M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Nephtar & Nephtali

Nephtar & Nephtali est un blog catholique d'actualités, d'informations et de méditation.

Un agenda d'évènements religieux, manifestations pro-vie ou culturelles est mis à jour régulièrement.

Laissez un commentaire

La famille, base et coeur de la société

 « J'ai eu mon premier (et mon dernier) enfant à 38 ans. Et si le titre du livre que j'ai écrit à ce sujet s'intitulait "Maman last call", ce n'était pas par fierté mal placée. Au contraire. Je m'en voulais amèrement d'avoir attendu l'heure du last call avant de me brancher. Ma procrastination n'avait rien de mécanique. J'aurais pu avoir des enfants, mais j'étais tout simplement trop occupé ailleurs.

Et puis, il y a eu cet ultime sursaut à minuit moins une quand les lumières du grand bar de la vie se sont allumées, que les piles de mon horloge biologique ont faibli d'avoir trop sonné et que je me suis regardée dans le blanc des yeux en me demandant si la maternité valait oui ou non la peine d'être vécue. La réponse, évidemment, était oui. » (Nathalie Petrowski, journal La Presse du 26 octobre 2010)
 
Notre société occidentale place l’établissement d’une famille comme l’accomplissement d’une carrière bien remplie. Cela serait l’idéal si cet accomplissement, les études terminées, le métier trouvé et le couple constitué permettaient de vivre très jeunes la fondation d’une famille. C’est loin d’être le cas. En plus, notre rythme de vie fait que nous avons peu de temps calmes et sereins avec nos enfants.
 
Chacun a des choix à faire pour redonner la première place à sa famille, raison de son travail, de ses loisirs, notre prochain dont nous devons prendre soin comme la prunelle de nos yeux. Mais un État peut également favoriser ou décourager par ses politiques familiales, la vie de famille.
 
L’établissement d’un congé parental, par exemple, est une bonne initiative, mais, insuffisante. Comme société, nous avons à faire le choix de soutenir financièrement le conjoint au foyer s’occupant des enfants, c’est le travail, le rôle le plus important qui soit.
 
J’entends déjà les cris de groupements marxiste-féministes me reprochant de vouloir retourner les femmes au foyer. Je leur répondrai encore une fois qu’ELLES ont un regard méprisant sur ces femmes dévouées, pas moi. De plus, si dans un couple, de concert avec son époux, la femme choisit de demeurer auprès des enfants pour parfaire leur éducation, cela ne regarde en rien les marxiste-féministes.  Que ces groupements cessent d’avoir un discours méprisant pour une maternité comprenant l’éducation des enfants et qu’ils cessent de penser qu’ils parlent au nom des femmes. Combien ne se retrouvent pas dans leur discours idéologique prescripteur de règles antifamiliales! La liberté de la femme est plus importante que la construction imaginaire de ce que doit être une femme. 
 
Il est fort probable qu’une majeure partie des femmes CHOISISSENT de s’occuper des enfants à la maison si, comme société, nous reconnaissons et soutenons financièrement cette mission indispensable, la plus importante qui soit. La liberté de travailler à temps plein à l’extérieur, à temps partiel à la maison et à temps partiel à l’extérieur, ou de travailler à temps plein à la maison dans sa tâche d’éducatrice doit être établie. Un vieux professeur de philosophie disait que les femmes peuvent en général tout mieux faire que les hommes et que c’est la raison pour laquelle l’éducation des jeunes enfants leur était confiée dans la plupart des sociétés. La mère au foyer doit avoir une reconnaissance sociale et financière équivalant au rôle primordial qu’elle joue. C’est ce qui a manqué dans le passé.
 
De même, le rôle du proche aidant doit être également reconnu et soutenu financièrement. Là encore, un membre de la famille qui sera probablement le plus souvent une femme, en toute liberté, s’occupera d’une personne âgée, d’une personne handicapée. 
 
Et si ces rôles sont reconnus à leur juste valeur, alors nous aurons une société humaine aux priorités équitablement établies et équilibrées. Les enfants et les plus faibles seront mieux protégés et aimés par leurs proches soutenus par l’état, que par l’état lui-même par l’entremise de centre de soins et de garderies.
 
Pour parler en termes utilitaristes, bien que ce ne sont pas les critères de bases pour soutenir ce point, la famille est la société d’entraide la plus économique pour tout État. La plus efficace aussi. Soutenir financièrement les familles leur donnerait le choix de mettre ou pas leurs enfants en garderie, soulageant ainsi un réseau extrêmement coûteux pour nos finances publiques. De même, il serait aussi moins onéreux d’aider les proches aidants que les institutions pour prendre soin de personnes dans le besoin. 
 
Ces mesures n’enlèvent pas la nécessité de structure étatique comme l’école et les CLSC. Mais ces structures doivent être au service des familles, les soutenir, pas les remplacer en considérant les parents et les proches aidants comme des incompétents à former. Pensons à la bouillie tolérante et ramollissante du cerveau des cours d’« éthique et culture religieuse », ou encore aux campagnes de vaccinations et de « préservations » de l’activité  sexuelle précoce et encouragée,  si chères à nos fonctionnaires du ministère de l’Éducation.
 
Est-ce qu’il y aura un jour un « Parti familial québécois » élu à l’Assemblée nationale? Un parti qui reconnaîtrait la famille comme pierre angulaire d’un peuple? Ce serait un véritable renouveau.
 
Laissez un commentaire

Les mères françaises plus âgées...

Contrairement à la nature humaine favorisant les naissances dans un plus jeune âge, nous remettons de plus en plus la conception d'enfants vers un âge tardif. Notre mode de vie, nos structures sociales ne soutiennent malheureusement pas l'établissement de jeunes familles. Le journal Libération nous relate ce fait pour les mères françaises.

Laissez un commentaire

L'italie s'efface tranquillement...

L'Italie précède le Québec sur la voie de la dénatalité. Avec un taux de fécondité de 1,4 enfant par femmes, nous perdons progressivement la présence de cette voix si appréciée, de cette langue chantante si expressive, si vivante dans le concert des nations. 5 millions d'enfants ont été éliminés par avortement en Italie depuis 1978.

Un article paru dans le journal La Croix du 6 octobre 2011 fait écho à l'appel de l'Église italienne pour sauver le peuple Italien de ce "lent suicide démographique" . Que vive l'Italie...

Laissez un commentaire

Conçu 20 ans plus tard, Steve Jobs ne serait pas né...

 

Le Salon Beige reprend cette information sur l'histoire de Steve Jobs, enfant confié par sa mère à l'adoption. Ce n'est pas parce qu'un homme est un génie qu'il avait plus le droit de naître. Mais cela fera peut-être comprendre à certains que l'élimination d'un enfant par avortement est toujours une perte irréparable pour l'humanité. Nous ne comprenons qu'une partie des conséquences de ce génocide sur une société. Avec le temps nous verrons mieux ce qu’implique la perte des ces enfants.
 
On peut  penser à la Chine où l’avortement sélectif du sexe féminin entraîne le célibat forcé de millions de jeunes chinois. On peut aussi penser à ces sociétés où la peur de mourir seul ou maltraité entraîne la demande de l’euthanasie, d’autant plus qu’il n’y a plus assez de jeunes pour payer les soins de santé des populations vieillissantes. 
 
L’avortement est un choix de désespoir, toujours le mauvais choix. Et l’on doit vivre avec ces multiples conséquences négatives.  Il n’y a pas que les proches qui sont touchés. Une société entière paie pour ces meurtres médicaux.
 
Combien de temps s'écoulera-t-il avant que tous s'ouvrent les yeux et voient 
toute l'horreur de ce qui se produit actuellement?

 

Laissez un commentaire

Riposte aux tentatives d'établir un droit mondial à l'avortement à l'ONU

Aujourd'hui paraissait à l'ONU les «Articles de San José» pour la défense de l'enfant à naître dans les lois internationales. C'est un document historique qui pourra servir de base pour établir les droits de l'enfant à naître dans les documents onusiens. Il n'est paru que dans sa version originale anglaise. Dès qu'il y aura une traduction, nous vous la ferons connaître sur le site de Campagne Québec-Vie.

Laissez un commentaire

200 théologiens américains s'opposent à la peine de mort

L'agence de presse Zenit.org du 6 octobre nous apprend cette nouvelle.

La peine de mort, bien qu'elle ne soit pas intrinsèquement mauvaise, n'est probablement plus nécéssaire aujourd'hui pour garder l'ordre.

Laissez un commentaire

Un film sur la paternité : Courageous

Il faut parfois attendre des mois pour avoir la joie d'aller voir un film de qualité au cinéma. Ou alors aller loin! Au cinéma Kirkland, à Montréal, est présenté le film Courageous, malheureusement uniquement en anglais. Un film sur la paternité par les auteurs du film Fireproof. Je ne l'ai pas vu encore, mais les films précédents de cette compagnie baptiste sont vraiment excellents. Alors je vous donne cette information pendant qu'il est toujours en salle! 

http://img01.cdn.cinoche.com/flash/extern/jwPlayer/playerCinoche_embed.swf

Laissez un commentaire

La pastorale du silence et du cercle vicieux.

Dans nos milieux chrétiens, par respect des souffrances et des douleurs, trop souvent on fait silence sur le drame quotidien de l’avortement. Plus il y a de silence, plus de femmes croiront qu’elles ne sont pas normales d’éprouver un profond traumatisme après l’avortement. Plus il y a de silence, plus il y aura de couples croyant que l’avortement est une opération mineure,  réglée par la rencontre subséquente avec la thérapeute du lucratif bureau d’avortements.

Plus il y aura de silence, plus nous serons entourés de personnes souffrants de cette tragédie. Plus il y aura de personnes souffrantes autour de nous, plus nous nous tairons. Le cercle vicieux ne pourra se terminer qu’avec la prise de parole publique et personnelle « à temps et à contretemps ». Et si cette prise de parole ravive des blessures, la révélation de ces blessures permettra de les soigner.
 
Se taire est le pire des choix. Il faut parler… Il faut parler... Il faut parler... Que tous connaissent notre opposition à l’avortement, notre choix d’être aux côtés de l’enfant à naître et de la mère. Il est possible d’aimer la mère et l’enfant.
 
Est-ce que les personnes de votre entourage connaissent votre pensée sur le sujet?
Nous sommes appelés à témoigner. Personne n'a dit que ce sera facile... Mais les conséquences de notre mutisme sont 30 000 enfants torturés et tués annuellement dans notre petit Québec. Voulons-nous continuer de taire et laisser faire tout ce chaos de blessures personnelles, mélange de culpabilité de la mère, d'abandon de l'entourage, de crimes et collaborations du personnel médical?
 
Il y a déjà trop de plaies à soigner...
 
Laissez un commentaire

Fireproof, un film à voir pour tous les couples

Quand commence-t-on à aimer? Dans la quasi totalité des films, on nous présente un amour passion qui devrait durer toute la vie. C'est probablement après avoir vu ces films, regarder la vie personnelle des acteurs et sa propre vie que l'écrivain Beidbeger écrivit son livre "L'amour dure trois ans"... Mais ce n'est pas vrai... 

Je n'en dirai pas plus, car je ne veux que vous inciter à voir ce film qui fait un bien énorme aux couples vivants des moments pénibles tout comme aux couples sereins. Le DVD est en anglais mais sous-titré en français. On le trouve dans les librairie chrétiennes.

En voici un aperçu:

http://www.youtube.com/embed/M5lSu6GkC2k?rel=0

Laissez un commentaire