M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un prêtre propose trois étapes pour libérer la société de l’emprise du covidisme


Le Père James Mawdsley.

Par Joseph Summers — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : The Remnant TV

Campagne Québec-Vie aborde le sujet des vaccins du covid-19, dont l’imposition est le sujet ici, car il a un impact sur nos sujets habituels comme l’avortement. En effet, les vaccins du covid-19 actuellement disponibles sont liés à l’avortement par les lignées cellulaires issues de bébés avortés, comme HEK 293, dans leur développement, leur production ou leur testage. Voici un texte plus détaillé sur la question de notre implication dans ce débat. — A.H.

17 février 2022 (LifeSiteNews) — Un prêtre a publié mercredi une vidéo qui utilise des principes catholiques pour surmonter les mesures tyranniques du COVID.

La vidéo du Père James Mawdsley à The Remnant TV, qui a été retirée de YouTube le 10 février, expliquait trois étapes pour surmonter les mesures mises en place pour combattre le COVID-19.

La première étape proposée est qu’il ne faut rien faire qui soit en contradiction avec la conscience. Concernant la piqûre, le Père Mawdsley a déclaré : « Si prendre une thérapie génique dérivée d’embryons est contraire à votre conscience, ne vous en approchez pas. » Le P. Mawdsley a également conseillé de ne pas agir de manière irrationnelle, affirmant que le diable cherche à cacher l’image de Dieu par un comportement irrationnel.

À propos de l’utilisation de masques, le P. Mawdsley a déclaré : « Si vous comprenez qu’il est irrationnel de porter un masque dans votre voiture, ou n’importe où à l’extérieur, ou même à l’intérieur, alors vous ne pouvez pas le faire. Si quelqu’un a peur et pense qu’un masque fait partie de la solution, alors personne ne va lui faire la vie dure pour l’avoir porté. Mais ce n’est pas de la charité que de nourrir une maladie mentale », a déclaré le P. Mawdsley. « Porter un masque n’est pas sans coût. Il renforce un récit de peur, de désespoir, et pire, c’est un signe d’assujettissement. Rien de tout cela n’est de la charité. »

La deuxième étape décrite par le P. Mawdsley consiste à ne pas contraindre les autres à se conformer aux mandats. « Les tyrans dépendent absolument des couches de la population qui exercent un contrôle sur les couches inférieures », explique le P. Mawdsley, ajoutant que tout ce dont un tyran a besoin pour être obéi, c’est de la conformité de quelques-uns, qui à leur tour amèneront les autres à se conformer à eux.

« Plus il y a de personnes qui refusent de se conformer et de contraindre, plus il devient facile pour ceux qui sont en haut de la hiérarchie de refuser également », a déclaré le P. Mawdsley. « La résistance commence en bas. Si elle est forte en bas, alors ceux qui se trouvent dans les couches intermédiaires ne se distingueront pas par leur incapacité à imposer l’idéologie. »

La troisième étape décrite par le P. Mawdsley consiste à encourager la dévotion à la Sainte Vierge Marie. Encourageant les téléspectateurs à prier le chapelet tous les jours, le P. Mawdsley explique que « la Sainte Vierge Marie donnera de la clarté, du courage et ouvrira des portes ». Affirmant que le diable souhaite que les gens cèdent à la haine ou au désespoir face aux mesures du COVID, le P. Mawdsley a déclaré que Marie les protège.

Le P. Mawdsley a également déclaré que les gens doivent être prêts à payer un prix pour la défense de la vérité. « Aucune créature n’a payé un prix plus élevé que Marie », a-t-il dit. « Voir son Fils mourir a été plus douloureux pour Marie que de mourir elle-même ». « Si nous devenons comme Marie, a poursuivi le P. Mawdsley, nous serons prêts à payer n’importe quel prix. Mais nous pouvons commencer simplement en priant le chapelet ».

Le P. Mawdsley est apparu dans l’actualité au début du mois lorsqu’il a quitté la Fraternité Saint-Pierre (FSSP) en raison du motu proprio Traditionis Custodes du pape François, affirmant que la suppression de la messe traditionnelle en latin (TLM) était un acte sacrilège. Il a également purgé 14 mois de prison dans une prison birmane pour avoir protesté contre les violations des droits de l’homme commises par le gouvernement birman.

Prêtres, conscience et mesures COVID

Le P. Mawdsley n’est pas le seul prêtre à s’élever contre les mesures COVID.

Le mois dernier, le père Peter Williams, du diocèse de Burlington, dans le Vermont, a été suspendu après avoir refusé de se faire vacciner et de porter un masque pendant la célébration de la messe. Dans une interview accordée à LifeSiteNews, le Père Williams a déclaré que le refus du vaccin était une question de conscience, soulignant l’utilisation de bébés avortés dans le développement du vaccin.

Le Père Régis de Cacqueray, ancien supérieur de district de la Fraternité Saint-Pie X (FSSPX) en France et aujourd’hui moine capucin, a publié l’année dernière un article condamnant l’utilisation de lignées de cellules de bébés avortés dans les vaccins, déclarant : « Chacun de nous doit agir selon sa conscience formée selon la loi divine et ne pas commettre ce qui est mal, même s’il est le seul au monde à s’y opposer ».

Le cardinal Raymond Burke, ancien chef de la Signature apostolique, s’est également exprimé sur la question, affirmant que l’État « [violerait] l’intégrité de ses citoyens » s’il rendait la piqûre obligatoire.

Le Père Anthony Hannan, un prêtre canadien et YouTuber, s’exprimant au sujet du Convoi de la Liberté qui proteste contre les injections obligatoires de COVID, a déclaré que « tous les camionneurs et tous ceux qui participent aux convois... [font] ce qu’il faut ». « Si tout le monde arrête de se conformer », a poursuivi le prêtre, « ils ne seront pas en mesure d’appliquer ces mandats ridicules ».



Laissez un commentaire