M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un avocat qui a vécu dans un poumon d’acier à partir de l’âge de six ans à cause de la polio meurt à 78 ans : « Dieu m’a appris à croire »


Paul Alexander.

Par Nancy Flanders (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie

Paul Alexander, surnommé « l’homme au poumon d’acier », est décédé à l’âge de 78 ans, peu de temps après avoir contracté le Covid-19.

Paul Alexander vivait avec la machine connue sous le nom de « poumon d’acier » depuis 1952, année où il a contracté la polio à l’âge de six ans. En quelques jours, la maladie l’a laissé paralysé à partir du cou et incapable de respirer de façon autonome. Le poumon d’acier est un cylindre métallique horizontal qui stimule la respiration des patients incapables d’utiliser leurs muscles respiratoires.

Lorsqu’il s’est réveillé pour la première fois à l’hôpital, incapable de bouger ou de parler en raison d’une trachéotomie, le jeune garçon était probablement terrifié. Il est resté à l’hôpital pendant 18 mois.

« J’étais un enfant comme les autres », explique-t-il dans une vidéo de Gizmodo. « J’ai commencé à me sentir un peu malade. Quand maman a vu mon visage, elle a compris. Elle m’a immédiatement mis au lit. Au cours des cinq jours suivants, j’ai tout perdu : je ne pouvais plus bouger, je ne pouvais plus marcher. Enfin, le dernier jour, je ne pouvais plus respirer. Mon diaphragme avait disparu, il était détruit. Les muscles de mon corps n’existaient plus, ils étaient détruits. J’ai donc dû rester dans un poumon d’acier jusqu’à la fin de mes jours ».

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Le poumon d’acier a depuis été remplacé par des ventilateurs, mais Alexander a choisi de conserver son poumon d’acier, affirmant qu’il y était habitué.

Bien qu’on ne se soit pas attendu à ce qu’il survive très longtemps, Alexander a vécu dans son poumon d’acier pendant 72.

Il a déclaré à Catholic Online : « Les premiers temps ont été très, très effrayants, mais je suis un Alexander. Mes parents m’ont appris à être fier et à me respecter, et Dieu m’a appris à croire que je pouvais faire tout ce dont je rêvais — et c’est ce que j’ai fait. Alors, au lieu de laisser la polio me briser ou me tuer, je me suis battu avec acharnement. Plus elle m’abattait, plus je me mettais en colère. Cette colère, je l’ai souvent dit, m’a permis de rester en vie ».

En fait, Alexander a terminé le lycée, est entré à l’université à l’âge de 25 ans et a obtenu trois diplômes. Il est devenu avocat et a ouvert son propre cabinet. Il a même pu apprendre à respirer, ce qui lui a permis de passer de courts moments en dehors du poumon d’acier.

« Il a fallu des années et des années avant que je ne développe une autre façon de respirer », a-t-il déclaré à Catholic Online. « C’est une tâche qui demande beaucoup d’énergie. Mais on m’a mis au défi de le faire, je l’ai fait, et il m’a fallu un an pour arriver à trois minutes ».

« Ce que je fais, c’est que j’utilise ma gorge pour aspirer. J’aspire des bouffées d’air et je les avale dans mes poumons ».

Alexander a surmonté les difficultés grâce au soutien de ses amis et de sa famille. En cas de panne d’électricité, des personnes étaient prêtes à pomper à la main un générateur pour le maintenir en vie. Et lorsque son poumon d’acier se brisait, il trouvait [de l’aide auprès de] Brady Richards, un mécanicien qui avait un vieux poumon d’acier dans son garage et utilisait les pièces de celui-ci pour réparer le poumon d’acier d’Alexander.

Alexander a même voyagé dans le monde entier avec son poumon d’acier et écrit son autobiographie, « Three Minutes for a Dog » (Trois minutes pour un chien), en utilisant une tige pour en taper les mots sur un clavier. Il a déclaré : « Je ne me suis jamais considéré comme un infirme. C’est le mot que j’ai choisi d’utiliser parce que je pense qu’il couvre le terrain dans la perception de la plupart des gens ».

« Je suis infirme dans l’esprit de la plupart des gens, sauf dans le mien. Je suis Paul Alexander, un être humain ».

Alexander a passé ses derniers jours avec son frère Philip, partageant avec lui des litres de crème glacée. Hospitalisé en février pour un Covid-19, Alexander était sorti de l’hôpital, mais il avait du mal à manger et à boire.

« C’était un honneur d’être avec lui dans ses derniers moments », a déclaré Philip. Il a qualifié son frère de « modèle incroyable ».

« Il était juste un frère normal pour moi », a-t-il ajouté. « Nous nous disputions, nous jouions, nous nous aimions, nous faisions la fête, nous allions à des concerts ensemble — c’était juste un frère normal, je ne me suis jamais posé la question ».



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.