M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

La Suisse reconnaît par referendum le « mariage » homosexuel

Par Matt Lamb — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : AdobeStock

27 septembre 2021 (LifeSiteNews) — La Suisse est le dernier pays européen à reconnaître officiellement le « mariage » homosexuel dans la loi, dimanche, lors d’un referendum.

« Les résultats officiels ont montré que la mesure a été adoptée avec 64,1 % des voix, tandis que plus de la moitié des électeurs l’ont approuvée dans chacun des 26 cantons, ou états, de la Suisse », a rapporté CBS News. « Le vote, qui a été préparé pendant des années, devrait permettre à la nation alpine de s’aligner sur de nombreux autres pays d’Europe occidentale et met fin à une campagne souvent tendue entre les parties rivales. »

Les partenaires de même sexe bénéficient d’une union civile depuis 2007, mais leurs liaisons seront désormais reconnues comme égales au mariage d’un homme et d’une femme.

La loi permettra également aux femmes lesbiennes de se procurer le sperme d’un donneur pour se féconder elles-mêmes, ainsi qu’aux duos de même sexe d’adopter des enfants.

« Grâce à cela, tous les couples seront à l’avenir traités de manière égale devant la loi : tous pourront contracter un mariage civil, avec les mêmes droits et obligations », a déclaré la ministre de la Justice, Karin Keller-Sutter.

Les opposants conservateurs ont déclaré qu’ils espéraient que leurs efforts de sensibilisation pour empêcher le referendum conduiraient à une meilleure compréhension des méfaits de l’agenda LGBT.

« De notre côté, nous avons essayé d’attirer l’attention sur le problème central, celui des enfants et de la procréation médicalement assistée », a déclaré Benjamin Roudit, du Parti populaire chrétien-démocrate, selon CBS News. « Sur ce point, je pense que nous avons réussi à sensibiliser la population suisse et nous serons encore là lorsque d’autres démarches seront proposées. »

L'article continue ci-dessous...
Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Le pays européen a ouvert la voie à la promotion de l’agenda LGBT ces dernières années. L’année dernière, les citoyens ont voté pour criminaliser l’« homophobie ».

« Parmi les actes et déclarations publics qui seront désormais punissables par la loi, le fait de qualifier l’homosexualité de “maladie” ou de suggérer un traitement pour celle-ci sera considéré comme un discours de haine », rapportait LifeSiteNews en février 2020. « Il deviendra également illégal de refuser de servir des clients parce qu’ils sont homosexuels, y compris dans les restaurants, les piscines, les pensions ou les hôtels. »

Mais le programme LGBT est un programme qui nuit aux enfants et à la société, selon les chercheurs en sciences sociales.

Une étude souvent critiquée mais validée du sociologue Mark Regnerus de l’Université du Texas à Austin a conclu que les enfants élevés par deux hommes ou deux femmes réussissent moins bien dans la vie.

« Une statistique a révélé que les enfants de mères lesbiennes sont près de 12 fois plus susceptibles de dire qu’ils ont été touchés sexuellement par un parent ou un adulte que ceux élevés dans des familles biologiques intactes », indique l’étude. « À la question de savoir s’ils avaient déjà été violés, 31 % de ceux élevés par des mères lesbiennes et 25 % des enfants élevés par des pères gays ont répondu oui, contre 8 % de ceux issus de foyers biologiques intacts. »

Les enfants élevés dans des foyers homosexuels étaient également plus susceptibles d’envisager le suicide.

Dans son étude, Regnerus conclut « que 12 % de ceux qui ont une mère lesbienne et 24 % de ceux qui ont un père homosexuel ont déclaré avoir récemment envisagé le suicide, contre seulement 5 % de ceux élevés par une famille biologique intacte ou un parent isolé ».

L’American College of Pediatricians (ACP) a également conclu que les enfants vivant dans des foyers homosexuels sont plus susceptibles d’être témoins de violences.

« La violence entre partenaires de même sexe est deux à trois fois plus fréquente que chez les couples hétérosexuels mariés », écrit l’ACP dans un article de synthèse de 2019 sur l’homoparentalité. « Les partenariats homosexuels sont nettement plus enclins à la dissolution que les mariages hétérosexuels, la relation homosexuelle moyenne ne durant que deux à trois ans. »

Le groupe médical s’est appuyé sur des dizaines de documents de recherche, cités dans l’article, et a conclu que les homosexuels connaissent de nombreux problèmes.

« Les personnes qui pratiquent un mode de vie homosexuel sont plus susceptibles que les hétérosexuels de souffrir de maladies mentales, de toxicomanie, de tendances suicidaires et d’une durée de vie réduite », a déclaré l’ACP.

Comme le rapportait LifeSiteNews en 2010, « les individus homosexuels ou bisexuels sont plus susceptibles d’avoir subi divers traumatismes dans leur enfance, notamment des agressions sexuelles, des viols, des violences et d’avoir été témoins de violences à la maison. » Cette conclusion s’appuie sur une étude réalisée par la chercheuse néo-zélandaise Elizabeth Wells.

Le lien vers l’étude semble avoir été supprimé, mais un résumé des conclusions est disponible dans un communiqué de presse de l’époque.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire