M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Voici pourquoi « la pandémie des non-vaccinées » est un mensonge

Par Celeste McGovern — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : pathdoc/AdobeStock

21 juillet 2021 (LifeSiteNews) — Depuis plusieurs jours, les médias grand public diffusent en boucle des informations selon lesquelles 99 % des décès dus au COVID-19 concernent des personnes non vaccinées. En plus de l’absence de données — il existe en fait des preuves du contraire — cette information est devenue la base d’un flot de propagande déshumanisante qui qualifie la moitié de la population adulte américaine et la plupart des enfants qui n’ont pas reçu les vaccins expérimentaux COVID-19 d’« usines à variants » et d’« incubateurs » de maladies.

Cette propagande ressemble effroyablement à celle des premiers nazis, qui qualifiaient les « sales Juifs » de propagateurs de maladies et suscitaient une peur et une haine irrationnelles chez des millions de personnes dans la société allemande. C’était un message gouvernemental utilisé pour justifier la mise en quarantaine d’un peuple, sa famine, puis son anéantissement.

« Écoutez, la seule pandémie que nous ayons est parmi les non-vaccinés — et ils tuent des gens », a déclaré Joe Biden aux journalistes vendredi.

Rochelle Walensky, directrice des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), a tenu des propos similaires plus tôt dans la journée : « Cela devient une pandémie de personnes non vaccinées ».

Deux jours plus tard, le Directeur général de la santé Vivek Murthy a annoncé que « 99,5 % des décès dus au COVID-19 dans notre pays concernent des personnes non vaccinées ». La seule solution, disait-il, était que tout le monde se fasse vacciner.

C’était soit un mantra, soit un programme de propagande gouvernementale manifestement orchestré pour inciter les gens à se faire vacciner. Le programme de publicité à trois milliards de dollars n’avait pas séduit 51 % des Américains. Le scénario du « sale non-vacciné » est utile pour contraindre ceux qui ne veulent pas du nouveau produit pharmaceutique. Il s’agit d’une violation des principes du code de Nuremberg, qui a été mis en place après les violations des droits de l’homme commises par l’Allemagne nazie, afin de protéger les personnes contre la participation à des expériences médicales contre leur gré. Étant donné que tous les vaccins contre le coronavirus actuellement disponibles aux États-Unis font encore l’objet d’essais cliniques pendant au moins un an, ils sont expérimentaux par définition.

Les principes universellement acceptés, tels que le consentement éclairé et la liberté médicale, inscrits dans le code de Nuremberg, n’ont cependant plus d’importance. Aujourd’hui, les ardents défenseurs de la « liberté de choix » lorsqu’il s’agit du « droit » des gens à arracher des bébés à naître du ventre de leur mère sont soudainement arrogants et dogmatiques quant aux choix médicaux des autres. Ainsi, Kathleen Sebelius, ancien pilier enthousiaste de l’avortement « pro-choix » et secrétaire d’État à la santé et aux services sociaux sous Barack Obama, a déclaré, par exemple : « C’est très bien de ne pas choisir de vous faire vacciner », mais « vous ne pouvez pas venir travailler ».

L'article continue ci-dessous...
Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

« Vous ne pouvez pas avoir accès à une situation où vous allez mettre mes petits-enfants en danger, où vous pourriez les tuer, ou bien vous pourriez les mettre dans une situation où ils vont porter le virus à quelqu’un en état de risque élevé », a déclaré Sebelius à l’hôte de CNN Erin Burnett.

Peu importe que les petits-enfants — ceux de moins de 18 ans — aient 0,002 % de chances de mourir du COVID même s’ils sont infectés. Certains grands-parents américains préféraient mourir plutôt que de forcer leurs petits-enfants à prendre un vaccin expérimental — leurs petits-enfants ont plus de chances de mourir ou de développer une maladie cardiaque à vie comme la myocardite, un grave trouble de la coagulation sanguine ou une maladie neurologique à cause d’un vaccin qu’à cause du coronavirus. Certains grands-parents préfèrent protéger leurs enfants avant eux-mêmes. Mais, si Sebelius veut que ses petits-enfants soient vaccinés avec un médicament expérimental qui a fait 11 000 morts en huit mois, elle est libre de le faire.

« Je veux enlever mon masque », a déclaré Mme Sebelius.

« Je veux pouvoir vivre ma vie avec la vaccination, et en ce moment, je suis entravée par des gens qui disent “je ne veux pas me faire vacciner” », a-t-elle dit. « Très bien. Je veux qu’ils aient peut-être une limitation sur les endroits où ils peuvent aller et sur les personnes qu’ils peuvent éventuellement infecter. »

Beaucoup de gens veulent enlever leur masque depuis longtemps et s’opposent aussi au fait de masquer les enfants. Ils ont été forcés de se couvrir le visage par les défenseurs de la « liberté de choix » comme Sebelius, pour satisfaire leurs névroses et leur désir gauchiste de contrôler le comportement des autres, surtout s’il n’est pas sexuellement déviant ou moralement odieux. Sebelius veut que les autres masquent et vaccinent leurs enfants pour la protéger, et elle pense que les enfants peuvent être démembrés in utero s’ils menacent le style de vie de quelqu’un.

Il y a peu de logique dans tout ce que disent les promoteurs de vaccins de nos jours. Soit le vaccin vous protège contre la maladie, soit il ne le fait pas. Si Sebelius sait qu’elle peut toujours contracter et propager la maladie — le vaccin n’empêche pas de la contracter (nous y reviendrons) ou de la transmettre — alors comment peut-elle accuser les personnes non vaccinées de la propager ? Si son vaccin n’est pas à la hauteur, pourquoi imposer ce choix à tous les autres ? Mais il y a d’autres raisons de refuser la propagande de peur névrotique des gauchistes, comme Biden et Sebelius, à propos des « sales non-vaccinés ».

99 % ?

L’affirmation du Directeur général de la santé selon laquelle 99,5 % des décès dus au coronavirus concernent des personnes non vaccinées est le fruit d’une imagination débordante et de données douteuses. Il s’avère qu’elle est basée sur les calculs d’un couple de journalistes de l’Associated Press qui ont fait des calculs grossiers — du type de ceux effectués sur une serviette de bar — en examinant les décès dus au COVID signalés au mois de mai et un certain nombre de chiffres, peut-être tirés d’un rapport du CDC sur le nombre de décès dus au COVID chez les personnes entièrement vaccinées, qui était « d’environ » 150. Étant donné que le rapport de l’AP n’a pas indiqué la source de ses données, c’est un jeu de devinettes pour comprendre comment ils sont arrivés à ce « résultat » qui, depuis, a été répété par toutes les chaînes de médias de gauche et l’administration Biden. Les journalistes ont mis à jour leur article pour corriger le nombre d’admissions à l’hôpital pour cause de coronavirus, qui est passé de

53 000 à 107 000, et le pourcentage de personnes hospitalisées qui avaient été vaccinées, qui est passé de 0,1 à 1,1 %. Étant donné que les cas de coronavirus chez les personnes vaccinées sont gravement sous-déclarés, tout comme les effets secondaires et les décès liés à la vaccination, le chiffre de 99 % n’est tout simplement pas vrai.

Le CDC a arrêté de compter les cas de COVID-19 chez les vaccinés

Le problème est qu’un grand nombre de personnes vaccinées aux États-Unis — des dizaines de milliers d’entre elles — contractent le COVID après avoir reçu leur piqûre « efficace à 94 % ». Au 30 avril, le CDC a signalé une flambée épidémique de 10 262 cas de COVID parmi les personnes qui avaient été complètement vaccinées au moins deux semaines auparavant. Ils n’ont pas inclus les personnes qui n’avaient reçu qu’une seule injection ni compté celles qui avaient reçu la deuxième injection cinq ou dix jours plus tôt.

Et ils savaient qu’il s’agissait « probablement d’un sous-dénombrement important de toutes les infections par le SRAS-CoV-2 chez les personnes entièrement vaccinées ». Mais plutôt que d’essayer de déterminer les chiffres réels, les CDC ont annoncé qu’ils n’allaient plus compter les cas de coronavirus chez les personnes vaccinées si elles ne se retrouvaient pas hospitalisées ou décédées.

Comme c’est pratique.

Au 30 avril, 160 personnes vaccinées étaient mortes du COVID. Quelques jours plus tard, les CDC ont mis à jour les données pour dire que 535 personnes entièrement vaccinées étaient mortes de l’infection. Au 12 juillet, 5 492 patients atteints d’une infection de COVID-19 post-vaccinale avaient été hospitalisés, dont 1 063 étaient décédés.

Si les CDC savaient que plus de 10 000 personnes entièrement vaccinées étaient positives au COVID à la fin du mois d’avril et que ce chiffre était gravement sous-estimé par rapport à la réalité, et que maintenant ils ont arrêté de compter et n’ont donc aucune idée du nombre de personnes vaccinées infectées, comment peuvent-ils maintenant affirmer que ce sont les personnes non vaccinées qui propagent la maladie ?

Étude post-mortem chez une victime vaccinée du COVID-19

Nous savons, grâce à la première — et apparemment unique — étude post-mortem d’une personne entièrement vaccinée décédée du COVID, qu’elle présentait une réponse anticorps robuste au COVID — la mesure du succès du vaccin. Pourtant, elle est morte.

Elle présentait des niveaux détectables d’ARNm viral dans chaque organe testé et avait ce qui semblait être une infection transmissible. Alors comment le CDC peut-il accuser les non-vaccinés de propager le COVID alors que la science dit que les vaccinés peuvent être infectés et transmettre l’infection ?

Dans les pays qui comptabilisent les données, ce sont les vaccinés qui meurent de manière disproportionnée

Les CDC ont cessé de compter un paramètre essentiel de la pandémie, mais d’autres pays ne font pas cela. Les données du Royaume-Uni sur les « variants préoccupants » révèlent qu’il y a eu 92 décès de personnes non vaccinées contre 163 chez les vaccinés (la plupart d’entre eux étant pleinement vaccinés). Ces chiffres de mortalité sont minuscules dans un pays de 66 millions d’habitants. Mais si l’on parle du succès du vaccin, lorsque l’on compare les taux de décès entre les deux groupes à partir de leur nombre de cas, ce sont les vaccinés qui s’en sortent le plus mal — avec des risques de décès près de neuf fois supérieurs à ceux des non-vaccinés.

En Israël, il a été signalé le 29 juin que le vaccin était défaillant et que la plupart des nouveaux cas de COVID concernaient des personnes vaccinées. Environ 60 % des patients atteints de formes graves de la maladie avaient été vaccinés et, selon les chercheurs de l’Université hébraïque qui conseillent le gouvernement, environ 90 % des personnes nouvellement infectées âgées de plus de 50 ans sont entièrement vaccinées.

Si dans des pays comme Israël, où les taux de vaccination sont plus élevés que dans la plupart des pays du monde, ce sont les vaccinés qui sont infectés, et que les vaccinés peuvent contracter et propager la maladie, alors il est temps d’arrêter la propagande des « sales non-vaccinés » et de laisser les gens faire leurs propres choix médicaux sans contrainte.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire