M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Démystifier 5 mythes sur le mouvement pro-vie répandus par les pro-avortement

Par Jonathon Van Maren — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Doug Mainwaring/LifeSiteNews

11 août 2022 (LifeSiteNews) — La Jane’s Army — un groupe qui se consacre à l’élection de politiciens pro-avortement dans l’Illinois — a produit un document indiquant « Les 10 pires choses à propos du mouvement anti-choix ». Il a été porté à mon attention que l’American Life League était spécifiquement mentionnée, alors bien sûr j’ai dû le lire pour voir ce que ce groupe avait à dire.

Ce que j’ai trouvé, c’est un document truffé de déclarations trompeuses, d’informations erronées et d’arguments bizarres qui n’ont même pas de sens.

Comme l’un des objectifs importants de l’American Life League (ALL) est d’aider à enseigner la vérité tout en construisant une culture de vie, je pense qu’il est extrêmement important d’aborder chacune des 10 « pires choses » énumérées par Jane’s Army. Dans cet article en deux parties, nous allons décortiquer certaines des affirmations de Jane’s Army (en gras) et ensuite expliquer la vérité en termes simples.

1. Le mouvement anti-choix [dont ALL] ne veut pas seulement interdire l’avortement, il veut aussi interdire le contrôle des naissances ».

ALL et d’autres organisations qui s’opposent au contrôle des naissances s’y opposent pour de nombreuses raisons. Elle [la pilule] peut agir comme un abortif et tuer un très jeune bébé à naître.

En outre, nous connaissons les effets néfastes du contrôle des naissances sur le corps de la femme. Parce que nous aimons les mères et les bébés, nous voulons que les femmes sachent la vérité sur les effets de la pilule sur leur santé, d’autant plus que le Centre international de recherche sur le cancer a classé la pilule dans le groupe n°1 des agents cancérigènes.

Enfin, nous nous opposons au contrôle des naissances parce qu’il est contraire à l’enseignement de l’Église catholique, car il contrecarre l’un des deux objectifs du mariage. Un mariage est censé être à la fois unitif et procréatif. L’utilisation du contrôle des naissances contrecarre l’aspect procréatif. Mais malgré toutes les preuves que la pilule nuit aux femmes, il semble peu probable que le contrôle des naissances soit un jour interdit. Les législateurs ne votent même pas sur cette question à l’heure actuelle et ne prévoient pas de le faire dans un avenir proche. Parler d’hypothèses ne fait donc qu’alimenter la colère et le ressentiment, ce qui semble être l’intention du groupe.

2. Le mouvement anti-choix exige le choix en ce qui concerne les vaccins COVID, mais s’oppose au choix en ce qui concerne les décisions relatives aux soins de santé génésique ».

Les soins de santé sont quelque chose effectué de manière proactive pour prendre soin de la santé de la personne. Selon le Merriam Webster, il s’agit d’un « effort fait pour maintenir ou restaurer le bien-être physique, mental ou émotionnel, en particulier par des professionnels formés et autorisés ». L’avortement n’est pas un soin de santé. L’avortement tue un enfant à chaque fois. Infliger la mort est l’exact opposé des soins de santé.

Si nous sommes d’accord pour dire qu’une femme a le choix lorsqu’il s’agit de son propre corps, nous ne sommes pas d’accord pour dire qu’elle devrait pouvoir choisir de tuer un bébé innocent qui réside dans son corps. Le refus de recevoir un vaccin n’entraîne pas la mort d’un bébé. De par sa nature, un vaccin est considéré comme un soin de santé, mais nous devrions tous avoir le choix sur ce que nous mettons dans notre corps. Les raisons pour lesquelles les gens ne veulent pas recevoir le vaccin COVID varient, mais les deux raisons les plus populaires sont que les vaccins sont dérivés d’une lignée cellulaire provenant d’un bébé avorté et que le vaccin a été développé à la hâte. Ces deux raisons sont très pertinentes.

Mais en réalité, quand on y réfléchit bien, comparer l’avortement et le fait de recevoir un vaccin revient à comparer des pommes et des chaussures. Ce n’est pas la même chose, et cette comparaison n’a aucun sens.

3. Il existe un lien étroit entre les extrémistes anti-choix et les suprémacistes blancs. Beaucoup de ceux qui ont participé à l’insurrection du 6 janvier ont des antécédents de manifestations violentes dans des centres médicaux qui fournissent des soins d’avortement ».

Affirmer simplement qu’un « lien fort » existe ne signifie pas qu’il existe réellement. Le document renvoie à un article biaisé, plein de spéculations et de ouï-dire, qui semble avoir le même programme que la Jane’s Army. En outre, l’organisation ne présente aucun fait ou donnée concret dans son document, et ne définit pas ce qu’elle entend par « protester violemment ».

Certaines des personnes présentes au Capitole le 6 janvier avaient-elles aussi manifesté dans des cliniques d’avortement à un moment donné de leur vie ? C’est tout à fait possible. Mais les personnes qui sont entrées dans le Capitole ne sont pas représentatives du mouvement pro-vie. Chez TOUS, nous n’approuvons pas la violence, quelle qu’elle soit. [Il faudrait aussi démontrer en quoi l’événement du 6 janvier au Capitole tenait de l’« insurrection », et en quoi consistait la « violence » des personnes qui y ont pris part.]* De plus, nous aimons toutes les mamans et tous les bébés, quelle que soit leur race. Nous ne voyons pas la couleur ; nous voyons des êtres humains. Malheureusement, nous savons que l’avortement lui-même est un acte violent, comme le sont de nombreux militants de l’avortement. C’est un fait vérifiable, et cette violence a augmenté de façon exponentielle au cours des derniers mois, sans doute alimentée par des organisations telles que Jane’s Army.

Pour voir jusqu’où certaines personnes sont prêtes à aller pour s’assurer que les femmes et leurs bébés ne sont pas aidés par des organisations qui se soucient d’eux, il suffit de lire cette liste de centres de ressources pour les femmes enceintes qui ont été la cible de bombes incendiaires, de graffitis, de menaces ou même de destruction.

4. Le mouvement anti-choix est plein d’hypocrisie. Les extrémistes anti-choix ne sont pas seulement contre l’avortement, mais ils travaillent aussi à supprimer les initiatives qui aideraient à prévenir le nombre de grossesses non désirées, comme l’éducation sexuelle informée, l’accès au contrôle des naissances et la pilule du lendemain ».

Examinons cette question.

A) À l’American Life League, nous ne sommes pas opposés à l’éducation sexuelle. Nous pensons simplement qu’elle n’a pas sa place dans les écoles. Il s’agit de discussions qui devraient avoir lieu à la maison afin que les parents puissent parler avec leurs enfants des raisons de leurs croyances et répondre à leurs questions.

B) Nous avons déjà abordé la question du contrôle des naissances au point 1 ci-dessus.

C) Et comme la pilule du lendemain fonctionne essentiellement de la même manière que la pilule (mais à des doses plus élevées), le même raisonnement pour le contrôle des naissances s’applique ici aussi. Vouloir protéger le plus petit des bébés n’est pas un exemple d’hypocrisie. Il s’agit en fait d’un désir de protection égale de tous les êtres humains.

5. Le mouvement anti-choix prétend être « pro-vie », mais il s’attaque activement aux programmes de soutien à la vie… Presque tous les membres élus anti-choix du Congrès et des législatures des États votent contre les programmes d’aide aux femmes enceintes et aux mères, y compris l’accès aux soins prénataux, l’éducation de la petite enfance, la garde d’enfants, les soins de santé abordables et autres initiatives visant à améliorer la vie des enfants et des femmes.

Presque tous ? C’est un peu une hyperbole. Nous ne parlerons pas des résultats des votes ou des intentions de tous les membres de tous les organes élus au niveau des États et au niveau national, car cela prendrait des volumes. Mais nous pouvons dire ceci : si nous, membres du mouvement pro-vie, attaquions les programmes d’affirmation de la vie, aurions-nous plus de 3 000 centres de grossesse pro-vie aux États-Unis ? Aurions-nous des dirigeants élus faisant pression pour plus de programmes et pour la reconnaissance des programmes existants ? Ces programmes, qui aident des millions de personnes chaque année, viennent en aide aux mamans et aux bébés en leur offrant assistance matérielle, aide financière et même un abri.

Les centres d’aide aux femmes enceintes sont situés dans les quartiers pauvres et parfois près des cliniques d’avortement afin que les femmes qui se sentent effrayées et piégées aient quelqu’un à qui parler. Ces établissements, dont le personnel est souvent composé de bénévoles, fonctionnent grâce aux dons — les dons de personnes pro-vie qui choisissent de donner leur argent durement gagné pour aider les femmes. Oui, nous avons absolument besoin d’un plus grand nombre de ces structures. Nous avons besoin de davantage de programmes qui renforcent l’autonomie des parents après la naissance de leur enfant. Et nous avons besoin de programmes éducatifs qui enseignent la dignité de tous les êtres humains afin que les mères comprennent vraiment l’humanité du bébé qu’elles portent. Mais affirmer que les personnes pro-vie attaquent activement les programmes de soutien à la vie est tout simplement faux.

Les pro-vie consacrent leur vie à aider les femmes et leurs bébés. Nous le faisons par amour, par respect et parce que nous croyons en la dignité de tous les êtres humains. C’est souvent un travail difficile, mais contrairement à l’industrie de l’avortement, c’est un travail qui ne résulte pas en un bébé mort ou en une mère mutilée.

À suivre.


*Commentaire d’A.H.



Laissez un commentaire