M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Nahanni Fontaine tient mordicus aux zones bulles contre les pro-vie autour des avortoirs


Josie Luetke de la Coalition nationale pour la vie (à gauche) et Nahanni Fontaine, député du NPD du Manitoba (à droite).

Par Josie Luetke (Coalition nationale pour la vie) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Nahanni Fontaine/Facebook

De nombreux responsables gouvernementaux et autres décideurs influents assistent à la Commission de la condition de la femme des Nations unies, ce qui offre de précieuses possibilités de militantisme pro-vie.

Les jeunes représentants de la Coalition nationale pour la vie ont pu plaider le message pro-vie auprès de Marci Ien, ministre de la Condition féminine et de l’Égalité des sexes et de la Jeunesse ; Patty Hajdu, ministre des Services autochtones et ministre responsable de l’Agence fédérale de développement économique pour le Nord de l’Ontario ; Leah Gazan, porte-parole du NPD pour les enfants, les familles et le développement social et porte-parole pour les femmes et l’égalité des sexes ; et Charmaine Williams, ministre déléguée à l’Opportunité sociale et économique des femmes pour l’Ontario.

J’ai également eu une conversation très intéressante avec Nahanni Fontaine (NPD, St. Johns), ministre de la Famille, de l’Accessibilité et de l’Égalité des sexes au Manitoba. Elle est passée à côté de moi alors que je faisais la queue pour un événement parallèle, à l’ONU. Sachant qu’elle venait de déposer un projet de loi visant à ériger des zones bulle au Manitoba, je l’ai abordée. Je me suis présentée et j’ai affirmé que même si elle avait une opinion différente de la mienne sur l’avortement, je lui demandais de respecter mon droit à la liberté d’expression.

Si le projet de loi n° 8 — intitulé « Loi sur l'accès sécuritaire aux services d'interruption volontaire de grossesse » — est adopté, toute forme d’expression pro-vie, aussi bénigne soit-elle, sera interdite à proximité immédiate de toute « clinique » d’avortement et de tout autre établissement pratiquant des avortements — comme un hôpital ou une pharmacie — qui demande à bénéficier d’une telle zone tampon. Ces zones peuvent être comprises entre 50 et 150 mètres. Si vous « tentez d’informer une personne » sur l’avortement ou « accomplissez un acte de désapprobation » de l’avortement lorsque vous vous trouvez dans une zone bulle, vous êtes passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 5 000 dollars et d’une peine d’emprisonnement de six mois — et ce n’est que pour une première infraction.

Réalisant que je faisais référence à son projet de loi, Mme Fontaine a fièrement insisté sur le fait qu’il allait être adopté.

Elle a déclaré que nous pouvions toujours exprimer nos opinions, prier ou quoi que ce soit d’autre, à seulement 150 mètres d’un hôpital. Elle nous a invités à venir à la législature si nous voulions protester.

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

J’ai expliqué que nous pensions que l’avortement était une injustice en matière de droits de l’homme et que nous voulions exprimer notre point de vue pro-vie là où l’injustice se produit — et que certaines femmes changent d’avis et que des vies sont sauvées.

Elle m’a demandé si nous étions prêts à aider ces femmes à élever les enfants qu’elles n’auraient pas avortés et je lui ai répondu avec enthousiasme : « Oui ! » Je lui ai dit qu’il y avait plus de 100 centres de grossesse d’urgence dans tout le pays qui fournissent gratuitement des couches, des vêtements de bébé, etc. Elle n’a pas voulu entendre cela.

Elle m’a à nouveau assuré que nous pouvions toujours défendre nos opinions « anti-choix » à la distance de 150 mètres. Je lui ai demandé pourquoi 150 mètres, pourquoi cette limite arbitraire ? Elle m’a répondu que ce n’était pas arbitraire et que d’autres provinces avaient également établi des zones tampon de cette taille. (En effet, le Manitoba est sur le point de devenir la septième province à établir des zones bulle autour des établissements pratiquant l’avortement.) J’ai rétorqué que ces limites à la liberté d’expression étaient également arbitraires.

Elle a insisté sur le fait que les femmes ont le droit d’accéder à l’avortement sans être harcelées ou entravées. Je suis d’accord avec elle pour dire que personne ne devrait être harcelé, mais je lui ai demandé ce qu’elle considérait comme du harcèlement.

J’ai également soutenu que « nous n’empêchions pas l’accès, nous exprimions simplement notre opinion, et la liberté d’expression est également protégée par la Charte ». À son tour, elle a demandé à plusieurs reprises : « Si vous n’entraviez pas l’accès, je n’aurais pas besoin de faire une loi, n’est-ce pas ? ». J’ai répondu que je pensais qu’elle voulait simplement empêcher toute critique.

Elle a publié avec suffisance un extrait de cette partie de notre échange sur ses comptes Instagram et Facebook.

Mme Fontaine a insisté sur le fait que c’était son « droit en tant que législateur de protéger les Manitobains ». Elle a déclaré : « Et c’est ce que je vais faire. Vous ne l’aimerez peut-être pas... »

La vidéo s’interrompt juste avant que nous ne commencions à débattre de l’humanité des enfants à naître. Je l’ai interrogée sur les Manitobains qui sont tués dans l’utérus. Elle a insisté sur le fait que ce n’étaient pas des Manitobains, qu’un « fœtus » n’était même pas humain. J’ai déclaré que le fœtus était humain, tout comme il peut y avoir un fœtus de chien ou de dauphin. Elle a exprimé son désaccord avec véhémence lorsque j’ai dit que la science avait établi que la vie commençait à la fécondation. Je lui ai demandé quand la vie commence si ce n’est pas à la fécondation.

Encore plus en colère, elle s’éloigne encore plus, rejetant la « science » sur laquelle je m’appuyais. Probablement en vain, j’ai mentionné une étude portant sur plus de 5 000 biologistes, selon laquelle plus de 95 % d’entre eux reconnaissent que la vie commence à la fécondation.

Elle m’a dit qu’elle avait le droit d’introduire une telle législation sur les zones bulle en tant que législatrice, et que si cela ne me plaisait pas, je pouvais me faire élire moi-même. N’étant pas Manitobaine et n’ayant aucune envie de déménager dans cette province, je lui ai plutôt promis qu’elle ne serait pas réélue. (Gens de St. Johns, remplacez-la par un représentant pro-vie et pro-famille !)

Elle a répété que les femmes ont le droit d’accéder aux soins de santé ; j’ai répondu que tuer des êtres humains innocents n’est pas un soin de santé. Elle s’est moquée de moi en me qualifiant d’« anti-choix », alors que de plus en plus de spectateurs commençaient à prêter attention. J’ai répondu que j’étais contre le choix de tuer.

Je ne crois pas une seconde l’avoir fait changer d’avis. Au contraire, notre argument l’incitera à redoubler d’efforts. Ce que j’espérais être une conversation productive — un plaidoyer pour que, quelle que soit son opinion sur la question, elle respecte mon droit d’exprimer librement la mienne — s’est transformé en ce qui m’a semblé être un exercice futile.

Mais ce n’était pas futile. Je suis reconnaissante d’avoir pu avoir une conversation face à face avec elle au nom de tous les Manitobains pro-vie dont elle propose de criminaliser les actions pacifiques.

Notre premier objectif est toujours la conversion — priez donc pour elle — mais en l’absence de conversion, il faut au moins rendre des comptes. Lorsque notre liberté d’expression est violée et que, par conséquent, notre capacité à défendre les droits (et les vies !) des enfants à naître est restreinte, nous ne pouvons pas nous contenter de laisser tomber et de nous taire. Nous devons condamner vigoureusement la censure, non seulement pour nous, mais aussi pour les personnes vulnérables dans l’utérus qui n’ont personne d’autre pour les défendre, pas même leur propre mère.

La légende de la vidéo publiée par Mme Fontaine sur les réseaux sociaux se lit comme suit : « Je n’aurais jamais pensé qu’un jour, un manifestant anti-choix m’aborderait au sujet de ma loi sur la zone tampon pour l’avortement, à la Commission de la condition de la femme de l’ONU, un organisme voué aux droits des femmes, des filles et des personnes de sexe différent, y compris à la justice reproductive, mais nous y voilà... »

Nous y sommes. Nous sommes là. Nous sommes partout.

Elle a besoin d’entendre tous les pro-vie. Elle doit connaître l’ampleur de l’opposition à ce projet de loi oppressif.

Signez notre pétition demandant aux législateurs manitobains de ne pas instituer de zones bulle.

Envoyez un courriel à votre député et appelez-le également.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.