M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement été 2019

Mère et fils

5028 $ recueillis -- Objectif : $7500 -- Il reste seulement 1 jours -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de nous aider, en ce début d'été, à promouvoir la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

La loi sur la laïcité adoptée

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

« Après que le gouvernement du Québec ait adopté le projet de loi sur l’immigration à l’aide du bâillon, il a utilisé le même procédé pour faire adopter le projet de loi sur la laïcité, » rapporte le site Le Peuple.

Ainsi ce projet de loi aura fini par être adopté dimanche, donnant le signal de départ pour le crucifix du Salon bleu de l’Assemblée nationale devant lequel on a voté, tel un nouveau sanhédrin, la condamnation de Dieu. En effet, le crucifix devait être retiré de ce lieu, où les lois provinciales sont votées, si le projet de loi 21 sur la laïcité était approuvé, depuis l’adoption de la motion qui proposait un tel geste.

François Legault, Premier ministre du Québec, triomphait hier soir dans un de ses tweets sur le résultat du vote. Il parlait de « Journée historique », historique en effet, mais non dans le sens dans lequel il l’entend, car c’est plutôt une défaite pour le Québec qu’une victoire. Une nation qui ne reconnait pas Dieu en la personne de son gouvernement est vouée à sa perte.

Laissez un commentaire

Critique du document de la Congrégation pour l’éducation catholique sur l’idéologie du genre par le Pr Aardweg


Gerard van den Aardweg, psychiatre.

Par Jeanne Smits (Le blog de Jeanne Smits) — Photo :

La récente publication par la Congrégation pour l’éducation catholique d’un document intitulé « Il les créa homme et femme » ; pour un chemin de dialogue sur la question du « genre » dans l’éducation a suscité quelque enthousiasme du fait d’une certaine critique de l’idéologie du genre qu’on y trouve.

Ce document non magistériel, publié le 10 juin, a suscité une vague de protestations dans le monde « LGBT », notamment parce qu’il affirme clairement que les personnes humaines sont soit mâles, soit femelles. D’aucuns accusent le Vatican d’en être resté à « l’âge des ténèbres, faisant la promotion d’un enseignement erroné qui repose sur le mythe, la rumeur et les mensonges ».

Mais il ne s’agit pas là d’une garantie d’orthodoxie. Le psychiatre néerlandais Gerard van den Aardweg (membre de la nouvelle Académie Jean-Paul II pour la vie humaine et la famille), auteur d’ouvrages sur la tromperie du mariage des couples de même sexe et des revendications du lobby LGBT, estime au contraire que la Congrégation pour l’éducation catholique a publié un texte « idéologique » qui se refuse à rappeler clairement l’enseignement de l’Eglise sur la sexualité et le mariage, n’apportant aucun conseil vraiment utile aux parents catholiques qui ont le devoir d’éduquer leurs enfants aux « vertus nécessaires à la vie chrétienne ».

Comment « dialoguer », en effet, avec les tenants d’une idéologie aussi radicalement contraire à la vérité que la « théorie » (ou plutôt, l’idéologie) du genre, en opposition frontale avec la doctrine de l’Eglise, cherchant en même temps à pervertir le sens des réalités et les exigences objectives de la loi naturelle ?

Diane Montagna, correspondante de LifeSiteNews à Rome, a interrogé le Pr van den Aardweg à propos du document. Ça décape… Traduction par mes soins. — J.S.

Diane Montagna : Dr van den Aardweg, quelle impression générale vous a laissée le nouveau document du Vatican sur la théorie du genre ?

Gerard van den Aardweg : Il s’agit essentiellement d’un document idéologique. Il n’est pas spécifiquement catholique, en dépit de quelques vœux pieux. Il s’agit essentiellement d’un plaidoyer en faveur d’une sorte d’éducation sexuelle athée, humaniste et socialiste, présentée comme plus ou moins catholique. Il s’extasie sur les avantages d’un modèle social d’éducation sexuelle contrôlé par des « experts professionnels » sur le fondement d’une vision de la sexualité de la part des sciences humaines actuelles qu’il suppose naïvement toujours plus approfondie. Ce document est un exemple du genre de discours illusoire et sentimental sur l’éducation et l’« affectivité » caractéristique de la psychologie humaniste immature et superficielle des années 1960 : la voici élevée au rang de « sagesse supérieure » par une Congrégation du Vatican dont les membres ont cinquante ans de retard. On en revient une nouvelle fois au « dialogue », a l’« écoute », à l’« ouverture ». Mais il n’est pas question d’écouter les enseignements divins de l’Eglise catholique sur la sexualité, le mariage et la famille (car ceux-ci semblent avoir besoin d’une « restructuration »). Enseigner et prêcher ces enseignements à un monde paganisé ne serait pas, semble-t-il, la voie à suivre. Le grand rêve est celui d’une « alliance » avec le néo-paganisme qui caractérise l’idéologie sexuelle, conjugale et familiale de l’ONU et des pays européens anti-chrétiens.

Laissez un commentaire Lire la suite

Le ministre Roberge: l’État «veillerait plus que jamais à ce que chaque jeune reçoive une éducation adéquate»

Par Pour une école libre au Québec ― Photo : Paweł Zdziarski/Wikimedia Commons

Dans un entretien, le ministre Roberge a affirmé que « l’État québécois veillerait plus que jamais à ce que chaque jeune reçoive une éducation adéquate. »


Le ministre Roberge devant un parent qui l’implore, la réponse sera NON.

En ce sens, le ministre a soutenu qu’il n’avait rien contre les écoles privées dotées d’une certaine mission confessionnelle, mais qu’il ne « fallait pas que la transmission de la foi empêche tout le reste » et « entre en compétition » avec le programme d’enseignement régulier.

Enseigner tout le programme du Monopole

Sur ce point, Jean-François Roberge a rappelé que, même si un enfant était éduqué dans une école privée ou encore à la maison, ce dernier devait absolument se faire enseigner le programme du ministère de l’Éducation dans son entièreté, et ce, peu importe les croyances. Bref, le ministère veut imposer son monopole pédagogique, peu importe les croyances des parents (et s’ils ne sont pas contents qu’ils se ruinent à contester le monopole d’État, voir les procès contre ECR).

« Faire le choix de l’école à la maison, c’est permis, c’est correct. C’est permis partout en Occident, mais, au Québec, on lève la barre. [Hmmm. On y brime la liberté pédagogique des parents, oui !] On dit : “c’est correct, vous pouvez faire ce choix-là, mais attention, c’est une grande responsabilité que vous prenez comme parent” », a-t-il insisté.

Laissez un commentaire Lire la suite

Qui veut la mort de Vincent Lambert ?


Vincent Lambert.

Billet de blogue d'Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Signez la Pétition : Monsieur le Président, protégez Vincent Lambert

Vincent Lambert, handicapé tétraplégique, en état pauci-relationnel, incapable de parler bien que pouvant émettre des sons, dans cet état après un accident en 2008, encourt depuis 2013 les tentatives, de le faire mourir par déshydratation et de dénutrition (ou seulement le second), d'une partie de sa famille et de l'hôpital qui l'a en charge, et ce, avec l'appui de la presse et de divers niveaux de l'État français, dont le ministère de la Santé et le feu vert de la Cour européenne des droits de l'homme, à trois reprises données.

Vincent Lambert est pour ainsi dire séquestré dans l'unité de soins palliatifs du CHU de Reims, où il ne reçoit pas des soins appropriés vu qu'il n'est pas en fin de vie et qu'il devrait être dans une unité de soins spécialisée dans les cas comme le sien.

Considérons enfin que M. Lambert souffre de sa détention dans un lieu inapproprié dont il ne pourra pas s'échapper de sitôt, étant donné que le Dr Sanchez à qui il a été confié, et duquel son sort dépend en partie, veut le faire mourir « dans la dignité », ne laissant pas sa victime s'en aller dans une autre unité de soins de peur de perdre tout pouvoir sur elle. Notons au passage que Vincent Lambert a déjà survécu à 31 jours de privation de nutriments lors d'une tentative pour le faire mourir.

Dans les derniers développements de l'affaire Vincent Lambert, le ministère de la Santé s'est pourvu en cassation pour faire juger la décision de la Cour d'appel de Paris qui avait ordonné la reprise de l'alimentation et de l'hydratation de M. Lambert, celles-ci venant alors de lui être retirées. La Cour de cassation jugera-t-elle le 26 juin en faveur de l'exécution de M. Lambert, ou de remettre son sort au Comité international des droits des personnes handicapées de l'ONU qui avait demandé à examiner son cas ?

Dans une vidéo ci-dessous,émise le 1er juin date à laquelle le ministère de la Santé s'est pourvu en cassation, Marion Sigaut, historienne, écrivaine et conférencière française résume la situation où se trouve M. Lambert et expose les divers intérêts et groupes qui tiennent à sa mort :

Laissez un commentaire

Le Bloc Québécois ne veut plus de la prière d’ouverture à la Chambre des communes


Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Nouvelle trouvée grâce au site Le Peuple ― Photo : Mariannlï/Flickr

Mercredi dernier, le Bloc Québécois publiait un communiqué de presse, afin de dénoncer la décision de la Chambre des communes de passer outre la proposition, d’un des membres du Bloc, de remplacer la prière quotidienne d’ouverture des travaux parlementaires par un moment de recueillement, vexant ainsi ces farouches partisans de laïcité : 

Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois, et Marilène Gill, députée de Manicouagan, déplorent la décision de la Chambre des communes de s'opposer au remplacement de la prière quotidienne qui marque le début de ses travaux par un moment de recueillement.

« Un État qui se prétend laïque ne peut pas, au début de ses travaux quotidiens, commencer par une intervention référant à "Dieu tout-puissant″. Par simple cohérence et par respect pour la laïcité et la diversité, le Bloc Québécois demande que cette archaïque prière soit remplacée par une minute de recueillement » a déclaré Yves-François Blanchet.

Laissez un commentaire Lire la suite

La splendeur de la Vérité

Par Paul-André Deschesnes ― Photo : axelle b/PublicDomainPictures

Le Cardinal Robert Sarah travaille au Vatican. C’est une très importante figure du monde catholique. Il occupe le poste de Préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements depuis 2014.

En cette année 2019, ce brave cardinal vient de publier un livre d’une extrême importance intitulé : Le soir approche et déjà le jour baisse, Éditions Fayard.

Ce livre de 444 pages est un incroyable document historique, théologique, biblique, liturgique, spirituel et moral. Présenté sous la forme de questions et réponses, le Cardinal Sarah s’entretient avec l’écrivain et spécialiste reconnu de l’Église catholique Nicolas Diat.

Nous assistons présentement à l’effondrement de l’Occident. C’est la confusion totale. Nous vivons une crise historique, culturelle, identitaire, religieuse, théologique, politique et spirituelle. Notre monde est au bord du gouffre : crise de la foi et de l’Église, déclin de l’Occident, relativisme moral, mondialisation, ésotérisme à la mode, idéologies démoniaques, athéisme tous azimuts, etc. Le temps est venu d’oser faire un véritable diagnostic sans concession. Voilà ce que nous propose le Cardinal Sarah dans ce livre où la rectitude politique n’existe tout simplement pas.

Tous les sujets à controverse sont abordés : crise du sacerdoce, de l’Église, de l’identité, etc., haine de l’homme et de la vie, effondrement spirituel et religieux, massacre de la Vérité, popularité de toutes sortes d’hérésies, décadence morale tous azimuts, haine, dérision et cynisme envers la religion catholique , crise dans les diocèses, paroisses et séminaires, crise au Vatican, en Europe et en Occident, grands dangers des séductions trompeuses à la mode, utopies mortelles, marche funèbre vers une décadence morbide, islamisation de l’Occident, erreurs et mensonges effrayants de notre monde moderne de plus en plus athée, déclin du courage face aux mensonges et aux hérésies, lâcheté face au chaos mondial, etc.

Dans ce livre-choc, le Cardinal Sarah nous dit clairement « comment retrouver l’espoir et bâtir un monde nouveau. »

En lisant cet ouvrage me suis retrouvé devant « la splendeur de la Vérité. »

Dans notre monde très malade, au lieu de lire n’importe quoi pour mieux suivre les modes idéologiques, ne faudrait-il pas s’arrêter et prendre le temps de lire ce très bon livre qui nous donne l’heure juste ?

Le Cardinal Sarah parle haut et fort. Il adresse son message à tout le monde : évêques, prêtres, cardinaux, religieux, religieuses, catéchètes, théologiens, exégètes, laïcs pratiquants et non pratiquants, etc. Son discours est clair comme de l’eau de roche.

Bonne lecture.

Laissez un commentaire

Un expert : « La victime est toujours en vie et respire » : prélèvement d’organes en Chine


Steven Mosher, fondateur et président du Population Research Institute.

Par Diane Montagna — traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : LifeSiteNews

Rome, le 23 mai 2019 (LifeSiteNews) — Le gouvernement chinois prélève les organes de prisonniers vivants pour approvisionner son industrie lucrative de transplantation d’organes, a déclaré à LifeSiteNews un expert de premier plan sur la Chine.

Il appelle donc le Vatican à s’exprimer sur la question.

Steven Mosher, fondateur et président du Population Research Institute (Institut de recherche sur la population), s’est entretenu cette semaine à Rome avec John-Henry Westen, rédacteur en chef de LifeSiteNews (voir vidéo complète ici).

M. Westen s’est entretenu avec M. Mosher lors de la conférence de la John Paul II Academy for Human Life and the Family (Académie Jean-Paul II pour la vie humaine et la famille), les 20 et 21 mai, sur « La mort cérébrale : Une construction médico-légale : Preuves scientifiques et philosophiques ».

M. Mosher a déclaré que la Chine — grand premier mondial dans le domaine de la transplantation d’organes — est passée à une version « plus avancée » de sa pratique qui dure depuis des décennies et qui consistait en l’exécution des prisonniers pour leurs organes, et « actuellement à paralyser les victimes » afin d’extraire leurs organes alors qu’ils sont encore vivants.

La politique chinoise d’exécution de prisonniers pour leurs organes « a commencé sérieusement dans les années 1990, lorsque la secte bouddhiste connue sous le nom de Falun Gong a été arrêtée par centaines de milliers », précisa-t-il. « Nous avons commencé à recevoir d’horribles témoignages, racontés à la première personne, sur la façon dont certains prisonniers étaient pris et exécutés, spécialement pour leurs organes. »

« Au début, c’était assez grossier », explique Mosher. « Ils forçaient le prisonnier à s’agenouiller, lui tirait une balle dans la tête, puis ils avaient un véhicule d’urgence juste là avec une table d’opération, et ils prélevaient les organes — le cœur, la cornée, tous les organes précieux qui pouvaient être vendus pour des dizaines de milliers de dollars. »

« Les organes étaient ensuite placés dans des chambres froides et transportés dans des salles d’opération où ils pouvaient être transplantés », a-t-il dit.

Laissez un commentaire Lire la suite

3e Poursuite en justice contre un pâtissier qui refuse de fabriquer des gâteaux « transgenres »


Le pâtissier Jack Phillips.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Alliance Defending Freedom

Le pâtissier Jack Phillips de Lakewood, banlieue de Denver dans le Colorado aux États-Unis, se fait poursuivre en justice pour la troisième fois, pour rejet de demandes de gâteaux LGBT. S’en étant sorti dans les deux premiers cas, il fait maintenant face à ce qui ressemble étrangement à du harcèlement. En effet, le plaignant de l’affaire présente est le même que celui du cas précédent, toujours à propos du refus du pâtissier de réaliser un gâteau à thème transgenre. Notons enfin que le dit Autumn Scardina, le demandeur, se dit « femme transgenre », ce qui veut sans doute dire qu’il est un homme. Extrait de CNA :

Jack Phillips, un pâtissier chrétien basé au Colorado, est poursuivi pour la troisième fois pour avoir refusé de faire un gâteau qui exprime des messages contraires à ses convictions religieuses.

[...]

Lors de l’appel, Scardina a demandé au Masterpiece Cakeshop un gâteau d’anniversaire pour 6 à 8 personnes, à pâte rose et à glaçage bleu. Un employé de Masterpiece Cakeshop a confirmé à Scardina qu’ils pouvaient faire un tel gâteau.

« Mme Scardina a ensuite informé Masterpiece Cakeshop que l’aspect demandé avait une signification personnelle pour elle parce qu’il reflète son statut de femme transgenre », déclare la plainte.

C’est à ce moment-là que Masterpiece Cakeshop a dit à Scardina qu’ils « ne faisaient pas de gâteaux pour les “changements sexuels” ». Scardina a reconfirmé que c’était un gâteau d’anniversaire, mais Masterpiece Cakeshop a refusé de prendre la commande et a mis fin à l’appel, selon la plainte.

[...]

Phillips a dit dans le passé que non seulement il déclinait des demandes de gâteaux d’union homosexuelle, mais qu’il déclinait aussi d’autres types de gâteaux qui vont à l’encontre de ses croyances, dont les gâteaux d’Halloween, d’enterrements de vie de garçon, de divorces, les gâteaux contenant de l’alcool [c’est un peu exagéré pour ce cas-là] et les gâteaux portant des messages athées.

Jim Campbell, avocat principal d’Alliance Defending Freedom, dont les avocats ont déjà défendu M. Phillips dans le passé, a déclaré que la nouvelle poursuite est un autre exemple du harcèlement que M. Phillips subit pour ses convictions religieuses.

« Cette dernière attaque de Scardina ressemble donc à une nouvelle tentative désespérée de harcèlement contre Jack Phillips, l’artiste pâtissier », a déclaré M. Campbell, selon le National Review.

Laissez un commentaire

Guam veut étendre l’avortement... mais ne trouve pas de médecin disposé à le faire

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : nadimkin/Pixabay

Guam, territoire non incorporé des États-Unis autorise légalement l’avortement jusqu’à douze semaines de grossesse… avec l’aide d’un médecin, or cette pratique est actuellement impossible, parce qu’aucun médecin digne de ce nom ne veut y être impliqué. Extrait de LiveActionNews :

Le gouverneur de Guam a pour mission d’élargir l’accès à l’avortement pour les Guamiennes et de trouver un avorteur pour l’île. Bien que l’avortement soit légal dans ce territoire à prédominance catholique, aucun médecin n’a accepté de le pratiquer depuis que le dernier avorteur de l’île a pris sa retraite en 2018.

Le gouverneur Lourdes Leon Guerrero a fait campagne en faveur d’un droit plus étendu à l’avortement avant son élection, mais depuis son entrée en fonction en janvier, il n’a pas été en mesure de ramener l’avortement dans le territoire.

[...]

L’avortement est actuellement légal à Guam dans les 13 premières semaines, mais quiconque met fin à une grossesse sans l’assistance d’un médecin peut être chargé de crime. Sans avorteur sur l’île, toute femme qui veut avorter doit se rendre à Hawaii, à près de 8 heures de vol. Au cours des six derniers mois, environ deux à trois femmes ont fait ce voyage.

Laissez un commentaire

Signes religieux : embarras, confusion et hésitations du gouvernement Legault devant la bague de mariage

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : TastyCinnamonnBay/Pixabay

Le gouvernement Legault ne pouvait tout de go que difficilement inclure les alliances de mariage dans les signes religieux exclus de la fonction publique, laissant ainsi une brèche dans son beau projet de loi 21 sur la laïcité, c’est dire s’il pouvait malaisément interdire à certains fonctionnaires de porter l’anneau, signe de leur fidélité à leur époux. Extrait du Journal de Québec :

Après une valse-hésitation, le gouvernement Legault exclut la bague de mariage des symboles visés par le projet de laïcité.

« Les alliances ne sont pas visées par le projet de loi 21 », a soutenu mercredi le ministre Simon Jolin-Barrette. Il n’a pas été possible de savoir s’il s’agit ou non d’un signe religieux aux yeux du ministre de la Diversité et de l’Inclusion.

Plus tôt en journée, son chef François Legault n’avait pas été en mesure de dire si un jonc porté par des époux est un symbole religieux.

Le Premier ministre a convenu que la définition formulée par son gouvernement dans le projet de loi interdisant les signes religieux chez les employés de l’État en position d’autorité est « perfectible ».

Les crucifix décrochés suffisent sans doute à ce gouvernement sans Dieu, aussi ne s’attaquera-t-il pas à un symbole auquel il n’avait pas pensé, et qui par conséquent n’était pas visé.

Laissez un commentaire