M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement Carême 2020

Jésus Christ

3435 $ recueillis -- Objectif : $5000 -- Il reste 7 jours -- Merci de votre générosité.

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de votre précieuse collaboration en ces temps difficiles ! Avec votre aide, nous continuerons de faire la promotion de la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Coronavirus : pas de messes dominicales publiques au Québec

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : Lepantocon2019/Facebook

Je n’ai pas peur du coronavirus, par contre je crains ceux qui en ont peur. Ce coronavirus est sans doute plus dangereux qu’une grippe mais à quel point ? On parle d’un taux de mortalité plus élevé, mais comment connaître exactement le nombre de personnes atteintes puisque toutes ne se font pas tester et que le temps d'incubation de la maladie serait assez long ? Il demeure que ce n’est pas la peste bubonique.

Sans doute est-il sage de prendre des précautions devant cette maladie, mais non des précautions qui dépassent de loin l’objet qu’elles visent. Tout cela a des relents de panique, mouvement qu’il est mauvais de provoquer. Que l’on ferme les écoles publiques du Québec, ces laboratoires où l’on instille la culture de mort dans l’esprit des jeunes, ne me dérange pas. Que l’on annule les messes publiques dominicales est infiniment plus grave, quoiqu’en pensent les non catholiques.

L’Assemblée des évêques catholiques du Québec AECQ a décidé, pour se conformer aux directives du gouvernement interdisant les rassemblements de plus de 250 personnes, d’annuler toutes les messes dominicales publiques à l’échelle du Québec, jusqu’à nouvel ordre, selon le site de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec :

Le premier ministre du Québec a annoncé aujourd’hui plusieurs mesures de prévention pour endiguer la propagation du COVID-19. Réunis en assemblée plénière, les évêques catholiques du Québec veulent contribuer à cet effort commun de santé publique et agir en solidarité avec les autorités.

Compte tenu de l’impossibilité, à bien des endroits, de gérer la limite de 250 personnes rassemblées, compte tenu également du fait qu’un grand nombre de nos paroissiens sont âgés de plus de 65 ans et sont de ce fait davantage à risque de contracter le virus, à titre préventif, nous avons décidé pour tous les diocèses et les églises catholiques de rite oriental la mise en place des dispositions ci-dessous.

Jusqu’à nouvel ordre :

• Toutes les messes du samedi soir, du dimanche et les célébrations dominicales de la parole [sic] sont annulées ;

Laissez un commentaire Lire la suite

Amazon contraint de retirer un T-shirt pour « l’extinction de la trisomie »

Par Jeanne Smits (Le blog de Jeanne Smits)

C’est sous la pression de plusieurs mamans britanniques que le géant mondial de la vente en ligne, Amazon, a retiré de la vente un T-shirt portant le slogan : « Let’s make Down syndrome extinct » ― « Parvenons ensemble à l’extinction la trisomie 21 ».

Le T-shirt est illustré d’un grand singe vu de dos, marchant tête baissée et avec la plante du pied, d’apparence humaine, visible de l’arrière.

Deux Anglaises, Rachel Mewes et Caroline Wylde, toutes deux mères d'un enfant trisomique de deux ans, sont les premières à avoir réagi à la diffusion par Amazon de cette discrimination contre ces victimes d’anomalie génétique. Dès qu’elles en ont eu connaissance, elles ont soumis une plainte dénonçant la « promotion d’un crime de haine » par la plate-forme. Elles ont dénoncé « l'eugénisme » du slogan.

Amazon a retiré l’objet de la vente mais on attend toujours une réaction et il n’y a pas eu la moindre demande d’excuses, comme c’est pourtant l’usage lorsque d’autres catégories de la population sont visées.

Une maman écossaise, Stacey Corrigan, 34 ans, horrifiée par l’affaire, dénonce désormais dans les médias britanniques l’attitude d’Amazon. Mère d’un petit Daniel, 6 ans, lui-même atteint de trisomie 21, veut clamer sa colère : certes, le T-shirt n’est plus disponible chez le vendeur en ligne abrité par Amazon, mais elle estime que la plate-forme n’aurait jamais dû accepter que cet article fût vendu.

« Je ne peux même pas imaginer qu’ils aient eu le droit de vendre cet objet. Comment peut-on même avoir l’idée de le concevoir ? », a-t-elle déclaré au Daily Record.

Le quotidien britannique montre des photos souriantes et joyeuses de Stacey avec son compagnon Colin Murray et leur petit garçon « tendrement aimé ».

« Jamais ils n’auraient pu écrire des slogans homophobes ou racistes. Viser un groupe en raison de son handicap est tout simplement infect et je suis horrifié de voir qu’Amazon leur a fourni une plate-forme pour partager leur haine », s’est indignée cette jeune maman.

« Pour nous, Danielle était tout simplement parfait et nous le changerions en rien », ajoutait-t-elle.

Le T-shirt est encore disponible en ligne à cette heure auprès de multiples vendeurs directs.

Il est souvent présenté parmi les produits comportant des slogans de mauvais goût.

L’appel visant à « l’extinction » de la trisomie 21 renvoie à une épouvantable réalité, puisqu’aujourd’hui ce n’est pas cette maladie de l’intelligence que les grands systèmes de santé visent à éliminer, mais les malades eux-mêmes, dépistés avant leur naissance est exterminés à grande échelle.

En France, 96 % des bébés souffrant de trisomie 21 dont le handicap est dépisté avant leur naissance sont avortés, et ce bien souvent sous la forte pression du corps médical et du regard de la société.

Dans le même temps, les techniques et les lois ― notamment la loi de bioéthique en cours d’adoption en France ― se conjuguent pour intensifier et faciliter le dépistage à tous les niveaux avant la naissance, en vue d’éliminer ces tout petits êtres humains porteurs d’anomalies génétiques ou de lourdes maladies.

Le T-shirt qu’Amazon a retiré de la vente n’est à cet égard que la pointe visible de l’iceberg, la manifestation choquante d’une réalité qui par ailleurs bénéficie de l’odieuse complicité du législateur et d’une certaine partie du corps médical.

Laissez un commentaire

Derek Sloan franchit la seconde étape de la course à la chefferie du Parti conservateur


Derek Sloan, député conservateur de Hastings—Lennox and Addington à la Chambre des communes et candidat à la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Mise à jour (20 mars 2020) : Jim Karahalios est bien pro-vie et pro-famille, je retire donc de l'article, « il n'est pas si pro-famille que ça ».

Le candidat pro-vie à la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada, Derek Sloan, député d’Ontario franchit l'étape lui permettant d’accéder à la liste des membres du parti. M. Sloan a remis au parti ce qu’il fallait pour atteindre 150 000 $ et 2000 signatures, selon LifeSiteNews :

Le député conservateur pro-vie Derek Sloan est devenu « candidat autorisé » dans la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada après avoir remis les 150 000 dollars requis au parti et 2000 signatures vérifiées de membres du parti.

« Avec tous les dons et les signatures qui affluent dans cette campagne, j’ai atteint une nouvelle étape dans le parcours que je suis afin de représenter les véritables idées conservatrices dans la course à la direction du PCC », déclara M. Sloan dans un courriel adressé à ses partisans.

Rappelons que Derek Sloan est soutenu par Richard Décarie, ex-candidat à la présente course. Le pro-vie Richard Décarie s’était fait mettre hors course par le comité organisateur, et ce, sans aucune explication.

L’étape finale avant le vote :

Les candidats à la direction du Parti conservateur du Canada ont jusqu’au 25 mars pour soumettre la somme de 300 000 $ et 3 000 signatures afin de rester dans la course et de se présenter au scrutin. Il reste donc à Sloan 150 000 dollars à réunir et à soumettre, ainsi que 1 000 signatures supplémentaires pour devenir un candidat officiel « vérifié».

Jusqu’à présent, il n’y a que deux candidats « vérifiés ». Six autres candidats travaillent afin de figurer sur le bulletin de vote.

Laissez un commentaire Lire la suite

Coronavirus : le gouverneur du Kentucky préconise de suspendre les services religieux, mais pas les rassemblements publics

Par Dorothy Cummings McLean — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Daniel Jolivet/Flickr

Frankfort, Kentucky, 11 mars 2020 (LifeSiteNews) — Le gouverneur du Kentucky, Andy Beshear, a demandé aux églises « d’annuler leur service du culte cette fin de semaine » par crainte du coronavirus, ne demandant pas, par contre, la même chose aux autres institutions où les foules se rassemblent.

Selon Lexington Lex18, la filiale de la NBC au Kentucky, Beshear, un démocrate, a conseillé aux Kentuckiens de se protéger et de protéger les autres du coronavirus Covid-19.

« Le gouverneur a dit qu’il espérait que la population en général prendrait des mesures agressives pour éviter la propagation de la maladie », rapportait Melissa Ratliff.

M. Beshear a demandé aux gens d’éviter d’aller en croisières ou dans les maisons de retraite et de faire leurs courses lorsqu’ils sont le moins susceptibles de rencontrer la foule. Il a suspendu tous les déplacements non essentiels des employés du gouvernement et espère que les communautés religieuses suspendront leurs services religieux.

« J’encourage également les églises à annuler leurs services religieux cette fin de semaine », déclara-t-il.

Cependant, c’est la seule forme de rassemblement public que M. Beshear souhaite décourager. Les cinémas, théâtres, musées, écoles, stades et universités restent ouverts dans le Kentucky, dans lequel on a signalé huit cas de coronavirus COVID-19.

Toutes ces institutions sont fermées en Italie, où les évêques catholiques se sont pliés aux instructions des autorités civiles de suspendre les messes [publiques].

[Les évêques de Pologne, eux, au contraire demandent qu'un plus grand nombre de messes soit dit, pour permettre aux fidèles d'être moins nombreux à chaque messe.*]

Beshear est « diacre »** dans l’Église chrétienne protestante (Disciples du Christ).

LifeSiteNews a contacté le bureau de Beshear pour obtenir des commentaires.

À développer...


*Commentaire d'Augustin Hamilton.

**Guillemets rajoutés. — A. H.

Laissez un commentaire

Avant l’avortement qu’elle ne voulait plus, elle essaya de partir… elle fut maintenue jusqu’à la fin de l’avortement


Catherine Glenn Foster, présidente d'Americans for Life.

Par LifeSiteNews — traduit par Campagne Québec-Vie :

11 mars 2020 (Society for the Protection of Unborn Children) — Une femme qui avait été retenue par quatre personnes dans une lutte traumatisante, alors qu’elle tentait d’échapper à l’avortement, est devenue une militante pro-vie qui consacre sa vie à la lutte contre l’avortement.

Catherine Glenn Foster a subi un avortement traumatisant à l’âge de 19 ans. Mme Foster a maintenant 38 ans et est présidente et directrice générale de l’Americans United for Life, une association juridique pro-vie.

« Je luttais physiquement pour me lever de la table »

Mme Foster avait réalisé qu’elle était enceinte alors qu’elle étudiait à l’université. Elle n’en communiqua pas la nouvelle à ses parents et planifia un avortement.

Mme Foster dit : « Je n’aurais pas pu dire, c’est un enfant qui est en moi et c’est mal d’aller de l’avant avec ça. Rien de tout cela n’était clair, car j’étais en pleine crise, mais je savais très, très profondément en moi que c’était mal et que je ne devais pas être là. Je devrais quitter cette pièce immédiatement ».

Mme Foster affirme que lorsqu’elle a essayé de partir, le personnel lui a dit qu’elle n’était pas autorisée à partir.

Elle dit : « J’ai essayé, j’essayais physiquement de me lever de la table. Je me suis retrouvée avec quatre personnes qui me maintenaient, une après chaque bras, une après chaque jambe ».

Mme Foster raconte qu’elle cria, mais le médecin entrant dans la pièce commença l’avortement malgré sa lutte.

Laissez un commentaire Lire la suite

Face au coronavirus, l’épiscopat polonais annonce un plus grand nombre de messes

Par Olivier Beault (Présent) — Photo (rognée) : Jim, the Photographer/Flickr

De notre correspondant permanent à Varsovie – C’est une annonce qui contraste avec la décision de l’Église en Italie de supprimer, à la demande du gouvernement, toutes les messes et cérémonies religieuses (y compris les obsèques religieuses !) jusqu’au 3 avril afin de ne pas favoriser la propagation de l’épidémie de coronavirus. Le journaliste catholique italien Antonio Socci commente ainsi sur sa page Facebook la décision de l’épiscopat polonais annoncée mardi par le président de la conférence des évêques, Mgr Gądecki, archevêque de Poznań : « C’est là la différence colossale entre les évêques catholiques et les évêques bergogliens*. Pour le coronavirus, la conférence épiscopale italienne a privé le peuple de la messe tandis que les évêques polonais ont décidé de dire plus de messes dominicales afin que les fidèles puissent se tenir à plus grande distance les un des autres. »

En raison des mesures prises par le gouvernement polonais pour éviter les rassemblements trop nombreux, Mgr Gądecki « demande d’accroître, dans la mesure du possible, le nombre de messes dominicales dans les églises, afin que le nombre de fidèles participant en même temps à la liturgie réponde aux consignes sanitaires ». L’archevêque a aussi rappelé que les personnes âgées ou malades peuvent rester chez elles pour suivre la messe à la télévision et qu’il n’est pas obligatoire de se serrer la main en signe de paix. Il a aussi demandé aux catholiques de prier pour les morts du coronavirus, et également pour demander le rétablissement des malades, pour les personnels médicaux et tous les membres des services engagés dans la lutte contre l’épidémie.

Le 11 mars au matin, le nombre de personnes diagnostiquées avec le coronavirus en Pologne atteignait 25 (dont une citoyenne espagnole employée au siège de Frontex à Varsovie, qui a été fermé, et le commandant des forces armées de retour d’Allemagne) alors que le premier cas avait été annoncé une semaine plus tôt (il s’agissait d’un Polonais rentré en autocar d’Allemagne). Le gouvernement de Mateusz Morawiecki a instauré des contrôles sanitaires systématiques à toutes les frontières du pays et une loi spéciale a été votée avec le soutien de l’opposition. Afin de freiner la progression attendue de l’épidémie en Pologne, tous les événements sportifs, culturels et autres sont annulés jusqu’à nouvel ordre et plusieurs universités ont suspendu leurs cours tandis que le gouvernement annonçait mercredi la fermeture, pour le moment jusqu’au 25 mars, des écoles et des crèches ainsi que des théâtres, opéras et cinémas, en appelant les citoyens à rester au maximum chez eux pendant cette période pour ne pas répéter les erreurs commises en Italie où les gares, les restaurants et les bars étaient pleins tandis que les églises étaient fermées.

Cependant, « de la même manière que les hôpitaux soignent les maladies du corps, les églises servent à soigner les maladies de l’âme, et c’est pourquoi il serait impensable que nous ne priions pas dans nos églises », a écrit le président de la Conférence des évêques dans son communiqué du 10 mars.


*Appellation non cautionnée par CQV. — A. H.

Laissez un commentaire

Canada : projet de loi libéral criminalisant la thérapie réparative (aide à sortir de l’homosexualité)


Justin Trudeau, premier Premier ministre du Canada à parader dans un défilé gay.

Par Pour une école libre au Québec

Le gouvernement de Justin Trudeau (ci-contre) a déposé un projet de loi en chambre (C-8) qui vise à criminaliser ce qu’il appelle les « thérapies de conversion » et leur publicité. Le Sénat a proposé un projet de loi similaire, mais plus bref (S-202).

Extrait de C-8 :

Thérapie de conversion
Définition de thérapie de conversion

320 101 Aux articles 320.102 à 320 106, thérapie de conversion s’entend d’une pratique, d’un traitement ou d’un service qui vise soit à rendre une personne hétérosexuelle ou cisgenre, soit à réprimer ou à réduire toute attirance ou tout comportement sexuel non hétérosexuels. Il est entendu que la présente définition ne vise pas les pratiques, les traitements ou les services qui se rapportent :
a) à la transition de genre d’une personne ;
b) à l’exploration ou à la construction de son identité.

Thérapie de conversion forcée

320.102 Quiconque, sciemment, fait suivre une thérapie de conversion à une personne contre son gré est coupable :
a) soit d’un acte criminel passible d’un emprisonnement maximal de cinq ans ;
b) soit d’une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire.

Thérapie de conversion : enfant

320.103 (1) Quiconque, sciemment, fait suivre une thérapie de conversion à une personne âgée de moins de dix-huit ans est coupable :
a) soit d’un acte criminel passible d’un emprisonnement maximal de cinq ans ;
b) soit d’une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire.

[...]

Publicité de thérapie de conversion

320.104 Quiconque fait sciemment de la publicité pour offrir de la thérapie de conversion est coupable :
a) soit d’un acte criminel passible d’un emprisonnement maximal de deux ans ;
b) soit d’une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire.

Avantage matériel

320 105 Quiconque bénéficie d’un avantage matériel, notamment pécuniaire, qu’il sait provenir ou avoir été obtenu, directement ou indirectement, de la prestation de thérapies de conversion est coupable :
a) soit d’un acte criminel passible d’un emprisonnement maximal de deux ans ;
b) soit d’une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire.

[Avez-vous remarquez, ce projet de loi n’interdit pas la « thérapie de conversion » pour devenir homosexuel ?*]

Laissez un commentaire Lire la suite

Déclaration de Campagne Québec-Vie sur son opposition aux projets de loi C-8 et S-202 visant à criminaliser l’offre des thérapies dites de conversion


Photo (modifiée) : AdobeStock

Le lundi 9 mars 2020, le gouvernement Trudeau a déposé un projet de loi (C-8) visant à criminaliser l’offre de thérapies dites de conversion de l’homosexualité vers l’hétérosexualité. Ce projet de loi arrive à la suite d’un autre projet de loi semblable (S-202) émanant du Sénat.

Campagne Québec-Vie s’oppose avec force à ces deux projets de loi.

Bien que nous estimons qu’il existe suffisamment de preuves pour démontrer le bienfondé d’une recherche toujours plus poussée sur la question des thérapies ayant pour but d’aider des personnes aux prises avec des attraits envers le même sexe, notre opposition aux projets de loi C-8 et S-202 repose surtout sur notre conviction que ceux-ci briment la légitime liberté de recherche, d’expression, de conscience et de religion. Nous nous objectons à ce qu’un certain lobby LGBT dicte ce qui peut ou ne peut être l’objet de recherche scientifique légitime au Canada. Par ailleurs, nous militons pour la liberté de reconnaître en l’attrait envers le même sexe une réalité indésirable et contre nature qui, si elle n’est pas résistée, sublimée ou atténuée, mène vers un comportement indigne de l’homme.

Certains sont contre notre prise de position en cette matière. Pour plusieurs d’entre eux, c’est parce qu’ils sont en faveur de la pratique homosexuelle, et craignent — à tort ou à raison — que l’existence d’une thérapie contre les attraits envers le même sexe fragilise le « droit » à cette pratique. Cependant, il y a aussi des chrétiens qui respectent l’enseignement traditionnel sur le mariage et la sexualité, mais qui néanmoins se questionnent par rapport à notre défense des thérapies dite de conversion. Nous croyons que les objections de la part de ces chrétiens à notre démarche reposent principalement sur 2 erreurs.

La première, c’est la supposition que l’orientation sexuelle est immuable dans tous les cas. Or, bien qu’elle puisse être souvent persistante, les recherches de la professeure Lisa Diamond, coéditrice en chef du APA Handbook of Sexuality and Psychology (2014), démontrent que dans plusieurs cas cette orientation peut être fluide, surtout chez les homosexuels. Cette chercheuse a même affirmé, dans un article de 2016 que : « les défenseurs des minorités sexuelles ont... [argumenté] que l’orientation sexuelle est un trait fixe, à base biologique, qui ne peut être ni choisi ni changé ». Et de continuer : « Nous espérons que notre examen des découvertes scientifiques et des décisions judiciaires concernant l’immuabilité portera à ces arguments un coup final et fatal. »

Deuxièment, plusieurs semblent penser qu’aucune thérapie dite de conversion n’aurait réussi à être démontrée efficace de façon rigoureuse. Or, justement, ces évidences scientifiques existent, mais, surprise, les médias de masse et les grands corps médicaux refusent de les faire connaître. Serions-nous surpris ?

Nous préparons en ce moment un documentaire qui porte non seulement sur ces thérapies, mais également sur les manœuvres du lobby pro-LGBT en vue de discréditer toute tentative de remettre en question la pratique homosexuelle de quelque manière que ce soit. Ce documentaire sera disponible bientôt.

Après l’avoir vu, nous espérons que davantage de personnes comprendront que, par notre résistance aux projets de loi précités, nous levons le voile sur le faux dogme de l’immuabilité de l’orientation sexuelle et l’impossibilité de la modifier par des thérapies, imposture scientifique et politique véhiculée par un puissant lobby LGBT qui semble avoir pour but ultime, entre autres, de discréditer et criminaliser l’enseignement chrétien et traditionnel sur la morale sexuelle.

Confiants que l’avenir nous donnera raison, nous aurons entre-temps à subir l’ignorance de certains de nos concitoyens, ignorance en partie causée par la propagande omniprésente de nos opposants.

– Georges Buscemi, président de Campagne Québec-Vie

Laissez un commentaire

Une société pro-avortement augmente la souffrance des mères qui ont une fausse couche

Par Alithea Williams (LifeSiteNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Juan Pablo Arenas/Pexel

4 février 2020 (Society for the Protection of Unborn Children) — En décembre, une nouvelle étude a fait l’objet d’une vaste couverture médiatique. Elle suggérait qu’une femme sur six qui perd un bébé au début de la grossesse ressent des symptômes de stress post-traumatique à long terme. Cette étude a été discutée dans les lieux de travail, a suscité l’intérêt sur Twitter, et a entraîné des conversations très nécessaires sur la façon dont nous, en tant que société, prenons soin des femmes qui éprouvent la dévastation de la perte d’un bébé.

Les résultats sont certainement frappants. Dans l’étude menée par l’Imperial College de Londres et la KU Leuven en Belgique auprès de 650 femmes, 29 % présentaient des symptômes de stress post-traumatique un mois après la perte de grossesse, et ce chiffre ne diminuait qu’à 18 % après neuf mois. Un mois après leur perte, 24 % de femmes avaient des symptômes d’anxiété et 11 % de dépression. Vu à quel point la fausse couche est courante (jusqu’à une femme sur deux subit une perte de grossesse), cela représente un impact énorme sur la santé mentale.

Le fait que je fasse partie du mouvement pro-vie signifie que je pense probablement plus à la maternité, à la grossesse et à la vie dans le ventre de la mère que la plupart des gens. Mais ce ne fut que jusqu’à ce que deux de mes amies eussent souffert trois fausses couches dans un court laps de temps que j’acquis une idée de l’impact réel. Intellectuellement, je savais à quel point c’était commun, mais je n’avais jamais pensé que cela pouvait arriver à mes amies — en particulier à des femmes en bonne santé, dans la vingtaine, et qui ont tout fait « correctement ». De même, alors que je savais que la perte d’un bébé était une chose triste à se produire, le fait que ce sont des bébés que j’aurais aimé visiter, auxquels j’aurais donné des cadeaux, et dont les mères sont des amies qui vivent encore avec les pertes, fait de cette situation quelque chose de beaucoup plus réel et dévastateur.

À la suite de cette étude, beaucoup de femmes ont partagé courageusement leurs expériences, certaines d’entre elles auraient difficilement trouvé du crédit auprès si elles ne faisaient pas écho de ce que j’avais entendu de mes amies.

Une des choses les plus difficiles à entendre est l’indifférence et la froideur que nombreuses femmes reçoivent de la part des professionnels de la santé. Les femmes racontent ne pas avoir reçu de soins de suivi ou de conseils et avoir entendu leur bébé décrit comme un « produit » ou du « contenu » [d’utérus].

En réponse à cette nouvelle étude, mon amie Emma a décrit son expérience dans un récent post Facebook :

Je n’ai que du respect pour les hommes et les femmes qui ont pris soin de moi pendant ma grossesse extra-utérine, l’opération d’urgence subséquente, puis la fausse couche. Je sais que nos infirmières et nos médecins sont incroyablement occupés et surchargés et il est difficile d’établir un lien émotionnel avec chaque patient que vous voyez - et encore moins trouver de la sympathie pour quelque chose que vous voyez littéralement tous les jours et que vous savez être, a) commun et b) inévitable. Mais... les souvenirs demeurent. Je me souviens de toutes les phrases désinvoltes qui m’ont blessée — quelqu’un a même essayé d’utiliser la phrase « tas de cellules » avec moi — ainsi que de toutes les actions qui semblaient signifier que mon bébé et moi n’étions pas une priorité. Je me souviens d’avoir crié à quelqu’un que mon bébé était en train de mourir quand je sentis que le sang ruisselait dans mes leggings. J’étais désespérée de comprendre ce qui se passait et comment cela pouvait m’arriver... Elle me tendit un tampon et m’a dit d’aller régler ça aux toilettes.

Laissez un commentaire Lire la suite

Une enfant vue dans des vidéos de viols sur le site PornHub a aussi subi un avortement forcé

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

PÉTITION : Les autorités doivent fermer Pornhub après qu’il ait montré des vidéos d’une victime de traite de 15 ans

La production de pornographie, outre son aspect profondément immoral, entraîne dans son sillage des conséquences non moins néfastes, dont le viol, l’exploitation de femmes et d’enfants, et l’avortement forcé des victimes féminines. Selon LifeSiteNews :

On reparle ces temps-ci de cette mineure victime du trafic des personnes. Cette jeune fille dont des vidéos montrant les viols avaient été téléversées sur le site PornHub, subissant par là un double avilissement, dut également subir un avortement forcé.

Pornhub, le site de pornographie le plus populaire au monde, a été pris à héberger 58 vidéos d’une jeune fille de 15 ans, victime de la traite des êtres humains, qui a été violée à plusieurs reprises devant la caméra. La jeune fille a été forcée à avorter par son ravisseur.

Combien d’avortements forcés ? :

Si le carnage humain dû aux abus sexuels et à la traite des êtres humains dépeints sur Pornhub est peut-être incalculable, il y a aussi un nombre incalculable de morts tues, dues à des avortements associés à la production des vidéos sexuelles téléchargées sur le site.

Des statistiques monstrueuses :

Les statistiques que Pornhub vante fièrement dans son « Bilan annuel » sont stupéfiantes, voire astronomiques. Pour 2019, le site fait état de :

  • 42 milliards de visites sur Pornhub ;
  • 115 millions de visites par jour ;
  • 39 milliards de recherches effectuées par les utilisateurs du site.
Laissez un commentaire Lire la suite