M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Consécration du Brésil et de l’Italie au Cœur immaculé de Marie

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo (rognée) : Diana Ringo/Wikimedia Commons

Deux consécrations consécutives sont arrivées respectivement le 20 et 21 mai, plus exactement, la consécration de l’Italie au Cœur immaculé de Marie par Matteo Salvini, ministre de l’Intérieur de l’Italie, au beau milieu d’une réunion politique, sans doute à la plus grande surprise de l’assemblée et à la plus grande joie des catholiques alors présents ; la seconde est plutôt le renouvellement de la consécration du Brésil de 1946 en présence du Président Jair Bolsonaro qui, bien que baptisé catholique, est assez proche des évangéliques brésiliens (ce qui explique sans peut-être la position en retrait qu'il tiens lors de la cérémonie).

Toujours est-il que ce sont deux gestes importants, tant il est vrai que les gouvernements ont l’obligation morale de reconnaitre le règne de Jésus-Christ, en l’occurrence à travers la consécration à Sa sainte Mère. Extrait de LifeSiteNews :

Au cours d’un rassemblement politique samedi, auquel ont participé des dizaines de milliers de personnes sur la Piazza del Duomo à Milan, Salvini a invoqué les six saints patrons de l’Europe, rapporte The Tablet, les Saints Benoît de Nursie, Brigitte de Suède, Catherine de Sienne, Cyrille et Méthode, et Thérèse Bénédicte de la Croix (Édith Stein).

Salvini embrassa alors son chapelet, leva les yeux vers la statue de la Sainte Mère sise au sommet de la cathédrale de Milan (XIVe siècle) et dit : « Je confie l’Italie, ma vie et vos vies au Cœur immaculé de Marie, qui nous mènera sûrement à la victoire ».

Matteo Salvini, ministre de l'Intérieur d'Italie. — Source (capture d'écran)

L'article continue après cette publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Salvini, chef du parti italien Lega (Ligue), a mené le rassemblement avec 10 autres dirigeants européens populistes avant les élections européennes de cette semaine, dans une résistance croissante au contrôle centralisé de l’Union européenne (UE), et en particulier, au renforcement des lois sur l’immigration.

Et le renouvellement de la consécration du Brésil au Cœur immaculé de Marie. Extrait de Templario de Maria :


Jair Bolsonaro, Président du Brésil, devant la statue de Notre-Dame de Fatima.

Précédé par beaucoup de célébrations et de l’enthousiasme des catholiques, le 21 mai 2019 est devenu un jalon important pour les chrétiens de tout le Brésil.

En présence du Président de la République, Jair Messias Bolsonaro, de Mgr Fernando Rifan et d’autres autorités ecclésiastiques, ainsi que des hommes politiques provenant des rangs catholiques et d’autres invités, un acte de renouvellement de la Consécration du Brésil au Cœur immaculé de Marie a eu lieu aujourd’hui au Palácio do Planalto.

Une courte cérémonie, d’une durée d’environ 30 minutes, et sans aucune déclaration du Président, a laissé de nombreux catholiques affligés, s’interrogeant sur la validité de cet acte.

Dans un premier temps, nous pensons qu’il est très important de rappeler que le Brésil avait déjà été consacré au Cœur immaculé de Marie en 1946 […] et que l’acte proposé aujourd’hui était le renouvellement de l’acte de consécration réalisé précédemment.

[...]


Jair Bolsonaro et Mgr Fernando Rifan (vers la droite).

En ce qui concerne la participation du Président à l’acte, beaucoup se sont interrogés sur un pareil silence et sur le fait qu’il n’ait pas signé l’acte de renouvellement de la consécration. Il convient de souligner que le Président Bolsonaro, non seulement a consenti à l’acte de consécration, mais qu’il était également présent, a prié avec les personnes présentes et a approuvé tout ce qui s’y est passé, confirmé même avec la signature de son ministre.

[…]

Mgr Rifan, avec les personnes présentes, a récité la formule pour le renouvellement de la consécration, qui avait été signée précédemment.

Par conséquent, même si cela ne s’est pas passé selon les attentes de la majorité des catholiques, nous pouvons affirmer qu’il y a eu un renouvellement (même imparfait)…

Publicité



Laissez un commentaire