M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un médecin doit payer une pension pendant 25 ans pour avoir raté son avortement!

Sur le site du Figaro du 25 mai 2012, cette nouvelle qui laisse pantois devant l'inconséquence de ce juge espagnol:

 

 

 Il n'est pas le père de l'enfant mais il devra débourser 978 euros par mois pendant 25 ans pour son entretien. Un médecin espagnol a en effet été condamné jeudi pour avoir «raté» l'avortement de Tamara, l'une de ses patientes. Une erreur qui a conduit à la naissance, en octobre 2010, d'un enfant non désiré.

Six mois avant, la jeune femme, enceinte de sept semaines, s'était présentée pour une IVG à la clinique de Palma de Majorque. L'opération chirurgicale, réalisée par aspiration du foetus, se passe apparemment bien. Deux semaines plus tard, elle effectue une échographie et le médecin lui confirme qu'elle n'est plus enceinte. «Le scan a duré trois minutes», a raconté jeudi la jeune mère aux journalistes.

Trois mois plus tard, Tamara croit être de nouveau enceinte. Lorsqu'elle refait une échographie, elle découvre qu'il s'agit de la même grossesse, et qu'elle est dans son cinquième mois.

Confuse, la clinique lui rembourse les 400 euros de l'IVG, lui fait signer un document exemptant la clinique de toute responsabilité, et lui propose de lui payer une seconde IVG dans un centre à Barcelone. Ce alors qu'elle est au-delà de la limite légale de 22 semaines pour recourir à une IVG. Elle choisit de garder l'enfant, qui est né quatre mois plus tard, en bonne santé.

Tamara décide néanmoins de faire un procès au médecin: non seulement son erreur a «altéré irréversiblement sa vie» selon son avocat, mais elle a passé ses derniers mois de grossesse rongée d'angoisse à l'idée que l'opération ait pu causer des dommages à son enfant.

150.000 euros au titre du préjudice moral

Le juge lui a donné raison jeudi et a condamné le médecin à lui payer 150 000 euros au titre du préjudice moral subi en plus des près de 1000 euros par mois pour l'entretien du garçon. Il a estimé que le médecin était responsable d'avoir mal analysé l'échographie et qu'en plus, il aurait dû savoir qu'il était, lors de la première visite de Tamara, encore temps de faire un IVG médicamenteuse, plus fiable que l'IVG chirurgicale.

«Je vais bien aujourd'hui, parce que j'ai dû accepter toute cette histoire. Il n'y avait pas d'autre possibilité», a confié Tamara, 24 ans, après l'annonce de la condamnation du médecin. «Je suis heureuse avec mon fils. Quand je devrai tout lui expliquer, j'essaierai de lui faire comprendre que s'il n'était pas désiré à sa naissance, il l'est aujourd'hui».

L'avocat de la défense va faire appel, soulignant que la patiente a refusé d'avorter une seconde fois lorsqu'on lui a proposé.

"j'essaierai de lui faire comprendre que s'il n'était pas désiré à sa naissance, il l'est aujourd'hui", d'autant plus que tu me rapportes 978 euros par mois pour punir le médecin de ne pas t'avoir avorté, pourrait-elle ajouter... Espérons qu'il ne comprendra pas...

Laissez un commentaire

Un film confondant l'amour et l'euthanasie raffle la palme d'or à Cannes!

C'est Xavier Dolan qui doit être en rogne. Lui qui avait produit un film à scandale sur un transgenre, il s'est fait doublé par une production sur l'euthanasie, thème très actuel en France alors que le président socialiste prévoit légaliser la mise à mort des personnes en fin de vie le réclamant. Il devra aussi apprendre d'Aldomovar à sentir le bon scandale qui arrivera à point nommé. C'est tellement dommage qu'on s'occupe si peu de cinéma au festival de Cannes! Voici la nouvelle parue sur le blog de Jeanne Smits du 28 mai 2012:

Amour, le film de Michael Haneke, a décroché la Palme d'Or hier soir au Festival de Cannes. Amour, c'est la mise en scène à la fois délicate et voyeuriste des derniers mois et jours d'une vieille femme (Emmanuelle Riva) qui va sombrer dans la démence et dans la souffrance, toujours soutenue et soignée amoureusement par son vieux mari (Jean-Louis Trintingnant). Et c'est par Amour que ce dernier finira par la délivrer, en lui donnant la mort : il l'étouffe avec un coussin.

Amour = euthanasie.

« Ce film est une illustration de la promesse que nous nous sommes donnée, mon épouse et moi-même… », a déclaré le réalisateur. Emotion, applaudissements…

La critique salue un film « romantique ».

L'Autrichien Haneke obtient là sa deuxième Palme, lui qui en 2009 l'avait déjà reçue pour Ruban blanc.

On se demandait si le jury allait avoir de nouveau l'audace d'offrir une deuxième Palme à un réalisateur : elle ne l'avait fait, jusqu'ici, que cinq fois.

Je vous l'avais pourtant bien dit ! J'écrivais ici, vendredi soir, que c'était bien parti pour lui, vu le sujet de son film.
 

Laissez un commentaire

Le premier ministre turc reconnaît que l'avortement est un meurtre

Sur le site du journal La Presse du 25 mai 2012, cette autre prise de parole d'un parlementaire qui, tout comme la présidente du Costa Rica, s'implique pour défendre les droits de l'enfant à naître:

 

(Le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan)

 

«Je suis un premier ministre qui considère l'avortement comme un meurtre», a déclaré Erdogan, cité par l'agence de presse Anatolie.

«Personne ne devrait avoir le droit de l'autoriser. Que vous tuiez le bébé dans le ventre de sa mère ou que vous le tuiez après sa naissance, il n'y a aucune différence», a-t-il affirmé.

Laissez un commentaire

2000 personnes marchent pour la vie à Czestochowa!

L'agence de presse Zenit.org du 29 mai 2012 nous apporte cette nouvelle:

 

(variante sur le drapeau polonais!)

 

ROME, mardi 29 mai 2012 (ZENIT.org) – Près de 2.000 habitants de la ville de Czestochowa ont participé dimanche dernier, 27 mai, à la "Marche pour la vie et la famille" qui était organisée au centre-ville, à la lumière de la prochaine Rencontre des familles de Milan.

Cette marche était une initiative du Bureau pastoral pour les familles de l’archidiocèse de Czestochowa, du Conseil des mouvements et associations catholiques de l’archidiocèse et de la Fondation Jean-Paul II pour la vie et la famille, sous le patronage de l’archevêque métropolitain de la ville, Mgr Wacław Depo, qui a célébré une messe en la basilique cathédrale de la Sainte-Famille. (...)

Mgr Depo a appelé les catholiques à « prier pour les parlementaires polonais, pour les journalistes et pour tous ceux qui ont une influence sur l’opinon publique », afin qu’ils confirment la vérité que « l’enfant est un être humain dès sa conception ». (...)

Un appel en faveur de la vie humaine, adressé aux autorités de la ville, a été lu sur le chemin conduisant au sanctuaire national de Jasna Gora.

« La marche pour la vie et la famille est l’expression de notre soutien à la vie et à la dignité humaine depuis sa conception jusqu’a sa mort naturelle ; un vrai geste de solidarité envers chaque enfant et chaque famille », a déclaré à Zenit, Grzegorz Nienartowicz, le président du Conseil des mouvements et associations catholiques de l’archidiocèse de Czestochowa.

« Par cette marche, a-t-il confié, nous avons voulu promouvoir la Rencontre mondiale des familles avec Benoît XVI à Milan, mais aussi montrer à l’opinion publique combien il est important de promouvoir la vie et la beauté de la famille polonaise ».

Laissez un commentaire

La présidente du Costa Rica veut défendre "la dignité fondamentale de l'être humain dès la conception"

Sur le site de l'agence de presse Zenit.org du 29 mai 2012, on retrouve cette nouvelle:

 

(La présidente du Costa Rica, Mme Laura Chinchilla Miranda)

 

ROME, mardi 29 mai 2012 (ZENIT.org) – La République du Costa Rica et le Saint-Siège se positionnent ensemble pour la défense de « la dignité fondamentale de l’être humain, dès sa conception ».

La présidente de la République du Costa Rica, Mme Laura Chinchilla Miranda, a été reçue par Benoît XVI, hier matin, lundi 28 mai 2012.

Au cours de leur conversation, rapporte un communiqué du Saint-Siège, le pape et la présidente ont mis l’accent sur « l’importance de défendre la dignité fondamentale de l’être humain dès la conception ».

Laissez un commentaire

L'Organisme Catholique pour la Vie et la Famille appelle à soutenir Stephen Woodworth!

L'Organisme Catholique pour la Vie et la Famille, représentant des évêques du Canada pour les questions touchant à la famille et à la culture de la vie, lance un appel à tous pour que chacun s'implique auprès de son député:

(Michèle Boulva, directrice de l'OCVF)

 

Chers amis de la vie et la famille,

 

Dear friends of life and family,

Un très courageux membre du Parlement, l'Honorable Stephen Woodworth, a déposé la Motion 312
au mois de février, demandant qu'un Comité parlementaire soit créé pour étudier la définition de l'être humain - vieille de 400 ans - inscrite dans le Code criminel canadien. La sous-section 223(1) du Code affirme qu'un enfant ne devient humain que lorsqu'il est entièrement sorti du corps de sa mère. Le Député Woodworth demande au Parlement d'examiner cette loi à la lumière des avancées de la science médicale moderne puisque, dit-il, "nous ne devrions jamais accepter de loi qui affirme que certains êtres humains ne sont pas humains".

 

A very courageous Member of Parliament, the Honourable Stephen Woodworth, tabled Motion 312 in February, asking that a Parliamentary Committee be established to study Canada 's 400 year old definition of the human being. Canada 's Criminal Code (Subsection 223-1) states that a child becomes a human being only at the moment of complete birth. MP Woodworth is asking Parliament to closely examine this law based on modern medical science because, he says, "we should never accept any law that says that some human beings are not human".

 

L'initiative de M. Woodworth a provoqué une levée de boucliers parmi les défenseurs du soi-disant "droit" à l'avortement qui craignent la réouverture du débat sur l'avortement et la recriminalisation éventuelle de l'avortement.

 

Mr. Woodworth’s initiative has caused an outcry among advocates of the so-called “right” to abortion who fear the reopening of the abortion debate and the possible re-criminalization of abortion.

 

L'Organisme catholique pour la vie et la famille (OCVF) encourage toutes les personnes respectueuses de la vie et de la dignité humaine à contacter leurs députés fédéraux pour leur demander de voter en faveur de la Motion 312. Le vote aura lieu d'ici la fin de juin ou au mois de septembre. Il est également important qu'en tant que citoyens nous prenions la parole dans les médias.

Michèle Boulva
Directrice, Organisme catholique pour la vie et la famille
Director, Catholic Organization for Life and Family
2500 promenade Don Reid Drive
Ottawa , ON , K1H 2J2
Tél./Tel.: (613) 241-9461 begin_of_the_skype_highlighting (613) 241-9461 end_of_the_skype_highlighting, poste/ext. 161
Fax: (613) 241-9048
www.colf.ca / www.ocvf.ca

The Catholic Organization for Life and Family encourages all people respectful of life and human dignity to contact their MPs to ask them to vote in favour of Motion 312. The vote will take place either before the end of June or in September. It is also important that, as citizens, we use our voices in the media.

Laissez un commentaire

Le Québec vieillit plus vite que le reste du Canada

Le journal La Presse et le journal Le Devoir du 30 mai 2012 traite de la question du vieillissement de la population au Québec et au Canada que notre journaliste Agnès Colantuoni commentait sur ce blog. Voici un large extrait de l'article de La Presse:

 

 

Alors que le Canada compte désormais un nombre record de personnes de plus de 65 ans, les têtes grises sont encore plus visibles au Québec, où la population vieillit plus rapidement que dans la plupart des autres provinces.

> Les points saillants du recensement 2011 

Le défi est double pour le Québec qui a aussi perdu plus de ses travailleurs qu'ailleurs au pays, alors qu'ils s'envolent vers la retraite.

Sans compter ceux qui migrent vers l'Ouest, à la recherche de l'or noir, ou du moins d'emplois bien rémunérés.

La situation vécue au Québec est aussi le lot des provinces de l'Atlantique. En gros, l'Est du pays vieillit pendant que l'Ouest rajeunit, à l'exception de la Colombie-Britannique.

Ces chiffres frais sur le vieillissement de la population sont lourds de conséquences. La pression sera énorme sur le système de santé, et sur les moyens de financement des gouvernements, sans oublier sur les familles qui auront de plus en plus à s'occuper de leurs aînés.

Car la proportion de personnes âgées de 65 ans et plus a atteint un sommet historique en 2011, soit 14,8 % de la population canadienne, selon les chiffres dévoilés mardi par Statistique Canada, découlant du dernier recensement.

Une zone dangereuse vient d'être atteinte car le taux de croissance des 65 ans et plus est plus élevé que celui des enfants et des travailleurs.

Tout compte fait, il y a désormais près de cinq millions de personnes de plus de 65 ans.

Et l'on s'attend à ce que le vieillissement de la population s'accélère encore plus, alors que les baby boomers s'apprêtent à prendre leur retraite.

Statistique Canada prévoit d'ailleurs que les 65 ans et plus composeront 22,8 % de la population dans 20 ans et le quart des Canadiens en 2061.

Ce groupe d'âge ne formait que 13,7 % de la population en 2006, lors du recensement précédent.

C'est dans les provinces de l'Atlantique (plus de 16 %) et au Québec (15,9 %) que la proportion de personnes âgées était la plus élevée en 2011.

L'Alberta compte le moins de personnes de plus de 65 ans, notamment en raison du grand nombre de travailleurs qui y déménagent.

Ces différences entre les provinces sont attribuables en partie à la migration interne.

«Vous avez des personnes qui vont quitter le Québec ou les provinces de l'Atlantique vers des provinces comme l'Alberta où la situation économique attire les travailleurs», a expliqué la directrice de la division de la démographie chez Statistique Canada, Johanne Denis.

La palme de la ville québécoise la plus âgée revient à Côte-St-Luc sur l'Île de Montréal, suivie de la municipalité de St-Sauveur dans les Laurentides.

Dans la grande région de recensement de Trois-Rivières, une personne sur cinq est âgée de plus de 65 ans.

Cette proportion de personnes âgées est toutefois en progression constante depuis les années 1960.

«C'est dû à une fécondité qui est sous le seuil de remplacement des générations et à une espérance de vie qui augmente», a expliqué Johanne Denis.

Et dans à peine quatre ans, il y aura plus d'aînés au Canada que d'enfants.

Les données dévoilées mardi par Statistique Canada n'ont pas causé de surprise. Le recensement effectué en 2011 a toutefois permis de mesurer l'ampleur du phénomène.

Aux deux extrêmes, le nombre d'enfants de moins de quatre ans a augmenté pour la première fois en 50 ans et le pays compte 25 % de plus de centenaires en 2011 qu'en 2006.

Les plus de 100 ans sont désormais près de 6000 au pays.

La population du Canada demeure toutefois l'une des plus jeunes du G8 et peut se vanter d'être le deuxième pays du groupe qui a proportionnellement plus de personnes en âge de travailler.

Cela aussi va changer.

«On va les rattraper assez vite», a commenté Laurent Martel, un expert en démographie chez Statistique Canada. «Jusqu'à maintenant les baby boomers ont ralenti le processus de vieillissement de la population, mais ils s'apprêtent à l'accélérer au cours des 20 prochaines années».

Population active

En 2011, pour la première fois dans l'histoire du pays, il y avait plus de personnes près de la retraite (55 à 64 ans) que de jeunes (15 à 24 ans) prêts à entrer sur le marché du travail.

Une statistique qui pourra donner des munitions au gouvernement conservateur qui veut augmenter - suscitant un tollé - de deux ans l'âge pour toucher les prestations de la sécurité de la vieillesse et aussi pour serrer la vis aux chômeurs en faisant valoir une pénurie de travailleurs.

Le recensement a démontré que près de 4 390 000 personnes lorgnent de près la retraite, alors qu'il y avait 4 365 000 jeunes de 15 à 24 ans.

Mais pour le moment il n'y a jamais eu autant de Canadiens en âge de travailler, soit 68,5 % de la population. Un chiffre gonflé par le fait que les baby boomers sont encore actifs sur le marché du travail.

Un état de fait qui va changer bientôt, même dès cette année, puisque les premiers baby boomers ont célébré leur 65e anniversaire en 2011.

Laissez un commentaire

J'ai sept semaines ...

J’ai 7 semaines: Mon cœur bat à 170 fois la minute, j’ai mon propre système sanguin, distinct de celui de ma mère, 99% de mes muscles son présents (bien que sous-développés bien sûr!) et dans les prochaines 4 semaines je commencerai à hoqueter, à bouger spontanément, à m’étirer, à bailler et à sucer !

Bref, dès les débuts je suis un enfant aimable ; merci de me protéger et de me respecter !

Laissez un commentaire

De sales biphobes: les personnes hétérosexuelles, homosexuelles, lesbiennes et transgenres

Une nouvelle "discrimination" à laquelle nous n'avions pas penser et que certains avaient prédit lors de l'octroi de l'institution du mariage au personnes de même sexe. Une lettre d'un enseignant, parue dans la section "Idées" du journal Le Monde du 18 mai 2012:

Avec l'élection de François Hollande, l'ouverture du mariage aux personnes de même sexe semble imminente. Je propose, au lieu d'ouvrir le mariage, de le supprimer, ou plutôt de le confondre avec le pacs en un contrat universel ouvert à davantage de possibilités, mais qui ne transforme pas les célibataires en pigeons de la farce.
 
Contrairement à ce qu'avancent les partisans du "mariage gay", le pacs n'est pas un "sous-mariage", mais plutôt un "surmariage", c'est pourquoi mieux vaudrait aligner le mariage sur le pacs que le contraire, tout en conservant ses avantages, bien sûr. La preuve ? Son incroyable succès chez les hétérosexuels, au point que le pacs devrait bientôt dépasser le nombre de mariages. Et encore, si, à défaut de ce contrat universel, l'on obtenait deux réformes minimes, cela accélérerait le processus. La première de ces réformes serait le droit d'assortir le pacs d'un mariage religieux ; la seconde serait de ne pas obliger les couples binationaux à se marier pour espérer la naturalisation.
 
Mariage ou pacs, le total des couples constitués est en augmentation. Les ennemis que furent naguère les prêtres de toutes religions et les militants homosexuels s'accordent dans l'apologie de la fidélité, assortie d'une prophylaxie maximale en matière sexuelle, VIH oblige. Dans le même ordre d'idée, le maintien des prostitué(e)s dans la précarité s'accommode bien de la promotion du "mariage gay". De plus en plus marginalisés, les célibataires, hétéros ou homos, sont d'autant plus matraqués par le fisc, qu'il faut compenser les droits coûteux octroyés à de plus en plus de couples.
 
Souvenez-vous : avant 1981, l'homosexualité était impensable. Puis François Mitterrand vint, et l'homosexuel cessa d'être un paria. L'intelligentsia se choisit alors un autre impensable : le "polygame". Ce n'est pourtant pas la polygamie que permettrait ce contrat universel, mais le "polyamour", qu'il soit sexuel ou non.
 
Mais n'y a-t-il pas un abîme entre condamner la polygamie sexiste et cantonner au nombre de deux les unions légales ? Un contrat universel rendrait possible des unions dans lesquelles chacun des contractants serait à égalité avec chacun des autres. Le "trouple" ou "ménage à trois" serait l'une des possibilités ; un tel contrat serait une alternative au divorce et une solution à de nombreux drames. Les militants homosexuels, qui se prétendent "LGBT" (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres), réclament au nom de l'égalité une institution matrimoniale excluant de fait les bisexuels, ou du moins les obligeant à renoncer, pour un contrat censé être "pour la vie", à l'une des deux inclinations de leur sexualité, donc à cesser d'être bi pour devenir soit homo, soit hétéro, à moins d'être infidèle, mais alors pourquoi se marier ?
 
Le mariage monogame est donc "biphobe", et ceux qui le réclament, et ne réclament que cela, le sont aussi, en dépit de leurs tours de passe-passe rhétoriques. Un contrat universel à trois ou quatre constituerait un cadre idéal pour ce qu'on appelle l'"homoparentalité".
 
Créer une union pérenne
 
Combien de combinaisons de gays et de lesbiennes rendues possibles par la poésie des petites annonces se heurtent au bout de quelques années à la prose des contingences, et aboutissent à l'aliénation soit du père biologique réduit à l'état de donneur de sperme, soit de la maman, prêteuse de ventre ? Enfin, la crise aidant, nous serons sans doute contraints de partager des logements à plusieurs, inconnus, amis, famille ou amants.
 
Grâce au contrat universel, des mini-communautés, des familles élargies, des cohabitations d'immigrés tentant d'échapper à la rapacité de marchands de sommeil pourraient acquérir ensemble un lieu de vie et créer une union pérenne. Il me semble inéquitable que des paires de personnes bénéficient de déductions d'impôt et d'avantages divers sous le seul prétexte qu'elles sont soit mariées, soit pacsées, au détriment des célibataires. Ne serait-il pas temps de clarifier les choix divers de vie commune par un contrat universel, qui mette tout à plat et n'accorde des avantages aux uns - au détriment des autres - que pour des raisons incontestables ?
 
Accueillir les enfants, ou avoir une "personne à charge" me semble une raison légitime de bénéficier de droits, plutôt que simplement vivre en couple, ce qui constitue déjà un avantage en soi par rapport aux célibataires, qui ne peuvent mutualiser aucune dépense quotidienne. Au lieu de s'enferrer dans la voie sans issue du mariage, je propose de prendre le temps de réfléchir à un contrat universel qui nous entraîne vers une société plus libre, plus égalitaire, plus fraternelle.
 
Lionel Labosse, enseignant et écrivain

Dans un prochain article, nous vous expliquerons en quoi les personnes hétérosexuelles, homosexuelles, lesbiennes, transgenres et bisexuelles sont de sales "zoophobes"...

Laissez un commentaire

Le député conservateur Maurice Vellacott veut empêcher la violence contre les enfants à naître

Sur le site du journal La Presse du 17 mai 2012:

 

(Le député Maurice Vellacott)

Le député conservateur Maurice Vellacott considère que les initiatives contre l'intimidation et la violence chez les jeunes qui surgissent un peu partout au pays devraient s'appliquer aussi aux foetus.

Selon le député fédéral de la Saskatchewan, la pire des violences est celle de l'avortement, qui conduit à la mort d'enfants à naître.

Maurice Vellacott a affirmé que selon une recherche, les nouveau-nés ressentaient eux aussi la douleur. Selon lui, une loi devrait les protéger contre ce qu'il considère de l'intimidation violente («bullying»).

M. Vellacott croit que les avortements sont des crimes pires que la violence que l'on retrouve dans les cours d'école ou dans le quartier.

Le député est bien connu pour son opposition farouche à l'avortement.

De son côté, le premier ministre Stephen Harper a rappelé encore récemment qu'il ne comptait pas rouvrir le débat sur l'avortement. Il a d'ailleurs voté contre une motion d'un autre député conservateur, qui voulait qu'un comité parlementaire étudie le moment où le foetus devient un être humain.

Laissez un commentaire