M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Wilson Gavin, fervent défenseur du mariage, décédé en Australie


Wilson Gavin était un catholique fervent qui a écrit de façon poignante sur l’enseignement de l’Église, a défendu le mariage sur la place publique et s’est fait bénévole avec les Missionnaires de la Charité.

Par Paul Smeaton — Traduit par Campagne Québec-Vie

Brisbane, Australie, 15 janvier 2020 (LifeSiteNews) — Les amis et la famille de Wilson Gavin continuent de pleurer la perte de cet étudiant de 21 ans qui a été retrouvé mort moins de 24 heures après avoir dirigé une manifestation contre une lecture de drag queen à la bibliothèque de Brisbane Square dimanche après-midi [12 janvier].

La police ne considère pas la mort de Wilson comme suspecte. Pour autant que LifeSiteNews pût le vérifier, au moment où nous écrivons ces lignes, les seuls détails concernant la mort de Wilson qui sont actuellement disponibles auprès des autorités publiques ou dans les médias grand public sont les suivants, tels que rapportés par le Daily Mail Australia :

La police et les services d’ambulance du Queensland ont été appelés pour un incident à Chelmer vers 7 h 7.

Un porte-parole des ambulances de l’État a déclaré que le patient avait été retrouvé avec des blessures graves. M. Gavin avait 21 ans.

Caroline Overington du The Australian a affirmé que Wilson « s’est jeté devant un train ». Elle ne dit pas d’où elle tire cela. LifeSite a contacté Caroline Overington pour lui demander où elle avait obtenu cette information, mais n’a pas eu de réponse au moment de mettre cela sous presse.

Le lundi soir [13 janvier], une messe a été offerte pour le repos de l’âme de Wilson à l’église Mary Immaculate à Annerly. Wilson y assistait régulièrement à la messe.

On peut lire sur un post de la page Facebook de la paroisse :

Beaucoup de gens ont été profondément choqués et attristés par la mort tragique et inattendue de Wilson Gavin. Nous offrons tout d’abord nos sincères condoléances et notre soutien dans la prière à la famille de Wilson et à tous ceux qui l’ont connu et aimé.

Il est si important de se rappeler que chaque fois que nous sommes profondément affligés et blessés, nous allons au-delà de nous-mêmes, dans la prière, vers Jésus-Christ et à sa sainte mère Marie. En même temps, il est vital que nous fassions aussi tout notre possible pour tendre la main à un membre de la famille ou à un ami, ou pour chercher une aide professionnelle. Par exemple, vous pouvez toujours contacter Lifeline au 13 11 14.

La messe de 19 h à l’église Mary Immaculate d’Annerley ce soir sera offerte pour le repos éternel de l’âme de Wilson. Ensuite, il y aura possibilité, pour ceux qui le souhaitent, de se rassembler devant de l’église pour aller prendre le thé ou le café, etc.

Bienvenue à tous.

L'article continue après cette publicité

La dernière superstition : un livre coup de foudre qui réfute l'athéisme

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Un ami de Wilson a affirmé à LifeSiteNews que des centaines de jeunes ont assisté à la Messe latine traditionnelle et ont « pleuré comme une personne ».

LifeSiteNews a reçu des messages de nombreux amis et contacts de Wilson, soulignant sa courageuse impulsion directrice dans une multitude de domaines.

Un catholique pieux, engagé dans l’activisme pro-vie et pro-famille

D’après les nombreux récits que nous avons reçus des amis de Wilson, il est clair qu’ils le considéraient comme un jeune homme d’une foi profonde.

Wilson assistait régulièrement à la messe en latin à l’église Mary Immaculate. Ses amis proches le disent « pieux ». Il était bénévole auprès des Missionnaires de la Charité à Brisbane tous les samedis, nourrissant les sans-abri et assistant à la messe. Wilson avait une fois organisé une fête de Noël pour ses camarades universitaires avec les Missionnaires de la Charité ; et les sœurs ont assisté à la messe pour lui le lundi soir.

Un ami proche de Wilson a révélé à LifeSite que Wilson avait récemment passé du temps en Mongolie pour enseigner aux enfants mongols. Il « était l’une des personnes les plus compatissantes, généreuses et dotées de principes que l’on puisse rencontrer. Je n’ai jamais rencontré quelqu’un comme lui. »

LifeSiteNews s’est fait dire que Wilson est né dans une famille catholique, mais qu’il a commencé à assister à la messe quotidienne à l’école secondaire. Au moment de son décès, on a rapporté qu’il assistait à la messe plusieurs fois par semaine.

Wilson assistait régulièrement à des événements pro-vie et a également été président de Australian Catholic Students Association du Queensland en 2019, jusqu’à sa mort.

Un ami proche l’a décrit comme « champion des opprimés ». La raison pour laquelle Wilson a organisé la manifestation à la bibliothèque dimanche, qui a eu lieu moins de 24 heures avant sa mort mystérieuse, était qu’il « comprenait son devoir de protéger les plus jeunes enfants de Brisbane contre la sexualisation manifeste, dans leurs années les plus tendres et les plus impressionnables ».

On rapporte que Wilson lui-même avait une attirance pour les personnes de même sexe, mais qu’il était chaste, ce qui rendait sa position impopulaire contre le « mariage » homosexuel et le transgenrisme d’autant plus admirable en raison du contrecoup qu’il a subi.

LifeSite s’est fait dire que Wilson avait prévu de réserver des billets pour Melbourne cette semaine afin d’assister à une réunion pro-famille là-bas.

Selon un ami proche de Wilson, il était un amoureux des arts et des belles choses de la vie, en particulier l’opéra. Il avait organisé pour un groupe de son université une sortie à l’opéra de Brisbane. Un de ses amis a déclaré à LifeSite qu’il « avait beaucoup aimé cet opéra, bien qu’il ne fût pas satisfait de la mise en scène » !

Cet ami a déclaré à LifeSiteNews : « C’était un exploit impressionnant d’amener un groupe de jeunes hommes de l’Université à assister à l’opéra et à formuler des plans pour y retourner ».

Un autre ami proche de Wilson a confié à LifeSiteNews qu’il priait le chapelet tous les soirs et qu’il se portait régulièrement volontaire afin de l’offrir pour une cause ou un problème particulier auquel un ami était confronté.

Il y a deux ans, Wilson écrivit un article pour le magazine catholique américain Regina, intitulé « A millennial confronts death ». Âgé de 19 ans seulement, Wilson écrivit un texte poignant sur l’attitude de l’Église catholique face à la mort :

Même dans la Sainte Mère l’Église, nous pouvons voir que la peur culturelle de la mort a pris racine. Les quatre fins dernières sont oubliées. La partie du Credo où nous reconnaissons que le Christ viendra juger les vivants et les morts est passée sous silence. Certains pourraient dire que les obsèques, de plus en plus de mauvais goût, qui mettent l’accent sur la vie et la personnalité du défunt et sur la résurrection, sont des signes que nous ne craignons pas assez la mort. Je ne suis pas d’accord. C’est une forme de déni de la mort, et un mépris désinvolte de ses conséquences.

Ce déni représente une nette rupture avec les vues catholiques traditionnelles sur la mort. Nous sommes, sans aucun doute, l’une des religions les plus délicieusement morbides [j’utiliserais pour ma part un terme plus respectueux*] dans le monde. Notre liturgie nous rappelle chaque jour son approche ; on nous dit de toujours être en état de grâce, que nous ne savons jamais quand elle pourrait frapper. Nos autels sont construits sur les os des martyrs, nous embrassons et caressons les os des morts sanctifiés, et le symbole le plus omniprésent de notre Foi est un homme brutalement torturé et assassiné.

Défenseur du mariage

David Pellowe, un commentateur social, chrétien, conservateur et australien qui a parlé à Wilson par Messenger la veille de sa mort, avait passé une entrevue avec lui en 2017 dans le cadre de la campagne « Votez Non » (Vote No) qui a précédé le référendum australien sur la redéfinition du mariage. Dans un article en réponse à la mort de M. Wilson, M. Pellowe a décrit M. Wilson comme un « héros », mais a fait remarquer que même après sa mort, certaines personnes sur les médias sociaux ont continué à l’attaquer.

Je suis, étais, ami avec Wilson. Il n’a aucune raison de s’excuser et il est un héros dont nous devrions tous prendre exemple. Il ne détestait personne, et aimait beaucoup son Église catholique romaine, prenant sa religion très au sérieux. Il aimait la reine et notre Commonwealth, et défendait passionnément les principes conservateurs comme les meilleures idées pour ses compatriotes australiens. Comme l’étranger dans la parabole du Bon Samaritain, il pensait que son impératif chrétien était de se lancer de façon pratique dans des solutions pour le bien-être des autres, motivé uniquement par l’amour du prochain.

Pendant la campagne entre la défense la destruction du mariage en 2017, Wilson était l’un des trois jeunes homosexuels courageux qui se sont présentés comme conservateurs en votant « non » et qui avaient accepté de passer une entrevue avec moi. L’un changea d’avis la veille ; l’autre y participa à condition que son identité reste inconnue.

Ces jeunes hommes comprenaient le risque personnel et le coût potentiel encourus pour leur carrière et leur réputation s’ils osaient s’opposer au statu quo. Comme pour prouver les enjeux, nous avons réalisé cette entrevue la semaine qui a suivi la persécution, les menaces et l’intimidation brutales auxquelles trois dames, d’une première vidéo de la Coalition for Marriage, ont dû faire face, dont des pétitions visant à mettre fin à leur carrière parce qu’elles avaient voté non.

La joie et la chaleur du caractère de Wilson ont explosé en un sourire facile et un rire contagieux qui lui sont propres au travers de l’objectif et de l’écran jusqu’au spectateur. Il a décrit combien les droits légaux des homosexuels étaient fantaisistes en Australie.

Dans cette entrevue de 2017, Wilson a déclaré que les lobbyistes LGBT ne s’arrêteraient pas à changer la définition légale du mariage, mais que leur objectif était de « démolir la famille et toutes les institutions traditionnelles en Australie ».

Ils ne vont pas s’arrêter au mariage. Leur but est de démolir la famille et toutes les institutions traditionnelles en Australie. Ils détestent tout ce que j’aime — ils me détestent parce que je suis un conservateur. Et ils me détestent encore plus parce que je suis homosexuel, et je peux leur dire : « Je suis homosexuel. Je ne suis pas homophobe, j’aime [dans le sens catholique, je suppose*] les hommes homosexuels ! Vous ne pouvez pas me traiter d’homophobe juste parce que je m’oppose au mariage homosexuel, juste parce que je suis contre votre programme. Vous ne pouvez pas me crier dessus comme vous le faites avec la plupart des gens. Vous ne pouvez pas me crier dessus en disant que je suis un bigot et un homophobe. »

Eternity News a demandé à Pellowe comment on devrait se souvenir de Wilson. Il a répondu : « C’était un homme de conviction, et un homme de compassion. Cependant, ses détracteurs voudraient le recadrer. La vérité est que lui, motivé par l’amour du prochain, a ressenti le besoin d’intervenir dans l’injustice qu’il voyait promue. Et il l’a fait sans haïr personne individuellement. Nous détestons tous le mal et les mauvaises idées — et cela ne devrait pas s’étendre à la haine des gens qui ne sont pas d’accord avec nous ».

Un ami de Wilson a déclaré à LifeSiteNews qu’ils pensent qu’il est probable que l’ancien Premier ministre australien Tony Abbott ait implicitement fait référence à Wilson lorsqu’il a donné une conférence aux États-Unis — qui a ensuite été publiée dans The Australian — en disant que le débat sur le « mariage » homosexuel de 2017 avait créé une « nouvelle race d’activistes » en Australie.

M. Wilson avait certainement connu une opposition directe de la part des militants LGBT avant son décès, son opposition publique à la redéfinition du mariage dans la loi australienne ayant obtenu une couverture médiatique nationale et internationale.

Opposition à la Chine

En septembre dernier, l’hebdomadaire australien NewsWeekly avait publié un article dans lequel Wilson expliquait sa participation aux manifestations menées au Confucius Institute, de University of Queensland (UQ) où il étudiait. Les Instituts Confucius sont financés par le gouvernement chinois.

L’événement a également été rapporté par le journal britannique The Guardian.

Wilson avait déclaré au NewsWeekly :

Je suis un fervent partisan de l’indépendance académique, et savoir qu’une branche du ministère de la propagande du Parti communiste chinois avait un bureau dans mon université était un affront pour moi... J’ai senti qu’il était de mon devoir de me dresser contre l’Institut Confucius, en solidarité avec les peuples opprimés de Chine.

Nous abandonnons notre indépendance économique, nos libertés politiques et notre souveraineté nationale à la Chine, et je suis heureux d’être une petite partie d’un si grand mouvement mondial, engagé à faire tomber ce régime communiste malfaisant.

Comme l’a dit le cardinal Joseph Zen de Hong Kong : « Il est grand temps de montrer que nous voulons être libres et non esclaves, nous devons nous unir. »

L’Institut Confucius est présent dans presque tous les campus universitaires en Australie, ainsi que dans des centaines d’écoles. À l’Université du Queensland, ils ont un pouvoir discrétionnaire sur le financement, l’embauche et les programmes d’études. Ils tentent de surveiller les étudiants et les universitaires pour déceler toute dissidence contre la ligne du Parti communiste chinois sur des questions sensibles. Ils ont des liens étroits avec l’administration de l’université. Il est impératif que le gouvernement et les universités prennent une position ferme pour les combattre ».

Le Daily Mail Australia a rapporté que pendant la manifestation, Wilson « est apparemment monté sur le toit d’un bâtiment de l’université et a hissé le drapeau taïwanais — un signe controversé étant donné les tensions entre l’île et la Chine ».

Un ami proche, Drew Pavlou, a dit de l’acte de Wilson : « C’était fou, et c’était magnifique. »

Un monarchiste australien

Wilson était également une figure de proue de la Ligue des jeunes monarchistes du Queensland. Un ami a rapporté à LifeSiteNews qu’il avait organisé des événements comme un Royal Baby High Tea pour célébrer la naissance d’Archie Mounbatten-Windsor, ou le visionnement en direct du mariage du duc et de la duchesse du Sussex, des soirées avec boissons et dîners.

Wilson était également administrateur d’un groupe monarchiste « meme » sur Facebook qui compte plus de dix mille « likes ».

Cette amie de Wilson, Satyajeet Marar, une écrivaine australienne de Washington DC. a publié sur Facebook :

Wilson Gavin était un jeune homme intelligent, spirituel, articulé et franc, avec un bon cœur. Je suis extrêmement attristée d’apprendre son décès ce matin.

Je connaissais Wilson depuis quelques années — nous nous sommes rencontrés grâce à notre engagement dans la Ligue monarchiste australienne. Malgré des opinions que certains désapprouvent fortement, il les défendait avec conviction. Ce sont des traits de caractère courageux et admirables, tandis que la plupart d’entre nous, dans cette génération, passons des années à être obsédés par ce que les autres pensent de nous et à s’inquiéter de savoir si le fait d’exprimer nos opinions ne provoquera pas l’antipathie des gens à notre égard.

Même lorsque nous nous disputions tous deux, comme nous l’avons fait sur les nombreuses choses sur lesquelles nous étions en désaccord, il n’a jamais eu recours une seule fois à l’insulte personnelle ou au vitriol.

Et quand je me suis retrouvée bloquée à Brisbane en 2018 après l’annulation d’un vol, il a été heureux de me trouver un endroit où passer la nuit.

Cela m’attriste que nous n’ayons pas eu la chance d’avoir une véritable discussion au cours des derniers mois.

Je suis affligé de ce qu’au lieu de tendre la main comme j’aurais dû le faire, notre dernière interaction ait été une dispute en ligne stupide et dénuée de sens sur la politique.

Et cela m’attriste que cela soit arrivé à quelqu’un qui a autant de potentiel que toi.

Ce passage sur la sphère publique que nous avons partagé sur un panneau de nouvelles est la façon dont je me souviendrai de toi — comme d’un tison de feu qui menait ses propres batailles, mais qui a courageusement tenu le fort pour ce en quoi tu croyais. Et qui a refusé de sombrer dans les bas-fonds comme l’ont fait certains de ceux qui t’ont affronté.

Marar a inclus dans le post une entrevue de Wilson défendant la continuation de la monarchie en Australie sur Sky News Australia. Wilson dit dans l’entrevue : « Je suis un amoureux de toutes les choses traditionnelles, de toutes les belles choses, et il n’y a rien de plus traditionnel dans ce pays que la monarchie. C’est un atout énorme ».

LifeSite a reçu de nombreux messages d’amis qui pleurent la perte de Wilson et tentent de donner un sens aux événements qui ont conduit à son décès. De nombreuses questions concernant son décès restent sans réponse.

Pour l’instant, alors que des amis de toute l’Australie pleurent la perte de ce jeune homme, nous espérons que la réflexion suivante d’une personne qui a connu Wilson leur apportera une certaine consolation.

Wilson était un défenseur infatigable des valeurs traditionnelles et il a mené avec distinction une campagne nationale contre le mariage entre personnes de même sexe. Très intelligent et éloquent, militant courageux dans les guerres culturelles, possédant un grand sens de l’humour, qui était toujours la vie d’une fête. Toujours semblable à une ruche active, son esprit, son humour et son sens de la justice étaient bien au-delà de ses années. La nuit de sa mort, des centaines de jeunes ont assisté à une messe latine traditionnelle en son honneur et ont pleuré comme un seul homme. Il est important de noter que Wilson était un ami proche de beaucoup, un chef pour beaucoup, et qu’il a enduré des années d’attaques venant de la communauté LGBTI-haine. Wilson a dirigé, et a servi de mentor à d’autres... son héritage se composera d’une armée de jeunes qui se demanderont « que ferait Wilson ? » (what would Wilson do ?)

La réponse sera : ne jamais abandonner le combat de votre âge et que Dieu sauve la Reine !

Publicité



Laissez un commentaire