M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Marche pour la vie 2024

prière

$ 2,812 recueillis -- Objectif: 10 000 $. -- Il reste 5 jours -- Merci de votre générosité.

Georges BuscemiChers amis de la Vie,

Pour que la Marche de 2025 soit encore plus grande et belle : Merci de nous aider ! Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Dignitas infinita : repenser la dignité humaine

Par Voice of the Family — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Piqsels

En annonçant qu’une Déclaration sur la dignité humaine était en préparation, le cardinal Victor Manuel Fernandez, préfet du Dicastère pour la doctrine de la foi, a promis qu’elle ne serait pas aussi controversée que Fiducia supplicans — un document si incendiaire qu’il serait difficile d’imaginer quelque chose de plus controversé. En effet, Dignitas infinita n’est pas aussi hétérodoxe que beaucoup le craignaient, mais malheureusement, mieux décrit comme un « œuf de curé », il n’est excellent qu’en partie. Contrairement aux récentes publications de l’Académie pontificale pour la vie, il défend sans équivoque le droit à la vie depuis le moment de la conception jusqu’à sa fin naturelle. Et contrairement aux propos du pape François, il n’a aucune difficulté à reconnaître l’enfant à naître comme une personne. [1] Pour l’essentiel, la Déclaration évite l’ambiguïté que les catholiques fidèles en sont venus à attendre des responsables de l’Église aujourd’hui. Il y a cependant un motif de préoccupation sérieux, pour un document aussi complet : il est étrangement silencieux sur le danger posé par la promotion mondiale de la mentalité contraceptive, qui sépare la procréation des relations sexuelles, ainsi que son extension logique, l’agenda homosexuel. Lorsque de nombreuses autres pièces du puzzle de la dignité humaine se mettent en place, cette omission devient flagrante.

Dignité ontologique

Le document qui est devenu Dignitas infinita existe à l’état de projet depuis 2019, mais il avait été jugé « insatisfaisant ». Lorsqu’une version entièrement remaniée a été présentée au pape François le 13 novembre 2023, celui-ci a demandé que l’on mette l’accent sur des thèmes tels que « la pauvreté, la situation des migrants, la violence à l’égard des femmes, la traite des êtres humains, la guerre et d’autres thèmes » [2]. L’approbation de la version finale par le pape a été donnée le 25 mars 2024 et elle a été publiée lors de la fête transférée de l’Annonciation, le 8 avril 2024.

L'article continue ci-dessous...

×

Campagne de financement -- Marche pour la vie 2024

$ 2,812 recueillis -- Objectif: 10 000 $. -- Il reste 5 jours -- Merci de votre générosité.

Donner à Campagne Québec-Vie

Les auteurs de Dignitas infinita observent à juste titre que le terme « dignité humaine » est devenu ambigu. Il a été invoqué par ceux qui cherchent à promouvoir une fausse compréhension du concept qui enracine la dignité dans l’exercice de la liberté humaine. L’utilisation abusive de ce terme a non seulement favorisé des politiques contraires à la dignité des êtres humains les plus vulnérables, mais elle a également jeté le discrédit sur le concept même de dignité humaine dans l’esprit de nombreuses personnes. L’exemple le plus évident est le soi-disant droit de mourir dans la dignité. Pour contribuer à résoudre ce problème, les auteurs de Dignitas infinita ont entrepris de clarifier ce que le document entend par « dignité humaine ».

« Cela nous amène à reconnaître la possibilité d’une quadruple distinction du concept de dignité : dignité ontologique, dignité morale, dignité sociale et dignité existentielle. La plus importante d’entre elles est la dignité ontologique qui appartient à la personne en tant que telle, simplement parce qu’elle existe et qu’elle est voulue, créée et aimée par Dieu. La dignité ontologique est indélébile et reste valable au-delà de toutes les circonstances dans lesquelles la personne peut se trouver ».

N° 7

C’est cette dignité ontologique à laquelle le titre fait allusion et qui donne une valeur incommensurable à toute vie humaine. (Dignité inviolable ou inaliénable aurait été un choix de mots plus juste). Contrairement aux autres formes, la dignité ontologique ne peut jamais être diminuée, quelles que soient les circonstances, les limites physiques ou intellectuelles ou le stade de développement de l’être humain. C’est dans cette dignité que s’enracinent nos droits et nos devoirs. Il est important de noter que le document ne se concentre pas exclusivement sur les droits des individus, mais aborde également les devoirs des êtres humains les uns envers les autres et envers la création dans son ensemble. Les auteurs font ici référence à Laudato si (n° 28). Placées dans le cadre d’une compréhension catholique correcte des obligations qu’implique le fait d’être des créatures rationnelles, créées de manière unique à l’image de Dieu, ces questions ne devraient pas prêter à controverse. Dans cette optique, les « droits des animaux » peuvent être correctement identifiés comme le corollaire de nos devoirs envers eux. Contrairement aux droits de l’homme, ces droits ne sont pas intrinsèques, mais le mauvais traitement des animaux est une violation de notre dignité morale en tant qu’êtres rationnels. Les êtres humains qui se livrent à la cruauté envers les animaux diminuent leur propre dignité morale. (Un tel comportement est souvent associé au sadisme et aux crimes d’une extrême violence envers les humains.) Malheureusement, plusieurs éléments indiquent que le texte a été fortement influencé par la pensée séculière lorsqu’il tente de lier la dignité humaine à la soi-disant « crise » climatique (n° 28). Dignitas infinita reflète l’alignement continu du Saint-Siège sur l’agenda de la crise climatique qui, selon ses détracteurs, promeut des affirmations presque apocalyptiques qui ne sont pas étayées par des données fiables. [3] Ce programme mondial a des liens étroits avec le mouvement de contrôle de la population, cherche à imposer des restrictions radicales à la société civile — en particulier à l’agriculture et à l’industrie alimentaire — qui menacent les moyens de subsistance de millions de personnes dans les pays développés et arrêtent le développement économique dans le sud du monde.

Dignité humaine et droits civils

Des problèmes similaires se posent lorsque le document confond la dignité humaine et les droits civils. Il existe de nombreuses raisons pragmatiques pour lesquelles les autorités légitimes devraient être prudentes quant à l’imposition de la peine capitale. Le document affirme que même des crimes tels que le meurtre ne peuvent priver leur auteur d’une dignité inaliénable. Cependant, il ne reconnaît pas que de tels crimes privent un être humain de sa dignité morale. Et, citant le pape François, il déclare : « Si je ne refuse pas cette dignité au pire des criminels, je ne la refuserai à personne. Je donnerai à tous la possibilité de partager cette planète avec moi, malgré toutes nos différences. » (n° 34) [4]

L’expérience douloureuse des cinquante dernières années montre que l’abolition de la peine de mort en Europe n’a pas renforcé le respect de la dignité humaine. [5] Au contraire, elle a réussi à estomper la distinction cruciale entre le meurtre injuste d’un innocent et la punition légale d’un coupable. L’affirmation selon laquelle la peine de mort est une atteinte à la dignité ontologique contredit la Révélation divine et l’enseignement constant de l’Église.

La dignité humaine ne peut pas non plus être invoquée pour justifier l’immigration illégale. La dignité humaine est le fondement des droits de l’homme, mais les droits civils sont conférés, suspendus ou retirés par les autorités civiles. Le droit à la citoyenneté, aux prestations sociales et le droit de vote ne sont pas des droits de l’homme, mais des droits civils. La Déclaration ne fait pas de distinction entre l’immigration légale et l’immigration illégale. Ces questions requièrent à juste titre l’attention et l’intervention prudente des gouvernements et des hommes politiques, non seulement pour la protection de la communauté d’accueil, mais aussi pour la sécurité des migrants eux-mêmes. Il s’agit là d’une grave omission dans le document. L’expansion des droits de l’homme sur la base de la justice sociale a conduit à un cycle inflationniste qui a contribué à discréditer l’ensemble du projet des droits de l’homme.

Les dangers d’une mauvaise philosophie

En faisant l’éloge des contributions de René Descartes et d’Emmanuel Kant (n° 13) à notre compréhension moderne de la dignité humaine, le document passe sous silence les graves lacunes que ces philosophes ont introduites dans le concept. Les auteurs de la Déclaration rejettent catégoriquement le transgenrisme, pourtant ce concept n’est qu’une conclusion inévitable de la soi-disant division cartésienne entre le corps et l’âme. Alors que la foi catholique reconnaît l’âme comme la forme du corps, la séparation de l’esprit et du corps dans la perspective cartésienne ouvre la voie à l’affirmation qu’un homme peut naître dans le corps d’une femme ou vice versa.

De même, avec la philosophie de Kant, c’est une chose d’affirmer qu’aucun être humain ne doit être traité comme un moyen en vue d’une fin, mais c’est une erreur de suggérer que chaque homme est une fin en soi. La foi catholique a toujours enseigné que la fin de l’homme se trouve en Dieu et dans la vie avec Lui dans l’éternité. Pour Kant, la dignité humaine réside dans l’autonomie morale conférée par la raison humaine et la capacité de choisir le bien. En ces temps de relativisme moral, cette conception de la dignité humaine est de plus en plus étroitement identifiée au simple exercice de la liberté de l’individu de choisir ce qu’il perçoit comme étant bon. Kant est également largement reconnu comme ayant introduit la théorie de la race dans l’anthropologie allemande. [6] Bien qu’il ne puisse être tenu responsable des crimes de ceux qui l’ont suivi, les idées de Kant sur la race ont finalement eu des conséquences catastrophiques au vingtième siècle.

Descartes et Kant sont tous deux partiellement responsables de l’ambiguïté et de la distorsion que les auteurs de Dignitas infinita déplorent à juste titre.

« Certaines violations graves de la dignité humaine »

Si le document reconnaît que la liste des atteintes à la dignité humaine n’est pas exhaustive, elle est néanmoins étendue, incluant « le meurtre, le génocide, l’avortement, l’euthanasie et le suicide volontaire » ainsi que « toutes les atteintes à l’intégrité de la personne humaine, telles que les mutilations, les tortures physiques et mentales, les pressions psychologiques indues », et enfin « les conditions de vie inhumaines, l’emprisonnement arbitraire, la déportation, l’esclavage, la prostitution, la vente de femmes et d’enfants, les conditions de travail dégradantes dans lesquelles les individus sont traités comme de simples instruments de profit plutôt que comme des personnes libres et responsables ». (N° 34)

Bien que la Déclaration dénonce la pornographie, l’exploitation systématique de la sexualité, la corruption des jeunes, le commerce des bébés et le transgenrisme, les auteurs du document se montrent incapables ou peu désireux d’identifier le point de convergence de nombre de ces maux : la sous-culture homosexuelle. C’est cet agenda, promu par les gouvernements nationaux et les agences internationales au sein des Nations unies, qui est à l’origine du marché des mères porteuses, de la pornographie infantile, de la sexualisation des enfants et du transgenrisme, et qui vise en fin de compte à la destruction de la famille fondée sur le mariage.

Dans son ouvrage Making Gay Okay : How Rationalising Homosexual Behavior Is Changing Everything, l’auteur Robert Rilly cite plusieurs déclarations révélatrices à ce sujet, dont l’aveu suivant de Paula Ettelbrick, ancienne directrice juridique du Lambda Legal Defense and Education Fund, basé à New York, qui a déclaré :

« Être queer signifie repousser les paramètres du sexe, de la sexualité et de la famille, et... transformer le tissu même de la société... Nous devons garder à l’esprit les objectifs consistant à fournir de véritables alternatives au mariage et à réorganiser radicalement la vision de la réalité dans la société ». [7]

De nombreux autres militants homosexuels l’ont également reconnu. Lors du Sydney Writers' Festival en Australie en 2012, la journaliste et activiste Masha Gessen a déclaré sans ambages :

« Il est évident que (les homosexuels) devraient avoir le droit de se marier, mais je pense également qu’il est évident que l’institution du mariage ne devrait pas exister... Se battre pour le mariage gay implique généralement de mentir sur ce que nous allons faire du mariage lorsque nous y parviendrons — parce que nous mentons en disant que l’institution du mariage ne va pas changer, et c’est un mensonge ».

« J’ai trois enfants qui ont cinq parents, plus ou moins, et je ne vois pas pourquoi ils n’auraient pas cinq parents légalement... J’ai rencontré ma nouvelle partenaire, et elle venait d’avoir un bébé, et le père biologique de ce bébé est mon frère, et le père biologique de ma fille est un homme qui vit en Russie, et mon fils adoptif le considère également comme son père. Les cinq parents se divisent donc en deux groupes de trois... Et vraiment, j’aimerais vivre dans un système juridique capable de refléter cette réalité, et je ne pense pas que cela soit compatible avec l’institution du mariage ». [8]

La Déclaration universelle des droits de l’homme (que les auteurs de Dignitas infinita semblent considérer avec une révérence excessive compte tenu de l’autorité pédagogique de l’Église) reconnaît que la famille est « l’élément naturel et fondamental de la société et qu’elle a droit à la protection de la société et de l’État ». [9] La déconstruction planifiée de la famille au nom de la libération homosexuelle a déjà provoqué une misère indicible chez des millions d’hommes, de femmes et d’enfants. Le fait que le cardinal Fernandez n’ait pas identifié cet agenda comme une grave menace pour la dignité humaine laisse les mots de sa déclaration historique sonner aussi creux qu’un cuivre qui résonne ou qu’une cymbale qui tinte. Plus inquiétant encore, par ses non-dits, Dignitas infinita indique la direction dans laquelle le pape François souhaite que l’Église s’engage sur cette question.


Notes

1. Dans une entrevue accordée au magazine America en novembre 2022, le pape François a reconnu que le fœtus est un être humain, mais il a immédiatement ajouté : « Je ne dis pas une personne, parce que cela fait l’objet d’un débat, mais un être humain vivant. » —“Exclusive : Pope Francis discusses Ukraine, US bishops and more” [Exclusif : Le pape François parle de l’Ukraine, des évêques américains et plus encore], America : The Jesuit Review, 28 novembre 2022.

2. Dignitas infinita, Présentation.

3. Pour un examen entièrement laïque du manque de fiabilité des affirmations sur le climat et des données scientifiques, voir Climate the Movie: The Cold Truth (N.B. Il ne s’agit pas d’une présentation catholique et elle accepte le modèle néo-darwinien de l’évolution).

4. Lettre encyclique Fratelli Tutti, 3 octobre 2020, n° 269 : AAS 112 (2020), 1065.

5. Voir « The abolition of the death penalty and human dignity » [L’abolition de la peine de mort et la dignité humaine], Voice of the Family Digest, 18 octobre 2023.

6. Laurenz Ramsauer, « Kant's Racism as a Philosophical Problem » [2023] Pacific Philosophical Quarterly 104, 4, pp 791-815.

7. Robert R Reilly, Making Gay Okay: How Rationalising Homosexual Behavior Is Changing Everything (Ignatius Press, 2014) p7.

8. Robert P George, « What few deny gay marriage will do », First Things, 16, avril 2013. Voir aussi « Why get married when you could be happy ? », Australian Broadcasting Corporation, 11 juin 2012, diffusé à 12 h 5.

9. Article 16 (3), Déclaration universelle des droits de l’homme, adoptée par la résolution 217 A (III) de l’Assemblée générale du 10 décembre 1948.

Campagne de financement - Marche pour la vie 2024

Merci de votre générosité. L'objectif est de 10 000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire