M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Marche pour la vie 2024

prière

$ 2,812 recueillis -- Objectif: 10 000 $. -- Il reste 5 jours -- Merci de votre générosité.

Georges BuscemiChers amis de la Vie,

Pour que la Marche de 2025 soit encore plus grande et belle : Merci de nous aider ! Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

DeSantis recule devant les idéologues LGBT au sujet de la loi sur les droits parentaux en éducation


Ron DeSantis.

Par Doug Mainwaring — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Gage Skidmore/Flickr/Wikimedia Commons

22 mars 2024 (LifeSiteNews) — L’administration DeSantis a inexplicablement déclaré victoire pour le maintien de sa loi surnommée « Ne dites pas Gay » après avoir signé un accord qui neutralise l’intention de la loi, permettant aux influenceurs LGBT dans les systèmes scolaires de Floride de continuer pratiquement sans entrave leurs efforts d’endoctrinement des enfants dans les écoles publiques.

La semaine dernière, l’État de Floride a conclu un accord avec le groupe pro -LGBT Equality Florida et d’autres plaignants dans une affaire contestant la loi sur les droits parentaux en éducation (Parental Rights in Education Act), promulguée en 2022 pour restreindre l’enseignement de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre dans les écoles publiques.

Le règlement, qui a été accepté par l’administration DeSantis, laisse la loi en place mais contient un langage très inquiétant que la Christian Family Coalition (CFC) de Floride pense que les enseignants et administrateurs activistes LGBT utiliseront pour violer l’intention et l’esprit originaux de la loi, qui a été créée en réponse à l’indignation croissante des parents face à l’endoctrinement LGBT omniprésent dans les salles de classe à travers la Floride.

L'article continue ci-dessous...

×

Campagne de financement -- Marche pour la vie 2024

$ 2,812 recueillis -- Objectif: 10 000 $. -- Il reste 5 jours -- Merci de votre générosité.

Donner à Campagne Québec-Vie

Le travestissement et les danses scolaires entre personnes du même sexe sont autorisés

Entre autres dispositions, le règlement autorise l’apposition d’autocollants « espace sûr LGBT » et la tenue de discussions sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre dans les salles de classe, à condition qu’elles ne fassent pas partie de l’enseignement formel.

Il autorise aussi explicitement le travestissement des élèves, les danses scolaires entre personnes du même sexe, les travaux de lecture et les pièces de théâtre scolaires sur des thèmes LGBT, l’enseignement de la « lutte contre les brimades » LGBT — que des groupes comme CFC interprètent comme un code pour l’endoctrinement LGBT — et les activités extrascolaires sur le campus telles que les Gay-Straight Alliances, qui sont bien connues pour endoctriner et sexualiser les écoliers.

L’accord « renverse l’objectif de la loi »

« L’accord établit une fausse équivalence entre les choix de vie destructeurs des LGBTQ et les relations et familles hétérosexuelles traditionnelles, et entre le transgenrisme et une compréhension du sexe basée sur la biologie », a déclaré le CFC dans un communiqué transmis à LifeSiteNews.

Sous couvert de « non-discrimination » et d’« application égale » de l’interdiction de l’enseignement relatif à l’orientation sexuelle et à l’identité de genre, le règlement interdit « l’enseignement relatif à la normalité de l’attirance pour le sexe opposé » et déclare « qu’il serait contraire à la loi d’enseigner aux élèves que l’hétérosexualité est supérieure ou que l’identité de genre est immuable sur la base de traits biologiques », ce qui inverse complètement l’objectif de la loi.

Le règlement a été annoncé trois jours seulement après la fin de la session législative de 60 jours en Floride, ce qui entrave les efforts des groupes de défense des droits des parents à l’échelle de l’État.

« Nous sommes déçus que CFC Florida et d’autres organisations pro-famille qui ont travaillé si dur pour faire adopter la loi sur les droits parentaux dans l’éducation n’aient pas été consultées avant la conclusion de cet accord », a déclaré le fondateur et directeur général de CFC Florida, Anthony Verdugo.

« Nous travaillons sur un paquet législatif pour la prochaine session législative afin de combler toutes les lacunes que nous pensons que cet accord a ouvertes, et nous nous attendons à ce que les enseignants et les administrateurs activistes LGBT s’efforcent d’exploiter ces lacunes. Mais nous savons que nous ne pouvons pas attendre la prochaine session pour agir », a ajouté M. Verdugo. « C’est pourquoi nous avons déjà commencé à mobiliser les défenseurs des droits des parents dans les comtés de tout l’État pour qu’ils fassent pression sur leurs conseils scolaires afin de combler ces lacunes au niveau des districts scolaires pour protéger nos enfants de l’endoctrinement LGBTQ. »

Le bureau du gouverneur de Floride, Ron DeSantis, a qualifié l’accord de « victoire majeure », après avoir signé l’accord vidant la loi de sa substance.

« Nous nous sommes battus avec acharnement pour que cette loi ne soit pas dénigrée devant les tribunaux, comme elle l’a été dans l’arène publique par les médias et les grandes entreprises », a déclaré Ryan Newman, avocat de l’État de Floride. « Nous sommes victorieux et les salles de classe de Floride resteront un lieu sûr en vertu de la loi sur les droits parentaux en éducation ».

Les associations LGBT se sont montrées plus convaincantes en déclarant que l’accord était une « victoire historique ».

« L’accord conclu aujourd’hui réaffirme le droit des élèves et des enseignants de Floride de discuter ouvertement des personnes LGBTQ+ et d’en apprendre davantage à leur sujet. Il s’agit d’une victoire pour la liberté d’expression et l’intégration des élèves, des familles et des enseignants LGBTQ+ », a déclaré Shannon Minter, directrice juridique du National Center for Lesbian Rights (NCLR), dans un communiqué de presse.

Le NCLR continue d’affirmer que l’adoption de la loi sur les droits parentaux en matière d’éducation est motivée par l’hostilité à l’égard des personnes s’identifiant comme LGBT.

Implications nationales

Après la Floride en 2022, des lois similaires ont été adoptées en Alabama, Arkansas, Indiana, Kentucky et Caroline du Nord.

« Cela a des implications nationales, car la Floride était considérée comme pionnière dans le domaine des droits parentaux lorsque cette loi a été adoptée en 2022 », a déclaré John Labriola, représentant de CFC, à LifeSiteNews.

« Les militants LGBT de tout le pays pourraient considérer ce règlement comme un modèle pour saper des lois similaires dans d’autres États si nous ne tirons pas la sonnette d’alarme », a-t-il averti.

Campagne de financement - Marche pour la vie 2024

Merci de votre générosité. L'objectif est de 10 000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire