M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement été 2019

Mère et fils

5278 $ recueillis -- Objectif : $7500 -- Il reste seulement 1 jour -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de nous aider, en ce début d'été, à promouvoir la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

La compagnie YouTube pointée du doigt

Par Pascal Bergeron (Le Peuple) — Voici la ou les sources de cet article : The New York Times / Voici la source de la photo : truthseeker08/Pixabay

Les algorithmes de la compagnie suggèrent à des pédophiles des vidéos qui comportent des enfants.

Selon des représentants du géant californien YouTube, plus de 70 % du contenu visionné sur sa plateforme est lié aux recommandations faites aux utilisateurs par son logiciel qui utilise l’intelligence artificielle. Ce qu’il faut savoir, c’est que cette fonction aurait un effet pour le moins pervers, soit celui de suggérer à des pédophiles des vidéos qui comportent des enfants.

Les algorithmes sont conçus de manière à augmenter graduellement l’intensité des recommandations pour attirer l’attention de ses utilisateurs, et ce, en se basant sur leurs intérêts. Aussi inquiétant que cela puisse sembler, cette tendance est également omniprésente dans le contenu à caractère sexuel, où les vidéos promues sont celles qui mettent de l’avant des personnes de plus en plus jeunes, pour enfin déboucher vers des clips qui montrent des enfants.

Soulignons que ces vidéos sont bien souvent anodines et qu’elles ont été téléversées sur la plateforme par des parents qui veulent partager de beaux moments vécus en famille. Cela dit, l’algorithme de YouTube, de fil en aiguille, fait en sorte que ce contenu soit visionné par des individus mal intentionnés. Une femme vivant au Brésil l’a d’ailleurs apprise à ses dépens après avoir constaté que la vidéo de sa fille et de son amie qui jouaient dans une piscine avait été regardée plus de 400 000 fois. [Les costumes de bain modernes ne protègent surtout pas de la curiosité malsaine, et si ces petites filles en portaient, on peut bien penser que ça n’améliorait pas les choses.*]

Le professeur Marcus Rogers de l’Université Purdue, en Illinois, craint que cette fonction insidieuse contribue à normaliser la pédophilie en érodant le tabou qui interdit moralement la société à sexualiser les enfants. « C’est extrêmement puissant, et les gens se font entraîner [dans cette spirale] », a déclaré pour sa part Stephen Blumenthal, un psychologue spécialisé dans les comportements sexuels déviants.

Bien que désactiver la fonction qui recommande des vidéos incluant des enfants puisse permettre de régler le problème, cette solution a été écartée par la société californienne sous prétexte qu’elle causerait un trop grand « préjudice » aux créateurs de contenu en limitant le trafic.


*Commentaire d’Augustin Hamilton.

Laissez un commentaire

Un chrétien arrêté pour avoir prêché la bible

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : diegoattorney/Pixabay

C’est une affaire assez étonnante, où la victime est arrêtée à la place des fauteurs de troubles, au Canada, à Toronto, en plein Church-Wellesley Village ! L’homme inculpé prêchait la bible (à sa manière certes) sur un coin de trottoir et faisait l’objet du harcèlement d’une bande de trublions LGBT, il ne faisait ni ne disait rien de particulier, et… la police l’a arrêté, d’après Big League Politics (BLP) :

Un pasteur chrétien nommé David Lynn a été arrêté et accusé d’avoir troublé la paix avec des « commentaires désobligeants » mardi, pour avoir prêché la parole de Dieu sur un coin de rue dans à Toronto […]

David Lynn « a été harcelé par un groupe de manifestants turbulents, il a été menotté par les forces de l’ordre parce que prêcher l’Évangile a été considérée comme une violation criminelle, » rapporte BLP, et un policier a même dit deux mots à une personne qui enregistrait la scène indigne. Tout ceci peut être vu dans cette vidéo.

BLP continue :

La horde LGBT a applaudi alors que l’homme était menotté et emmené […]

« Il est fâcheux que je fasse l’objet de ce genre de discrimination, d’intimidation et de marginalisation simplement parce que je dis que Dieu vous aime, qu’il y a de l’espoir pour vous, que je vous accepte et vous tolère. Je ne devrais pas être dans cette position, je n’ai rien fait d’illégal », a déclaré Lynn après son arrestation. Il est maintenant libéré sous caution.

David Lynn ne savait même pas que c’était ce que certains ont décidé d’appeler le « mois de la Fierté », d’après BLP :

« Je ne savais pas que c’était le début du mois de la fierté... Je n’ai rien dit de particulier à la communauté LGBTQ, tout a été diffusé en direct », a-t-il dit aux journalistes.

David Lynn s’est vu interdire plusieurs rues et n’a pas le droit d’approcher des événement de la « Fierté ».

Laissez un commentaire

Sophie Durocher n’aime pas qu’Andrew Scheer parle de Dieu

Billet de blogue d'Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Nouvelle découverte grâce au site Le Peuple

Voilà une réaction bien révélatrice de la part de cette chroniqueuse du Journal de Montréal, qui disait sur Twitter au sujet d’un des discours politiques du chef du Parti conservateur du Canada que « Quand un politicien parle de Dieu, ça me fait fuir dans la direction opposée. Peu importe le Dieu en question. »

Cependant, si Mme Durocher a tort de s’offusquer de ce que M. Scheer parle de Dieu dans un de ses discours, celui-ci tombait quelque peu dans l’erreur quand il disait que nous étions « tous enfants de Dieu » et que par conséquent il y avait « une valeur égale et infinie en nous. » Il aurait plutôt dû dire que nous étions tous créatures de Dieu et que notre devoir étant de Le connaître, nous avons droit à la vie et au respect pour remplir ce devoir ; tous ne sont pas enfants de Dieu car tous ne sont pas baptisés.

Quant au reste du discours de M. Scheer, je ne discuterai pas ici des idées qui y sont véhiculées.

Laissez un commentaire

Andrew Scheer ne participera pas aux «Gay Prides»


Andrew Scheer, chef du Parti conservateur du Canada.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Andrew Scheer/Flickr

Andrew Scheer, chef du Parti conservateur du Canada, n’a pas fait connaître ses intentions par rapport à la participation à une quelconque « parade de la Fierté », véritable procession de la décadence, ou diverses sortes de débauches sont représentées, en lieux et places des anciennes confréries, qui naguère participaient aux processions d’autrefois, saines et sensées.

Le porte-parole du parti a cependant confirmé la rumeur selon laquelle, Andrew Scheer ne participerait à aucune « parade de la Fierté », bien qu’il affirme que le parti défende les intérêts des groupes LGBTQ(+).

Sans doute cela n’est-il pas dans le goût de M. Scheer qui ne doit faire partie d’aucun contingent compris dans le sigle LGBTQ(+), tout comme il est « personnellement » contre l’avortement. Extrait du National Post :

Alors que son parti continue d’être en tête dans les sondages à l’approche des élections fédérales de cet automne, le chef conservateur Andrew Scheer n’a pas l’intention de participer aux défilés de la Fierté cette année.

Le Parti conservateur a confirmé les plans de Scheer cette semaine, même si le Premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, fait face aux critiques de certains milieux pour avoir annoncé qu’il ne participera pas au défilé de Toronto plus tard dans le mois, donnant pour raison l’interdiction que la Pride Toronto faite aux policiers en uniforme. Mais le Parti conservateur fédéral affirme qu’il y a « beaucoup de façons » de lutter pour les droits de la communauté LGBTQ, et Scheer le fait.

« Les conservateurs du Canada ont une fière tradition de lutte pour les droits et la protection de tous les Canadiens, y compris ceux de la communauté LGBTQ, au pays et à l’étranger. Il existe de nombreuses façons d’appuyer ces collectivités, et il est essentiel que les droits de tous les Canadiens soient protégés, sans égard à la race, au sexe ou à la préférence sexuelle », a déclaré Daniel Schow, porte-parole de Scheer.

Laissez un commentaire

Un prêtre catholique rappelle un point sur la modestie et fait face à la meute en ligne

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : PxHere

Le Père Kevin M. Cusick, prêtre du diocèse de Washington, vétéran, chroniqueur pour l’hebdomadaire Wanderer et quelques fois pour le site OnePeterFive, avait simplement rappelé sur Twitter quelques éléments de base en termes de vie en société, dans le cadre particulier de la messe, à savoir la vestimentation et la modestie. Ce qui est curieux, c’est que son compte Twitter a été bloqué. Yahoo LifeStyle rapporte :

Un prêtre catholique est allé sur Twitter pour demander aux femmes de s'habiller modestement lors des offices religieux afin de « protéger la pureté des hommes » ― et les gens circulant en ligne ne l'apprécient pas vraiment.

Le Père Kevin M. Cusick, prêtre catholique et ancien combattant, a écrit un tweet adressé aux « dames », écrivant qu'un de ses confrères avait été « forcé » de demander à une femme lors d'une messe catholique de couvrir ses épaules. Cusick a continué en demandant aux femmes d'« aider le prêtre à protéger la pureté des hommes lors de la Sainte Messe en choisissant de s'habiller modestement ».

Le P. Cusick ne demandait pas aux femmes de se voiler la face, le visage reflète d’ailleurs plus que tout autre partie du corps la personnalité et n’est assurément pas à cacher, mais de couvrir leur épaules. Cela peut paraître extrême à certaines, surtout si elles ont l’habitude de découvrir plus que les épaules, mais sensé, les hommes étant sensibles à ces détails là.

Laissez un commentaire Lire la suite

Courses Formule 1 : le Grand Prix de Satan

Par Paul-André Deschesnes ― Photo : Morio/Wikimedia Commons

Voulons-nous vraiment sauver la planète terre ?

Chaque année, pendant une semaine en juin, Montréal vibre au diapason de la […] course automobile de la Formule 1. C’est l’euphorie !

Assez, c’est assez. Ce cirque décadent et hyper polluant doit disparaître. Cet événement satanique doit être dénoncé.

Au nom des « saintes » retombées économiques, on se met collectivement à genoux devant ce spectacle abominable et immoral.

Le vice est très payant ! Voilà pourquoi les festivités de la F1 durent une semaine et attirent à Montréal un nombre record de touristes sexuels venus du monde entier.

Notre grande métropole a la réputation d’être une ville très ouverte où tout est permis [...] L’argent coule en abondance dans une atmosphère démoniaque et orgiaque. Cette course automobile (une seule journée) est le prétexte pour se vautrer pendant six jours dans tous les excès dignes du temps de l’Empire romain.

Dans le Journal de Montréal du 5 juin 2019, on nous annonce à pleines pages tous les partys les plus « hot » en ville, dont un qui porte le nom de « La grande décadence ». Le Mal, le vice, les perversions et les abominations sont annoncés et promus comme les nouvelles valeurs à la mode, adorées par nos populations païennes et décadentes.

Laissez un commentaire Lire la suite

Trudeau veut dépenser 1,4 milliard de dollars, dont la moitié pour l’avortement, etc

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo (rognée) : Presidencia de la República Mexicana/Flickr

Pétition : Non à l'avortement tardif au Québec

À quel point Justin Trudeau peut être zélé pour l’avortement dépasse toute imagination. Le Canada dépense actuellement 1,1 milliard de dollars dans pour la santé des femmes, dont 400 millions pour l’avortement et la « santé sexuelle et reproductive » dans le monde, notamment dans les pays en développement. Extrait de la CBC

Le premier ministre Justin Trudeau a fait plusieurs allusions, pas trop subtiles, au président américain mardi dernier alors qu'il s'engageait à augmenter graduellement l'aide internationale pour la santé des femmes à 1,4 milliard de dollars par année, la moitié étant consacrée à assurer aux femmes l'accès à des avortements sans risque et à des services de santé reproductive dans le monde. 

Le Canada augmentera le financement des services de santé pour les femmes dans le monde entier, le faisant passer de 1,1 milliard de dollars actuellement à 1,4 milliard d'ici 2023. 

Ceci comprend l'augmentation de 400 millions de dollars à 700 millions de dollars du montant consacré à la santé sexuelle et reproductive. 

M. Trudeau a fait cette annonce lors d'une importante conférence mondiale sur l'égalité entre les sexes à Vancouver, affirmant que le Canada augmente les fonds là où d'autres pays se sont retirés. 

L’annonce de l’ouverture prochaine des vannes de l’argent canadien faisait écrire à Maxime Bernier, chef du Parti populaire du Canada, sur son compte Twitter

Trudeau veut dépenser 1,4G$ PAR ANNÉE (1,1G$ maintenant) sur des services de santé aux femmes dans les pays en développement, dont 700M$ pour des avortements et santé reproductive. 

Débile. Est-ce qu’il s’imagine déjà en train de diriger un gouvt mondial?

Laissez un commentaire

Le suicide « légal » d’une jeune fille victime d'un viol aux Pays-Bas

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : Max Pixel

Encore une sinistre histoire de « suicide assisté » aux Pays-Bas. Une jeune fille de 17 ans a été autorisée à mourir de faim, on ne sait par ailleurs si des médecins l’y ont « aidée », elle est morte dimanche. La raison de ce suicide est qu’elle ne pouvait plus supporter d’avoir été violée il y a quelques années.

Je ne discuterai pas de sa douleur, mais je dénonce cette « solution » bon marché qu’est le suicide « légal » qui est d’un simplisme époustouflant, une vrai panacée universelle pour tous les maux, alors que guérir, soigner, assainir est bien plus compliqué et onéreux. La mort coupe toute chance de guérison, la vie elle en laisse la possibilité, car « tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir ».

Vous pourrez remarquer que l’argument par lequel on permet à cette jeune fille de mourir de la sorte est le même que celui par lequel on autorise une femme violée à se faire avorter.

La mère de la jeune fille est très critique du système pour la santé mentale des Pays-Bas. Extrait du Daily Beast :

Une jeune Néerlandaise de 17 ans, qui a demandé à être euthanasiée après avoir dit que la douleur d'avoir été violée et agressée étant enfant était devenue « insupportable », a été autorisée à mourir à la maison cette fin de semaine, ont déclaré des amis mercredi.

Laissez un commentaire Lire la suite

Culture de mort au Québec : 3 Québécois sur 4 seraient pour l’euthanasie en cas d’Alzheimer

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Pixnio

D’après un sondage Léger réalisé en avril, les trois quarts des Québécois seraient pour qu’il y ait la possibilité de demandes anticipées d’euthanasie en cas d’Alzheimer (je serais curieux de savoir à qui a été adressé le sondage en question). Tout en prenant avec un grain de sel ce sondage, qui n’a pas été étendu à l’échelle de la province, il pourrait révéler que la culture de mort qui suinte de partout, depuis le gouvernement jusqu’aux médias, a imprégné l'esprit des gens. Extrait du Journal de Montréal :

Trois Québécois sur quatre croient que les personnes atteintes d’Alzheimer devraient pouvoir demander l’aide médicale à mourir avant de perdre leurs facultés, selon un sondage Léger.

« C’est rare que les taux soient aussi élevés. Il n’y a aucune ambiguïté », dit le sondeur Jean-Marc Léger à propos de l’enquête réalisée en avril auprès de plus de 1500 Canadiens.

Actuellement, seules les personnes en fin de vie et qui sont aptes à consentir peuvent demander l’aide médicale à mourir. Or, dans le cas des démences comme l’Alzheimer, « le cerveau meurt longtemps avant le reste du corps », explique le Dr Alain Naud.

Voici une déclaration pour le moins exagérée, tout à fait fausse et à senteur de « mort cérébrale » (un concept inventé pour le prélèvement d’organe). L’article continue :

Au Québec comme dans le reste du Canada, plus de la moitié des répondants sont en accord avec l’idée d’élargir l’accès à l’aide médicale à mourir aux personnes qui ont un diagnostic d’Alzheimer et qui en font la demande de manière anticipée, alors qu’elles sont encore lucides.

C’est toutefois au Québec que l’adhésion à cette idée est la plus élevée.

Laissez un commentaire

La « mort cérébrale » est une fiction médicale inventée pour prélever des organes sur des êtres vivants

Par Stephen Kokx — traduit par Campagne Québec-Vie — Photo :

Rome, 20 mars 2019 (LifeSiteNews) — Est-il moralement permis de prélever les organes d’une personne dans le coma, déclaré en état de « mort cérébrale » par les médecins ? Pourquoi et quand la transplantation d’organes a-t-elle eu lieu pour la première fois ? Quel est l’enseignement de l’Église sur l’utilisation des organes d’une personne considérée comme « en état de mort cérébrale » ?

Mme Doyen Nguyen répond à ces questions et à bien d’autres lors d’un entretien approfondi avec le magazine italien Radici Cristiane (lire l’entrevue complète ci-dessous), où elle reproche à une « culture de consommation » d’avoir fait accepter à beaucoup l’idée de « mort cérébrale », un terme qu’elle qualifie de « fiction médicale » incohérente.

Mme Nguyen est une laïque faisant partie du tiers ordre dominicain et professeure à l’Université pontificale Saint-Thomas-d’Aquin (l’Angélique) de Rome. Elle fera [c’est maintenant fait] une présentation sur la « mort cérébrale » dans le cadre de la conférence A Medicolegal Construct : Scientific & Philosophical Evidence (Une invention médicolégale : preuves scientifiques et philosopĥiques), organisée par la John Paul II Academy for Human Life and the Family (Académie Jean-Paul II pour la vie humaine et la famille) à Rome les 20 et 21 mai.

Le professeur Josef Seifert, l’évêque Athanasius Schneider et le P. Edmund Waldstein, entre autres, présenteront également à la rencontre, qui se tiendra à l’hôtel Massimo D’Azeglio […]

Dans un entretien d’une grande portée, Mme Nguyen explique qu’un comité ad hoc de Harvard en 1968 a inventé le terme de « mort cérébrale » pour désigner une personne dans un coma irréversible. Mme Nguyen affirme que cela a été fait pour servir les intérêts de l’industrie de la transplantation d’organes et pour éviter la clameur des gens ordinaires qui aurait perçu les chirurgiens-transplanteurs comme des tueurs-voleurs d’organes.

Mme Nguyen réfute le terme « mort cérébrale » pour décrire quelqu’un dans un « coma irréversible » en faisant valoir que le terme « coma irréversible » lui-même « indique que le patient est vivant, pour la simple raison que seule une personne vivante peut entrer ou rester dans un état comateux. En d’autres termes, ce serait un oxymore que de dire qu’un cadavre est dans le coma ! »

Lorsqu’un médecin déclare qu’un patient comateux est mort, ce patient n'en meurt pas pour autant, dit-elle.

Mme Nguyen a critiqué le discours que Jean-Paul II a donné, lors du 18ème Congrès international sur la transplantation d’organes de l’an 2000, pour son manque de perspicacité. Mme Nguyen mentionne que les remarques de Jean-Paul II, qui suggèrent que la « mort cérébrale » dans certains cas « ne semble pas en conflit avec les éléments essentiels d’une anthropologie sérieuse », n’ont pas pris en considération toute la littérature disponible sur le sujet à l’époque. Mme Nguyen dit que l’allocution devrait être « modifiée, ou mieux encore, rétractée. » Elle explique comment l’Église devrait comprendre la « mort cérébrale ».

***

Laissez un commentaire Lire la suite