M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

L’U.S. Navy retire son interdiction de participation aux services religieux

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Le corps de marine américain, l’U.S. Navy avait récemment interdit aux militaires en service, sous prétexte de coronavirus, de se rendre à des services religieux, ordre qui a été retiré face aux nombreuses protestations qu’il avait soulevées, selon LifeSiteNews :

L’U.S. Navy a révisé sa politique interdisant à ses membres en service d’assister en personne à des services religieux. Ceux qui désobéissaient et assistaient aux services religieux risquaient la cour martiale.

[...]

Ce changement vient quelques jours seulement après que le First Liberty Institute eût envoyé une lettre au nom de l’officier Daniel Schultz et de plusieurs autres militaires concernés par l’ordonnance, demandant à l’U.S. Navy de leur accorder un accommodement afin qu’ils pussent assister à des services religieux intérieurs.

Ce recul survient également après la pétition lancée par LifeSiteNews le 30 juin dernier, recueillant rapidement plus de 18 000 signatures demandant au président Donald Trump, qui avait précédemment déclaré que les services religieux étaient essentiels, d’intervenir.

L’archevêque Timothy Broglio, archevêque des forces armées des États-Unis, a publié le 5 juillet une déclaration dans laquelle il qualifie l’interdiction d’« odieuse pour les catholiques ».

Le 24 juin, la marine avait émis un ordre interdisant aux troupes d’assister à des services religieux intérieurs, bien que d’autres actes tels que l’emploi des transports en commun, l’organisation de rassemblements sociaux de toute taille et la participation à des manifestations fussent autorisés.

L’ordre stipule spécifiquement qu’« il est interdit aux membres du service de visiter, de fréquenter ou de participer à des services religieux intérieurs ».

La marine militaire a maintenant annulé l’ordonnance, qui, selon les défenseurs de la liberté religieuse, constituait un abus flagrant de la liberté de culte des militaires.

Un mémorandum du sous-secrétaire d’État à la Marine Gregory Slavonic envoyé au commandant du corps des Marines et au chef des opérations navales a donné de nouvelles indications concernant l’ordre, déclarant que rien de ce qui figurait dans les instructions précédentes « ne doit être interprété comme limitant la fréquentation des lieux de culte où les participants peuvent appliquer de manière appropriée les mesures de réduction de la transmission COVID-19, en particulier la distanciation sociale et l’utilisation du couvre-visage ».

Les marins peuvent à nouveau aller à la messe, mais je crains pour eux qu’il ne leur faille supporter encore les simagrées covidiennes…

Laissez un commentaire

Vietnam : un bébé naît avec le dispositif contraceptif de sa mère à la main !


Bébé né avec le dispositif intra-utérin de sa mère dans la main, 30 juin 2020.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo (côté flous rajoutés) : Hai Phong International Hospital

Un bébé est né, pognant au passage le dispositif intra-utérin (DIU) qui sortait avec lui durant l’accouchement, à l’Hôpital international de Haiphong au Vietnam, serrant dans la main gauche le trophée, pour ainsi dire, de sa victoire sur ce contraceptif, qui est aussi un abortif précoce. Selon VnExpress :

Lorsque le garçon naquit, le dispositif sortait avec lui et il l’attrapa, déclare Tran Viet Phuong, chef du deuxième service d’obstétrique de l’hôpital.

[...]

Les médecins affirment que sa mère de 34 ans avait donné naissance à deux fois auparavant. Deux ans avant ce jour, elle s’était fait insérer le dispositif intra-utérin dans son utérus à un hôpital local. Elle découvrit plus tard qu’un fœtus de cinq semaines s’était formé dans ventre, à l’endroit où se trouvait le dispositif.

Elle a donné naissance mardi matin à un petit garçon en bonne santé, qui pèse 3,2 kg. La mère et l’enfant sont observés à l’hôpital.

Le DIU est un implant contraceptif qui est supposé empêcher la fertilisation de l’ovule par le sperme, mais il peut aussi prévenir l’implantation du zygote humain sur la paroi utérine, ce qui amène sa mort et représente donc un avortement : le DIU est donc un abortif. Heureusement, dans ce cas exceptionnel, le brave petit gars a survécu à cet engin.

Laissez un commentaire

Les petites sœurs des pauvres gagnent devant la Cour suprême contre le financement obligatoire de la contraception

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Enfin, les petites sœurs des pauvres ont gagné ce long combat de sept ans qui les a amenées jusqu’en Cour suprême, cette longue lutte contre le financement d’une assurance pour la contraception imposé par l’ObamaCare. La Cour suprême a rendu son jugement par sept voix contre deux, selon LiveActionNews :

Dans un arrêt rendu mercredi, la Cour suprême des États-Unis a confirmé les règlements permettant aux employeurs de ne pas couvrir la contraception dans leurs régimes de soins de santé, en raison de leurs croyances religieuses. Dans la décision Little Sisters of the Poor Saints Peter and Paul Home v. Pennsylvania, le juge Clarence Thomas a écrit l’opinion majoritaire à laquelle se sont joints les juges John Roberts, Samuel Alito, Neil Gorsuch et Brett Kavanaugh. Les juges Elena Kagan et Stephen Breyer ont émis une opinion concurrente, tandis que les juges Ruth Bader Ginsburg et Sonia Sotomayor sont en désaccord.

L’Affordable Care Act de 2010 (communément appelé ObamaCare) requiert des employeurs qu’ils fournissent des « soins préventifs » sans « aucune exigence de communication des coûts », mais, selon le juge Thomas, il ne précise pas ce qu’il faut entendre par « soins préventifs ». Les directives stipulent que les plans de soins de santé doivent couvrir tous les moyens de contraception approuvés par la FDA. Cependant, l’administration Trump a, depuis la création de l’ObamaCare, concédé aux employeurs des exemptions à l’assurance obligatoire des contraceptifs si ceux-ci avaient des objections morales ou religieuses.

« Selon ses termes, l’ACA laisse le contenu des directives à la discrétion exclusive de la HRSA [Health Resources and Services Administration] », écrit le juge Thomas. « En vertu d’une lecture sobre de la loi, nous concluons donc que l’ACA laisse largement à la discrétion de la HRSA la définition des soins et dépistages préventifs, ainsi que la liberté de créer des exemptions religieuses et morales ».

Les petites sœurs des pauvres pourront s’occuper de leurs pauvres tranquillement pendant un certain temps, j’imagine.

Laissez un commentaire

Bientôt des cartes d’identité sans mention homme-femme aux Pays-Bas

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo (modifiée) : Freepik

Une étape de l’idéologie du genre qui prendra effet en 2024 ou 2025 aux Pays-Bas, selon Gènéthique :

L’inscription du sexe homme-femme devrait être supprimée des cartes d’identité pour tous les citoyens des Pays-Bas. C’est la ministre de l’Education, de la Culture, de la Science, Ingrid van Engelshoven qui vient de faire cette annonce.

Seuls les passeports seront épargnés par cette mesure sordide.

Laissez un commentaire

Canada : encore un répit avec l’extension de l’euthanasie

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : prostooleh/Freepik

La Cour supérieure du Québec accorde un nouveau délai au gouvernement canadien, afin que celui-ci ait le temps de préparer une nouvelle loi permettant l’euthanasie sans le critère de fin de vie, selon Euthanasia Prevention Coalition :

La semaine dernière, le juge Baudouin de la Cour supérieure du Québec a accédé à la demande du gouvernement fédéral canadien de prolonger le délai jusqu’au 18 décembre pour mettre en œuvre une nouvelle loi sur l’euthanasie.

Le 11 juin, le procureur général fédéral du Canada, David Lametti, avait déposé une requête à la Cour supérieure du Québec, lui demandant de prolonger jusqu’au 18 décembre 2020 la mise en suspense de sa décision prise en septembre dernier.

La Cour supérieure avait décidé que le critère de fin de vie contenue dans la loi sur l’euthanasie était discriminatoire…

Laissez un commentaire

Les États-Unis entament leur retrait de l’OMS


Donald Trump, président des États-Unis.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : Gage Skidmore/Flickr

Les États-Unis ont déclaré leur retrait de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le 6 juillet, procédure qui devrait prendre effet dans un an, le 6 juillet 2021, selon France24 :

Donald Trump a mis ses menaces à exécution en entamant le retrait de son pays de l’Organisation mondiale de la santé, un processus qui prendra un an […]

Les États-Unis sont le plus gros contributeur de l’organisation basée à Genève, avec 15 % du budget de l’OMS, soit 400 millions de dollars par an.

Donald Trump reproche à l’OMS, branche de l’ONU, d’avoir fourni de mauvaises informations sur le coronavirus et d’avoir protégé la Chine dans sa responsabilité par rapport à la « pandémie ».

Joe Biden, qui n’en manque pas une, a promis l’adhésion des États-Unis à l’OMS s’il était élu président, d’après France24 :

Le candidat démocrate à la Maison-Blanche, Joe Biden, a assuré qu’il annulerait cette décision s’il était élu le 3 novembre. « Le premier jour de ma présidence, je rejoindrai l’OMS et réaffirmerai notre leadership mondial », a-t-il écrit sur Twitter.

Les membres fondateurs de l’OMS (fondée en 1948), dont les États-Unis font partie, doivent, paraît-il, attendre un an entre le moment où ils décident d’en sortir et la date d’effet de leur retrait. En outre, ils doivent tenir leur contribution à jour, ce qui peut représenter jusqu’à environ 400 millions de dollars pour les États-Unis. Je serais curieux de voir si Donald Trump, qui a coupé le financement américain de l’OMS, versera les subsides réclamés.

Laissez un commentaire

Petites victoires contre l’avancée de l’avortement en Grande-Bretagne

Par Francesca de Villasmundo (Medias-Presse.info) ― Photo (rognée) : University of Toronto Students for Life/Flickr

En Grande-Bretagne, l’expansion de l’avortement vient d’être freinée. Alors que l’Angleterre et le Pays de Galles ont enregistré un triste record de près de 210 000 avortements en 2019, le lundi 6 juillet, deux amendements soumis par le député travailliste Diana Johnson en faveur de la libéralisation complète de l’avortement et de l’introduction permanente, pour la victime de maltraitance domestique, du règlement d’exception adopté lors de l’urgence Covid 19 (possibilité d’avortement à domicile dans la 10e semaine avec des pilules abortives après simple conseil téléphonique) viennent d’être rejetés.

Les amendements — articles 28 et 29 — visaient respectivement à libéraliser de manière permanente les règles exceptionnelles du « téléavortement » et à abroger les articles 58 et 59 de la loi sur les infractions contre les personnes, en allongeant la possibilité de l’avortement jusqu’à 28 semaines à partir des 24 actuelles et en supprimant les garanties pour les objecteurs de conscience médicaux et paramédicaux (règles en vigueur depuis la loi sur l’avortement de 1967).

Toutes les organisations pro-vie de Grande-Bretagne ainsi que la Conférence épiscopale anglaise ont massivement protesté en rappelant que le Royaume-Uni autorise déjà l’avortement jusqu’à la 24e semaine, alors que la majorité des pays européens ne l’autorisent que jusqu’à la 12e semaine.

Le gouvernement, par la bouche du ministre des Femmes Victoria Atkins, après plus de cinq heures de débat, a demandé que les amendements soient retirés parce que « l’exécutif ne décidera de sa position sur la persistance éventuelle de la législation exceptionnelle du “téléavortement” qu’après la conclusion de la consultation populaire en cours sur les mesures d’avortement pendant la période du Covid 19. Pour le moment, les nouveaux règlements exceptionnels seront en vigueur », mais cela ne signifie pas qu’ils seront permanents. L’autre amendement, qui aurait modifié et libéralisé la législation sur l’avortement, a également été retiré car il n’était pas inhérent à la question en discussion.

Laissez un commentaire Lire la suite

Le président polonais : l’adoption, uniquement pour les familles normales

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : Freepik

Le président sortant Andrzej Duda a déclaré lors d’un rassemblement politique qu’il était dans son intention, si son mandat était renouvelé, de faire inscrire dans la constitution l’interdiction aux « couples » homosexuels d’adopter, afin de protéger les droits des enfants. Oui, un enfant a besoin et d’un père et d’une mère, il n’y a aucune raison pour qu’on le mette dans une maison où règne déjà une immoralité évidente. D’après Le Parisien :

« Dans la Constitution polonaise, il devrait être dit explicitement qu’il est interdit d’adopter à toute personne se trouvant dans une relation homosexuelle », a-t-il déclaré lors d’un meeting électoral à Szczawno-Zdroj, dans le sud de la Pologne.

« Pour assurer la sécurité d’un enfant et une éducation correcte, et afin que l’Etat polonais sauvegarde les droits des enfants […], je crois qu’une telle disposition devrait exister », a-t-il ajouté.

Andrzej Duda veut mettre en œuvre son projet le plus tôt possible, dès le lendemain du second tour des présidentielles polonaises qui a lieu le dimanche 12 juillet, jour décisif entre Duda et le gauchiste maire de Varsovie Rafal Trzaskowski. Le Parisien rapporte :

Andrzej Duda, membre du parti au pouvoir Droit et Justice (PiS, conservateur et nationaliste), a annoncé qu’il signerait dès lundi un projet présidentiel d’amendement à la Constitution et qu’il le présenterait au parlement.

Laissez un commentaire

1,85 million d’avortements en moins en Inde

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : Pikrepo

Le confinement, imposé quasi unanimement dans le monde entier aux populations sidérées, serait un facteur d’augmentation des avortements, en ce qu’il a provoqué un large appauvrissement, en Grande-Bretagne ou aux États-Unis par exemple. On peut aussi attribuer cette augmentation à la libéralisation de la pilule abortive, en Grande-Bretagne du moins, amenant plus facilement de nombreuses femmes à se faire avorter elles-mêmes.

Paradoxalement, en Inde le résultat a été l’inverse, grâce à l’indisponibilité de la pilule abortive qui ne pouvait donc suppléer à l’absence d’accès aux établissements en avortement. Cela signifie également qu’on n’aura peut-être pas fait de ces établissements une priorité, contrairement au Québec où les avortoirs sont restés ouverts

Selon une étude établie en mai 2020 par la Fondation Ipas Development, 1,85 million d’Indiennes n’auraient pas avorté leur enfant à naître non voulu, en raison du confinement. L’étude affirme, rapporte Gènéthique :

« Au cours des trois premiers mois du blocage de Covid-19, du 25 mars au 24 juin, 47 % des 3,9 millions d’avortements qui auraient probablement pu être pratiqués en Inde dans cette période, dans des circonstances normales », n’ont pas eu lieu. Et sur ces avortements évités, 80 % sont imputables à l’indisponibilité des pilules abortives dans les pharmacies et 20 % en raison d’un accès moindre aux établissements réalisant les IVG.

D’après une étude du Lancet publiée en 2015, 15, 6 millions d’avortements sont pratiqués chaque année en Inde…

Cela dit, je ne vais louer ni recommander le confinement ou le coronavirus comme moyen d’empêcher l’avortement ; s’il a peut-être contribué à réduire le nombre d’avortements en Inde, il aura concouru à l’augmenter ailleurs dans le monde ; le confinement a servi de prétexte pour euthanasier des personnes âgées ou handicapées, il a aussi été le spectacle de l'abandon de personnes âgées ; il a servi de subterfuge pour fermer les églises ; enfin, il a détruit l’économie de nombreux pays, et ses victimes sont encore à compter. Le confinement n’est pas la solution.

Laissez un commentaire

Les plus illustres Princes du Divin Roi

Par l’Abbé J.-Réal Bleau (pour la fête de saint Pierre et saint Paul) ― Photo : Jorge Elías/Flickr

Les deux apôtres Pierre et Paul, comme des flammes ardentes, ont illuminé l’Église naissante. C’est par leur courage allant jusqu’à l’effusion de leur sang qu’ils ont fait resplendir la lumière du Christ dans la Rome maîtresse de l’univers mais en même temps plongée dans les ténèbres du paganisme.

Saint Pierre fut, en tant que premier Vicaire de Jésus Christ sur la terre, le détenteur d’un pouvoir infiniment supérieur à celui des plus puissants empereurs romains. Parce qu’il fut le premier des apôtres à proclamer la foi en Jésus Fils de Dieu et Messie envoyé par le Père pour sauver l’humanité entière, Jésus lui manifesta, de son côté, son identité personnelle correspondant à sa mission providentielle. « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église… ». C’était la réponse du Sauveur à l’homme auquel Dieu le Père avait révélé l’identité de son Fils unique. La foi de Pierre en la divinité de Jésus Christ et en l’œuvre du salut du monde qu’Il venait accomplir demeure le fondement solide de la seule véritable Église, que toutes les forces du mal conjuguées ne pourront jamais détruire. La foi de Pierre, comme une arme invincible a renversé la puissance de la Rome païenne et en a fait la plus glorieuse de toutes les villes, la Ville éternelle, d’où devait s’étendre dans le monde entier la souveraine autorité du Christ, le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs.

Saint Paul, une fois converti du judaïsme à la foi chrétienne, n’eut d’autre ambition que de prêcher jusqu’aux confins de la terre qu’il n’y a d’autre Nom donné aux hommes par lequel ils puissent être sauvés que le saint Nom de Jésus, devant lequel s’agenouillent toutes les créatures au ciel, sur terre et dans les enfers. Il ne voulait tirer aucune gloire de ses travaux apostoliques, plus admirables que les exploits des plus grands héros, mais ne se glorifier que dans la croix de Jésus-Christ. Il montrait Jésus crucifié et ressuscité comme étant la seule source de salut, de vie, et de résurrection. Les plus grandes épreuves n’ont jamais refroidi son ardeur à suivre et à imiter Jésus, ni ralenti son élan à le faire partout connaître et aimer.

Saint Pierre nous rappelle aujourd’hui que, pour obtenir la grâce d’une foi victorieuse de tout ce qui peut s’y opposer, il faut toujours d’abord obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes. Il faut, certes, obéir aux autorités civiles et religieuses légitimes, mais dans la mesure où elles ne contreviennent pas aux lois divines qui sont au-dessus de toutes les lois humaines. C’est l’autorité suprême de Dieu, du Christ-Jésus, le Fils unique de Dieu qui doit avant tout guider notre conduite dans l’observance des lois et de toutes les consignes pouvant venir des autorités humaines qui nous gouvernent.

Quant à lui, saint Paul nous recommande de tout faire, quelques soient nos actions, au nom de Jésus, de nous référer constamment à Jésus, de l’imiter au point que ce ne soit plus nous qui vivions, mais Lui en nous et nous en Lui, auquel seul soit rendu tout honneur et toute gloire !

Saint Pierre et saint Paul, illustres Princes du divin Roi, glorieux vainqueurs dans le combat de la foi que vous avez soutenu dans la plus entière fidélité à la grâce, aidez-nous de votre prière du haut du ciel afin que nous aussi, dans la crise affreuse que traverse l’Église actuellement, nous conservions la vraie foi et puissions partager avec vous la joie infinie de notre divin Sauveur.

J. -R. Bleau, ptre.

Laissez un commentaire