M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Éducation sexuelle : qui est responsable des enfants, les parents ou l’État ?

Par Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo (rognée) : Phillip Haussemer/Flickr

Ces derniers temps, les gros médias du Québec se sont agités autour d’une déclaration que l’archevêché aurait faite, plusieurs ont accusé l’archevêché de prôner le retrait des enfants des cours d’éducation sexuelle, ce qui n’aurait pas été mauvais s’il l’avait vraiment prôné.

Quel est le chef d’accusation ? Avoir relayé mercredi l'information annonçant un manuel rédigé par un médecin et un prêtre catholiques qui conseillerait, en gros, aux parents d’enseigner eux-mêmes l’éducation sexuelle à leurs enfants. Selon La Presse :

L’archevêché de Montréal a relayé hier une invitation à retirer les enfants de leurs classes d’éducation sexuelle afin de confier aux parents le soin de donner eux-mêmes le nouveau cours obligatoire en respectant « la pudeur naturelle » des jeunes.

Les autorités ecclésiastiques font la promotion d’un manuel destiné aux parents catholiques, qui compare le nouveau programme à une agression.

Ou selon le Huffpost :

L’archevêché de Montréal propose aux parents québécois opposés aux objectifs d’enseignement sexuel du ministère de l’Éducation de donner eux-mêmes la matière à leurs enfants en se procurant un outil pédagogique rédigé par un membre du clergé et un médecin cardiologue.

Laissez un commentaire Lire la suite

L’avortement a tué 50 000 000 d'enfants à naître en 2015 et ça n’est pas compté comme cause de décès

Billet de blogue d'Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photos (rognées et modifiées) : byrev/Pixabay, Pixnio, FotoshopTofs

C'est ce que nous apprend Obianuju Ekeocha sur son compte Twitter.

Laissez un commentaire

Marche pour la Vie 2019 de Paris

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo (modifiée) : Michael Bar Haim/Unsplash — Citation : Marche pour la vie

Le vingt janvier prochain aura lieu la Marche pour la Vie 2019 de Paris, où se rendent maintenant annuellement des dizaines de milliers de Français pro-vie pour manifester leur soutien à la cause des enfants à naître.

Cette marche, organisée par le groupe Marche pour la vie, aura pour thème la défense de l’objection de conscience des praticiens face à l’avortement.

Cette objection de conscience est en jeu, actuellement menacée par un projet de loi déposé par Mme Laurence Rossignol devant le Sénat de France en réaction (apparemment) aux propos du courageux Dr de Rochambeau, président du SYNGOF (Syndicat National des Gynécologues et Obstétriciens de France), qui disait lors d’une entrevue ne pas vouloir exécuter d’avortement, précisant sa pensée en affirmant : « Nous ne sommes pas là pour retirer des vies ».

Laissez un commentaire

Cardinal Robert Sarah : « j’ai peur que l’Occident meure »


Le Cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo :

La vidéo que je vous présente aujourd'hui date de 2 ou 3 ans. La raison, pour laquelle je vous en parle, est qu'elle est dernièrement devenue virale suite à sa publication par Paul Joseph Watson, youtubeur, animateur de radio et écrivain britannique, sur le compte Twitter de celui-ci, Prison Plannet. Les paroles d'alors du cardinal sont plus que jamais pertinentes.

Le cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements exprime son inquiétude sur le sort de l’Europe autrefois si chrétienne : « … l’Europe a perdu le sens de ses origines. Elle a perdu ses racines […] j’ai peur que l’Occident meure. Il y a beaucoup de signes. Plus de natalité. Et vous êtes envahis, quand même, par d’autres cultures, » d’après le site Suavelos.

Laissez un commentaire

697 cliniques d’avortement aux États-Unis dont 145 en Californie

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo :

145 avortoirs (pour avortements chirurgicaux ou chimiques) pour la Californie, suivi de 87 pour l’État de New York et de 57 pour la Floride. Il ne fait pas bon d’être un enfant à naître dans ces États-là vu le nombre d’avortoirs. Selon le compte Twitter d'Obianuju Ekeocha :

C’est déjà assez grave qu’il y ait un centre d’avortement dans un État et je ne dis pas cela à la légère...

Mais d’après cette carte, la Floride, New York et la Californie ont des rivières de sang qui les parcourent.

Le sang des plus innocents.

Laissez un commentaire

L'American Psychological Association (APA) déblatère sur les « genres » : la masculinité est néfaste

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Sotheby’s Sale catalogue/Wikimedia Commons

La plus grosse association de psychologues des États-Unis a publié dernièrement de nouvelles lignes directrices, qui prétendent que la masculinité est « nuisible, » et que la masculinité et la féminité, par ailleurs, sont des stéréotypes ou des « rôles » où l’homme tient évidemment une position nécessairement mauvaise, puisque suivant le « rôle » masculin, d’après le Washington Examiner.

Les nouvelles lignes directrices de l’APA ont soulevé l’indignation du professeur en psychologie Jordan B. Peterson : « Je suis consterné que l’APA parle au nom des membres de ma profession. Il n’y a tout simplement pas d’excuse pour ce qu’ils ont écrit, » d’après le compte Twitter de Jordan B. Peterson.

Extrait du Washington Examiner :

Les lignes directrices de l’APA ont, à juste titre, déclenché un énorme mouvement de ressac. Ils mettent l’accent sur des idées absurdes telles que la « tension entre les rôles de genre », défini comme « une situation psychologique dans laquelle les exigences des rôles de genre ont des conséquences négatives sur l’individu ou les autres », et le « conflit entre les rôles de genre », défini comme « les problèmes résultant de l’adhésion à des rôles rigides, sexistes ou restrictifs, appris pendant la socialisation, qui résultent en restriction personnelle, dévaluation ou violation des autres ou de soi ».

Plus loin, s’adressant à l’APA dans son article du Washington Examiner, Suzanne Venker écrit :

Comme tous membres du parti de gauche, vos membres croient clairement que tout ce qui s’apparente à la tradition est nuisible et doit être changé ou réparé. Vous ne pouvez pas voir ce que les Américains ordinaires peuvent voir par eux-mêmes : ce n’est pas la masculinité qui provoque des comportements pathologiques (conformément à la croyance qu’un « vrai homme » est violent). Un mauvais comportement, de la part des deux sexes, est un comportement appris. C’est un problème au sein de l’individu qui découle de son éducation et de son environnement. Ne savez-vous pas que la grande majorité des détenus viennent de foyers violents, brisés ou autrement dysfonctionnels ? 

Non seulement la masculinité traditionnelle n’est pas mauvaise, mais elle est nécessaire pour les enfants, les mariages et une société stable. Les garçons et les hommes dont vous semblez si préoccupés deviennent pathologiques parce qu’ils n’ont pas un modèle traditionnel de masculinité.

Puisque vous ne semblez pas savoir à quoi ressemble la masculinité traditionnelle, permettez-moi de vous éclairer. Les traits auxquels vous faites référence dans votre rapport (comme le stoïcisme, l’agressivité, être le soutien de la maison et même la domination [propension à commander ?]) sont des traits admirables et non destructifs. Voilà une surprise pour vous : les femmes aiment ces traits chez les hommes. Ils permettent aux femmes et aux enfants de se sentir en sécurité. Elles suscitent le respect des femmes, ce qui est crucial pour la pérennité d’un mariage. À tous points de vue, les études ont montré que lorsque les hommes sont féminisés, il y a rupture du mariage, de la famille et de la société.

Laissez un commentaire

Un recensement pilote posera, entre autres, des questions de style LGBT à quelque 250 000 ménages canadiens

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : zoe pappas/Pexels

Et ce, sous peine d’une amende pouvant aller jusqu’à 500 $ si l’on n’y répond pas. Ainsi l’idéologie LGBT se glisse-t-elle aussi dans les bureaux de recensement. Un recensement « pilote » sera envoyé à 250 000 ménages¹, en mai et juin, en préparation du recensement de 2021. Décidément, ça devient de plus en plus décadent sous le gouvernement Trudeau… Extrait de CBC :

... Statistique Canada va poser à 250 000 ménages canadiens des questions personnelles que cet organisme n’a jamais posées auparavant, et y répondre honnêtement est obligatoire.

L’agence procède actuellement à ce qu’elle appelle un recensement « pilote » en mai et juin prochains pour tester les questionnaires et procédures d’essai en vue du prochain recensement complet, prévu pour 2021.

[…]

Quiconque refuse de remplir un questionnaire obligatoire du recensement, ou « donne sciemment des renseignements faux ou trompeurs ou pratique toute autre forme de tromperie », est passible d’une amende pouvant atteindre 500 $ […]

Arora [statisticien en chef du Canada] a justifié sa décision de rendre le recensement pilote obligatoire dans un avis envoyé en septembre au ministre de l’Industrie Navdeep Bains. « Des tests volontaires en 2019 pourraient donner des résultats inexacts ou peu concluants pour bon nombre de changements proposés au contenu du questionnaire. »

[…]

Le porte-parole de l’agence, Peter Frayne, a refusé de fournir les nouvelles questions à CBC News, disant que c’était un « travail en cours ».

Mais la note qu’Arora a envoyée à Bains indique que le questionnaire [pilote] abordera entre autres des questions de sexe et de genre².

Laissez un commentaire Lire la suite

L’Église anglicane invente le baptême pour les « trans »

Billet de blogue d'Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : geralt/Pixabay

L'Église anglicane va de plus en plus mal, une de ses dernières innovations consistait en une parodie de baptême pour les « trans » dans laquelle on « bénit » leur « transition ». Extrait de Medias-Presse.info :

En Grande-Bretagne, la genderofolie atteint des vertiges d’insanité et au faîte de l’Église anglicane. L’institution religieuse dirigée actuellement par le primat de l’Église d’Angleterre, l’archevêque de Canterbury Mgr Justin Welby [...] a fait ces dernières années de nombreux choix controversés et critiqués par l’aile conservatrice mais assumés par la majeure partie de ses hiérarques : ouverture au « mariage » des duos de même sexe, aux prêtres homosexuels, et à l’idéologie du genre.

La dernière innovation retentissante décidée par la Conférence des « évêques » de l’Église d’Angleterre concerne un semblant de « baptême pour les transsexuels ou transgenres ». La cérémonie appelée « affirmation de la foi baptismale » calquée sur celle du baptême traditionnel est explicitement réservée aux adeptes du changement de sexe. Au cours de cette célébration liturgique, ces derniers obtiendront officiellement de l’Église d’Angleterre une « bénédiction » pour leur « nouvelle vie » et recevront par le célébrant un « nouveau nom de baptême ». L’officiant scellera la « renaissance » des transsexuels en leur aspergeant la tête avec de « l’eau et de l’huile bénites », tout en récitant certains versets des Psaumes et en écrivant un vrai « nouveau certificat de baptême ».

A travers un communiqué, la Conférence a précisé :

« La nouvelle cérémonie ne vise pas du tout à imiter la solennité du sacrement traditionnel. Elle consiste en un renouvellement formel des promesses du baptême et consentira à ceux qui sont en train d’accomplir une transition sexuelle [que cela est joliment dit !, NDLR], d’obtenir de la communauté ecclésiale, par l’intercession de Notre Seigneur Jésus-Christ, une bénédiction solennelle pour leur mutation d’identité. »

Justin Welby.

Laissez un commentaire

L’avortement se pointe à l’horizon de l’Équateur

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : ferhat66/Pixabay

Un débat sur l’avortement a commencé en Équateur, où cette pratique néfaste est très limitée, du moins d’après la loi. Une décriminalisation plus poussée de l’avortement dans ce pays serait à craindre si l’Assemblée nationale d’Équateur ou quelques-unes des commissions impliquées ne modifiait pas un ajout, à la réforme du Code pénal, tel qu’approuvé par la Commission sur la Justice et les structures de l’État de l’Assemblée nationale. Selon CNA :

L’Assemblée législative équatorienne a entamé la semaine dernière un débat sur la dépénalisation de l’avortement au milieu de l’opposition de l’Église et de diverses organisations civiles.

La dépénalisation de l’avortement fait partie de la réforme du Code pénal. Une proposition libéraliserait cette procédure dans les cas de viol, de difformité fœtale non viable, de viol et d’inceste.

De leur côté, les évêques équatoriens encouragent les fidèles et les personnes de bon sens, ayant même préparé un document pour servir la cause de la vie (il a dû servir, car les pro-vie avaient la possibilité de donner leur opinion le 3 janvier) :

La Conférence épiscopale équatorienne [...] a déclaré : « nous avons préparé un document avec les conseils de professionnels renommés dans les domaines de la médecine, de l’éthique et du droit, se référant d’une manière particulière aux droits des enfants à naître ».

La Constitution équatorienne contient de bons passages qui, espérons-le, aideront les pro-vie à empêcher une nouvelle avancée de l'avortement :

L’article 45 garantit que « les filles, les garçons et les adolescents jouissent des droits communs aux êtres humains, en plus de ceux qui sont spécifiques à leur âge. L’État reconnaît et garantit la vie, par ses soins et sa protection dès la conception. »

Laissez un commentaire

De nombreuses femmes ont été poussées à se faire avorter, ce qu’elles ne voulaient pas

Billet de blogue d'Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Juan Pablo Arenas/Pexels

Les femmes qui sont poussées à se faire avorter ont besoins d'entendre une autre voix qui les conseille de n'en rien faire. Extrait de Society for the Protection of Unborn Children :

... un certain nombre d’études indiquent que la coercition en matière d’avortement est très courante. L’une d’elles a montré que 64 % des femmes interrogées ont déclaré s’être senties contraintes d’avorter. Même une étude du pro-avortement Institut Guttmacher a indiqué que 30 % des femmes avortent « parce que quelqu’un d’autre, et non la femme, le veut » et cette recherche est basée sur des entretiens menés dans une clinique d’avortement, où les femmes peuvent avoir été réticentes ou incapables de signaler la coercition, en raison de la présence des personnes exerçant cette dernière.

Une porte-parole de Marie Stopes (sur laquelle on a découvert qu’elle approuvait les avortements à la suite de brèves conversations téléphoniques avec les travailleurs des centres d’appels) a dit qu’elle formait les infirmières à repérer les signes d’abus et qu’elle offrait aussi des services de conseil gratuits et illimités.

[...]

Clare Bremner, conseillère à l’Abortion Recovery Care and Helpline (Service d’assistance et de soins pour le rétablissement post-abortif) (ARCH), affirme qu’il faut faire davantage pour prévenir la coercition en matière d’avortement. « Environ 75 % des femmes qui nous contactent ont subi une forme de pression ou de coercition de la part de leurs partenaires, de leur famille, de leurs amis, de leurs employeurs et même du personnel de santé », a-t-elle déclaré. « Quel que soit le dépistage qui est censé être en place à l’heure actuelle, il est clair qu’il laisse tomber ces femmes et ces filles. La recherche sur l’avortement forcé se fait attendre depuis longtemps, non seulement parce qu’elle touche au cœur de l’éthique médicale et des droits de la personne, mais aussi parce qu’elle constitue un facteur de risque connu de problèmes mentaux et émotionnels après un avortement. »

« Nous saluons tous les efforts visant à mettre en lumière et à attaquer ce scandale national, à savoir que des femmes d’un bout à l’autre du pays subissent des avortements qu’elles ne veulent pas. »

Laissez un commentaire