M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une mère et sa fille fuyant le service de «protection de l’enfance» de leur pays reçoivent enfin l’asile politique

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Glenn Beltz/Flickr

Silje Garmo et sa fille Eira, d’un peu plus de deux ans, ont enfin reçu l’asile politique en Pologne après plusieurs mois d’attente. Silje Garmo avait dû fuir le service de protection de l’enfance de son pays, le Barnevernet, qui a la fâcheuse tendance d’enlever pour rien les enfants à leur famille sur la base de simples dénonciations… Extrait de FSSPX.News :

Une Norvégienne ayant trouvé refuge en Pologne avec son enfant, parce que son pays d’origine voulait lui enlever la garde de ce dernier, vient de se voir octroyer l’asile politique, relançant le débat sur la protection des droits de l’enfant au pays des fjords.

Silje Garmo est devenue, le 12 décembre 2018, la première Norvégienne depuis la Seconde Guerre mondiale réfugiée à titre politique en Pologne, pays où elle avait trouvé asile en 2017, après que le Barnevernet — l’office d’Etat censé protéger les enfants — eut décidé, pour la seconde fois, de lui enlever la garde de l’un de ses enfants.

Laissez un commentaire

Planned Parenthood, le plus grand fournisseur d’avortements aux États-Unis traite mal ses employées enceintes

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Oyvind Holmstad/Wikimedia Commons

Eh oui ! Des employées féminines de Planned Parenthood rapportent leurs malheurs et leurs déboires avec le géant de l’avortement, au sujet de leur grossesse, alors que celui-ci devrait, d’après ce qu’il prétend être, mieux se soucier du bien-être des femmes, surtout de celles qui travaillent dans ses cliniques… Extrait de CNA :

L’organisme Planned Parenthood Federation of America est souvent critiqué par des politiciens et des organisations pro-vie pour être le plus important fournisseur d’avortement aux États-Unis.

Mais le mois dernier, l’entreprise a dû faire face à de sévères critiques de la part de son propre personnel.

De nombreuses employées de Planned Parenthood à différents niveaux à travers les États-Unis ont déclaré avoir été victimes de discrimination en matière de grossesse au sein de l’entreprise, qui prétend avoir pour mission d’offrir des soins de santé aux femmes, dont des soins prénataux.

Dans un rapport publié le mois dernier par le New York Times, plusieurs employées ont fait part de leur expérience en tant que mère enceinte alors qu’elles travaillaient chez Planned Parenthood.

Ta'Lisa Hairston, qui travaillait comme assistante médicale à une clinique de Planned Parenthood à New York, souffrait d’hypertension artérielle en étant devenue enceinte et avait donc besoin de poses plus fréquentes. Plusieurs notes de ses infirmières lui recommandant vivement le repos et des poses au travail ont été rejetées par ses superviseurs, a-t-elle déclaré au New York Times.

« J’ai dû retenir mes larmes en parlant aux femmes enceintes, en leur disant d’être prudentes pendant leur grossesse quand je ne pouvais en faire autant », a-t-elle dit au New York Times. « Ça me rendait jalouse. »

Hairston a démissionné de Planned Parenthood en juin, après de longs quarts de travail et des pauses peu fréquentes, qui ont entraîné de telles enflures et des complications si graves qu’elle dut subir une césarienne d’urgence à 34 semaines de grossesse.

Laissez un commentaire

L’avortement faucherait 500 000 enfants à naître en Corée du Sud

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : GoranH/Pixabay

Ça n’est pas très étonnant alors si l’on constate une baisse dans la natalité. Extrait de FSSPX.News :

Le taux de fécondité en Corée du Sud est tombé à 0,95 enfant par femme au troisième trimestre 2018, passant pour la première fois en dessous de la barre de 1, et bien en deçà des 2,1 nécessaires au renouvellement des générations.

[…] le fléau de l’avortement illégal qui, s’il demeure théoriquement interdit, est rarement poursuivi : on estime ainsi que chaque année, 500 000 enfants ne voient pas le jour — un déficit démographique qui met en danger l’avenir d’un pays qui comptait 51,47 millions d’habitants en 2017.

Laissez un commentaire

Alors que les avortements en Irlande commencent, le ministre de la Santé veut censurer les pro-vie


Les « Sept Pacifiques » portent un témoignage pro-vie devant un centre d’avortement de Galway, en Irlande.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton — Campagne Québec-Vie

Il est affligeant de voir à quelle vitesse l’Irlande se transforme avec ses politiciens prêts à se lancer tête baissée dans des projets de loi qui n’existent pas forcément dans les pays qui ont légalisé l’avortement. Extrait de LifeSiteNews :

La stratégie que les partisans de l’avortement utilisent pour réduire au silence les pro-vie consiste à créer des zones de censure, semblables à celles qui sont déployées au Royaume-Uni autour des centres d’avortement. Ces zones empêchent tout témoignage pacifique à proximité des centres d’avortement, ainsi que l’offre d’un soutien pratique et moral aux femmes enceintes, et l’offre d’une alternative à l’avortement.

Jeudi matin, le 3 janvier 2019, un groupe de 7 hommes et femmes a passé quelques heures devant le Galvia West Medical Centre à Galway. Ces témoins pro-vie portaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « Il y a toujours une meilleure option », « Aimez-les tous les deux », « Dites non à l’avortement à Galway ». Le groupe est parti juste avant le déjeuner.

Laissez un commentaire Lire la suite

95 % des médecins en Irlande refusent de pratiquer l’avortement

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Voici une réaction saine de la part de médecins pour qui soigner n’est pas tuer. Une infime partie d’entre eux, par contre, est prête à commettre des avortements. Extrait de LifeNews :

Moins de 5 % des médecins irlandais ont dit au gouvernement qu’ils étaient prêts à avorter des bébés à naître.

Les avortements sont devenus légaux le 1er janvier en Irlande, mais 95 pour cent des médecins ne sont pas disposés à les exécuter, selon le Southern Star.

Alors que les activistes pro-avortement jettent le blâme sur les manifestations pro-vie qui, pour eux, inquiéteraient les praticiens faisant en sorte qu’il y ait un manque d’avorteurs, la raison la plus probable est que la plupart des médecins ne pensent pas que tuer un être humain devrait faire partie des actes posés par la profession médicale.

Les principaux groupes médicaux ont également déclaré que la loi sur l’avortement a été adoptée trop rapidement, créant un environnement « inacceptable et dangereux » pour les femmes en Irlande.

Le ministère irlandais de la Santé a déclaré que 179 médecins généralistes se sont engagés à pratiquer des avortements, mais qu’une trentaine d’entre eux ont demandé que leurs noms ne soient pas communiqués par l’intermédiaire de la ligne d’assistance téléphonique du gouvernement pour les avortements, selon l’article.

Offaly Express rapporte qu’au moins quatre comtés n’ont pas d’avorteurs : Offaly, Leitrim, Carlow et Slingo.

[…]

Les premiers avortements de bébés à naître en Irlande devraient avoir lieu cette semaine.

[…]

« L’Association nationale des médecins généralistes (National Association of GPs) estime que la précipitation avec laquelle les services d’interruption de grossesse sont introduits est inacceptable et dangereuse », a-t-il déclaré dans un communiqué le mois dernier.

Laissez un commentaire

Les pro-vie ne sont pas dangereux, d’après le Journal de Montréal

Par Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Hier, j’ai écrit quelques lignes malhabiles pour vous rapporter, lecteurs sidérés, les propos étonnants d’une journaliste qui offrait dans un article (paru plus tôt le même jour) ce qui, d’après ce qu’elle laissait entendre, était le fruit d’une enquête menée auprès des redoutables groupes pro-vie. 

L’article en question était du journal la Presse et faisait paraître les groupes pro-vie, proposant de l’aide aux femmes enceintes et inquiètes, comme une bande de manipulateurs menteurs, remplis d’idéologie jusqu’aux oreilles et avançant des arguments scientifiques fallacieux. Campagne Québec-Vie était parmi les organismes visés. Entre autres choses reprochées, les ténébreux pro-vie mettaient de l’avant un argument horriblement tordu : garder son enfant et être parent est un bonheur! (Au passage, le fœtus humain dans le ventre d’une femme est déjà un être humain, un enfant, donc une femme enceinte est mère.)

Puis, aujourd’hui, nous avons eu la surprise de voir que Lise Ravary du Journal de Montréal prenait presque notre défense, intitulant son article du titre inspirant et hautement philosophique :

La vie, pourquoi?

Lise Ravary défend principalement la maternité comme bonheur, qui semble être présentée comme un argument manipulateur et trompeur par Cindy Pétrieux, co-coordonnatrice de la Fédération du Québec pour le planning des naissances (FQPN) à qui on donne la parole dans La Presse, lorsqu’utilisé contre l’avortement.

Laissez un commentaire Lire la suite

Les groupes pro-vie menteurs et inquiétants ? C’est pourtant ce que laisse entendre un article de La Presse

Par Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Max Pixel

Billet modifié le 3 janvier, 22h26

Article après article nous voyons défiler un cortège de journalistes nous critiquant et rapportant les propos de divers partisans de l’avortement qui prétendent que nous trompons les femmes enceintes en leur affirmant que l’avortement tue !

D’après un article de la Presse paru ce matin, les groupes pro-vie du Québec proposant du soutien et un service de conseils aux femmes enceintes utiliseraient des arguments « inquiétants » et « mensongers » pour amener lesdites femmes à ne pas avorter. Permettez-moi de dire que ceux qui emploient l’adjectif « mensonger » y vont un peu fort en supposant que nous sommes de mauvaise foi, c’est une attaque gratuite, plutôt diffamatoire :

Ils comparent l’avortement au meurtre, prétendent que la procédure occasionne de graves risques pour la santé ou bien affirment que l’interruption de grossesse mène toujours au regret... Plusieurs groupes pro-vie utilisent ces arguments, aussi « inquiétants » que « mensongers », pour décourager le recours à l’avortement, selon des chercheuses et des organismes pro-choix

Laissez un commentaire Lire la suite

L'Europe centrale et orientale s'oppose plus fortement au « "mariage" de personnes de même sexe » et à l'avortement que l'Europe occidentale


Costumes traditionnels de Pologne.

Billet de blogue d'Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : włodi/Flickr

Si je sais que je ne peux en rire, je ne sais si je dois en pleurer. C'est une bonne nouvelle que les populations du centre et de l'est de l'Europe s'opposent plus fortement au « mariage » de duo de même sexe et à l'avortement, mais il est douloureux de voir des pays, comme la France ou l'Irlande, plongés dans l'acceptation de ces pratiques malsaines. Extrait du Pew Research Center :

En Europe centrale et orientale, les gens tolèrent moins¹ [...] le mariage homosexuel et l'avortement légal.

[...]

Ces différences émergent d'une série d'études menées par le Pew Research Center entre 2015 et 2017 auprès de près de 56 000 adultes (âgés de 18 ans et plus) dans 34 pays d'Europe occidentale, centrale et orientale, et ces différences continuent de diviser le continent plus d'une décennie après que l'Union européenne a commencé à s'étendre bien au-delà de ses racines européennes pour inclure, notamment, la Pologne et la Hongrie, pays de l'Europe centrale, et l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie, pays baltes.

[...]

Laissez un commentaire Lire la suite

Patricia Sandoval : conversion après 3 avortements et avoir travaillé dans une clinique d’avortement

Billet de blogue d'Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Capture d'écran de la vidéo de Kto.tv.com

Voici le témoignage émouvant de Patricia Sandoval, née au Mexique, qui est passée par trois avortements, le syndrome post-avortement, le travail dans une clinique d'avortement, la drogue, une vie désordonnée.

En travaillant dans l'avortoir, aux États-Unis, elle y vit vite que ce qui comptait n'était pas les femmes mais l'avortement, c'est d'ailleurs dans l'avortoir qu'elle vit la vérité sur l'avortement.

Elle a fini par se tourner vers Dieu progressivement.

Elle prend la défense du mariage, de la chasteté et dénonce l'éducation sexuelle qu'elle avait reçue dans sa jeunesse et qui l'a menée vers une sexualité débridée. Elle parle également de la force de la prière.

Vidéo de Kto.tv.com, trouvée sur Un feu sur la terre :

Laissez un commentaire

Passage en revue rapide d'arguments classiques pro-avortement


Ben Shapiro.

Billet de blogue d'Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Gage Skidmore/Flickr

Voici une vidéo mettant en scène Ben Shapiro qui répond comme une mitrailleuse aux arguments pro-avortement d'un étudiant, aux États-Unis. Extrait de Pour une école libre au Québec* :


Sentience = sensibilité, conscience, sentient = doué de sensibilité.


*La phrase : « Ok, je ne crois pas, que le fait que vous soyez un fardeau pour quelqu'un, ne soit une justification suffisante pour quiconque voudrait vous tuer, » devrait plutôt être écrite ainsi :« Ok, je ne crois pas que le fait que vous soyez un fardeau pour quelqu'un soit une justification suffisante pour quiconque voudrait vous tuer. » — CQV

Laissez un commentaire