M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une fillette de 4 ans annonce sa « transition de genre » lors d’une parade de la « fierté »


« Charlie Danger » Lloyd.

Par Jonathon Van Maren — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Alaina Bourrel/Facebook

10 août 2022 (LifeSiteNews) — Lors de la parade de la fierté de Vancouver le 31 juillet, une enfant d’âge préscolaire qui marchait avec sa grand-mère a tiré un pétard bleu de révélation de genre pour annoncer qu’elle allait passer au sexe masculin.

« Charlie Danger » Lloyd est une petite fille de la Colombie-Britannique, au Canada. Elle n’a que quatre ans. Les enfants de quatre ans ne sont pas capables de comprendre beaucoup de choses. Si je souscrivais à la bifurcation entre sexe et genre de l’idéologie transgenre — ce qui n’est pas le cas — je serais tout à fait convaincu qu’un enfant d’âge préscolaire ne peut pas la comprendre. Les enfants d’âge préscolaire n’ont pas non plus la conscience de soi nécessaire pour déclarer que, sur la base de leurs années de compréhension et d’expérience, ils sont nés dans le mauvais corps.

Mais nous sommes en 2022, et la mère de Lloyd a confirmé son désir d’être un garçon. Lloyd — un enfant d’âge préscolaire — utilise le pronom « il » (avez-vous déjà rencontré un enfant d’âge préscolaire qui savait ce qu’était un pronom ?) et était apparemment ravi de faire l’annonce de sa transition à la Fierté (c’était évidemment l’idée de Lloyd). Selon la mère de Lloyd :

« Une fois la route fermée, Charlie s’est pavané avec Mamie et ils ont fait face à tout le monde et après une courte lutte, le canon a explosé avec de la fumée bleue et des confettis biodégradables. Charlie a sauté de joie alors que la foule l’acclamait. Il n’en revenait pas de l’amour et du soutien que lui témoignaient les spectateurs. »

La mère de Lloyd a déclaré que l’enfant d’âge préscolaire voulait être un garçon depuis l’âge de deux ans. Elle affirme également que la révélation du genre avec le canon lors de la parade de la fierté de Vancouver était une idée de Lloyd. La raison pour laquelle elle et d’autres personnes savaient que Lloyd était un garçon est qu’en tant que petite fille, elle disait souvent qu’elle voulait ressembler « à papa » et insistait sur le fait qu’elle était un garçon. « Il n’était pas la petite fille typique. Il jouait avec d’autres garçons et les parents disaient qu’il était plus garçon que leurs propres enfants », dit-elle.

À l’école maternelle, le personnel et les autres enfants ont félicité Lloyd lorsqu’il est passé au pronom « il » -- la transition, selon la mère de Lloyd, a apparemment commencé il y a plusieurs mois. Le point de bascule n’a pas seulement été le fait de jouer avec les garçons et le comportement de garçon manqué, mais aussi le fait qu’elle voulait se faire couper les cheveux courts.

« Il refusait de faire ses courses dans la section des filles, mais était trop nerveux pour faire ses courses dans la section des garçons [sic]. Après avoir exprimé ses sentiments et ses émotions avec moi, il a décidé qu’il voulait une nouvelle garde-robe et nous nous sommes mis à la recherche de notre nouveau style. Nous avons pris rendez-vous avec Lia au Big Bros Barbershop, un salon appartenant à des transgenres et opéré par eux dans l’est de Vancouver. À la sortie du salon, Charlie était un tout nouvel enfant. »

En d’autres termes : la petite fille était maintenant un garçon.

Résumons cette histoire en nous basant sur ce qu’ont dit les proches de cet enfant. Une petite fille a dit qu’elle voulait être comme son papa et, par conséquent, cela voulait dire qu’elle était un garçon. Elle a également joué avec de nombreux petits garçons et a montré un comportement de garçon manqué (probablement parce qu’elle voulait jouer avec des jouets stéréotypés masculins). Elle voulait des cheveux plus courts et ne voulait pas porter de vêtements de fille.

À la suite de cela, la mère de la petite fille a longuement parlé avec elle, lui a vraisemblablement dit qu’elle avait le choix de dire qu’elle était un garçon, et a commencé à la « transitionner socialement » — non pas en la laissant jouer avec les jouets et les enfants qu’elle voulait et en la laissant avoir les cheveux courts, mais en affirmant qu’elle est un garçon, en disant à tous ses camarades de l’appeler « il », en annonçant ce fait sur les médias sociaux et à divers médias, puis en faisant un spectacle lors du défilé de la fierté de Vancouver.

Imaginez combien de petits enfants sont entraînés sur cette voie par des adultes enthousiastes qui croient qu’une fillette de deux ans qui dit vouloir être comme son papa signifie qu’elle est un garçon. Imaginez seulement la douleur et la confusion qui sont semées à un si jeune âge. C’est incroyablement déchirant.



Laissez un commentaire