M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Des milliers de décès liés aux drogues utilisées comme bloqueurs de puberté chez les enfants

Par Martin M. Barillas ― traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : freepik

Washington, D.C., 24 septembre 2019 (LifeSiteNews) ― Le National Health Service (NHS) du Royaume-Uni enquête sur les produits, utilisés pour bloquer le développement sexuel normal chez les enfants et les adolescents afin de « faire la transition » vers le sexe opposé, produits qui, utilisés dans d'autres applications, sont associés à 6 000 décès.

Les produits en question sont utilisés pour abaisser les niveaux de testostérone et d'œstrogène, qui sont les éléments constitutifs du développement sexuel et de la fonction sexuelle.

L'utilisation de ces produits dans d'autres domaines de la médecine, pour combattre [certains] cancers […] par exemple, a été associée à de graves problèmes médicaux, y compris des cas de troubles du système nerveux et psychiatriques, d'insuffisance cardiaque, de convulsions, de douleurs articulaires, de détérioration osseuse et de dizaines d'autres effets indésirables.

La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a dressé la liste de plus de 41 000 effets indésirables entre 2004 et 2019 associés au leuprolide, qui comprend le Lupron et des produits similaires utilisés par les cliniques de genres. Près de 26 000 d'entre eux ont été classés parmi les « cas graves », dont plus de 6 000 décès.

La FDA a indiqué que parmi les jeunes de 3 à 17 ans qui avaient pris du Leuprolide pour diverses affections médicales, près de 1 500 effets indésirables ont été signalés, dont plus de 700 étaient « graves », et parmi ceux-ci, 11 ont entraîné la mort. Parmi les cas ayant entraîné des décès, le médicament était utilisé pour retarder la puberté, traiter les troubles de croissance, comme traitement médicamenteux et comme traitement antihormonal, entre autres choses.

Au Royaume-Uni, près de 1 200 enfants de moins de 15 ans ont été orientés vers le Gender Identity Development Service (GIDS, service de développement de l'identité de genre) en 2018. De ce nombre, 63 ont pris des médicaments puissants destinés à bloquer ou à interrompre leur développement sexuel normal.

L'article continue après cette publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

En août, Jackie Doyle-Price, ministre de la Santé mentale, a déclaré au Parlement que l'éthique du service sera examinée parce que les effets du traitement pourraient être « irréversibles ». Selon le Daily Mail, M. Doyle-Price a déclaré : « Il est important de noter que cet aspect du service s'est rapidement développé, et que cela a été fait en l'absence d'un examen public ».

En 2018, le Ministre des Femmes et des Égalités, Penny Mordaunt, a demandé qu'une enquête soit menée sur les raisons de l'augmentation de 4 400 % du nombre de filles orientées vers un traitement transitoire au cours des 10 dernières années. Les médias sociaux et les programmes scolaires ont été cités comme sources possibles de cette augmentation. Le public, ainsi que certains députés, s'était dit préoccupé par les raisons pour lesquelles on prescrivait aux enfants, dont certains n'avaient que 10 ans, des médicaments puissants et des interventions chirurgicales irréversibles conçus pour leur donner l'impression d'être d’un sexe autre que le leur naturel. [Il est évidemment absolument absurde et immoral d’altérer ou de mutiler une fonction physique saine. ― A. H.]

Il y a tellement de demandes au Royaume-Uni de la part de mineurs à la recherche d'un changement de sexe que les médecins envisagent de faire des consultations via Skype. Les experts affirment que les enfants qui prennent des bloqueurs de puberté, puis des hormones du sexe opposé dans le cadre de la transition souhaitée, peuvent subir de graves dommages, y compris la stérilité et d'autres problèmes de santé.

Dans une allocution prononcée devant le Parlement, M. Doyle-Price a déclaré : « Toutefois, lorsqu'il s'agit d'enfants qui n'ont pas atteint l'âge de la majorité et que certains des traitements qu'ils peuvent subir sont peut-être irréversibles, toute la question du consentement est manifestement importante. »

Au cours des dernières années, cinq cliniciens ont démissionné du GIDS du Royaume-Uni, invoquant des pressions pour référer des mineurs afin qu’ils obtiennent des médicaments bloquant la puberté, sans évaluation clinique suffisante. Selon le Daily Mail, Marcus Evans a démissionné du Tavistock and Portman NHS Trust, qui opérait dans le GIDS, parce qu'il croyait que les enfants n'étaient pas suffisamment informés des effets des bloqueurs de puberté.

Un ancien dirigeant de Tavistock, Evans, a déclaré : « C'est le bon moment pour NHS England de passer en revue le GIDS, car nous avons besoin de personnes étrangères à la fondation pour examiner la recherche sur laquelle s’appuient [les usages de] ces médicaments et leurs impacts ». Se joignant à d'autres critiques, il a déclaré que le processus de changement de sexe devrait être ralenti afin que les « problèmes complexes » auxquels sont confrontés les enfants et leurs « sentiments sur le genre » puissent être traités.

« Lorsque les gens sont sous pression, ils ont tendance à isoler une solution, qui consiste à prendre des médicaments qui bloquent les hormones », ajoute Evans. « Il faut réfléchir avant de fournir des produits puissants qui changent le corps et peuvent avoir des effets psychologiques profonds. »

Selon le rapport annuel d'AbbVie, la société qui produit le Lupron, les ventes aux États-Unis de ce produit ont récolté 669 millions de dollars en 2017.

Publicité



Laissez un commentaire