M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un prêtre catholique rappelle un point sur la modestie et fait face à la meute en ligne

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : PxHere

Le Père Kevin M. Cusick, prêtre du diocèse de Washington, vétéran, chroniqueur pour l’hebdomadaire Wanderer et quelques fois pour le site OnePeterFive, avait simplement rappelé sur Twitter quelques éléments de base en termes de vie en société, dans le cadre particulier de la messe, à savoir la vestimentation et la modestie. Ce qui est curieux, c’est que son compte Twitter a été bloqué. Yahoo LifeStyle rapporte :

Un prêtre catholique est allé sur Twitter pour demander aux femmes de s'habiller modestement lors des offices religieux afin de « protéger la pureté des hommes » ― et les gens circulant en ligne ne l'apprécient pas vraiment.

Le Père Kevin M. Cusick, prêtre catholique et ancien combattant, a écrit un tweet adressé aux « dames », écrivant qu'un de ses confrères avait été « forcé » de demander à une femme lors d'une messe catholique de couvrir ses épaules. Cusick a continué en demandant aux femmes d'« aider le prêtre à protéger la pureté des hommes lors de la Sainte Messe en choisissant de s'habiller modestement ».

Le P. Cusick ne demandait pas aux femmes de se voiler la face, le visage reflète d’ailleurs plus que tout autre partie du corps la personnalité et n’est assurément pas à cacher, mais de couvrir leur épaules. Cela peut paraître extrême à certaines, surtout si elles ont l’habitude de découvrir plus que les épaules, mais sensé, les hommes étant sensibles à ces détails là.

L'article continue après cette publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Ces féministes protestent en disant que les hommes ne pouvant se retenir on veut contrôler leur corps. Encore le « mon corps, mon choix » à l’horizon. Pourtant, bien que les hommes doivent se contenir, aussi bien dans leurs regards que dans leurs actes, on ne pourra pas changer leur nature, nature qui n’est pas éduquée à la retenue à notre époque, bien au contraire. Aussi, les femmes, si elles veulent respecter les hommes et que ceux-ci les respectent, doivent les aider.

Si ceux qui trouvaient que c’est exagéré c’était fait dire que certaines relations étaient réservées au mariage, je me demande s’ils n’auraient pas à nouveau parlé de « contrôler le corps des femmes » ou de « mon corps, mon choix » et trouvé cela encore exagéré ? Ils auraient plus évidemment avoué par là qu’ils se souciaient peu de la chasteté et de ce que le manque dans l’habillement provoquât les hommes. Car l’exigence d’une telle modestie n’est pas seulement requise pour la protection des femmes, mais bien pour préserver la pureté et l’institution du mariage, ce dont beaucoup se fichent complètement.

La promiscuité suit l’immodestie, la contraception suit la promiscuité, l’avortement suit la contraception et l’euthanasie suit l’avortement, et tous ont pour base « mon corps, mon choix ». Extrait du même article :

« Soit dit en passant : Je ne reculerai pas sur ceci. J'y ai réfléchi, j'ai prié à ce sujet et je ne vais pas m'engager dans un débat interminable dans le style de Vatican II qui va et vient constamment et ne mène nulle part », répondit plus tard Cusick.

[...]

Il a ajouté qu'« un autre facteur est que même si nous avons un point très valable à faire valoir, il arrive parfois que nous ne l'exprimions pas d'une manière qui tienne compte de certaines sensibilités et que, par conséquent, quelqu'un s'en offusque bien ça n'était pas dans l'intention ».

Au moins ce prêtre n’aura pas reculé devant les hurlements des défenseurs de l’immodestie.

O tempora, o mores.

Publicité



Laissez un commentaire