary a dit à une classe de 6e année que leur camarade avait dévoilé son identité transgenre, mais qu’ils « ne devaient pas révéler la nouvelle identité de genre de leur camarade à ses parents », qui ne savaient pas que l’élève avait commencé à s’identifier de cette manière. En bref, une mère a déclaré à Mme Blackwell : « On apprend aux enfants à mentir à leurs parents » — des enfants de 11 ans. Ce scénario, cependant, est en fait maintenant une pratique courante dans le système scolaire public, a noté Mme Blackwell :

Mais d’une certaine manière, l’enseignement découlait naturellement de ce qui est devenu une politique commune dans tout le Canada. Les conseils scolaires, les ministères de l’Éducation et même l’Agence de la santé publique du Canada incitent les écoles à honorer automatiquement la demande d’un élève en transition de changer son nom et ses pronoms, et à ne pas communiquer cette information aux parents qui le demandent.

Ce n’est là qu’une des façons dont le système d’éducation est devenu intimement lié au processus de transition, qui touche un nombre de jeunes Canadiens en croissance « exponentielle ». Les écoles acceptent les préférences en matière de noms et de pronoms, fournissent des toilettes non sexistes et enseignent dès le plus jeune âge l’identité sexuelle. Dans certains cas, elles peuvent même orienter les élèves directement vers des cliniques de traitement de l’identité sexuelle.

1 réaction Lire la suite

Le tube respiratoire d’un enfant de cinq ans lui sera retiré même si cela le tue

Par Joanne D’Arc (Campagne Québec-Vie) — Photos :Unsplash.com

MONTRÉAL — La Cour d’appel du Québec a statué que le tube respiratoire d’un enfant pourra être retiré de façon permanente, même si ses parents s’opposent à cette décision. 

Selon Global News, la Cour d’appel du Québec a décidé que l’hôpital Sainte-Justine peut retirer de façon permanente le tube respiratoire d’un enfant de cinq ans aux soins intensifs, qui est dans le coma depuis sa chute dans la piscine familiale en juin 2022. 

« Les parents espéraient que la Cour d’appel forcerait l’hôpital à maintenir l’enfant en vie avec un tube respiratoire, mais la Cour a dit “non” », rapporte Stéphane Giroux pour la vidéo de CTV news 

« Le principe de la préservation de la vie à tout prix n’est pas absolu lorsque les conditions de maintien de la vie sont inacceptables », écrit la cour. 

Le jugement confirme une décision antérieure basée sur l’avis de médecins et d’experts, à savoir qu’il n’y a aucune chance que l’état de l’enfant s’améliore un jour, car, selon eux, il ne présente aucune activité cérébrale.  

« Le juge Bernard Jolin de la Cour supérieure du Québec a écrit dans son jugement du 1er novembre que les objections des parents ne suivaient pas l’intérêt supérieur de l’enfant et qu’elles étaient fondées sur l’espoir que Dieu remette miraculeusement le garçon dans l’état où il était avant de tomber dans la piscine », rapporte Global News 

Patrick Martin-Ménard, l’avocat de la famille explique à CTV que cette situation est très difficile pour une famille aux ressources limitées et qui ne peut se permettre de se battre contre les médecins.  

« Nous déciderons du moment où nous retirerons le tube respiratoire », a déclaré l’hôpital Sainte-Justine, tout en précisant qu’ils « respecteront la volonté des parents ».  

Mais la volonté des parents n'est pas respectée. Ils souhaitent sauver la vie de l'enfant, n'autorisant l'extubation que si elle n'entraîne pas la mort de leur enfant, condition que l'hôpital n'approuve pas...

Malgré cela, les experts affirment qu’il serait préférable de prodiguer des « soins de fin de vie  ». Les parents de l’enfant de cinq ans n’ont plus qu’une seule option, celle de saisir la Cour suprême du Canada.  

1 réaction Lire la suite

Pourquoi la photographie des victimes d'avortement est-elle importante ? Entrevue avec Merichel Diaz

Par Joanne D’Arc (Campagne Québec-Vie) — Photos : Montréal Contre l'Avortement/Facebook

Montréal Contre l'Avortement (MCA) est un groupe pro-vie à Montréal qui se concentre sur la photographie des victimes d'avortement.

Le groupe a été fondé en 2021 par Manuel Medina et Merichel Diaz. Il organise des séances pacifiques tout au long de l'année et son activité est en croissance depuis deux ans.

Campagne Québec-Vie a pu s'entretenir avec l'un de ses cofondateurs avant le lancement de l'événement Étudiants pour La Vie à Montréal.

Joanna pour CQV : Pouvez-vous vous présenter et présenter votre groupe Montréal Contre l'Avortement ?

Merichel de Montréal contre l'avortement : Bien sûr, tout d'abord, je suis mexicaine. Je suis arrivé à Montréal il y a 12 ans. Le groupe M.C.A. a été fondé il y a deux ans. Nous avons terminé la deuxième année d'opération, mais nous l'avons construit un an avant de le lancer. Par conséquent, nous avons deux ans d'opération, mais techniquement nous existons depuis trois ans. Nous avons commencé en 2021, pendant l'été. Il a été fondé par Manuel et moi-même. Des amis communs nous ont aidés à nous rencontrer, car ils savaient que nous étions intéressés par le mouvement pro-vie. J'avais un appel à faire quelque chose dans le mouvement pro-vie et lui aussi avait le même appel. Nous avons décidé de travailler ensemble puisque nous avions le même objectif. Manuel avait déjà eu des contacts à Toronto avec le CCBR (Canadian Center for Bioethical Reform) et TRTL (Toronto Right To Life).

TRTL nous a donné une formation en ligne (formation sur l'apologétique) qui nous a été très utile et nous a fourni des outils pour défendre la culture de vie. Nous avons reçu la formation en 2020, nous avons également commencé à lire des livres sur le sujet.

Nous étions convaincus que l'avortement c'est mauvais, mais nous avions besoin de savoir comment expliquer que c'est mauvais à d'autres personnes.

Il était important d'apprendre la science et les droits de l'homme. Parce que nous défendons la vie en utilisant la science et les droits de l'homme, ce n'est pas une opinion ou une idée personnelle. Nous avons été encouragés à le faire de manière appropriée, lorsque nous avons découvert qu'il existe de nombreuses informations scientifiques affirmant que la vie commence dès la conception et que de nombreux ouvrages le confirment. Apprendre cela et apprendre que le premier droit est le droit à la vie nous a aidés à reconnaître que nous devons donner une voix aux sans-voix.

« Stuck » de Justina Van Manem est un livre qui explique comment mener à bien chaque discussion. Comment défendre la vie dès le moment de la conception si la mère est en danger, par exemple.

Aujourd'hui, la technologie s'est améliorée, il n'y a pas besoin d'avorter si on peut faire une césarienne. S'ils mettent le bébé dans la couveuse, il peut être sauvé et survivre. Nous n'avons pas non plus besoin de démembrer le bébé en morceaux pour sauver la vie de la mère.

Le livre explique également ce qu'il faut dire si la mère a été violée. Nous devons d'abord avoir de l'empathie pour elle, et montrer que nous nous soucions du traumatisme de la femme qui a été violée, mais nous devons aussi montrer que nous nous soucions du traumatisme d'un avortement.

Nous avons essayé d'apprendre toutes les facettes des arguments pour expliquer ces situations compliquées aux gens.

Lorsque nous avons obtenu toute cette clarté, nous avons décidé de diffuser cette information à d'autres personnes qui étaient également pro-vie et nous avons lancé « Montréal Contre l'Avortement » en 2021. Nous avions seulement l'idée dans notre cœur que l'avortement était mauvais et à partir de cette idée —  nous avons décidé de la mettre en action.

1 réaction Lire la suite