M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Marche pour la vie 2024

prière

$ 4,127 recueillis -- Objectif: 10 000 $. -- Il reste 3 jours -- Merci de votre générosité.

Georges BuscemiChers amis de la Vie,

Pour que la Marche de 2025 soit encore plus grande et belle : Merci de nous aider ! Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

L’existence de Dieu peut être connue à la lumière de la raison naturelle


Saint Thomas d'Aquin.

Par Matthew McCusker — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : National Gallery/Wikimedia Commons

8 février 2024 (LifeSiteNews) — Dans les parties précédentes de cette série, nous avons vu que :

  1. L’existence de Dieu n’est pas connue de nous immédiatement et intuitivement, mais que
  2. L’existence de Dieu est quelque chose qui peut être démontré.

Il est maintenant temps de démontrer l’existence de Dieu par des arguments philosophiques.

Dans sa Somme théologique, saint Thomas d’Aquin résume les cinq manières de réaliser cette démonstration.

Chacune de ces « cinq voies » est une preuve irréfutable, qui commence par l’examen d’une vérité qui peut être connue avec certitude à partir de l’observation du monde qui nous entoure. Chacune des « cinq voies » cherche à démontrer l’existence de Dieu — « la cause » — à partir de l’étude de la création matérielle — qui est « l’effet ». Il s’agit donc d’arguments a posteriori du type de ceux dont nous avons parlé dans l’article précédent.

Les « cinq voies » ne sont pas les seules manières de démontrer l’existence de Dieu. Mais elles sont suffisantes pour montrer que Dieu existe certainement et que la raison de l’homme, sans l’aide de la lumière de la révélation divine, peut parvenir à la connaissance certaine de ce fait.

1 réaction Lire la suite

Harrison Butker critique le pro-avortement Biden et fait l’éloge de la maternité


Harrison Butker.

Par Stephen Kokx — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : YouTube

14 mai 2024 (LifeSiteNews) — Le buteur vedette de la NFL Harrison Butker a prononcé un discours inspirant lors de la remise des diplômes 2024 au Benedictine College samedi dernier.

La plupart des médias se sont concentrés sur la décision de Butker de réprimander le président américain Joe Biden ainsi que les évêques américains pour ne pas avoir prêché et vécu la foi catholique dans son intégralité, en particulier pendant le COVID.

« Ils étaient motivés par la peur... ils ont montré par leurs actions, intentionnellement ou non, que les sacrements n’ont pas d’importance », a-t-il déclaré.

Mais M. Butker a également parlé en termes élogieux de la messe traditionnelle en latin, qu’il a appelée « la TLM ».

« Je lance le défi à chacun d’entre vous de choisir un endroit où la messe latine traditionnelle est facilement accessible », a-t-il ajouté. « Alors que vous vous préparez à entrer sur le marché du travail, il est extrêmement important que vous réfléchissiez aux endroits où vous vous installez. Qui est l’évêque ? Quel genre de paroisses y a-t-il ? Proposent-elles la TLM et ont-elles des prêtres qui embrassent leur vocation sacerdotale ? Le coût de la vie ne doit pas être le seul arbitre de vos choix, car une vie sans Dieu n’est pas une vie du tout, et le coût du salut vaut plus que n’importe quelle carrière ».

1 réaction Lire la suite

Trudeau s’en prend à Blaine Higgs parce qu'il limite le financement de l’avortement au Nouveau-Brunswick


Justin Trudeau.

Par Anthony Murdoch — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : CPAC/YouTube

22 mai 2024 (LifeSiteNews) — Après que le premier ministre libéral Justin Trudeau ait attaqué le premier ministre conservateur du Nouveau-Brunswick Blaine Higgs de bafouer les « droits des femmes » parce qu’il a réduit le financement de l’avortement, le principal groupe pro-vie du Canada a eu des mots durs pour le leader du Canada, disant que ses commentaires montrent qu’il soutient « le meurtre d’enfants in utero ».

« Trudeau a réussi à prouver qu’il est un dégénéré moral qui aspire au meurtre d’enfants à naître », a déclaré Jack Fonseca, directeur des opérations politiques de la Coalition nationale pour la Vie (CNV), à LifeSiteNews.

« À chaque élection, Trudeau sort le même vieux truc : attaquer les conservateurs parce qu’ils ne soutiennent pas le meurtre d’enfants in utero. Il fait cela pour que les médias traditionnels aient une excuse pour éviter de parler de ses politiques horribles et du déclin du Canada qui s’ensuit, et à la place, écrivent des articles d’attaque contre les adversaires de Trudeau ».

1 réaction Lire la suite

Les histoires d’avortement de célébrités illustrent la rapidité avec laquelle le « choix » peut devenir une « obligation »

Par Jonathon Van Maren — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Syda Productions/Adobe Stock

17 mai 2024 (LifeSiteNews) — Dans une culture qui défend l’avortement comme un droit, le fœticide s’est inévitablement transformé de choix en obligation. Si un homme ne veut pas être père, il peut exiger que la femme qu’il a fécondée se fasse avorter et peut exercer une pression énorme sur elle alors qu’elle est dans une situation vulnérable. L’avortement est, le plus souvent, une attente plutôt qu’une option.

Cela vaut pour les femmes les plus pauvres comme pour les plus riches. L’année dernière, Britney Spears a révélé dans ses mémoires que son petit ami Justin Timberlake, vedette de pop, lui a demandé d’avorter en 2000. « J’ai toujours pensé que nous aurions un jour une famille ensemble. C’était juste beaucoup plus tôt que je ne l’avais prévu. Mais Justin n’était vraiment pas content de la grossesse. Il a dit que nous n’étions pas prêts à avoir un bébé dans notre vie, que nous étions bien trop jeunes ».

Elle voulait garder le bébé. Justin voulait l’avorter et, sous la pression, elle a pris des pilules abortives. Ce fut la chose la plus « déchirante que j’aie jamais vécue de ma vie », dit Spears. « Si cela n’avait tenu qu’à moi, je ne l’aurais jamais fait. Et pourtant, Justin était tellement sûr qu’il ne voulait pas être père ». Après l’avortement, elle est restée « en pleurs et en sanglots » sur le sol de la salle de bain, avec des crampes douloureuses, tandis que Justin grattait sa guitare dans une apparente tentative de réconfort, tandis qu’elle saignait [de la perte] de leur bébé.

1 réaction Lire la suite

La Marche pour la vie arrive à grands pas!

La Marche pour la vie de Québec arrive à grands pas !

Nous ne sommes plus qu’à 10 jours du 1er juin 2024 où se tiendra cet événement qui sera, nous l’espérons, mémorable pour sa première édition.

Plusieurs orateurs, dont des personnes issues du milieu politique, de groupes religieux et des militants appelleront les gouvernements à protéger la vie et encourageront les participants du rassemblement à s’engager pour la réalisation d’une société plus juste.

Ensuite, la marche défilera dans les rues de Québec, encadrée par la police de Québec et des bénévoles, qui veilleront à ce que tout se déroule dans l’ordre et la sécurité.

À la fin de la marche, les gens se rassembleront à nouveau devant l’Assemblée nationale pour écouter les témoignages émouvants d’hommes et de femmes ayant été blessés par l’avortement.

L’horaire de la marche de Québec est le suivant :

  • 11 h : Rassemblement devant l’Assemblée nationale du Québec, près de la Fontaine de Tourny
  • 12 h : Discours
  • 13 h : Marche
  • 15 h : Témoignages
  • 16 h : Fin

Pour tous les détails sur la Marche pour la vie à Québec, voyez ici.

Nous organisons des autobus qui partiront de Montréal, Granby, Drummondville et Ottawa, contactez Brian Jenkins au (438) 930-8643 pour les détails.

N’oubliez pas d’annoncer votre venue à la marche sur la page Facebook de notre événement et d’y inviter votre famille, vos amis, vos connaissances.

Venez nombreux !

Manifestation pour la protection des enfants face à l’idéologie du genre

Dans 3 jours aura lieu la manifestation contre l’idéologie du genre qui est inculquée dans les écoles, le 25 mai à Montréal, organisée par Ensemble Pour Protéger Nos Enfants (EPPNE). Voir les détails sur l’affiche ci-dessous :

Pour la Vie,
Augustin Hamilton

Vidéos de la semaine : 


Promotion de la Marche pour la vie de Québec sur la 40 à Trois-Rivières


Georges Buscemi faisant la promotion de la Marche pour la vie de Québec au Centre Chrétien de Lanaudière


Toni DiPaola-Lemay, Nancy Dupont-Denis et Jean-François Denis sur la prochaine Marche pour la vie de Québec

Nos articles de la semaine :


Un projet de loi mettant à l’honneur les personnes atteintes de trisomie 21
Le député Keith Irving de l’Assemblée législative de Nouvelle-Écosse a déposé le 21 mars un projet de loi, intitulé « Loi relative au syndrome de Down » ou « Loi Harvey », proposant de marquer le 21 mars comme « Journée du syndrome de Down » et de donner de l’information au public sur les personnes atteintes de trisomie 21, y compris aux femmes enceintes portant un bébé diagnostiqué d’un troisième chromosome 21 !


Un député canadien suscite l’indignation des partisans de l’avortement en rendant hommage aux mères à l’occasion de la fête des Mères
Le 8 mai, Bruce Banman, membre de l’Assemblée législative d’Abbotsford South, en Colombie-Britannique, s’est levé pour souligner la fête des Mères à l’Assemblée législative de Victoria. « Les mères sont l’incarnation de l’amour, de la force et du sacrifice », a-t-il déclaré. « Depuis le moment de la conception jusqu’au voyage de la grossesse et de l’accouchement, et tout au long de la myriade de défis et de triomphes qui s’ensuivent, les mères sont la force nourricière qui soutient la vie et façonne notre avenir ».


La Journée nationale de protestation contre le drapeau de la fierté est de retour
J’ai le plaisir d’annoncer la deuxième édition de la Journée nationale de refus des drapeaux de la « Fierté », qui aura lieu le 3 juin !


« Est-ce que ça fait de moi une criminelle ? » s’interroge Soraya Martinez Ferrada au sujet de l’avortement
Le député conservateur Arnold Viersen a présenté une pétition demandant au Parlement canadien de légiférer sur l'avortement, déclarant en outre que la décision Morgentaler est inconstitutionnelle puisqu’elle ne protège pas la vie.


Un archevêque australien accusé de « discours haineux » pour avoir défendu l’enseignement catholique sur le sexe et l’avortement
Un archevêque australien a rendu furieux les politiciens et les activistes pro-LGBT de son État après avoir publié une lettre pastorale dénonçant l’idéologie du genre et d’autres causes de gauche.


Un médecin canadien spécialisé dans l’euthanasie parle avec légèreté de sa pratique
Dans le documentaire Better Off Dead ? récemment publié par la BBC, la militante des droits des personnes handicapées Liz Carr a interrogé le Dr Ellen Wiebe, le médecin euthanasieur le plus connu du Canada. Ellen Wiebe est également avorteuse et militante de Mourir dans la dignité, le groupe de pression pour l’euthanasie qui cherche à étendre encore plus l’admissibilité au suicide assisté au Canada.


Une école licencie un enseignant qui avait réalisé une vidéo critique sur la propagande transgenre
Warren Smith, l’enseignant à l’origine d’une vidéo virale critiquant le discours des militants LGBT selon lequel les critiques de l’idéologie du genre sont « transphobes », a été licencié, a-t-il annoncé cette semaine dans une nouvelle vidéo détaillant son calvaire.


Lauren Handy, militante pro-vie emprisonnée à Washington, a été condamnée à 4 ans de prison par un juge pro-avortement
La militante pro-vie Lauren Handy a été condamnée à quatre ans de prison et à une amende de 125 $ mardi, lors de la première des audiences de condamnation du premier groupe de pro-vie qui avait l’année dernière bloqué l’accès à un centre d’avortement tardif dans la capitale nationale des États-Unis.


Une famille célèbre la sortie de l’hôpital de leur bébé prématuré né à 22 semaines
Une famille de l’Illinois célèbre un retour à la maison très spécial, car Nyla Haywood, âgée de six mois, est sortie de l’hôpital après sa naissance précoce à seulement 22 semaines de grossesse.

1 réaction

Une école licencie un enseignant qui avait réalisé une vidéo critique sur la propagande transgenre


Warren Smith.

Par Calvin Freiburger — Traduit par Campagne Québec-Vie

15 mai 2024 (LifeSiteNews) — Warren Smith, l’enseignant à l’origine d’une vidéo virale critiquant le discours des militants LGBT selon lequel les critiques de l’idéologie du genre sont « transphobes », a été licencié, a-t-il annoncé cette semaine dans une nouvelle vidéo détaillant son calvaire.

En février, la vidéo de M. Smith était devenue virale à cause de sa réponse à un élève qui lui demandait s’il aimait toujours le travail de l’auteur de Harry Potter, J.K. Rowling, « en dépit de ses opinions bigotes ». M. Smith a engagé un dialogue socratique avec l’étudiant, disséquant le postulat selon lequel l’opposition publique de Mme Rowling au mouvement en faveur de la fluidité des genres constitue du sectarisme, l’invitant à reconsidérer ce postulat gauchiste omniprésent.

Le 13 mai, trois mois plus tard, M. Smith a annoncé qu’il avait été licencié de son école non identifiée la semaine dernière.

« C’est arrivé si vite, en cinq minutes », a-t-il déclaré. « J’ai consacré quatre ans de ma vie à cette école et hier, c’était comme si j’étais un personnage dans un jeu vidéo et que l’on m’effaçait, comme si je n’avais jamais été là […] C’était remarquable. Par des gens qui aiment prétendre qu’ils sont vos coéquipiers ».

« Lorsque vous dites : “Nous vous remercions de ne pas divulguer”, je ne sais pas si cela signifie que vous menacez mes indemnités de licenciement, j’espère vraiment que non », a-t-il ajouté à l’intention de la personne non identifiée à l’origine de la décision, notant que même s’il accepte la décision, « parfois la façon dont vous le faites est importante et je pense que cela aurait pu être fait sans prendre mon ordinateur et me faire perdre un livre que j’ai écrit pendant deux ans, plusieurs choses que j’ai écrites pendant deux ans, toutes les données de deux ans, ma vie numérique ».

1 réaction Lire la suite

Un archevêque australien accusé de « discours haineux » pour avoir défendu l’enseignement catholique sur le sexe et l’avortement


Mgr Julian Porteous.

Par Stephen Kokx — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Archidiocese of Hobart/YouTube

15 mai 2024 (LifeSiteNews) — Un archevêque australien a rendu furieux les politiciens et les activistes pro-LGBT de son État après avoir publié une lettre pastorale dénonçant l’idéologie du genre et d’autres causes de gauche.

Mgr Julian Porteous, archevêque de Hobart, en Tasmanie, a publié son document de quatre pages intitulé « Nous sommes le sel de la terre » le 2 mai. Il a été envoyé aux écoles catholiques et aux paroisses de l’archidiocèse afin de les guider dans leur enseignement à la lumière des récents développements politiques.

S’appuyant sur les thèmes abordés dans Dignitatis Infinita, Mgr Porteous souligne qu’« au cours des 30 à 40 dernières années, nous avons assisté à une campagne organisée visant à renverser la conception chrétienne traditionnelle du sexe et de la sexualité dans la société occidentale ».

Il note également que « nous considérons que les efforts visant à déconnecter le genre du sexe biologique nient la réalité de ce que nous sommes et l’identité précieuse que nous avons en tant qu’homme ou femme ».

Le document met également en garde contre les efforts visant à libéraliser les lois sur l’avortement, le suicide assisté et les thérapies de conversion.*

1 réaction Lire la suite

Un médecin canadien spécialisé dans l’euthanasie parle avec légèreté de sa pratique


Ellen Wiebe.

Par Jonathon Van Maren — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Alexander Raikin/X

17 mai 2024 (LifeSiteNews) — Dans le documentaire Better Off Dead ? récemment publié par la BBC, la militante des droits des personnes handicapées Liz Carr a interviewé le Dr Ellen Wiebe, le médecin euthanasieur le plus connu du Canada. Ellen Wiebe est également avorteuse et militante de Mourir dans la dignité, le groupe de pression pour l’euthanasie qui cherche à étendre encore plus l’admissibilité au suicide assisté au Canada. La tentative de défense du régime d’euthanasie canadien par Mme Wiebe s’est retournée contre elle lorsque, tout au long de l’entretien, elle a ri et souri en parlant de mettre fin à la vie de ses patients.

« J’adore mon travail », a-t-elle déclaré à Mme Carr. « J’ai toujours aimé être médecin, j’ai mis au monde plus de 1 000 bébés et je me suis occupée de familles, mais c’est le meilleur travail que j’aie jamais fait au cours des sept dernières années. Les gens me demandent pourquoi, et je me dis que les médecins aiment les patients reconnaissants, et personne n’est plus reconnaissant que mes patients actuels et leurs familles ». Ses patients euthanasiés, il faut le souligner, sont morts. Comme l’a fait remarquer un observateur troublé sur les réseaux sociaux : « J’ai eu l’impression qu’elle appréciait un peu trop son travail ». Beaucoup d’autres ont abondé dans le même sens.

Mme Carr a insisté à plusieurs reprises sur la menace que l’euthanasie fait peser sur les populations vulnérables, mais Dr Wiebe n’a pas voulu l’entendre. « J’ai certainement rencontré des personnes qui ne sont pas plus handicapées que moi et qui disent que la vie n’est pas acceptable dans cet état », a-t-elle déclaré. « Je leur ai répondu que nous étions différentes. Mais pas différentes dans le sens où elles veulent avoir un certain contrôle ». Mme Carr a répondu : « En ce qui me concerne, je crains que le fait de donner l’option et le droit à un groupe de personnes ne mette en danger un autre groupe de personnes. Mais je n’ai pas l’impression que vous considériez cela comme inquiétant ».

1 réaction Lire la suite

Un projet de loi mettant à l’honneur les personnes atteintes de trisomie 21

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : pikisuperstar/Freepik

Le député Keith Irving de l’Assemblée législative de Nouvelle-Écosse a déposé le 21 mars un projet de loi, intitulé « Loi relative au syndrome de Down » ou « Loi Harvey », proposant de marquer le 21 mars comme « Journée du syndrome de Down » et de donner de l’information au public sur les personnes atteintes de trisomie 21, y compris aux femmes enceintes portant un bébé diagnostiqué d’un troisième chromosome 21 !

Si le projet de loi était adopté, le ministère de la Santé devra fournir de l’information aux professionnels de la santé et au public comprenant :

(a) l’espérance de vie, le développement cognitif et physique, les résultats en matière d’éducation et les résultats psychosociaux des personnes atteintes du syndrome de Down ;

(b) les ressources pour les familles dont un membre est atteint du syndrome de Down [...]

Bien mieux :

4 (1) Lorsqu’il communique un diagnostic prénatal de syndrome de Down, un membre [professionnel de la santé] doit fournir au futur parent ou aux futurs parents les informations écrites relatives au syndrome de Down mises à disposition par le ministre en vertu de l’article 3.

En outre, dans le but de fournir des informations pertinentes sur les personnes atteintes de trisomie 21, le ministère de la Santé consulterait des personnes compétentes en la matière et des groupes représentant les personnes atteintes de trisomie 21 ou en défendant les intérêts.

À une époque où les enfants à naître atteints de trisomie 21 sont quasi systématiquement avortés, ce projet de loi est important, car il obligerait le système de santé à fournir des informations plus positives sur les personnes atteintes de trisomie 21.

1 réaction

« Est-ce que ça fait de moi une criminelle ? » s’interroge Soraya Martinez Ferrada au sujet de l’avortement

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Oregon Department of Transportation/Flickr/Wikimedia Commons

Pour la troisième fois en six mois, le député conservateur Arnold Viersen a présenté une pétition demandant au Parlement canadien de légiférer sur l'avortement, déclarant en outre que la décision Morgentaler est inconstitutionnelle puisqu’elle ne protège pas la vie, qui est censée l'être par la Charte des droits et libertés.

Peu après, le 9 mai, le jour de la Marche pour la vie d’Ottawa, le ministre libéral Soraya Martinez Ferrada, en pleine période de questions à la Chambre des communes, a réagi à cette pétition en racontant qu’elle avait eu un avortement à 18 ans.

Originaire du Chili, Mme Ferrada s’était installée au Canada. Après le départ du dictateur Pinochet, Mme Ferrada, alors âgée de 18 ans, voulut revoir son pays natal. Une fois là-bas, elle découvrit qu’elle était enceinte. Voulant avorter, elle se confia à une tante qui lui dit : « Bien, tu sais qu’au Chili, [l’avortement] n’est pas légal. C’est criminel et tu peux faire de la prison », rapporte Radio-Canada. Elle retourna donc au Canada et se fit avorter.

Maintenant, devant la tentative du député conservateur de remettre à l’honneur la question de la protection de l’enfant à naître, elle se sent attaquée :

« Ce qui m’a beaucoup interpellée, c’est le dépôt de la pétition qui remet en fait le débat, par la porte d’en arrière, sur la question de droit de vie d’un fœtus. »

1 réaction Lire la suite