M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Automne 2021

mère et enfant

3367.00 $ recueillis -- Objectif : $ 10 000 -- Il reste 5 jours -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Aidez-nous à transmettre l'espérance, qui seule nous donne la force de traverser ces temps cruciaux. Avec votre aide, nous continuerons de faire la promotion de la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

L’Ivermectine : une alternative aux vaccins teintés par l’avortement ?

Par Michael Haynes — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : yanalya/Freepik

Analyse

1er juin 2021 (LifeSiteNews) — L’Ivermectine est un médicament que l’on pourrait presque qualifier de « miraculeux » tant il s’est avéré efficace pour prévenir et traiter le Covid-19. Malheureusement, il a fait l’objet d’une suppression et d’une désinformation généralisées de la part des organismes de santé mondiaux : il semble bien que l’on ait tenté de promouvoir les revenus financiers plutôt que de sauver la vie de millions de personnes.

Dans un article récent, Michael Capuzzo, auteur et journaliste à succès du New York Times, a décrit en détail la manière dont l’Ivermectine a été utilisée pour traiter le COVID-19, et simultanément soumise à la censure mondiale malgré son taux de réussite incroyablement élevé dans le traitement du virus. Le numéro de mai 2021 de Mountain Home contient le rapport détaillé de Capuzzo, qui suit les actions des médecins de la Front Line COVID-19 Critical Care Alliance (FLCCC).

En ce moment, notre « monde a désespérément besoin » de l’Ivermectine, selon le Dr Pierre Kory, l’un des membres fondateurs de la FLCCC. Mais bien que le besoin désespéré soit présent, les organes de santé dirigeants semblent apparemment décidés à faire en sorte que le médicament ne soit pas connu, révèle M. Capuzzo.

La formation de la FLCCC et le médicament miracle Ivermectine

Cependant, la FLCCC ne fait pas la promotion de l’Ivermectine sur la base d’une intuition ou sans qualifications médicales à l’appui. L’équipe de cinq personnes (présentées dans l’ordre sur la photo d’en-tête de l’article), à savoir le Dr Paul Marik, le Dr Joseph Varon, le Dr Gianfranco Umberto Meduri, le Dr Jose Iglesias et le Dr Kory, compte à elle seule « près de 2 000 articles et livres évalués par des pairs et plus d’un siècle d’expérience au chevet des malades dans le traitement des défaillances organiques multiples et des maladies graves de type pneumonie ».

Le Dr Marik a passé les premiers jours de COVID-19 à l’hôpital général Sentara Norfolk à traiter des patients atteints du virus et, dès janvier 2020, à élaborer un protocole de traitement. La FLCCC s’est ensuite rendu compte, en mars 2020, que le coronavirus lui-même ne tue pas directement une personne, mais qu’il submerge le corps d’un « vaste cimetière viral » qui attaque ensuite l’organisme, provoquant l’inflammation des organes et la coagulation du sang. Ils ont développé le protocole MATH+ pour traiter le COVID, composé de méthylprednisolone, d’acide ascorbique (vitamine C), de thiamine (vitamine B1) et d’héparine, un anticoagulant.

Comme l’écrit Capuzzo, bien que cette approche ait été fortement déconseillée par les organismes de santé du monde entier, elle est devenue par la suite la « norme mondiale des soins hospitaliers », grâce à des études ultérieures. Leur premier protocole préventif COVID-19, le premier du genre, était « centré » sur l’utilisation du « médicament miracle » Ivermectine.

« C’est du nihilisme thérapeutique de dire que les médecins ne peuvent rien faire », a déclaré Marik. « Les soins de confort ne sont pas des soins du tout ».

L'article continue ci-dessous...

×

Campagne de financement - Automne 2021

3367.00 $ recueillis -- Objectif : $ 10 000 -- Il reste 5 jours -- Merci de votre générosité !

Donner à Campagne Québec-Vie

Une censure précoce

Le protocole de traitement MATH+ du FLCCC a été salué comme une réussite éminente par les médecins du monde entier, qui ont écrit pour remercier les médecins du FLCCC, rapidement devenus des « héros de la pandémie ». Afin de diffuser la bonne nouvelle de ce succès médical, Joyce Kamen, publiciste lauréate d’un Prix Emmy, et Betsy Ashton, ancienne correspondante de CBS News, se sont consacrées à contacter des présentateurs de journaux télévisés, des scientifiques, des experts en santé publique, « tous les gouverneurs et membres du Congrès, le président Trump, le Dr Anthony Fauci et, le moment venu, le président élu Biden ». Tous ont ignoré le traitement efficace.

« Les gens meurent inutilement. Nous avons déchiffré le code du coronavirus », a déclaré Marik.

La censure était un signe avant-coureur de ce qui allait venir.

L’Ivermectine justifiée

C’est en octobre 2020 que Marik a découvert des études d’Amérique latine démontrant l’efficacité de l’Ivermectine. Ce médicament incroyablement efficace a été décrit par Marik comme « l’un des médicaments les plus sûrs jamais administrés à l’humanité », avec plus de 3,7 milliards de doses administrées en 40 ans. Des recherches australiennes avaient auparavant découvert que l’Ivermectine non seulement bloquait le développement de virus à ARN tels que le virus Zika, la grippe, le virus du Nil occidental et la grippe aviaire, mais qu’elle s’attaquait également de manière létale au COVID, éliminant « essentiellement tout le matériel viral en 48 heures ».

L’Ivermectine « oblitère fondamentalement la transmission de ce virus. Si vous le prenez, vous ne tomberez pas malade », a témoigné le Dr Kory devant la Commission sénatoriale de la sécurité intérieure en décembre 2020. Il a souligné que des « montagnes de données », apparues au cours des derniers mois, étayent ses affirmations.

Ces montagnes étaient composées à l’époque de 27 études, dont 16 étaient des essais contrôlés aléatoirement, avec des résultats « miraculeux » (maintenant il y en a 56 dont 28 contrôlées aléatoirement). Les personnes atteintes du COVID qui prenaient de l’Ivermectine avaient « beaucoup plus de chances » de se rétablir à la maison et n’avaient pas besoin d’être hospitalisées, tandis que celles qui étaient déjà malades à l’hôpital ne se retrouvaient pas dans les unités de soins intensifs.

En fait, six des études ont présenté des résultats montrant que l’efficacité de l’Ivermectine pour réduire le risque de développer le COVID était de 92,5 %. Le Dr Hector Carvallo, professeur de médecine à l’université de Buenos Aires, a mené un essai en conditions réelles du médicament, en administrant de l’Ivermectine à 788 médecins et travailleurs de la santé dans trois centres différents, avec un groupe témoin de 407 membres du personnel médical qui n’ont pas reçu d’Ivermectine. Dans le groupe témoin, 236 personnes sont tombées « malades du COVID », tandis que les 788 personnes traitées à l’Ivermectine n’ont enregistré aucune infection.

Les États brésiliens dont les villes ont adopté les protocoles à l’Ivermectine ont également « enregistré une baisse beaucoup plus importante » des cas que les autres, avec des disparités de plus de 60 % entre zones voisines, selon l’analyse citée par Kory. Une étude ultérieure menée par une équipe brésilienne a fait état d’une « réduction de 31,5 à 36,5 % de l’excrétion virale » et d’une diminution de 70 à 73 % de la durée des symptômes chez les patients traités avec le médicament.

La même chose s’est produite au Pérou et en Inde, où des milliers, voire des millions de personnes ont reçu le médicament, ce qui a entraîné une chute des cas de COVID et des décès. Le Dr Andrew Hill, investigateur principal de l’OMS pour les traitements potentiels du COVID-19, a également apporté sa corroboration, déclarant que l’Ivermectine réduisait la mortalité du COVID de 81 %.

Un silence assourdissant de censure mondiale

Cependant, Capuzzo a rapporté que Kory et l’équipe du FLCCC ont été confrontés à une censure mondiale dans leurs tentatives d’éclairer les médecins et les politiciens sur la vérité concernant l’Ivermectine.

« Seuls les grands essais contrôlés randomisés réalisés par les grandes entreprises pharmaceutiques et les grands centres médicaux universitaires sont acceptés par les grandes revues, tandis que les autres sont rejetés », a-t-il déclaré. Pour échapper à la « censure des médias et des médias sociaux », un traitement doit être un gros médicament recommandé par une grande agence de santé publique.

« On se retrouve donc avec un système où la seule chose qui est considérée comme ayant suffisamment de preuves ou une efficacité prouvée est essentiellement un nouveau gros médicament pharmaceutique », a-t-il poursuivi.

Le puissant témoignage de Kory au Sénat a recueilli un nombre considérable de vues sur YouTube, plus de 8 millions, avant d’être supprimé pour « désinformation » sur le COVID-19. YouTube a également supprimé la vidéo de la chaîne du sénateur républicain du Wisconsin Ron Johnson ainsi que d’autres extraits de l’audition sénatoriale de décembre 2020.

En Argentine, le Dr Carvallo, promoteur de l’Ivermectine, a noté que « dès que nos rapports ont été publiés... la résistance est apparue à l’horizon ». Il a déclaré que son équipe a dû faire face à la pression de « nombreux médecins qui travaillaient pour l’industrie pharmaceutique, parce que c’était un traitement très, très bon marché. »

Puis, en Angleterre, le Dr Tess Lawrie, éminente chercheuse médicale indépendante évaluant des médicaments pour l’Organisation mondiale de la santé et le National Health Service (NHS) du Royaume-Uni, a tenté de promouvoir le médicament, mais s’est heurté à une censure similaire.

Après avoir étudié tous les rapports cités par Kory, elle a qualifié les preuves de « cohérentes et sans équivoque » et a rapidement envoyé une analyse multi-études de haut niveau aux dirigeants du NHS, aux politiciens britanniques et au Premier ministre Boris Johnson, déclarant que l’Ivermectine devrait être « adoptée globalement et systématiquement pour la prévention et le traitement du COVID-19 ». Trois mois plus tard, elle n’a toujours pas reçu de réponse et a plutôt été « mise de côté avec des paroles creuses ».

Les médias sociaux ont également réagi à la censure. Twitter a supprimé un tweet du 12 janvier 2021 du ministère brésilien de la Santé qui invitait les gens à « demander un traitement précoce » pour le COVID-19, c’est-à-dire l’Ivermectine. Twitter a accusé le message de « diffuser des informations trompeuses et potentiellement dangereuses ».

Puis le ministère slovaque de la Santé a annoncé sur Facebook qu’il allait commencer à utiliser l’Ivermectine, ce qui a amené Facebook à supprimer le message et la page entière.

Même les soi-disant arbitres modernes de la vérité, les vérificateurs de faits, ont attaqué les « montagnes de données » de Kory, lorsqu’après avoir présenté à l’Associated Press (AP) toutes les preuves des nombreux essais randomisés réussis, l’AP a écrit : « Faux. Il n’y a aucune preuve que l’Ivermectin se soit avérée être un traitement sûr ou efficace contre le COVID-19. »

Le médicament a été mis à l’index par les agences médicales, les organismes de santé et les médias du monde entier, et l’accent a été mis uniquement sur les injections expérimentales de COVID, très médiatisées et développées à la hâte.

Le président Trump a-t-il reçu de l’Ivermectine ?

Un point particulièrement navrant est évoqué brièvement dans l’article ; il concerne l’ancien président Donald Trump et son propre lien avec l’Ivermectine.

M. Capuzzo affirme que M. Trump a été traité à l’Ivermectine alors qu’il était soigné pour le covid-19 à l’hôpital Walter Reed. Capuzzo écrit que l’utilisation du médicament par Trump n’a « pas été rapportée par la presse, bien qu’il soit possible qu’il ait sauvé la vie du président ; mais c’étaient plutôt les mérites des nouveaux médicaments de Big Pharma qui étaient vantés ».

Capuzzo est le seul à faire cette révélation et ne fournit aucune référence pour ses informations.

Cependant, le poids de ses affirmations ne peut être ignoré, compte tenu de ses références durement gagnées en tant que journaliste nommé six fois au Pulitzer et auteur de best-sellers du New York Times.

Commentant l’affaire, le cofondateur et président de LifeSite, Steve Jalsevac, a suggéré que les affirmations de Capuzzo pouvaient en effet être vraies, et il a estimé que le président devait avoir reçu soit de l’hydroxychloroquine, soit de l’Ivermectine, puisque Regeneron et Remdesivir, que Trump aurait tous deux reçus, n’auraient pas été assez efficaces pour provoquer une amélioration aussi spectaculaire de son état.

Jalsevac s’était déjà demandé pourquoi Trump n’avait pas reçu d’hydroxychloroquine, puisque cette substance s’était avérée à la fois efficace et sûre pour traiter le COVID-19.

Compte tenu de la censure dont a fait l’objet la FLCCC dans ses tentatives de promotion de l’Ivermectine, il n’est peut-être pas surprenant que toute nouvelle concernant l’administration du médicament à Trump soit également censurée, et que la nouvelle de l’incident ne soit révélée que dans une publication au lectorat relativement restreint.

Pourquoi une telle mise à l’index de l’Ivermectine ?

Compte tenu de la censure généralisée du succès de l’Ivermectine que décrit Capuzzo, ainsi que de son affirmation selon laquelle Trump a reçu de l’Ivermectine mais que cela a été complètement ignoré par les médias, la question se pose de savoir pourquoi une telle censure est mise en place.

Écrivant au Dr Marik, le Dr Carvallo a résumé la raison de cette censure : « Je crains que nous n’ayons touché l’organe le plus sensible de l’être humain : le porte-monnaie... »

Quel est donc le lien entre le porte-monnaie et l’Ivermectine ? La société Merck, société mère de l’Ivermectine, était propriétaire du brevet, mais celui-ci a expiré en 1996. Par conséquent, on peut trouver de l’Ivermectine pour un prix mesuré en centièmes de dollars ou en dollars, plutôt qu’en centaines ou en milliers [de dollars].

En revanche, le Remdesevir produit par Gilead, le « seul traitement antiviral pour les patients hospitalisés atteints du COVID-19 approuvé par le NIH COVID-19 Treatment Guidelines Panel », coûte 3 000 dollars par dose. Il a été démontré que le Remdesevir ne présente aucun avantage en termes de mortalité pour les patients atteints du COVID-19. Comme le note le Washington Post, « le Remdesivir ne guérit peut-être pas le coronavirus, mais il est en train de rapporter des milliards à Gilead ».

Il en va de même pour les injections expérimentales de [vaccins anti] COVID. Les médicaments ne reçoivent une autorisation d’utilisation d’urgence que s’il n’existe pas « d’alternatives adéquates, approuvées et disponibles » pour des médicaments autorisés. Les entreprises de vaccins ont reçu des milliards de dollars de financement afin de produire des médicaments expérimentaux, ce qui n’aurait pas été le cas si l’Ivermectine avait été connue du public et promue comme traitement efficace tel que démontré par la FLCCC.

Une promotion mondiale sans censure de l’Ivermectine signifierait la perte des milliards de dollars de financement et de l’EUA [Autorisation d’utiliser en urgence] accordés aux vaccins — des vaccins qui sont rapidement suivis d’effets indésirables par centaines de milliers et de décès par milliers.

En fait, Merck a récemment mis en garde contre l’utilisation de l’Ivermectine pour le COVID ; le Dr Agbayani des Philippines a qualifié cela de conflit d’intérêts, puisque Merck fabrique actuellement un médicament concurrent pour le COVID-19, ayant reçu 356 millions de dollars des États-Unis pour ce faire, et qui sera commercialisé à 3 000 dollars, selon Capuzzo.

« Notre petite Ivermectine a de très grands ennemis. C’est David contre 10 Goliaths », a déclaré le Dr Kory.

Campagne de financement - Automne 2021

Merci de votre générosité. L'objectif est de 10 000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire