M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement Noël 2018

Sainte Famille

2812 $ recueillis (OBJECTIF: 7 500$) -- il reste 7 jours avant la fin de notre campagne -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de nous aider, en ce temps des Fêtes. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Le nombre de décès par euthanasie au Québec augmente rapidement

Par Michael Cook (Bioedge) — traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : PxHere

Et de rappeler, à l’instar de Caton l’ancien qui lançait à la fin de ses discours « delenda Carthago » (il faut détruire Carthage), il faut interdire l’euthanasie, car celui-ci est intrinsèquement mauvais. Peut-être réussirais-je à faire comprendre aux gens que c’est une nécessité. — CQV

La loi du Québec sur l’euthanasie est entrée en vigueur il y a trois ans, en décembre 2015. Depuis, 1 664 Québécois ont été euthanasiés, selon un rapport déposé à l'Assemblée nationale du Québec. Au total, 845 personnes ont été euthanasiées entre juillet 2017 et mars 2018, contre 638 entre juillet 2016 et juin 2017.

Curieusement, les durées des périodes d’enregistrées dans les rapports sont très différentes. Une meilleure façon de les comparer (dans l’attente d’une clarification) est donc de le faire par mois. Sur une base mensuelle, le nombre de personnes ayant reçu une « aide médicale à mourir » [euthanasie] au Québec est passé de 53 par mois en 2017 à 93 en 2018, soit une augmentation de 75 %.

Le dernier rapport indique que 10 % des décès par euthanasie signalés n’ont pas été administrés conformément à la loi. Soit la paperasse était incomplète, soit la loi avait apparemment été enfreinte. La proportion pour la période précédente était de 8 %. Le rapport souligne cependant que la « grande majorité » des décès par euthanasie ont été administrés conformément à la loi.

D’autres informations, provenant du Journal of Medical Ethics, nous dévoilent la façon dont les médecins québécois observent la loi provinciale sur l’aide médicale à mourir (AMM). Dans un article paru en ligne le 22 novembre dernier, trois bioéthiciens du Québec rapportent que l’AMM devient une première, plutôt qu’un dernier recours pour les patients :

Malgré les lignes directrices de pratique professionnelle stipulant que l’AMM devrait être traitée comme une option de dernier recours, dans certains cas, les demandes d’AMM servent plutôt d’amorces de discussions sur les soins de fin de vie, dont la discussion et le commencement des limites des traitements et l’approche des soins palliatifs. Les demandes de AMM et la prestation de l’AMM telle que documentée dans le dossier peuvent survenir brusquement et sans évolution documentée des objectifs de soins, ce qui peut impliquer que les demandes d’AMM ne sont pas traitées avec des considérations morales particulières mais simplement administratives ou juridiques.

[…]

Ils disent que les demandes de AMM doivent faire l’objet d’une enquête.

Laissez un commentaire

Le Manitoba rejette un projet de loi qui aurait empêché les manifestations pacifiques pro-vie devant les avortoirs

Par Calvin Freiburger — traduit par Campagne Québec-Vie - Photo : Indi Samarajiva/Wikimedia Commons

Manitoba, 10 décembre 2018 (LifeSiteNews) — L’Assemblée législative du Manitoba a rejeté jeudi un projet de loi qui aurait établi des « zones bulles » interdisant aux militants pro-vie de manifester ou de faire du conseil de trottoir à proximité de tout avortoir dans la province.

Introduite en novembre par le chef de l’opposition, Nahanni Fontaine, le soi-disant projet de loi Safe Access to Abortion Services Act aurait interdit toute expression « orale, écrite ou graphique » de « désapprobation concernant les questions relatives aux services d’avortement » à moins de 150 mètres d’un centre d’avortement, notamment toute tentative de dissuader les femmes d’entrer dans le bâtiment. Il aurait également interdit de filmer, de photographier, de dessiner ou même d’observer « répétitivement » quiconque entre dans l’immeuble.

« Je comprends la nécessité et le droit des individus de protester pour quelque chose qu’ils jugent important pour eux. Je comprends cela, je le soutiens », a affirmé Mme  Fontaine. « Ce que je veux dire, c’est que les manifestations ne devraient pas avoir d’impact sur les droits des femmes et des filles du Manitoba. C’est un droit humain d’accéder à la santé reproductive. »

Laissez un commentaire Lire la suite

La Révolution industrielle du Moyen Âge

Par l'historien Jean-Claude Dupuis, Ph. D. — Photo (rognée) : Stefdn/Wikimedia Commons

Georges Orwell écrivait : « Il contrôle le présent celui qui contrôle l’histoire. » Les régimes totalitaires ont toujours cherché à réécrire l’histoire pour justifier leur idéologie. Un « monde nouveau » commençait avec eux : 1789, 1917 ou 1933 devenait l’An Un de l’Humanité. N’a-t-on pas fait un peu la même chose avec l’année 1960, au Québec ?

Notre société, soi-disant libérale, devient de plus en plus totalitaire. La désinformation historique y est omniprésente, et elle vise presque toujours la même cible : l’Église catholique.

L’un des thèmes de la légende noire anticatholique est l’idée que l’Église aurait freiné le progrès de la science et de la technique. Cette calomnie circule depuis le Siècle des Lumières. On nous ressort constamment le mythe de l’Affaire Galilée, qui a pourtant été réfuté par les études historico-scientifiques les plus sérieuses. L’ouvrage de Jean Gimpel, La Révolution industrielle du Moyen Âge (1975) ébranle les préjugés sur le prétendu « obscurantisme clérical ». L’auteur démontre que la Chrétienté médiévale a été une brillante époque de découvertes et d’innovations.

Laissez un commentaire Lire la suite

Forte opposition à la légalisation de l’euthanasie en Nouvelle-Zélande

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : LifeSiteNews

Des dizaines de soumissions, requêtes et propositions ont été faites dernièrement sur le site du Parlement de Nouvelle-Zélande et la grande majorité d’entre elles s’opposent à l’euthanasie. Espérons que le gouvernement néo-zélandais écoutera son peuple. Extrait de Scoop Independent News :

Selon Peter Thirkell, secrétaire de l’organisme Care Alliance, l’opposition à la légalisation de l’euthanasie s’est considérablement accrue.

« Sur les 21 277 requêtes soumises à l’enquête du Comité spécial de la santé sur les questions de fin de vie, 77 pour cent étaient opposées à la légalisation », a déclaré le Dr Thirkell. « En revanche, plus de 36 000 requêtes ont été soumises au Comité spécial de la justice au sujet du projet de loi sur les choix de fin de vie, et l’analyse préliminaire montre que l’opposition s’élève à 92 pour cent. »

Laissez un commentaire

Irlande : la loi sur l’avortement votée à la Chambre basse


Leinster House où siège l'Oireachtas, Assemblée nationale d'Irlande.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Clem/Flickr

Si le projet de loi passe la Chambre haute, le Seanad Éireann, il obligera les médecins généralistes à informer les patientes au sujet de l’avortement, de sorte qu’elles puissent s’en procurer un, s’ils refusent de l'accomplir ; le projet de loi permettra aux mineures de se faire avorter sans le consentement de leurs parents, et il autorisera l’expérimentation et la manipulation des bébés avortés. Le contribuable paiera bien sûr. Extrait de FSSPX.News :

La légalisation de l’avortement a franchi une nouvelle étape en République d’Irlande, avec le vote d’un projet de loi à la Chambre basse le 5 décembre 2018, sans que soient pris en compte les nombreux amendements déposés en faveur de la protection de la vie.

Les députés du Dáil Éireann — la chambre basse de l’Oireachtas, le parlement national — ont voté à 90 contre 15 et 12 abstentions le projet de régulation d’interruption de grossesse, c’est-à-dire l’avortement ou meurtre de l’enfant à naître.

Le texte approuvé ouvre l’accès à un avortement « sur demande » jusqu’à la 12e semaine de grossesse, en cas d’anomalie importante du fœtus ou en cas de danger pour la santé physique ou mentale de la mère. C’est une première conséquence du référendum du 25 mai 2018 ayant abrogé le 8e amendement de la Constitution.

Laissez un commentaire

Jamie Schmidt, martyre de la chasteté ? Cette femme est morte pour avoir refusé de céder à son violeur, « au nom de Dieu »


Jamie Schmidt : plutôt la mort que la souillure

Par Jeanne Smits (Le blog de Jeanne Smits) — Photo : LifeSiteNews

L’histoire que je vais vous raconter est terrifiante et magnifique — et surtout, elle est vraie. C’est celle d’une femme ordinaire, la cinquantaine, mariée, trois enfants. Elle s’appelle Jamie Schmidt. S’appelait, plutôt. Car elle est morte assassinée, pour avoir préféré la pudeur, la chasteté et la fidélité conjugale à la souillure. Il y a quelque chose de sainte Maria Goretti dans cette histoire, quelque chose de saint Charles Lwanga et ses compagnons ; peut-être bien la foi et le sang d’une martyre… La première sainte martyre née sur le sol des Etats-Unis ? Déjà, un prêtre plaide sa cause…

Tout s’est déroulé très vite, le 19 novembre dernier à Saint-Louis, Missouri. Jamie Schmidt, 53 ans, paroissienne zélée, aimable et pieuse, mais aussi discrète et modeste, allait faire ses courses au Catholic Supply local de la Manchester Road où elle s’apprêtait à acheter des fournitures pour fabriquer des chapelets – son apostolat à elle. Sur place, deux employées, l’une d’une vingtaine d’années, l’autre, la cinquantaine aussi. En ce milieu d’après-midi, le magasin était calme. Il n’y avait personne d’autre.

Voici pourtant qu’entre un homme trapu, d’âge moyen. Il jette un coup d’œil, constate la présence des trois femmes, puis annonce qu’il a laissé sa carte de crédit dans la voiture. Il dit qu’il va la chercher parce qu’il voudrait faire quelques achats. Mais ce n’est pas une carte bancaire qu’il rapporte : il revient dans le magasin, revolver au poing.

Laissez un commentaire Lire la suite

La famille de cette femme lui retire sa ventilation... et elle survit


Michele de Leeuw.

Par Nancy Flanders (LiveActionNews) — traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Capture d'écran d'une vidéo de Nightly News

Le cœur de Mme De Leeuw battant encore et son cerveau ayant quand même une mince activité, les médecin n'aurait pas dû la considérer comme quasi morte, surtout qu'apparemment l'un des critères en jeu était la notion grotesque de « mort cérébrale, » d'après NBC News... encore un trait de notre société mortifère. — CQV

Une femme du Michigan est un miracle vivant contredisant l'affirmation des médecins qu'elle ne survivrait pas. Ils avaient convaincu sa famille de débrancher le respirateur artificiel. Michele De Leeuw, 57 ans, a subi une crise cardiaque en août et est restée sans oxygène pendant 15 minutes. Quand les ambulanciers l'ont emmenée à l'hôpital, son mari Karl pensait qu'elle était morte, mais Mme De Leeuw ne l’entendait pas ainsi.

« Quand mon père m'a appelé après qu'elle ait été transportée d'urgence à l'hôpital... il m'a confié qu'il sentait qu'elle était morte, » a raconté la fille du couple, Myles De Leeuw, 24 ans. « C'était le coup de fil le plus bouleversant de ma jeune vie. C'était horrible de voir ma mère avec plus d'intraveineuses et de tubes que vous ne pouvez l'imaginer. »

Mme De Leeuw, cependant, était vivante, mais les médecins ont dit à sa famille qu'elle n'avait que cinq pour cent de ses fonctions cérébrales et 25 pour cent de ses fonctions cardiaques. Ils ont dit à Karl : « La femme que tu connais comme épouse n'est plus là. » Il a décidé d'éteindre le respirateur.

« Quand nous avons débranché, c'était tellement triste de commencer à vivre avec cette réalité que ma mère est morte », a poursuivi Myles De Leeuw.

Laissez un commentaire Lire la suite

Un drag-queen admet qu'il « endoctrine » les enfants lors des activités « Heure du conte »


Dylan Pontiff, déguisé en Santana Pilar Andrews.

Par James Risdon — traduit par Campagne Québec-Vie

Lafayette, Louisiane, 27 novembre 2018 (LifeSiteNews) — Les drag-queens « endoctrinent » délibérément les prochaines générations lors des activités « Heure du conte » dans les bibliothèques publiques, a admis un drag-queen américain.

On peut voir dans une vidéo Dylan Pontiff, un drag-queen ayant participé à l’élaboration des activités « Heure du conte » au début d'octobre pour le compte de la bibliothèque de Lafayette (Lafayette Public Library), faire cet aveu-choc lors du conseil communale de Lafayette le 17 septembre.

« Ceci est l’endoctrinement des prochaines générations. Nous allons endoctriner les prochaines générations », a affirmé Pontiff, qui, lorsqu’il est en drag-queen, se fait appeler Santana Pilar Andrews.

Laissez un commentaire Lire la suite

Le gouvernement américain suspend la vente de tissus fœtaux

Billet de blogue d'Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Laboratoire Luli X-Can/Flickr

Le gouvernement américain a par conséquent écourté ses contrats auprès de diverses firmes travaillant dans le domaine de la recherche sur tissus fœtaux. Extrait de Gènéthique :

Une ordonnance gouvernementale américaine a suspendu tous les achats de tissus fœtaux à des fins de recherche. Une disposition prise en septembre dernier, sans annonce publique. Cette ordonnance fait suite à la décision du gouvernement d’organiser une enquête approfondie sur la protection applicable aux fœtus humains dans le cadre des recherches financées par le gouvernement fédéral.

Laissez un commentaire

Québec — le ministre de l'Éducation veut que l'éducation à la sexualité soit imposée à tous malgré couacs et difficultés

Extrait de Pour une école libre au Québec — Photo : debbienews/Pixabay

Le nouveau ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, de la Coalition avenir Québec (CAQ) fait dans la continuité en reprenant in extenso le programme établi par son prédécesseur libéral (PLQ). Cela n’a rien d’étonnant quand on se rappelle, d’une part, que Roberge a défendu l’imposition du controversé programme d’Éthique et de culture religieuse lors d’un congrès à Victoriaville en 2012, débat qu’il perdit contre la base. [Voir La CAQ vote pour l’abolition du programme ECR au primaire] Il faut aussi se souvenir que François Legault n’a jamais marqué un vif intérêt pour le contenu des programmes ou la liberté pédagogique, ce qui l’intéresse ce sont les structures, le bilan financier. On se rappellera aussi qu’au niveau des contenus il était apparu très superficiel lors des mouvements de contestation du programme ECR qu’il croyait être un cours d’histoire des religions qui se donne à la fin du secondaire... Il n’y a apparemment, à ce stade, au sein de la CAQ aucune réflexion sur les contenus très progressistes des programmes scolaires gouvernementaux imposés ni de volonté d’accorder un supplément de liberté aux gens qui se sentent mal à l’aise face à ceux-ci.

Laissez un commentaire Lire la suite