M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

L’affaire de la peinture de Notre-Dame de Guadalupe continue


Millie Francis et sa fresque de Notre-Dame de Guadalupe.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Il y en a décidément qui n’aiment pas la peinture ou la religion catholique, ou les deux. Toujours est-il qu’une dame de 85 ans habitant dans un parc de maisons mobiles à Bradenton en Floride s’était fait ordonner de retirer une image de Notre-Dame de Guadalupe qu'elle avait peinte sur sa devanture, elle s'est aussi vue menacer de poursuite par la direction du parc parce qu’elle désirait garder cette image sur le devant de sa maison.

Maintenant, les avocats de la direction du parc de maison mobile en sont rendus à demander une arbitration entre la direction et Mme Millie Francis.

Ce qui est à remarquer est que c’est très probablement parce que l’image en question dérange d’une façon ou d’une autre la direction du Bradenton Tropical Palms que celle-ci elle importune ainsi une femme âgée. Extraits du Bradenton Herald

L’affaire de Mme Francis fut rendue publique au début du mois de novembre lorsque la direction de la propriété lui a demandé d’enlever la peinture, représentant Notre-Dame de Guadalupe [...]

Une semaine plus tard, des avocats représentant le parc de maisons mobiles l’ont menacée d’intenter un procès si elle n’enlevait pas la fresque dans les 30 jours. Mme Francis ne l’a pas fait et maintenant les avocats tentent de forcer l’enlèvement du tableau.

Ils ont aussi blâmé Mme Francis pour la publicité négative dont la direction du parc a fait l’objet.

Laissez un commentaire Lire la suite

Discours complet du Président Trump pour la marche pour la Vie à Washington


Donald Trump, Président des États-Unis.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo officielle de la maison blanche par Shealah Craighead

Voici le texte du discours que le Président des États-Unis, Donald Trump a prononcé hier lors de la Marche pour la Vie à Washington de 2019. C’est la deuxième fois que Trump donne un discours lors d’une Marche pour la Vie, il tient somme toute, un langage très pro-vie. Extrait du The Mike Church Show World HQ :

Je suis très fier d’accueillir des dizaines de milliers de familles, d’étudiants et de personnes de toutes confessions et de tous horizons dans notre capitale nationale à l’occasion de la 46e Marche pour la vie. C’est un mouvement fondé sur l’amour et fondé sur la noblesse et la dignité de toute vie humaine. Quand nous regardons dans les yeux d’un nouveau-né, nous y voyons la beauté, l’âme humaine et la majesté de la création de Dieu.

Nous savons que chaque vie a un sens et que chaque vie vaut la peine d’être protégée. En tant que président, je défendrai toujours le premier droit de notre Déclaration d’indépendance — le droit à la vie. Au cours de ma première semaine au pouvoir, j’ai rétabli la politique de Mexico. Nous avons pris des mesures audacieuses pour protéger les libertés religieuses des médecins, des infirmières et des organismes de bienfaisance comme les Little Sisters Of The Poor (Petites sœurs des pauvres). Nous avons fait une nouvelle proposition visant à empêcher que l’argent des contribuables servant au Title Ten s’en aille financer toutes les cliniques qui effectuent des avortements.

Nous appuyons le choix affectueux de l’adoption et du placement en famille d’accueil, y compris par le soutien de services d’adoption confessionnels. Et j’appuie les efforts du Sénat américain pour rendre permanent l’amendement Hyde, qui interdit le financement de l’avortement par les contribuables dans les projets de loi de dépenses. Aujourd’hui, j’ai signé une lettre que j’ai adressée au Congrès, lui signifiant clairement que s’il m’envoyait une loi qui amoindrissait la protection de la vie humaine je lui opposerai le veto.

Et nous avons l’appui nécessaire pour maintenir ces vetos. Chaque enfant est un don sacré de Dieu. Comme l’indique le thème de la Marche pour la vie de cette année, chaque personne est unique dès le premier jour. C’est une phrase très importante. Unique dès le premier jour. Et si vrai. Je tiens à remercier les Américains qui ont traversé le pays pour marcher pour la vie, et je tiens particulièrement à remercier tant de jeunes gens qui nous donnent espoir en l’avenir. 

Ensemble, nous travaillerons pour sauver la vie des enfants à naître, afin qu’ils aient la chance de vivre et d’aimer, de s’épanouir et de rêver, de bénir notre nation et de réaliser leur plein et glorieux potentiel. Je vous remercie. Que Dieu vous bénisse, vous et vos familles, et que Dieu bénisse les États-Unis.

Laissez un commentaire

Les Pence : défenseurs des valeurs chrétiennes à la Maison-Blanche

Billet de blogue d'Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Gage Skidmore/Flickr

Mike Pence, vice-président des États-Unis, était déjà la cible des pro-avortement et ceux-ci ne manquaient pas de le vilipender. Maintenant j'ai appris, par l'article dont se trouve un extrait ci-dessous, que les « défenseurs des droits des homosexuels » n'étaient pas contents que la femme d'un homme si haut placé dans l'administration américaine enseignât l'art dans une école, où les pratiques « sexuelles » hors mariage (mariage entre un homme et une femme cela va de soi) étaient interdites. Ah bon ! Je trouve ça plutôt bien que Mme Pence enseigne dans une école où l'on prend le mariage au sérieux. D'après Yahoo News :

À la page 11 d'une demande de travail dans une école chrétienne privée en Virginie, on demande sans ambages aux enseignants de s'engager à « entretenir un style de vie basé sur les normes bibliques de conduite morale. »

Le formulaire poursuit en précisant que les comportements interdits comprennent, sans toutefois s'y limiter : « activité hétérosexuelle hors mariage (p. ex. relations sexuelles avant le mariage, cohabitation, relations extraconjugales), activité sexuelle homosexuelle ou lesbienne, polygamie, identité transgenre » ou « toute autre violation des rôles uniques de l'homme et de la femme. »

Les élèves de l'école Immanuel Christian School, âgés de 5 à 14 ans, ne peuvent pas non plus se livrer à des « activités homosexuelles ou bisexuelles », selon un accord que les parents doivent signer avant de pouvoir les inscrire.

L'épouse du vice-président Mike Pence, Karen, enseigne une fois de plus l'art à l'école de la banlieue de Washington, suscitant le courroux des défenseurs des droits des homosexuels qui disent que cela envoie un mauvais message des cercles internes du pouvoir américain.

« Nous laisserons les critiques se déchaîner », a déclaré Pence dans un entretien accordé à la chaîne de télévision catholique EWTN. Mais il a ajouté : « Le dénigrement de l'éducation chrétienne aux États-Unis doit cesser. »

Bien sûr, le conservatisme religieux de la famille Pence est exactement la raison pour laquelle Donald Trump l'a choisi comme colistier en juillet 2016.

Pro-prière, anti-avortement.

Laissez un commentaire

Regardez la Marche pour la vie à Washington de 2019 en direct


Photo : Claire Chrétien / LifeSiteNews

Billet de blogue d'Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

La Marche pour la Vie américaine assemble habituellement des centaines de milliers de personnes, de voir un tel déploiement pro-vie aide à continuer le combat. Extrait de LifeSiteNews:

Washington, D.C., 18 janvier 2019 (LifeSiteNews) — Aujourd'hui, les manifestants se rassemblent au National Mall de Washington, D.C., pour une série de discours et de prestations musicales avant que la marche ne s'ébranle pour marcher jusqu'au Palais de Justice, où le jugement Roe c. Wade a obligé les 50 états à autoriser l'avortement en 1973.

EWTN offre une couverture en direct de la Marche pour la vie 2019 à partir de 9h00.

Vous pouvez également regarder la retransmission en direct ici.

Les événements de la Marche pour la vie incluent :

10 h 00 - 11 h 00 radiodiffusion en direct de Ben Shapiro

11 h 00 - 11 h 45 Ouverture musicale avec les Sidewalk Prophets

12 h 00 Programme de la marche

13 h 00 Marche sur l'avenue Constitution jusqu'à la Cour suprême et l'édifice du Capitole.

Laissez un commentaire

Richard Martineau : « Le regard de Dieu »

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Wikimedia Commons

Oui ! Oui ! C’est Richard Martineau qui met un tel titre à sa chronique parue le 17 janvier. Bien sûr, ce n’est pas comme s’il parlait en bien de la religion (catholique en particulier), mais M. Martineau se livre à quelques réflexions intéressantes. Extraits du Journal de Montréal :

Denise Bombardier me parle souvent du rôle que la religion jouait, autrefois, dans la société.

Avant, les gens avaient peur de Dieu, du regard que Dieu portait sur leurs actions, me dit-elle. Ils avaient peur d’aller en enfer. Alors, ils faisaient attention à ce qu’ils faisaient.

Aujourd’hui, les gens ne croient plus en Dieu. Or, Dieu étant mort, comme l’écrivait Dostoïevski, tout est permis.

Même la maltraitance contre les personnes les plus vulnérables de notre société, c’est-à-dire les enfants, les vieux et les malades.

Ici, je me permets de dire que Dieu n’est pas mort, mais si les gens Le considèrent tout comme, hé bien ç’a n’est pas étonnant s’ils se comportent n’importe comment.

Puis, Richard Martineau place quelques mots malheureux sur la religion en général et la religion catholique en particulier, ressortant le mythe miteux des curés pédophiles (nous lui recommandons fortement de lire l’un de nos articles sur la question et de se demander s’il n’y aurait pas plus de pédophiles dans d’autres groupes que le clergé), et la curieuse idée selon laquelle les guerres les plus sanglantes ont été menées au nom d’une divinité ou d’une autre (les Première et Seconde guerres mondiales ont-elles été menées au nom d’une divinité ou d’une autre ? Les guerres provoquées par l’URSS, ont-elles été conduites au nom de la foi ? Hum, hum !).

Laissez un commentaire Lire la suite

228 jeunes ont fait «changer» leur sexe sur les papiers de l’État civil au Québec

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : PxHere

Quand on pense à la contagion sociale virulente via internet de la théorie du genre, selon laquelle un homme peut prétendre être femme et l’inverse également, il n’est pas étonnant qu’il y ait déjà un certain nombre d’enfants et d’adolescents qui ont demandé de « transiter ». Ce qui est aberrant, c’est qu’un bon nombre de ces demandes aient eu des suites, non seulement officiellement sur papier mais au niveau médical.

Par ailleurs, il est affligeant que des médecins donnent des hormones masculines à des jeunes filles et des hormones féminines à des garçons. Jouer dans l’équilibre hormonal n’a jamais été une bonne chose et il n’est par conséquent pas surprenant si l’on observe une tendance marquée pour le suicide chez les « transgenres ».

Pour finir, il est impossible de changer de sexe, celui-ci étant inscrit jusque dans la génétique. Extrait du Journal de Montréal :

Les enfants transgenres peuvent officiellement changer de sexe depuis juin 2016. Selon les chiffres que J.E. a obtenus, il y a 228 mineurs qui ont fait modifier leur genre inscrit à l’État civil en deux ans seulement.

Depuis que la loi a été modifiée, les jeunes de 14 ans et plus peuvent faire une demande seuls à l’État civil pour un changement de sexe officiel. Pour les plus jeunes, ce sont les parents qui doivent remplir la demande, le tout doit être accompagné d’une lettre de spécialistes.

Selon les chiffres du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, 49 enfants de moins de 14 ans ont été autorisés à changer de sexe depuis que la loi le permet et 179 jeunes âgés de 14 à 17 ans.

Des chiffres qui n’étonnent pas au Centre de santé Meraki, la seule clinique au Québec dédiée aux enfants transgenres, dont la clientèle a explosé.

Laissez un commentaire

Un père agenouillé en prière devant le berceau de son enfant


Victor, le père, et Ivan Calmon, le fils.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : victorcomichao/Instagram

Les photos d’un père agenouillé en prière devant le berceau de son enfant nouveau-né ont fait le tour du monde, visionnées des milliers de fois par des internautes qui n’ont sûrement pas manqué d’être émus. Le bambin, Ivan est le fils de Victor et Luana Calmon. Victor, peu après la naissance de son fils, se tenait plein d’émotions devant le berceau. Et c’est pour implorer Dieu que Victor s’est mis à genoux, pour lui demander de l’aider à être un bon père pour cet enfant qui venait de naître. Extrait d’Aleteia :

Victor a été interviewé par le magazine Crescer, où il a dit que c’était plutôt spontané :

« Je me voyais au centre d’une situation compliquée, vous savez, et tout était nouveau pour moi, et une peur incroyable m’envahissait. Maintenant, je ne m’inquiéterais plus seulement pour moi ; je devais m’occuper de cette nouvelle vie. Alors j’ai surmonté mon embarras et je me suis agenouillé et j’ai parlé à Dieu. Je lui ai demandé de m’aider à mûrir, à devenir un homme meilleur, un bon père, un bon mari, et à augmenter mon désir de grandir et de travailler, afin que mon enfant ne manque de rien. »

Laissez un commentaire

Un groupe pro-avortement demande au conseil municipal d’interdire les images d’avortement… Mais lesquelles au fait ?

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo (rognée et modifiée) : Compte Facebook Umbert the Unborn

Grotesque pour le moins et inutile, surtout si cette demande vise le drapeau qui porte une image (qui représente Umbert the Unborn bien vivant) similaire à celle que vous pouvez voir plus haut, à moins que ce groupe ne veuille que la municipalité de Prince Albert remette en place son programme « drapeaux de courtoisie », qui permettait apparemment au gens de faire arborer un drapeau devant l’hôtel de ville. En effet, la ville avait décidé l’an dernier d’annuler ledit programme suite à une poursuite judiciaire, qui dure encore, lancée par un groupe pro-vie à qui le conseil municipal avait refusé de hisser son drapeau. Peut-être que le groupe pro-avortement voudrait pouvoir hisser son pavillon sans que les pro-vie puissent en faire autant. Extrait du Prince Albert Right Now :

Les conseillers municipaux ont décidé de ne pas donner suite à la demande d'un groupe national de défense du droit à l'avortement d'examiner les possibilités de faire en sorte que les drapeaux arborés soient moins crus à l'hôtel de ville.

L'Abortion Rights Coalition of Canada (ARCC) a demandé aux conseillers municipaux d'utiliser leurs propres règlements administratifs locaux et le Code canadien des normes de la publicité pour gérer l'affichage public, notamment des drapeaux de courtoisie. Le groupe a déclaré que « les images graphiques de fœtus avortés » — comme celle d'un fœtus de bande dessinée utilisée par le Prince Albert Right to Life Group — peuvent être traumatisantes pour le public et a suggéré que le code de la publicité peut être un guide efficace quand il s'agit de publicité potentiellement problématique.

Laissez un commentaire

Google fait descendre les pro-vie dans les résultats de recherche

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Elvert Barnes/Flickr

Les vidéos You Tube pro-vie présentes parmi les 10 premiers résultats de recherche sur l’avortement ont été descendues et mises plus bas par la compagnie Google, alors que le président-directeur général de l’entreprise avait affirmé sous serment devant le Sénat américain que Google n’intervenait « manuellement sur aucun résultat de recherche ». Extrait de Breitbart :

Dans un témoignage sous serment, Sundar Pichai, PDG de Google, a déclaré au Congrès le mois dernier que son entreprise n’intervenait « manuellement » sur aucun résultat de recherche particulier. Pourtant, un fil de discussion interne divulgué à Breitbart News révèle que Google intervient régulièrement dans les résultats de recherche sur sa plate-forme vidéo YouTube — encore récemment. Il a mis des vidéos pro-vie hors des dix premiers résultats de recherche pour « avortement » (abortion).

Le terme « avortement » a été ajouté à un fichier « liste noire » pour les « controversial YouTube queries » (requêtes YouTube controversées), qui contient une liste de termes de recherche que l’entreprise considère comme sensibles. Selon la fuite, il s’agit notamment de certains de ces termes de recherche comme : abortion, abortions, the Irish abortion referendum, Democratic Congresswoman Maxine Waters, and anti-gun activist David Hogg (avortement, avortement, le référendum irlandais sur l’avortement, député démocrate Maxine Waters, et militant anti-armes à feu David Hogg).

L’existence de la liste noire a été révélée dans un fil de discussion interne de Google divulgué à Breitbart News par une source interne à l’entreprise qui souhaite rester anonyme. Une liste partielle de termes figurant sur la liste noire a également été divulguée à Breitbart par une autre source de Google.

Laissez un commentaire Lire la suite

40 à 50 millions d’avortements dans le monde en 2018

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo :

Quelle boucherie ! Nous ne sommes pas meilleurs que nos ancêtres, nous sommes pires… 40 à 50 millions d’enfants à naître tués, innocents, sans défense, mis à mort cruellement. Et ça n’est pas compté officiellement dans les décès. Pourquoi ? Parce que des gens considèrent ou veulent considérer que l’enfant à naître n’est pas une personne. Pourtant la science affirme que la vie commence à la conception. Extrait de Gènéthique :

En 2018, 41,9 millions d’avortements ont été pratiqués dans le monde, « soit davantage que le nombre de morts liés aux dix principales causes de décès à l’échelle globale », a publié le site de statistiques Worldometers, qui précise que les chiffres ne prenaient pas en compte les fausses couches. L’OMS avait même publié en 2014 le chiffre de 56 millions. « Selon les estimations de l’OMS, il y a chaque année dans le monde 40 à 50 millions d’avortements. Cela correspond approximativement à 125 000 avortements par jour ». Snopes, un site américain réputé pour sa traque aux fake news, confirme : « Si l’estimation de l’OMS de 56 millions d’avortements par an est restée stable jusqu’en 2016, lorsqu’elle a publié son étude sur le top 10 des principales causes de mort à l’échelle globale [2], il serait vrai que le nombre d’avortements dans le monde a surpassé le nombre de décès totaux liés aux maladies cardiaques et aux attaques cérébrales, les deux premières causes de décès cette année-là » (15,2 millions de personnes).

Mais Snopes joue avec le mot « mort » de telle sorte qu’il met en doute que l’avortement provoque la mort d’une personne, d’après Gènéthique :

... « dire que l’avortement est la “principale cause de mort” dans le monde est une affirmation problématique, parce que cette position revêt un aspect politique, en contradiction avec le monde scientifique et médical », puisque « les champs légaux, philosophique, religieux et scientifique ne donnent pas de réponses définitives quant au moment du début de l’identité individuelle ».

Laissez un commentaire