M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement été 2019

Mère et fils

5278 $ recueillis -- Objectif : $7500 -- Il reste seulement 1 jour -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de nous aider, en ce début d'été, à promouvoir la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Des parents vont en justice parce que leur fille trisomique est « née de façon injustifiée »

Par Jonathon Van Maren — traduit par Campagne Québec-Vie

Pétition : Non à l'avortement tardif au Québec

12 juin 2019 (LifeSiteNews) — Le mois dernier, la Cour suprême de Brisbane a accordé à un couple australien une prolongation pour poursuivre le personnel médical d’une clinique d’échographie de Gold Coast. On s’attend à ce que la poursuite en cours soit de gros calibre, avec des dommages-intérêts importants, ainsi qu’une poursuite pour préjudice corporel au nom de la mère. À première vue, les détails préliminaires donnent l’impression que le cas est extrêmement sérieux, ce qui amène à se demander ce que le médecin et les techniciens en échographie ont pu faire de mal.

Cette question a une réponse qui fait mal au ventre. Il s’avère que la fille du couple — maintenant une petite fille de quatre ans — soit atteinte de trisomie 21. Le couple ne s’y attendait pas, car un médecin et un échographiste leur avaient dit lors d’un rendez-vous en août 2014 que le risque d’anomalie chromosomique se situait dans le « bas de l’échelle » et que des tests supplémentaires étaient inutiles. Il s’est avéré qu’ils s’étaient trompés, et l’enfant a dû passer plusieurs semaines en soins intensifs avec une sonde d’alimentation après sa naissance.

Bien que la plupart des parents se seraient simplement sentis grandement soulagés de ce que leur fille s’en sorte bien, on pourrait penser que ces parents-ci ne l’ont pas été : ils poursuivent maintenant à la fois la clinique et le médecin traitant pour « naissance injustifiée » (wrongful birth), alléguant que le fait que le personnel médical ne les ait pas informés de l’état de leur fille était une erreur qui lui a permis de naître. S’ils avaient su qu’elle avait la trisomie 21, ils se seraient assurés qu’elle ne s’en serait pas sortie vivante en se procurant un avortement. Les « dommages-intérêts » que le couple réclame incluent le coût de l’éducation de leur petite fille non désirée.

Laissez un commentaire Lire la suite

La Saskatchewan, dernière province à ne pas payer totalement la pilule abortive, subit des pressions


Ryan Meili, médecin de famille pro-avortement et chef du Parti néo-démocrate de Saskatchewan.

Par Lianne Laurence — traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : TEDx Talks via YouTube

Pétition : Non à l'avortement tardif au Québec

Regina, Saskatchewan, le 6 juin 2019 (LifeSiteNews) — Après que le Manitoba ait annoncé la fin de semaine dernière qu’il offrait un « accès universel » à la pilule abortive, la Saskatchewan reste la dernière province du Canada à résister aux pressions pour financer entièrement l’avortement médical.

Cela pourrait changer si les activistes de l’avortement, encouragés par les médias libéraux, font ce qu’ils veulent.

La ministre manitobaine de la Condition féminine, Rochelle Squires, a déclaré samedi que son gouvernement progressiste-conservateur élargira l’accès au Mifegymiso, la marque de commerce canadienne d’une combinaison de mifépristone (RU-486) et de misoprostol, selon la Canadian Press.

Le Manitoba paie déjà la combinaison des deux produits lorsqu’elle est distribuée dans les établissements d’avortement de Brandon et de Winnipeg, mais il mettra en place un système pour couvrir le coût des médicaments pour l’avortement dans toutes les pharmacies.

« Notre analyse montre qu’il est plus rentable pour les femmes de rester dans leur propre communauté pour avoir accès aux services de santé reproductifs, si possible », a dit Mme Squires à la Canadian Press.

« Nous savons aussi que pour beaucoup de femmes, il est préférable de pouvoir rester dans leur communauté plutôt que de venir dans un endroit comme Brandon ou Winnipeg. »

Laissez un commentaire Lire la suite

Le gouverneur d’Illinois J.B. Pritzker signe le projet de loi légalisant l’avortement jusqu’à la naissance


Le gouverneur d'Illinois, J.B. Pritzker.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Pétition : Non à l'avortement tardif au Québec

Ce projet de loi abjecte avait été remis au gouverneur par l’Assemblée législative d’Illinois vendredi dernier, et voici qu’aujourd’hui M. Pritzker le signe, chose qu’il avait d'ailleurs promis de faire. Mgr Paprocki, évêque de Springfield en Illinois, avait déclaré le 2 juin que les législateurs catholiques qui appuyaient ce projet de loi n’auraient pas le droit de communier s’ils ne faisaient réparation. Extrait de LifeNews :

Alors que les grands médias se concentrent sur la condamnation des efforts pro-vie en Alabama, en Géorgie et au Missouri, les dirigeants démocrates d’autres États adoptent tranquillement des projets de loi radicaux en faveur de l’avortement qui étendent la légalisation de l’assassinat de bébés à naître.

Mercredi, le gouverneur de l’Illinois J.B. Pritzker a signé une loi autorisant l’avortement pour quelque raison que ce soit jusqu’à la naissance et obligeant tous les régimes d’assurance public à les couvrir. Il suit ainsi le gouverneur du Vermont, qui a fait de son État le dernier à légaliser l’avortement jusqu’à la naissance lorsqu’il a signé hier son projet de loi radical.

M. Pritzker s’est vanté que cette loi fera de l’Illinois l’État le plus « progressiste » en matière d’avortement, rapporte WGN-TV News 9.

La loi, que les législateurs de l’État ont rapidement adoptée pendant la fin de semaine du Memorial Day, légaliserait les avortements pour quelque raison que ce soit, jusqu’à la naissance en Illinois. Il supprimerait les sanctions pénales contre la pratique de l’avortement et permettrait aux non-médecins de les pratiquer. Le projet de loi abrogerait également l’interdiction de l’avortement par naissance partielle, les règlements sur les cliniques d’avortement et la protection de conscience des travailleurs de la santé. En outre, elle obligerait tous les régimes d’assurance maladie à couvrir les avortements, sans exception pour les objections religieuses ou morales.

Le projet de loi a suscité des protestations massives plus tôt cette année. En mars, une telle foule de militants pro-vie a rempli le capitole de l’État pour se mobiliser contre le projet de loi que la police a dû fermer le bâtiment en raison du manque de place dans le bâtiment. Par la suite, les législateurs n’ont pas fait avancer le projet de loi pendant des mois.

Laissez un commentaire

Le film pro-vie Unplanned vient au Canada

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : PxHere

Pétition : Non à l'avortement tardif au Québec

Le film Unplanned qui raconte la vie d’Abby Johnson, ancienne directrice d’une clinique d’avortement de Planned Parenthood puis pro-vie, sera projeté dans 100 à 200 salles au Canada, d’après les estimations de ses producteurs. C’est après une longue lutte contre la résistance des distributeurs canadiens, plus uniforme que celle de leurs homologues américains, qu’un de ceux-ci s’est décidé à ouvrir la porte à la représentation publique de ce film. Extrait de Grandin Media :

Après une bataille acharnée qui a donné lieu à des pétitions et à un boycott national, le film pro-vie controversé Unplanned a finalement obtenu un contrat de distribution au Canada.

Le film, basé sur les mémoires d’Abby Johnson, ancienne directrice [d’un avortoir] de Planned Parenthood, devenue depuis militante pro-vie, sera distribué à travers le Canada par l’organisme indépendant de distribution Cinedicom.

« La réponse est excellente jusqu’à présent ; il y a une bonne demande pour le film », a déclaré BJ McKelvie, président de Cinedicom, soulignant que sa compagnie lance le film dans les cinémas à travers le Canada.

Les représentations commencent le 12 juillet. Jusqu’à présent, la seule projection confirmée en Alberta est au Movie Mill à Lethbridge. Les cinémas du Nouveau-Brunswick et de Terre-Neuve-et-Labrador prévoient également présenter le film. D’autres projections devraient être annoncées dans les prochains jours.

Les cinéastes s’attendent à voir Unplanned projeté dans 100 à 200 salles...

Laissez un commentaire

L’American Medical Association maintient massivement son opposition au suicide assisté

Par Alex Schadenberg (Euthanasia Prevention Coalition) — traduit par Campagne Québec-Vie

J’ai de bonnes nouvelles.

L’American Medical Association (AMA) a maintenu son opposition au suicide assisté par un vote de 65 % à 35 % le 10 juin.

L’AMA a voté avec une écrasante majorité ce qui suit :

Le suicide assisté par un médecin et l’euthanasie sont fondamentalement incompatibles avec le rôle du médecin en tant que thérapeute, ils seraient difficiles, voire impossibles, à contrôler et poseraient de graves risques sociétaux

Lors d’une réunion de l’AMA en 2016, les délégués ont voté pour demander au Council on Ethical and Judicial Affairs (CEJA) de revoir la politique de l’AMA sur le suicide assisté.

En mai 2018, le CEJA a maintenu la politique de l’AMA sur le suicide assisté, mais en juin 2018, les délégués de l’AMA ont de nouveau demandé au CEJA de poursuivre la révision de la politique de l'AMA sur le suicide assisté.

En octobre 2018, le CEJA a modifié le libellé de sa recommandation tout en maintenant l’opposition de l’AMA au suicide assisté. En novembre 2018, les délégués de l’AMA ont de nouveau décidé de demander au CEJA de poursuivre la révision de la politique de l'AMA sur le suicide assisté.

Après trois ans d’examen approfondi de sa politique au sujet du suicide assisté, les délégués de l’AMA ont majoritairement maintenu le statut de l’aide au suicide comme incompatible avec le rôle du médecin en tant que thérapeute.

Laissez un commentaire

Jordan Peterson sur le catholicisme : «C’est aussi sain qu’il est possible d’atteindre»


Jordan B. Perterson.

Par John-Henry Westen — traduit par Campagne Québec-Vie

27 mai 2019 (LifeSiteNews) — Conversant avec l’un des Juifs conservateurs les plus connus, Dennis Prager, lors du sommet PragerU dans la semaine du 19 au 25 mai, le psychologue de renommée mondiale Jordan Peterson a parlé de Dieu et de sa vision de la foi. Après avoir parlé de son aversion pour la question : « Croyez-vous en Dieu ? » Peterson répondit : « Je pense que le catholicisme, c’est aussi sain qu’il est possible d’atteindre. »

Peterson a souvent été interrogé sur sa foi, s’il croit en Dieu, et il répondait que la question l’avait toujours troublé. Il a promis de parler du sujet étant donné qu’il avait exposé sur sa répugnance beaucoup de réflexion.

Il expliquait : « Qui aurait l’audace de prétendre croire en Dieu s’il examinait son mode de vie ? Qui oserait dire ça ? »

« Croire, au sens chrétien du terme, » ajoute-t-il, » signifie que vous le vivez pleinement et que c’est une tâche insupportable dans un sens.

Puis, dans une longue et rapide réflexion, de la sorte qui a captivé ses millions d’admirateurs, il a exposé de façon extemporanée la vision d’un croyant en Dieu :

« Être capable d’accepter la structure de l’existence, la souffrance qui l’accompagne, la déception et la trahison, et néanmoins agir correctement ; viser le bien de tout son cœur ; renoncer à la malveillance et au désir de destruction et de vengeance et à tout cela ; affronter les choses avec courage et dire la vérité pour dire la vérité et l’accomplir, c’est ce que cela signifie croire — c’est ce que cela veut signifier — cela ne signifie pas de le déclarer, mais de le faire. Et, à moins que vous ne l’accomplissiez, vous devriez être très prudent avant de l’affirmer. Je n’ai jamais été à l’aise de dire autre chose que j’essaye d’agir comme si Dieu existait parce que Dieu seul sait ce que vous seriez si vous croyiez vraiment. »

Voir l’entrevue complète entre Peterson et Prager ici.

Laissez un commentaire

Pinterest ferme définitivement le compte du site pro-vie LiveActionNews

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Jason Taellious/Flickr

Le réseau social Pinterest a fermé le compte du site pro-vie LiveActionNews, prétendant pour ce faire que ce compte répandait de l’information médicalement erronée, tombait dans le conspirationnisme, ce qui aurait l’effet présumé de pousser les esprits à la violence. C’est tout bêtement une façon de dire que les opérateurs de Pinterest ne veulent pas de pro-vie actifs dans leur réseau, qui parlent de l’avortement et de l’enfant à naître. D’après le compte Twitter de Lila Rose :

MISE À JOUR : @Pinterest a maintenant suspendu définitivement le compte de @LiveAction (mon compte demeure suspendu), prétendant que notre contenu pro-vie est composé d’« informations médicalement erronées » et « de conspirationnisme », ce qui mène à la « violence ». #LifeCensored (Censuré à vie).

[Le message de Pinterest ci-dessous]

Bonjour,

Votre compte a été permanemment suspendu à cause de son contenu qui va à l’encontre de nos politiques sur la désinformation. Nous n’autorisons pas la désinformation nocive sur Pinterest. Cela inclut la fausse information médicale et le conspirationnisme qui rendent des gens et des établissements cibles de harcèlement ou de violence.

Plusieurs utilisateurs de Twitter ont annoncé devant la nouvelle qu’ils annuleraient leur compte Pinterest ; un autre a fait remarquer que l’ironie de la chose consistait en ce que sur Pinterest l’on pût voir bien des personnes parler de diverses façons de se soigner n'étant pas forcément très pertinentes.

Laissez un commentaire

Des adultes chahutent une fille de 13 ans disant au conseil municipal : «l’avortement est un meurtre»

Addison_Woosley.jpg
Addison Woosley.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Pétition : Non à l'avortement tardif au Québec

Voilà de dignes partisans de l’avortement qui respectaient le droit des femmes en chahutant une enfant de treize ans, qui a eu le courage devant la grogne de continuer son plaidoyer pour la vie. Extrait de LifeNews :

Une jeune fille courageuse de 13 ans s’est récemment présentée devant le conseil municipal d’une ville de Caroline du Nord pour parler au nom des enfants à naître qui sont tués par l’avortement.

Comme elle le faisait, des activistes de l’avortement présents dans le public ont commencé à chahuter la jeune fille [...]

Addison Woosley, 13 ans, s’est jointe à un certain nombre de militants pro-vie le 4 juin pour exhorter le conseil municipal de Raleigh à adopter une résolution en faisant une « ville sanctuaire pour les enfants à naître » [...]

« Sur les images échographiques, on voit le bébé qui essaie de fuir les instruments perturbateurs qui tentent de tuer le bébé », a clamait Woosley. « La bouche du bébé s’ouvre en un cri quand on le tue. Ces bébés sont vivants. Ils se sentent être tués. Cela leur fait mal et ils ne peuvent rien y faire. Il n’y a pas d’autre solution. L’avortement est un meurtre. »

Dans une vidéo de son discours, des grognements et des commentaires peuvent être entendus à l’arrière-plan. Ils devenaient de plus en plus forts à mesure qu’elle continuait.

Mlle Woosley disait qu’elle espérait qu’un jour, les Américains se souviendraient de l’avortement légalisé avec la même horreur que de l’esclavage.

« L’avortement me rappelle l’esclavage », lança-t-elle. « Les propriétaires disaient que leurs esclaves leur appartenaient et qu’ils pouvaient en faire ce qu’ils voulaient. »

Laissez un commentaire

Pour combattre Mammon

Par l’historien Jean-Claude Dupuis, Ph. D. — Photo : Galleria Doria Pamphilj/Wikimedia Commons

Le R. P. Denis Fahey (1883-1954) est un écrivain contre-révolutionnaire bien connu dans les milieux catholiques anglophones. Son principal ouvrage a été traduit en français sous le titre Le Corps Mystique du Christ et la réorganisation de la société (1945). L’idée maîtresse de l’auteur est que le culte de l’argent est à la source de tous les désordres contemporains. Des trois visages du Diable : Belzébuth (orgueil), Mammon (avarice) et Asmodée (luxure), c’est définitivement Mammon qui cause le plus de ravage.

D’après le Père Fahey, la Révolution avec un « R » majuscule, c’est-à-dire la révolte systématique de la civilisation moderne contre la Loi de Dieu, a commencé avec le relâchement de la discipline traditionnelle de l’Église sur la question de l’usure, dès la fin du Moyen Âge. Le prêt à intérêt était jusqu’alors considéré comme un péché en vertu de la maxime aristotélicienne qui dit que « l’argent ne fait pas de petits ». L’argent n’est qu’une unité de mesure pour échanger des biens. Il n’est pas en soi productif de richesse.

La fondation de la Banque d’Angleterre (1694) marque un point tournant de l’histoire. En 1688, l’armée du prince hollandais Guillaume d’Orange a débarqué en Angleterre pour soutenir le renversement du roi catholique Jacques II par le Parlement protestant de Londres. L’expédition a été financée par les banquiers d’Amsterdam. Le nouveau roi, Guillaume III, a remboursé sa dette en créant la Banque d’Angleterre.

Laissez un commentaire Lire la suite

Le président de la FFQ parle de stérilisation obligatoire des hommes à 18 ans !


« Gabrielle » Bouchard, président de la Fédération des femmes du Québec.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : FFQ

Le président de la Fédération des femmes du Québec (FFQ), « Gabrielle » Bouchard, homme « transgenre » se faisant passer pour femme, a émis le message suivant sur Twitter : « On devrait discuter de la vasectomie obligatoire à 18 ans. »

Et, selon le Journal de Québec, cette proposition a été de surcroît faite lors de la Semaine de la valorisation de la paternité… :

La présidente de la Fédération des femmes du Québec Gabrielle Bouchard a lancé cette bombe sur son compte Twitter...

Mais que veut-elle dire ? Ce n’est pas rien, cette personne occupe une fonction qui n’est pas anodine au Québec. Et de lancer une telle proposition mérite explications !

Et pourquoi maintenant ? Est-ce la façon choisie par la présidente de la FFQ de souligner la Semaine de la valorisation de la paternité ? Car ce tweet a été envoyé ce matin, un peu avant 10 h...

Le message envoyé par cet homme aurait été de nature provocatrice, émis en réponse aux tentatives de lois pro-vie dont sans doute celle de l’Alabama, et les gestes vaguement pro-vie commis au Canada, voulant faire un parallèle entre la proposition de la stérilisation forcée d’hommes, ou, selon les mots d’un article de la FFQ, le questionnement du « droit des hommes à disposer de leurs corps », et les « attaques » contre l’avortement qui ferait partie des « droits des femmes à disposer de leur propre corps ».

Faire une telle comparaison c’est oublier que la stérilisation est une intervention humaine sur le corps d’un individu pour lui ôter une capacité naturelle, tandis que l’interdiction de l’avortement, avortement qui non seulement tue un être humain innocent mais est l’arrêt définitif du développement naturel d’un acte naturel (généralement non imposé, sauf en cas de viol), pourrait plutôt s’apparenter à une interdiction de stériliser, vu que l’avortement et la stérilisation ont tous deux le même but : ne pas mettre d’enfants au monde.

Laissez un commentaire