M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un employé d’IKEA renvoyé pour critique biblique de l’homosexualité

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : mastrminda/Pixabay

À cause d’une critique interne, consistant en une citation biblique, d’un événement de la « Fierté gaie » organisé par le magasin IKEA de Cracovie un employé de longue date s’est fait renvoyer ; celui-ci intente une poursuite en justice. Extrait de RT :

Un homme nommé dans les médias polonais sous le nom de Tomasz K., un employé de longue date du magasin IKEA de Cracovie, a récemment été licencié après avoir publié une citation de la Bible en réponse à un avis sur l’intranet du détaillant qui annonçait un événement gay pride. Les versets en question dénonçaient l’homosexualité. Le travailleur congédié a alors intenté une poursuite en justice [...]

Vendredi, le ministre polonais de la Justice, Zbigniew Ziobro, a annoncé qu’il avait ordonné au bureau du procureur d’enquêter sur cette affaire [...]

Suivant les nouvelles, le détaillant a déclaré qu’il avait licencié Tomasz K. pour avoir insulté les sentiments des personnes LGBT « en utilisant des citations de l’Ancien Testament à propos de mort et le sang dans le contexte de quel sort devrait attendre les personnes homosexuelles ».

Toutefois, l’ancien employé, ainsi que le groupe juridique Ordo Iuris, qui représente ses intérêts, nient que sa déclaration contienne quelque menace ou une insulte que ce soit.

Laissez un commentaire

Baisse de la cote du groupe LGBT parmi les jeunes Américains

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Image : geralt/Pixabay

C’est ce que rapporte un sondage Harris, mené pour le compte du groupe LGBT GLAAD. Un réveil par rapport aux comportements contre nature qu’évoque le sigle en constant allongement ? Un rejet des prétentions comme celle d’obliger les femmes à accepter des « femmes transgenres » (des hommes quoi !) aux mêmes toilettes ? Extrait d’USA Today :

Le nombre d’Américains ayant entre 18 et 34 ans qui sont à l’aise d’interagir avec les personnes LGBTQ est passé de 53 % en 2017 à 45 % en 2018 — le seul groupe d’âge à montrer un déclin, selon le rapport annuel d’Accelerating Acceptance. Et c’est une baisse par rapport aux 63 % de 2016.

Laissez un commentaire

Vincent Lambert : l’ONU réitère sa demande de maintien de l’alimentation et de l’hydratation


Édifice de l'ONU à Genève.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Chia già José/Flickr

Signez la pétition : Monsieur le Président, protégez Vincent Lambert

L’ONU, par le biais de son Comité international des droits des personnes handicapées, a réitéré sa demande du 4 mai auprès de la France de ne pas faire mourir l'handicapé Vincent Lambert par privation d’alimentation et d’hydratation, en attendant que le Comité se soit prononcé sur l’affaire, demande que le gouvernement français prétend ne pas être astreignante, lui qui a signé les accords internationaux qui permettent au Comité de lui faire une telle demande. Extrait de Gènéthique :

L’ONU a réagi ce mardi 2 juillet à la nouvelle annonce de l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation de Vincent Lambert, via le Comité des droits des personnes handicapées (CDPH), pour réaffirmer sa demande du 4 mai dernier : « Le service des requêtes et des enquêtes du CDPH vient de réitérer en urgence auprès de l’Etat français sa demande de maintien de l’alimentation et de l’hydratation de M. Vincent Lambert à titre conservatoire. » Dans ce communiqué est rappelé : « Le caractère obligatoire des mesures conservatoires afin de garantir l’effectivité du recours auprès du CDPH qui impose qu’il ne soit pas porté atteinte à la vie de Vincent Lambert. »

Laissez un commentaire

Le film Unplanned sortira dans plus de 24 cinémas au Canada, dont au Québec

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Image : Capture d'écran de la bande-annonce du film Unplanned sur YouTube.

Signez la pétition : M. Guzzo, nous voulons Unplanned !

Le film pro-vie Unplanned, qui raconte la conversion d’Abby Johnson, de directrice d’avortoir de Planned Parenthood qu’elle était à directrice du groupe pro-vie And Then There Were None, sortira dans plus de 24 cinémas à travers le Canada, d’après Le Soleil :

Plus de 24 cinémas à travers le pays — dont au Québec — doivent projeter « Unplanned » pendant une semaine à partir du 12 juillet, un film qui a suscité un débat intense lors de la sortie américaine du studio de production chrétien Pure Flix.

Des proavortements veulent manifester, selon Le Soleil :

BJ McKelvie, pasteur et président du distributeur canadien établi à Fredericton, Cinedicom, a affirmé que certains groupes avaient signifié leur intention de manifester contre le film, mais qu’il y aurait aussi des gens qui le soutiendraient.

« Nous avons une entreprise qui fait l’objet d’une surveillance particulière, alors il va y avoir de la sécurité là-bas. Il s’agit de The Movie Mill à Lethbridge, en Alberta. Il est regrettable qu’elle ait reçu beaucoup de menaces, beaucoup de courriels », a fait valoir M. McKelvie.

Le film a déjà suscité les réactions passionnées de groupes opposés sur cette question aux États-Unis.

Laissez un commentaire Lire la suite

Nouvel arrêt de l’hydratation et de l’alimentation de Vincent Lambert


Vincent Lambert

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Signez la pétition : Monsieur le Président, protégez Vincent Lambert

L’exécution de Vincent Lambert, handicapé en état pauci-relationnel, serait donc relancée aujourd’hui, avec l’approbation de l’État, si l’on en croit les courriels que le Dr Vincent Sanchez (quelle ironie que d’être tué par son homonyme !), médecin de M. Lambert, a envoyés aux membres de la famille de sa victime, d’après France 24 :

Le médecin de Vincent Lambert, tétraplégique depuis 2008, a annoncé mardi un nouvel arrêt des traitements […]

L’arrêt des traitements de Vincent Lambert, patient tétraplégique en état végétatif depuis plus de dix ans, reprend aujourd’hui, a annoncé, mardi 2 juillet, le médecin du CHU de Reims à la famille, a-t-on appris de sources concordantes.

« Le cours de la procédure d’arrêt des traitements », à laquelle la Cour de cassation avait ouvert la voie vendredi, « sera poursuivi à partir de ce jour », a déclaré par courriel le docteur Vincent Sanchez à chacun des membres de la famille de Vincent Lambert.

Remarquez au passage qu’il ne s’agit pas d’un arrêt de soins ou de traitements, mais d’hydratation et d’alimentation, deux éléments essentiels à la vie qui ne constituent ni des traitements ni des soins. De plus M. Lambert n'est pas en état végétatif, mais en état pauci-relationnel.

Vincent Lambert, handicapé depuis un accident survenu en 2008 s’est déjà vu plusieurs fois privé d’alimentation et d’hydratation, ou seulement du premier, sous prétexte de le laisser mourir naturellement, prétexte qui dissimule en fait un meurtre par omission volontaire. Il s’est vu maintes fois sauvé ou condamné par divers jugements. Maintenant le dernier recours légal humain serait atteint.

Laissez un commentaire Lire la suite

Avortement pour les «femmes transgenres» au débat de la course à la chefferie du Parti démocrate

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : Joe Raedle/Staff/Getty Images

Le débat de jeudi de la course à la chefferie du Parti démocrate américain s’est distingué (si l’on peut dire) par l’adhésion tacite sinon solennelle de ses participants à l’idéologie de l’avortement jusqu’à la naissance, pour n’importe qu’elle raison, aussi bien dire aucune. C’était un véritable concours à qui paraîtrait le meilleur champion de l’avortement, et peut-être que l’orateur, devant décrocher le trophée du plus enflammé partisan de cette (mauvaise) cause, était l'ancien secrétaire du HUD, Julian Castro, par sa sublimement absurde apologie de l’avortement, allant jusqu’à la proposition de l’étendre à la « femme transgenre »… 

On s’entend que ce que certain appelle à tord une « femme transgenre » n’est qu’un homme qui tente d’être femme, et qui ne saurait donc être qualifié de « femme ». Extrait de LifeSiteNews 

Si le débat démocrate d'hier soir a rendu quelque chose clair comme de l'eau de roche, c'est que l'extrémisme de l'avortement sous sa forme la plus effroyable et la plus terrifiante va être au centre des débats pendant toute la durée de la prochaine élection présidentielle. Cette foule de partisans du fœticide veut l'avortement sur demande, sans excuses, pendant les neuf mois de la grossesse et financé par les contribuables. L'avortement était présenté en sorte qu'il ne pouvait paraître que comme un mal nécessaire [nécessaire d'après eux], mais comme un acte tout à fait noble que toute femme devrait être fière d'accomplir. 

[...] 

C'est l'ancien secrétaire du HUD, Julian Castro, qui s'est montré à la fois mielleux et stupide dans sa réponse à la question de savoir si son plan de santé prévoyait le financement de l'avortement. « Oui, en effet ! » […] En fait, Castro était venu armé d'un projet conçu pour que son soutien à l'avortement fasse paraître les autres sur scène pratiquement anti-choix.

Laissez un commentaire Lire la suite

Vers la commercialisation de la GPA au Canada

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

La récente publication du règlement, selon la Loi sur la procréation assistée, qui définit les modalités du remboursement des frais engagés par les « mères porteuses » ne peut que nous affliger, la « gestation pour autrui » (GPA) étant immorale et se dirigeant tranquillement vers sa commercialisation, d’après La Presse.

La GPA, qui sépare la procréation des relations maritales, autre face d’un esprit de division du mariage qui nous est déjà connu sous les traits de la contraception, qui sépare les relations maritales de la procréation ; la GPA, qui introduit le technicien dans la procréation, œuvre de Dieu ; la GPA, qui ôte à l’enfant la possibilité d’une famille normale ; la GPA sera maintenant facilité en ce que le gouvernement favorise la position en tant qu’intermédiaire de l’industrie de la « procréation assisté » entre les « parents commanditaires » et la mère mercenaire (je ne vois pas comment appeler autrement une femme qui voudrait concevoir un enfant pour le priver exprès de sa mère). Maria de Koninck, Professeure émérite au département de médecine sociale et préventive de l'Université Laval, écrit dans La Presse :

Ce faisant, le Canada s'achemine vers la commercialisation du recours aux mères porteuses, dont la légitimité peut être contestée [qui doit être contesté même*]. Il emprunte une voie qui n'est pas celle de la majorité des pays du globe, notamment des pays européens, dont la majorité interdit cette pratique. On comprend que le lobby est fort au sein du Parti libéral pour permettre cette commercialisation. Le règlement sert cette intention.

Ce règlement sert effectivement cette intention, et, selon Mme de Koninck, ni l’industrie de la « procréation assistée » ni Santé Canada ne cachent leurs intentions de commercialiser cette pratique odieuse.

Mme de Coninck, expliquant au passage que la couverture offerte par le règlement et assurant un dédommagement pour perte de revenu ne couvre pas forcément toutes les canadiennes, fait remarquer que l’enfant est le grand oublié dans toute l’affaire :

Dans tout ce qui concerne le recours aux mères porteuses, on note un grand absent : le bien-être de l'enfant. Ce bien-être ne fait pas partie des préoccupations. Pourtant, il devrait être au centre du débat.

L'enfant devient, dans cette pratique, un objet d'échange, ce qui est contraire aux droits de la personne fondamentaux.

De plus, il est, dans le contexte de cette pratique, le plus souvent mis à risque, puisqu'il ne connaîtra pas celle qui lui aura donné la vie ou n'aura pas de relations avec elle et, rappelons-le, cette absence de relations et l'ignorance de ses origines maternelles sont planifiées. 


*Commentaire d’Augustin Hamilton.

Laissez un commentaire

60 % des Américains s’opposent aux avortements dans tous les cas, ou presque tous

Billet de blogue d'Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Voici quelques résultats d’un nouveau sondage de la firme Gallup sur la position des Américains sur l’avortement, selon LifeNews :

Gallup a publié de nouvelles données de sondages nationaux sur la question de l’avortement et les résultats montrent un sentiment pro-vie croissant aux États-Unis, car plus de gens disent s’opposer à tous les avortements ou à la plupart d’entre eux que ces dernières années.

Généralement, les sondages Gallup ont révélé que la majorité des Américains s’opposent à tous les avortements ou à la plupart d’entre eux (...)

Dans le passé, les sondages Gallup ont révélé qu’environ la moitié ou un peu plus de la moitié des Américains s’opposaient à tous ou presque tous les avortements. Les données les plus récentes des sondages ne sont pas différentes, comme l’indique Gallup, qui a constaté « régulièrement » au fil des ans qu’une majorité d’Américains est pro-vie.

Gallup a constaté que 60 % des Américains prennent une position pro-vie sur l’avortement en voulant que tous (21 %) ou presque tous (39 %) les avortements soient rendus illégaux. Ce chiffre de 60 % est le pourcentage le plus élevé d’Américains ayant adopté une position pro-vie depuis 2009 et une augmentation spectaculaire des attitudes pro-vie depuis les 53 % marqués dans les sondages Gallup l’an dernier.

[...]

Les données des sondages de février de Marist montrent un des plus grands déplacements vers la position pro-vie de l’histoire. Les Américains se sont tournés vers la position pro-vie sur l’avortement par un bond de 17 % en un mois après que les démocrates aient soutenu l’autorisation à laisser les bébés [nés suite à un avortement] mourir ; et qu’ils aient légalisé l’avortement jusqu’à la naissance dans l’État de New York.

Laissez un commentaire

Canada : 30 euthanasies avec prélèvement d’organes depuis 2016

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Voilà un intérêt de plus pour le médecin à tuer son patient et de l’influencer en l’incitant à un soi-disant altruisme. Et les préleveurs d’organes seront d’autant plus contant que leurs clients (ceux sur lesquels ils prélèvent les organes et non ceux sur lesquels ils les installent) seront en meilleur état que s’ils attendaient qu’ils fussent à l’agonie avant de les charcuter.

Bien sûr, les lignes directrices, qui sont supposées réguler cette pratique, prescrivent de faire la distinction entre la décision du patient à se faire euthanasier et celle à « donner » ses organes. En outre, les « médecins » sont supposés également attendre que la personne soit bien euthanasiée, qu’elle soit « morte ». Or maintenant, dans le monde de la médecine, le concept de mort inclut la notion de « mort cérébrale » (qui n'est pas la vraie mort), notamment utilisée dans le cas de prélèvement d’organes pour déterminer l’état de la victime, ce qui fait que le patient n’est pas encore décédé au moment de l’extraction.

Évidemment, il faudra s'attendre à ce que l'accès à l'euthanasie soit de plus en plus large et que cette pratique néfaste soit accompagnée de plus en plus d'intérêts financiers, si celui-ci n'est pas radicalement interdit, car ceux qui le promeuvent ne s'arrêteront à si peu. Extrait de LifeSiteNews :

Des organes sont prélevés sur des personnes qui ont été euthanasiées au Canada, ce qui crée une situation éthique qui, selon certains critiques, constitue un conflit d’intérêts.

Le 18 juin, le Wall Street Journal a publié un article du professeur de droit Frank Buckley révélant qu’« une trentaine de candidats à l’euthanasie au Canada ont donné leurs organes après leur décès depuis 2016 ».

M. Buckley a fait remarquer que l’Association médicale canadienne (AMC) a publié des lignes directrices sur la façon dont le prélèvement d’organes chez les personnes qui choisissent d’être tuées par des médecins devrait fonctionner. En dépit d’une certaine agitation autour de l’éthique, le document du 3 juin permet aux médecins de solliciter leurs patients vulnérables et suicidaires pour leurs organes.

[...]

« Il [le document] précise également que le prélèvement d’organes ne doit pas commencer tant que le patient n’est pas médicalement décédé (sic) et que le cœur n’a pas cessé de battre. »

Laissez un commentaire

Décès du Dr Russel Sacco, photographe des « Petits pieds »

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Le Dr Russel Sacco, pro-vie notoire d’Oregon, est décédé en ce mois de juin, d'après Oregon Right to Life. Il était l’un des membres fondateurs du groupe Oregon Right to Life, mais il est plus connu pour avoir été l’auteur des photos d’enfants à naître avortés, à l’origine des « Petits pieds », ces petites épinglettes représentant les pieds d’un enfant à naître de dix semaines.


Dr Russel Sacco (à droite).

Laissez un commentaire