M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement Carême 2020

Jésus Christ

3335 $ recueillis -- Objectif : $5000 -- Il reste 8 jours -- Merci de votre générosité.

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de votre précieuse collaboration en ces temps difficiles ! Avec votre aide, nous continuerons de faire la promotion de la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Bébé sauvé de l’avortement tardif grâce à l’adoption


La famille Moberley.

Par Nancy Flanders (LiveActionNews) — traduit par Campagne Québec-Vie

D.J. Moberley et son épouse Angela discutaient de l’adoption depuis des années, et après avoir eu trois enfants — Ava, Elijah et Annette — ils ont décidé d’être plus actifs dans leur désir d’adopter. Après avoir recherché les moyens d’adoption typiques, comme les agences d’adoption et les familles d’accueil, le couple s’est rendu compte que ce qu’il désirait vraiment faire était de sauver un enfant qui risquait d’être avorté.

Les Moberley avaient pensé aux nombreuses femmes qui se rendent dans les centres d’avortement à travers le pays et ont eu l’idée de commencer à essayer d’offrir personnellement l’adoption par leur famille comme une alternative. C’est pourquoi ils voulaient d’abord s’informer des choses à faire et à ne pas faire sur le plan légal pour s’assurer qu’ils n’auraient pas d’ennuis. Ils se sont donc adressés à l’une des meilleures avocates de l’État de Virginie qui se spécialise dans l’adoption : Brittany Carper, de Goodall, Pelt, Carper & Norton, PC à Stafford.

« Nous lui avons dit que nous voulions réfléchir à la possibilité d’essayer d’aller dans des cliniques d’avortement ou d’entrer en contact avec des femmes qui pensent à l’avortement pour voir si elles envisageraient l’adoption comme alternative à l’avortement » a déclaré Angela Moberley à Live Action News. « Parce qu’au fond de nous, nous pensions que, d’accord, la plupart des femmes qui cherchent des agences ne sont habituellement sur un mode de pensée abortive. Elles choisissent la vie à ce moment, alors nous avons essayé de l’utiliser comme un ministère pour tendre la main aux femmes qui sont plus préoccupées par l’avortement. »

Carper et les Moberelys ont travaillé sur les détails de ce qu’ils pouvaient et ne pouvaient pas faire ou dire dans leurs tentatives d’adoption d’un enfant d’une femme qui pensait à l’avortement. Ils ont également dû visiter un établissement d’avortement comme conseillers de trottoir. Avant de terminer la rencontre avec l’avocate Carper, ils ont tous prié ensemble pour demander à Dieu Son aide.

L'article continue ci-dessous...
×

Campagne de financement du Carême 2020

3335 $ recueillis -- Objectif : $5000 -- Il reste 8 jours -- Merci de votre générosité.

Donner à Campagne Québec-Vie
Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Puis, le couple s’est rendu à une clinique de Planned Parenthood à Charlottesville, en Virginie, mais une seule femme s’est présentée à l’établissement d’avortement pendant que le couple était là en tant que conseillers sur le trottoir. D.J. Moberely a parlé à l’homme qui accompagnait la femme et qui était resté dans la voiture. L’homme, cependant, n’était pas du tout disposé à écouter.

La famille Moberley. Photo via Facebook.

Entre-temps, Carper a rencontré la mère d’un jeune garçon pour qui elle agissait dans le cadre d’une affaire de garde. Cette jeune mère était enceinte de 30 semaines et, en raison de la nature de sa situation, il est devenu évident qu’elle serait incapable de retrouver la garde de son fils si elle gardait le bébé dont elle était enceinte. Le plan initial de cette jeune mère pour résoudre le problème et, espérons-le, retrouver la garde de son fils était d’avorter son bébé. Au début, elle se sentait comme si elle n’avait d’autre choix que de se faire avorter. L’avocate, qui venait de rencontrer les Moberley, a été frappée par les événements qui se déroulaient devant elle. Elle a raconté à la mère qui pensait à l’avortement que le couple cherchait à adopter un enfant dans une situation comme la sienne, et elle lui a donné les coordonnées des Moberley. Un mois plus tard, D.J. Moberley a reçu un appel téléphonique qui a tout changé.

Le téléphone a sonné et elle a dit : « Est-ce que Angela est là ? » C’était bizarre parce que ma femme n’est jamais dans mon bureau. J’ai dit : « Puis-je vous aider ? » et elle a dit : « Êtes-vous son mari ? » Je lui ai dit que oui et elle m’a dit : « Je me demandais si vous adopteriez mon bébé ». Juste comme ça, tout simplement. J’étais totalement surpris. Ma première réaction a été de lui parler de ma femme et de son travail avec Young Lives (un programme qui travaille avec des mères adolescentes). Notre but n’a jamais été de prendre le bébé de quelqu’un qui, autrement, pourrait recevoir une aide suffisante pour s’occuper seule de son enfant. Elle a dit : « Vous ne comprenez pas. Je ne peux pas garder mon bébé. J’ai besoin que vous adoptiez mon bébé. » Je ne savais pas quoi dire. J’ai été sidéré par tout ça.

Tous les trois ont décidé de se retrouver à l’église des Moberley. À la fin de la rencontre, la jeune mère enceinte a demandé au couple d’être les parents de son enfant. Ils ont accepté et avec joie.

Les enfants Moberley à Noël. Photo de Michelle Lieb.

Les jours suivants ont été remplis d’études de la maison d’adoption, d’une visite chez le médecin pour une échographie et de la préparation pour un bébé qui allait naître à tout moment. Un mois après s’être rencontrés, la mère biologique a appelé les Moberley pour leur dire qu’elle était en travail. Elles étaient les seules personnes qu’elle voulait dans la salle d’accouchement avec elle, et elles lui tenaient chacun une main pendant qu’elle accouchait d’un petit garçon nommé Ivan.

« C’était un miracle total comment tout se passait, » a dit D.J., ajoutant que « la main de Dieu était totalement à l’œuvre dans toute cette affaire. C’est quand même incroyable de penser à ça. »

En fait, le jour où le couple devait rencontrer leur avocate pour la première fois, il semblait qu’il y avait des forces à l’œuvre pour essayer de l’empêcher. Un arbre est tombé en travers de leur allée, et une vive dispute avait éclaté entre eux.

« Angela voulait que je coupe l’arbre, mais les enfants auraient été en retard à l’école », a expliqué D.J.. « Je voulais traverser la cour en voiture. On a failli annuler la réunion, mais on a réussi. Si nous avions annulé le rendez-vous avec l’avocate, il était peu probable que nous aurions eu un autre rendez-vous à temps. Qui sait à quel point les choses se seraient passées différemment si nous n’avions pas poursuivi notre rendez-vous ce jour-là. »

Ivan a récemment célébré son premier anniversaire, et ses frères et sœurs aînés ainsi que ses parents l’aiment beaucoup. Ils restent en contact avec sa mère biologique et lui envoient des photos et la tiennent au courant. Le couple espère que d’autres familles entendront leur histoire et s’adresseront à une mère soucieuse d’avorter, dans l’espoir de sauver un enfant de l’avortement.

« Je crois fermement que notre histoire n’est pas destinée à être la seule », a dit Angela. « Je veux que les autres sachent que Dieu peut les utiliser pour changer la perception du “choix” et changer le monde à jamais. »

Campagne de financement du Carême 2020. Merci de nous aider généreusement. L'objectif est de 5000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire