M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Pourquoi donc associe-t-on ecclésiastique et pédophilie ?

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : PxHere

À vrai dire, au regard des données, chiffres, nombres et statistiques, c’est un peu dur à dire, vu que ceux-ci indiquent que les prêtres catholiques, loin d’être un groupe représentatif de l’ignoble pratique, ont plutôt moins de prédateurs parmi eux que dans la population en générale. Alors, pourquoi cette association que certains font entre pédophilie, traîtrise et prêtrise ? La seule réponse évidente est une volonté de nuire à l’Église catholique :

Laissez un commentaire

Dans la Hongrie d’Orbán, le Christ est roi


Couronne de saint Étienne de Hongrie et Parlement hongrois.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo (montage) : CSvBibra/Wikimedia Commons, falco/Pixabay

Ou du moins Il règne un peu plus par ses bienfaits dans ce pays que dans d’autres. Et ceci est symbolisé par un attribut royal même, la couronne de saint Étienne de Hongrie qui repose depuis 2000, au centre du parlement hongrois, d’après Crisis Magazine :

Aujourd’hui [...] dans une Hongrie véritablement démocratique — « un État démocratique chrétien », comme Orbán l’a appelé dans un discours prononcé en Italie la semaine dernière — la couronne se trouve symboliquement au centre même du magnifique édifice du Parlement à Budapest. C’est au cours du premier mandat de M. Orbán, en l’an 2000, année du millénaire, que la décision a été prise de placer la couronne au cœur du gouvernement hongrois, passant d’une petite salle de musée à la rotonde du Parlement. Les symboles sont importants et, pour les Hongrois, le déplacement de la couronne de saint Étienne parle fort et avec force.

La création d’un État démocratique chrétien a été la politique centrale du gouvernement hongrois. Elle repose, dit Orbán, sur « trois piliers : la famille, la nation et la liberté chrétienne ».

Or, le gouvernement (laïciste) de l’Union européenne est hostile à chacun de ces trois piliers, donc à la Hongrie, qui doit lutter contre ce géant difforme et contre les diverses puissances, comme le milliardaire George Soros. Et là où ce pays diverge notamment de nombre de ses homologues européens, c’est sur la question de la gestion de ces centaines de milliers de personnes, mal désignées par le terme « migrant », qui tentent de s’installer illégalement dans les pays d’Europe, avec la plupart du temps pour mobile l’aspect économique de la nation envahie. La Hongrie quant à elle tient rigoureusement ses frontières face aux flots de l’invasion, ayant comme raison, parmi d’autres, de protéger le christianisme et sa culture ; car deviendrait une nation encore chrétienne où l’on ferait entrer une multitude de musulmans ?

Bien que le règne social de Jésus-Christ ne soit pas pleinement instauré dans cette nation (il faudrait pour cela entre autres que le Catholicisme soit reconnu religion d’État), la Hongrie est un exemple pour notre époque, par ses puissants efforts pour rebâtir sa natalité et la famille, ainsi que par son aide aux chrétiens persécutés, selon le Crisis Magazine :

L’État démocratique chrétien de Hongrie est aussi un exemple éclatant de charité chrétienne et un exemple pratique sur la façon de prévenir la migration économique. Ému par l’histoire des chrétiens persécutés en 2016, M. Orbán a créé le Secrétariat pour les chrétiens persécutés. Son gouvernement est le premier au monde à avoir un ministère dédié à aider l’Église [ou d'autres églises*] qui souffre dans le monde islamique. Ils aident directement les chrétiens en Syrie, en Irak et au Nigeria. Le programme « Hungary Helps » reconstruit des villes entières pour que les familles puissent avoir un véritable avenir dans leur maison.

Le Christianisme, base et ciment de l’Europe, d’après le Crisis Magazine :

Comment un chrétien peut-il contester la déclaration d’Orbán selon laquelle « nous sommes un peuple qui pense que le christianisme est le dernier espoir de l’Europe » ?

Quand l’historien Hilaire Belloc a affirmé que « l’Europe reviendra à la foi, ou elle périra », il ne parlait pas d’un retour à la chrétienté en soi. C’est beaucoup plus simple que ça. Il observait simplement que le christianisme est le « ciment » même de l’Europe. Mais si le ciment se désagrège, le bâtiment aussi.

Laissez un commentaire

Des féministes pro-avortement ont tenté d’incendier la cathédrale de Mexico

Par Francesca de Villasmundo (Medias-Presse.info)

Mexique — Samedi, à Mexico, les mouvements féministes pro-avortement ont organisé une manifestation très anti-catholique et très violente.

La capitale mexicaine s’attendait à une « marée verte » (la couleur choisie par ces mouvements pro-avortement) dont la christianophobie ne faisait aucun doute. S’attendant à ce que les lieux de culte soient pris pour cibles, des fidèles avaient constitué des chaînes humaines pour faire rempart.

Mais les furies féministes pro-avortement, assistées par des groupuscules communistes et anarchistes, ont assiégé la cathédrale de Mexico avec la ferme intention de l’incendier !

Laissez un commentaire

Un chrétien engagé : Arnaud de Lassus (1921-2017)


Arnaud de Lassus.

Par l’historien Jean-Claude Dupuis, Ph. D. 

Yves de Lassus, qui dirige L’Action familiale et scolaire (France), prononcera une conférence lors du congrès de Campagne Québec-Vie, le 26 octobre prochain à Québec. Il prend ainsi la relève de son père, le baron Arnaud de Lassus, qui a été l’une des plus brillantes figures de la tradition catholique française au cours des dernières décennies.

Arnaud de Lassus incarnait toutes les vertus de la « Vieille France ». Issu d’une famille d’Action française, polytechnicien et officier de marine, il a d’abord milité dans la Cité catholique de Jean Ousset, l’auteur de Pour qu’Il règne (1950), un remarquable ouvrage de pensée sociale chrétienne. En 1980, Arnaud de Lassus a fondé L’Action familiale et scolaire (AFS), une branche spécialisée de la Cité catholique. Cette dernière n’a malheureusement pas survécu au Concile Vatican II, comme bien d’autres organisations conservatrices liées à l’Église, mais l’AFS a continué le combat en faveur de la Royauté sociale de Notre Seigneur Jésus-Christ, tout en restant indépendante du clergé. Les plaquettes de l’AFS, « Connaissance élémentaire de… », sont des classiques de la pensée contre-révolutionnaire. CQV les réédite maintenant pour le Canada.

Arnaud de Lassus fréquentait tous les milieux catholiques et nationalistes qui voulaient l’entendre, sans s’inféoder à aucune organisation particulière. C’était un traditionaliste, ouvertement hostile à Vatican II. Toutefois, il a condamné les sacres épiscopaux de Mgr Lefebvre, en 1988, parce qu’il estimait que ce geste diviserait trop les catholiques de tradition. Il pouvait sembler avoir raison à l’époque. Mais il a reconnu par la suite que les sacres ont finalement permis de sauver la messe de saint Pie V. Comme bien d’autres, Arnaud de Lassus ne s’attendait pas à ce que la crise de l’Église soit aussi longue.

J’ai entendu Arnaud de Lassus en conférence pour la première fois à l’automne 1990. Je fus alors impressionné par son analyse de la Guerre d’Irak, qui pointait à l’horizon. Il pouvait, dans une conférence de deux heures, faire le tour d’un sujet aussi complexe que la franc-maçonnerie, le libéralisme, le modernisme, le protestantisme ou l’islam. Il traquait inlassablement les erreurs doctrinales qui s’infiltrent trop souvent dans l’esprit des catholiques, même les mieux intentionnés. Il misait sur la formation intellectuelle plutôt que l’action politique. Dans un temps comme le nôtre, où l’intelligence est en péril de mort, pour reprendre l’expression de Marcel De Corte, c’est sans doute le besoin le plus prioritaire. Arnaud de Lassus aimait citer cette maxime de Joseph de Maistre : « On peut se relever de tout, sauf de l’abandon des principes. »

Arnaud de Lassus a été l’un de mes maîtres à penser. Bien qu’il ne soit pas tellement connu, il a été l’un des plus grands intellectuels catholiques de la fin du XXe siècle. Il était pourtant modeste. Il prononçait toujours ses conférences avec le même professionnalisme, que ce soit dans une salle bondée ou devant un maigre auditoire de quelques énergumènes, comme c’était souvent le cas. Il répondait avec patience et respect à toutes les questions, même lorsqu’elles venaient d’un auditeur qui n’était pas à la hauteur du conférencier. Il pourfendait les idées fausses, mais il ne parlait jamais contre personne. Il appliquait la règle de la charité chrétienne : combattre le péché en aimant le pécheur. De plus, il avait le sens de l’humour. Il ne se prenait pas au sérieux. À mon avis, la « sainteté », c’est un peu cela.

On peut écouter les conférences d’Arnaud de Lassus sur You Tube, dont l’une qui traite de la franc-maçonnerie au Québec :

Laissez un commentaire

Le cardinal Burke et Mgr Schneider appellent à prier et jeûner 40 jours pour contrer les menaces du synode sur l'Amazonie


À gauche, le cardinal Burke, à droite, Mgr Schneider.

Par Jeanne Smits (Le blog de Jeanne Smits)

Si Campagne Québec-Vie vous informe au sujet du déroulement de l'affaire du synode amazonien, c'est que son document préparatoire l'Instrumentum laboris contient des erreurs, dont une certaine reconnaissance de pratiques païennes donc d'une certaine relativisation des religions, allant à l'encontre de la doctrine catholique, et allant par conséquent à l'encontre de notre mission qui comprend les points suivant :

  1. Promouvoir la reconnaissance, par les représentants de tous les corps sociaux, y compris ceux de l’État, de la nécessité du christianisme, en tant que seule religion intégralement vraie, pour une réalisation pleine et entière du bien commun;
  2. Promouvoir la reconnaissance du fait que la foi chrétienne est raisonnable, et que la raison soutient la foi et la morale chrétiennes. — A. H.

L'Homme nouveau publie un texte co-signé par le cardinal Burke et Mgr Schneider qui dénoncent les erreurs et les hérésies contenues dans l'Instrumentum laboris en vue du prochain synode sur l'Amazonie. Ils appellent par cette occasion tous les catholiques à observer une période de prière et de jeûne de 40 jours du 17 septembre au 26 octobre, date de fin du synode qui doit ouvrir ses portes à Rome le 7 octobre prochain.

Les modalités en sont simples : dire une dizaine de chapelet chaque jour et jeûner un jour par semaine selon les règles habituelles, en une « croisade de prière » dont le but est d'implorer Notre Seigneur pour que les erreurs contenues dans l'Instrumentum laboris ne soient pas approuvées par les pères synodaux et pour que le pape François confirme ses frères dans la foi en rejetant « sans ambiguïté » ces erreurs.

Le document signé par le cardinal Burke et Mgr Schneider dénonce l'esprit et énumère les erreurs les plus graves de l'Instrumentum laboris de manière très étayée : son « panthéisme implicite », sa valorisation des « superstitions païennes », le remplacement de l'évangélisation par le « dialogue interculturel », la proposition d'ordonner des ministres du culte des deux sexes pour accomplir « des rites même chamaniques », sa promotion d'une « “écologie intégrale” qui dévalorise la dignité humaine » et d'un « collectivisme tribal qui amoindrit le caractère propre de la personne et de la liberté ».

Le texte du cardinal Burke et de Mgr Schneider a été publié pour la fête du Très Saint Nom de Marie (celle-ci avait disparu du calendrier liturgique du Novus Ordo en 1970 mais avait été rétablie en 2002 par Jean-Paul II).

Il contient un terrible florilège de quelques-unes des assertions les plus ahurissantes de l'Instrumentum laboris et des réfutations de ces erreurs à l'aide de textes du magistère.

Il est à lire, d'urgence, ici sur le site de L'Homme Nouveau.

Laissez un commentaire

Cardinal Burke et Mgr Schneider : clarification au sujet de la signification de la fidélité au Pape


Cardinal Burke et Mgr Schneider.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Si Campagne Québec-Vie vous informe au sujet du déroulement de l'affaire du synode amazonien, c'est que son document préparatoire l'Instrumentum laboris (et par ailleurs le document d'Abu Dhabi) contient des erreurs, dont une certaine reconnaissance de pratiques païennes donc d'une certaine relativisation des religions, allant à l'encontre de la doctrine catholique, et allant par conséquent à l'encontre de notre mission qui comprend les points suivants:

  1. Promouvoir la reconnaissance, par les représentants de tous les corps sociaux, y compris ceux de l’État, de la nécessité du christianisme, en tant que seule religion intégralement vraie, pour une réalisation pleine et entière du bien commun;
  2. Promouvoir la reconnaissance du fait que la foi chrétienne est raisonnable, et que la raison soutient la foi et la morale chrétiennes.

Devant la critique et les accusations de se positionner contre le Pape, qui ont suivi leur lettre ouverte appelant les fidèles à « une croisade de prière et de jeûne afin d'implorer Dieu pour que l'erreur et l'hérésie ne pervertissent pas la prochaine assemblée extraordinaire du synode des évêques sur l'Amazonie », le cardinal Raymond Burke et Monseigneur Athanasius Schneider ont écrit une seconde lettre ouverte pour signifier leur attachement au Pape et expliquer en quoi cet attachement consiste. Extrait de la lettre ouverte dans L’Homme Nouveau :

Personne ne peut plus honnêtement nier la confusion doctrinale générale qui règne actuellement au sein de l'Eglise. Cela est dû particulièrement aux ambiguïtés à propos de l'indissolubilité du mariage qui est relativisée par la pratique d'admettre à la sainte communion les personnes cohabitant dans des unions irrégulières, dû aussi à l'approbation grandissante des actes homosexuels qui sont intrinsèquement contraires à la nature et à la volonté révélée de Dieu, dû encore aux erreurs concernant le caractère unique de Notre Seigneur Jésus Christ et de son œuvre de Rédemption relativisée par de fausses affirmations à propos de la diversité des religions, dû enfin et surtout à la reconnaissance des diverses formes de paganisme et de leurs pratiques rituelles dans l'Instrumentum laboris préparé pour la prochaine assemblée extraordinaire du Synode des Evêques sur l'Amazonie.

Devant cet état de fait, les auteurs de la lettre ouverte, exposent leur devoir de conscience de ne pas rester muets, surtout en tant qu’évêques, de parler avec charité au Pape afin que celui-ci rejette sans équivoque les erreurs doctrinales de l’Instrumentum laboris qui a été rédigé pour la prochaine assemblée extraordinaire du Synode des Evêques sur l'Amazonie ; et qu’il ne consente pas à l’abolition du célibat ecclésiastique.

Par leur intervention, disent les auteurs, ils expriment leur amour profond pour les âmes, pour la personne même du Pape François et pour l’office pétrinien, rappelant que s’ils ne le faisaient pas ils commettraient un grave péché d’omission et d’égoïsme, restant par contre dans un état moins exposé à la critique.

Laissez un commentaire Lire la suite

Nouvelle étude sur l'homosexualité : rien de nouveau sous le soleil

Par le Dr Christian Spaemann ― traduit par Anna-Carolina Habsburg pour LifeSiteNews ― traduit par Campagne Québec-Vie ― Photo : axelle b/PublicDomainPictures

Note de la rédaction [de LifeSiteNews] : Dans l'article suivant, le psychiatre Dr Christian Spaemann commente une étude récente montrant qu'il n'y a pas de « gène gay ».

Le 18 septembre 2019 (LifeSiteNews) ― Encore une autre étude sur l'homosexualité et, encore une fois, rien de nouveau. Cela n'est pas surprenant, puisque l’évaluation des attirances envers le même sexe exige une approche globale et différenciée, qui tient compte de la sexualité et de l'attachement humains, ainsi que de la biologie et de la psychologie. Puisque la perspective sur la personne humaine n'est jamais exempte de présupposés philosophiques, une telle vision globale sera toujours controversée. Cependant, depuis les années 1970, cette controverse a été en grande partie mise en veilleuse. Les représentants du paradigme sociétal, qui a jusqu'à présent déterminé le discours sociétal de « l'égalité » et de « l'antidiscrimination », se sont emparés du sujet. La discussion a cessé depuis longtemps de porter sur la tolérance, et la prévention d'une véritable discrimination à l'égard des homosexuels, et porte maintenant sur l'établissement d'une idéologie.

Le principe de droit concernant la discrimination est le suivant : « Les mêmes doivent être traités de la même manière, ce qui est différent peut être traité différemment ». Cela signifie qu'exclure un homosexuel d'un poste élevé dans une banque constituerait une discrimination [dans cette comparaison qui n'aborde que l'aspect de la famille*], alors que ne pas accorder à un couple homosexuel le droit à l'adoption ne le serait pas. Car le fait d'avoir une mère et un père ou deux mères ou deux pères fait une différence pour l'enfant.

Revenons maintenant à l'établissement de l'idéologie. La pensée de l'intellectuel poststructuraliste, pour qui les différences entre les individus en tant que telles reflètent déjà la dynamique du pouvoir, est devenue de plus en plus influente dans la société. Cette forme de nominalisme radical a eu pour but de détruire toutes les différences entre les personnes, comme par exemple la différence entre l'homme et la femme, la santé et la maladie, la normalité et l'anormal, et le contre-nature, et en un sens, de changer systématiquement la conscience de la société. Les déficits humains ne sont plus compensés par la compassion et la solidarité, mais simplement éliminés. Une personne née avec trois membres ne peut se sentir bien que si l'humanité cesse de considérer les quatre membres comme la norme.

Laissez un commentaire Lire la suite

Béatification d’un prêtre, mort à Dachau pour s’être opposé à l’avortement et à l’eugénisme


Fours crématoires de Dachau.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photos : ho visto nina volare/Flickr, Wikimedia Commons

Le 15 septembre 2019 eut lieu la béatification d’un courageux prêtre catholique, dans le diocèse de Limbourg en Hesse (Allemagne), célébrant le P. « Richard Henkes, déporté et mort à Dachau en 1945, pour s’être publiquement élevé contre l’eugénisme prôné par le régime national-socialiste », rapporte un article de la FSSPX.News. L’article continue :

Ordonné prêtre en 1925 dans la Société de l’Apostolat catholique — dont les membres sont aussi appelés « pallotins », du nom du fondateur, saint Vincent Pallotti (1795-1850) — Richard Henkes est de ces ecclésiastiques d’outre-Rhin qui ont vu clair dans l’idéologie néo-païenne du IIIe Reich.

A partir de 1941, le religieux se met à dénoncer la pratique de l’avortement. Etabli sous le régime de Weimar en 1927 en cas de danger pour la vie de la femme, l’avortement est rendu obligatoire en 1935 « pour des raisons eugéniques » par le régime hitlérien. Il combat aussi l’euthanasie des infirmes et des invalides en vue de « la purification raciale ».

Bienheureux P. Henkes

Le Père Richard Henkes finit par se faire arrêter et envoyer dans un camp de concentration, d’après Nominis :

Arrêté finalement le 8 avril 1943, il est déporté à Dachau où malgré des conditions inhumaines il maintient sa Foi priant et partageant avec ses camarades. En 1944, une épidémie de typhoïde frappe le camp il se porte volontaire pour soigner les malades dont de nombreux Tchèques... Atteint à son tour, il meurt après 5 jours d’agonie le 22 février 1945.

Il se dévouait notamment pour donner les derniers sacrements. Bienheureux Richard Henkes, priez pour nous !

Laissez un commentaire

La police d’Ontario ne révélera plus l’identité sexuelle des suspects

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Ni non plus celle des victimes de ces suspects, et ce, pour raison de respect de la vie privée et pour se mettre à la mode sur la question de l’identité du « genre ». Extrait de CTV.News :

Le porte-parole de la Police provinciale de l’Ontario, le sergent Carolle Dionne, a déclaré lundi que lors d’un récent examen de la réglementation la police a conclu que la Loi sur les services policiers n’exige pas que cette information soit rendue publique.

Le corps policier a donc pris l’initiative de cesser de publier les informations concernant le genre, par prudence et s’efforcer d’« être progressiste dans le changement des temps », précisa-t-il.

Le Sergent Dionne fait remarquer que les permis de conduire et autres pièces d’identité ne requièrent plus la mention du sexe, et que les agents ne devraient pas faire d’hypothèses fondées sur l’apparence d’une personne.

Mais si les agents de police ne peuvent pas faire de supposition sur l’apparence, sur quoi fonderont-ils leurs enquêtes ? pourront-ils du moins dire (par exemple) : Cette personne ressemblait à un homme ? L’article continue :

« Nous utilisons les termes “l’individu”, “l’accusé”, “le conducteur”, “le suspect” ou “une personne d’intérêt” pour rester neutres sur le plan du genre », révéla-t-il.

Toutefois, des données sur le sexe [de la personne] seront toujours recueillies à des fins d’analyse, et d’autres renseignements personnels — comme le nom, l’âge et la ville natale — seront rendus publics, indiqua-t-il.

Pourquoi fournirait-on l’information au sujet du nom, de l’âge et de la ville natale, et pas du sexe ? Grotesque ! Et si on s’en venait aux « transâges », ne donnerait-on plus d’informations sur l’âge de la personne incriminée, et les policiers ne devront-ils plus faire d’estimation devant des cheveux blancs ?

Laissez un commentaire

Trump dénonce les «bureaucrates mondiaux» de l'ONU qui appuient l’avortement «jusqu’au moment de l’accouchement»


Donald Trump, Président des États-Unis.

Billet de blogue d'Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : LifeSiteNews

Encore un exemple du travail pro-vie de Trump, Extrait de LifeSiteNews :

Lors de son discours de mardi devant l’Assemblée générale des Nations Unies, le président Donald Trump a interpellé les « bureaucrates mondiaux », qui cherchent à imposer l’avortement sur demande aux nations qui respectent le droit à la vie.

Dans les dernières remarques de son vaste discours, le président a déclaré que les Américains « ne se lasseraient jamais de défendre la vie des innocents ».

« Nous savons que de nombreux projets des Nations Unies ont tenté d’affirmer un droit mondial à l’avortement financé par les contribuables et sur demande, jusqu’au moment de l’accouchement », a-t-il déclaré. « Les bureaucrates mondiaux n’ont absolument pas d’affaire à attaquer la souveraineté des nations qui veulent protéger des vies innocentes. Comme beaucoup de nations ici aujourd’hui, en Amérique [États-Unis], nous croyons que chaque enfant, né et à naître, est un don sacré de Dieu. »

La veille, le secrétaire américain de la Santé et des Services sociaux, Alex Azar, avait présenté une déclaration commune à l’ONU au nom de 19 pays, déclarant qu’il n’existe « aucun droit international à l’avortement » et condamnant « l’utilisation de termes et expressions ambiguës, tels que santé et droits sexuels et génésiques dans les documents des Nations Unies, car ils peuvent miner le rôle critique de la famille et promouvoir des pratiques, comme l’avortement ».

Azar affirme que la famille est « l’institution fondatrice de la société »...

Laissez un commentaire