M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement Carême 2020

Jésus Christ

4520 $ recueillis -- Objectif : $5000 -- Il reste seulement 1 jours -- Merci de votre générosité.

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de votre précieuse collaboration en ces temps difficiles ! Avec votre aide, nous continuerons de faire la promotion de la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

On dit l’avortement être en baisse, sans tenir compte des avortements auto-administrés par pilules

Par Tessa Longbons (LifeSiteNews) ― Traduit par Campagne Québec-Vie

8 novembre 2019 (Daily Signal) — Les pro-vie ont annoncé de bonnes nouvelles récemment : le taux d’avortement aux États-Unis est tombé à un niveau record, selon un récent rapport du Guttmacher Institute.

Cependant, le rapport contenait aussi de mauvaises nouvelles. Sur les plus de 860 000 avortements aux États-Unis en 2017, les avortements chimiques ont augmenté de 25 % par rapport à 2014 et représentent maintenant près de 4 avortements sur 10.

Et cela n’inclut pas les avortements effectués soi-même, qui, selon le rapport, sont en hausse.

En 2014, 12 % des centres d’avortement traitaient une femme qui avait tenté un avortement de son propre chef et qui avait souffert de complications, mais en 2017, ce chiffre avait atteint 18%. Ce pourcentage est peut-être encore à la hausse en raison d’Aid Access, une organisation d’avortement relativement nouvelle qui vise à répandre la pratique des avortements chimiques auto-induits aux États-Unis.

Aid Access est une entreprise américaine dérivée de Women on Web, qui est une organisation créée pour la promotion de l’avortement chimique dans les pays où il est interdit par la loi, ou difficilement accessible.

Depuis un an et demi, Aid Access a illégalement expédié plus de 7 000 paquets de pilules d’avortement à des Américaines. Aid Access a publié des témoignages de femmes de Géorgie, du Dakota du Sud, de Pennsylvanie et de Virginie et reconnaît qu’au moins 39 résidentes de l’Idaho ont reçu des pilules.

En mars, la Food and Drug Administration des États-Unis a ordonné à Aid Access de cesser ses activités, mais cette dernière a ignoré l’avertissement et a réagi en intentant un procès contre la FDA. La poursuite d’Aid Access prétend que la FDA a saisi jusqu’à 10 cargaisons de pilules abortives.

L'article continue ci-dessous...
×

Campagne de financement du Carême 2020

4520 $ recueillis -- Objectif : $5000 -- Il reste seulement 1 jours -- Merci de votre générosité.

Donner à Campagne Québec-Vie
Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

La distribution illégale de pilules abortives par Aid Access, qui n’est pas documentée dans les rapports officiels sur l’avortement, pourrait changer le paysage [statistique] de l’avortement aux États-Unis en réduisant les taux d’avortement déclarés dans certains États et en faisant augmenter le nombre d’avortements dans l’ensemble.

Aid Access prétend répondre à une demande croissante. Selon The Guardian, la plupart des pilules d’Aid Access sont envoyées aux femmes dans les États qui ont de fortes politiques pro-vie, de nombreux États ayant des taux de recherche en ligne relativement élevés sur les informations concernant les avortements auto-induit.

L’un de ces États, le Dakota du Sud, a récemment signalé son plus faible total annuel d’avortements depuis 1973. En 2018, les femmes du Dakota du Sud ont été plus nombreuses à se rendre hors de l’État pour se faire avorter, ce qui a sans doute contribué à la baisse de ce nombre.

Mais, le Dakota du Sud a également signalé une baisse soudaine des avortements chimiques. Au moins une femme du Dakota du Sud a reçu par la poste des pilules abortives, comme en témoigne Aid Access. D’autres habitantes du Dakota du Sud ont peut-être suivi le mouvement, ce qui ferait baisser le nombre d’avortements signalés.

Cependant, dans d’autres États où les taux de recherche en ligne sont élevés, le nombre d’avortements officiellement déclarés a en fait augmenté. En Oklahoma, par exemple, le nombre total d’avortements et d’avortements chimiques a augmenté de 6 %.

Bien qu’Aid Access dirige probablement une part du marché de l’avortement dans les deux États, cette influence ne se traduit pas par une baisse des chiffres officiels.

Se peut-il qu’Aid Access accroisse la demande d’avortement dans ces États, en envoyant des pilules à des femmes qui n’auraient pas eu d’avortement autrement, comme le reconnaissent certaines de ses clientes ?

« Je ne pouvais pas me permettre d’aller dans une clinique et j’avais peur d’éprouver de la confusion après avoir eu une échographie et une séance de conseil », écrit une femme. Une autre femme explique que « sans vous [Aid Access], j’aurais mis un enfant au monde. »

Aid Access ne serait pas le premier à utiliser cette stratégie ― le géant de l’avortement Planned Parenthood a augmenté la demande d’avortements aux États-Unis et a devancé ses petits concurrents.

Mais l’influence d’Aid Access sur les tendances d’avortement aux États-Unis est plus difficile à mesurer. Moins de la moitié des États ont publié des données sur l’avortement pour 2018 ― l’année où Aid Access a été lancé ― et le dernier rapport national des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis contient des données de 2015. Les données nationales de 2018 ne seront pas disponibles avant plusieurs années.

Ce manque de données est préoccupant, car l’impact de la vente en ligne de produits abortifs sur la santé des femmes est inconnu. Dans sa volonté de rendre l’avortement « accessible », Aid Access distribue les pilules en dehors ― en fait, en violation directe ― des règlements de protection mis en place par la FDA et ignore les raisons pour lesquelles ces protections ont été mises en place.

Dans le meilleur des cas, jusqu’à 1 avortement chimique sur 5 peut entraîner des complications. Toutes les femmes ne finissent pas par prendre les produits qu’elles reçoivent, et personne ne sait où les pilules peuvent se retrouver. Les médicaments abortifs sont moins efficaces lorsqu’ils sont donnés à une amie après être restés sur une étagère pendant un an ou deux, ou après avoir été cuits dans une boîte aux lettres pendant quelques heures. [Si ça peut faire rater l’avortement que le produit abortif soit moins efficace, je ne vais sûrement pas pleurer pour cette raison, mais le produit pourrait fort bien dans ce cas causer plus probablement des problèmes à la femme, sans pour autant éviter la mort de l’enfant…]

Les tendances pourraient devenir plus claires à mesure que de plus en plus d’États publient des rapports sur l’avortement, mais certains États ont des années de retard, et d’autres ne produisent pas de rapport du tout.

Aid Access continue à ignorer de façon flagrante l’autorité de la FDA, et les pilules continuent d’affluer sur le marché aux États-Unis.

Aid Access est en train de changer l’avortement aux États-Unis, mais en raison de la nature lamentable des rapports d’avortement aux États-Unis et du processus de prescription et d’expédition à l’étranger de Aid Access, nous ne savons pas exactement comment ― et nous ne savons pas qui sera blessé dans le processus.

En l’état actuel des choses, les femmes américaines sont soumises à une expérience de masse conçue par un distributeur étranger qui agit en violation des lois américaines promulguées par la FDA d’Obama. Les femmes méritent mieux, peu importe où elles vivent.

Campagne de financement du Carême 2020. Merci de nous aider généreusement. L'objectif est de 5000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire