M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

« Nous ne sommes pas des marionnettes de l’Occident » — un député ghanéen défend la loi interdisant la sodomie et la promotion LGBTQ


Sam George, député ghanéen.

Par Emily Mangiaracina — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : YouTube

5 avril 2024, Accra, Ghana (LifeSiteNews) — Le député ghanéen Sam George a récemment défendu un projet de loi qui criminaliserait le comportement homosexuel — et sa promotion — contre la pression de l’Occident pour annuler la législation.

« Le Ghana n’est pas le 51e État des États-Unis. Le Ghana est un État souverain à part entière », a déclaré M. George sur la chaîne New Dawn Africa lorsqu’on lui a demandé de commenter la dénonciation par le porte-parole du Département d’État américain, Matthew Miller, du projet de loi parrainé par M. George.

« Je m’attends à ce que Matthew Miller respecte les principes de la démocratie », a déclaré M. George, soulignant que le Ghana est « opposé à l’impérialisme culturel » et ajoutant que M. Miller « devrait s’intéresser davantage à la perte de vies d’enfants dans les écoles américaines en raison de la violence des armes à feu ».

Cette législation, qui n’a pas encore été promulguée, punit le comportement homosexuel d’une peine de six mois à trois ans d’emprisonnement, ainsi que le soutien ou la promotion d’un tel comportement d’une peine de trois à cinq ans d’emprisonnement.

Le projet de loi prévoit une interdiction totale du « mariage » homosexuel, de l’adoption par des personnes de même sexe et de toute autre manifestation publique d’un comportement homosexuel ou transgenre. Le projet de loi cherche également à réprimer l’idéologie transgenre en interdisant les procédures de mutilation pour les personnes confuses quant au genre.

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

New Dawn a demandé à M. George s’il craignait que le Ghana ne subisse de la part de l’Occident un traitement similaire à la sanction économique imposée à l’Ouganda lorsqu’il a promulgué sa propre loi contre l’homosexualité. La Banque mondiale a interrompu tout nouveau prêt à l’Ouganda en 2023 après l’adoption de la loi, l’obligeant à chercher des fonds en Chine, et l’administration Biden a officiellement retiré l’Ouganda d’un accord commercial africain l’année dernière en réponse à la loi anti-sodomie.

J’attends des dirigeants de notre pays qu’ils se tiennent debout et qu’ils disent au peuple américain : « Soit vous faites des affaires avec nous à nos conditions, soit vous vous en allez », a répondu M. George. « Les entreprises américaines qui opèrent au Ghana ne sont pas au Ghana à cause des LGBTQ. Elles sont au Ghana parce qu’elles font du profit ».

M. George a conseillé aux entreprises qui « veulent perdre 100 millions de dollars de bénéfices » de « faire leurs valises et de partir », car « une autre entreprise viendra au Ghana et fera des affaires ».

« Nous ne sommes pas des marionnettes ni des valets de l’Occident », a déclaré M. George. Il a souligné que les pays occidentaux, y compris les États-Unis, font preuve d’hypocrisie en continuant à commercer avec des pays du Moyen-Orient comme le Qatar, qui punissent légalement l’homosexualité d’une peine de prison. Il a suggéré que cela était dû au fait que les États-Unis tiraient des profits considérables de leurs relations commerciales avec ces pays.

« Le Qatar a dépensé 22 milliards de dollars américains pour organiser la Coupe du monde de football en 2022. Sur ces 22 milliards, 18 milliards sont allés à des entreprises américaines et occidentales. Le Qatar achète chaque année un milliard de dollars de matériel militaire aux États-Unis », a fait remarquer M. George.

L’homme politique ghanéen a également souligné le fait que les banques internationales telles que le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale sacrifient leurs profits en refusant des prêts aux pays africains. Face à la pression commerciale qui va à l’encontre des valeurs africaines, M. George a appelé les pays africains à commercer davantage entre eux.

Interrogé sur les raisons de l’importance de la loi anti-sodomie du Ghana, M. George a suggéré qu’elle était liée à la définition de la famille, qui est à son tour au cœur de l’identité d’une nation.

« N’oublions pas que les personnes qui perdent leur identité perdent leur nation. Les communautés et les sociétés européennes et américaines ont échoué parce qu’elles ont redéfini la famille. Elles ont perdu le sens de ce que signifie être une famille », a déclaré M. George.

Il a poursuivi en affirmant que les nations occidentales tentaient d’« importer » le « désordre mental » de l’homosexualité au Ghana.

« Notre identité en tant que Ghanéens est une question essentielle pour nous », a-t-il déclaré. « C’est la raison pour laquelle nous avons présenté ce projet de loi ».

Il a également souligné que l’homosexualité avait un impact financier et psychologique sur les pays, citant l’argent dépensé pour soigner les patients atteints du sida ainsi que le coût du suicide, plus fréquent chez les homosexuels.

« En 2021, la Commission ghanéenne de lutte contre le sida a dépensé 200 millions de dollars pour acheter des médicaments antirétroviraux afin de soigner le VIH/sida chez les personnes qui ont choisi d’avoir des relations sexuelles avec d’autres hommes... Savez-vous combien de bâtiments scolaires ces 200 millions de dollars auraient permis de construire dans ma circonscription, ou combien de lits d’hôpitaux ils auraient permis de créer ? »

« Lorsque quelqu’un dit que ce n’est pas une question urgente, c’est parce qu’il ne comprend pas tous les effets de l’homosexualité sur la société », a ajouté M. George.

« Allez voir dans le système américain combien de personnes se suicident à cause de l’effet de l’homosexualité », a-t-il poursuivi. « Le CDC affirme que les homosexuels sont 400 % plus susceptibles d’être suicidaires ».

M. George a précisé que le projet de loi anti-sodomie du Ghana prévoit des peines plus sévères pour la promotion des comportements LGBTQ que pour l’acte de sodomie lui-même, et qu’il vise « toutes les plates-formes technologiques et médiatiques » susceptibles de promouvoir de tels comportements.

« Vous ne pouvez pas utiliser les plateformes technologiques et médiatiques pour propager des choses qui sont illégales au Ghana... vous ne pouvez pas être un influenceur sur les médias sociaux et créer du contenu qui est contraire à la loi du pays », a-t-il déclaré, ajoutant que l’on ne peut pas utiliser les médias pour promouvoir quoi que ce soit d’illégal au Ghana, y compris, par exemple, le blanchiment d’argent.

« En fait, si vous regardez notre projet de loi [...] la sanction pour la promotion est plus élevée que la sanction pour l’acte lui-même, parce que nous voulons protéger l’innocence de nos enfants », a déclaré M. George.

Les libéraux et les grands médias ont souvent protesté contre le projet de loi ghanéen, craignant qu’il n’accroisse les mauvais traitements infligés aux homosexuels, mais M. George a souligné que la législation punissait en fait ceux qui maltraitent les homosexuels.

« Nous imposons en effet une peine pouvant aller jusqu’à trois ans à quiconque se livre à un traitement extrajudiciaire... Vous ne pouvez pas décider de votre propre chef de battre ou de lyncher une personne. Si vous le faites, vous irez en prison », a déclaré M. George. « Cette loi est donc très équilibrée et vise à protéger les droits humains fondamentaux de toutes sortes de personnes ».

Il a souligné que les auteurs de la constitution ghanéenne étaient « très préoccupés par la moralité de notre pays et la fibre morale de notre pays ».

« Si vous lisez l’article 39 de notre constitution, vous constaterez qu’il impose à l’État le devoir de veiller à ce que les normes socioculturelles appropriées soient intégrées dans la fibre morale de l’État ».

Conformément à l’Écriture et à la tradition millénaire de l’Église, la foi catholique considère que les actes homosexuels sont un « péché qui crie vers le ciel » et qu’ils sont « intrinsèquement désordonnés » parce qu’ils sont « contraires à la loi naturelle » et qu’ils « ferment l’acte sexuel au don de la vie ».

« Ils ne procèdent pas d’une authentique complémentarité affective et sexuelle. Ils ne peuvent en aucun cas être approuvés », affirme le Catéchisme de l’Église catholique. L’Église proclame que la sexualité humaine, telle qu’elle a été créée par Dieu, est destinée à l’amour conjugal exclusif entre un homme et une femme et qu’elle trouve son unique expression légitime dans le mariage.

De nombreuses études ont également démontré les effets néfastes de l’homosexualité, qui est associée à de nombreuses maladies mortelles telles que le VIH/SIDA et divers cancers, ainsi qu’à des problèmes psychologiques qui ne peuvent s’expliquer par l’« acceptation » de l’idéologie LGBT par la culture.

Après la publication d’une étude montrant que les adolescents qui s’identifient comme homosexuels sont cinq fois plus susceptibles que leurs homologues hétérosexuels de tenter de se suicider, Peter Sprigg, du Family Research Council, a déclaré que la conclusion à retenir n’était pas que les adolescents souffrant de tendances homosexuelles étaient marginalement moins susceptibles de se suicider dans un environnement « favorable », mais que, dans l’ensemble, ces adolescents étaient beaucoup plus susceptibles de se suicider que leurs pairs non homosexuels — « une différence qui dépasse de loin toute différence causée par l’“environnement social” ».

Le Dr Neil Whitehead, consultant en recherche scientifique de Nouvelle-Zélande et auteur du livre My Genes Made Me Do It - a scientific look at sexual orientation, a souligné dans un document disponible sur le site de la National Association for Research & Therapy of Homosexuality (NARTH) que les auteurs d’une étude réalisée aux Pays-Bas « ont été surpris de trouver autant de maladies mentales chez les personnes homosexuelles dans un pays où la tolérance à l’égard de l’homosexualité est plus grande que dans presque tous les autres pays ».

Le Dr Whitehead a souligné que « dans sa comparaison interculturelle de la santé mentale aux Pays-Bas, au Danemark et aux États-Unis, Ross (1988) n’a pu trouver aucune différence significative entre les pays — c’est-à-dire que la plus grande hostilité sociale aux États-Unis n’a pas entraîné un niveau plus élevé de problèmes psychiatriques ».



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.