M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Derek Sloan, candidat à la direction du Parti conservateur, s’oppose au masque et au vaccin obligatoires


Derek Sloan député du Parti conservateur du Canada et candidat à la direction du parti.

Par Pierre Alain Depauw (Medias-Presse.info) — Photo : True North/YouTube

Les membres du Parti conservateur reçoivent actuellement leur bulletin de vote pour l'élection du chef. Merci de lire ici nos conseils sur comment voter. — A. H.

Canada — Le candidat à la direction du Parti conservateur du Canada (PCC), Derek Sloan, a remis en question la fiabilité des décisions gouvernementales changeantes sur le port du masque, demandant que le Dr Theresa Tam soit renvoyée en tant qu’administrateur en chef de la santé publique du Canada.

Derek Sloan a exigé que les dirigeants politiques fondent leurs décisions de santé publique « sur la science, pas sur la politique, comme celle-ci semble l’être ».

Dans un courriel de campagne le 14 juillet, Sloan a souligné que « après des mois à nous dire que les masques ne sont pas efficaces pour arrêter la propagation du virus COVID-19, les municipalités de partout au Canada nous disent que nous devrons porter un masque dans tout espace public clos. »

« Si cette règle du masque concerne la sécurité et la science, pourquoi n’a-t-elle pas été introduite en mars ou en avril, alors que les cas et les hospitalisations atteignaient un sommet au Canada ? », demande Sloan, qui rappelle que le Dr Tam avait affirmé : « Mettre un masque sur une personne asymptomatique n’est évidemment pas bénéfique si vous n’êtes pas infecté. »

« Le Dr Tam et d’autres responsables médicaux du gouvernement nous ont dit que porter un masque nous rendrait en fait moins protégés », a rappelé Sloan, « à la fois en nous donnant un faux sentiment de sécurité contre le virus et en nous amenant à toucher notre visage, plus que d’habitude, ce qui pourrait propager le virus. »

Il a déclaré que tous les fonctionnaires du gouvernement « auraient pu conseiller de masquer les infectieux et les hospitalisés quotidiens au plus haut en mars et avril, mais ils ont choisi de ne pas le faire. Ce n’est que maintenant que les politiciens et les médias ont décidé que les masques étaient nécessaires, et ils les rendent obligatoires. »

« Nous sommes tous intéressés à freiner la propagation de COVID-19 », a-t-il souligné. « On nous a tous demandé de faire — et nous avons fait — des sacrifices extraordinaires à cette fin. »

L'article continue après cette publicité

La dernière superstition : un livre coup de foudre qui réfute l'athéisme

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Mais il a appelé les Canadiens à « faire preuve de vigilance en protégeant nos libertés civiles en tout temps — et surtout en temps de crise — parce que les droits que nous tenons pour acquis, une fois cédés “temporairement” à ceux du gouvernement, pourraient ne pas être retrouvés si facilement ». Sloan a plaidé pour la liberté personnelle et contre l’intrusion excessive du gouvernement.

L’opinion dominante actuellement sur le port de masques est le doute quant à son utilité résumée par l’Université de Californie à San Francisco, qui a expliqué que « les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) et l’Organisation mondiale de la santé recommandent désormais des masques en tissu pour le grand public, mais plus tôt dans la pandémie, les deux organisations ont recommandé le contraire. »

Tout en admettant que des directives changeantes puissent avoir semé la confusion parmi le public quant à l’utilité des masques, les prétendus experts en santé affirment désormais que les preuves sont claires que les masques peuvent aider à prévenir la propagation de COVID-19 et que plus il y a de gens qui portent des masques, mieux cela ira.

Pendant ce temps, d’autres observateurs critiquent l’obligation de porter des masques. Le Professeur John Paul Meenan, a écrit une tribune publiée par LifeSiteNews pour mettre en évidence qu’il ne peut jamais y avoir de sécurité absolue.

« Ne devrions-nous pas alors interdire la conduite de voitures — ou des motos — de faire du vélo, marcher dans la rue, embrasser quelqu’un, avoir un enfant, faire de l’escalade, sauter des falaises dans l’eau, faire une randonnée rapide, sortir du lit le matin, ou même rester au lit ? », ironise le Professeur. « Tout ce que nous faisons a un potentiel de risque, voire de mort. »

Étant donné le danger d’autres maladies courantes comme la grippe saisonnière, qui provoque également un nombre important de décès, le Professeur Meenan demande avec ironie si nous ne devrions pas, selon cette logique, conserver un masque sur le visage toute notre vie.

Meenan a également souligné l’hypocrisie « des responsables les plus zélés des politiques de distanciation, de confinement et de masques “sécuritaires” », qui sont souvent « les partisans les plus véhéments de véritables fléaux qui pèsent sur notre société, l’avortement et l’euthanasie ». Pourtant, les voici, nous étouffant littéralement avec de nouvelles restrictions, « si cela peut sauver une vie », alors qu’ils aident et encouragent le meurtre de milliers de personnes les plus innocentes et sans défense.

Les gouvernements et les autorités de santé publique soutiennent souvent que les masques sont destinés à protéger les autres personnes, et non la personne portant le masque, contre la contamination par le virus. Les opposants au port de masques soulignent les effets secondaires comme la croissance bactérienne potentielle sur un masque utilisé pendant un certain temps, ce qui pourrait rendre le port du masque plus dangereux que d’être exposé directement au COVID-19.

Derek Sloan, dans son courriel sur l’obligation de porter un couvre-visage, a également souligné une fois de plus qu’il était « 100 % opposé à rendre obligatoire tout vaccin COVID-19 éventuel pour les Canadiens ».

En mai, le président de Vaccine Choice Canada, Ted Kuntz, a déclaré que tout type de vaccination forcée, y compris un vaccin COVID-19, est « moralement répugnant » et inconstitutionnel.

Publicité



Laissez un commentaire