M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

«Des meurtres ont été commis»: les pro-vie demandent justice pour les cinq bébés tardivement avortés, trouvés à Washington


Terrisa Bukovinac (à droite).

Par Ashley Sadler — Traduit par Campagne Québec-Vie

8 avril 2022, Washington, D.C. (LifeSiteNews) — Les défenseurs de la vie se sont rassemblés vendredi devant le bureau du médecin légiste de Washington, D.C., pour demander justice pour les cinq bébés avortés presque à terme dont les corps démembrés ont été découverts par des militants pro-vie à la fin du mois dernier à l’extérieur d’une infâme clinique d’avortement de D.C.

Plusieurs groupes pro-vie ont collaboré à l’organisation d’une conférence de presse et d’un rassemblement devant le bâtiment, demandant au maire de Washington, Muriel Bowser, et au médecin légiste de la ville de procéder à l’autopsie des bébés morts, qui, selon certains experts, pourraient avoir été victimes d’infanticide après des tentatives d’avortements bâclés.

La police de Washington a trouvé les corps des bébés dans l’appartement de la militante pro-vie Lauren Handy, après que le FBI ait fait une descente à son domicile et l’ait arrêtée la semaine dernière pour des accusations liées à un « sauvetage traditionnel » qu’elle a mené avec huit autres pro-vie en octobre 2020.

Lauren Handy et Terrisa Bukovinac, une autre militante pro-vie, affirment avoir obtenu une boîte contenant les corps d’un chauffeur de camion anonyme qui aurait chargé des boîtes provenant de la clinique d’avortement Washington Surgi pour les transporter au centre d’incinération de déchets médicaux de Curtis Bay. Les pro-vie ont ramené les bébés avortés à l’appartement de Handy afin de leur offrir un « enterrement correct » et des funérailles.

Entre-temps, bien que l’on ait suggéré que les bébés auraient pu être tués en violation de la loi fédérale, qui interdit aux avorteurs d’assassiner les bébés nés vivants après un avortement raté, les autorités de D.C. ont déclaré qu’elles ne lanceraient aucune enquête ni ne procéderaient à des autopsies sur les nourrissons, car elles affirment que les bébés ont été « avortés conformément à la loi de D.C. ».

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Jim Hale de LifeSite, directeur général de LSN TV, s’est entretenu avec plusieurs défenseurs de la vie qui se sont rassemblés devant le bureau du médecin légiste de D.C. vendredi.

Les pro-vie ont fait part de leurs réactions aux images traumatisantes des nourrissons assassinés et ont expliqué à LifeSite les raisons pour lesquelles ils exigent que la ville prenne des mesures.

« Les photos qui ont été prises sont tellement déchirantes », a déclaré Lauren Marlowe, de Students for Life, en décrivant l’un des nourrissons, une petite fille tuée avec un œil encore ouvert.

« Tous ceux à qui je parle, tous mes collègues, tous mes amis, tout le monde a pleuré, et pleuré et pleuré quand ils ont vu ces photos. Et en ce moment même, ces corps sont dans ce bâtiment », a déclaré Marlowe, en désignant le bureau du médecin légiste. « Et le médecin légiste en chef de D.C. refuse de faire des autopsies pour eux, et refuse de rendre justice à leurs citoyens. Il est incroyablement important que nous soyons ici aujourd’hui et que nous réclamions justice pour eux. »

Michael New, professeur à l’Université catholique, a déclaré à LifeSite que « c’est la première fois depuis longtemps que nous trouvons vraiment les restes d’enfants avortés » et « la première fois depuis longtemps que nous avons vraiment la preuve d’une faute criminelle de la part de l’industrie de l’avortement ».

Selon New, il y a des raisons de croire qu’au moins un des bébés a été victime d’un avortement par naissance partielle et que certains ont pu être tués après leur naissance, en violation de la loi fédérale.

Monica Miller, directrice de Citizens for a Pro-Life Society, a souligné à LifeSite que « des meurtres ont été commis ».

Selon Miller, au-delà de la question de savoir si des lois spécifiques ont été enfreintes ou non, c’est une « vérité morale » que des bébés innocents ont été assassinés.

« Il y aura en fin de compte une responsabilité devant Dieu pour ce qui arrive aux enfants à naître innocents lors d’un avortement », a-t-elle déclaré.

Mme Handy, qui dirige le groupe pro-vie Progressive Anti-Abortion Uprising (PAAU), était également sur place. Elle a déclaré à LifeSite qu’il était « incroyable de voir tout le monde se lever en un front uni pour demander justice » pour les enfants assassinés.

« Nous avons le devoir de défendre les sans-voix », a déclaré Savannah Deretich de Students for Life. « En tant qu’êtres humains, il est de notre devoir de défendre les sans-voix. »

Après la découverte des corps des nourrissons, certains législateurs du Parti républicain ont exigé que le maire Bowser et le ministère américain de la Justice enquêtent sur le meurtre présumé des cinq bébés.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire