M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Avent 2020

tournant

650 $ recueillis -- Objectif : $7500 -- il reste 22 jours -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de votre don en ces temps où il faut faire preuve de foi et de persévérance. Avec votre aide, nous continuerons de faire la promotion de la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Amy Coney Barrett confirmée juge à la Cour suprême des États-Unis !


Amy Coney Barrett prêtant serment devant le président Donald Trump et le juge Clarence Thomas.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : vidéo du HuffPost

Le soir du 26 octobre 2020, le Sénat des États-Unis a confirmé Amy Coney Barrett, catholique, mère de sept enfants, précédemment professeur à l’Université Notre Dame et juge à la Cour d’appel du 7e circuit, par 52 voix contre 48, c’est-à-dire, 52 républicains contre 47 démocrates et 1 républicain. Amy Coney Barrett a prêté serment devant le juge originaliste Clarence Thomas plus tard dans la soirée. Trump a donc gagné cette manche, à deux doigts des présidentielles américaines. Selon LifeSiteNews :

Le président Donald Trump a choisi Barrett, sa troisième personne nommée à la plus haute cour du pays, pour remplacer le juge gauchiste Ruth Bader Ginsburg, décédée le mois dernier. Les républicains au Sénat ont été vivement intimés par la droite de pourvoir le siège vacant avant l’élection présidentielle de novembre, tandis que la gauche s’y opposait farouchement et demandait que le siège restât vide afin qu’il revînt au vainqueur de l’élection d’y placer un juge.

Mère catholique de sept enfants, largement considérée comme originaliste pro-vie, Barrett était membre du groupe Faculty for Life de Notre Dame. On sait qu’elle signa une lettre, publiée par Becket Law, critiquant le mandat de l’administration Obama en matière de contraception, et signa une annonce en 2006 déclarant « nous... nous opposons à l’avortement sur demande et soutenons le droit à la vie, de la fécondation à la mort naturelle ». Elle également écrivit de nombreux articles critiquant la doctrine du stare decisis, qui accorde une importance indue aux précédents que forment les jugements passés, qu’ils aient été ou non tranchés à juste titre.

Les originalistes sont partisans d’une interprétation du droit selon l’esprit dans lequel la constitution et les lois ont été rédigées à l’époque de leur institution. Le stare decisis est une interprétation du droit selon laquelle les décisions judiciaires font toujours précédents de façon irrévocable, combien même auraient-elles été rendues de façon erronée, et forment donc le cadre intouchable des futurs jugements.

L'article continue ci-dessous...
×

Campagne de financement - Avent 2020

650 $ recueillis -- Objectif : $7500 -- il reste 22 jours -- Merci de votre générosité !

Donner à Campagne Québec-Vie

Par 52 contre 48 :

Le vote final a été remporté par 52 voix contre 48 et, comme prévu, a été largement conforme aux lignes de parti. Fait particulier, les Sénateurs républicains Lisa Murkowski d’Alaska et Susan Collins du Maine sont tous deux pro-avortement, mais Murkowski a voté pour confirmer Barrett, alors que Collins, qui a voté pour confirmer le juge Brett Kavanaugh il y a deux ans, a voté contre elle. Lors des votes de procédure vendredi et dimanche, Murkowski avait voté contre la poursuite du processus de confirmation.

Une bande d’hypocrites :

Dans le même temps, de nombreux gauchistes ont demandé à Biden, s’il gagnait, de neutraliser Barrett en « remplissant » la Cour suprême en ajoutant des juges surnumérairement afin de créer une nouvelle majorité de gauche. Biden a refusé à plusieurs reprises de répondre explicitement à de tels appels, mais a déclaré qu’il voulait instituer une « commission bipartite d’universitaires » de réflexion et pour qu’il propose des « réformes » au système judiciaire fédéral.

C’est vous dire si les démocrates, qui avaient protester que nommer un juge si près des élections c’était insulter les électeurs et les empêcher de se prononcer en quelque sorte sur le choix du juge, n’hésiteraient pas à inventer une nouvelle contorsion législative pour contourner un résultat pourtant démocratique, puisque réalisé par des élus et selon le désir d’une bonne partie de la population.

Une Cour enfin conservatrice ? :

Bien qu’il reste à voir comment certains des juges actuellement nommés par les républicains se prononceront sur des questions majeures telles que Roe contre Wade, le remplacement de Ginsburg par Barrett est largement reconnu comme un important virage à droite de la Cour suprême, sur laquelle les conservateurs comptent pour atténuer les dommages infligés à leurs causes si Trump devait perdre contre l’ancien vice-président Joe Biden le mois prochain.

Il ne reste plus qu’à voir le nouveau juge de la Cour suprême à l’œuvre. Deux traîtres sévissent déjà parmi les juges dits conservateurs, Neil Gorsuch et John Roberts, on ne sait donc comment ils agiraient lors d’une possible révision du jugement Roe contre Wade. Avant de chanter victoire, il faut voir comment Amy Coney Barrett agira au moment décisif…

Campagne de financement - Avent 2020

Merci de veiller avec nous. L'objectif est de 7 500$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire